Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au cœur des mondes de l'aide internationale

 | 
Philippe Lavigne-Delville
, 
Marion Fresia

6. La fabrique institutionnelle des chiffres de l’aide alimentaire en Éthiopie

Retour ethnographique d’un humanitaire sur son terrain

François Enten

Texte intégral

  • 1 J’ai travaillé en Éthiopie avec Médecins Sans Frontières sur des missions d’appui technique de 199 (...)
  • 2 Il s’agissait d’enquêtes conduites sur deux terrains. Le premier terrain évoluait dans les bureaux (...)

1Je traiterai dans ce chapitre des enjeux méthodologiques et éthiques d’une enquête ethnographique conduite en Éthiopie par un ancien praticien humanitaire retournant sur son terrain d’intervention comme apprenti ethnographe doctorant1. L’enquête visait à rendre compte des processus institutionnels de ciblage des « bénéficiaires » de l’aide alimentaire des Systèmes d’Alerte Précoce (SAP), en comparant les pratiques concrètes d’employés éthiopiens des organisations internationales et gouvernementales avec celles des représentants des autorités villageoises2. Ayant fréquenté les bureaux des agences de l’aide internationale et des administrations éthiopiennes lors de « missions » pour Médecins Sans Frontières avant d’entamer mes recherches, le terrain d’enquête m’était déjà familier, balisé par un réseau de connaissances et par un savoir tous deux tissés sur une trame professionnelle.

  • 3 Toutefois, le Centre de Réflexion sur l’Action et les Savoirs Humanitaires (Crash) de MSF a financ (...)

2Un faisceau de motivations m’avait poussé à démarrer cette recherche doctorale, indépendamment de toute commande institutionnelle3. Comme praticien humanitaire, je cherchais à comprendre comment le dispositif de ciblage de l’aide fonctionnait dans sa globalité. Situé en bout de chaîne, je n’avais qu’une lecture partielle d’un long processus décisionnel, à travers les chiffres et les cartes des SAP, qui en dépit de leurs incohérences et approximations apparentes, guidaient nos choix d’action. En prenant appui sur le cadre doctoral d’apprentissage à la recherche, je souhaitais m’affranchir de mon fonctionnement de praticien, dont la fonction opérationnelle et la charge de travail m’empêchaient de prendre le recul nécessaire. J’espérais par mon statut de doctorant faciliter la rupture avec une appartenance institutionnelle supposée biaiser mes enquêtes. Enfin, en adoptant une posture de chercheur, je pensais que mes travaux acquerraient une légitimité auprès des institutionnels pour améliorer le ciblage de l’aide et je projetais par la suite de travailler comme consultant en Éthiopie.

  • 4 Les résultats partiels de mes travaux ont été publiés et traduits en 2008 par le Crash, mais la di (...)
  • 5 La naissance de mes filles, Lily et Ysée, en 2004 et 2008.

3Au final, comme doctorant indépendant, mes enquêtes n’ont pas pu influencer les modalités de ciblage, à cause du manque d’ancrage officiel de mes recherches et du caractère informel de mes restitutions au sein des institutions du SAP éthiopien4. Entretemps, les circonstances familiales5 m’ont conduit vers d’autres horizons. Mais, en reprenant une position de consultant hors d’Éthiopie, j’ai pu comparer mes résultats d’enquête avec les modes décisionnels observés dans d’autres cadres institutionnels. Cela m’a permis de mieux cerner la part informelle et quasiment impensée de la pratique de mise en nombre du ciblage de l’aide. Plusieurs questions d’ordre méthodologique et éthique se posent alors quant aux influences du jeu de posture « humanitaire/chercheur » sur la conduite d’enquête, l’interprétation et la restitution de mes résultats. Comment enquêter sur l’impensé d’un dispositif institutionnel dont on a été soi même l’acteur, et dans lequel on a été totalement immergé ? Jusqu’où la posture et la méthode de l’ethnographe permettent-elles de se distancier de cet impensé, de le percevoir et de le problématiser ? Comment l’ambiguïté du statut de l’enquêteur a-t-elle façonné les interactions avec les enquêtés ? Dans quelle mesure cette ambiguïté a-t-elle amené à faire des compromis avec les principes éthiques établis en début d’enquête ? Enfin, comment rendre compte et restituer la part de l’informel auprès des acteurs de l’aide, et cela, sans compromettre l’intégrité des enquêtés ?

4En faisant le récit de l’accès à mes terrains d’enquête, je tenterai d’expliciter en quoi la continuité des relations informelles lors des changements de posture a été déterminante dans le déroulé de l’enquête et dans la méthode d’obtention de mes résultats. Je préciserai en cours de récit quels étaient les enjeux éthiques de l’enquête et de quels compromis j’ai dû m’accommoder lors de son déroulement. Enfin, par une mise en perspective avec une expérience ultérieure de consultant, je développerai une réflexion sur les modalités d’ancrage et de légitimation de résultats d’enquêtes socio-anthropologiques, notamment lors de l’incorporation de ces derniers dans les processus décisionnels au sein des institutions de l’aide.

5En préambule, j’exposerai les principaux résultats de mes travaux en les resituant dans les champs de la socio-anthropologie des politiques publiques et de l’aide internationale.

De la socio-anthropologie des espaces publics, des experts et des chiffres de l’aide internationale...

  • 6 Après s’être stabilisés autour de 2 milliards de dollars jusqu’en 2002, les montants de l’aide son (...)
  • 7 Héritage de la souveraineté historique d’un pays doté d’une administration structurée et d’une cul (...)

6En observant et en analysant la gouvernance quotidienne du ciblage des « bénéficiaires » de l’aide, ces travaux s’inscrivent dans le champ d’une anthropologie du développement élargie à l’anthropologie des politiques publiques (Blundo & Le Meur, 2009 ; Olivier de Sardan, 2007). Ils s’intéressent aux modes de délivrance des biens publics, régulée à la fois par les logiques et les normes de l’État éthiopien et par celles des organisations internationales. En Éthiopie, malgré le montant imposant de l’aide étrangère dans le budget national, sa gestion demeure étroitement pilotée par l’État, y compris pour l’aide alimentaire6. Face aux donateurs, l’État maintient toujours un puissant « capital de négociation » sur son agenda politique7 et sur l’orientation des programmes de sécurité alimentaire (Whitfield, 2009 : 338). Dans ces rapports de force en défaveur des donateurs internationaux, l’obtention d’un compromis avec l’État demeure la seule marge de manœuvre des donateurs, dont l’influence, en marge de circuits de décision qui leur échappent, reste confinée à des espaces de négociations quasi-informels (id.).

7Aussi, en se plaçant « au ras des faits » (Abélès, 1995 : 74) de la vie quotidienne des experts éthiopiens, cette recherche renvoie à une ethnographie des institutions de l’aide consacrée aux agents du développement (Fechter & Hindman, 2011) ou aux experts internationaux (Mosse, 2011), tout en s’inspirant de la sociologie du policy making (Müller, 2013 ; Shore & Wright, 1997) et de la quantification (Ogien, 2010). Afin d’explorer les visions et les pratiques des experts enrôlés dans la fabrique des chiffres de l’aide, elle adopte une « démarche compréhensive, tentant de restituer les faits sociaux à partir de la façon dont (ils) les vivent et les pensent » (Lavigne Delville, 2011 : 504) tout en restituant la « vie sociale » des standards qui régulent la « numérisation du politique » (Ogien, 2010 : 36). Enquêter sur la fabrique du chiffre, c’est montrer comment il devient gage de l’expertise et vecteur de consensus institutionnel. C’est aussi reconstituer le tissu multidimensionnel et dynamique des relations sociales de l’expertise, faites de luttes de pouvoir et de conflits, d’ajustements et de négociations. Enfin, ces travaux s’intéressent plus précisément aux « processus micro-sociaux » qui évoluent « hors des négociations formelles », en soulignant la « désarticulation entre les pratiques organisationnelles et (les) modèles rationnels » des agents des institutions de l’aide (Müller, 2013 : 4).

... à une ethnographie des modalités informelles de l’extraversion de l’État éthiopien

  • 8 Relatif aux normes professionnelles, le registre formel s’inscrit dans les objectifs officiels pre (...)
  • 9 Dans le contexte éthiopien, une « domination monopartite » est exercée à tous les échelons du gouv (...)

8Répétées tout au long de la chaîne bureaucratique jusqu’à l’attribution finale de l’aide au village, les enquêtes retracent un processus de coproduction des chiffres sans cesse (re)négociée entre les différents agents institutionnels du SAP, selon un double registre formel et informel8. Elles montrent que les chiffres résultent d’une conjugaison entre l’empirisme des méthodologies d’évaluation, la reproduction de la routine bureaucratique et le contrôle social et politique exercé par les kadre de l’État-parti9 sur les agents de l’administration ou sur les paysans. Elles révèlent comment, « en creux » des structures formelles institutionnelles par le biais d’une succession de micro-négociations informelles et de séances de validations publiques, les kadre gardent la main sur l’issue des chiffres officiels : la fabrique des chiffres s’apparente ainsi à un mode d’extraversion de l’État éthiopien grâce à l’aide alimentaire. En effet, l’extraversion se décrit comme une stratégie de mobilisation des ressources extérieures par les acteurs dominants engagés dans des processus de centralisation politique et d’accumulation économique mais aussi comme stratégie de luttes sociales menées par les acteurs subordonnés (Bayart, 1999).

9Dans notre cas, cette stratégie d’extraversion consiste à répéter une succession de négociations discrètes à chaque étape du processus décisionnel, et dont l’agrégation structure et donne sens à la stratégie d’ensemble. Ces négociations sont rendues invisibles parce que conduites dans l’« entre-deux » de réunions de bureaux – mais aussi lors des déplacements en voiture ou lors des pauses – organisées à la marge d’espaces de réunions publiques, à la charnière entre les moments des discours formels ou de rédaction des rapports officiels. Ainsi, dans les coulisses des bureaux, les séances de travail entre les agents des équipes d’évaluation et des administrations locales procèdent d’une forme d’improvisation routinière et d’un recyclage de données qui donnent lieu à d’innombrables négociations sur les méthodes et paramètres employés, ainsi que sur les chiffres obtenus. À chaque étape, l’empirisme des méthodes de calcul permet aux kadre d’interférer de façon discrète ou plus autoritaire sur les résultats, au gré des politiques de sécurité alimentaire impulsées au niveau central. En retour, le cumul itératif des chiffres conduit par les équipes d’évaluation jusqu’aux restitutions officielles permet de gommer la nature transactionnelle et approximative des résultats pour leur donner l’apparence d’une rigueur scientifique conforme aux normes « bureaucratico-humanitaires ». Enfin, à l’échelle villageoise, l’attribution individuelle de l’aide est gérée par une « bureaucratie villageoise » incarnée par les kadre administratifs locaux. Les séances d’ajustement des listes en petit comité alternent avec d’interminables séances publiques en présence des villageois, au cours desquelles les listes compilées peuvent être corrigées à force de plaidoiries individuelles. Cependant, l’obtention de l’aide est conditionnée par le respect des obligations collectives et par la docilité des paysans à l’égard des kadre.

10Enfin, les enquêtes laissent à penser que les normes informelles de l’extraversion – qu’elles relèvent de l’empirisme des méthodes d’évaluation, de l’automatisme de la mise en scène chiffrée, ou encore du rituel de la négociation et de l’usage du chiffre ou de la soumission à l’autorité hiérarchique des kadre – seraient intériorisées et routinisées par les différents agents, révélant ainsi une forme d’impensé institutionnel.

Des liens informels de la pratique humanitaire...

11Le choix de mon terrain d’enquête, son entrée et son maintien ont fortement été conditionnés par la nature de mes relations institutionnelles tissées pendant trois années, comme « chef de mission » pour MSF. Ces relations s’équilibraient, d’une part, entre le registre formel, indispensable au principe de collaboration autour des projets et d’autre part, les non-dits informels pétris par une défiance réciproque sur la mise en œuvre concrète de ces projets du côté éthiopien, ou par des jeux tacites de concurrence ou de partenariat entre organisations internationales du côté humanitaire. Modulée selon les acteurs institutionnels et les enjeux mobilisés, l’imbrication de ces deux registres structurait l’ensemble de nos processus décisionnels.

  • 10 La rente humanitaire perçue par les autorités locales ou étatiques se déclinait sous forme de sala (...)

12Auprès des administrateurs de la Zone du Wag Hemra, les relations s’articulaient à ce moment-là autour du partage d’intérêts et de principes de collaboration pour la réalisation des programmes médicaux ou nutritionnels. Travaillant en Éthiopie depuis plusieurs années, j’avais noué des relations s’inscrivant dans la durée et je pouvais aisément revendiquer une forme de légitimité comme disposant d’une mémoire institutionnelle de l’historique local de MSF et comme familier du pays, maîtrisant les bases de la conversation quotidienne en amharique, la langue nationale. A minima, cette légitimité contribuait à asseoir un soubassement relationnel basé sur la confiance, ce qui facilitait les négociations autour des termes d’accord des montages de projets. Dans l’ensemble, ces relations évoluaient sur un mode de tension courtoise, partagée entre les intérêts communs de contractualisation de projets formels et d’âpres négociations informelles. Encadrés par un contrôle administratif pointilleux, les montages et la signature de projets faisaient l’objet de tensions innombrables et récurrentes se cristallisant autour des modalités concrètes de mise en œuvre des programmes. Dans ces négociations, au-delà des objectifs médicaux se jouaient les termes d’échanges entre la régulation économique de la rente humanitaire par les autorités éthiopiennes et le degré d’autonomie de l’action humanitaire10. Les termes formels des échanges étaient sous-tendus par une méfiance réciproque à l’égard des tactiques supposées pour augmenter le cumul de cette rente pour les uns, ou pour contourner les obligations administratives pour les autres.

13Avec les représentants des agences internationales à Addis Abeba, les relations s’étaient également tissées dans le cadre formel des réunions de travail, publiques ou privées, même si des échanges plus informels pouvaient évidemment ponctuer les « pauses-café », voire, parfois – mais plus rarement pour moi par manque d’affinité – lors de dîners ou de sorties à titre amical. Purement professionnelles, les relations formelles se limitaient à des échanges de bons procédés, d’informations et de données, de rapports, de prêts de matériels, etc., et débouchant parfois sur des modes plus contractuels par des donations. Quant au registre informel, il pouvait à la fois relever de relations concurrentielles et de jeux d’alliances entre agences ou ONG. Les premières étaient entretenues par le colportage de rumeurs et d’opinions empruntes de défiance à l’égard d’intérêts cachés de l’aide (attribution politique de l’aide, intérêts institutionnels, jeux d’alliances entre agences et ONG, etc.), voire de pratiques occultes ou occultées (corruption, détournements, clientélisme, incompétences, mais aussi « ratage » de programmes, compétition entre ONG et agences, etc.). Parfois infondées ou disproportionnées, ces critiques à l’encontre des institutions concurrentes émaillaient les conversations quotidiennes entre acteurs humanitaires, semblant ainsi nourrir leurs propres légitimités institutionnelles par la mise en évidence des carences des autres organisations.

  • 11 Ce travail n’avait pas fait l’objet de publication officielle ou médiatisée. Ses résultats furent (...)

14Les alliances informelles peuvent aussi générer des dynamiques plus constructives. En effet, c’est dans la continuité d’une alliance informelle entre MSF et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) – principal fournisseur de l’aide alimentaire – qu’une voie vers de futurs terrains d’enquête avait été tracée, et ce, bien en amont de leur démarrage. En 2001, nous avions entamé un travail de recension des chiffres de ciblage et de leur décalage avec les attributions réelles de l’aide sur les terrains d’intervention de MSF. Grâce aux données fournies à titre gracieux par la responsable du département d’analyse et de cartographie de la vulnérabilité (VAM) au PAM, nous avions ainsi pu étayer une démonstration chiffrée d’un ciblage « politisé » privilégiant les Régions progouvernementales (Tigré). Ce solide argumentaire pouvait nous aider à plaider auprès du département d’alerte précoce éthiopien en faveur d’un ciblage plus équitable. L’informel ici ne résidait pas tant dans l’échange de données mais bien dans la répartition tacite des rôles institutionnels entre, d’une part, l’ONG jouant un rôle de critique et de plaidoyer, et d’autre part, l’agence onusienne conservant son rôle d’appui gouvernemental11.

  • 12 Il m’était difficile de concevoir ces pratiques informelles autrement que comme des pratiques ponc (...)

15Enfin, chez le praticien humanitaire, l’usage des normes informelles était, lui aussi, en partie routinisé et intériorisé au point qu’il était difficile de réaliser combien il pouvait structurer notre pratique quotidienne et nos modes décisionnels. Il pouvait s’agir, par exemple, d’arrangements bricolés en urgence pour conduire des choix opérationnels à partir de données d’enquêtes nutritionnelles rapides, de négociations internes pour le montage de projets ou l’obtention de fonds, de contournements des rapports hiérarchiques entre les équipes MSF du siège, d’Addis Abeba et des terrains, ou encore, des tensions entre logiques de « métier », administratives, logistiques ou médicales. Je n’avais la capacité, ni de m’en distancier, ni même d’en prendre la mesure, tout d’abord parce que l’informel, malgré sa récurrence, était vécu comme un artéfact, toujours ponctuel et négligeable au regard de l’impératif de nos objectifs formels à tenir. Qu’elles soient pratiquées de façon consciente ou involontaire, les normes informelles dans leur dimension structurante ne pouvaient tout au plus qu’être perçues intuitivement et de façon anecdotique12. D’autre part, j’étais dans l’incapacité de concilier l’effort méthodique de distanciation sur nos propres pratiques – ne serait-ce que par la prise de note quotidienne en parallèle de l’action – avec le flux et l’engouement de l’action. Cette difficulté était accentuée par l’apparente contradiction perçue entre, d’une part, la méthode de l’enquêteur investiguant sur un nombre limité d’objets distincts et d’autre part, la pratique humanitaire ancrée dans la dispersion de l’action, le foisonnement des registres et l’imbrication des interactions. Le démarrage de l’exploration méthodique de la pratique et des représentations humanitaires exigeait une rupture à la fois physique et épistémologique avec les registres de l’action. En enchaînant mon travail de « chef de mission » avec les enquêtes, le terrain ethnographique permettait d’explorer un terrain en léger décalage avec mon enracinement professionnel, suffisamment lointain pour permettre cette rupture et suffisamment proche pour bénéficier de ma familiarité avec le dispositif institutionnel de l’aide. Mais, à l’instar de l’ethnologue qui « sélectionne et classe les différents types de données bien avant qu’une analyse formelle de terrain soit engagée » (Ghasarian, 2004 : 11), l’entrée sur mon terrain était déjà balisée par mes questions et ma pratique professionnelles.

... au décryptage ethnographique des normes de l’informel

16C’est à travers le cheminement entre les deux postures, et grâce à lui, que, très graduellement, se sont révélées par couches successives quelques-unes des normes informelles de la bureaucratie de l’aide, selon un processus ethnographique porté à la fois par ce changement de perspective et par ses effets induits sur les interactions avec les enquêtés. La posture d’humanitaire a permis un premier dégrossissage, servant à la fois d’amorce et de catalyseur à l’accès et à la compréhension des terrains. Équivalent à une période d’imprégnation de l’enquêteur, mon expérience de « chef de mission » préalable à l’enquête a accéléré mon intégration au terrain institutionnel grâce à ma familiarité avec ses codes, langages et acteurs du milieu de l’aide en Éthiopie. Leur usage banalisé permettait d’atténuer l’incongruité de ma présence et de faciliter les échanges sur le mode de la conversation entre personnes « expérimentées ». Elle a également servi de passeport d’entrée, validé par la confiance découlant de la durée de mon engagement dans le pays et par la légitimité liée à l’expérience du « terrain » d’action humanitaire.

  • 13 Après la première enquête (novembre 2002), j’ai commencé à rédiger un journal de terrain lors du d (...)

17Toutefois, la lecture plus fine de l’informel s’est vite heurtée à des difficultés moins évidentes à lever : de rompre avec une vision présupposée et normative portée sur les autres institutions, de me dégager de la posture de praticien orientée vers la prescription opérationnelle, et enfin, de ne pas préjuger de ce qui pouvait être intéressant à être observé ou relevé, en accentuant l’observation de certains faits ou orientant mes questions, en en négligeant d’autres dont j’ignorais encore la portée, comme par exemple les détails révélant les liens hiérarchiques à l’égard des kadre. En parallèle, un double effort de distanciation en cours d’enquête – à la fois sur mon terrain et sur ma pratique d’enquête – a pu être maintenu par l’exercice plus ou moins régulier de relecture quotidienne de mes prises de notes, mais surtout par l’écriture d’un journal de terrain13. Enfin, s’inscrivant dans la durée et la répétition, la posture et la méthode de l’ethnographe ont doucement – mais surtout très laborieusement – fait apparaître ces nouveaux faits sociaux, comme s’ils se décantaient et se dessinaient, à force de recensions, de glanages d’information, d’observations et de recueils de récits. Le temps de l’humanitaire et de l’ethnographe ne sont pas les mêmes : pour l’un, un tempo prestissimo rythmé dans la hâte des séjours éclairs sur le « terrain » et une vision atomisée de la réalité, finalement recomposée autour des critères de l’action humanitaire. Pour l’autre, une durée prolongée en point d’orgue, forcément en décalage avec l’action, mais qui permet juste « d’être là » et d’englober méthodiquement ses contradictions et complexités. « Précieux adjuvent » constitutif de l’enquête, le temps chez l’ethnologue permet « d’inventer de nouvelles élaborations conceptuelles » (Abélès, 1995 : 70). Il facilite la perte de ses repères initiaux et permet de poser de nouvelles « balises intellectuelles » (idem) pour s’orienter et modifier le cap de ses recherches. J’ai pu ainsi progressivement me détacher de mes questionnements initiaux sur le ciblage de l’aide, qui étaient structurés autour de mes présupposés humanitaires, seulement une fois après en avoir acquis – ou du moins stabilisé et saturé de sens – une compréhension cohérente. Enfin, le lent travail d’écriture – partant de la transcription, du classement, à l’analyse de mes notes de terrain et à leur mise en perspective avec d’autres travaux – a servi de support à la réflexion et à l’émergence de nouvelles interprétations.

  • 14 L’expression est un clin d’œil au titre de l’ouvrage d’anthropologie structurale de Mary Douglas, (...)

18Pour finir, c’est seulement a posteriori – cette fois-ci lors d’un retour de l’ethnographe comme praticien humanitaire sur d’autres terrains hors d’Éthiopie – que la dimension impensée et structurante des normes informelles a pu se faire jour. La comparaison entre le fruit de mes réflexions ethnographiques sur le terrain éthiopien et la pratique observée dans d’autres contextes m’a permis de constater que l’usage contradictoire des chiffres se reproduisait d’un dispositif institutionnel à l’autre : l’improvisation routinière de la fabrication informelle des chiffres à un niveau décisionnel donné s’articulait quasi-simultanément, à d’autres niveaux de la même chaîne décisionnelle, avec leur adoption officielle comme référence de rigueur et de précision. Ce saut qualitatif entre des pratiques informelles du bricolage du chiffre et leur adoption comme norme de référence est rendu possible grâce aux ruptures entre chacune des sphères décisionnelles. Il s’observe tant lors de la production d’indicateurs d’évaluation d’un programme que lors de ciblages chiffrés d’une population sinistrée. Cette articulation entre les décalages formel/informel et les jeux d’échelles semble être constitutive de l’équilibre des dispositifs humanitaires étirés sur de longues chaînes décisionnelles. Chaque niveau hiérarchique s’articule aux autres en reproduisant ces décalages entre formel et informel, sans que ces derniers ne soient jamais perçus dans leur globalité, ni ne soient jamais explicités collectivement. En quelque sorte, ces glissements successifs humanitaire-ethnographe-humanitaire m’ont conduit sur les pistes d’une exploration empirique d’un « comment ne pensent pas les institutions humanitaires »14.

19Le passage de la posture humanitaire à celle d’ethnographe ne s’est pas déroulé de façon tranchée et linéaire. S’inscrivant dans un processus ethnographique (Ghasarian, 2004), il s’est opéré de façon graduelle et quasi imperceptible, à la fois à travers le changement de perspective donnée à mon terrain – du passage de questionnements techniques et humanitaires à des questionnements socio-politiques –, et à travers l’assignation que m’ont prêtée mes différents interlocuteurs. Sans jamais s’annuler, ces deux postures et perspectives s’équilibraient plutôt, se nourrissant concomitamment l’une de l’autre, lorsque l’enquêteur ou les enquêtés privilégiaient l’une ou l’autre, ou lorsque les circonstances de l’enquête conduisaient à passer de l’une à l’autre. Tout au long des enquêtes, si j’ai revendiqué un statut de chercheur auprès des enquêtés et affiché mon intention de maintenir une extériorité sur les décisions en cours, une ambiguïté persistait sur mon appartenance institutionnelle. Il m’est parfois arrivé d’en jouer auprès de responsables hiérarchiques pour qu’ils m’autorisent à rester au sein d’une équipe d’évaluation ou à des réunions lorsque mon acceptation était conditionnée à mon titre d’humanitaire. Aussi, le jeu sur l’ambiguïté entre les postures a parfois coïncidé avec les oscillations de position du chercheur en situation d’observation participante (Olivier de Sardan, 2009) : « observateur intégral » lorsque j’étais invité à assister à des réunions, « observateur qui participe » lorsque les équipes me demandaient conseil, « participant qui observe » lorsque je me retrouvais à devoir seconder un évaluateur, « participant intégral », lorsqu’en réunion, lors de séances de travail ou de restitution, je rentrais dans les jeux de négociation. Dans ce dernier cas, mes intentions prescriptives ou mon indignation prenaient parfois le pas sur la distanciation de l’enquêteur : lorsque, face à des ciblages bâclés ou injustes, je tentais de peser sur l’issue des négociations ou sur le contenu des rapports d’évaluation ou encore lorsque je défendais la cause de groupes lésés dans le ciblage lors de restitutions auprès de kadre administratifs. Mais à chaque fois, par les réactions ou les résistances qu’ils suscitaient, ces retournements de posture apportaient un complément de compréhension sur les pratiques et représentations des agents administratifs : comment produire de la réalité chiffrée sur une base empirique, comment négocier des chiffres avec un argumentaire ténu mais convaincant, comment se construit la dialectique idéologique des kadre administratifs, etc. Il ne s’agit donc pas tant d’un glissement d’une posture à l’autre, mais plutôt d’une évolution dans la maîtrise de l’enchevêtrement des postures. Permettant d’aiguiser l’acuité du recueil et de l’interprétation des effets induits par chacune des assignations prêtées par les différents interlocuteurs, elle débouche sur une compréhension plus nuancée des interactions enquêteur-enquêtés.

  • 15 Le gimgema consiste en un contrôle « top-down » organisé par les kadre sur les membres du Parti et (...)

20Ces glissements de posture questionnent les enjeux éthiques de l’enquête, fondés sur le principe de « ne pas nuire aux personnes sur le terrain » (Piccoli et Mazzocchetti, 2016). Deux questions se posaient alors en début d’enquête : pouvoir conserver l’anonymat des enquêtés lors des restitutions, et me présenter à mes enquêtés à « visage découvert ». Il s’agissait de faire en sorte que les résultats d’enquête puissent rendre plus équitables les choix de ciblage, sans pour autant, lors de mes restitutions auprès des responsables et dans mes écrits, nommer ni permettre d’identifier les individus impliqués dans ces processus de production de données. Je m’étais également donné comme règle d’afficher clairement mes intentions de recherche et ma posture de doctorant indépendant tout au long de l’enquête. Sur ce dernier point, lorsque j’ai rencontré des blocages subits de la hiérarchie pour l’accès au terrain, j’ai fini par tolérer le compromis de ne pas lever systématiquement l’ambiguïté sur mon appartenance humanitaire ou universitaire. Nécessaire à la continuité de mon enquête, ce compromis me paraissait acceptable par rapport aux risques que j’aurais pu faire encourir à mes enquêtés. D’une part, ces situations restaient exceptionnelles. Si elles permettaient de lever une inquiétude passagère des responsables sur l’incongruité de la présence inhabituelle d’un observateur extérieur à leur réunion, les membres des équipes, pour qui mon statut était clair, prenaient spontanément l’initiative de me « couvrir » de façon à ce que je reste – eux-mêmes étant en mesure de jauger le risque d’un tel jeu. D’autre part, aucune de mes restitutions écrites ou orales n’a jamais mentionné le nom d’un kadre de l’administration, et j’évitais soigneusement que mes descriptions puissent être utilisées comme accusation individuelle, sachant que j’évoluais dans un système bureaucratique soumis régulièrement aux séances collectives d’autocritique de gimgema15. Enfin, j’ai vite constaté que la nature informelle de mes restitutions diluait leur portée politique et désamorçait tout risque de nuire à mes enquêtés.

La voie d’accès privilégiée de l’informel aux terrains d’enquêtes...

  • 16 Il s’agit de l’Emergency Nutrition Coordination Unit (ENCU), créée en 2001 destiné à coordonner le (...)
  • 17 Les tentatives d’inscrire mon travail de façon plus formelle avec son successeur n’ont pas eu de s (...)

21Les entrées sur les terrains institutionnel et villageois ont toutes deux privilégié le passage par la voie de l’informel. Le démarrage de mes enquêtes au sein du département d’alerte précoce éthiopien avait été facilité par la responsable du VAM avec qui j’avais collaboré quelques mois auparavant. Après lui avoir soumis une note de projet de recherche explicitant mes objectifs d’analyser la dimension politique de construction des chiffres officiels sur les deux terrains d’observation, un simple coup de téléphone de sa part – je présume sans revenir sur la nature politique de mon objet de recherche –, au directeur du département d’alerte précoce à Addis Abeba m’avait permis – sans procédures supplémentaires – de me joindre aux tournées des équipes d’évaluation. Je pense que son geste s’inscrivait dans la continuité d’un cycle « don-contre don » amorcé précédemment entre partenaires humanitaires. En 2001, en produisant l’étude sur le ciblage de l’aide, j’avais recouru aux données et cartographies d’un service récemment créé16, dont j’avais malgré moi participé à démontrer la pertinence aux yeux des autres donateurs. Elle m’avait chaleureusement remercié suite aux restitutions d’enquêtes, disant être satisfaite de voir que son département « servait à quelque chose ». Son geste très personnel n’impliquait pas de retour de ma part, car elle quittait son poste quelques semaines plus tard17. Quant à l’accord du directeur du département éthiopien du SAP, il découlait à la fois des principes officiels de coopération entre le PAM et son département, de l’intérêt de mieux comprendre, voire de maîtriser, les dynamiques de négociation avec les administrations régionales et le souci de neutraliser les travaux d’enquête, comme nous allons le voir lors de mes tentatives de restitutions limitées à des échanges informels. Pour autant, sans plus de procédures, j’ai pu par la suite naviguer de bureaux en bureaux, entre le PAM et le département d’alerte précoce, et de voiture en voiture lors des tournées d’évaluation.

22Pour l’entrée sur le terrain villageois, l’obtention d’une autorisation de recherche dans les communes du District de Dehanna dans le Wag Hemra devait officiellement passer par un long circuit bureaucratique, commençant par une inscription à l’université d’Addis Abeba, en déposant un projet de recherche comme étudiant doctorant – démarche que j’avais entreprise avec succès. Il devait se prolonger par l’obtention successive d’autorisations accordées à chaque niveau administratif : de la Région Amhara, de la Zone du Wag Hemra jusqu’aux autorités du District de Dehanna. Je n’ai finalement pas eu à suivre toutes ces étapes, car, alors que je travaillais encore à MSF, en échangeant sur mes projets personnels à l’issue d’une réunion de travail avec un technicien d’un département administratif de la Zone du Wag Hemra, ce dernier s’est spontanément proposé d’intercéder à titre personnel auprès de l’administrateur en chef pour me fournir une lettre d’autorisation. Je pense qu’il s’agissait aussi d’un geste de contre-don informel de sa part, facilité par la relation de confiance générée par ma longue présence dans la Zone. Muni de cette lettre, j’ai ensuite calé un rendez-vous à titre personnel avec le chef du District de Dehanna après une séance de travail prévue avec MSF. Lors de la séance matinale, où j’agissais comme chef de mission MSF, l’administrateur a usé tour à tour de tous les stratagèmes pour repousser la rédaction d’une lettre officielle que je réclamais pour l’autorisation de location d’un entrepôt de stockage pour nos farines nutritionnelles – courrier que nous n’avons jamais pu obtenir –. Mais l’après midi, alors que ma requête me concernait comme chercheur doctorant, il me fournit immédiatement les lettres nécessaires à mes enquêtes sur ses communes ! Probablement déterminé en partie par la lettre de sa hiérarchie et par son intérêt de recevoir, comme il m’a aussi expliqué, des informations sur « ce qui se passait dans ses communes », son geste relevait plutôt d’un registre informel et personnel, révélant aussi une grande finesse dans la capacité de distinguer les différentes « casquettes » chez un individu pour adapter ses réponses, et ce, malgré nos tiraillements préexistants au sujet de nos activités humanitaires.

  • 18 Nous verrons plus loin comment les traducteurs ont joué des rôles déterminants dans l’accès, le ma (...)

23Le maintien sur ces terrains informels a pu se prolonger et se consolider grâce aux liens forts entretenus avec certains « informateurs », qui ont plutôt joué un rôle de « collaborateurs » à l’enquête18 (Ghasarian, 2004 : 18). Comme doctorant indépendant n’occupant aucune place ou mandat officiels au sein des organisations humanitaires ou de l’administration éthiopienne, institutions toutes deux fortement structurées par le formalisme des réunions, des rapports écrits et de la hiérarchie, je fonctionnais hors de tout agenda et circuit décisionnel officiels, en marge des listes de participants de réunions ou de destinataires de mails. Ma circulation d’un bureau, d’un village ou d’une réunion à l’autre reposait sur les liens privilégiés avec certains de mes interlocuteurs. Or, la plupart de ces relations privilégiées avec les agents de l’administration éthiopienne avaient été engagées au préalable de ma posture de chercheur lors de ma fonction antérieure comme chef de mission MSF. Les nouvelles relations s’étaient consolidées autour de l’appartenance commune à l’identité d’« humanitaire », comme avec les cadres éthiopiens du PAM ou de CIDA Canada, des membres d’ONG, ou encore de jeunes experts de l’administration en partie formées par des ONG dans le cadre du capacity building. Ils pouvaient m’avertir de dates de réunions ou de formations, des heures de départ des véhicules lors des tournées, de la tenue de réunions villageoises, ou encore me confier des copies de rapports. Avec la plupart d’entre eux, les échanges pouvaient se dérouler sur un mode amical hors des bureaux, en se rendant visite mutuellement chez soi, ou en s’invitant à la cafète des bureaux, au bar et au restaurant, parfois lors de rencontres fortuites en ville. Il m’est arrivé fréquemment d’être hébergé chez eux, dans leur famille, ou de bénéficier de leur véhicule dans mes déplacements dans le pays. Ces « liens forts » privilégiés s’étaient aussi tissés par des liens d’amitié débordant du cadre de mes enquêtes et empiétant sur les registres de la vie privée, domestique et familiale. C’est donc bien en s’inscrivant dans la continuité de mon expérience et posture d’humanitaire que l’entrée au terrain et l’accès à des moments ou des documents clefs ont été facilités en cours d’enquête.

... grâce aux ambiguïtés et méprises des jeux de posture

  • 19 Les équipes étaient composées essentiellement d’Éthiopiens d’appartenances institutionnelles diver (...)

24Si j’avais revendiqué une posture de chercheur auprès des responsables institutionnels à Addis Abeba, une fois parti en tournée avec les équipes d’évaluation19, j’ai dû parfois laisser planer l’ambiguïté entre les deux statuts, ainsi que sur l’objet de ma recherche. En voulant assister au briefing des équipes par le directeur du département d’alerte précoce de la Région Amhara, je me suis heurté au refus de ce dernier, qui n’avait pas été informé de la présence d’un chercheur indépendant. Mes justifications comme chercheur n’étaient pas convaincantes. De toute évidence elles ne rentraient pas dans sa grille d’organisation des équipes d’évaluation. C’est grâce aux justifications de mes co-équipiers, me présentant comme « membre de MSF », que le directeur a admis ma présence, normalisée car étiquetée « humanitaire ». Aussi, lors de mes séjours, j’ai été questionné de multiples fois par les experts sur les usages de l’aide dans les stratégies clientélistes ou électorales des autorités villageoises du Wag Hemra, sans jamais être interrogé sur leur propre pratique. La conception classique d’une anthropologie ne s’intéressant qu’aux pratiques des « bénéficiaires » a contribué à faire tolérer ma présence de chercheur, jugé inoffensif malgré mes incessantes questions sur les modes informels d’évaluation. J’ai donc entretenu le flou sur l’objet de ma recherche, prétextant vouloir comprendre la totalité du processus administratif de ciblage de l’aide pour mieux saisir les modalités d’attribution dans les villages. Dans les premiers temps de l’enquête, j’étais à la fois perçu comme humanitaire lorsqu’il s’agissait du registre de l’expertise d’évaluation et comme anthropologue lorsqu’il s’agissait de gestion villageoise de l’aide. En revanche, une multitude d’assignations discrètes s’est greffée sur le jeu principal entre les postures « humanitaire-chercheur ». Elles se succédaient lors des tentatives de mon enrôlement dans les jeux d’alliances au sein des équipes, lors des tensions avec les agents administratifs locaux ou avec les kadre. Ces alliances s’ancraient sur des assignations d’étiquettes aux registres très variables, telles que celle du « novice » en négociation ou celle « d’étranger occidental » servant de faire valoir à une nouvelle recrue, celle du « médiateur » ou « d’expert occidental forcément neutre » lors de conflit entre agents du PAM, du SAP éthiopien et les kadre, ou à l’inverse, celle du « regard critique extérieur » lorsqu’un agent de l’équipe en dissidence tentait de justifier son retrait des négociations, celle de l’appartenance « comme enfant du Wag Hemra » lorsque nous traitions de cette zone administrative, etc.

  • 20 Et ce, d’autant qu’à l’échelle villageoise, les projets « humanitaires » et de « développement » s (...)

25Dans les villages, la possession de lettres officielles fournies par l’administrateur de District m’a permis de circuler librement. Mais leur estampille officielle m’a longtemps fait porter l’étiquette d’un émissaire gouvernemental, donc affilié au parti unique, sans que je ne m’en rende compte en début d’enquête, plus obnubilé à jauger les biais supposés de mon statut d’ex-humanitaire. Ce n’est qu’au cours de mon troisième séjour, en novembre 2003, que des paysans ont commencé à évoquer les détournements de nourriture et les alliances entre kadre communaux dans la répartition des donations et des privilèges associés, m’avouant en riant qu’ils s’étaient méfiés de moi jusque-là, me considérant comme membre ou proche du gouvernement. Ainsi, l’étiquette humanitaire, si elle avait tout d’abord généré des réponses automatiques sur les attentes d’une aide ou sur les conditions de vie – ce à quoi je m’attendais bien évidemment – entretenait surtout une suspicion à l’égard de mon appartenance gouvernementale20. Pour ne pas entretenir les attentes sur mes capacités à influer la distribution de l’aide, j’ai systématiquement expliqué ma démarche auprès de mes informateurs, insistant sur le fait que comme étudiant chercheur, je ne disposais d’aucun pouvoir, ni mandat d’influer sur de telles décisions. Ce que mes interlocuteurs ont assez vite assimilé, car, au cours des mes séjours, les requêtes d’un projet ou d’aide se sont transformées en requêtes d’aides individualisées, auxquelles je répondais dans une logique de don-contre don, me transformant tour à tour en infirmier, jardinier, bibliothécaire, photographe... J’ai donc recueilli auprès des paysans plusieurs types de discours – ou de « non-discours » –, directement associés à l’étiquette qui m’était assignée : des discours de « commande », angéliques, lisses et formatés d’informateurs triés sur le volet par le chef administratif ; des discours très en retenue traversés par la méfiance à l’égard de mon étiquette « progouvernementale » encore rémanente ; des discours critiques autorisés par l’écoute et la posture distanciée de l’ethnographe ; enfin, comme nous le verrons plus loin, des critiques amplifiées ou un refus de parler provoqués par mon assignation anti-gouvernementale.

Le maintien précaire sur le terrain ethnographique...

26Par la durée du terrain et la posture distanciée de l’enquêteur, l’étiquette humanitaire qui avait été un sésame pour l’accès au terrain s’est progressivement estompée. Je pense que si j’avais été continûment assimilé à un membre MSF par mes enquêtés, la défiance qui sous-tend les relations institutionnelles aurait limité les expressions critiques à l’égard de leur institution, critiques que seul un « confident » bienveillant pouvait recueillir. Au point qu’il est même arrivé d’assister à des échanges de blagues entre membres d’une équipe sur la simplicité « infantilisante » des actions de MSF basées sur les « kits » ou sur l’exagération des résultats de leurs enquêtes de malnutrition pour « créer » des urgences, voire même de me voir confier des révélations sur des incidents de corruptions survenus dans leur ONG. Tout au long de ma présence auprès des équipes d’évaluation, mon observation participante, qu’elle soit discrète ou plus participative, se doublait d’une écoute bienveillante et d’une « forme contrôlée de l’empathie » (Bouillon, 2005 : 83). Cette attention a suscité et permis de recueillir ces propos lors de conversations émaillant les trajets interminables en voiture, au restaurant, ou au bar en fin de journée, tout en participant aux tâches bureaucratiques, aux réunions, aux négociations et à la rédaction des rapports.

27Le maintien sur ce terrain institutionnel reposait également sur l’échange, fondé sur un don (l’intégration dans un groupe et l’information) et un contre-don (l’attention, la gratification symbolique et l’aide) (idem : 90). à mon intégration au sein des équipes d’évaluateurs s’ajoutaient les nécessaires apports de traduction de l’amharique à l’anglais. Lorsque les échanges étaient trop rapides ou leur contenu trop complexe pour mon niveau d’amharique, je m’efforçais de recourir aux membres de l’équipe pour repréciser des détails qui m’échappaient. Lors des séances, je m’arrangeais pour m’installer à côté d’un des membres prenant ses notes en anglais pour y jeter un œil, et je posais discrètement des questions de clarification. Après chaque séance, je revenais sur leur déroulement avec les membres de l’équipe avec qui je voyageais ou lors des dîners, permettant de clarifier certains points et de recueillir leurs commentaires sur la qualité des négociations. En retour, j’apportais à la fois une écoute compréhensive, un appui complémentaire dans le travail quotidien, et plus exceptionnellement, un appui potentiel lors des conflits internes ou avec la hiérarchie. Mon intérêt pour les détails méthodologiques de calcul, les tactiques personnelles de négociation ou savoir-faire empiriques d’observation agronomique permettait de partager leur satisfaction d’une négociation bien menée ou le dépit d’un échec, voire parfois de compenser provisoirement l’amertume liée au sentiment d’absurdité à l’égard de ces tâches répétitives et vaines. Plus concrètement, je participais, lors de séances de travail à l’hôtel ou au bureau, à la rédaction des rapports d’évaluation et à la vérification des calculs, argumentant à mon tour pour telle ou telle option. Ce rôle de secrétaire constituait un poste d’observation privilégié, permettant de recueillir l’ensemble des documents, des informations et données disponibles et l’usage qui en était fait, ainsi que de suivre les dissensions et jeux d’alliance au sein de l’équipe autour des résultats ou des méthodes de calculs, tensions exacerbées lors de la rédaction des rapports finaux. Enfin, lors des conflits d’équipe – le plus souvent entre les représentants du PAM et ceux du département d’alerte précoce éthiopien –, j’ai souvent été pris à parti pour donner mon avis, pour influer sur la hausse ou la baisse des chiffres de bénéficiaires, l’estimation d’un déficit agricole ou le choix d’une méthodologie de calcul. Je tentais de répondre le plus objectivement possible, en reproduisant les canevas techniques le plus souvent mobilisés pour la production des chiffres.

... jusqu’à la neutralisation des restitutions et l’éviction de l’ethnographe du terrain villageois

28Quant aux restitutions – ultimes formes de contre-don – elles n’ont jamais dépassé le stade de retours informels auprès des directeurs. Mon ambition initiale de peser sur les modalités du ciblage de l’aide par le biais d’un regard objectif anthropologique relevait, somme toute, d’une posture naïve d’un humanitaire voulant influer sur un dispositif, dont j’ignorais le mécanisme fin des modalités de prises de décision. Cette ambition s’est vite essoufflée, souffrant d’un manque d’ancrage officiel dans les logiques et fonctionnement institutionnels et d’une absence de légitimité comme doctorant indépendant, non mandaté par les principales institutions impliquées dans les SAP. En effet, je m’étais engagé au démarrage des enquêtes à faire un retour régulier auprès du directeur du département d’alerte précoce à Addis Abeba et auprès du nouveau responsable du VAM. J’avais soumis à ce dernier une proposition de recherche pour un financement partiel qu’il n’avait pas pu concrétiser. J’avais fini par proposer de lui faire des restitutions à chaque retour de terrain, séances qu’il avait déléguées, « par manque de temps » à l’une de ses collègues. Il s’est avéré qu’elle n’était intéressée que par le copying mechanism des femmes des villages de Dehanna, en vue de documenter un travail personnel de Master. Lors de mes retours plus réguliers auprès du directeur du département d’alerte précoce, celui-ci m’écoutait sourire en coin, prenant quelques notes pour conclure l’entretien en me remerciant de mes observations qui étayaient ce qu’il savait déjà. Dans les deux cas de figure, n’ayant aucune attente à l’égard de mes enquêtes, mes interlocuteurs m’accordaient par politesse un entretien informel, dont le contenu était finalement neutralisé, classé et oublié. Ces deux situations laissent à penser que la production de connaissance anthropologique sur les dynamiques institutionnelles, lorsqu’elle est conduite hors d’un cadre formel, peut tout au plus bénéficier d’une légitimité et d’appuis individualisés. En travaillant par la suite hors d’Éthiopie comme consultant mandaté et contracté pour conduire ou coordonner des évaluations pour l’UNICEF ou OCHA, j’ai pu mesurer combien ce travail indépendant de recherche reposant sur des liens informels et détaché de tout caractère officiel souffrait d’un manque de légitimité pour pouvoir s’ancrer sur des modes de décision formelle. En comparaison, le cadre officiel de ces évaluations s’inscrivait dans des objectifs de plans d’action définis et validés par la hiérarchie. Les restitutions rassemblaient l’ensemble des décideurs et techniciens concernés, lors de séances présidées par l’autorité hiérarchique. Les résultats d’enquête ainsi que les modalités de leur restitution donnaient lieu à la cristallisation d’enjeux multiples. Leurs restitutions provoquaient des questions, commentaires, critiques à visée utilitaire pour orienter les choix stratégiques ou opérationnels de projets et se concluaient par des prises de décision formelle. Il est apparu que pour avoir une chance d’être entendues et partagées, les contradictions avec les cadres logiques officiels doivent être cadrées en amont de l’enquête par des objectifs d’évaluation partagés par l’institution, mais aussi selon des modalités de restitutions aux règles du jeu définies par avance. Détachés de tout cadre formel, tout en étant susceptibles d’en contrarier les modalités décisionnelles, mes résultats d’enquêtes sur le SAP en Éthiopie ne pouvaient en aucun cas atteindre le cœur de la mécanique institutionnelle.

29Enfin, par crainte de voir mon terrain se refermer, j’omettais évidemment de décrire les pressions des kadre de l’administration, en n’abordant que la dimension empirique des évaluations et les conflits internes des équipes. Exposer objectivement la teneur politique des processus informels du SAP revenait à déconstruire brutalement l’image formelle du système expert, neutre et scientifique sur laquelle reposaient la confiance et l’entente tacite entre le gouvernement éthiopien et les donateurs pour le maintien de l’aide. Dans un dispositif fondé sur l’imbrication des deux registres relationnels, où l’informel reste et doit demeurer indicible, l’exercice de restitution qui ici, consistait à formaliser l’informel et à expliciter l’implicite, ne pouvait qu’être limité à des échanges personnalisés. Les tactiques de neutralisation des deux directeurs, que ce soit par évitement (au PAM) ou par calcul (au département d’alerte précoce) ne faisaient que prolonger l’équilibre des jeux qui régulaient les relations entre responsables et institutions et reposant sur le non-dit. Cet équilibre était, au final, préservé par la parole neutralisée de l’anthropologue, une fois isolée de son mordant politique et corrosif. Préserver l’accès à mon terrain exigeait d’en préserver la nature informelle, en délaissant progressivement l’ambition initiale motivée par le souci d’influer sur le dispositif, pour conserver la posture distanciée d’ethnologue lentement acquise au cours de mes enquêtes. Au final, la portée des enjeux éthiques des restitutions s’est progressivement délitée en cours d’enquête. Comme j’étais un doctorant indépendant non lié par un contrat avec les institutions (et malgré mes réseaux d’interconnaissance), il n’y avait pas de canal formel pour recevoir et relayer le contenu de mes retours de terrain, ce qui a finalement désamorcé mes intentions d’améliorer le SAP par le biais de restitutions. Sans attente explicitement formulée par les responsables éthiopiens du SAP ou par le PAM, je me suis finalement limité à égrener quelques révélations à mes informateurs, dès lors qu’ils s’y intéressaient. En revanche, par souci de préserver l’accès aux différents terrains, je ne traduisais les inégalités du ciblage que dans des termes techniques dépouillés de toute lecture politique, en évitant de mentionner le rôle central joué par les kadre.

  • 21 Il s’agit du même responsable qui m’avait accordé une lettre d’autorisation au démarrage de l’enqu (...)

30Dans les villages, mes questionnements initiaux qui portaient sur un dispositif désincarné de l’aide se sont progressivement orientés sur la composition des organes de décisions villageoises et les mécanismes de contrôle portés et vécus par des acteurs sociaux concrets. En progressant en cours d’enquête, je me suis penché sur les modalités individuelles de recours en cas de pratiques considérées comme irrégulières, injustes ou abusives par les paysans, pour recueillir les critiques, plaintes et dénonciations contre les kadre ou leurs affiliés. En fin d’enquête, la plupart de mes interlocuteurs administratifs initiaux, dont les kadre, m’évitaient, probablement pour ne pas avoir à répondre à mes questions dérangeantes. Cette fermeture progressive s’est soldée en fin d’enquête par le refus formel du responsable administratif de la Zone du Wag Hemra21 à ce que j’assiste à une réunion de « formation » auprès des cadres administratifs d’une commune. Pour autant, ces dynamiques d’énonciation des discours critiques anti-gouvernementaux et l’impossibilité de m’entretenir avec certains paysans ou responsables administratifs ont permis de tracer en creux les lignes invisibles de démarcation politique, d’appartenance ou d’affiliation au Parti unique. En effet, de retour dans les bureaux de l’administration de la Zone, le jeu de chat et de la souris avec les fonctionnaires lors de ma quête d’information sur la tenue de cette réunion a dessiné une ligne de partage des appartenances individuelles au sein de l’administration : les kadre m’évitaient pour me fournir le moins d’information possible quand les fonctionnaires non affilés me confiaient furtivement leur détresse entre deux portes ou lors de rencontres fortuites dans la rue ou chez un boutiquier.

  • 22 En 2008, T. a fini par occuper un poste d’administrateur, devenant lui-même kadre du Parti, pour r (...)
  • 23 Le Wag Hemra a abrité et supporté la résistance armée jusqu’à la chute du régime militaro-communis (...)

31Enfin, outre mon attention de plus en plus soutenue sur les pratiques occultes de la gestion villageoise de l’aide, cette dynamique de fermeture de terrain et d’assignation à une position critique « antigouvernementale » a été catalysée par les prises de positions critiques des deux jeunes traducteurs, T. et B., avec qui je menais mes enquêtes. Tous deux issus de familles de notables négociants des bourgs voisins, les deux jeunes hommes, alors étudiants à l’université de la Région, avaient été choqués par la sévérité des réprimandes contre des étudiants lors de récentes manifestations. Leur indignation avait été renforcée par les récits des paysans, auxquels ils s’identifiaient probablement au fil des enquêtes. Pendant mes derniers séjours villageois, ils tenaient ouvertement des propos virulents à l’encontre du Parti, ne cachant pas leurs opinions à l’égard de la politique gouvernementale et des kadre communaux, lors des conversations avec les paysans pendant les pauses, les repas ou les trajets sur les sentiers montagneux. Le basculement de mon assignation pro- à anti-gouvernementale par les paysans s’était opéré à la fois à cause de l’orientation de mes questions et du degré plus ou moins prononcé de l’expression de leur opinion politique. En effet, T. et B. entretenaient des relations différenciées et nuancées avec les kadre locaux. T. occupait une place privilégiée d’intermédiation de courtage entre les humanitaires et l’administration locale. Auparavant logisticien pour MSF, il jouait fréquemment le rôle de traducteur et intercédait auprès de l’administrateur du District, avec qui, il entretenait des liens de connivence. Je pense que son statut et son rattachement au cercle des notables locaux ont facilité l’obtention de mes autorisations d’enquête dans les communes, tout en renforçant mon assignation pro-gouvernementale initiale22. B. était extérieur au monde humanitaire et plus distant du monde des notables politiques du Parti. Son père, ancien résistant pendant la guerre civile contre le régime militaro-communiste23, avait refusé d’occuper des fonctions administratives ou politiques importantes sous le régime actuel, préférant se consacrer au négoce de grain. B. prolongeait cette indépendance. Diplômé en sciences pédagogiques, il ne briguait aucune fonction administrative, ayant ouvert une première école privée de cours du soir dans la capitale de Zone. Disposant d’une plus grande marge de manœuvre à l’égard du Parti, je pense que son opposition politique pouvait s’exprimer plus radicalement, cristallisant mon image anti-gouvernementale déjà nourrie par mes questionnements. En fin d’enquête, le refus final de l’administrateur de la Zone de m’autoriser à assister à une réunion politique auprès des paysans s’expliquait par la présence de B., car j’avais malgré tout pu y assister seul, me faisant décrypter les moments clefs par un jeune technicien venu d’Addis Abeba, lui-même en rupture de banc... L’administrateur voulait éviter que B. assiste à cette séance collective d’endoctrinement et empêcher qu’il ne propage ses témoignages critiques à notre retour en ville. Rompant l’équilibre entre le dit et le non-dit des pratiques occultes de la gestion de l’aide par les autorités locales, cette verbalisation en partie incontrôlée, ne pouvait conduire qu’à l’éviction progressive de l’ethnographe de son terrain. Mes enquêtes aiguisaient le sens critique d’opposants politiques potentiels de mes traducteurs, T. et B., dont l’implication avait définitivement annihilé mes tentatives d’atteindre la neutralité présumée de l’ethnographe sur son terrain d’enquêtes villageois, me démontrant combien « l’idée de neutralité du chercheur est l’expression d’une naïveté, car il s’agit d’un rôle construit » (Ghasarian, 2004 : 15). Ce dernier constat souligne les limites de la neutralité du chercheur enquêtant sur les dispositifs humanitaires, qui, en voulant s’extraire de sa fonction initiale de praticien humanitaire enchâssé dans des enjeux locaux de l’extraversion en s’engageant sur des terrains d’enquêtes sensibles, redevient inéluctablement acteur et objet de nouveaux enjeux, prolongeant et déclinant en d’autres termes les modalités de l’extraversion de l’aide.

Conclusion

32Ce chapitre montre comment, en passant du rôle de chef de mission à celui de doctorant en socio-anthropologie puis à celui de consultant, le jeu de postures « humanitaire-ethnographe-humanitaire » a permis d’explorer de façon différenciée les imbrications de normes formelles et informelles qui régulent le ciblage de l’aide alimentaire en Éthiopie. La posture de praticien m’avait permis, derrière le formalisme de nos pratiques, de déceler – voire de maîtriser – la part des négociations informelles qui émaillaient nos décisions, mais sans toujours pouvoir ni les analyser ni les objectiver. En partie intériorisées, et sans autre comparaison que mon strict champ professionnel, la mise en perspective de l’informel à l’échelle du dispositif était limitée. Sans pouvoir sonder ces « angles morts » interprétatifs, je ne disposais que d’une lecture intuitive, parcellaire et anecdotique de nos pratiques informelles, sans en percevoir leur dimension plus structurante. Une fois du côté du chercheur, situé hors de la sphère formelle et contrainte du praticien, je pouvais glaner méthodiquement les données éparpillées à différents niveaux et instants du dispositif pour les réassembler en une vue d’ensemble. Lorsque je n’avais plus accès à certains espaces formels – tels que les échanges mail ou certaines réunions –, je procédais par recoupement d’informations indirectes auprès de mes informateurs. Enfin, la posture de consultant m’a surtout permis de mesurer combien, pour peser sur les processus décisionnels ou opérationnels au sein des institutions de l’aide, la légitimité d’une recherche ethnographique repose tant sur sa qualité méthodologique que sur son ancrage formel dans ces processus.

33En s’inscrivant dans la continuité d’une expérience professionnelle en ONG, l’enquête s’apparente à une « auto-ethnographie » explorant un terrain institutionnel légèrement décalé, une sorte d’ethnographie du « semi-proche ». Le choix du terrain d’enquête, son entrée et sa conduite ont découlé de l’expérience humanitaire préalable à son démarrage. Prolongeant la voie du registre informel sur laquelle j’étais déjà engagé, il était balisé par des questionnements à visée prescriptive et opérationnelle. Toutefois, la posture humanitaire a servi à la fois de passeport et de catalyseur d’accès au terrain, équivalent à une période d’apprentissage ethnographique. La posture distanciée de l’ethnographe, la méthodologie d’enquête, d’analyse et d’écriture, et la dynamique de don/contre don ont facilité la redéfinition et l’approfondissement des objets d’enquête. Notamment, le temps long de l’enquête ethnographique fait la différence avec l’urgence chronique de l’action humanitaire, dans la capacité à saisir la dynamique et complexité du terrain, bâtir la confiance auprès des interlocuteurs et permettre une décantation des multiples facettes des objets étudiés. En cours d’enquête, ce sont les « liens forts » entretenus avec une partie des enquêtés, en partie grâce à cette posture distanciée de l’ethnographe mais aussi par des affinités ou des liens entre humanitaires qui m’ont permis d’évoluer dans les interstices informels des institutions. Sur la période de l’enquête, la nature politique de l’imbrication entre le formel et l’informel, sous-tendue par les relations de pouvoir inégales, voire autoritaires, au sein de la bureaucratie éthiopienne ou à l’égard des administrés villageois, et l’impossible révélation des non-dits de l’informel ont fini par impacter le maintien de l’ethnographe sur ses terrains. Conduit d’un côté à vider de leur contenu sensible mes restitutions auprès des institutions, certains espaces villageois ne m’étaient plus accessibles, lorsque l’objet même de mes enquêtes et sa verbalisation auprès des villageois par le biais des traducteurs remettait en question ma posture distanciée. Enfin, le retour comme praticien sur d’autres terrains hors d’Éthiopie a permis de comparer les éléments observés et de mettre au jour quelques normes pratiques impensées régulant la production de chiffres au sein des institutions humanitaires, lors de processus décisionnel étiré sur de longues chaînes décisionnelles. Les niveaux hiérarchiques qui s’articulent les uns aux autres, reproduisent les décalages entre formel et informel, sans que ces derniers ne soient jamais perçus dans leur globalité, ni ne soient jamais explicités collectivement.

  • 24 Cf. le texte de G. Scalettaris dans cet ouvrage.

34Modulé autour de l’ambiguïté parfois volontairement entretenue sur mon rôle de chercheur et/ou d’humanitaire, de la multitude d’assignations qu’ont bien voulu me prêter les enquêtés, et de ma position sur le continuum de l’observation participante selon les circonstances de l’enquête, la recherche relève aussi d’un apprentissage de l’articulation de ces jeux de rôle, de l’analyse de leurs effets induits sur les interactions entre les enquêtés et l’enquêteur. En se surajoutant aux assignations de rôles inhérentes aux modalités d’enquête ethnographique, le statut d’humanitaire facilite l’accès et la compréhension des terrains institutionnels en élargissant les champs d’investigation, d’interprétation et d’analyse. La principale difficulté, en partie levée par la méthode et la posture ethnographique – puis par le travail d’écriture ex-post24 – a été de pouvoir opérer un changement de perspective, de rompre avec les présupposés humanitaires et d’aménager une capacité de distanciation avec les terrains institutionnels.

35Du fait de la dilution de la portée de mes restitutions auprès des responsables institutionnels, par manque d’ancrage formel de mes enquêtes et désintérêt – feint ou réel – à l’égard de leurs résultats, l’enjeu éthique de préserver l’anonymat des enquêtés est devenu secondaire, effacé par les questions de positionnement de l’enquêteur. Par moment, le risque de blocage d’accès au terrain par la hiérarchie administrative m’a conduit à faire des compromis avec le principe de transparence à l’égard des enquêtés quant à ma position, en entretenant cette ambiguïté sur mon appartenance institutionnelle. Ces épisodes révèlent aussi toute la fragilité de la conduite d’une ethnographie en milieu des institutions, lorsque l’accès au terrain, facilité par des liens informels construits dans la durée, peut se refermer lorsqu’un maillon de la chaîne décisionnelle n’a pas été informé, ou à chaque changement de poste.

36Enfin, par cette absence d’accroche formelle de mes recherches, j’ai progressivement renoncé à vouloir influer sur les processus décisionnels des SAP en Éthiopie. En revanche, il découle de mon expérience ultérieure de consultant, que l’enquête ethnographique, pour pouvoir alimenter des prises de décision et infléchir des choix d’action, doit s’insérer très en amont dans un cadre formel, en co-construisant les hypothèses et problématiques de recherche avec les praticiens et en préparant les modalités de restitution. Si le travail d’enquête suppose, comme le proposent Holmes et Marcus (cité par Mosse, 2011 : 20) de conduire une « para-ethnographie » des pratiques informelles des professionnels de l’aide, pour rendre compte des formes de pensées « anecdotiques et intuitives » (id.) des praticiens capables d’autocritique, il requiert aussi une attention particulière à l’incorporation progressive de ce savoir ethnographique – au même titre que les autres savoirs experts – dans les modalités formelles de prises de décision. Ainsi, les règles du jeu des restitutions, les modalités d’appropriation et de diffusion des résultats d’enquête – voire même leur négociation – deviennent elles aussi des objets d’observation renseignant sur la gouvernance institutionnelle.

Bibliographie

Bibliographie

Abélès M., 1995, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, 35, p. 65-85.

Bayard J.-F., 1999, « L’Afrique dans le monde. Une histoire d’extraversion », Critique Internationale, 5, p. 97-120.

Blundo G. & Le Meur P.-Y. (éd.), 2009, The Governance of Daily Life in Africa. Ethnographic Explorations of Collective and Public Services, Leiden, Brill.

Bouillon F., 2005, « Pourquoi accepte-t-on d’être enquêté ? Le contre-don, au cœur de la relation ethnographique », in Bouillon F., Fresia M. et Tallio V. (dir.), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’études africaines, EHESS, p. 75-95.

Dauvin P. et Simeant J., 2002, Le travail humanitaire. Les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de Sciences Po.

Douglas M., 1999, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte.

Fassin D., 2010, La raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, Éditions du Seuil et Gallimard.

Fechter A.-M. and Hindman H., 2011, « Introduction », in Fechter A.-M. & Hindman H. (éd.), Inside the Everyday Lives of Development Workers, Sterling, Kumarian Press, p. 1-20.

Fresia M., 2009, « Une élite transnationale. La fabrique d’une identité professionnelle chez les fonctionnaires du Haut Commissariat des Nations-unies aux Réfugiés », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], 25/3, mis en ligne le 1er décembre 2012, consulté le 29 janvier 2013 [http://remi.revues.org/4999].

Ghasarian C., 2004, « Introduction. Sur le chemin de l’ethnographie réflexive », in Ghasarian C. (dir.), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive, nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin, p. 5-32.

Holmes D. and Marcus G., 2005, « Cultures of Expertise and the Management of Globalisation : Towards a Re-functionning of Ethnography », in Ong A. & Collier S. (éd.), Global Assemblages : Technology, Politics and Ethics as Anthropological Problems. Oxford, Blackwell, p. 235-252.

Labzaé M., 2015, « Les Travailleurs du gouvernement. Encadrement partisan et formes du travail administratif dans l’administration éthiopienne », Genèses, 1, 98, p. 89-109.

Lavigne Delville P., 2011, « Pour une anthropologie symétrique entre “développeurs” et “développés” », Cahiers d’études africaines, 202-203, p. 491-509.

Lefort R., 2007, « Powers – Mengist – and Peasants in Rural Ethiopia. The May 2005 Elections », Journal of Modern African Studies, 45, 2, p. 253-273.

Mosse D., 2011, « The Anthropology of Expertise and Professionals in International Development », in Moss D. (éd.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, New York & Oxford, Berghahn Books, p. 1-31.

Müller B., 2013, « Introduction, Lifting the Veil of Harmony. Anthropologists Approach International Organisations », in Müller B. (éd.), The Gloss of Harmony. The Politics of Policy-making in Multilateral Organisations, Londres, Pluto Press, p. 1-20.

Ogien A., 2010, « La valeur sociale du chiffre. La quantification de l’action publique entre performance et démocratie », Revue française de socio-économie, 1, 5, p. 19-40.

Olivier de Sardan J.-P., 2007, « De la nouvelle anthropologie du développement à la socio-anthropologie des espaces publics africains », Revue Tiers-Monde, 191, p. 543-497.

– 2009, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologiques, Louvain-La-Neuve, Bruylant Academia.

– 2015, « Practical norms : informal regulations within public bureaucracies (in Africa and beyond) », ResearchGate [https://www.researchgate.net/publication/280489484_Practical_norms_informal_regulations_within_public_bureaucracies_in_Africa_and_beyond].

Piccoli E. and Mazzocchetti J., 2016, « Dimensions méthodologiques, épistémologiques et politiques de l’engagement des chercheurs en sciences sociales », Anthropologie & développement, 44 [En ligne] [http://anthropodev.revues.org/432].

Shore C. and Wright S., 1997 (éd.), Anthropology of Policy. Critical Perspectives of Governance and Power, Londres et New York, Routledge.

Tronvoll K., 2012, « The “New” Ethiopia. Changing Discourses of Democracy », in Tronvoll K. & Hagmann T. (éd.), Contested Power in Ethiopia, Traditional Authorities and Multi-Party Elections, Leiden, Brill, p. 269-287.

Whitfield L., 2009, The Politics of Aid. African Strategies for Dealing with Donors, Oxford, Oxford University Press.

Notes

1 J’ai travaillé en Éthiopie avec Médecins Sans Frontières sur des missions d’appui technique de 1996 à 1998 dans le Wag Hemra (zone de hauts-plateaux au nord du pays), puis comme « chef de mission » à Addis Abeba de 2000 à fin 2002. Les enquêtes ont été conduites entre fin 2002 et fin 2004. Elles se sont interrompues pour entamer des consultations en Afrique de l’Ouest pour l’Unicef et Ocha (de 2005 à 2010) en alternance avec des phases de rédaction. La thèse a été soutenue en janvier 2017.

2 Il s’agissait d’enquêtes conduites sur deux terrains. Le premier terrain évoluait dans les bureaux des départements éthiopiens d’alerte précoce, en accompagnant des équipes d’évaluation lors de leurs tournées au nord des hauts-plateaux de la Région Amhara. L’autre terrain se déroulait dans des villages reculés du Wag Hemra.

3 Toutefois, le Centre de Réflexion sur l’Action et les Savoirs Humanitaires (Crash) de MSF a financé une partie de l’enquête.

4 Les résultats partiels de mes travaux ont été publiés et traduits en 2008 par le Crash, mais la diffusion externe est restée réduite. J’ai été amené en 2008, 2012 et 2016 à accompagner les équipes MSF dans le montage de projets nutritionnels en Éthiopie.

5 La naissance de mes filles, Lily et Ysée, en 2004 et 2008.

6 Après s’être stabilisés autour de 2 milliards de dollars jusqu’en 2002, les montants de l’aide sont passés à 4 milliards (en 2009) et 3,6 milliards (en 2011), soit près de la moitié du budget annuel de l’État, d’environ 8 milliards de dollars. L’aide d’urgence se monte entre 15 et 20 % de l’aide totale, connaissant des pics d’environ 30 % lors des crises alimentaires en 2003 et 2008. Se référer au site Global Humanitarian Assistance [http://www.globalhumanitarianassistance.org/countryprofile/ethiopia].

7 Héritage de la souveraineté historique d’un pays doté d’une administration structurée et d’une culture politique marxiste-léniniste, ce capital est aujourd’hui renforcé par les enjeux géostratégiques de stabilisation politique de la Corne de l’Afrique (Whitfield, 2009).

8 Relatif aux normes professionnelles, le registre formel s’inscrit dans les objectifs officiels prescrits par une autorité hiérarchique reconnue et une coordination consciente. Il se réfère aux règles édictées, écrites et officielles. L’informel procède d’activités exercées en commun mais sans but conscient ou explicite. Le registre informel se réfère aux normes pratiques, régulées de façon implicite, non formulées ou codifiées. Les normes pratiques sont discrètes et relèvent du sens commun. Normes de l’ombre, elles sont toujours enfouies et cachées dans les pratiques quotidiennes et divergent des normes officielles (Olivier de Sardan, 2015).

9 Dans le contexte éthiopien, une « domination monopartite » est exercée à tous les échelons du gouvernement conduisant à une quasi-fusion entre le parti majoritaire, l’État et le gouvernement (Tronvoll, 2012). Le terme kadre incarne cette fusion, désignant le fonctionnaire d’État appartenant au parti de la mouvance gouvernementale. Hérité de la période communiste (1974-1991), il est parfois synonyme de birokrasi (Lefort, 2007).

10 La rente humanitaire perçue par les autorités locales ou étatiques se déclinait sous forme de salaires du personnel, de locations de véhicules et de locaux, de donations en matériels et médicaments, de per diem pour les formations des agents de santé, des taxes d’importation, etc. Quant à l’autonomie humanitaire, elle se négociait autour d’autorisations administratives pour l’importation de « kits » et médicaments, la présence d’expatriés, le montage de programmes hors circuit ou hors standard étatique, etc.

11 Ce travail n’avait pas fait l’objet de publication officielle ou médiatisée. Ses résultats furent présentés lors d’une réunion informelle de travail avec les principaux donateurs et le directeur du département d’alerte précoce à Addis Abeba. Cette restitution arrivait en phase finale de consolidation des montants de l’aide, qui venaient juste d’être « négociés » avec les autorités régionales. Le directeur a alors proposé de réorienter le ciblage de l’aide en cours d’année, en cas d’irrégularité signalée par MSF. Ce qu’en réalité, l’inertie bureaucratique, la rigidité des accords entre le PAM, l’État et les Régions, et l’irréversibilité des chiffres officiels une fois publiés et validés, ne permettaient plus de faire – sauf en cas de « crise » rendue visible à grand renfort médiatique.

12 Il m’était difficile de concevoir ces pratiques informelles autrement que comme des pratiques ponctuelles et accidentelles, et non pas comme des normes structurant nos logiques d’action. Sans doute, en les percevant comme des épisodes transitoires et remédiables, il m’était plus aisé de m’accommoder des décalages perçus entre le formalisme d’un travail « bien fait » selon des normes professionnelles et le quotidien bricolé et négocié des normes pratiques, sans remettre en question mon engagement dans ma « mission » humanitaire.

13 Après la première enquête (novembre 2002), j’ai commencé à rédiger un journal de terrain lors du deuxième cycle d’évaluation à partir de juin 2003. La relecture de ce dernier, bien longtemps après le terrain, a parfois bien mieux guidé et nourri mes analyses que mes prises de notes originelles, souvent parcellaires et orientées, ne répondant plus à des questionnements plus élaborés. Ces prises de notes consistaient principalement à transcrire « sur le vif » les échanges lors des réunions techniques et des négociations entre les agents administratifs et les équipes d’évaluation, ou lors des entretiens avec les paysans ou les experts. Écrit en fin de journée, le journal décrivait le déroulé des réunions et des voyages, recueillait les remarques ou les conversations entre les membres des équipes récoltées à la volée, tentait de déchiffrer les conflits d’équipe, le tout doublé de mes commentaires sur les difficultés d’insertion, la lassitude et solitude de l’enquêteur...

14 L’expression est un clin d’œil au titre de l’ouvrage d’anthropologie structurale de Mary Douglas, Comment pensent les institutions (1999). Articulés sur des jeux d’échelles institutionnels très étendus, les décalages entre formel/informel, pratique/discours sont facilités par la dispersion géographique des centres décisionnels, rendant difficile de penser ces faits dans leur globalité. Ils font écho avec le constat empirique d’autres contradictions humanitaires, telles que la revendication d’un égalitarisme associatif versus la structure hiérarchique entrepreneuriale (Dauvin et Siméant, 2002) ou l’inégalité entre les statuts d’expatrié et celui de « staff » national (Fassin, 2010) ; le prosaïsme de la bureaucratie de l’aide versus l’imaginaire de la « mission » héroïque humanitaire (Fechter et Hindman, 2011) ou la légitimité collective de la bureaucratie humanitaire fondée sur l’expérience du « terrain » (Fresia, 2009).

15 Le gimgema consiste en un contrôle « top-down » organisé par les kadre sur les membres du Parti et de l’administration, de façon à corriger ceux qui ne suivent pas la ligne du Parti. C’est un moyen puissant d’assurer la subordination des agents à l’égard de leurs supérieurs hiérarchiques, de renforcer la discipline du Parti et de contrôler toute dérive (Labzaé, 2015).

16 Il s’agit de l’Emergency Nutrition Coordination Unit (ENCU), créée en 2001 destiné à coordonner les méthodologies des enquêtes nutritionnelles.

17 Les tentatives d’inscrire mon travail de façon plus formelle avec son successeur n’ont pas eu de suite.

18 Nous verrons plus loin comment les traducteurs ont joué des rôles déterminants dans l’accès, le maintien et le retrait du terrain villageois, ainsi que sur les assignations de rôle prêtées par les paysans.

19 Les équipes étaient composées essentiellement d’Éthiopiens d’appartenances institutionnelles diverses : des départements techniques gouvernementaux (ministère de l’agriculture, départements de météorologie, alerte précoce), d’ONG (CONCERN), d’agences onusiennes (PAM) ou donatrices (USAID, CIDA Canada).

20 Et ce, d’autant qu’à l’échelle villageoise, les projets « humanitaires » et de « développement » sont systématiquement portés par les kadre communaux et les techniciens gouvernementaux, ou à travers les « associations villageoises » dirigées par les kadre ou leurs relatifs. Le recrutement du personnel des programmes de l’aide internationale dans les villages – agents techniques, manœuvres, gardiens, constructeurs, etc. – passent également par les kadre.

21 Il s’agit du même responsable qui m’avait accordé une lettre d’autorisation au démarrage de l’enquête.

22 En 2008, T. a fini par occuper un poste d’administrateur, devenant lui-même kadre du Parti, pour repartir ensuite travailler avec une autre ONG. Son expérience de traducteur pour son ancien patron devenu ethnographe a certainement aidé à sa carrière de courtier.

23 Le Wag Hemra a abrité et supporté la résistance armée jusqu’à la chute du régime militaro-communiste (1974-1991).

24 Cf. le texte de G. Scalettaris dans cet ouvrage.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site