Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au cœur des mondes de l'aide internationale

 | 
Philippe Lavigne-Delville
, 
Marion Fresia

4. Précarité professionnelle des développeurs nationaux et légitimation des discours environnementaux (Sénégal)

Quand les difficultés de l’enquête ouvrent de nouvelles perspectives

Céline Ségalini

Texte intégral

  • 5 Si le monde professionnel de l’aide occupé par les Sénégalais est un milieu très diversifié, je di (...)
  • 6 Je discuterai ce terme plus bas. Notons à ce stade que, suivant Paugam (2007), j’y intègre à la fo (...)

1Les récits construits à partir d’enquêtes menées au cœur des dispositifs de développement (Mosse, 2005 ; Atlani-Duault, 2009) semblent parfois laisser penser que tout chercheur peut facilement saisir le fonctionnement des processus de développement au plus près des situations vécues des personnes. Pourtant, les expériences de recherche, souvent relatées à bâtons rompus entre chercheurs, témoignent des nombreuses déconvenues. Au Sénégal, si le terrain de l’aide ne débouche pas forcément sur une situation d’enquête « limite » (Céfaï et Amiraux, 2002) comme cela peut être le cas dans le milieu de l’urgence humanitaire (zone de violence et d’insécurité), il n’est pas exempt de contraintes qui rendent son accès et son étude parfois « difficiles » (Boumaza et Campana, 2007). Mon terrain de thèse (Ségalini, 2014) s’est en effet avéré « sensible » (Bouillon, Fresia et Tallio, 2005) dans la mesure où la jeune chercheuse française que j’étais a été perçue par des développeurs sénégalais non seulement comme une personne curieuse qui risquait de dévoiler les problèmes liés à la mauvaise gestion du projet environnemental dans lequel ils étaient impliqués, mais aussi comme partie prenante d’un dispositif d’aide clivé avec d’un côté des « grands développeurs internationaux » qui réussissent professionnellement et de l’autre côté des « petits » développeurs sénégalais5 qui se trouvent dans une situation professionnelle difficile. Je voulais au départ mener une enquête par immersion, centrée sur l’étude des discours critiques que ces développeurs sénégalais pouvaient formuler à l’égard des discours environnementaux du projet qu’ils devaient mettre en œuvre. Les blocages de l’enquête provoqués par l’image que ces agents de développement sénégalais se faisaient de moi m’ont conduite à reconsidérer tant l’hypothèse de départ que la méthode d’enquête que j’avais envisagées de prime abord. J’ai ainsi décidé de m’intéresser à ce qui faisait sens pour eux à savoir un sentiment de précarité professionnelle6 qui structurait leurs discours.

2La réorientation de ma recherche m’a permis d’aborder la question de l’appropriation des discours environnementaux sous un nouveau jour, en lien avec ce sentiment de précarité des développeurs sénégalais et avec les stratégies professionnelles qu’il suscite.

3Cet article cherche ainsi à montrer comment la question de la précarité professionnelle qui touche les développeurs sénégalais (agents de l’État, contractuels chargés de projet), et en particulier les « petits », s’est imposée comme problématique de recherche pour penser la circulation des discours environnementaux dominants dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de gestion du littoral. Il revient tout d’abord sur la manière dont je me suis figurée mon travail d’enquête avant mon départ au Sénégal, et sur les blocages qui ont entravé son déroulement. L’analyse des blocages a permis de révéler les images que ces agents de développement ont projetées sur moi : elle montre que ma place sur le terrain a été bien souvent envisagée comme dérangeante dans la mesure où je venais m’intéresser à un projet controversé. Ceci a pris une dimension particulière du fait que j’incarnais, aux yeux des enquêtés, une personne privilégiée qui pourrait en raison de son niveau d’étude bénéficier d’un statut relativement protégé dans le système d’aide. C’est donc en changeant de méthode d’enquête et en reconnaissant les difficultés professionnelles des enquêtés, que j’ai ainsi pu négocier une place sur le terrain. Cette enquête que je repensais sur le fil du terrain m’a permis de distinguer trois formes idéales-typiques de précarité professionnelle au sein de ce groupe d’agents de développement sénégalais, mais surtout de comprendre que l’adhésion aux discours environnementaux du projet étaient en partie motivée par leur sentiment de précarité professionnelle.

Les réappropriations locales des discours environnementaux : l’impossible enquête ethnographique

Étudier la circulation des discours de la modernisation écologique dans le cadre de l’aide-projet

  • 7 Parler de « modernisation écologique » peut paraître abusif dans la mesure où cette catégorie géné (...)
  • 8 Pierre Lascoumes (1994) rappelle que tout en infléchissant dans certains domaines la prédominance (...)
  • 9 Dans mon cas de figure, on ne peut pas parler de recherche sous contrat puisque le bureau d’études (...)

4Dans la formulation initiale de mon projet de thèse, je cherchais à comprendre comment les discours de la modernisation écologique7 et les logiques organisationnelles8 qu’ils impliquent pouvaient être appréhendés par les développeurs sénégalais chargés de leur mise en œuvre. Cette idée m’était venue à la suite d’un passage effectué à Bétenti, une petite île du Sine Saloum au Sénégal où à mon grand étonnement certains pêcheurs parlaient de développement durable, de cogestion des ressources halieutiques, autant d’expressions qui caractérisent les discours de la modernisation écologique. Toutefois, au lieu de chercher à comprendre comment ces pêcheurs se figuraient ces discours, je décidais dans la lignée des récents travaux menés en socio-anthropologie du développement, centrés sur l’analyse des développeurs, d’étudier comment les agents d’aide sénégalais chargés de leur opérationnalisation les appréhendaient. Je faisais alors l’hypothèse que ces discours ne manqueraient pas de susciter des critiques de leur part, plaçant également ma démarche en lien avec les études portant sur l’analyse des controverses et des critiques (Boltanski et Thévenot, 1991 ; Lemieux, 2007 ; Botanski, 2009). L’hypothèse que je soulevais intéressa un bureau d’études qui finança mes recherches dans le cadre d’une Convention industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE)9 : la question de recherche que je posais recoupait en partie les préoccupations de certains salariés du bureau d’études qui s’interrogeaient sur l’appropriation des politiques d’aide par les acteurs des pays bénéficiaires.

Négocier des stages dans les institutions du

  • 10 La durée des deux enquêtes s’est finalement déroulée sur un peu moins d’un an entre novembre 2010 (...)

5Pour appréhender la manière dont des agents d’aide se représentaient les politiques de développement, j’envisageais d’effectuer une enquête auprès des développeurs sénégalais en charge de la mise en œuvre du projet de gestion environnementale dont les pêcheurs de Bétenti m’avaient parlé, autrement dit un projet financé par la Banque mondiale, le Fonds pour l’environnement mondial et la République du Sénégal. Je décidais plus exactement d’effectuer un stage de deux mois dans chacune des trois institutions responsables du projet : la direction des Parcs nationaux (DPN), la direction des Pêches maritimes (DPM) et la Banque mondiale. En dépit de la durée limitée de l’enquête que je prévoyais (six mois)10, j’imaginais que l’occupation d’un poste de stagiaire dans ces institutions me permettrait de maximiser mon temps d’investigation et de mener une sociologie fine sur les rapports des agents de ces organisations aux politiques de modernisation écologique.

6L’idée du stage et donc de la participation-observante me semblait intéressante parce qu’elle impliquait de ma part une immersion sur le terrain. Dans la mesure où cette technique d’enquête implique une fréquentation régulière des personnes, j’imaginais qu’elle contribuerait à faire oublier le caractère inhabituel de la situation d’enquête et donc à délier les langues. Je supposais également qu’elle me permettrait de saisir en subtilité les représentations que les développeurs sénégalais se faisaient d’un discours environnemental qui avait été pensé de « l’extérieur » et qui avait été introduit au Sénégal par l’entremise de la Banque mondiale et d’autres bailleurs internationaux comme l’UICN. Je pensais que cette méthode m’aiderait à produire des connaissances contextualisées qui me permettraient d’aller au-delà du ritualisme institutionnel des réunions, de comprendre les problèmes que posait l’opérationnalisation de ce discours environnemental aux agents de projets sénégalais et de voir les solutions qu’ils envisageaient pour les dépasser. J’espérais avoir accès à des scènes et des discussions imprévues qui me permettraient de cerner ce qui relève de l’officieux, des non-dits, de ce que l’on ne formule pas parce qu’on n’a pas les mots pour le dire, ou de ce qui s’est fondu dans les routines quotidiennes au point qu’on n’y fait plus attention (Olivier de Sardan, 2008a). Enfin, en me présentant comme chercheur-stagiaire, je pensais que l’on m’attribuerait des tâches à effectuer et que de cette manière, en prenant des initiatives au sein du projet, je pourrais comprendre quelles étaient les opportunités et les contraintes qui se présentaient aux agents sénégalais du projet pour appréhender des discours environnementaux projetés de l’extérieur, et finalement comprendre pourquoi ils se les figuraient de telle ou telle manière.

Les blocages de l’enquête : un projet verrouillé, l’enquêtrice prise pour quelqu’un d’autre

7En octobre 2010, suivant les conseils de différentes personnes, je m’en remettais donc au partenaire local du bureau d’études pour lequel je travaillais dans le cadre de ma thèse. En contactant ce collaborateur, j’espérais pouvoir bénéficier de son réseau relationnel et intégrer les institutions dans lesquelles je souhaitais faire un stage. Grâce à ce partenaire local, je parvenais à entrer en contact avec deux personnes travaillant respectivement à la DPN et à la DPM. Ces personnes m’indiquèrent les démarches à suivre pour me procurer des autorisations de recherche. Aussi adressai-je une demande de stage par courrier au responsable administratif du projet logé à la DPM puis une autre à la direction de la DPN. J’expliquais dans cette lettre que je souhaitais effectuer un stage avec les personnes chargées du projet de gestion environnementale et comprendre comment s’effectuait l’appropriation des discours environnementaux véhiculés dans le cadre du projet. En moins d’une semaine, l’adjointe à la directrice de la division des stages de la DPN m’adressa un courrier dans lequel elle m’autorisait à commencer mon stage dès que je le souhaitais.

• Des portes fermées

8Lors de mon premier jour de stage à la DPN, un revirement de situation me fit comprendre que ma demande n’avait pas été comprise. Alors que je discutais avec l’une des secrétaires de la direction en attendant de rencontrer le responsable administratif du projet au niveau de la DPN, celui-ci arriva finalement sandwich à la main pour déjeuner. Étonné de ma présence et ne sachant pas qui j’étais, il me demanda froidement ce que je faisais là. Je lui dis que j’étais venue effectuer un stage au sein de la DPN pour comprendre comment le personnel chargé de la mise en œuvre du projet se représentait les discours environnementaux prônés dans la lettre du projet. Celui-ci m’expliqua sur un ton agacé que je n’avais rien à faire là. Pour débloquer la situation, je lui expliquais que la directrice-adjointe de la division des stages m’avait délivré des autorisations de recherche la veille. Il demanda à les voir, mais les ayant laissées chez moi, je lui annonçai que je reviendrais le lendemain les lui fournir. Le lendemain, alors que j’attendais de le rencontrer, sans se présenter, le directeur-adjoint de la DPN me réclama mes autorisations. Après les avoir examinées, il me dit froidement qu’elles n’étaient pas valables, et repartit avec sans m’expliquer quoi que ce soit. J’essayai alors de rencontrer le responsable administratif du projet pour rétablir le dialogue avec lui. Dans la même naïveté que Nigel Barley (2001), je m’étais représentée l’administration sénégalaise comme une équipe informelle où tout pouvait se régler par la discussion, mais de fait, cette tentative de dialogue n’y changea rien et celui-ci refusa de me recevoir.

9En fin de compte, la situation se débloqua parce que le fonctionnement de l’administration le permettait et s’accommodait parfaitement d’une gestion administrative « coup d’État » (Laurent, 2000) où la mobilisation des règles officielles s’accommode parfaitement de leur « non-observance » (Olivier de Sardan, 2008 b). Ce mode de gestion permit en effet de revenir sans problème sur la position prise à mon égard par le responsable du projet au sein de la DPN, celui-là même qui avait refusé de s’entretenir avec moi. La responsable des stages m’expliqua que les lettres d’introduction fournies par mon laboratoire de recherche et mon directeur de thèse n’étaient pas suffisantes, et qu’il fallait que j’établisse une convention de stage entre le DPN et l’établissement universitaire auquel j’étais rattachée. Si la convention fut rapidement complétée de mon côté, il fallut que je patiente plusieurs semaines avant qu’elle le soit par la DPN, ce qui tranchait avec la rapidité avec laquelle ma demande de stage avait été traitée initialement. Finalement, au bout de six semaines, je fus reçue par la directrice de la division des stages et son adjointe, le responsable administratif du projet et l’expert en biodiversité recruté le temps du projet. Lors de cette réunion, je constatai que tout en me remettant la convention de stage signée, une tension demeurait me faisant comprendre que les personnes se demandaient ce qu’elles allaient pouvoir faire de moi. J’essayai de détendre l’atmosphère en ouvrant la discussion sur les objectifs de mon stage, mais personne ne souffla mot. Le responsable du projet au sein de la DPN se limita aux questions de mon encadrement, m’expliquant que dorénavant je devrais m’en remettre à mon tuteur de stage, l’expert en biodiversité du projet ; toutefois, celui-ci me fit comprendre qu’il était débordé et qu’il n’aurait pas le temps de m’encadrer. La responsable des stages et son adjointe m’expliquèrent aussi qu’elles n’auraient pas de temps à me consacrer. Ainsi, je compris que l’autorisation de recherche que l’on me retournait n’était en définitive qu’un simple laissez-passer de convenance. Tout en disposant des documents administratifs qui devaient être le sésame de mon enquête de terrain, ma capacité d’agir venait d’être neutralisée par le responsable administratif du projet au sein de la DPN qui, par la défiance qu’il nourrissait à mon égard, incita le personnel du service à m’éviter. Sur ce point, son attitude rejoint celle de nombreux autres responsables de projet (Blundo, 2011a) qui en raison de leur responsabilité au sein du système d’aide tendent à se substituer à l’autorité administrative et à imposer leurs vues.

10Au sein de la DPM, l’entrée sur le terrain fut tout aussi laborieuse. Après avoir déposé ma demande de stage auprès du responsable du projet travaillant pour la DPM, je dus appeler quasi quotidiennement pendant près de deux mois sa secrétaire pour savoir si ma demande avait été prise en compte. Après cette période, celle-ci me convoqua pour que je vienne récupérer un courrier dans lequel le responsable administratif du projet m’autorisait à effectuer mon stage et me renvoyait auprès de l’expert en cogestion des pêcheries, un consultant indépendant qui avait été recruté le temps du projet et qui devait être mon tuteur. Rapidement, je rencontrai cet expert et lui expliquai mon souhait de travailler avec les différentes personnes chargées du projet au sein de la DPM. Dans une logique d’évitement, celui-ci m’expliqua qu’il valait mieux que je me centre sur l’étude des populations et que je cherche à comprendre comment celles-ci appréhendaient les objectifs du projet. Au-delà de cette discussion, celui-ci me fit également comprendre qu’il n’avait pas beaucoup de temps à me consacrer pour m’encadrer et que je devrais me débrouiller seule. Ce refus ne fut pas foncièrement problématique puisqu’il ne me bloquait pas mon accès aux personnes. Cela signifiait toutefois que l’instauration d’une relation de confiance entre les enquêtés reposerait uniquement sur ma capacité à créer du lien et non sur un réseau d’interconnaissance déjà existant, ce qui au demeurant aurait encouragé les personnes que j’ai été amenée à rencontrer à se livrer.

• L’espionne de la Banque mondiale dans un projet controversé

  • 11 Entretien avec l’expert biodiversité du programme, Dakar, DPN, avril 2011.

11Que les tensions aient été plus vives à la DPN qu’à la DPM, cela ne fait aucun doute : le style de gestion paramilitaire de la DPN (Ségalini, 2012) conférait à cet arbitraire une tonalité autoritaire supplémentaire. Cependant, dans les deux cas, les fonctionnaires chargés du projet s’inquiétaient qu’une étrangère s’intéresse à un projet qui, je le comprenais au fur et à mesure que mon enquête avançait, avait été l’objet de controverses en raison de querelles ministérielles concernant l’attribution de la tutelle administrative du projet entre le ministère des Pêches et celui de l’Environnement, mais aussi de problèmes de corruption. De ce projet, ces administrateurs de la DPN et de la DPM en avaient fait leur chasse gardée et surtout un enjeu de leur promotion sociale et professionnelle. Je le compris lorsque j’appris que l’on me soupçonnait d’être une « espionne » de la Banque mondiale chargée de recueillir des données devant servir au suivi-évaluation du projet. L’inquiétude manifestée à l’égard de la réalité de mon statut me fut exposée par l’expert biodiversité qui me demanda si je travaillais pour le compte de la Banque mondiale. Lorsque je lui suggérai que sa question était surprenante et digne d’un roman d’espionnage, celui-ci me répondit que cela s’était déjà vu que des doctorants soient commandités incognito par l’institution11. Cette manière d’appréhender mon passage sur le terrain revint plusieurs fois comme un sujet de conversation au cours de mon enquête. Si je crus un moment que ces échanges n’étaient que taquineries, un événement confirma les inquiétudes de l’expert en biodiversité. J’appris par l’intermédiaire du chargé de projet de la Banque mondiale à Dakar que le responsable administratif du projet de la DPM s’était renseigné auprès de lui pour savoir si je ne travaillais pas pour la Banque mondiale.

12Faisant part de mes déboires à certaines personnes avec qui j’avais réussi à nouer le dialogue, celles-ci m’expliquèrent que je soulevais des questions dérangeantes (genèse du projet, compréhension des difficultés qui ont conduit à la suppression de l’unité de gestion du projet en 2008) et que je mettais le doigt sur la « mauvaise gestion » du projet (organisation de la corruption, détournement des modules de formation, etc.). J’incarnais donc la figure réprobatrice capable de propos malveillants.

• La Française construisant sa carrière sur le dos des enquêtés

  • 12 Entretien avec un agent des parcs nationaux, Dakar, DPN, mars 2011.
  • 13 Aussi modestes soient-ils, les revenus d’une étudiante occidentale sont perçus comme supérieurs à (...)
  • 14 Depuis le 1er juillet 2013, un visa biométrique est obligatoire pour entrer au Sénégal pour les re (...)

13Poursuivant mon terrain, je compris que ces assignations de rôle ne s’arrêtaient pas là. On se méfiait également de mes intentions à vouloir profiter « sur le dos » des personnes d’informations monnayables sur le marché du développement. On me laissait entendre que j’allais me construire un avenir doré avec l’obtention d’un doctorat qui me permettrait de devenir « patron »12 comme on me le répéta plusieurs fois. Je percevais que l’image de développeurs sénégalais et étrangers qui travaillent ensemble, main dans la main, cachait des tensions liées à la monopolisation, au sein de ce projet et des projets en général, des postes à responsabilité par une élite étrangère et surtout occidentale. Ce n’est pas simplement en tant que personne intéressée que l’on me perçut, mais bien plus comme une figure « dominante », une « Française » bien lotie qui, grâce à ses moyens13 et ses facilités de voyager sans visa14, s’offrait le luxe d’effectuer ses recherches au Sénégal, qui plus est au sein de l’État. Ma présence cristallisait les hiérarchies sociales qui alimentent les relations dans une administration branchée au dispositif d’aide, et plus largement aux inégalités structurelles d’un monde globalisé qui met en tension les sociétés du « nord » et celles du « sud » comme le rappellent Charlotte Bréda, Marie Derrider et Pierre-Joseph Laurent (2013).

• Un relais pour des revendications, un espoir de levier de changement pour les enquêtés

14En suivant les injonctions du terrain et des limites que l’on m’avait imposées, je me détournai des personnes qui m’évitaient et en cherchai d’autres, plus enclines à dialoguer avec moi. Parmi ces personnes ouvertes à la discussion, là encore ma démarche ne fut toujours pas sans quiproquo. Dans ces situations de dialogue, l’image que l’on me renvoyait faisait une nouvelle fois écho à la figure de l’agent de développement, sauf que cette fois-ci les personnes m’identifiaient à une alliée qui pouvait d’une manière ou d’une autre jouer un rôle dans l’amélioration de leur situation professionnelle. Pour certains fonctionnaires de la DPN et de la DPM, toutes hiérarchies confondues, le seul fait que je veuille recueillir leur parole laissait penser que je pouvais faire remonter leurs doléances professionnelles aux oreilles des bailleurs. L’« enquêtrice de développement » à laquelle on m’associait était cette fois-ci perçue comme capable de servir leur cause. Ces personnes se souciaient peu des questions que je cherchais à aborder et préféraient me parler de leurs difficiles conditions de travail : manque de moyens humains et financiers, dévalorisation du statut de fonctionnaire, concurrence acerbe avec les agents contractuels, etc. Autant de sujets qu’elles abordaient pour me montrer que les idées prônées de l’extérieur perdaient tout leur sens devant ces considérations professionnelles plus triviales.

  • 15 Entretien avec un agent des pêches maritimes, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, avril 2011 ; ent (...)

15La figure de l’émissaire ou du « délégué du personnel » n’était pas toujours prise pour argent comptant. Les cadres de l’administration, mais également les hommes de terrain voyaient aussi en moi, une potentielle partenaire qui après ses études avait des chances de venir s’installer au Sénégal pour y travailler. Ces personnes prenaient au sérieux les dernières évolutions du monde de l’aide et de la valorisation de la consultance locale dans la gestion des projets (Jampy, 2012). Ils considéraient que nous pourrions monter ensemble un bureau d’étude dans lequel je représenterais la figure légitime de l’activité de consultance pouvant entrer en contact avec les organismes internationaux, mon partenaire devenant le versant local de ce système de consultance à deux visages15.

16Au fil de mes rencontres, je me rendais compte que le rôle d’avocate que l’on m’attribuait était tout aussi significatif que celui d’espionne et manifestait en fin de compte les rapports de domination caractéristiques des terrains marqués par des enjeux politiques (Baujard, 2005).

• La femme occidentale libertine

  • 16 Je préfère utiliser le terme « occidental », car dans le cadre strict de mon enquête les personnes (...)

17Dans ce monde du développement où la présence d’une étrangère alimentait souvent défiance ou aspiration, les relations de genre allaient prendre une tournure singulière. L’expression « la tuubab » sous lequel on me désignait dans certaines situations de drague faisait explicitement référence à une vision fantasmée de la « femme occidentale »16 que mon statut de femme non mariée ne faisait que renforcer. Les individus qui interagissaient avec moi sur ce mode-là me laissaient entendre qu’ils me percevaient comme une personne aux mœurs sexuellement libérées. Ils se permettaient de discuter avec moi sur un registre très intime me demandant ce que je pensais des « couples libres », des « femmes volages ». Dans ces moments de séduction, l’Occident renvoyait non plus à la figure de la domination, mais plutôt au libertinage qui viendrait pimenter une vie de couple parfois trop routinière. Cette vision stéréotypée se mêlait à un autre cliché pour ces hommes souvent mariés, celui de la femme fragile qui doit bénéficier d’une attention toute particulière et que l’on se prend à appeler « chérie » en pleine discussion un peu comme à la maison. Il y avait donc cette « femme imaginaire » avec qui ils recherchaient plus qu’une simple aventure exotique, une femme qui viendrait élargir la « relation polygame ». Dans le discours de mes interlocuteurs « dragueurs », l’homme accompli apparaissait comme celui qui avait su réinventer la tradition en devenant un « polygame cosmopolite », où la femme blanche ne serait qu’une partenaire parmi d’autres. Cette femme occidentale, aussi exotique qu’elle soit, n’existait qu’en arrière-plan d’une vie de famille et de sa première femme que l’on retrouve après les heures de travail.

18Contre l’idéal épistémologique de mener une enquête de terrain proche des personnes, je réalisais comme d’autres chercheuses que la proximité tant recherchée pouvait devenir, dans certaines situations, très embarrassante. Face à cette familiarité, je m’étais sentie contrainte d’éviter ces personnes pourtant enclines à me parler. J’acceptai de perdre des informations et déclinai certaines invitations, ce qui tranchait profondément avec l’expérience de Charlotte Pezeril (2007) qui enquêtant sur la communauté Baay-Fall des mourides du Sénégal s’était vue interdire l’accès à certains lieux et certaines personnes compte tenu de son statut de femme. Alors que la distance lui était imposée, en ce qui me concerne, j’en devenais moi-même l’instigatrice. Ce choix rejoignait celui de certaines chercheuses comme j’ai pu m’en apercevoir en discutant avec elles de manière informelle de leurs expériences de terrain au Sénégal ou ailleurs. Ce qui est surprenant, c’est de voir combien ces discussions restent confinées dans un milieu académique qui ne reconnaît pas toujours l’importance de la construction genrée des rapports sociaux et des effets qu’elle peut avoir sur la relation d’enquête.

Des images qui vous collent à la peau

19Les diverses assignations identitaires qui m’ont été attribuées, celle de l’agent de développement-espionne, de l’avocate ou encore de la femme libertine mettent en lumière les différentes représentations que les personnes que j’ai rencontrées pouvaient se faire de l’Occident. Ces représentations qui renvoyaient tantôt à l’image d’un Occident dominant tantôt à celle d’un Occident libertaire restent somme toute conformes aux stéréotypes véhiculés par les Sénégalais à propos des Occidentaux. Ce qui est pourtant frappant, c’est de voir que ces stéréotypes ne sont pas contestés dans un monde professionnel comme celui de l’aide, autrement dit un univers cosmopolite qui fait travailler ensemble Sénégalais et Occidentaux. Ceci montre bien la fragilité des liens qui existent entre les Sénégalais et les Occidentaux qui gravitent dans le milieu de l’aide.

  • 17 Entretien avec le responsable du projet à la DPN, Dakar, DPN, janvier 2012.

20Cette fragilité est d’autant plus forte que la durée de mon séjour n’a pas forcément contribué à étioler les images que l’on m’a d’emblée attribuées. L’image de la « curieuse » qui risquait de mettre à nu la « mauvaise gestion » du projet allait notamment me coller à la peau. De toute évidence, mon entrée sur le terrain avait laissé des traces parmi les chargés du projet et leurs affiliés récalcitrants à ma venue. Même si les personnes n’ont reçu aucune consigne hiérarchique pour m’éviter, elles sont restées distantes avec moi. Encore une fois, le style mobilisé par certains agents de la DPN s’est avéré plus abrupt qu’au niveau de la DPM ; en dehors des salutations de complaisance ou des évitements notoires, l’intimidation verbale sur un registre raciste17 faisait parfois partie du régime d’action mobilisé. Pour me décourager, ils mirent également en place des stratégies de dénigrement, m’expliquant par exemple que je ne savais pas ce que je cherchais.

Négocier sa place, comprendre ce qui fait sens pour les personnes : la réorientation de la recherche

21Mon projet de recherche s’avérait donc impossible à déployer. Compte tenu des difficultés que je rencontrais pour entrer en contact avec les agents de la DPM et de la DPN, et du temps qui passait, je décidai de ne pas effectuer de stage à la Banque mondiale et de chercher à instaurer une relation de confiance avec les agents sénégalais chargés du projet. Par ailleurs, en adoptant un regard réflexif sur mes difficultés, je comprenais progressivement que les contraintes auxquelles j’étais confrontée étaient fortes de signification, et s’avéraient en fin de compte un point d’appui à partir duquel je pouvais produire des données et soulever des questions qui faisaient sens pour mes enquêtés.

L’entretien biographique : une méthode satisfaisante pour les enquêtés

  • 18 On pense à l’« investigation rapide en milieu rural » (Rapid Rural Appraisal) qui est sollicitée e (...)

22Puisqu’il m’était impossible d’enquêter directement sur le projet et de suivre sur le vif les agents de développement sénégalais chargés de sa mise en œuvre, je décidai de revoir ma méthode d’enquête et d’effectuer des entretiens thématiques avec eux. J’espérais ainsi pouvoir déterminer comment ils se représentaient les discours environnementaux prônés dans le cadre du projet dont ils avaient la charge. Dans le but de comprendre de quel point de vue ils parlaient, j’articulai ces entretiens thématiques à des entretiens biographiques centrés sur leur trajectoire professionnelle. Si cette méthode fut bien acceptée, il fallut comme me le soulignèrent certaines personnes que je l’aménage de sorte que les entretiens se rapprochent de l’enquête par questionnaires auxquels ils avaient été confrontés au cours de leur carrière. Cette méthode leur semblait moins chronophage18, mais surtout plus objective dans la mesure où elle évitait à leurs yeux que leur discours soit reconnaissable. Ce n’est donc qu’une fois ce cadre formel établi, fiche de questionnaire en main, que l’échange pouvait parfois laisser libre cours à un discours moins contrôlé, proche de la conversation ordinaire.

• Une entrée dans la vie active le plus souvent laborieuse

23Ce basculement méthodologique permettait de questionner la trajectoire professionnelle des agents interviewés, mais aussi de revenir sur la période de formation qui avait précédé leur insertion dans le marché du travail. De cette manière, j’apprenais qu’à l’exception de quelques cadres de l’administration (supérieurs et intermédiaires) et des consultants qui avaient eu l’occasion d’effectuer de longues études, la majorité des fonctionnaires intermédiaires et subalternes travaillant à la DPN et à la DPM avait été contrainte d’interrompre précocement sa formation dans l’enseignement général afin d’assumer des responsabilités familiales, de rompre avec l’échec scolaire ou encore de sortir d’un système scolaire qui, à leurs yeux, ne parvenait pas à tenir ses promesses. Pour ces personnes, l’intégration du milieu professionnel a souvent relevé du hasard, d’une opportunité qui s’était offerte à un moment donné et qui permettait tout simplement de travailler. Se faire employer par l’État était pour eux la seule manière de s’assurer des revenus réguliers et pour certains de poursuivre leurs études.

24La trajectoire de ces fonctionnaires subalternes rejoint sur ce point celle suivie par les cadres supérieurs et intermédiaires de l’administration qui, en dépit de leur capital scolaire (formation dans l’enseignement supérieur), se sont eux aussi tournés vers le secteur public. Pour l’ensemble de ces fonctionnaires, l’entrée sur le marché du travail par la fonction publique a été motivée par l’urgence de travailler et de se mettre à l’abri du chômage. Ceci explique pourquoi le choix du métier correspond rarement pour ces personnes à un choix vocationnel, même si certaines d’entre elles ont pu développer, au fil de leur carrière, un goût pour leur activité professionnelle.

25Si l’entrée sur le marché du travail se fait sur un registre très pragmatique pour les fonctionnaires, il en est de même pour les consultants du projet. En révélant leur parcours, ces agents contractuels parlent rarement de leur choix de carrière sur le registre vocationnel. Souvent, ils évoquent les différents éléments déclencheurs qui les ont aidés à s’orienter professionnellement comme le rôle des institutions universitaires et des proches, ou encore leur capacité à analyser les opportunités en matière d’emploi. Ils rappellent également que tout en orientant la direction de leur carrière, ces éléments n’ont pas toujours garanti leur insertion dans un marché de l’emploi aléatoire, rajoutant ainsi pourquoi ils ont ainsi multiplié les diplômes avant d’intégrer le marché de l’emploi.

• Des difficultés pour faire évoluer sa carrière

26Ces récits biographiques permettaient également de voir les blocages auxquels ces personnes devaient faire face pour faire évoluer leur carrière en termes d’acquisition de nouvelles responsabilités et d’évolution de salaire. Ils mettaient notamment en lumière les difficultés rencontrées pour se faire financer une formation diplômante, et donc les stratégies qu’ils mettaient en place pour atteindre ce but : alors que certains d’entre eux n’avaient pas hésité à faire jouer leurs relations pour avoir accès à une formation, d’autres avaient suivi des stratégies individuelles et financé leur formation par leurs propres moyens. Ces récits rappelaient, par ailleurs, que l’accès à la formation ne permettait pas toujours de résoudre les problèmes d’avancement de carrière : en effet, une fois ces formations effectuées, encore fallait-il que le chef de service soutienne le reclassement des personnes auprès de la direction de la Fonction publique. Certains m’expliquèrent que ce n’est qu’une fois à la retraite que leur avancement avait finalement été reconnu, autrement dit au moment où leur avancement n’était plus en mesure de créer une situation de concurrence entre les agents de même niveau d’étude au sein du service.

27Les biographies professionnelles des fonctionnaires montraient également l’effet négatif qu’avaient pu avoir sur leur carrière les mutations répétées. À l’instar de ce qu’a pu souligner Giorgio Blundo (2011b) pour le service des Eaux et forêt sénégalais, ces récits montraient que ces affectations reposaient sur une gestion clientéliste du personnel administratif, mais aussi sur des règles fonctionnelles respectueuses de l’efficacité du service ou encore de la situation personnelle des agents (rapprochement familial, prise en compte de l’âge avancé). Ils permettaient surtout de comprendre que bon nombre de mutations avaient été également motivées par les dynamiques personnelles des cadres supérieurs et intermédiaires qui, pour se former ou effectuer des consultances, s’étaient mis en disponibilité et avaient ainsi contraint les directeurs de la DPM et la DPN à effectuer régulièrement de nouvelles affectations afin de pourvoir les postes laissés vacants. Cette valse des mutations qui s’était amplifiée à partir de 2000 avec l’accession au pouvoir d’Abdoulaye Wade, avait ainsi brisé les espoirs d’évolution de nombreux agents qui déploraient que la gestion du personnel n’obéisse pas à un plan de carrière défini par les directeurs des ressources humaines.

  • 19 L’idée de plafond de verre met en lumière les frontières invisibles qui segmentent les milieux pro (...)

28Ces récits illustraient aussi les difficultés que les cadres de l’administration et les consultants du projet rencontraient dans leurs tentatives pour intégrer les postes internationaux du monde de l’aide. Je réalisais que seuls certains directeurs de la DPN et de la DPM avaient réussi à travailler dans des organisations internationales : les cadres et consultants du projet avaient dû se contenter d’évoluer sur le marché « national » du développement, tout se passant comme s’il existait un « plafond de verre »19 qui leur empêchait de s’internationaliser.

29Quant aux consultants du projet, ils évoquaient leurs difficultés à sortir de leur rôle de gestionnaire de projet. Les diverses formations qu’ils avaient suivies ne leur permettaient pas de prétendre à un poste dans une organisation internationale. Je voyais donc que ces derniers se retrouvaient en situation de marginalisation par rapport au type de carrière qu’ils imaginaient avoir s’ils avaient été Occidentaux.

• L’intégration du projet et l’inégal accès à ses ressources

30Le changement de méthode que j’effectuai permettait également de voir la place qu’occupait le projet qui m’intéressait dans la trajectoire professionnelle des enquêtés. En m’intéressant à leur trajectoire, j’ai pu comprendre comment certains agents de la DPN et de la DPM avaient été nommés responsables administratifs du projet, et comment s’était effectué le recrutement des contractuels. Même si cela ne m’a pas été dit ouvertement, je réalisai en croisant différents entretiens que pour renforcer leur chance d’intégrer le projet dans un système qui ne fonctionne qu’en partie sur la compétence, les cadres supérieurs de l’administration et certains consultants n’avaient pas hésité à faire jouer leurs relations politiques et personnelles.

31Dans un milieu professionnel aussi concurrentiel, l’accès aux ressources matérielles devient un enjeu. Au-delà des discours qui insistent simplement sur les opportunités que les Africains tirent du système d’aide, les entretiens que j’effectuais montraient surtout qu’il existe une forte disparité dans l’accès aux ressources de l’aide entre les Sénégalais eux-mêmes, mais aussi entre Sénégalais et le personnel de l’aide étranger (Lavigne Delville et Abdelkader, 2010).

• Décalage entre les aspirations des personnes et les contraintes rencontrées

32En fin de compte, ces biographies professionnelles donnaient surtout à voir la déception ressentie par ces agents de développement, liée au décalage qui existait entre leurs aspirations professionnelles et les contraintes auxquelles ils avaient dû faire face tout au long de leur parcours. Ces entretiens relataient ainsi les problèmes liés à des carrières bloquées ou qui peinaient à évoluer (absence de plan de carrière), à un traitement salarial insuffisant et très inégal entre les personnes, à un accès difficile à des formations professionnelles reconnues, à des mutations répétées, à une absence de stabilité de l’emploi pour le personnel contractuel, au sentiment de déclassement, et surtout à de mauvaises conditions de travail (manque de matériel, relations hiérarchiques contraignantes pour le personnel subalterne notamment). Ils m’ont ainsi permis de comprendre le caractère généralisé du sentiment de précarité qui touchait les personnes au-delà de leurs différentes positions et de leur statut professionnel (fonctionnaires et contractuels).

La confrontation des récits biographiques à l’étude des conditions de travail des petits développeurs sénégalais

33Ces récits biographiques prirent une dimension particulière à mesure que je les confrontai aux recherches que j’effectuais en parallèle sur l’histoire de la DPM et de la DPN, mais aussi sur les relations qui liaient les agents de la Banque mondiale chargés de la gestion du projet et les petits développeurs sénégalais qui y prenaient aussi part. Ces autres recherches me permettaient en effet de donner une épaisseur objective aux récits biographiques.

• La formation laborieuse de la DPN et de la DPM

34En rapprochant ces biographies professionnelles des archives de la DPN et de la DPM (textes juridiques, rapports périodiques), mais aussi de la parole de fonctionnaires qui avaient servi pendant les périodes coloniale et postcoloniale, je raccrochais le sentiment de précarité des personnes que je rencontrais aux contraintes qui avaient marqué la formation de ces deux services.

35Les données que je compilais me permettaient de comprendre que la situation professionnelle des Sénégalais impliqués dans le projet que j’étudiais résonnait – sans toutefois s’y conformer entièrement – avec les difficultés rencontrées par les administrateurs sénégalais depuis la formation de l’État colonial, et surtout depuis la mise en place des politiques d’ajustement structurel au tournant des années 1970/1980. Si le constat que j’effectuai n’avait rien de nouveau au regard de la littérature qui a mis l’accent sur la fragilité des États africains (Chataigner et Magro, 2007), je redonnais, à l’instar des récents travaux développés sur l’État en Afrique (Copans, 2001 ; Bierschenk ; 2010, Blundo, 2011b), un contenu empirique à la formation de ces deux services techniques et à cette « fragilité » étatique.

36Un aperçu sur l’évolution du personnel depuis la période coloniale recoupait les résultats de Giorgio Blundo (2011b) et montrait que le service de la conservation et celui des pêches avaient, depuis leur création, dû fonctionner en sous-effectif. Les recrutements des années 1960 et 1970 qui avaient limité ce phénomène furent rattrapés par la baisse drastique des recrutements qui eurent lieu au cours des années 1980 et 1990 et les nombreux départs à la retraite au début des années 2000.

  • 20 Le problème d’archivage au sein de la DPM tout comme le manque d’attention porté à la rédaction de (...)

37Les rapports très détaillés de la DPN confrontés aux entretiens que j’effectuai avec quelques agents du service de la DPM20 permettaient également de comprendre les difficultés quotidiennes rencontrées par les agents des deux services pour mener à bien leur mission compte tenu du manque de moyens matériels. Ils montraient que même si les bureaux dakarois restaient relativement bien dotés en ressources matérielles, l’ensemble des services déconcentrés, sans un appui extérieur, se trouvait le plus souvent dans l’incapacité de fonctionner normalement.

• L’histoire de la conception et de la mise en œuvre du projet : entre dépossession et mise à distance des petits développeurs sénégalais par les agents de la Banque mondiale

  • 21 Pour comprendre les usages du terme « coproduction », on peut se référer à Google Scholar. Si cett (...)
  • 22 Pour plus de détails sur cette question, il est possible de se référer à l’ouvrage dirigé par Gilb (...)

38Le rapprochement que j’effectuai entre le sentiment de précarité des petits développeurs sénégalais et les histoires administratives de la DPN et de la DPM, m’avait permis de comprendre que l’insatisfaction de ces Sénégalais n’était pas simplement l’expression de discours subjectifs, mais relevait également de conditions objectives. C’est ce que j’observai également en m’intéressant aux relations qui liaient les Sénégalais qui participaient à la gestion du projet avec les agents de la Banque mondiale venant en mission au Sénégal mais aussi ceux du bureau de Dakar. L’étude de ces relations montrait comment les petits développeurs sénégalais se trouvaient dépossédés d’un processus d’action publique largement piloté par les agents de la Banque. Je réalisai ainsi qu’en parlant de « coproduction », sans toujours prendre le temps de définir ce terme, les discours académiques tendaient à euphémiser le caractère éminemment divergent des régimes d’action qui animent les acteurs impliqués dans les processus d’action publique, y compris ceux du développement21. Même si la mobilisation de cette notion générique manifeste la volonté d’embrasser une variété de situations, en fin de compte elle opère une montée en généralité qui lui fait perdre toute sa valeur qualifiante. Cette ambition théorique générale entretient en effet la fiction d’une production égalitaire des politiques publiques et élude les rapports de force qui émaillent bien souvent les interactions dans ce milieu. Ce faisant, les discours scientifiques semblent ainsi se caler sur les discours prétendument dépolitisés de la rhétorique internationale (style formulaire, lecture anhistorique, etc.22).

  • 23 Je fais ici référence tout particulièrement à un entretien effectué avec un des anciens directeurs (...)

39J’avais compris cela en m’intéressant notamment au processus de conception du projet et notamment aux récits des directeurs de la DPN et de la DPM qui étaient en fonction au moment de l’élaboration du projet. À mon grand étonnement, ces personnes ne m’apprirent pas grand-chose sur la manière dont le projet avait vu le jour. Leurs discours très évasifs sur cette question laissaient penser qu’ils n’avaient pas pris part, activement, à la conception du projet. Je confirmai cette hypothèse en discutant avec le responsable du projet au niveau du bureau de la Banque mondiale à Washington. À travers son récit, je compris surtout comment cet agent de la Banque avait en fin de compte contourné l’action des directeurs de l’époque et imposé un projet qu’il cherchait à mettre en place au Sénégal, dans une logique d’offre de l’aide (Naudet, 1999), depuis plus d’une dizaine d’années. Son récit montrait bien que les cadres de l’administration avaient servi de faire-valoir pour valider, en dernière instance, un projet qu’il avait pensé de toutes pièces avec quelques collègues de la Banque mondiale, des responsables sénégalais d’ONG spécialisés dans la gestion du littoral et enfin des consultants sénégalais indépendants recrutés le temps de la conception du projet par la Banque mondiale. En fin de compte, l’embarras ou le silence que les directeurs de la DPN et de la DPM avaient manifesté dès que je cherchai à comprendre leur implication dans la conception du projet exprimaient bien les difficultés qu’ils avaient rencontrées pour préserver leur autorité et investir pleinement leur rôle d’agent de conception durant la phase d’élaboration du projet23.

40Un autre élément qui permit de corroborer l’hypothèse de la dépossession des cadres de la DPN et de la DPM du projet par la Banque mondiale est la manière dont a été organisée l’administration du projet. Je percevais en effet que la création de l’unité de gestion du projet par la Banque mondiale contribuait à saper en partie l’autorité des cadres de conception de l’administration sénégalaise. En effet, si cette unité managériale, composée de contractuels sénégalais très qualifiés et recrutés le temps du projet, était envisagée par les agents de la Banque mondiale comme une manière de conquérir efficacement un domaine d’intervention délaissé par l’État, aux yeux des administrateurs sénégalais chargés de la mise en œuvre du projet elle était perçue comme illégitime. À l’instar de Giorgio Blundo (2011a) qui s’est intéressé aux représentations que portaient les agents des Eaux et Forêts sénégalais sur la mise en place de ces administrations parallèles, je comprenais que l’instauration de cette unité de gestion ne faisait qu’alimenter un sentiment de dépossession parmi les cadres de l’administration sénégalaise. Ces derniers se sentaient frustrés non seulement de ne pas avoir accès aux ressources (matérielles et salariales) à disposition dans l’unité de gestion, mais aussi de ne pas être considérés comme des professionnels capables d’administrer le projet.

41Au fur et à mesure que mon enquête progressait, je réalisais que la dépossession des cadres de l’administration à l’égard du processus de gestion du projet faisait finalement écho à la distance qu’établissaient les agents de la Banque mondiale avec l’ensemble des Sénégalais chargés du projet. Si des relations plus ou moins privilégiées avaient été nouées avec certains cadres de l’administration et certains contractuels du projet, notamment pour faire valider le projet au niveau local, le temps passant, ces relations s’étaient étiolées. Les rares visites de terrain expédiées par les agents de la Banque, tout comme le caractère discontinu des échanges téléphoniques entre les agents de la Banque et les agents sénégalais du projet mettaient ainsi en lumière deux mondes qui se côtoyaient peu, et surtout dont l’un des deux se contentait de contrôler l’autre selon une logique évaluative où la considération de l’autre n’a pas sa place.

La précarité professionnelle des petits développeurs et leurs pratiques discursives à l’égard des discours environnementaux

  • 24 Bien que très extensive, cette notion n’en reste pas moins commode. Je l’envisage en effet comme u (...)

42En m’intéressant à la trajectoire professionnelle des agents de développement sénégalais d’un projet de gestion du littoral, à l’histoire administrative des services techniques impliqués dans la gestion de ce projet et enfin aux relations qui liaient les agents sénégalais de ce projet à ceux de la Banque mondiale, je comprenais toute l’importance de s’inspirer des réflexions menées en sociologie du travail et des professions pour comprendre le fonctionnement de la gestion des affaires publiques dans un contexte d’aide-projet. Pour donner du sens à ces discours et ces recherches historiques, je décidai de m’intéresser aux travaux portant sur la précarité au travail. Mobilisée en sociologie du travail (et des professions), cette notion me semblait en effet très intéressante pour jeter la lumière sur des difficultés professionnelles peu ou pas reconnues par les bailleurs de fonds, mais aussi par les chercheurs travaillant sur le milieu de l’aide. La manière dont je cherchais à mobiliser la notion de précarité m’obligeait à rompre, comme l’avaient fait d’autres auteurs (Barbier, 2005 ; Cingolani, 2006 ; Bresson, 2010 ; Butler, 2005, 2010), avec l’usage polysémique que tout un chacun fait spontanément et qui renvoie à « ce dont l’avenir, la durée, la solidité n’est pas assurée, à ce qui est instable et incertain, à ce qui est court, fugace ou fugitif, voire à ce qui est délicat et fragile » (Cingolani, 2006 : 5), ou encore à l’idée de pauvreté qui fait référence, comme le suggère Dominique Darbon, à « une situation de dénuement, d’insuffisance des ressources disponibles obligeant à arbitrer en permanence entre des besoins primaires et immédiats, au risque de fragiliser la survie physique » (Darbon, 2012). Dans le sens où je l’entendais, l’idée de précarité désignait plus précisément l’instabilité produite par les rapports sociaux liés au travail, mais aussi à l’emploi. Cette lecture s’inscrivait en cela dans la lignée des travaux développés en sociologie du travail (et des professions) qui se sont attachés à montrer l’incertitude qui s’installe depuis quelques décennies au sein même de l’emploi public et privé (Bourdieu, 1998). Elle s’inspirait surtout des réflexions développées par Serge Paugam (2007) qui a mobilisé cette notion pour rendre compte des difficultés symboliques et matérielles des travailleurs dans leur rapport à l’emploi (sphère de la protection sociale), mais également dans leur rapport au travail (sphère productive)24.

43Comme l’avait déjà souligné El Hadji Séga Guèye (2010), ce cadrage théorique permettait de rappeler que les Sénégalais qui évoluent dans le secteur formel du travail sont confrontés à une certaine précarité tant du point de vue de l’emploi que des conditions de travail. Mon enquête montrait, en effet, que si les professionnels de l’aide sénégalais occupaient une position somme toute privilégiée par rapport à la majorité des actifs sénégalais qui évoluent dans le secteur informel, leur capacité d’agir – et en particulier celle des « petits développeurs » – était largement l’expression de l’« art du faible » (de Certeau, 1990 : 60-62) pour qui l’action calculée est intimement liée aux autres, « sans vision globalisante, aveugle et perspicace comme on l’est dans un corps à corps sans distance ».

44Suivant donc ces travaux, j’ai cherché à circonscrire les caractéristiques de cette précarité selon la position occupée par les enquêtés dans l’administration et dans le milieu de l’aide. À partir de ces résultats, j’ai cherché à répondre à la question de départ que je m’étais posée en débutant mon enquête, montrant ainsi que la réappropriation des discours de la modernisation écologique n’allait pas de soi pour les enquêtés compte tenu du contexte de précarité dans lequel ils évoluaient professionnellement.

Une insatisfaction généralisée, mais des situations professionnelles précaires différenciées

45Mon enquête me permettait en effet de cerner les contraintes auxquelles les agents de l’administration et cadres contractuels du projet se trouvaient confrontés dans leur travail. Au-delà de l’insatisfaction généralisée des personnes, je pouvais schématiquement distinguer trois catégories de situations professionnelles que l’on peut considérer comme « précaires » sur un plan ou un autre. Et si le comportement de certaines personnes n’épousait pas entièrement les cadres de la catégorisation que j’effectuais, ces catégories me permettaient toutefois de donner une vision synoptique des différentes situations de précarité professionnelle dans laquelle se trouvaient ces différentes personnes.

• Les fonctionnaires subalternes : une situation professionnelle sans perspective

  • 25 En dépit des nombreuses recherches auprès du ministère de la Fonction publique du Sénégal pour avo (...)

46Les fonctionnaires subalternes dont le niveau de formation se limitait généralement au brevet de fin d’études moyen devaient s’accommoder de conditions de travail déplorables (manque de reconnaissance par la hiérarchie et subordination arbitraire, pénurie matérielle, etc.) et se trouvaient fréquemment dans l’impossibilité de gravir les échelons administratifs dans la mesure où l’accès aux formations diplômantes et reconnues par l’administration n’était possible qu’en s’appuyant sur des réseaux relationnels tissés dans l’administration (liens clientélistes, politiques, promotionnaire, parenté) ou en autofinançant une formation. Notons que cette dernière stratégie reste extrêmement minoritaire pour cette catégorie de fonctionnaires dont le salaire d’environ 50 000 francs CFA/mois25 reste médiocre et ne permet pas de faire vivre sa famille à un niveau jugé décent.

47Situés en bas de l’échelle administrative, ces agents peinent à accéder aux « postes juteux » de la capitale ou des unités de projet qui sont vite accaparés par le haut de la hiérarchie. Leurs contacts avec le milieu de l’aide restent ainsi très ponctuels, et s’effectuent le plus souvent lors des grandes cérémonies (souvent) médiatisées et organisées pour célébrer les actions financées par les bailleurs (Mottin, 2007).

• Les cadres intermédiaires et supérieurs : des perspectives professionnelles au compte-goutte

48Les autres fonctionnaires, autrement dit les cadres supérieurs et intermédiaires détenteurs d’un master 2 ou d’un doctorat, m’expliquaient que, même si elles étaient bien meilleures que celles des fonctionnaires subalternes, les conditions matérielles restaient souvent en deçà de leurs besoins réels et de leurs attentes. La faiblesse des salaires et le manque de moyens pour le fonctionnement de leur poste créaient évidemment des frustrations parmi ces cadres, mais qui étaient plus fortes pour ceux qui avaient entre 50 et 60 ans et qui n’avaient pas réussi à s’insérer dans le milieu de l’aide, soit en faisant de la consultance, soit en étant gestionnaire d’un projet pour le compte de l’administration. Si les jeunes cadres se montraient également frustrés, notamment lorsqu’ils voyaient que, le temps passant, leur projet de carrière et d’accès au monde de l’aide peinait à se réaliser, ils semblaient encore animés par l’idée que des opportunités finiraient par se présenter. Les hommes, moins contraints par des obligations familiales, se montraient plus déterminés à créer des relations avec le monde de l’aide. La plupart d’entre eux essayaient d’ailleurs de se spécialiser en continuant de se former, l’objectif étant évidemment d’être concurrentiel sur le marché professionnel de l’aide et notamment celui de la consultance en développement. Pour cela, ils cherchaient à se faire financer des formations par les bailleurs, notamment à l’étranger dans la mesure où ces formations à l’extérieur étaient mieux reconnues. Mais la plupart d’entre eux se sentaient insatisfaits du manque d’information concernant l’accès à ces bourses de formation. Ainsi le plus souvent ces cadres prenaient en main leur formation, aspirant à être basés sur Dakar pour pouvoir bénéficier de l’éventail de formations disponibles dans la capitale.

49Je comprenais que, tout en nourrissant des espoirs, ces formations généraient de nouvelles frustrations puisqu’elles ne débouchaient pas forcément sur un changement de situation professionnelle. Les cadres nouvellement qualifiés peinaient bien souvent à faire reconnaître leur nouveau diplôme par leur administration de tutelle, voyant ainsi leur chance d’évolution de carrière bloquée. Ces diplômes ne leur permettaient pas non plus d’être mieux positionnés sur le marché de l’aide et d’être considérés comme des cadres responsables. Si certains de ces cadres, en raison de leurs attaches relationnelles et de leur formation effectuée à l’étranger, parvenaient à quitter l’administration pour travailler dans un organisme d’aide internationale, la plupart tiraient simplement parti de leur position dans l’administration pour effectuer des consultations ponctuelles dans le milieu de l’aide ou encore pour gérer un projet. Leurs difficultés à faire valoir leurs compétences sur un marché professionnel de l’aide très élitiste, mais aussi leur manque de réseau inquiétaient la plupart d’entre eux qui refusaient de quitter l’administration pour se mettre à leur propre compte en tant que consultant indépendant.

50Ainsi, tout comme les agents subalternes, mais à un moindre degré, les cadres intermédiaires et supérieurs se trouvaient tributaires d’un fonctionnement administratif où les conditions matérielles de travail restaient médiocres, les salaires modestes et les perspectives de carrières relativement réduites.

• Les agents contractuels du projet : l’insécurité de l’emploi et la peur du déclassement

  • 26 Je n’ai pas réussi à obtenir de la bouche même des agents contractuels du projet le montant de leu (...)

51Si je voyais que les fonctionnaires se trouvaient dans une situation professionnelle sans réelles perspectives, je réalisais également que les consultants, recrutés le temps du projet, étaient aussi confrontés à une certaine incertitude professionnelle. Pour ces agents contractuels, la possibilité de se construire une position professionnelle stable en matière d’emploi et donc de revenu restait en effet très aléatoire. Tout en bénéficiant de revenus importants qui atteignaient un à trois millions de francs CFA/mois26, mais aussi de conditions matérielles de travail sans commune mesure avec celles de l’administration, ces contractuels n’en restaient pas moins inquiets de leur avenir, craignant ainsi d’être confrontés au chômage en fin de contrat, et donc de se retrouver déclassés (Maurin, 2009). Les agents de projet contractuels sont ainsi confrontés à une autre difficulté, celle de se rendre employable en permanence.

• À la recherche d’une sécurité professionnelle en améliorant ses revenus avant tout

52Face une insatisfaction professionnelle quasi-généralisée, les enquêtés ne restaient pas passifs et essayaient de sécuriser leur situation socioprofessionnelle, entendue ici essentiellement comme la manière de se ménager des conditions professionnelles qui leur permettent d’améliorer leur revenu, et donc leur situation socio-économique. Car si ces personnes souhaitaient voir leurs conditions de travail s’améliorer, elles espéraient avant toute chose que leur condition salariale progresse.

53Certains d’entre eux, nourrissant la conviction qu’il était impossible de se réaliser au Sénégal, cherchaient ainsi à partir travailler dans un pays du Nord (Europe, Canada, États-Unis). Ce désir d’émigration rejoignait celui de nombreux Sénégalais désœuvrés qui aspirent à rejoindre l’Europe notamment (Fall, 2007 : 84). Ce projet, réalisable seulement pour quelques développeurs très qualifiés disposant d’un capital social ou économique suffisamment important pour leur permettre de partir, restait bien souvent à l’état de rêve. Aussi, l’envie de s’extirper de cette réalité professionnelle laissait-elle le plus souvent la place à d’autres comportements. Selon un registre plus réaliste et pragmatique, la plupart des personnes que je rencontrai tentaient d’améliorer leur situation en menant un double jeu caractérisé par des tentatives de reconquête de l’environnement professionnel, mais aussi par son désinvestissement.

54La reconquête du travail pouvait emprunter divers chemins. Certains cadres supérieurs et intermédiaires de la fonction publique, tout comme les consultants indépendants, tentaient ainsi de pérenniser leurs liens avec le monde de l’aide. Bien que déjà formés, ils n’hésitaient pas à cumuler les diplômes. Je réalisai également que cette course à la formation, initiée par des professionnels déjà bien formés, tendait de plus en plus à concerner les jeunes agents subalternes qui nourrissaient eux aussi des ambitions professionnelles ascendantes.

55Ne portant pas toujours ses fruits, la recherche d’une sécurité professionnelle ne passait pas forcément par une reconquête du travail, mais se manifestait par un mouvement inverse de désinvestissement professionnel. Je constatais cette prise de distance notamment dans l’ajustement qu’elles effectuaient avec les normes professionnelles et les procédures administratives. L’essor généralisé des pratiques officieuses comme la petite corruption (détournement de bons d’essence, contournement des procédures de passation de marché avec des fausses factures, des surfacturations, détournement des formations) et son insertion dans des réseaux clientélistes faisaient par exemple partie de ces formes d’ajustements. Comme l’ont souligné plusieurs auteurs (Mathieu, 2000, 2007 ; Blundo et Olivier de Sardan, 2007), le sentiment de pénurie, accentué par un dispositif d’aide qui alimente les espoirs d’ascension socio-économique, constitue le terreau à partir duquel des situations de corruption se développent fréquemment. Néanmoins, pour ces professionnels de l’aide sénégalais, il n’est pas seulement question de cela. Les formes de sécurisation professionnelle passaient également par un investissement de leur part dans le hors-travail. La plupart de ces petits développeurs tentaient ainsi de développer une activité professionnelle en parallèle de leur occupation principale : ils se lançaient par exemple dans des activités de consultance en développement, d’enseignement ou encore de commerce. S’investir dans des sphères d’activité (académique, religieuse, commerciale, etc.) autre que la sphère professionnelle officielle leur permettait de revaloriser leurs sociabilités, mais surtout de générer des revenus d’appoint. Loin de renforcer l’activité professionnelle principale, ce multipositionnement la fragilise. C’est dans ce cumul hétéroclite d’activités que se crée une distance avec la sphère professionnelle, le travail étant considéré comme un simple emploi pour le salaire qui ne constitue pas fondamentalement une ressource identitaire essentielle. Bien que sécurisante, cette pluriactivité génère ainsi une sorte de « précarité des rôles » professionnels comme l’a déjà constaté El Hadji Séga Guèye (2010 : 105).

Appréhender la circulation des discours environnementaux dans un contexte professionnel précaire

56Les différentes situations de précarité professionnelle que nous venons d’identifier ne sont évidemment pas sans conséquence. Elles ont notamment un effet sur la manière dont ces différentes personnes se figurent les discours environnementaux véhiculés dans le cadre du projet dont elles ont la charge, autrement dit sur les discours environnementaux prônés par les concepteurs de ce projet. Il ne s’agit pas là d’établir une corrélation directe et mécanique entre les trois formes d’insécurité professionnelle que nous avons identifiées précédemment et les formes de réappropriation de ces discours environnementaux, mais de montrer que les discours légitimateurs mobilisés par les enquêtés à l’égard des discours recommandés par le financeur de leur projet font écho avec le sentiment de précarité professionnelle qu’elles ressentent en général.

• Critiquer les discours environnementaux du projet : une pratique exceptionnelle portée par des personnes ayant de faibles attaches avec le projet

57En m’intéressant à la manière dont les enquêtés réinvestissaient les discours environnementaux d’un projet pensé en grande partie par des agents de la Banque mondiale, je constatai qu’ils se montraient très rarement critiques. La liberté de ton ne semblait défendable que par une minorité de personnes qualifiées, souvent des cadres de l’administration qui n’ont pas pris part au projet, parce que partis à la retraite ou en lien avec d’autres milieux professionnels (universitaire ou privé). Il s’agit de personnes qui se trouvent dans une position d’extériorité partielle avec le projet, qui, tout en sachant ce qu’il s’y passe, n’entretiennent pas de lien direct avec lui. Ainsi, tout se passe comme si le fait d’entretenir de faibles attaches avec le projet permettait de délier les langues et les critiques.

  • 27 Entretien avec un ingénieur halieute de la DPM parti à la retraite, Dakar, avril 2011.

58La première critique que j’ai identifiée était portée par un ingénieur des pêches de la DPM parti à la retraite. Il dénonçait l’approche de la Banque mondiale qui défendait la mise en place d’une « cogestion territorialisée des pêcheries » au Sénégal. Selon lui, cette approche se fonde sur une conception idéalisée de la communauté de pêcheur ancrée sur son territoire qui ne permettrait pas de prendre en compte le développement de la pêche migrante dans le pays. Cet homme remettait également en cause un autre outil de gestion proposé par la Banque mondiale et plus largement par les agences d’aide, à savoir celui d’aire marine protégée. D’après lui, l’instauration d’aires marines protégées risque de reproduire sur le domaine maritime les effets pervers de l’approche conservationniste pratiquée dans les aires protégées du pays, autrement dit d’une approche protectionniste en contradiction avec les modes de subsistance et d’exploitation des ressources naturelles des populations27.

  • 28 Entretien avec un conservateur de la DPN, Dakar, décembre 2010.

59Cette critique rejoignait sur ce point celle d’un conservateur de la DPN, investi dans le monde académique. Pour cette personne, qui reprend ainsi une critique souvent adressée à l’aide internationale (Darbon, 2003, 2009), l’approche proposée par la Banque mondiale n’était ni plus ni moins qu’une approche « à la mode » et formatée, complètement déconnectée des pratiques des populations et de ce fait peu fonctionnelle28.

  • 29 Discussion avec un agent des pêches maritimes du Secrétariat.

60Si la question de l’inadéquation du modèle importé irriguait de manière feutrée les discours de quelques autres personnes critiques, une dernière personne s’est montrée plus virulente vis-à-vis de la Banque mondiale, arguant de son ingérence écologique. Pour cette personne qui ne travaillait pas directement dans le projet, l’approche environnementaliste de la Banque mondiale en matière de gestion du littoral ne tient pas compte de la nécessité du Sénégal à développer sa croissance en s’appuyant sur un secteur de la pêche dynamique et industrialisé29.

• Conversion aux discours environnementaux prônés dans la lettre du projet

61Ces critiques ne sont pas généralisables et n’existent que de manière éparse. Leur caractère individualisé et faiblement organisé les rend parfois difficilement tenables, comme le montre l’expérience de cette personne qui, en devenant expert en planification des pêcheries, a ravalé sa critique à l’égard des orientations proposées par la Banque mondiale.

  • 30 Entretien skype avec le responsable du projet au sein de la Banque mondiale, mai 2013. Cette posit (...)

62Le cas de M. T. est intéressant. Après avoir effectué la majeure partie de sa carrière dans la recherche au Centre de recherche océanographique Dakar-Thiaroye, il se retrouve à la fin des années 1990 dans une position critique et dans l’impossibilité de poursuivre ses recherches faute de moyens. Cette situation l’amène à opérer une première conversion professionnelle qui le conduit d’un poste de chercheur à celui de conseiller du ministre des Pêches. Ce changement l’incite à repenser sa manière de travailler : il doit notamment endosser un rôle plus politique qui tient compte des positions de l’État et de celles des pêcheurs à l’inverse de sa situation de chercheur halieute où il se préoccupait peu des dimensions sociopolitiques des questions de pêche. Son statut de conseiller technique l’encourage, au moment de l’élaboration du projet de gestion du littoral, à dénoncer la position défendue par les agents de la Banque mondiale en matière de cogestion territorialisée des pêcheries, s’opposant à l’idée que l’État puisse déléguer ses prérogatives aux populations dans le domaine des pêches. Cette position critique ne l’empêche pourtant pas de présenter sa candidature au poste d’expert en aménagement des pêcheries profilé au moment de la préparation du projet, et finalement d’adopter le point de vue de la Banque mondiale30. Comment comprendre une telle mobilité idéologique ?

  • 31 Entretien avec l’expert-planification des pêcheries du projet, mars 2012. Même si j’essaie de comp (...)
  • 32 La mobilité professionnelle se distingue de la rupture qui implique une orientation dans un domain (...)
  • 33 Entretien avec l’expert-planification des pêcheries du projet, Dakar, mars 2012.

63Comme l’explique M. T., son nouveau poste de conseiller technique a impliqué de sa part de nombreux bouleversements dans sa manière de travailler : le temps de la politique est venu interrompre la temporalité à laquelle il s’était habitué pendant plusieurs décennies dans le milieu de la recherche, il a dû aussi se faire à l’idée que des choix politiques puissent l’emporter sur des solutions techniques dans le processus décisionnaire, mais aussi à ce que les changements ministériels récurrents l’obligent à s’adapter constamment à de nouvelles équipes de travail. Tous ces changements ont rendu son environnement de travail pénible31. Toutefois, la critique d’un travail que l’on n’apprécie pas ne l’a pas conduit à changer de métier, encore fallait-il que certaines conditions et opportunités soient réunies pour encourager un tel changement et notamment que le marché du travail le permette. Bien qu’offrant des conditions de travail insatisfaisantes, le poste de conseiller technique lui assurait tout de même une stabilité de l’emploi qui lui a évité de quitter son statut de fonctionnaire. La mobilité professionnelle32 est en effet souvent liée à l’état du marché du travail : souvent les personnes ne sont prêtes à quitter leur emploi que si elles trouvent un travail présentant des conditions de travail et/ou des revenus plus satisfaisants. C’est justement ce qu’a permis la mise en place du projet de gestion du littoral pour M. T.. En devenant expert du projet, il s’est créé un contexte de travail qui lui assurait une sécurité professionnelle en termes de moyens de travail et de revenus33.

• De la légitimation des discours environnementaux à la légitimation des moyens du projet

64Dans un contexte où les positions critiques sont extrêmement rares et pas toujours tenables, les pratiques discursives légitimatrices occupent une place importante. Bien que majoritaires, ces discours légitimateurs n’en restent pas moins différents entre eux sur le contenu et sur la forme. On peut schématiquement discerner deux registres de légitimation relativement distincts.

  • 34 Comme le soulignent certains auteurs (Radaelli, 2000 ; Hajer, 2005), l’analyse discursive montre q (...)

65J’ai eu affaire, d’une part, à des discours argumentés caractérisés par une certaine cohérence narrative34 et qui étaient colportés par une minorité d’experts et de cadres de l’administration, autrement dit des personnes dont le parcours professionnel a été relativement épargné et qui disposent de ce fait d’un capital universitaire relativement important. En restant proches du milieu de la recherche ou en suivant des formations diplômantes en géographie, mais aussi dans le domaine des sciences halieutiques et des sciences de l’environnement, celles-ci ont eu l’occasion d’être sensibilisées aux outils de gestion environnementale « à la mode » et notamment aux discours transnationaux de gestion du littoral. Ces discours sont ainsi le plus souvent portés par une jeune génération d’experts recrutés dans le cadre du projet et par quelques cadres supérieurs embauchés durant les années 2000.

66D’autre part, il est question d’opérations de qualification plus lâches qui reposent sur la force symbolique de l’évocation. Ces discours légitimateurs inconsistants ne reflètent pas simplement le niveau de qualification des professionnels sénégalais qui ont pris part à l’implémentation du projet. Même si cette forme de discours est colportée par une majorité de fonctionnaires subalternes peu qualifiés, elle l’est également par certains experts recrutés le temps du projet, mais aussi par des cadres de la DPN et de la DPM. Pour ces personnes qualifiées, la mobilisation des mots d’ordre du projet cache bien souvent un désintérêt total pour les orientations du projet, les contraignant ainsi à recycler des termes voisins.

  • 35 Discussion avec un ingénieur des pêches, Dakar, avril 2011.
  • 36 Il existe deux types de per diem : ceux qui assurent le défraiement des agents partis en mission e (...)
  • 37 Entretien téléphonique avec un agent des pêches parti à la retraite, juillet 2014.
  • 38 Entretien avec un agent des pêches, Dakar, avril 2011.

67Enfin dans d’autres cas, cette forme de légitimation par mots d’ordre n’a même plus sa place. Certains fonctionnaires, notamment des agents subalternes, affirment de manière abrupte que la gestion intégrée du littoral ne leur évoque rien. Si ce « décollage sémantique » (Bourdieu, 1982 : 20) à l’égard des discours véhiculés par le projet se manifeste de manière très crue dans la bouche de ces agents subalternes, il faut garder en mémoire qu’ils sont représentatifs du fond de pensée de la majorité des agents pour qui la gestion du littoral importe peu par rapport aux ressources du projet. Dans ces discours, la gestion intégrée des ressources marines et côtières n’a de sens qu’en référence aux moyens du projet, autrement dit aux ressources auxquelles celui-ci permet d’avoir accès. On peut discerner trois sous-espaces discursifs dont chacun renvoie aux ressources que procure un tel projet pour améliorer sa situation professionnelle. Le premier mobilisé est celui qui concerne l’amélioration des conditions de travail. La plupart des fonctionnaires soulignent que le projet a eu des effets bénéfiques dans la mesure où il a permis de renflouer le budget de la DPN et de la DPM, non seulement en termes de fonctionnement courant, mais aussi d’investissement. Le deuxième sous-espace discursif lié à l’économie symbolique des projets renvoie à l’univers des formations. Le projet est apprécié, car il a permis à certaines personnes d’effectuer des formations et notamment des formations diplômantes qui leur ont permis d’acquérir des compétences spécifiques. La formation qu’ont suivie certains experts en Asie du Sud-Est est de ce point de vue valorisée : d’une certaine façon, elle a fait de ces personnes des spécialistes de la cogestion des pêcheries, une spécialité alors rare dans le pays. Dans la mesure où le projet permet d’effectuer des formations, celui-ci est perçu comme une sorte de tremplin qui permet aux personnes de transformer leur rapport au travail, de se donner des repères pour organiser leur existence non seulement dans le cadre de leur travail, mais aussi en dehors en développant une véritable passion pour cette activité. Ces formations ciblées sont extrêmement bien appréciées, contrairement aux séminaires trop généraux qui s’enchaînent et dans lesquels les personnes s’ennuient35. Enfin, le troisième sous-espace discursif fait référence aux rétributions matérielles du projet. Bien que moins avouable, l’intérêt pour les gains financiers tirés du projet ne doit pas être minimisé. Grâce aux per diem36, aux indemnités journalières attribuées pour couvrir les frais de missions des formations ou d’activités spécifiques organisées dans le cadre du projet (réunions, cérémonies d’inauguration), les personnes ont été en mesure d’améliorer considérablement leur revenu mensuel et de s’enrichir personnellement. Les sommes attribuées permettent parfois au personnel administratif subalterne de doubler son salaire. L’attribution des per diem est souvent dénoncée dans la mesure où elle tend à créer des effets pervers en motivant la participation des personnes au projet seulement sur la base de ce défraiement, réduisant ainsi l’efficacité des interventions d’aide (Ridde, 2011, 2012). Certaines personnes du projet le reconnaissent d’ailleurs, et affirment qu’elles ressortent de ces réunions et de ces séminaires sans avoir été très concernées par ce qui se disait, empochant ainsi les per diem dans une logique de captation répandue dans le milieu de l’aide. Cette captation de l’aide tranche ici avec le mercenariat élitiste colporté par des consultants internationaux qui ne sont pas confrontés à des questions de subsistance, mais simplement intéressés par leur taux de rémunération, la prise en charge de leurs frais de mission, le type d’hôtel dans lequel ils sont amenés à séjourner durant leur mission ou encore les prestations liées à leurs voyages (Stirrat, 2008). Ces per diem sont souvent perçus par ces agents de développement sénégalais comme une manière de se faire de l’argent honnêtement37 et comme une façon de compenser la faiblesse de leur salaire, qui plus est dans un contexte où le coût de la vie augmente38. Si la réclamation de per diem peut être considérée comme pathologique (Ridde, 2012) dans la mesure où elle ne motive pas forcément les personnes à s’investir dans leur activité professionnelle, elle montre surtout leur insatisfaction salariale, leurs difficultés à planifier leur vie professionnelle et plus largement à faire face aux aléas de la vie. Ainsi, la forte préoccupation de ces agents de développement pour les moyens du projet aide à comprendre que les projets financés par les bailleurs étrangers sont avant tout perçus comme des dispositifs qui permettent de produire du bien-être professionnel, mais aussi un accès à une vie matérielle considérée comme bonne et décente.

Conclusion

68Au final, cette étude de cas permet une mise en perspective intéressante des conditions d’étude des développeurs locaux. Elle montre que l’étude de ces acteurs de l’aide n’est pas toujours évidente. En effet, si ce terrain de l’aide n’est pas risqué au point de mettre en danger l’intégrité physique des chercheur.es, il peut parfois devenir un terrain difficile dans la mesure où les difficultés professionnelles inclinent les développeurs locaux à mettre de la distance avec les chercheur.es.

69Cette étude montre ainsi qu’en prenant au sérieux le sentiment de précarité de ces professionnels, il est possible de dépasser les blocages de l’enquête, et de dégager une problématique de recherche en lien avec leurs préoccupations. Elle permet par la même occasion d’attirer l’attention sur un phénomène sous-estimé tant dans le milieu académique que dans celui du développement, et de ce fait de comprendre que les comportements de captation des ressources de l’aide et de désintéressement à l’égard des discours des bailleurs, ici environnementaux, sont en partie encouragés par la situation professionnelle dans laquelle les développeurs locaux évoluent, autrement dit une situation professionnelle vécue comme précaire. En s’inspirant, sans entièrement les suivre, des conclusions que tire Béatrice Hibou (2011) sur la servitude des gens dans des contextes autoritaires, cette étude permet donc de montrer que l’appropriation des discours véhiculés dans le cadre de l’aide-projet repose sur la capacité des bailleurs à produire du bien-être et un accès à une vie matérielle jugée décente aux yeux des développeurs locaux. En effet, bien que des alternatives soient envisagées par cette catégorie de développeurs pour se sécuriser autrement que par l’intermédiaire des dispositifs de l’aide et leurs rétributions économiques, ceux-ci semblent suffisamment profitables pour qu’ils n’osent remettre en cause ouvertement non seulement les discours qu’ils véhiculent, mais aussi leur mode de fonctionnement, du moins face aux chercheurs et ce qu’ils représentent.

70En fin de compte, en mettant l’accent sur le sentiment de précarité d’agents de développement africains, cette étude permet d’aller au-delà de discours qui laissent entendre que ces développeurs seraient, dans l’absolu, totalement désintéressés des politiques qu’ils mettent en œuvre et simplement motivés par des logiques de captation des ressources matérielles de l’aide.

Bibliographie

Bibliographie

Atlani-Duault L., 2009, Au bonheur des autres : anthropologie de l’aide humanitaire, Paris, Armand Colin.

Barbier J. C., 2005, « La précarité, une catégorie française à l’épreuve de la comparaison internationale », note critique, Revue française de sociologie, no 46-2, pp 351-371.

Barley N., 2001, Un anthropologue en déroute, Paris, Payot.

Baujard J., 2005, « Ni espionne, ni avocate. La place ambiguë de l’ethnologue auprès des réfugiés », in Bouillon F., Fresia M. et Tallio V., Terrains sensibles, expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’études africaines/EHESS, p. 125-143.

Bierschenk T., 2010, States at Work in West Africa: Sedimentation, Fragmentation and Normative Double-Binds, Working Paper no 113, Mainz, Department of Anthropology and African Studies, University of Mainz.

Blundo G. et Olivier de Sardan J.-P., 2007, « Sémiologie populaire de la corruption », in Blundo G. et Olivier de Sardan J.-P., État et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal), Paris, Apad-Karthala, p. 119-140.

Blundo G., 2011a, « Une administration à deux vitesses. Projets de développement et construction de l’État au Sahel », Cahiers d’Études Africaines, no 202-203, p. 427-452.

– 2011b, « « Comme un ballon de foot ». La gestion quotidienne des ressources humaines dans les services forestiers en Afrique de l’Ouest », in Schareika N., Spies E. und Le Meur Pierre-Yves (dirs.), Auf dem Boden der Tatsachen. Festschrift für Thomas Bierschenk, Köln, Köppe Verlag (Mainzer Beiträge zur Afrikaforschung 28), p. 377-394.

Boltanski L. et Thévenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard-NRF Essais.

– 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard-NRF Essais.

Bouillon F., Fresia M. et Tallio V., 2005, Terrains sensibles, expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’études africaines/EHESS.

Boumaza M. et Campana A., 2007, « Enquêter en milieu “difficile” », Revue française de science politique, vol. 57, p. 5-25.

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

– 1998, « La précarité est aujourd’hui partout », in Bourdieu P., Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris, Éditions Raisons d’agir, p. 95-101.

Bréda Ch., Derrider M. et Laurent P.-J., 2013, « Introduction » in Laurent P.-J., Bréda Ch. et Derrider M., 2013, La modernité insécurisée. Anthropologie des conséquences de la mondialisation, Louvain-La-Neuve, Harmattan-Academia, p. 5-16.

Bresson M., 2010, Sociologie de la précarité, Paris, Armand Colin.

Butler J., 2005, Vie précaire. Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001, Paris, Éditions Amsterdam.

– 2010, Ce qui fait une vie, Paris, Zones/La Découverte.

Cefaï D. et Amiraux V., 2002, « Les risques du métier. Engagements problématiques en sciences sociales. Partie 1 », Cultures & Conflits, no 47, p. 15-48.

Chataigner J.-M. et Magro H. (dir.), 2007, États et sociétés fragiles. Entre conflits, reconstruction et développement, Paris, Karthala.

Cingolani P., 2006, La précarité, coll. « Que sais-je ? », Paris, Presses universitaires de France.

Copans J., 2001, « Afrique noire : un État sans fonctionnaires ? », in Raffinot M. et Roubaud F. (dir.), Les fonctionnaires du Sud entre deux eaux : sacrifiés ou protégés ?, Autrepart, no 20, p. 11-26.

Darbon D. (dir.), 2009, La politique des modèles en Afrique : simulation, dépolitisation et appropriation, Paris, Karthala.

– 2003, « Réformer ou reformer les administrations projetées des Afriques ? Entre routine anti-politique et ingénierie politique contextuelle », Revue française d’administration publique, n 105-106, p. 135-152.

– 2012, « Classe(s) moyenne(s) : une revue de la littérature. Un concept utile pour suivre les dynamiques de l’Afrique », Afrique contemporaine, vol. 4, no 244, p. 33-51.

de Certeau M., 1990, L’Invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard.

de Roose F. et Van Parijs Ph., 1991, La pensée écologiste. Essai d’inventaire à l’usage de ceux qui la pratiquent comme de ceux qui la craignent, Bruxelles, De Boeck Université.

Fall A.-S. et Lericollais A., 1992, « Light, rapid rural appraisal : des méthodologies brillantes et légères ? », Bulletin de l’APAD [En ligne], 3, mis en ligne le 5 juillet 2006, Consulté le 21 mai 2014 [http://apad.revues.org/376].

Fall A.-S., 2007, Bricoler pour survivre. Perceptions de la pauvreté dans l’agglomération urbaine de Dakar, Paris, Karthala.

Guèye El Hadji Séga, 2010, La précarité du travail au Sénégal. L’expérience des employés de la Sococim et des ICS, Paris, L’Harmattan.

Hajer M.A., 2005, The Politics of Environmental Discourse. Ecological Modernization and the Policy Process, Oxford, Clarendon Press, reprinted 2005.

Hibou B., 2011, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte.

Jampy V., 2012, Le gouvernement expert de l’aide publique du développement. Pratiques et représentations des « développeurs » au Sénégal, Doctorat de Science Politique Université Paris I – Panthéon Sorbonne, Paris, 511 p.

Jobert B., 2003, « Le mythe de la gouvernance dépolitisée », dans Favre, Pierre, Schemeil, Yves, Hayward, Jack (Dirs.), Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca, Paris, Presses de Sciences Po, p. 273-285.

Lascoumes P., 1994, L’éco-pouvoir. Environnement et politiques, Paris, La Découverte.

Laurent P.-J., 2000, « Le « big man » local ou la « gestion coup d’État » », Politique Africaine, no 80, p. 169-181.

Lavigne Delville Ph. et Abdelkader A., 2010, « À cheval donné, on ne regarde pas les dents ». Les mécanismes et les impacts de l’aide vus par des acteurs nigériens, Études et Travaux no 83, Niamey, LASDEL.

Lemieux C., 2007, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 1, p. 191-212.

Mathieu M., 2000, « Projets de développement et corruption. Prédispositions et effets d’entraînement », in Blundo G., Monnayer les pouvoirs. Espaces, mécanismes et représentations de la corruption, Paris/Genève, PUF/IUED, p. 123- 155.

– 2007, « “Une république autonome”. La corruption au quotidien dans un programme de coopération au développement », in Blundo G. et Olivier de Sardan J.-P., État et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal), Paris, Apad-Karthala, p. 285-315.

Maurin É., 2009, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, Paris, Seuil.

Mosse D. 2005, Cultivating Development. An Ethnography of Aid Policy and Practice, Londres & Ann Arbor, Pluto Press.

Mottin M., 2007, « Drama for Social Change : Theatre for Development or the Development of Theatre ? », Studies in Nepali History and Society, vol. 12, no 2, p. 321-349.

Naudet J.-D., 1999, Trouver des problèmes aux solutions. Vingt ans d’aide au Sahel, Paris, OCDE.

Olivier de Sardan J.-P., 2008a, La rigueur du qualitatif : les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-La-Neuve, Academia-Bruylant.

– 2008b, « À la recherche des normes pratiques de la gouvernance réelle en Afrique », Discussion Paper, African Power and Politics, no 5, ODI.

Ostrom E., 1996, « Crossing the Great Divide : Coproduction, Synergy, and Development », World Development, 1996, vol. 24, no 6, p. 1073-1087.

Paugam S., 2007, Le salarié de la précarité : les nouvelles formes de l’intégration professionnelle, Paris, Presses universitaires de France.

Pezeril Ch., 2007, « Réflexivité et dualité sexuelle : déconstruction d’une enquête anthropologique sur l’islam au Sénégal », Journal des anthropologues, n 108-109, p. 353-380.

Radaelli C., 2000, « Logique de pouvoirs et « récits » dans les politiques publiques de l’Union européenne », Revue française de science politique, vol. 50, no 2, p. 255-275.

Ridde V., 2011, « Politiques publiques de santé, logiques d’acteurs et ordre négocié au Burkina-Faso », Cahiers d’études africaines, no 201, p. 115-143.

– 2012, « Réflexions sur les per diem dans les projets de développement en Afrique », Bulletin de l’APAD, no 34-36 [http://apad.revues.org/4111].

Rist G. (dir.), 2002, Les mots du pouvoir. Sens et non-sens de la rhétorique internationale, Genève/Paris, Institut universitaire d’études du développement/Presses Universitaires de France.

Rudolf F., 2013, « De la modernisation écologique à la résilience : un réformisme de plus ? », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], vol. 13, no 3, décembre 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 17 février 2015 [http://vertigo.revues.org/14558] ; [DOI : 10.4000/vertigo. 14558].

Ségalini C., 2012, « Les agents des parcs nationaux au Sénégal : soldats de la participation ? », Politique africaine, no 128, p. 101-119.

– 2014, Les professionnels de l’aide sénégalais. De la précarité au travail à la fragile légitimation de l’écologie dominante, Doctorat de Science Politique, Bordeaux, Sciences Po Bordeaux.

Stirrat R.L., 2008, « Mercenaries, Missionaries and Misfists. Representations of Development Personnel », Critique of Anthropology, vol. 28, no 4, p. 406-425.

Notes

5 Si le monde professionnel de l’aide occupé par les Sénégalais est un milieu très diversifié, je distingue schématiquement deux groupes : le groupe des « petits » développeurs qui rassemble des agents de développement sénégalais (contractuels ou fonctionnaires) confrontés à des difficultés professionnelles, et le groupe des « grands » développeurs qui réunit des consultants indépendants et de hauts fonctionnaires de l’administration qui participent à l’élaboration des politiques de développement et jouissent d’une sécurité professionnelle tant sur le plan de l’emploi que des conditions de travail.

6 Je discuterai ce terme plus bas. Notons à ce stade que, suivant Paugam (2007), j’y intègre à la fois les insatisfactions dans l’emploi et l’instabilité liées au travail, entendu comme activité productive.

7 Parler de « modernisation écologique » peut paraître abusif dans la mesure où cette catégorie générale tend à écraser les aspérités relatives à la diversité des discours écologistes. Aussi, l’usage d’une telle expression relève d’un choix épistémologique délibéré de ma part que j’ai effectué à la suite d’un certain nombre de lectures qui livraient, à mes yeux, un travail interprétatif éclaté sur le sens de pratiques écologistes (discursives ou comportementales) qui, pourtant, avaient entre elles un certain air de famille. Comme l’ont bien montré Frank de Roose et Philippe Van Parijs (1991), au-delà de leur diversité foisonnante, les discours écologistes n’en restent pas moins traversés par des lignes de fracture significatives qui permettent d’effectuer des distinctions importantes. L’une de ces distinctions consiste à différencier une majorité de discours établis qui se réfère au paradigme de la modernisation écologique et une minorité de discours qui se veut alternatif. Très schématiquement, les discours de la modernisation écologique envisagent la gestion de la crise écologique en se basant sur les piliers de la modernité, à savoir la science, la technique, l’économie et dans une moindre mesure des logiques organisationnelles à travers les questions dites de gouvernance (Rudolf, 2013). Les discours de la modernisation écologique réhabilitent de cette manière les notions de développement et de progrès, et se distinguent en cela des discours écologistes alternatifs qui remettent en question l’idée même de développement économique et technique.

8 Pierre Lascoumes (1994) rappelle que tout en infléchissant dans certains domaines la prédominance du développement économique sur les enjeux environnementaux, la consécration dans les années 1990 du développement durable a surtout encouragé l’expérimentation de nouvelles modalités d’action et surtout une délégation des modalités de gestion aux populations.

9 Dans mon cas de figure, on ne peut pas parler de recherche sous contrat puisque le bureau d’études qui a financé ma thèse n’a pas eu d’effet sur la construction de mon objet d’étude. L’incidence du bureau d’études sur mon travail s’est exercée de deux façons : d’une part de manière contraignante en délimitant un temps de travail en entreprise qui n’était pas en lien avec ma recherche ; et d’autre part comme une opportunité qui m’a permis d’appréhender de près un maillon de la chaîne du développement dont j’avais peu entendu parler, à savoir celui du conseil en développement. Bien que n’étant pas au centre de mes interrogations, la découverte de la consultance en développement m’a aidée à me constituer une vision plus globale du fonctionnement du système d’aide.

10 La durée des deux enquêtes s’est finalement déroulée sur un peu moins d’un an entre novembre 2010 et avril 2012. Cette période de terrain a été définie en fonction des missions effectuées au sein du bureau d’études qui finançait mes recherches.

11 Entretien avec l’expert biodiversité du programme, Dakar, DPN, avril 2011.

12 Entretien avec un agent des parcs nationaux, Dakar, DPN, mars 2011.

13 Aussi modestes soient-ils, les revenus d’une étudiante occidentale sont perçus comme supérieurs à ceux d’un Sénégalais.

14 Depuis le 1er juillet 2013, un visa biométrique est obligatoire pour entrer au Sénégal pour les ressortissants des pays qui soumettent les Sénégalais à la formalité du visa payant. Pour encourager le tourisme, le 3 avril 2015, le Sénégal a décidé la suppression du visa payant sur le territoire national à compter du 1er mai 2015.

15 Entretien avec un agent des pêches maritimes, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, avril 2011 ; entretien avec un agent des parcs nationaux, Dakar, DPN, mars 2011.

16 Je préfère utiliser le terme « occidental », car dans le cadre strict de mon enquête les personnes ont rarement utilisé le mot tuubab que ce soit dans les moments de drague ou non. Ce terme désigne le Blanc dans les langues africaines d’Afrique de l’Ouest. Cette expression est à la base péjorative et son émergence correspond à l’époque coloniale.

17 Entretien avec le responsable du projet à la DPN, Dakar, DPN, janvier 2012.

18 On pense à l’« investigation rapide en milieu rural » (Rapid Rural Appraisal) qui est sollicitée et approuvée par les bailleurs et les développeurs (Fall et Lericollais, 1992). Dans le cadre d’une mission d’évaluation du dispositif administratif de pêche, cette méthode d’enquête a d’ailleurs été pratiquée durant la période où j’enquêtais. Une personne auprès de qui j’enquêtais me fit part de la manière dont s’est déroulé cet échange et mit en avant la rapidité de l’entretien et le peu de considération envers son mode de vie (entretien avec un agent des pêches, Missirah, 2011).

19 L’idée de plafond de verre met en lumière les frontières invisibles qui segmentent les milieux professionnels et les inégalités qui en découlent. Cette expression est généralement utilisée pour rendre compte des mécanismes discriminants à l’égard des carrières féminines. Dans le contexte de l’aide, ce plafond s’épaissit plus ou moins selon les périodes. Ainsi le début des années 2000 constitue une sorte d’appel d’air pour les professionnels sénégalais de l’aide qui s’est traduit par un accès plus important des personnes à la formation ou aux unités de gestion de projets d’aide. Mais cette période s’est vite refermée.

20 Le problème d’archivage au sein de la DPM tout comme le manque d’attention porté à la rédaction de rapports périodiques détaillés a contribué à brouiller l’histoire administrative de ce service. C’est donc pour pallier à ce problème que j’ai effectué des entretiens avec d’anciens agents de la DPM.

21 Pour comprendre les usages du terme « coproduction », on peut se référer à Google Scholar. Si cette base de données ne rassemble pas l’ensemble des articles produit par la communauté scientifique, elle répertorie pourtant près de 980 textes qui permettent de se faire une idée de l’emploi de ce terme dans ce milieu et tout particulièrement celui de l’analyse des politiques publiques. Ces informations montrent que les premiers textes scientifiques portant sur la coproduction datent de 1955 et relèvent des sciences de la nature (biologie, biochimie, physique, agronomie, pharmacologie, géophysique) ou des sciences techniques (aéronautique). C’est surtout à la fin des années 1970 que le terme se diffuse dans les sciences sociales, notamment les sciences administratives. Cette réappropriation se fait notamment par des chercheurs de l’université d’Indiana (Ostrom, Parks, Percy) et de l’université de Caroline du Nord qui rappellent, dans une perspective institutionnelle et de gestion participative, que la mise en œuvre de politiques publiques ne repose pas uniquement sur les fonctionnaires, mais aussi sur l’action des citoyens. Dans une perspective normative visant l’amélioration du bien-être des citoyens, ces chercheurs en appellent à une coproduction des services publics basée sur une meilleure communication entre administrateurs et administrés. Ces réflexions trouvent alors une forte résonance dans le contexte de crise fiscale américaine et de diffusion des thèses libérales du Public Choice : la « coproduction » entre administrateurs et administrés est envisagée comme un moyen de réduire les dépenses administratives. En publiant en 1996 un article consacré à la coproduction des services publics au Brésil et au Nigeria, Ostrom poursuit la diffusion de ce terme, cette fois-ci dans le domaine des études sur le développement. Et même si Ostrom se situe dans une perspective institutionnelle, et non libérale, de l’amélioration des services publics, son approche reste prescriptive et insatisfaisante notamment pour analyser les interactions asymétriques qui émaillent les relations d’action publique.

22 Pour plus de détails sur cette question, il est possible de se référer à l’ouvrage dirigé par Gilbert Rist qui s’intitule Les mots du pouvoir. Sens et non-sens de la rhétorique internationale (2002) ou encore au texte de Bruno Jobert « Le mythe de la gouvernance dépolitisée » (2003).

23 Je fais ici référence tout particulièrement à un entretien effectué avec un des anciens directeurs des parcs nationaux, Dakar, avril 2011.

24 Bien que très extensive, cette notion n’en reste pas moins commode. Je l’envisage en effet comme une manière d’attirer l’attention sur une problématique générale qui doit ensuite être déclinée et illustrée par des données de terrain. C’est d’ailleurs ce que Serge Paugam s’est appliqué à faire à travers sa tentative de définition d’un espace de travailleurs précaires dans son ouvrage intitulé Le salarié de la précarité : les nouvelles formes de l’intégration professionnelle (2007). Cet espace de travailleurs précaires comprend selon lui les travailleurs touchés par une intégration laborieuse qui se définit par l’insatisfaction au travail et la stabilité de l’emploi, ceux concernés par une intégration incertaine qui conjugue la satisfaction au travail et l’instabilité de l’emploi, enfin ceux visés par une intégration disqualifiante qui correspond à la double insatisfaction d’un travail aliénant et d’un emploi instable.

25 En dépit des nombreuses recherches auprès du ministère de la Fonction publique du Sénégal pour avoir des données sur la grille des salaires du secteur public, nous n’avons pu avoir accès à ces informations. Parmi les fonctionnaires travaillant dans le projet de gestion du littoral étudié, on peut voir que les salaires sont d’environ 50 000 francs CFA par mois pour les agents subalternes et de 250 000 francs CFA pour les cadres supérieurs.

26 Je n’ai pas réussi à obtenir de la bouche même des agents contractuels du projet le montant de leur salaire. Des cadres de la DPN et de la DPM m’ont donné ces informations et m’ont permis de me faire une idée de l’ordre de grandeur de leur revenu mensuel.

27 Entretien avec un ingénieur halieute de la DPM parti à la retraite, Dakar, avril 2011.

28 Entretien avec un conservateur de la DPN, Dakar, décembre 2010.

29 Discussion avec un agent des pêches maritimes du Secrétariat.

30 Entretien skype avec le responsable du projet au sein de la Banque mondiale, mai 2013. Cette position m’a aussi été présentée par d’autres personnes.

31 Entretien avec l’expert-planification des pêcheries du projet, mars 2012. Même si j’essaie de comprendre un peu plus les motivations de cette réorientation en lui demandant si le caractère trop politique du poste de conseiller le contrariait, celui-ci refuse de répondre à cette question.

32 La mobilité professionnelle se distingue de la rupture qui implique une orientation dans un domaine professionnel sans lien avec le précédent.

33 Entretien avec l’expert-planification des pêcheries du projet, Dakar, mars 2012.

34 Comme le soulignent certains auteurs (Radaelli, 2000 ; Hajer, 2005), l’analyse discursive montre que les discours ou les narrations n’ont pas forcément une forme cohérente et une consistance importante. Le manque de cohérence peut parfois être la règle de fonctionnement d’un discours.

35 Discussion avec un ingénieur des pêches, Dakar, avril 2011.

36 Il existe deux types de per diem : ceux qui assurent le défraiement des agents partis en mission et ceux qui sont attribués aux bénéficiaires en guise de motivation pour participer aux activités développées dans le cadre d’un projet. Valéry Ridde (2012) fait remonter cette pratique aux années 1970, au moment où les projets de coopération internationale se multiplient et où la distribution des per diem pour motiver les personnes tend à se diffuser.

37 Entretien téléphonique avec un agent des pêches parti à la retraite, juillet 2014.

38 Entretien avec un agent des pêches, Dakar, avril 2011.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site