Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au cœur des mondes de l'aide internationale

 | 
Philippe Lavigne-Delville
, 
Marion Fresia

3. L’ethnographe embarqué et la pensée institutionnelle du HCR

Sortir du terrain, entrer dans la critique anthropologique

Giulia Scalettaris

Texte intégral

1Toute organisation produit sa propre culture et développe une façon de lire son environnement et ses actions. C’est en particulier le cas des organisations internationales, qui produisent une abondante littérature sur leurs contextes d’interventions, leurs stratégies, leurs actions. Cette « pensée institutionnelle » imprègne à des degrés divers les individus socialisés au sein de l’organisation ou travaillant étroitement avec elle. La pensée institutionnelle et la critique anthropologique sont deux formes de connaissance distinctes qui ont chacune leurs modes de production, leur nature et leurs conditions de validité spécifiques. Elles sont en même temps étroitement liées, puisqu’elles portent sur les mêmes réalités. Je voudrais dans ce chapitre approfondir la différence épistémologique entre la critique anthropologique et la pensée institutionnelle, ainsi que les difficultés que j’ai rencontrées lorsque, m’investissant dans la rédaction de ma thèse en anthropologie à l’issue d’un poste au sein du Haut Commissariat des Nations-unies pour les Réfugiés (HCR), il m’a fallu cerner et maîtriser cette différence pour parler, en tant qu’anthropologue, du HCR et de son action.

2Pour l’ethnologue embarqué au sein du HCR, objectiver et déconstruire le savoir expert de cette institution s’avère particulièrement difficile. Mon enquête ethnographique, menée en tant qu’employée au sein du HCR, a été fortement imprégnée de la pensée institutionnelle de cet organisme. En qualité de Reporting Officer, je devais notamment produire des textes destinés à une diffusion externe : propositions de financement, rapports, bulletins, brochures. J’ai donc dû apprendre à parler, écrire et penser comme un fonctionnaire du HCR et au nom de celui-ci. Une fois le terrain terminé, je me suis retrouvée à nouveau face à un ordinateur, à devoir analyser et assembler des données pour produire des narrations significatives. Mais le savoir que je devais alors commencer à produire était d’un tout autre type.

3Alors que je me suis facilement et rapidement appropriée la pensée institutionnelle du HCR, j’ai rencontré des difficultés à objectiver et déconstruire cette même pensée. C’est ainsi que, lorsque je suis sortie du HCR pour préparer ma thèse, je me suis retrouvée piégée, pendant un certain temps, dans une sorte d’entre-deux. D’un côté, je ne devais plus produire de discours dans le langage du HCR, et de l’autre, j’étais incapable de produire de la critique anthropologique. Le processus de distanciation par rapport aux catégories analytiques du HCR, et la recherche de l’angle à partir duquel traiter mes données ethnographiques se sont traduits par une longue errance épistémologique. Bien qu’insidieuse, cette phase a été essentielle pour parvenir, au bout de plusieurs années, à rédiger ma thèse en anthropologie intitulée « La fabrique du gouvernement international des réfugiés. Bureaugraphie du HCR dans la crise afghane » (Scalettaris, 2013).

4À partir d’une enquête menée au sein de l’organisation, entre le siège de Genève et le bureau de Kaboul, entre 2006 et 2008, ce travail analyse l’intervention du HCR dans le cadre de la crise afghane et interroge la manière dont le HCR exerce son autorité, la portée de son action et la façon dont cet organisme participe au gouvernement du monde contemporain. Il s’inscrit dans le cadre d’un ensemble croissant de travaux récents d’anthropologues qui, à la suite de l’étude fondatrice de James Ferguson (1994), étudient les organisations internationales et les institutions de l’aide en adoptant une démarche ethnographique (Mosse, 2005, 2011 ; Müller, 2012, 2013 ; Atlani-Duault, 2005 ; Abélès dir., 2011 ; Fresia, 2009, 2012 ; Li, 2007 ; Jean-Klein et Riles, 2005).

5Un des principaux défis mentionnés par les anthropologues des institutions est la question de l’accès à un terrain où non seulement la possibilité de participation est très réduite, mais où très souvent aussi l’observation est fortement contrainte. En raison, entre autres, de l’existence de rapports étroits entre anthropologie et milieux de l’aide, certains des auteurs mentionnés ont adopté au contraire un rôle d’insider, c’est-à-dire qu’ils ont participé directement à l’action institutionnelle, assumant une fonction et un statut (différents de ceux d’ethnographe de l’institution) reconnus par celle-ci. Cela a été le cas, par exemple, de David Mosse, qui a analysé le projet financé par l’agence britannique DFID qu’il a lui même contribué à dessiner.

6Face à la réception de son manuscrit par ses anciens collègues, Mosse a expérimenté que c’est la sortie qui est difficile, parce que l’écriture suppose de rompre avec le réseau des acteurs opérationnels (Mosse, 2006). Dans ce chapitre, j’aborde une autre difficulté liée à la sortie de l’ethnographe de l’institution au sein de laquelle il a travaillé, difficulté antérieure à celle-ci. Il s’agit du défi que représente la distanciation par rapport à la pensée institutionnelle et du risque d’encastrement idéologique qui va de pair avec une proximité forte avec l’institution. Toute démarche anthropologique implique la difficulté de gérer et de rendre heuristique la tension entre identification et distanciation. Dans mon cas, cette difficulté s’est posée d’autant plus fortement que ma formation initiale était en relations internationales et que mon terrain s’est déroulé lors des prémices de mon parcours professionnel : à la fois apprentie fonctionnaire et apprentie chercheuse anthropologue, j’étais encore en quête du type d’engagement professionnel qui me correspondait le plus.

7J’examinerai dans un premier temps les difficultés que j’ai rencontrées à démêler le savoir anthropologique du savoir expert, puis j’essaierai d’expliciter la démarche théorique et réflexive qui m’a permis non seulement de produire du savoir anthropologique sur le HCR, mais aussi d’envisager le rapport entre le savoir expert et le savoir anthropologique comme un objet de réflexion, voire un objet d’enquête à part entière.

Embarquée dans l’institution

  • 1 À ce propos Gasharian (2002 : 10) relève que le terrain ethnographique combine de manière paradoxa (...)

8L’enquête qui est à la base de la production du savoir anthropologique implique une relation du chercheur à son terrain, qui est à la fois une relation de proximité et d’altérité (Agier, 2006). La proximité autorise à participer aux relations sociales alors que l’altérité permet d’objectiver celles-ci1. Mon statut d’employée du HCR s’est traduit par une immersion sociale et cognitive intense dans le monde de l’institution, donc par une très forte proximité. Le fait d’être employée a fortement influencé ma manière de penser et de regarder le monde, et par conséquent, ma manière d’observer ce qui se passait autour de moi. Mon directeur de thèse m’avait conseillé de mettre tous les mots et les discours du HCR entre guillemets, mais à l’époque je n’ai pas pu suivre jusqu’au bout ce conseil, parce que j’étais complètement immergée dans mon terrain : cela aurait voulu dire travailler, socialiser, penser et vivre entre guillemets !

9Cette forte imprégnation du terrain s’explique tout d’abord par le contexte institutionnel. Le HCR exerce sur son personnel une forte emprise cognitive qui va de pair avec la socialisation et l’identité socioprofessionnelle. L’institution demande une sorte de conversion de ses employés. Dans mon cas, celle-ci s’est faite de manière inconsciente et rapide lors de la phase d’apprentissage initiale qui consistait à intégrer les codes et la rationalité de l’institution, essentiels pour mener à bien ma tâche. Ensuite, l’institution tend à phagocyter ses employés tant socialement que cognitivement, et à s’imposer comme un univers de sens dominant dans leurs vies. Cela est particulièrement visible dans le cadre des missions dans les zones considérés comme « hardship duty stations » par le HCR, à l’image de la mission en Afghanistan où le personnel HCR reste enfermé durant tout son séjour dans l’espace de l’entre soi, c’est-à-dire entre les bureaux de l’institution et les résidences des employés, sans jamais être en contact avec la société afghane. Dans ce contexte l’organisation se constitue comme le principal référent social et affectif du personnel expatrié.

  • 2 Cf. par exemple Harrell-Bond, 1986.

10Ma forte imprégnation cognitive s’explique également par mon parcours individuel, qui est à l’origine de ce terrain. Je me suis intéressée au HCR il y a une dizaine d’années après un diplôme en relations internationales et des expériences diverses auprès de migrants et demandeurs d’asile en Italie. à l’époque je voyais dans cette organisation un possible débouché professionnel, car je percevais les valeurs onusiennes et humanitaires comme proches des miennes. Mais d’un autre coté, j’étais aussi interpellée par le décalage que je constatais entre la vision du monde du HCR et le vécu et les stratégies des migrants, ainsi que par les critiques virulentes dont le HCR avait fait l’objet depuis les années 19902. Puisant dans une approche normative des organisations internationales, les outils analytiques dérivés de mes études universitaires s’avéraient inopérants pour interroger la réalité institutionnelle du HCR. C’est pourquoi je me suis tournée vers la démarche anthropologique.

  • 3 Ce stage a été facilité par mon premier stage à Rome ainsi que par un séjour en Afghanistan en 200 (...)

11Centré sur le dossier afghan, mon projet de thèse est ainsi né suite à un premier stage dans le bureau du HCR de Rome en 2005, de la volonté d’appréhender d’une manière critique l’action de cette organisation à partir de ma propre expérience d’apprentie fonctionnaire. Mon terrain a commencé par un second stage au siège de Genève, dans le Desk pour l’Afghanistan (mars/juillet 2006)3. Ensuite, j’ai été embauchée dans le cadre du programme des Volontaires des Nations-unies au sein du Branch Office de Kaboul, où en tant que Donor Reporting Officer, j’étais chargée des rapports avec les bailleurs de fonds et de la rédaction de matériel destiné à la circulation externe (avril 2007/mars 2008). Mes supérieurs et collègues les plus proches savaient que j’étais inscrite en doctorat à l’EHESS et que je souhaitais mener une thèse en anthropologie sur la base de cette expérience, mais à l’époque ce projet restait flou, car je n’avais pas encore développé une problématique définitive. Mon tout premier projet de thèse portait sur le retour des réfugiés en Afghanistan et restait très ouvert, en fonction des possibilités et des modalités d’enquête qui s’offriraient. C’est dans un second temps, lorsque l’occasion d’un contrat UNV avec le HCR à Kaboul s’est présentée, que l’intérêt – et la possibilité – de prendre l’institution-HCR elle-même comme objet d’étude ont émergé.

12Ce parcours particulier m’a conduite à développer une méthode d’enquête qui relève de la participation observante (plutôt que de l’observation participante) : c’est-à-dire que, pendant mon terrain, la casquette d’apprentie fonctionnaire onusien et celle d’ethnologue ont fusionné. D’un côté, j’étais déterminée à engager une réflexion dans le cadre d’une thèse en anthropologie à partir de cette expérience pour mieux comprendre la portée de l’action de cette institution et décider, par la suite, si c’était vraiment ce que je voulais faire. De l’autre côté, je n’avais pas une formation en sciences sociales et d’affiliations significatives dans le milieu académique, et c’est pourquoi l’anthropologie ne m’offrait pas à l’époque de véritable contrepoids cognitif, social et professionnel. La casquette d’apprentie fonctionnaire était donc une composante très importante de mon identité : c’était avant tout en tant que jeune fonctionnaire du HCR que j’ai été socialisée, déstabilisée et valorisée pendant mon terrain en Afghanistan.

13Être expatriée onusienne à Kaboul a été une expérience très intense : l’apprentissage rapide pour intégrer l’institution, les rythmes de travail, la forte socialisation, la fréquence des congés, la difficulté à gérer ma vie privée, etc. Par ailleurs, ayant intégré l’institution et avec elle les logiques de promotion, j’ai commencé à envisager la possibilité de rester plus longuement au sein du HCR, si l’opportunité se présentait... Mon travail d’ethnologue se limitait à rédiger tous les soirs, de manière systématique, mon carnet de terrain. J’y notais tout ce qui me paraissait digne d’intérêt. Je m’efforçais aussi dans la mesure du possible de noter en marge de mes notes de travail d’éventuels observations et commentaires. En tant qu’apprentie ethnologue j’étais plutôt frustrée de cette observation « lâche », mais je n’ai jamais eu ni le temps, ni la disposition mentale pour réfléchir à une problématique ou à des questionnements afin d’orienter l’observation. J’avais apporté des ouvrages académiques, mais je n’en ai jamais ouvert un seul. Pourtant l’impératif de prendre des notes, donc l’attention supplémentaire que je portais à tout ce qui se passait et le fait de devoir choisir ce qui était digne d’intérêt, a engendré une situation de dédoublement permanent qui a rendu possible l’observation. Pendant un an, j’ai eu le sentiment de « vivre au carré ».

14Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000) propose de distinguer trois modalités d’« implication forte » de l’ethnologue sur son terrain : l’engagement ambigu, à l’image de l’activité de désensorceleuse que Jeanne Favret Saada a entrepris pour pourvoir étudier la sorcellerie ; la conversion, à l’image de Benedetta Jules-Rosette qui en étudiant une église syncrétique a fini par se convertir ; et le dédoublement de statut, à l’image de Thierry Berche, médecin qui a dirigé un programme de développement pour l’agence allemande GTZ au Mali, alors même que cette expérience constituait le terrain de son étude anthropologique. Mon implication au sein du HCR est assimilable à cette dernière posture. Le fait d’avoir cherché à être embauché par le HCR ne relève pas que d’une stratégie d’implication contextuelle : les deux projets (expérience professionnelle au HCR, thèse) sont nés et se sont développés en parallèle, dans un esprit d’intérêt authentique pour les deux. Si conversion il y a eu, elle a été postérieure, et m’a amenée vers le métier de chercheur. Comme dans le cas de Thierry Berche, mon parcours biographique m’avait déjà conduit à être impliquée sur mon terrain. Par ailleurs, le fait d’être apprentie ethnologue en milieu institutionnel me distingue de la plupart des anthropologues ayant mené des enquêtes au sein des organismes de l’aide. En effet ils avaient déjà une identité, un statut professionnel, ou en tout cas une forma mentis d’anthropologue avant de démarrer leur terrain, ces éléments ayant déterminé leur recrutement et/ou les fonctions remplies dans l’institution (par exemple en tant que consultant).

15Mon terrain s’est achevé de manière assez abrupte au moment du renouvellement de mon contrat annuel. Je n’avais pas programmé de partir si vite : quitter mon poste impliquait de mettre de côté de manière assez définitive le projet d’une carrière au HCR ; j’aurais aussi souhaité parvenir à un peu de recul avant de quitter Kaboul, pour faire le point sur mes données ethnographiques et mener des entretiens ciblés. Mais une série de facteurs concomitants – parmi lesquels des attaques suicides à Kaboul contre des expatriés ayant accru mon inconfort et mon besoin de réfléchir au positionnement des organisations de l’aide en Afghanistan ainsi qu’un certain « burn out » provoqué par le dédoublement – m’ont conduite à partir. Dès lors, le projet de la thèse s’est imposé comme le seul auquel me consacrer entièrement. Je me suis ainsi retrouvée dans une bibliothèque parisienne avec trois carnets de terrain, neuf carnets de travail et des centaines de documents institutionnels. Comment dégager une problématique, comment transformer ce matériel en données ? Un véritable défi s’est posé : il m’a fallu entreprendre un travail de distanciation – de débarquement – qui a été long et insidieux.

Piégée dans l’entre-deux

16Une fois sortie du terrain, il a été difficile de s’affranchir de la pensée institutionnelle du HCR et de retrouver un autre référent épistémologique. C’est ainsi que les représentations et les catégories du HCR, leur rationalité, leur terminologie ont agi sur moi comme un aimant, paralysant dans un premier temps l’analyse. En confirmation du fait que « plus d’implication [...] n’est toutefois pas la garantie automatique d’un « plus » en terme de qualité ethnographique ou sociographique [...] elle peut être [...] un obstacle méthodologique » (Olivier de Sardan, 2000 : 432), j’ai erré longuement dans cette « zone grise » entre savoir anthropologique et savoir expert du HCR, et j’ai risqué de m’y noyer. Ma posture était floue. J’étais bloquée, sans réussir à m’orienter, perdue dans un labyrinthe de miroirs où se confondaient les représentations du HCR, celles des autres chercheurs, et celles que je devais moi-même produire pour conceptualiser et problématiser le HCR et son action.

17Pour construire une analyse anthropologique, il me fallait me démarquer du cadre cognitif du HCR et mettre, en effet, la terminologie de l’institution entre guillemets et découvrir un autre langage, un autre registre et d’autres catégories analytiques. Il s’agissait de trouver une nouvelle posture et un autre angle d’attaque pour appréhender le HCR et son action. Dans cette tentative de « désapprentissage », j’ai eu beaucoup de mal à articuler ma réflexion. Toutes les catégories que j’étais habituée à utiliser ne fonctionnaient plus, et je commençais à me rendre compte qu’en réalité elles véhiculaient la vision du monde du HCR. Il fallait par conséquent non seulement esquiver ces catégories, mais les considérer comme des objets en soi pour y déceler cette vision du monde et analyser leur fonction dans l’agencement du régime international des réfugiés. Mais comment réfléchir à tout cela ? À partir de quels mots ?

18Ainsi, j’étais confrontée à une sorte d’impasse terminologique. Je ne trouvais plus de mots qui puissent servir d’accroches solides. Le terrain s’effondrait sous mes pieds. Par exemple, comment parler des flux migratoires et des destinataires de l’action du HCR ? Je retrouve encore parfois dans mes textes, à plusieurs endroits, l’utilisation du terme de « bénéficiaires » au lieu de « destinataires » des programmes, un signe de mon imprégnation de la pensée du HCR. J’avais besoin de termes descriptifs pour m’aider à analyser la manière dont le HCR appréhendait le phénomène migratoire, élaborait et appliquait les étiquettes comme celles, par exemple, de « refugié » et de « migrant ». Mais j’étais confrontée, sur le plan terminologique, à ces mêmes étiquettes et il était difficile de les esquiver. Le HCR fait la différence entre le « Nord » et le « Sud » du monde, ou celle entre « asile » et « migration ». Je ne voulais pas reproduire ces catégories, mais comprendre plutôt comment elles se constituaient en catégories valides pour représenter le monde et organiser l’action institutionnelle. Il en allait de même pour les notions « droits de l’homme », « droit international des réfugiés », « démocratie », et même celle d’« Afghanistan » et d’« Afghans »... Je me rendais compte que toutes ces notions traduisaient une certaine conception du politique, qui était le fruit d’une histoire philosophique et institutionnelle propre à l’Occident.

19Il a été également difficile de développer une problématique, car je n’arrivais pas à faire de distinction claire entre « policy reflection » et pistes de recherches pour démarrer une critique anthropologique. J’ai été particulièrement sensibilisée à la thématique de la mobilité dans les politiques du HCR au cours de mon terrain, car j’ai été proche de deux cadres qui avaient élaboré une stratégie novatrice, voire révolutionnaire, au sein du HCR. Celle-ci reconnaissait la mobilité comme indispensable à la subsistance des Afghans, alors même que les « solutions traditionnelles » du HCR, qui étaient à l’œuvre jusque-là, impliquaient toujours la sédentarisation des réfugiés. Je confondais les plans : comment envisager dans le cadre de ma thèse la question de la mobilité et cette approche novatrice ?

20Dans un premier temps, j’ai eu tendance à appuyer et à louer cette stratégie, exprimant ainsi un jugement de valeurs sur cette politique. Le HCR a toujours favorisé le sédentarisme des réfugiés, ce qui constitue une limite importante de son action. C’est ainsi que cette nouvelle stratégie le fait et devait par conséquent servir d’exemple. Mes premières publications (Scalettaris, 2010), témoignent de cette posture élogieuse que j’avais adoptée à l’époque, et qui révélait, d’une certaine manière, un pas en arrière dans le processus de déconstruction que j’avais entamé avant de me rendre sur le terrain (Scalettaris, 2007). De plus, la réflexion engagée par le HCR entre 2007 et 2010 sur l’intégration de la question des mobilités dans le cadre de ses politiques (Crisp, 2008 ; Long 2009) m’avait perturbée. Je craignais en effet que mon sujet de thèse soit décortiqué et épuisé par les consultants du HCR, qui seraient parvenus aux mêmes conclusions que les miennes, mais bien plus rapidement !

21On peut bien comprendre que dans ces conditions, la construction de l’objet-HCR et l’écriture ont été pénibles. Pendant longtemps, ceux qui me lisaient disaient que mes textes ressemblaient à un rapport. Je n’arrivais pas à exploiter mes données ethnographiques de manière satisfaisante. Celles-ci sont d’ailleurs longtemps restées intraitables et opaques. L’autocensure était toujours à l’œuvre et m’empêchait de mettre en scène la vie quotidienne et les pratiques auxquelles j’avais participé et que j’avais observées. En tant que chargée des relations extérieures, j’avais été habituée à occulter les tensions internes et à donner l’illusion d’une institution cohérente et homogène. Je craignais, en racontant la vie de l’institution de l’intérieur, de trahir mes anciens collègues et l’institution. C’est de cette manière que je concevais les enjeux éthiques de mon travail d’anthropologue, dans la période qui a immédiatement suivi la fin de mon terrain.

22À cela, il faut ajouter qu’au début de ma découverte de l’anthropologie, j’avais tendance à la considérer comme un savoir neutre et objectif, qui prétend détenir la « vérité ». Ainsi, je cherchais des références qui m’aideraient à développer ma problématique, et à produire à mon tour un savoir neutre et objectif. Mais je ne trouvais pas de « neutralité pure » dans les ouvrages anthropologiques et sociologiques que je consultais. C’est ainsi que j’ai découvert qu’une vaste production scientifique, vers laquelle je m’étais dans un premier temps orientée, se situait décidemment et explicitement au sein de l’univers épistémologique du régime des réfugiés. J’ai compris qu’il fallait prendre de la distance avec cette littérature, même si cela s’avérait difficile car elle englobait une vaste production d’ouvrages. Elle incluait aussi d’autres productions dont les auteurs adoptaient pourtant une démarche critique et tenaient à se distancier de l’approche des experts, mais utilisaient néanmoins certaines catégories par rapport auxquelles je souhaitais prendre de la distance. Par exemple, tout en analysant l’autorité cognitive du HCR, Barnett (2004) s’appuie et naturalise les notions de « droits de l’homme », « droits des réfugiés », de « Nord » et de « Sud » du monde. Harrell-Bond (1986) fait de même lorsqu’elle dénonce l’oppression exercée par le régime des réfugiés sur les destinataires des politiques.

23En outre la découverte de la critique post-moderne et de certains travaux sur l’expertise (Ferguson, 1994 : xv ; Boyer, 2008) m’avait perturbée : n’étais-je pas en train d’essayer de construire une forme de savoir autre que celle du HCR, mais n’ayant, tout comme cette dernière, que le même statut de discours, de représentations ? À quoi bon tous ces efforts s’ils ne font que « reverser » mon expérience dans un autre registre et un autre langage qui n’est en réalité qu’un autre type de discours, une autre forme de connaissance parmi des milliers de possibles ? Pourquoi ce nouveau langage aurait-il eu plus d’autorité et de vérité, et qu’il aurait été plus gratifiant ?

  • 4 Si j’avais obtenu un poste de JPO au sein du HCR, je l’aurais probablement accepté, en m’efforçant (...)

24Cette longue phase de confusion intellectuelle a eu des répercussions sur les plans socioprofessionnel et identitaire. Malgré les difficultés rencontrées lors de mon terrain, le statut d’apprentie humanitaire au HCR m’avait donné une place précise dans le monde et l’amorce de la construction d’une identité socioprofessionnelle. J’étais salariée, plutôt valorisée, j’avais tissé d’intenses relations dans ce milieu orienté vers la mobilité et l’action. De plus, cette mission en Afghanistan était un tremplin qui me permettrait de me lancer dans la compétition farouche pour faire carrière à l’ONU. À l’inverse, de retour dans le milieu universitaire, je me suis retrouvée avec un statut fragile et précaire (sans financement, une faible intégration institutionnelle, des débouchés incertains), et les difficultés importantes que j’ai rencontrées dans la distanciation du terrain ont engendré une condition d’incertitude et de précarité aiguës. Même si je continuais à postuler dans le milieu onusien et humanitaire4, je m’éloignais peu à peu du milieu social des expatriés. Ma vie désormais sédentaire, l’incompréhension de mes ex-collègues vis-à-vis de la durée de mes études, tout comme mon besoin de prendre de la distance par rapport à leur monde, ont contribué à cette rupture – qui semblerait confirmer la nature « antisociale » de l’anthropologie des politiques publiques et des communautés professionnelles relevée par Mosse (2006).

La distanciation par la réflexivité et la théorie

25C’est par une démarche théorique et réflexive que je suis parvenue à me dégager, peu à peu, de cette impasse épistémologique et éthique. J’ai dû notamment me libérer d’une superstructure qui s’interposait entre mon terrain et moi. Ce parcours, que Pierre Bourdieu a qualifié d’« objectivation participante » (Bourdieu, 2003), m’a amenée à remettre en question ma formation universitaire en relations internationales, mon parcours scolaire en études classiques ainsi que, de manière plus générale, le contexte au sein duquel j’ai grandi, celui notamment d’une famille d’avocats dans un État-nation européen. Je me suis rendue compte que ma proximité et ma familiarité avec le HCR était bien plus profonde que je ne le croyais. Le rapprochement à l’épistémè du HCR avait donc commencé bien avant mon entrée dans l’organisation.

26Une première étape de déconstruction s’est faite à partir des travaux de Liisa Malkki (1992, 1995), et m’a permis d’identifier ce que j’ai appelé par la suite l’épistémè des réfugiés. Le « problème des réfugiés » prend sens dans le cadre de l’ordre national, c’est-à-dire à l’intérieur d’un système de représentations ancré dans l’État-nation qui naturalise l’isomorphisme entre les membres de communautés nationales et le territoire de leur État d’appartenance. Cette démarche m’a conduite à mettre entre guillemets toute une série de notions qui sont au centre de la mission et de l’action du HCR telles que la figure du « réfugié » au sens du droit international, la conceptualisation de la migration comme « displacement », les trois « solutions traditionnelles » au « problème des réfugiés », et les nombreuses notions qui en découlaient, comme par exemple le « caractère volontaire » du retour, ou la « réintégration » dans le pays d’origine. J’ai ainsi pu objectiver la rationalité du projet du HCR. Mais pour comprendre les procédés concrets à travers lesquels la bureaucratie du HCR fonctionnait, il fallait aller plus loin dans la déconstruction.

27Dans une étape ultérieure de l’analyse, j’ai pu identifier un univers de sens plus large dans lequel l’épistémè des réfugiés et l’action du HCR étaient enchâssés. J’ai désigné par épistémè internationale cette vision du monde selon laquelle l’État constituerait le mode universel d’organisation politique et qu’il serait dépositaire de l’autorité absolue. En m’appuyant sur la théorie du pouvoir de Foucault, sur des travaux récents d’anthropologie politique qui conceptualisent le politique comme le résultat de l’interaction entre une pluralité de « souverainetés chevauchantes » (Hansen et Stepputat, 2005) et invitent à explorer la topographie du pouvoir dans un monde globalisé (Gupta et Ferguson, 1997 ; Abélès, 2014), ainsi que sur des travaux d’anthropologie du droit (de Genova, 2002 ; Riles, 2004), je suis parvenue à « couper la tête du roi », c’est-à-dire à démystifier l’État et son pouvoir. Pour cela, j’ai dû aller au-delà du paradigme étatique et de l’approche normative du pouvoir qui conditionnaient ma propre manière de voir le monde.

28Loin d’être un pouvoir absolu et ultime, la souveraineté étatique doit être considérée par un anthropologue plutôt comme une construction sociale. Loin d’être le cadre au sein duquel les phénomènes sociaux se déroulent, ou le prisme principal à travers lequel appréhender ceux-ci, le droit sera davantage considéré comme un dispositif de pouvoir parmi d’autres dont il s’agit d’interroger le fonctionnement. La souveraineté étatique et le droit constituent les piliers qui structurent la manière dont le HCR conçoit le monde, comme un ensemble de juridictions étatiques mutuellement exclusives. Ils structurent aussi la manière dont le HCR se conçoit lui-même, en tant qu’organisation interétatique gardienne de la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés et dont les relations internes et externes sont structurées par des normes juridiques.

29Au départ, par exemple, je ne voyais aucun problème à ce que les fonctionnaires du HCR considèrent la souveraineté étatique comme un pouvoir ultime et absolu auquel l’organisation devait se plier, ou qu’ils distinguent la migration légale de celle illégale. En effet, leur perception correspondait à ma propre vision du monde, me situant moi-même dans ce même cadre cognitif étatocentré et normatif. Bien évidemment, cette vision est chamboulée dès qu’on considère la souveraineté étatique comme une construction sociale et le droit étatique comme un mode de définition des actes légitimes et illégitimes à partir d’un point de vue spécifique. Ce déplacement du regard révèle la nature interétatique du HCR et son enchâssement politique et épistémologique dans le système des États. Il oblige à expliquer les pratiques que l’épistémè internationale entraîne et autorise. Ce déplacement témoigne du fait que cette approche étatocentrée et normative n’est pas uniquement prégnante dans la manière dont le HCR appréhende le monde, mais aussi dans la manière dont il le transforme. En effet, en parlant et en agissant de la sorte, les fonctionnaires du HCR contribuent à reproduire et renforcer le mythe de la souveraineté étatique et la sacralité du droit étatique.

30C’est une fois que j’ai réussi à me libérer de cette superstructure que mes données ethnographiques ont commencé à me parler. J’ai commencé à y rechercher et à voir les pratiques bureaucratiques et sociales des fonctionnaires du HCR dans leur état vernaculaire, au-delà de la conceptualisation que l’institution en faisait, c’est-à-dire à aller au-delà de l’épistémè du HCR dont étaient imprégnées aussi mes notes de terrain. J’ai ainsi pu utiliser mes notes et mon propre travail de fonctionnaire onusien comme des points d’appui solides et concrets à partir desquels décrire et conceptualiser le HCR et son action, sans avoir à m’appuyer sur des notions préétablies, comme celles du Nord et du Sud du monde, d’États, de réfugiés, etc.

31Faire écrouler les mythes de l’État et du droit signifie alors dés-instituer le HCR. S’ouvre alors la possibilité de commencer à regarder l’institution et son mode de fonctionnement à partir des relations sociales et des pratiques bureaucratiques que j’ai pu observer. J’ai ainsi pu renverser l’image fictive de l’unité institutionnelle que le HCR met en avant et voir cet organisme comme une bureaucratie éclatée à l’échelle planétaire. Il s’agit en effet d’un réseau de bureaux, chacun embarqué dans un contexte particulier, qui est traversé par des tensions internes et façonné par la topographie des rapports du pouvoir plus vastes dans lequel il est enchâssé. J’ai pu appréhender le HCR comme l’une de ces « souverainetés chevauchantes » qui opèrent dans ce monde, et cerner ainsi la rationalité de ses rapports avec ses multiples interlocuteurs (États, ONG, organismes internationaux, leaders locaux, etc.) et l’autorité qu’il exerce à travers des dispositifs technocratiques comme la production et l’application du droit, et la mise en place de dispositifs de surveillance administrative. J’ai également pu situer la nature et le projet de l’organisation, et apprécier l’importance de sa nature interétatique. C’est tout en justifiant l’existence du HCR, ses prétentions morales et celles à l’universalité que la nature intergouvernementale du HCR circonscrit le répertoire d’action de l’organisation et son champ des possibles. Dans ma thèse, j’ai ainsi voulu faire ressortir les limites et le paradoxe d’une mission qui amène le HCR à reproduire le même ordre (national) qui est à l’origine du « problème » qu’il a pour mission de résoudre, en partant des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de la stratégie novatrice du dossier afghan.

32Opérer un dégagement de la pensée institutionnelle a été également la condition préalable pour envisager l’expertise comme la source principale de l’autorité du HCR. Au fur et à mesure de l’expansion du régime international des réfugiés, de son institutionnalisation et de sa professionnalisation depuis sa création à la fin de la Seconde guerre mondiale, celui-ci s’est configuré comme un vaste champ de pouvoir-savoir, au sein duquel le HCR, en tant que pierre angulaire de ce système, dispose d’une autorité inégalée. La particularité de l’expertise tient à son effet dépolitisant. Les récits du HCR apparaissent ainsi comme techniques, donc neutres, découlant de compétences plutôt que de jugements de valeur ou de choix politiques. J’ai approfondi en particulier la manière dont le HCR construit son autorité en produisant et déployant des narrations cohérentes sur les migrations afghanes. Cette autorité s’exerce à la fois sur les migrants (qui s’en trouvent constitués en tant que sujets gouvernables) et auprès des interlocuteurs variés qui considèrent les analyses et les données produites par le HCR comme influentes, voire comme des vérités. J’ai réalisé que les processus de production de savoir sur les migrations sont en réalité des arènes de pouvoir à part entière, au sein desquelles le HCR se prévaut de son statut d’expert pour réaffirmer continuellement ce même statut et pour avancer des prétentions particulières sur la manière dont les migrants devraient être gouvernés.

Les rapports complexes entre anthropologie et expertise

33Démêler critique anthropologique et savoir expert m’a permis non seulement d’ouvrir des pistes d’analyse pour aborder le HCR et son action, mais aussi de faire un pas en plus. J’ai ainsi également pu objectiver les relations entre savoir anthropologique et expertise. La zone grise dans laquelle j’ai longuement erré, sans repères, est désormais devenue un véritable objet d’analyse, voire un objet d’enquête à part entière.

34J’ai pu ainsi considérer sur un plan de continuité toutes les productions savantes traitant des migrations afghanes (il existe une constellation de textes produits par des institutions, des think tank, des chercheurs, des journalistes) et interroger leur production, leurs rapports réciproques ainsi que leur positionnement par rapport à l’épistémè des réfugiés et à l’épistémè internationale. J’ai alors pu constater à quel point les rapports entre production savante et régime international des réfugiés étaient étroits, complexes et souvent ambigus.

35Comme en témoigne la gestion du dossier afghan du HCR, les organismes qui participent au régime international des réfugiés ont intensifié les collaborations avec les chercheurs. Disposant d’importants financements, ces institutions créent, financent et commandent des recherches à des centres spécialisés. Elles embauchent des chercheurs en tant que consultants, voulant produire du savoir qui renseigne, voire qui légitime, leur propre savoir expert et leurs propres politiques. Les chercheurs, quant à eux, se prêtent souvent à cet exercice, que ce soit au nom d’un engagement moral, du désir de produire un savoir utile ou encore d’avoir accès à des contextes institutionnels qui sont autrement inaccessibles.

36Il en découle alors une augmentation d’un corpus de savoir « gris », qui se réclame d’une origine académique ou en tout cas savante alors même qu’il se rapproche du savoir expert par sa forme et son contenu et qui se situe, à des degrés différents, dans le même champ épistémique que le régime international des réfugiés. On peut mentionner les dizaines d’études commandées et financées par le HCR pour appuyer la stratégie du dossier afghan, tout comme les refugee studies, qui se sont affirmés comme une branche disciplinaire à part entière depuis les années 1980.

37Les deux types de savoir sur lesquels j’ai mis l’accent et que j’ai opposés dans ce chapitre – la pensée institutionnelle (les rapports et les données produits au sein du HCR par ses fonctionnaires) et l’anthropologie critique (une monographie qui essaie de rendre intelligible l’action institutionnelle à partir d’un terrain ethnographique) – ne sont que les deux pôles d’un continuum articulé, au fil duquel on retrouve une vaste gamme de productions possibles. Celles-ci vont de la critique et de l’autocritique interne à l’institution, aux expertises anthropologiques ponctuelles réalisées par des consultants, des rapports des think tanks au domaine de l’anthropologie du développement (ou des refugee studies).

38D’un côté, ces collaborations ouvrent une arène qui permet aux chercheurs de prendre position dans le débat public, d’avancer des prétentions à eux, et d’influencer, ou du moins essayer de le faire, le gouvernement des migrants. De l’autre côté, il existe pour le chercheur qui produit du savoir expert un risque d’adhésion épistémologique au projet d’un gouvernement. Il s’agit là d’une adhésion cognitive qui se répercute forcément sur le plan idéologique. Le chercheur peut ainsi se trouver en position de participer à des dispositifs de savoir-pouvoir et contribuer, sans presque s’en apercevoir, à l’avancée d’un projet politique particulier et à donner plus de force à la vision du monde dans laquelle ce projet s’inscrit.

39Les études récentes menées sur les institutions de l’aide, les modes technocratiques et les experts confirment que l’anthropologue se trouve confronté à des risques d’instrumentalisation et de subordination épistémologique – rappelons la cosmologie développementiste de l’anthropologie relevée par Ferguson (2005) – et doit parfois admettre les impasses, voire « l’échec » de l’anthropologie (Mosse, 2011 ; Miyazaki et Riles, 2005). D’un autre côté, émerge également l’autorité du savoir anthropologique : que ce soit parce qu’il peut influencer les politiques publiques ou parce qu’il déconstruit et désacralise l’autorité des experts et de leur savoir, le savoir anthropologique possède un certain pouvoir, il est à la fois recherché et redouté. De plus, l’« intimité inconfortable » (Ferguson, 2005) et les défis auxquels sont confrontés les chercheurs qui s’engagent dans ces domaines recèlent également des opportunités d’innovation méthodologique (Holmes et Marcus, 2005) et surtout de contribution au renouvèlement théorique et réflexif de la discipline.

40En effet, ces réflexions à caractère méthodologique et théorique portant sur la rencontre entre anthropologie et régimes technocratiques d’expertise montrent que les questions soulevées par ces domaines que l’anthropologie a désormais construit comme de nouveaux objets, ne sont pas liés uniquement à la spécificité de ces domaines en tant que tels, mais s’inscrivent dans le cadre des transformations que notre discipline connaît depuis les années 1990. Comme le dit Mosse (2006), la séparation entre terrain et bureau s’est effondrée. En raison de ce que Ferguson et Gupta (2002) ont qualifié de « unbounding of the field » (la disparition des limites du terrain) les anthropologues sont plus proches de leurs « autres » qu’auparavant. Il n’est plus possible de concevoir une position d’extériorité totale de l’ethnologue par rapport à un contexte donné, à partir de laquelle il effectuerait une immersion et ensuite une sortie définitive. Cela accroît la multiplicité des facettes de la participation sur le terrain. D’où non seulement les effets sociaux et politiques que le savoir anthropologique peut engendrer dans les contextes et auprès des personnes qu’il a étudiés, mais aussi, en amont, l’importance méthodologique de cerner avec précision la relation de proximité/altérité qui existe entre le chercheur et les enquêtés, qui se double d’une difficulté plus importante à réaliser cette opération.

41À cet égard, la distinction que Holmes et Marcus posent entre des enquêtés banquiers et d’autres enquêtés me semble réductrice. Selon eux, étant donné que le mode de travail, de vie et de penser des banquiers est proche de celui des anthropologues et qu’il est difficile d’accéder à leur vie quotidienne, les banquiers doivent être pensés et traités comme des « partenaires » plutôt que comme des « autres » (Holmes et Marcus, 2005). Holmes et Marcus proposent alors d’imaginer de nouvelles méthodes d’enquêtes, comme la para-ethnographie, qui valorise les compétences théoriques des experts et le regard critique qu’ils portent sur leurs propres pratiques. Les deux chercheurs ne donnent cependant pas de précisions quant à cette opposition entre « partenaires » et « autres ». On pourrait alors rétorquer que toute production de savoir anthropologique repose sur une forme de partenariat avec des personnes avec qui le chercheur a un degré d’altérité et qui sont capables de réflexivité sur leurs propres pratiques. Et pourquoi les banquiers auraient-ils un statut épistémologique différent de celui des habitants d’un village reculé d’Amazonie ? Les sorciers et les désensorceleurs ne pourraient-ils pas eux aussi être considérés comme des experts ?

42Dès lors, il me semble difficile de se contenter d’affirmer le statut épistémologique des enquêtés dans l’absolu, en opposition à la figure abstraite des « anthropologues ». Il est au contraire nécessaire de cerner et d’analyser de manière plus poussée le rapport spécifique de proximité/distance entre le chercheur et son terrain (le statut épistémologique des enquêtés ne peut que découler de ce rapport) et de réfléchir à la manière de mieux le mobiliser et le rendre heuristique. Dans mon cas, mon statut d’apprentie fonctionnaire m’a permis d’avoir largement accès à la vie quotidienne des fonctionnaires du HCR, mais il a en revanche constitué un important obstacle dans ma capacité de me distancier de leur champ épistémique.

Conclusion

43La conquête d’une posture critique a été la condition préalable pour arriver à produire cette thèse, mais c’est aussi à travers et grâce à ce parcours de recherche que j’ai pu l’atteindre. Mes anxiétés concernant le statut du savoir anthropologique ainsi que ma perception des enjeux éthiques de mon travail ont évolué. J’estime maintenant que le fondement heuristique et éthique de la critique anthropologique réside dans le fait de produire un savoir incommensurable avec le savoir expert du HCR et qui met résolument en avant son être situé.

44Il est indéniable que la critique anthropologique du HCR et le savoir expert constituent deux formes de savoir qui coexistent, et qui ont un statut de discours, comme l’a avancé la critique postmoderne. Toutefois, lorsque l’on compare ces deux savoirs, on s’aperçoit qu’ils ne peuvent être considérés qu’avec précaution comme deux formes de connaissances parallèles, affiliées, ayant une « ressemblance épistémologique » (Miyazaki et Riles, op. cit. : 328) ou prêtes toutes les deux à se phagocyter l’une l’autre, comme le suggère Boyer (2008). D’abord, le rapport entre ces deux savoirs est asymétrique, car l’anthropologie dispose d’instruments (la réflexivité, la théorie) qui lui permettent de construire le savoir expert et les rapports entre anthropologie et savoir expert comme objets, alors que l’inverse n’est pas possible. En outre, la nature explicitement située et le but admis de la critique anthropologique (interpréter le monde, rechercher une intelligibilité des rapports sociaux) l’opposent fortement au savoir expert qui est normatif, se prétend universellement valide, n’explicite pas les hypothèses puissantes qui le structurent et vise à orienter la transformation du monde. Expliciter et intégrer à la réflexion les conditions uniques, subjectives et circonstancielles de la production du savoir permet à la critique anthropologique de s’auto-situer, de délimiter sa propre validité et de la lier aux conditions particulières de sa production.

45Une fois que mes données ethnographiques ont commencé à faire sens, il a été plus facile de les déployer et j’ai d’emblée su comment respecter la via privée et la confiance de mes ex-collègues par de simples procédés, comme garder l’anonymat, ou se focaliser sur les procédures bureaucratiques plutôt que sur les personnes. En revanche, la distanciation de l’épistémè des réfugiés et de l’épistémè internationale m’est apparue non seulement comme une démarche épistémologique indispensable, mais aussi comme une question éthique. Concevoir et apprécier l’action du HCR à partir d’hypothèses antithétiques, et un regard et un mode de raisonnement différents de celui proposé par l’institution elle-même, implique une distanciation morale par rapport au projet politique du HCR et du régime international des réfugiés. Ainsi, si ma démarche comporte une « trahison », ce n’est que dans la mesure où j’ai arrêté de considérer les hypothèses du HCR comme les seules hypothèses possibles et valides.

46Je considère ma thèse comme la première expression de mon engagement assumé. Je propose en effet des analyses sur la portée de l’action du HCR (par exemple en relevant ses apories) ; la manière dont je rends intelligible l’action du HCR constitue une prise de position. Reste à savoir comment mes ex-collègues et les cadres du HCR réagiront à mon travail, et quelles en seront les conséquences. Cette thèse sera-t-elle ignorée, recevra-t-elle des « objections » (Mosse, 2006), sera-t-elle instrumentalisée par l’institution ou dans la compétition infra-institutionnelle (Flamand, 2005) ? Cela dépendra entre autres de ma capacité à m’engager pour promouvoir les idées que j’ai développées. En tout cas, à l’issue de ce long parcours, je me sens mieux équipée, théoriquement et éthiquement, pour m’engager en tant qu’anthropologue dans l’arène de savoir-pouvoir de l’aide internationale et pour continuer à explorer le potentiel heuristique de l’interface entre recherche et milieu des organisations de l’aide, naviguant entre différents univers cognitifs, registres et postures.

Bibliographie

Bibliographie

Abélès M. (dir.), 2011, Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, CNRS Éditions, Paris.

– 2014, Penser au délà de l’État, Belin, Paris.

Agier, M., 2006, « Ce qui rend les terrains sensibles... et l’anthropologie inquiète », in Bouillon F., Fresia M. et Tallio V., Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 175-189.

Atlani-Duault L., 2005, Au bonheur des autres. Anthropologie de l’aide humanitaire, Paris, Éditions Société d’Ethnologie.

Barnett M., 2004, « Defining Refugees and Voluntary Repatriation at UNHCR », in Barnett M, Finnemore M. (éd.), Rules for the World. International Organizations in Global Politics, Cornell University Press, New York, p. 73-120.

Bourdieu P., 2003, « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, no 150, p. 43-58.

Boyer D., 2008, « Thinking through the Anthropology of Experts », Anthropology in Action, vol. 15, no 2, p. 38-46.

Crisp J., 2008, Beyond the nexus: UNHCR’s evolving perspective on refugee protection and international migration, New Issues in Refugee Research, no 155, Geneva, UNHCR.

de Genova N. P., 2002, « Migrant « Illegality » and Deportability in Everyday Life ». Annual Review of Anthropology, no 31, p. 419-447.

Ferguson J., 1994, The Anti-Politics Machine. «Development», Depoliticization, and Bureaucratic Power in Leshoto, Minneapolis, University of Minnesota Press.

– 2005 [1997], « Anthropology and Its Evil Twin : “Development” in the Constitution of a Discipline, » in Edelman M. and Haugerud A. (éd.), The Anthropology of Development and Globalization, Oxford, Blackwell, p. 140-154.

Ferguson J. and Gupta A., 2002, « Spatializing States : toward an ethnography of neoliberal governmentality », American ethnologist, vol. 29, no 4, p. 981-1002.

Flamant N., 2005, « Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnologique en entreprise », Terrain, vol. 44, p. 137-152.

Fresia M., 2009, « Une élite transnationale : la fabrique d’une identité professionnelle chez les fonctionnaires du Haut Commissaire des Nations-unies aux Réfugiés », Revue Européenne des Migrations internationales, vol. 25, no 3, p. 167-190.

– 2012, « La fabrique des normes internationales sur la protection des réfugiés au sein du Comité Exécutif du HCR », Critique internationale, vol. 54, no 1, p. 39-60.

Ghasarian C. (éd.), 2002, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin.

Gupta A. and Ferguson J., 1997, Anthropological Locations. Boundaries and Grounds of a Field Science, Berkley/Los Angeles, University of California Press.

Hansen T.B. and Stepputat F., 2005, « Introduction », in Hansen T.B. and Stepputat F. (éd.), Sovereign Bodies. Citizens, Migrants and the State in the Postcolonial World, Princeton, Princeton University Press, p. 1-34.

Harrell-Bond B., 1986, Imposing Aid: Emergency Assistance to Refugees, Oxford, Oxford University Press.

Holmes D.R. and Marcus G.E., 2005, « Cultures of Expertise and the Management of Globalization : Toward the Re-Functioning of Ethnography », in Ong A. and Collier S.J. (éd.), Global Assemblages, Oxford, Blackwell, p. 235-252.

Jean-Klein I. and Riles A., 2005, « Introducing Discipline : Anthropology and Human Rights Administrations », PoLAR, vol. 28, no 2, p. 5-17.

Li T., 2007, The Will to Improve. Governmentality, Development, and the Practice of Politics, Durham/Londres, Duke University Press.

Long K., 2009, «Extending protection? Labour migration and durable solutions for refugees», New Issues in Refugee Research, no 176, Geneva, Policy Development and Evaluation Service, UNHCR.

Malkki L., 1992, « National Geographic : The Rooting of People and the Territorialization of National Identity Among Scholars and Refugees », Cultural Anthropology, vol. 7, no 1, p. 24-44.

– 1995, « Refugee and Exile : from “Refugee Studies” to the National Order of Things », Annual Review of Anthropology, no 24, p. 495-523.

Miyazaki H. and Riles A., 2005, « Failure as an Endpoint », in Ong A. and Collier S.J. (éd.), Global Assemblages, Oxford, Blackwell, p. 320-333.

Mosse D., 2005, Cultivating Development. An Ethnography of Aid Policy and Practice, Londres Pluto Press.

– 2006, « Anti-social anthropology ? Objectivity, objection, and the ethnography of public policy and professional communities », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 12, no 4, p. 935-956.

– 2011, « The Anthropology of Expertise and Professionals in International Development », in Mosse D. (éd.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, Londres, Berghahn, p. 1-31.

Müller B., 2012, « Comment rendre le monde gouvernable sans le gouverner : les organisations internationales analysées par les anthropologues », Critique internationale, vol. 54, no 1, p. 9-18.

– 2013, « Introduction. Lifting the Veil of Harmony : Anthropologists approach International Organizations », in Müller B. (éd.), 2013, The Gloss of Harmony : The Politics of Policy Making in Multilateral Organisations, Londres, Pluto Press.

Olivier de Sardan J. P., 2000, « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, no 3, p. 417-445.

Riles A., 2004, « Real time : Unwinding technocratic and anthropological knowledge », American Ethnologist, no 31, p. 392-405.

Scalettaris G., 2007, « Refugee Studies and the International Refugee Regime : a Reflection on a Desirable Separation », Refugee Survey Quarterly, vol. 26, no 3, p. 36-50.

– 2010, «Refugees or Migrants? The UNHCR’s Comprehensive Approach to Afghan Mobility into Iran and Pakistan», in Geiger M. and Pecoud A. (éd.), The Politics of Interntional Migration Management, New York, Palgrave Macmillan.

– 2013, La fabrique du gouvernement international des réfugiés. Bureaugraphie du HCR dans la crise afghane, thèse en Anthropologie, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Notes

1 À ce propos Gasharian (2002 : 10) relève que le terrain ethnographique combine de manière paradoxale les points de vue de l’insider et de l’outsider, la tension entre vues du dedans et du dehors permettant à l’ethnographe de s’imprégner des thèmes dominants du milieu étudié, tout en pouvant voir des choses, établir des comparaisons et vivre des expériences différentes de celles des insiders.

2 Cf. par exemple Harrell-Bond, 1986.

3 Ce stage a été facilité par mon premier stage à Rome ainsi que par un séjour en Afghanistan en 2005.

4 Si j’avais obtenu un poste de JPO au sein du HCR, je l’aurais probablement accepté, en m’efforçant d’achever au plus vite un travail qui n’aurait probablement pas été considéré comme soutenable.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site