Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au cœur des mondes de l'aide internationale

 | 
Philippe Lavigne-Delville
, 
Marion Fresia

2. Enquêter au cœur de la bureaucratie transnationale de l’asile

Réflexions sur les rapports ambivalents entre le HCR et les milieux académiques

Marion Fresia

Texte intégral

1Les approches réflexives en anthropologie posent habituellement la question des fermetures, des blocages ou des déboires que rencontre tout chercheur dans le processus d’enquête et de production des données. Les ratés du terrain sont, de fait, des données riches d’enseignement : du simple refus d’entretien à une contestation plus radicale de la présence du chercheur, de son autorité et de l’utilité de ses productions savantes, les « épreuves ethnographiques » (Fassin et Bensa, 2008) que nous traversons nous informent toujours sur les enjeux plus larges de la relation d’enquête et nous apportent des éclairages précieux tant sur nos objets d’étude que sur nos présupposés implicites envers eux.

2Alors que ces épreuves sont de plus en plus évoquées et décryptées par les anthropologues désormais conscients de la portée heuristique d’une posture réflexive, les ouvertures et les raisons pour lesquelles les acteurs acceptent d’entrer dans la relation d’enquête le sont moins. Ce constat est particulièrement vrai dans le champ de l’anthropologie du développement qui a vu se multiplier, depuis une décennie environ, des travaux sur les grandes bureaucraties transnationales de l’aide. L’émergence de cette « aidnography » (Gould, 2004) a soulevé plusieurs interrogations sur les enjeux épistémologiques liés au risque de subordination du savoir anthropologique au savoir-expert (Harrisson, 2013 ; Mosse, 2010 ; Li, 2013). Mais elle ne s’est pas toujours accompagnée d’une réflexion systématique sur les raisons pour lesquelles les institutions de l’aide acceptent d’ouvrir leurs portes aux anthropologues, que ce soit pour les embaucher, collaborer avec eux et surtout les laisser enquêter en leur sein. Ceci peut sembler d’autant plus surprenant que ces institutions, et en particulier les agences onusiennes, ont souvent été appréhendées par les chercheurs en sciences sociales comme des arènes relativement inaccessibles pour l’enquête ethnographique. D’autant plus étonnant également que cette ouverture est, dans certains cas, affichée par les institutions internationales, dont on voit désormais certains directeurs préfacer des ouvrages d’anthropologues venus y enquêter en tant qu’« outsider ». Ainsi, Ercan Murat, le directeur adjoint du bureau régional du PNUD en ex-Union soviétique a-t-il préfacé l’ouvrage de Laetitia Atlani-Duault (2005) et Pascal Lamy celui sur l’OMC dirigé par Marc Abélès (2011).

3à partir d’un retour réflexif sur mes rapports ambivalents au Haut Commissariat des Nations-Unis pour les réfugiés (HCR), entre posture critique, enrôlement au sein de l’organisation et enquêtes ethnographiques en son sein, j’aimerais, dans ce chapitre, interroger la signification des ouvertures à la recherche en sciences sociales dans des hauts lieux de la gouvernance mondiale. Ayant mené une enquête multi-site sur le fonctionnement quotidien de cette agence onusienne pendant plusieurs années, j’ai été en effet à plusieurs reprises interpellée par la relative facilité avec laquelle j’ai pu approcher cette bureaucratie transnationale, à partir d’une diversité de postures entre « in » et « out ». Si ma présence a pu, dans certains cas, suscité méfiance et suspicion, et si certaines scènes sont restées inaccessibles, de nombreuses portes se sont ouvertes à différents moments de ma trajectoire que ce soit en tant que chercheure, consultante ou même praticienne. Cette relative accessibilité, y compris pour obtenir un poste de deux ans au sein de l’organisation, contrastait fortement avec l’image de forteresse que j’avais du HCR au moment de mon terrain de thèse et qui se retrouve souvent dans les milieux académiques. Elle a contribué à induire une position d’inconfort durable, qui, si elle est propre à tout travail de recherche, s’est révélée ici être accentuée par le spectre des relations ambivalentes entre l’anthropologie du développement et la « development anthropology », et avant elle, de l’administration coloniale.

  • 1 Également fondamentale, la question de la sortie de terrain et du risque d’« encastrement idéologi (...)

4L’analyse critique de la « situation ethnographique » (Fassin, 2008) a ainsi du passer, dans mon cas, par une attention particulière aux ouvertures et à la relative facilité d’accès au terrain. Son décryptage a été nécessaire non seulement pour déconstruire la naturalité apparente de l’enquête, mais également parce qu’il a permis de donner à voir la relative porosité des frontières entre le monde des professionnels de l’asile et celui de la recherche, et de nourrir ma réflexion sur l’importance de saisir les modes de fonctionnement du HCR au-delà de ses frontières institutionnelles. Je me centrerai donc ici sur la question de l’entrée et du maintien sur le terrain, des raisons pour lesquelles les acteurs de l’aide acceptent de tisser des liens avec des anthropologues, et sur ce que cela vient nous dire sur leurs rapports multiformes à la recherche en sciences sociales1.

5Je commencerai par présenter le récit de mon enquête, marqué par diverses positions successives au sein et en dehors du HCR : j’insisterai sur la manière dont les accès ont été négociés et investis de sens par mes interlocuteurs, tout en développant les potentiels et limites de chaque posture d’un point de vue méthodologique et épistémologique. Dans un deuxième temps, je montrerai en quoi l’analyse de ces ouvertures m’a permis de mettre à jour l’existence de réseaux transinstitutionnels de chercheurs-praticiens, et d’intégrer à mes questions de recherche celle de l’enrôlement des anthropologues dans le travail de problématisation de la « question des réfugiés ». Il s’agira ainsi de montrer en quoi une démarche réflexive permet de mettre au jour les diverses manières dont les professionnels de l’aide mobilisent des réseaux de chercheurs, entre tentative de neutralisation et d’absorption de la critique, mais aussi construction d’alliances externes à des fins réformatrices.

Quand les portes de la forteresse s’ouvrent : une enquête en plusieurs temps

À la recherche d’une posture critique empiriquement ancrée

6Ma première rencontre avec le HCR remonte au début des années 2000, alors que je menais mes recherches doctorales sur la portée et les effets des dispositifs d’asile et d’assistance aux réfugiés à l’échelle d’un territoire transfrontalier et postcolonial, la vallée du fleuve Sénégal. Partant du cas des populations mauritaniennes expulsées vers le Sénégal en 1989, je cherchais à saisir comment celles-ci mobilisaient et investissaient de sens le label (le statut de réfugié) et les espaces bureaucratiques (les camps) produits par l’intervention du HCR, dans un contexte où, du point de vue de l’histoire longue de la vallée, elles pouvaient aussi être considérées comme « autochtones » et avoir accès à d’autres modalités d’accueil et de solidarité, non bureaucratisées, à travers leurs réseaux sociaux et familiaux. Je m’interrogeais également sur la manière dont les camps, l’aide humanitaire et le statut de réfugié avaient été incorporés dans l’économie migratoire et transfrontalière de la vallée, suivant des stratégies différenciées en fonction du genre, de l’âge et du statut social des réfugiés (Fresia, 2009). Bien que peu visible sur mes sites d’enquête du fait d’une réduction drastique de l’assistance humanitaire en faveur des Mauritaniens, le HCR restait un acteur incontournable de ma recherche : il participait directement à en définir les contours en tant que principal producteur du label réfugié aux échelles internationales et locales. Pleinement réapproprié par mes interlocuteurs, ce label structurait fortement la relation d’enquête et pesait sur la construction de l’objet : il me fallait donc à la fois le déconstruire et le dénaturaliser, tout en prenant au sérieux ses effets performatifs.

7À cette époque, j’avais de l’agence onusienne l’image d’une institution forteresse : un lieu de pouvoir inaccessible, opaque et peu transparent mais aussi un lieu fermé au monde de la recherche en sciences sociales. Par ailleurs, j’entretenais de toute évidence une méfiance intrinsèque envers cette institution, alimentée par tout une série de facteurs : mon appartenance disciplinaire tout d’abord, les anthropologues cherchant toujours à révéler les processus de pouvoir à l’œuvre au sein des sociétés qu’ils étudient et se faisant volontiers les porte-paroles des « sans voix » ; la littérature anthropologique à disposition sur le HCR ensuite, qui, j’y reviendrai, a formulé une critique, parfois radicale, envers cette institution pour les effets de domination et de pouvoir sur la mobilité humaine qu’elle induit ; le climat de suspicion qui régnait dans les sites de réfugiés et se traduisait par la production de rumeurs et d’accusations en tout genre envers l’agence onusienne ; enfin, mes observations personnelles sur l’inaccessibilité physique des bureaux du HCR à Dakar et à Genève, tous ultra-sécurisés mais aussi sur l’inaccessibilité de ses employés, difficiles à atteindre par téléphone ou par mail, ou à approcher lors de leur rare descente sur le terrain, tant leurs véhicules blancs 4x4 ornés du logo onusien créaient une distance à la fois physique et statutaire. La capacité logistique impressionnante de l’organisation renforçait par ailleurs tout un imaginaire de pouvoir autour de celle-ci, et donc de suspicion.

  • 2 À l’exception du terme réfugié, nous utilisons l’italique pour désigner tous les termes émique (ou(...)
  • 3 Sur la tension entre populisme et misérabilisme dans le rapport des sciences sociales aux groupes (...)
  • 4 Depuis 2010 environ, un troisième type d’approche commence à émerger et à porter son regard sur le (...)

8À cette suspicion se mêlait toutefois un intérêt de plus en plus grand pour la compréhension du fonctionnement concret et quotidien de cette institution devenue, au fil du temps, un acteur incontournable de la gestion de la mobilité humaine à travers le monde : le HCR a, en effet, joué un rôle majeur dans la construction de la migration forcée comme problème global, et dans l’établissement de dispositifs d’asile bureaucratisés comme solution pour y remédier2. Or la littérature existante sur le HCR ne suffisait pas, malgré son abondance, à répondre à l’ensemble des interrogations qui émergeait de mon terrain. Grosso modo, deux types d’approche pouvaient être distinguées au début des années 2000. La première, inscrite dans le champ disciplinaire de la science politique, du droit et des relations internationales, s’attachait à décrire l’histoire de cette organisation et de ses défis, l’expansion toujours plus grande de la définition de son mandat, les fondements de son autorité et son autonomisation progressive face aux États (Loescher, 2001 ; Barnett et Finnemore, 2004 ; Loescher, Betts et al, 2008). Une approche que Scalettaris (2013 : 17) qualifie à juste titre dans sa thèse « d’étato-centrée et de normative », le HCR étant principalement appréhendé dans ses rapports ambivalents aux États, et son action évaluée par les chercheurs, voire pathologisée au regard d’un ordre normatif et d’un cadre épistémologique partagés avec l’agence onusienne. S’inscrivant dans cette perspective, de nombreuses études ont ainsi dénoncé les échecs répétés du HCR à assurer sa mission de protection des réfugiés, échecs généralement attribués à la tension structurelle d’une agence mandatée pour promouvoir et garantir le droit d’asile, tout en étant étroitement dépendante des États pour pouvoir le faire et pour pouvoir assurer sa reproduction. Un deuxième type d’approche, plus prégnant en anthropologie, s’est attaché à déconstruire les fondements épistémologiques sur lesquels se légitiment toute l’action du HCR et le régime de protection internationale des réfugiés. Malkki (1995) a en particulier bien montré comment ce régime s’ancre dans le système des États-Nations, dans un « ordre national des choses » selon son expression, qui véhicule une vision sédentaire et territorialisée des identités et construit la mobilité et la perte du lien avec l’État comme un problème et une anormalité. Les solutions proposées à ce « problème » ne sont, elles-aussi, envisagées qu’en terme de ré-ancrage des réfugiés dans un ordre national, via des procédures légales et bureaucratisées leur permettant de retrouver la protection d’un État, appréhendée comme seule forme de sécurisation possible. Dans cette perspective, de nombreux travaux se sont penchés sur les camps de réfugiés, comme l’un des dispositifs qui matérialise et spatialise la position liminale des réfugiés dans le système des États-nations. Cette entrée par les camps a souvent produit une critique radicale envers le HCR qui participe à leur financement et leur coordination : à partir d’un langage emprunté au philosophe italien Giorgie Agamben (2005), le HCR y est appréhendé, comme partie prenante d’un dispositif d’exception, de contrôle et de confinement des personnes indésirable, où les lois ordinaires peuvent être suspendues. Et l’action humanitaire y est décrite en terme de pouvoir sur « la vie nue » dans le sens où elle ne chercherait qu’à maintenir des corps en vie, à défaut de permettre aux réfugiés d’exercer leurs droits politiques, sociaux et économiques, souvent bafoués par les États dans un contexte de politique d’asile restrictive (Agier, 2008 ; Pondolfiet Fassin, 2010). Par un excès de misérabilisme ou inversement de populisme idéologiques3 (valorisation de la résilience et de l’agencéité des réfugiés face au « gouvernement humanitaire »), j’ai montré comment cette critique radicale a, paradoxalement, contribué à naturaliser l’expérience de l’exil appréhendée qu’au regard de sa liminalité dans le système des États-Nations, mais aussi à reproduire les figures stéréotypées du réfugié (figure du réfugié-victime vs. réfugié-usurpateur) qui circulent dans le champ humanitaire (Fresia, 2007)4. Si les approches anthropologiques avaient déconstruit le cadre d’action du HCR, elles n’avaient donc pas encore réalisé une ethnographie fine de ses modalités d’action, préférant produire une critique radicale envers l’agence onusienne pour sa participation active à la mise en camp et au confinement de personnes indésirables.

9De plus, quelles que soient les approches privilégiées, et malgré leurs riches apports, le HCR apparaissait généralement comme un acteur homogène, doté d’une rationalité et d’une intentionnalité propres, aux frontières institutionnelles bien délimitées. Au Sénégal, l’action du HCR que j’avais reconstituée sur une période allant de 1989 à 2004, apparaissait pourtant bien plus éclatée, médiatisée, bricolée mais aussi contestée et contrainte que la littérature ne le laissait paraître, tout en étant omniprésente dans les discours et les imaginaires de mes acteurs et structurante dans les dynamiques socio-politiques de la région du fleuve Sénégal. Si mon étude de cas avait la particularité de s’intéresser à une situation marquée par un relatif désengagement de l’agence onusienne, elle me permettait justement d’apprécier la portée de son action sur le temps long, d’en nuancer les effets hégémoniques en terme de pouvoir sur la vie « nue » et d’en montrer, surtout, les articulations avec d’autres régimes de droits et d’autres dynamiques socio-politiques que celles liées au seul cadre des États-Nations (Fresia, 2009).

10Ces différents constats m’ont alors convaincue qu’une ethnographie « empiriquement ancrée » du HCR, « à ras le sol » (Abélès, 1995) restait à faire, pour mieux comprendre les modalités de son action, les tensions, relations de pouvoir et la diversité des rationalités qui le traversent, mais aussi les profils et les univers de sens de ses employés – autant d’éléments que j’imaginais indispensables à une analyse plus fine des fondements et de la portée de son action. Il en allait, également, d’une volonté de rétablir un « équilibre épistémologique » (Lavigne Delville, 2011) entre l’intérêt porté aux « réfugiés » (ou asylum-seekers) auxquels les anthropologues ont consacré nombre de recherches empiriques détaillées, et l’attention donnée aux professionnels de l’asile ou « asylum-makers » (Von Känel, 2010) dont les pratiques et vécus professionnels, mais aussi la réflexivité propre sur leur travail, restaient encore peu explorés et toujours teintés d’une forme de diabolisation. J’espérais ainsi échapper à la tentation de « réduire les premiers à un statut de victimes et faire des seconds une cible à atteindre », pour produire une critique plus solide empiriquement qui entre « en résonance avec les discussions et les réflexions conduites par les acteurs eux-mêmes » (Fassin, 2009 : 207).

11Compte tenu de mes a priori sur l’inaccessibilité du HCR, je considérais alors que la condition sine qua non pour atteindre la posture recherchée était de trouver un moyen d’y entrer comme stagiaire, consultante ou praticienne, afin de pouvoir saisir cette complexité de l’intérieur de l’institution. Mon cheminement allait me montrer à quel point pénétrer dans les coulisses de cette agence onusienne allait s’avérer être relativement aisé.

Une posture officieuse de participation observante

  • 5 Les principaux bailleurs de fonds parmi les États membres de l’ONU financent auprès des agences on (...)

12Par l’intermédiaire de l’ONG partenaire du HCR, présente sur mes sites d’étude au Sénégal, je réussis rapidement à faire connaître ma recherche auprès du bureau de Dakar. Une fois le contact établi, l’agence me sollicita, contre toute attente, relativement rapidement : un financement venait d’arriver en faveur des femmes mauritaniennes vulnérables, et l’on voyait en moi une possible alliée pouvant mettre mes compétences au service du projet pour aider à affiner le ciblage des destinataires et définir les activités les plus adaptées à leurs besoins. J’entrais ainsi, sur une courte durée, dans le rôle classique de « l’anthropologue experte d’une population », sollicitée pour accompagner l’élaboration d’un projet, mais tout en étant assujettie aux logiques de l’action et à ses cadres épistémologiques. Cette courte collaboration marqua ma première entrée dans l’univers de sens du HCR. Elle me permit d’apprécier l’acceptation plus ou moins grande, suivant les interlocuteurs, d’une critique anthropologique envers le langage-développement, mon intervention ayant essentiellement consisté à remettre en cause les catégorisations de genre de la vulnérabilité sous-jacentes au projet. Mais cette expérience fut aussi l’occasion de me brancher, via le bureau de Dakar, au réseau transnational que constituent le HCR et ses multiples représentations locales : c’est ce branchement qui amena, à peine quelques mois plus tard, le siège du HCR à Genève à s’intéresser à ma candidature à un poste d’experte associée financé par la France5, après que le bureau de Dakar m’ait chaleureusement recommandée.

  • 6 Entretien a posteriori avec les personnes ayant participé à mon recrutement.

13Opportunité unique d’accéder aux coulisses du monde onusien, j’acceptais et signais donc dès la fin de ma thèse un contrat de deux ans au siège du HCR à Genève. Mes motivations ne se réduisaient pas à la seule volonté de pénétrer le cœur de cette bureaucratie humanitaire pour mieux en comprendre les modalités d’action ; à cela s’ajoutait l’envie de gagner une expérience professionnelle hors du milieu académique me permettant de réfléchir aux applications possibles de l’anthropologie, et aussi le besoin de revenus financiers, en attendant de savoir si la compétition pour les postes universitaires me donnerait ma chance. Une situation désormais classique où, de plus en plus, de jeunes anthropologues travaillent pour des institutions de l’aide ou voient leurs recherches financées par celles-ci, dans un contexte de raréfaction des postes académiques et de demande sociale plus forte, dans le champ de l’aide, pour des compétences de type socio-anthropologique. Outre mon branchement au réseau, mon profil d’anthropologue avait, de fait, participé à la décision de me recruter6 : la section du HCR qui devait m’accueillir – alors nommée community developpement, gender empowerment and child protection – avait comme priorité d’institutionnaliser les approches participatives alors encore peu développées dans le monde de l’humanitaire et l’on valorisait des profils ancrés en sciences sociales. Au sein même de cette section, je fus toutefois assignée en priorité à l’unité éducation, mon poste ayant été financé et soutenu par la France qui souhaitait renforcer ce pôle, alors thème phare de la diplomatie française. Ce qui dévoilait déjà en creux l’une des multiples formes d’influences exercées par les États sur le fonctionnement interne de l’organisation. L’éducation restait alors un domaine d’intervention encore relativement controversé au sein du HCR, parce que perçu comme relevant de la sphère du développement et donc moins prioritaire par rapport à d’autres activités telles que l’assistance alimentaire, les soins ou les abris, elles appréhendées en termes de life saving activities. Mon cahier des charges consistait à apporter une expertise dite technique, c’est-à-dire contribuer au développement de nouveaux guidelines sur la politique éducative du HCR, former le staff et les partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux dans ce domaine (capacity building), et évaluer la qualité des projets éducatifs mis en œuvre par les bureaux de terrain lors de missions éclair de quelques jours seulement. Mais il s’agissait également de contribuer aux efforts de notre unité pour obtenir la reconnaissance de l’éducation comme champ d’action prioritaire au sein de l’organisation, ce qui impliquait de réussir à l’ancrer, à travers le développement d’une rhétorique et de stratégies institutionnelles spécifiques, au cœur des activités dites de protection des réfugiés de l’organisation qui légitiment sa raison d’être. Ceci impliquait des activités de lobbying interne (obtenir une mise à l’agenda de l’éducation dans diverses réunions impliquant les États-membres ; la mention systématique de l’importance de l’éducation dans tous les documents produits par les autres unités et départements du HCR ; profiter des restructurations en cours pour repositionner de manière plus stratégique la place de l’unité éducation dans l’organigramme de l’institution, etc.) mais également externe via la participation active de certains membres de notre unité dans des réseaux de lobbying inter-agences, souhaitant faire de l’éducation en situation d’urgence un pilier à part entière de l’action humanitaire (Chelpi-den-Hamer, Fresia et Lanoue, 2010).

  • 7 Je fus d’ailleurs sollicitée pour présenter les résultats de ma thèse aux personnes chargées du «  (...)

14Mon profil d’anthropologue était connu et valorisé par mes collègues7, mais je n’avais pas été recrutée pour mener une ethnographie de l’institution. Et je n’avais pas non plus, à tort, dévoilé mon projet de le faire, celui-ci restant encore trop vague à mes yeux et mes projets d’avenir trop incertains. C’est donc dans une posture de participation observante « masquée » mais aussi d’auto-ethnographie que mes premières observations de la machinerie interne du HCR ont été menées. Malgré son potentiel et ses multiples avantages, cette posture allait toutefois rapidement se révéler intenable. D’un point de vue méthodologique tout d’abord, se posa la question de savoir quoi observer. S’ouvrait à moi un vaste champ de questionnements possibles au sein de ce qui allait se révéler être, non pas une totalité finie, mais une véritable nébuleuse bureaucratique aux contours flous : un dispositif « mouvant » (Müller, 2009 : 28) alors constitué de 85 États-membres, 6 000 employés, et 200 bureaux répartis dans 115 pays, caractérisé par une mobilité constante d’une partie de son personnel (le staff international), et traversé par de multiples réseaux et forums transinstitutionnels (interagences) participant à en influencer l’agenda. En réseau et d’envergure transnationale, cette nébuleuse présentait en même temps toutes les caractéristiques classiques des grandes administrations : organisation pyramidale, saucissonnage des secteurs d’activités, catégories du personnel divisées et aux statuts différenciés, l’ensemble produisant des tensions et compétitions internes à tous les niveaux, entre départements, entre le siège et les bureaux locaux, entre les bureaux (Fresia, 2010). De l’intérieur, et depuis son siège, le HCR n’était donc plus un acteur homogène mais une réalité fortement fragmentée, éclatée et hiérarchisée, traversée par de multiples rationalités et une diversité d’enjeux qu’il était difficile de saisir.

15De par ma position (au siège, dans une unité en mal de reconnaissance) et mon statut (en bas de la hiérarchie, jeune, nouvelle arrivante), je n’avais accès qu’à des « segments » et des « bouts de réalité » de cette vaste nébuleuse, sans toujours comprendre les enjeux plus larges dans lesquels ceux-ci s’inscrivaient. À chaque nouvelle réunion ou mission de terrain à laquelle je participais s’ouvraient de nouvelles portes mais sans que jamais je ne puisse saisir, de manière approfondie, le cheminement complet ni les effets concrets d’une politique, d’une décision, d’une pratique ou mêmes des multiples documents (guidelines, reporting, etc.) auxquels on me demandait sans cesse de contribuer pour y intégrer la dimension « éducative ». Je réalisais n’avoir accès qu’à une infime partie des activités du HCR, qui se déployaient sur diverses scènes dans un jeu d’ombres et de lumières souvent peu lisible (Abelès, 2011). Et je comprenais que je m’exposais sans cesse au risque d’opérer des généralisations abusives, prenant pour représentatives du reste de l’institution des modalités d’action ou des mondes de significations peut-être propres au seul siège du HCR ou à la seule unité ou catégorie professionnelle à laquelle j’appartenais.

16Dépendante d’un sous-réseau de cette nébuleuse, je n’en restais pas moins témoin et actrice de certains des processus centraux par lesquels le HCR contribue à produire, diffuser et renforcer, à l’échelle mondiale, la distinction entre réfugiés et migrants, et avec elle un certain modèle de l’institution de l’asile, bureaucratisé, étatocentré et ancré dans une définition universaliste du statut de réfugié (liée à la notion de persécution individuelle). J’étais en particulier plongée au cœur de l’activité normative du siège du HCR : sans toujours bien m’en rendre compte, j’observais en coulisses, tout en y participant, le travail continuel de production et de diffusion de normes et de moralités destiné à stabiliser et maintenir une attention constante autour du « problème » des réfugiés, tout en redéfinissant continuellement ses contours. Je découvrais la fabrique de ce que Larsen (2013 : 75) qualifie de « soft guidance » ou encore de « international guidance culture », une forme de normativité toujours plus prégnante au sein des organisations internationales, dont la spécificité consiste à se définir en dehors des seules négociations multilatérales, et donc en dehors des seuls États-membres pourtant construits comme détenteurs de l’autorité souveraine légitime. Sous couvert de soutien technique, les guidelines ou documents stratégiques que nous produisions et mettions en circulation orientaient en effet l’action, non pas directement, mais par leur manière de découper la réalité : ces documents devenaient une ressource sémantique et contribuaient à stabiliser une mise en ordre du monde (Hertz, 2009), en construisant de nouvelles anormalités (les enfants déplacés et non scolarisés décrits comme des enfants à risques) et des liens de causes à effets implicites (« les enfants déplacés sont exposés à plus de risques parce qu’ils sont déplacés et déscolarisés, il faut donc les fixer et les scolariser pour mieux les protéger »), qui légitimaient, à leur tour, de nouveaux champs d’action pour le HCR tout en réifiant constamment les multiples déclinaisons possibles de la figure, désormais globalisée, de l’enfant vulnérable (de Suremain et Bonnet, 2014). À l’instar d’autres organisations internationales, cette normativité se réclamait, tout en la renforçant, d’une autorité à la fois légale (référence aux Conventions internationales), déléguée (le HCR mandaté par ses États-membres), experte/technique (la connaissance du droit d’asile, et des « réalités » du terrain) mais aussi et surtout morale (agir pour le bien des réfugiés, les protéger) (Barnett et Finnemore, 2004 : 23-25). Elle témoignait d’un glissement du registre politique vers un registre compassionnel et technique propre à l’action humanitaire, mais également d’un processus plus large d’éclatement de l’action publique, désormais définie à diverses échelles et par une multitude d’autres acteurs que les seuls États. à travers ce travail normatif, et de lobbying en faveur de l’éducation, je découvrais aussi à quel point la définition même du mandat du HCR faisait, en interne, constamment l’objet de controverses entre divers réseaux d’acteurs, unités et départements, en concurrence pour la répartition du budget de l’institution. Le mandat de l’organisation n’a en effet rien de naturel, et fait l’objet d’un processus continuel de négociation sur son interprétation et sa délimitation : divers cadrages et sous-cadrages possibles, ancrés dans différents référentiels, s’affrontent continuellement entre unités, départements mais aussi bailleurs de fonds. D’un côté, certains défendent une interprétation strictement juridique et restreinte du mandat du HCR, ancrée avant tout dans un souci de protection des droits des seuls réfugiés et de mise en place de système d’asile nationaux. D’autres, inscrivent l’action du HCR avant tout dans un cadre humanitaire, avec un accent sur l’assistance opérationnelle et la gestion des camps, au détriment parfois de la défense de des droits des réfugiés. Parmi ces-dernies, certains seraient favorables à un élargissement du mandat de l’organisation à d’autres catégories de personnes dites vulnérables que les seuls réfugiés, voire, d’autres catégories de migrants. D’autres, enfin, œuvrent à sortir le HCR d’une approche strictement humanitaire et de court-terme, conçue en termes d’assistance, pour développer des approches de plus long-terme ciblant, par exemple, l’éducation, l’autosuffisance, la sortie du modèle du « camp » comme modèle de prise en charge principal et l’intégration de la problématique « réfugié » à l’échelle des politiques publiques nationales.

17Outre la production de normes et la négociation des frontières de l’action du HCR, j’étais témoin d’un deuxième processus tout aussi central à la diffusion de l’institution de l’asile bureaucratisé à travers le monde : la production, via des modes de socialisation intense, d’une communauté transnationale de « refugee experts » faisant preuve, pour la majorité, d’une adhésion remarquable à la cause morale du HCR de protection des réfugiés, et devenant de potentiels relais de celle-ci dans le monde entier. À Genève et dans les bureaux de terrain visités, cette communauté semblait faire corps : elle se retrouvait autour d’un monde de significations, d’une sémantique et d’un jargon institutionnel, d’un espace-temps et de rituels partagés, qui permettaient de transcender la diversité des origines nationales de ses membres et leur dispersion géographique. Malgré ses forts clivages internes, ses membres étaient en effet reliés entre eux par une même temporalité de l’urgence, une géographie mouvante et éphémère tissée autour d’îlots de crise et de stabilité (le siège, les capitales), mais aussi par le partage d’une vie communautaire sur les terrains « difficiles », marqué par une séparation d’avec sa famille et un « enfermement symbolique » (Dauvin et Siméant, 2005 : 293) où l’emprise des liens communautaires tout comme de l’idéologie institutionnelle sur l’individu atteignent leur paroxysme. Les membres du HCR formaient ainsi l’une de ces enclaves cosmopolites, décrites dans les récents travaux de Mosse (2010) et Fechter et Hindman (2011), caractérisées par un entre-soi significatif et pourtant une identification à des valeurs cosmopolites, d’ouverture et de multiculturalité. Surtout, ils partageaient un même cadre de références, ancré dans l’universalisme revendiqué d’une conception de l’institution de l’asile, bureaucratisée et transnationalisée, perçue comme naturelle et nécessaire. Cet univers de références commun servait de « socle » indispensable à la possibilité même de construire de la cohérence à partir des formes d’actions éclatées et multi localisée du HCR : il était l’une des conditions sine qua non de la mise en réseau des bureaux du HCR et de la possibilité pour ses membres de se comprendre (Fresia, 2010).

18Rendre intelligible et mettre en relation ces processus restaient toutefois, à l’époque, une véritable épreuve ethnographique. Aux questionnements sur la délimitation de l’objet s’ajoutaient en effet des interrogations pratiques et épistémologiques liées au manque de temps et de distance pour pouvoir décrypter ce qui dévoilait à moi. La tenue systématique d’un journal de terrain autre que mes notes de réunion s’est, en particulier, avérée très difficile dans un premier temps. Cela traduisait la complexité à mener de front deux activités fort différentes par les cadres épistémologiques mais aussi les temporalités qu’elles impliquent : apprendre le métier et remplir un cahier des charges relativement lourd d’une part, et le décortiquer de manière simultanée de l’autre. En cela, j’ai été confrontée aux mêmes défis de distanciation évoqués par Scalettaris et Mansion dans cet ouvrage. Mais comme j’avais préalablement terminé une thèse dans laquelle j’avais en partie au moins déconstruit le cadre épistémologique sur lequel repose l’action du HCR, ce défi se posait dans des termes différents, quasi-schizophréniques : impliquée professionnellement et quotidiennement au sein d’un système d’idées et d’actions dont je souhaitais comprendre les contours, je n’y adhérais pas et il me fallait continuellement « suspend my disbelief » (Donnan et McFarlane, 1997 : 278). Cette disjonction des postures n’allait pas non plus sans poser de problèmes éthiques : ce manque d’adhésion à la cause morale défendue par le HCR, et à son cadre d’action implicite, me donnait sans cesse le sentiment de trahir à la fois mes collègues et mes propres convictions. De plus, si mes collègues connaissaient mon profil de chercheur et que nous avions souvent des discussions critiques sur l’action de l’organisation, ils me percevaient et se confiaient à moi avant tout comme l’une des leurs : que faire dès lors, de toutes les observations faites de manière masquées ou de toutes nos discussions ? Que révéler sans rompre avec une certaine déontologie de la recherche ? Ces questions se posaient avec d’autant plus d’acuité que le HCR exerce une forme de pression morale auprès de ses employés (y compris consultants, stagiaires ou volontaires) en leur demandant de signer un code de conduite dès leur entrée en fonction, dans lequel figure, notamment, l’engagement à ne pas divulguer des informations confidentielles obtenues durant l’exercice de la fonction. Si ce code n’a pas de force juridique, il n’en produit pas moins, à l’instar des multiples guidelines et recommandations diffusés par l’organisation, une forme de « soft law » ou de « soft morality » qui induit une certaine loyauté envers l’institution.

19En somme, si travailler pour le HCR s’avéra être une expérience précieuse comparable à une longue imprégnation m’ayant permis de tisser des liens précieux avec les « asylum makers » et de saisir leur relation au monde, elle me conduisit vers une impasse à la fois éthique, méthodologique et épistémologique.

Officialiser la relation d’enquête

  • 8 J’avais alors candidaté à plusieurs postes d’enseignants-chercheurs en France et en Suisse. Habita (...)

20Sortir de cette impasse supposait de sortir de l’ombre, en officialisant, progressivement, ma posture de chercheure et en renégociant mes rapports avec mes collègues pour tenter de construire une véritable relation d’enquête, plus transparente et moins ambivalente. Ce processus fut grandement facilité par le fait que, après avoir fait part à mes collègues de mes intentions de réintégrer le milieu académique, j’obtins un poste de professeure assistante à l’Université de Neuchâtel six mois avant le terme de mon contrat8. Dotée de cette nouvelle légitimité, je décidais alors de demander l’autorisation officielle d’observer certaines activités du HCR en tant que future enseignant-chercheure susceptible de publier les résultats de ma recherche. Si ce glissement de posture se déroula sans encombre, c’est sans doute parce que je bénéficiais d’un capital confiance important auprès de mes collègues mais aussi parce que je choisis délibérément de ne pas demander une telle autorisation pour observer les activités de ma propre unité (un changement de statut plus complexe à réaliser étant donné que j’occupais une position « junior »), mais plutôt d’une autre activité, à laquelle mes collègues et moi étions certes mêlés, mais de manière plus marginale. Mon intérêt se porta ainsi sur l’observation du processus d’élaboration et d’adoption d’une Conclusion du comité exécutif du HCR (EXCOM) qui portait, en 2007, sur le thème de la protection des enfants à risques. Ces Conclusions font office de normes à prétention universelle dans le champ de l’asile : contrairement à la « soft guidance » évoquée plus haut, elles sont placées, en termes d’autorité morale, au sommet de la hiérarchie des multiples recommandations produites par le HCR, parce qu’adoptées par consensus par les États-membres du HCR et ce faisant perçues comme l’émanation de la communauté internationale.

21Suivre rigoureusement le processus de leur élaboration, de leur négociation et finalement de leur adoption, mais aussi interroger les principaux protagonistes y prenant part, allaient me permettre d’ethnographier finement les processus et légitimités en jeu dans la transformation d’une série de préceptes ou de cadrages préalables, fortement controversés, en « normes universelles » mais aussi de mieux comprendre, en creux, la spécificité des autres processus normatifs auxquels j’avais pris part jusque là (et qui n’impliquaient pas d’États-membres). Afin de mieux appréhender l’objet fuyant qu’était cette nébuleuse bureaucratique, j’ai donc commencé non pas par une étude multi-située de réseaux entremêlés, mais plutôt, à l’instar de Bendix (2012 : 32), par « l’analyse fouillée d’une pratique, elle, strictement située ». Se saisir d’un « site dense » (op. cit. : 32) me semblait, en effet, alors indispensable pour pouvoir focaliser mon regard et donner un ancrage empirique aux observations « flottantes » effectuées jusque là. Je pouvais ainsi donner à voir comment l’universalité revendiquée du régime de l’asile prend forme dans des réseaux d’acteurs étatiques et non étatiques, des configurations de pouvoir et des référentiels en réalité très localisés, au sein desquels des réseaux trans-institutionnels d’entrepreneurs de norme et de morale, sans légitimité démocratique, jouent un rôle clé. J’ai surtout pu observer la fragilité des compromis sur lesquels ces normes globales reposaient, leur formulation impliquant en effet un travail sans cesse renouvelé d’objectivation d’intérêts divergents, qui ne faisait que déplacer ou effacer, par de simples opérations sémantiques, les controverses et les clivages parfois très forts (entre États ; et entre États et HCR) que suscite l’asile bureaucratisé à l’échelle mondiale (Fresia, 2012). J’observais par ailleurs les fonctions implicites jouées par ces normes qui, moins qu’un moyen de guider l’action, étaient avant tout mobilisées, par les acteurs en charge de leur définition, pour conserver une certaine image ou réputation sociale sur la scène internationale ; revendiquer des droits à l’assistance financière (burden-sharing) et contester, pour certains pays du Sud (groupe des 77) la dimension hégémonique du langage des droits de l’homme ; ou encore légitimer de nouvelles interventions bureaucratiques du HCR auprès de nouvelles catégories de population. Pour tous les acteurs, l’adoption de nouvelles normes globales dans le champ de l’asile permettaient en tous cas de perpétuer le mythe que le régime de protection des réfugiés se renforce, là où, en pratique, les politiques d’asile sont, partout, toujours plus restrictives.

Retour à une posture « out » forte d’une longue imprégnation

22L’officialisation de ma posture de chercheure s’acheva avec mon départ du HCR puis ma prise de fonction à l’Université de Neuchâtel en janvier 2008. à nouveau « outsider », avec ma seule casquette d’anthropologue, mais cette fois avec le bénéfice d’une longue imprégnation au sein du HCR et d’un réseau relationnel significatif auprès de mes anciens collègues, je décidais de poursuivre mon travail de ré-ancrage empirique, en entamant cette fois une ethnographie de différentes interfaces de la nébuleuse HCR, mais avec la volonté d’identifier, sur chaque site, une pratique dense à observer comme je l’avais fait à Genève.

  • 9 Ce qui constitue une autre approche tout aussi pertinente comme l’illustre bien le travail remarqu (...)

23Plutôt que de suivre une politique concrète du HCR liée à un sous-champ d’intervention spécifique9, je décidais ainsi d’appréhender la diversité des facettes que recouvre, concrètement, son mandat de protection des réfugiés à l’échelle de différents bureaux ou représentations du HCR de par le monde. Dans chaque site, il s’agissait d’approfondir de manière dense la dimension du travail des « asylum makers » qui cristallisait le plus d’enjeux dans la configuration observée. Je choisis ainsi de porter mon attention sur une branch office, c’est-à-dire un bureau localisé dans une capitale (Ankara), et un field office (Adjumani, au nord de l’Ouganda) qui, combiné à mon site d’étude à Genève, reflétaient bien la diversité des enclaves bureaucratiques « à partir desquels le HCR investit l’espace politique global [...] sur la base d’une juridiction onusienne » (Scalettaris, 2013 : 110). Reliées entre elles par une circulation continue de personnes (le personnel international étant soumis à un principe de rotation les amenant à travailler dans l’une ou l’autre des ces configurations), mais aussi d’informations et de biens logistiques, ces diverses configurations pouvaient s’appréhender comme relevant d’un tout : elles allaient me permettre d’affiner progressivement ma problématique en tissant des liens entre des pratiques appréhendées jusque là de manière trop segmentées.

  • 10 Ce capital restait malgré tout limité et peu durable, au vu de la taille de l’organisation – plus (...)

24La sélection des sites s’est opérée dans la continuité de mon expérience de praticienne, sur la base d’un réseau relationnel et d’un capital confiance qui ont grandement facilité l’identification, par collègues interposés, de personnes et de bureaux susceptibles d’accepter la présence d’une chercheure et ancienne collègue10. Ma bonne connaissance de la culture professionnelle du HCR m’épargna également tout faux pas susceptibles de nuire à l’entrée du chercheur sur son terrain : respect de la hiérarchie pour obtenir les autorisations ; valorisation de la réflexivité des acteurs ; anticipation des inquiétudes que pouvait susciter ma présence, liées souvent moins à la crainte d’une posture critique qu’à celle de constituer une charge supplémentaire, « une mission de plus », à gérer par un staff surmené, etc. Par ailleurs, je présentais mon objet de recherche de manière suffisamment large, polysémique et consensuelle pour ne pas paraître menaçante, en privilégiant une entrée par « les trajectoires professionnelles, le travail quotidien et les vécus du staff du HCR ».

25Cette entrée présentait aussi l’avantage méthodologique d’être assez vague pour laisser émerger du terrain les aspects de l’activité du HCR soulevant le plus d’enjeux dans chaque configuration observée. Si, à Genève, c’est la problématisation continuelle de la question des réfugiés qui occupait une bonne partie du staff ainsi que les luttes internes pour négocier le champ d’action du HCR, à Ankara, les enjeux semblaient plutôt se cristalliser autour du travail inlassable de purification, de naturalisation et d’institutionnalisation, à l’échelle d’un pays, de la distinction entre réfugiés « politiques », fuyant la persécution et migrants « économiques » se déplaçant de manière volontaire à la recherche d’opportunités économiques (Fresia et Von Känel, 2016). À Ankara, c’était en effet la procédure de détermination du statut de réfugiés (DSR), dont le HCR a la responsabilité là où les États n’ont pas encore développé la leur (soit dans 67 pays), à laquelle la plupart des employés de l’organisation dédiait le plus de temps. Si la DSR doit servir, officiellement, à octroyer le statut de réfugié aux personnes en besoin de protection, je l’ai appréhendée avant tout comme une procédure de tri, contribuant à objectiver et institutionnaliser la distinction entre « réfugiés » et autres migrants dans des pays qui, soit ne la faisaient pas encore, soit la faisaient sur la base d’une définition plus large et plus flexible du statut de réfugié que celle introduite par la Convention de Genève de 1951 et basée sur la notion de persécution individuelle. Avec von Känel qui s’est aussi intéressé à la pratique du DSR dans le bureau du HCR à Nouakchott, nous avons ainsi montré comment les pratiques d’octroi du statut de réfugié par le HCR sont imprégnées par cet enjeu d’institutionnalisation de la figure du réfugié persécuté, et par la nécessité de rendre crédible et légitime, auprès des autorités locales, la mise en place d’un dispositif d’asile bureaucratisé sur leur territoire. Ainsi, les décisions d’octroi, au-delà de leur apparente objectivité et technicité, étaient-elles situées : elles se prenaient en anticipant la réaction des autorités étatiques et donc par une constante politisation de la définition du statut de réfugié énoncée dans la Convention : si la figure du réfugié persécuté s’universalise et se transnationalise à travers des procédures de tri établies par le HCR, ce n’est donc que parce qu’elle est constamment réinvestie par des logiques de souveraineté nationale, qui en redéfinissent continuellement les contours en fonction de configurations politiques spécifiques.

26En Ouganda, au sein d’un field office du HCR, mon attention s’est portée sur le travail de gestion quotidienne des camps qui occupait une grande partie du staff, et qui impliquait de superviser non seulement la distribution de vivres en coordination avec le Programme alimentaire Mondial (PAM), et de mener pour cela des exercices répétés de vérification des ayant-droits, mais également de s’assurer du bon fonctionnement des écoles, centres de santé, aménagements hydrauliques et autres services destinés aux réfugiés. Les camps permettaient de matérialiser physiquement et spatialement la distinction entre réfugiés et migrants, et constituaient un autre moyen pour le HCR de monnayer, via la mise en place d’un système formel et informel de dons (de matériels ; de constructions d’infrastructures dans et autour des camps, de financements de salaires de fonctionnaires de l’État, etc.), l’adhésion des autorités locales à l’institution de l’asile et leur respect du principe international de non refoulement des réfugiés. Ne devant leur existence qu’à la mobilisation d’une logistique quasi-militaire, les camps révélaient, en creux, le rôle crucial joué par la matérialité dans les modalités d’action du HCR et plus largement dans les formes que prennent les modalités contemporaines d’accueil des réfugiés. Mais le travail de gestion des camps ne se résumait pas à maintenir des « corps en vie » dans des espaces d’exception et de relégation pour y exercer une forme radicale de biopouvoir, souvent dénoncée par les chercheurs en sciences sociales. Il était aussi, sinon plus, orienté vers la volonté de faire des camps des microsociétés idéales, faisant de ces espaces des laboratoires d’une forme d’ingénierie sociale globalisée (Bierschenk, 2014) : le HCR et ses multiples ONG partenaires cherchaient en effet, à travers de multiples activités de sensibilisation et de formation à y façonner des « citoyens idéaux » (Turner, 2010), participatifs, responsables, autonomes, dotés d’un esprit entrepreneurial et respectueux des droits de l’homme ; des citoyens étant censés être investis pour leur communauté, mais une communauté appréhendée de manière des-historicisée, dé-ethnicisée et somme toute déconnectée de ses rapports politiques et socio-historiques aux territoires d’intervention. Dans le but d’approfondir cette dimension, j’ai, par là suite, poursuivi cette réflexion en dirigeant une recherche spécifique sur les écoles de réfugiés, financées par le HCR dans plusieurs autres camps d’Afrique de l’Est (Rwanda et Tanzanie) afin de saisir le type de subjectivités politiques qui y sont projetées et façonnées par les acteurs humanitaires et plus largement, de réfléchir aux modalités d’action du HCR dans leurs articulations à d’autres référentiels globaux et régimes de droits et que ceux liés au seul champ de l’asile et de la migration (Fresia et Von Känel, 2015).

  • 11 Un immense travail de recherche reste à faire sur le rôle et les modalités d’actions des ONG parte (...)

27De manière transversale à mes trois sites d’étude, j’observais, enfin, le travail d’enrôlement et de mise en réseau d’un grand nombre d’acteurs et d’institutions autour de la cause des réfugiés dans lequel tous les agents du HCR étaient investis, où que je me trouvais : produire des normes, gérer des procédures de tri ou gérer des camps ne pouvaient se faire sans recruter ou former des refugee experts, que ce soit à l’échelle des multiples antennes locales du HCR (recrutement de staff national), des ONG partenaires de l’agence onusienne ou des administrations étatiques dédiées aux affaires des réfugiés, que le HCR participait à soutenir financièrement et techniquement. Ces experts locaux devenaient de potentiels « relais » de la cause défendue par le HCR, tout en contribuant à la médiatiser, la redéfinir et la traduire différemment suivant les contextes et les institutions d’ancrage. Les modalités d’action du HCR ne pouvaient donc se saisir indépendamment d’un réseau d’acteurs et d’institutions gouvernementales, et non gouvernementales qu’il finançait en partie et qui en étaient, en quelque sorte, le prolongement11.

  • 12 « I have to admit that this beautifully depicted process and power struggles were not surprising t (...)
  • 13 « Tu évoques avec talent et justesse l’EXCOM dans son fonctionnement, ses “productions normatives” (...)

28Mis en relation, ces diverses dimensions m’ont finalement conduite vers un questionnement plus large centré sur les instruments, les procédures et les dispositifs bureaucratiques et sociotechniques mobilisés par le HCR pour produire, diffuser et ancrer localement des systèmes d’asile bureaucratisés à travers le monde. De fil en aiguille, ma problématique s’est ainsi stabilisée autour de la volonté d’ethnographier, de manière fine (mais non exhaustive) certains des procédés concrets et pluri-localisés par lesquels le HCR tente d’accomplir sa mission – comprise non plus dans son acceptation officielle et normative de protection des réfugiés – mais définie avant tout comme une entreprise toujours négociée de globalisation d’un système d’asile bureaucratisé, normé et ancré dans une définition objectiviste et universaliste du statut de réfugié tel qu’elle a émergé dans le contexte historique de l’entre-deux guerre européen. En somme, le retour à une posture out fut une dernière étape nécessaire dans ma quête d’une posture critique empiriquement ancrée. Tout en facilitant la distanciation nécessaire au travail d’analyse et de mise en relation, elle m’a permis de densifier, par études de cas approfondies, le tableau impressionniste que j’avais jusque là du HCR pour le constituer en objet d’étude. Par ces glissements de positionnements successifs, il s’agissait aussi de s’approcher d’une pensée critique « à la fois respectueuse de l’intelligence sociale des agents et exigeante sur la liberté intellectuelle du chercheur » (Fassin, 2009) ; une posture qui, contrairement à la littérature classique sur le HCR, se situait « ni vraiment dehors », dans une critique radicale et extérieure, « ni entièrement dedans », mais plutôt sur le « seuil » (op. cit.) à l’instar de travaux plus récents menés sur cette même organisation (Scalettaris, 2013 ; Sandvick, 2011). Moins dénonciatrice par certains côtés, cette approche permet d’être proche des réalités vécues par les acteurs tout en opérant les déplacements épistémologiques nécessaires à un questionnement scientifique. De fait, en problématisant l’institution de l’asile, et son corolaire le statut de réfugié, non pas comme un droit inaliénable et nécessaire, mais comme un construit politique et moral historiquement contingent, le chercheur questionne l’universalité revendiquée du mandat du HCR tout comme la naturalité du statut de réfugié : il dévoile que cette universalité loin d’être donnée, est continuellement produite, mais aussi renégociée, politisée et contestée à diverses échelles. Elle repose en effet sur un travail incessant, multiforme et multilocalisé, de légitimation et d’institutionnalisation de la dichotomie entre réfugiés politiques et migrants économiques – médiatisé par des dispositifs bureaucratiques et socio-techniques impersonnels et transnationaux (« soft guidance » ; procédures de tri et de vérification ; dispositifs de mise à l’écart ; logistique onusienne) aux effets objectivant et dépolitisant. En somme, le chercheur donne à voir « les routines de problématisation et de technicisation » (Li, 2013 : 244) qui permettent au HCR de diffuser ses référentiels politiques et moraux, et ses modèles institutionnels partout dans le monde. Et en même temps, il déconstruit les imaginaires de pouvoir souvent associés au HCR (y compris par les chercheurs eux-mêmes), en montrant à quel point sa position, certes hégémonique dans le champ de l’asile, repose sur une légitimité somme toute fragile car constamment négociée, et sur un modèle institutionnel (l’asile bureaucratisé, basé sur la définition du réfugié telle qu’énoncée dans la Convention) qui reste encore faiblement ancré dans certaines régions du monde ou du moins fortement contesté par certains acteurs étatiques. Quant à savoir si une telle posture, à la fois critique et empiriquement ancrée, est plus audible par les acteurs, il est difficile de me prononcer avec certitude, mon travail n’ayant pas encore été entièrement publié. à mes premières publications, mes anciens collègues ont réagi entre indifférence et cynisme à peine masqué sur des processus dont eux-mêmes avaient déjà conscience12, et, plus rarement, par des commentaires détaillés, parfois enthousiastes, m’invitant à approfondir plus encore les coulisses des coulisses des scènes observées13, tout en contestant par ailleurs certaines de mes catégorisations. Ces premières réactions, formulées sur un ton toujours très cordial, montrent en tout cas que le HCR, ou du moins certains de ses agents qui connaissent bien l’importance de la production scientifique à son sujet, apparaît comme une institution « habituée » à la critique.

29La forte proximité de mes relations avec le HCR tout au long de ma trajectoire, la relative facilité avec laquelle les portes se sont ouvertes à l’enquête, et la réception jusque là sans heurt majeur de mes travaux ont toutefois généré un sentiment d’« inconfort durable » qui est probablement le prix à payer de ce type de posture liminale, « sur le seuil ». Parce qu’elle conduisait à cet étrange « mélange de loyauté et de décentrement » (Fassin, 2009), il m’a alors semblé indispensable d’interroger plus en détail la facilité avec laquelle j’ai pu naviguer entre le « dedans » et le « dehors » pour ce qu’elle venait révéler sur mon objet d’étude. Questionner les ouvertures, c’est en effet poursuivre l’analyse du monde de l’aide et soulever la problématique plus large de ses relations ambivalentes avec le monde de la recherche et ses relations multiformes à la critique.

La recherche investie par les professionnels de l’asile : les rapports ambivalents du HCR au monde académique

30Il aurait été tentant de mettre sur le seul compte du capital relationnel et de confiance, construit au gré de mon parcours, l’aisance avec laquelle mes glissements de postures ont été acceptés par mes anciens collègues. La réflexivité sur mon propre parcours m’a toutefois conduite à comprendre que cela était aussi rendu possible par un contexte structurel plus large, marqué par une forte porosité des frontières entre le HCR et les milieux scientifiques. Loin d’être exceptionnelle, la proximité que j’entretenais avec le HCR était en effet relativement banale, et révélait plus largement l’existence de réseaux de chercheurs-praticiens qui, comme moi, naviguaient d’une sphère à l’autre. Se posait dès lors la question du rôle joué par ces réseaux dans les cadres d’action et de réflexion du HCR, et des usages qui en sont fait par ses membres.

Le rapport aux chercheurs : une expérience ordinaire

  • 14 Cas des revues : « Refugee Quaterley Survey » et « Forced Migration Review » en particulier.

31Lors des enquêtes sur les trois sites d’étude choisis, mais aussi tout au long de mon parcours, je fus frappée de constater à quel point ma présence dans les bureaux du HCR semblait ordinaire. Dans les bureaux de terrain tout d’abord, le personnel du HCR était habitué à recevoir toutes sortes de missions de l’extérieur – qu’il s’agisse de chercheurs indépendants venus enquêter dans des camps de réfugiés ; de chercheurs employés comme consultants pour évaluer une opération du HCR ; ou encore de collègues (dont certains avaient un profil de chercheurs) envoyés par le siège dans le cadre de missions de soutien technique pour fournir un appui spécifique dans un domaine donné, mais qui supposait au préalable de mener de courtes enquêtes auprès du staff et des réfugiés pour s’enquérir de la situation. L’enjeu était ainsi de réussir à me différencier des autres missions, la confusion avec les missions du siège étant particulièrement importante du fait que je venais moi aussi de Suisse et étais une ancienne collègue. Une fois la spécificité de ma démarche comprise, ne serait-ce que par la durée de mes séjours, plus longue que les missions, et mon intérêt spécifique pour le travail quotidien des employés et non pas seulement pour la situation des réfugiés, il m’est alors fréquemment arrivé que des employés locaux (staff national), désireux d’élargir leur vision de leur profession ou d’assurer l’avancement de leur carrière, se renseignent auprès de moi pour effectuer un Master ou un doctorat dans le domaine des « refugee studies » : loin d’être uniquement perçue avec méfiance, je devenais alors avant tout une ressource à investir dans un contexte de relative précarité professionnelle de cette catégorie du personnel du HCR. Quant à mes anciens collègues de Genève, leur rapport aux chercheurs était sans doute plus ordinaire encore dans la mesure où se trouvaient parmi eux d’ex-chercheurs (la majorité en droit ou en sciences politiques), dont certains, occupant des postes élevés, entretenaient des relations privilégiées avec les milieux scientifiques, que ce soit sous la forme de participation à des colloques internationaux ou via des contributions dans des ouvrages ou des revues scientifiques14. D’autres, une petite minorité, étaient inscrits en thèse ou réfléchissait sérieusement à le faire pour se donner un peu de temps pour « réfléchir »... Tous comprenaient bien ma démarche, voire même me donnaient des conseils bibliographiques ou méthodologiques relatifs à mon enquête : ce sont aussi ces personnes qui se sont montrées le plus intéressées aux résultats de ma recherche.

  • 15 Le HCR apporte par exemple une contribution financière aux Refugee Studies Center d’Oxford et du C (...)

32En retraçant les trajectoires professionnelles de mes anciens collègues de Genève, je réalisais, en particulier, à quel point les frontières entre le monde des professionnels de l’asile et celui de la recherche spécialisée dans le champ des migrations forcées étaient finalement relativement poreuses. J’étais consciente que les « refugee studies » avaient toujours connu une certaine imbrication épistémologique dans les catégories et les labels bureaucratiques produits par le HCR, l’ayant d’ailleurs amené, à la fin des années 1990, à préférer l’appellation « forced migration studies » pour marquer l’importance ne pas essentialiser la figure du réfugié. Mais je n’avais pas encore pris la mesure de la circulation relativement importante non pas seulement des savoirs, mais également des personnes d’une sphère à l’autre. Non seulement la présence de différents types de chercheurs-consultants, en particulier des juristes, était relativement banale dans les locaux du HCR et plus encore à Genève, mais en plus – et mon parcours en était une belle illustration – ces derniers circulaient au sein de réseaux de chercheurs-praticiens, ce qui m’obligeait, une fois de plus, à voir l’action du HCR au-delà de ses frontières institutionnelles. Loin d’être seulement informelles, les relations du HCR avec les milieux scientifiques sont aussi formalisées par les liens privilégiés que l’agence onusienne entretient avec trois centres de recherche spécialisés dans les « refugee studies », situés respectivement au sein des Universités d’Oxford, de York au Canada et du Caire, mais également avec l’association internationale de recherche sur les migrations forcées (International association for the study of forced migration), dont l’objectif est de créer une plateforme de dialogue entre chercheurs, praticiens et décideurs politiques. L’agence onusienne participe au financement des colloques ou revues scientifiques publiées par certains de ces centres, siège parfois directement dans leurs comités scientifiques, via ses membres détenteurs d’un doctorat15, ou assure une présence de ses représentants dans divers working group thématiques. Le réseau reliant le Refugee Studies Center (RSC) de l’Université d’Oxford au HCR est sans doute le plus dense de tous : de nombreux chercheurs de ce centre, de renommée internationale, sont en effet passés, d’une manière ou d’une autre par le HCR, avant d’avoir un poste à Oxford ou bien ont connu le cheminement inverse. Dans tous les cas, ils entretiennent des relations étroites avec l’agence onusienne dans le cadre de consultance, de projets de publication ou d’organisation de conférences. En termes d’ancrage disciplinaire, la plupart d’entre eux sont juristes (spécialisés dans le droit d’asile) ou politologues (relations internationales), mais on compte également des anthropologues (parmi lesquels la fondatrice du RSC) qui se font volontiers les porte-parole du point de vue des réfugiés. Leur posture est variable, mais grosso modo, on peut dire qu’une majorité de ces chercheurs tend à produire une critique de l’action du HCR inscrite dans le même cadre épistémologique que ce-dernier, tandis qu’une minorité s’évertue à le déconstruire.

33Mais comment fallait-il interpréter le rôle joué par ces réseaux par rapport aux modalités d’action du HCR ? Fallait-il les appréhender comme partie prenante d’un dispositif de savoir-pouvoir diffus participant d’un processus hégémonique plus large et contribuant à renforcer constamment le cadre épistémologique sur lequel tout le système d’asile contemporain se base ? Ou fallait-il au contraire les voir comme des canaux d’échanges pouvant contribuer à rendre audible la critique envers l’action de l’agence onusienne voir participer à la mise en circulation de nouveaux paradigmes à visée réformatrice ? Mon propre parcours s’insérant largement dans ces échanges entre HCR et monde académique, je propose de revenir à ma propre expérience pour proposer quelques réflexions liées à ces interrogations.

Neutraliser la critique : les chercheurs enrôlés par le HCR

34Tout au long de mon enquête, mes relations de proximité avec le HCR ont induit un inconfort qui s’est exprimé par le désagréable sentiment d’être implicitement contrainte dans ma recherche, y compris après avoir formalisé la relation d’enquête et quitté l’agence onusienne. Cette contrainte était avant tout éthique : je me sentais liée, moins par le code de conduite que j’avais signé et qui m’engageait formellement à ne pas nuire à la réputation de l’institution, que par une forme de respect et d’empathie envers le travail des mes (anciens) collègues dont je comprenais les croyances, les motivations, les frustrations et les aspirations. à ce sentiment diffus s’est ajoutée l’attente, clairement exprimée par tous mes interlocuteurs, d’obtenir une restitution du résultat de mes enquêtes – attente qui, si elle est le contre-don minimum à l’enquête, a de toute évidence influencé la décision d’écriture tout en exerçant la pression de devoir partager rapidement mes premières analyses, sans forcément leur donner le temps nécessaire d’arriver à maturation. Enfin, je ne pouvais pas exclure que la proximité entretenue avec le HCR pouvait aussi finir par imprégner mon cadre de réflexion et me rendre prisonnière d’un cadre cognitif et d’une cause morale que j’avais pourtant tenté de déconstruire au préalable.

35Ces contraintes allaient devenir d’autant plus prégnantes que peu Ces mon départ, des membres du HCR m’ont sollicitée par deux fois pour un travail de consultance, d’abord pour effectuer un état des lieux des mouvements de réfugiés et des dispositifs d’asile en Afrique de l’Ouest dans le cadre de la préparation d’une conférence régionale sur le même thème, puis pour prendre part à une évaluation des politiques éducatives du HCR à l’échelle globale... J’étais une ancienne collègue, facilement accessible du fait de la proximité géographique entre Neuchâtel et Genève, et je devenais, là encore, une personne ressource dont on estimait que je comprendrais vite le type de travail et de savoir attendus et dont on connaissait les domaines de spécialisation. Ces collaborations, que j’acceptais avec l’objectif de pouvoir y impliquer des étudiants et de leur faire bénéficier d’une expérience de recherche « sous mandat », attestaient clairement d’un enrôlement progressif de ma personne dans les réseaux d’universitaires proches du HCR, mais également de l’emprise continue de l’institution sur ma trajectoire, y compris après l’avoir quittée. Ce processus n’était pas intentionnel de part et d’autre, mais lié aux liens interpersonnels qui me liaient à certains membres de l’agence onusienne, ainsi qu’aux modes de recrutement des consultants de l’organisation, qui privilégient le recours au « réseau » sur les appels d’offres publics. Cet enrôlement ne visait pas non plus, intentionnellement, à contrôler mes recherches plus larges sur le HCR et ses modalités d’action, dont mes anciens collègues étaient informés. Mais, il mettait néanmoins en lumière de possibles effets de neutralisation ou d’atténuation de la critique induits, justement, par la forte personnalisation des réseaux de chercheurs-praticiens et les formes d’empathie ou d’autocensure qui peuvent en découler. Une proximité qui contraint par ailleurs le chercheur à se réinscrire, dans le cadre des consultances, partiellement au moins dans les catégorisations du HCR au risque de participer à leur reproduction. De fait, en acceptant ces propositions de collaborations, j’acceptais de faire avec les labels du HCR, et bien que j’en soulignais la dimension construite et dynamique, je participais, par ma simple étude, à la problématisation de deux nouvelles questions que le HCR cherchait à rendre visibles : les lacunes en matière de protection des réfugiés en Afrique de l’Ouest dans un cas, et le manque d’accès à l’éducation pour les enfants réfugiés dans l’autre.

36Certains socio-anthropologues qui, comme moi, ont étroitement collaboré avec le HCR ont également pointé du doigt cette question de la neutralisation de la critique. Valluy (2007 : 24) évoque ainsi les risques « d’osmose idéologique » entre le HCR et les chercheurs évoluant dans son giron, en particulier pour ceux qui veulent conserver le soutien notamment financier du HCR de leurs activités scientifiques, tandis que Scalettaris (2013 : 310) mentionne la tendance des chercheurs à adhérer cognitivement et moralement à la cause de l’agence onusienne. Plus largement, peut-on voir dans cette proximité une forme d’absorption de la critique pouvant induire, plus ou moins intentionnellement, une « institutionnalisation de contre-pouvoirs » potentiels (Müller, 2009). En participant au financement de certaines revues scientifiques, dans lesquelles des chercheurs expriment leur vision critique de l’agence onusienne, en mettant lui-même en place des canaux ou des plateformes d’échanges où la critique peut s’exprimer, et en travaillant – par le biais des consultances – en étroite collaboration avec des chercheurs de renommée, le HCR devient en effet le producteur de sa propre critique : ceci lui permet d’en retirer une notoriété renforcée et ainsi de consolider sa position hégémonique en investissant tous les champs où l’asile est problématisé, y compris les arènes scientifiques. Loin d’être propre au HCR, l’existence de fortes imbrications entre les mondes de l’aide et ceux de la recherche est quasi-consubstantielle à l’histoire du développement mais également de la discipline anthropologique (Ferguson, 1997) : ils attestent de l’existence de dispositifs de savoir-pouvoir desquels nous sommes tous partie prenante d’une manière ou d’une autre, qu’on le veuille ou non.

37La réflexivité sur les relations étroites entre le HCR et certains milieux académiques allait ainsi me conduire à intégrer à mon cadre de recherche la question de l’enrôlement des chercheurs (en droit, sciences sociales et politiques) comme partie intégrante des processus plus larges par lesquels la nébuleuse HCR maintient constante la mobilisation autour de la problématique des réfugiés. L’enrôlement de ma propre personne dans ce travail de problématisation semblait donc, en définitive, mettre le doigt sur un processus hégémonique auquel je participais pleinement. Mais en rester à cette seule hypothèse ne rendait toutefois pas entièrement justice à mes observations ni même à ma propre expérience. D’une part, elle ne rendait pas compte de l’autonomie des chercheurs qui peuvent rester libres de formuler leur critique en dehors des réseaux investis par le HCR et qui restent aptes à naviguer entre divers cadres épistémologiques (n’est-ce pas le métier des anthropologues ?). De l’autre, elle ne restituait pas les cas où les professionnels de l’asile mobilisent les réseaux de chercheurs non pas seulement pour absorber et neutraliser la critique, mais comme l’une des composantes de stratégies institutionnelles complexes cherchant à alimenter des controverses internes et introduire des changements de politiques, voire de référentiels, au sein de l’organisation.

Promouvoir et légitimer par l’extérieur des points de vue critiques et des nouvelles problématisations

38De son expérience de collaboration avec le HCR, Valluy (2010 : 54) tire le constat amer que « de fait, on apprend en travaillant au sein du HCR ou dans les cadres de travail du HCR que ni l’autocritique ni la critique de proximité ne font partie de la culture politique de cette organisation intergouvernementale ». Mon appréciation est beaucoup plus nuancée. En effet, que ce soit lors de discussions informelles avec certains collègues alors que je travaillais encore au sein de l’organisation ou au cours de mon enquête multi-site, les discours parfois très critiques des employés vis-à-vis de leur organisation m’ont surpris plus d’une fois. La relation d’enquête fut d’ailleurs souvent marquée par la volonté de me faire porte-parole d’un ensemble de griefs, de doutes ou de frustrations que ces derniers nourrissaient envers l’organisation, son administration, ses politiques ou ses modes de fonctionnement.

  • 16 Par là, mes interlocuteurs faisaient référence aux réseaux relationnels privilégiés construits sur (...)

39De fait, ma présence semblait cristalliser un ensemble de critiques relatives à ce que mes interlocuteurs qualifiaient de dysfonctionnements internes de l’institution : abus de pouvoir de la part de certains chefs de bureaux ; problème des mafias internes à l’organisation16 qui influencent les pratiques d’affectation des postes (une partie du personnel étant soumis à un système de rotation), mais aussi de promotions ; et de manière générale un ensemble de critiques envers le management et le siège perçus comme déconnectés des réalités du terrain et soumis à des logiques de gestion toujours plus néo-libérales imposées par les bailleurs de fonds. En lien avec cette dernière critique, la précarisation des conditions de travail des employés, malgré leur professionnalisation croissante, était aussi décriée et dévoilait en creux, à quel point, outre l’impermanence du personnel international, la course aux postes stables et la forte disparité des statuts entre personnes effectuant des tâches semblables (volontaires, staff national, international, etc.) affectaient le travail quotidien du personnel en rendant impossible toute projection à long terme (Fresia, 2009). Enfin, fréquemment, la faiblesse d’autorité du HCR face aux États était pointée du doigt : à Ankara, par exemple, on dénonçait la forte politisation des modalités d’attribution du statut de réfugiés, influencée par les positionnements politiques à la fois de l’État turc et de certains bailleurs de fonds. Par là, on questionnait l’objectivité et la neutralité revendiquée du mandat de protection des réfugiés, pour en montrer implicitement la dimension fortement située, mais sans pour autant remettre en cause la nécessité et l’espoir de pouvoir distinguer de manière objective, les vrais réfugiés des simples migrants (Fresia et Von Känel, 2016). On voyait donc en moi une possible alliée qui aurait pu faire entendre, à l’extérieur ou au sommet de la hiérarchie de l’agence onusienne, des doléances ou des critiques que mes interlocuteurs ne pouvaient pas se permettre d’afficher publiquement.

40À l’échelle de certains senior staff, occupant moins des positions opérationnelles ou de management que de conseils et d’expertise, et qui avaient, pour certains, soit une très bonne connaissance d’un contexte géographique donné ou bien de l’organisation elle-même, circulait néanmoins un deuxième registre de critiques portant plutôt sur les grandes orientations politiques de l’organisation. Plusieurs personnes m’ont par exemple confié leur position personnelle vis-à-vis des controverses liées à une interprétation restreinte ou élargie du mandat de l’organisation (ciblé sur les personnes réfugiés vs. élargi à d’autres catégories de migrants ; fondé sur la seule défense du droit d’asile vs. une approche élargie aux droits humains, etc.) ; ou bien leur malaise par rapport à la participation du HCR à l’encampement des réfugiés, ou encore, même si beaucoup plus rarement, leur interrogations sur la pertinence même du cadre d’action, sédentariste, du HCR. Loin de taire leurs critiques, certains mobilisaient des stratégies institutionnelles visant à nourrir, en interne, les controverses autour des politiques, mais aussi à tester de nouveaux cadrages possibles. Ces stratégies passaient, notamment, par la sollicitation de chercheurs externes dont les travaux pouvaient permettre de mettre en circulation des ressources cognitives et argumentatives supplémentaires, mobilisables par le staff ou donnant une légitimité supplémentaire à une critique qu’ils ne pouvaient porter seuls. L’ancien directeur de l’unité policy evaluation and development service du HCR a, en particulier, joué un rôle significatif en ce sens. Docteur en Africain studies de l’Université de Birmingham, chercheur associé au Refugee studies center d’Oxford, et extrêmement présent dans les milieux académiques avec une production scientifique renommée, il a largement contribué à institutionnaliser la diffusion de travaux de recherche au cœur du HCR, mais également à mettre en place une politique systématique d’évaluations des politiques et programmes du HCR, dont certaines sont confiées à des chercheurs indépendants et externes. Il est, en particulier, à l’origine de la série New issues in refugee research, qui se présente comme des working papers diffusés par le HCR mais sur lesquels il est précisé que leur contenu ne représente pas le point de vue de l’agence onusienne. L’objectif de cette série, tel que formuler sur le site de l’unité, est de permettre aux membres du HCR mais aussi aux consultants, chercheurs externes de diffuser leurs recherches ou résultats préliminaires sur des questions liées aux réfugiés. À ce jour, plus de 270 working papers ont alimenté cette série. Si la majorité de ces contributions s’inscrit dans le cadre épistémologique du HCR, d’autres le contestent ouvertement. C’est le cas par exemple de plusieurs working papers ou études commanditées par l’unité policy evaluation qui ont remis en question le biais sédentariste sur lequel tout le régime de protection internationale des réfugiés se fonde, en montrant comment les réfugiés trouvaient des formes de protection avant tout dans la mobilité et la mobilisation de ressources et réseaux transnationaux (Bakewell, 1999 ; Van Hear, 2003 ; Long, 2009, 2010). Dans leur contribution, ces chercheurs ont aussi questionné le postulat d’« anormalité » attaché à la mobilité, pour en montrer le caractère somme toute ordinaire. De même ont-il déconstruit la naturalité de la dichotomie « réfugiés vs. migrants » : les individus peuvent en effet passer d’une catégorie bureaucratique à l’autre au gré de leur parcours, et les critères d’application de cette distinction restent éminemment politisés et dépendants de configurations socio-politiques et historiques spécifiques.

  • 17 Mobilité que j’avais moi-même mise en avant dans le cadre des mes travaux sur les réfugiés maurita (...)

41Si cette série peut être appréhendée comme l’un des moyens par lesquels l’agence onusienne absorbe la critique pour en tirer une notoriété renforcée, on ne peut pas nier qu’elle facilite, en même temps, la mise en circulation, au sein de l’agence onusienne, de concepts ou d’approches permettant de penser autrement ou différemment la mobilité, l’asile et le refuge. Les effets concrets de cette mise en circulation sur les processus décisionnels et politiques restent difficiles à apprécier tant il s’agit de processus discontinus, multiformes et sans causalité directe. Mais, il est tout de même frappant de constater que depuis plusieurs années, divers membres ou unités au sein du HCR cherchent à faire reconnaître l’importance de la « mobilité » comme stratégie économique pour les réfugiés et à la promouvoir, en interne mais aussi auprès de certains gouvernements, dans le cadre de la recherche de solutions durables qui étaient jusque-là pensées uniquement en termes d’intégration ou de rapatriement, et donc de ré-ancrage définitif des réfugiés dans un pays donné. Non seulement certains membres du HCR se sont appuyés sur les travaux de ces chercheurs (et d’autres) pour cautionner la pertinence de cette proposition, mais ils ont aussi directement fait appel à ces-derniers pour lui donner une légitimité scientifique dans le cadre de consultances. Dans sa thèse, Scalettaris (2013) montre par exemple comment l’un des projets du HCR sans doute les plus innovants des deux dernières décennies – la recherche de solutions « compréhensives » pour les réfugiés afghans – a pris naissance dans un contexte historique et géopolitique favorable mais aussi grâce à la convergence, voire la connivence, entre quelques chercheurs et quelques acteurs institutionnels réformateurs. Ce projet qui a réussi à s’institutionnaliser aussi bien au siège du HCR que dans les bureaux du HCR d’Afghanistan visait à reconnaître la normalité et l’importance de la migration pour les populations locales, la fluidité des catégories bureaucratiques, et cherchait à appréhender les déplacements de populations dans le cadre élargi des politiques migratoires régionales, et non pas, dans celui, restreint, de l’asile. Plutôt que vouloir ancrer les réfugiés dans un territoire donné, ce projet tentait ainsi de faire reconnaître légalement leurs stratégies migratoires, en amenant les États concernés à les régulariser. De plus, il cherchait à élargir les activités du HCR en matière de protection, en faveur d’autres catégories de migrants que les seuls réfugiés relevant de son mandat, dans une vision plus holiste des questions migratoires. L’une des consultances pour laquelle j’avais été sollicitée s’inscrivait dans le prolongement de ces tentatives d’élargissement du cadre d’action du HCR initiées en Afghanistan : en me demandant de préparer un état des lieux des dynamiques migratoires en Afrique de l’Ouest et du régime de protection en place, l’un des commanditaires de l’étude, alors senior legal advisor, m’invita à mettre en avant la forte mobilité des réfugiés au sein de la région17 et à souligner les récentes tentatives des bureaux du HCR de la sous-région de se référer au cadre de la CEDEAO (Communauté économique de développement des États d’Afrique de l’ouest) pour favoriser la libre circulation des réfugiés ressortissants des pays de la sous-région, et faire de la mobilité une solution à part entière au « problème des réfugiés ». Lui-même avait déjà beaucoup œuvré, avec les bureaux locaux du HCR, pour amener la CEDEAO à se prononcer en faveur d’un traitement équitable entre les réfugiés et les autres ressortissants de la CEDEAO en matière de liberté de mouvement et de résidence (Adepodjou et al, 2007). Mais il était nécessaire de construire des alliances externes avec des chercheurs pour donner une légitimité plus « scientifique » à cette position dans le cadre d’une consultance, qui plus est, financée par l’Union européenne. L’objectif était donc bien de mobiliser le savoir scientifique présenté comme neutre et objectif pour appuyer les tentatives d’élargissement du cadre des solutions durables, que les États de la CEDEAO, malgré leur déclarations rassurantes dans le cadre d’un mémorandum, étaient encore loin de mettre en application, et contre lesquels il était difficile, pour le HCR de prendre une position trop frontale. De fait, les résultats de l’étude allèrent, en partie, dans le sens souhaité, tout en soulignant, dans cette approche, le risque d’inégalité de traitement vis-vis des réfugiés non-ressortissants de la CEDEAO. Ils furent présentés à Dakar dans le cadre d’une Conférence régionale sur la protection des réfugiés, devant un parterre de représentants de la CEDEAO et de ses États-membres (Fresia & Charrière 2008). Ainsi, si les études commanditées par le HCR servent, dans certains cas, à apporter une caution scientifique pour justifier des politiques en vigueur (par exemple un retrait progressif de l’aide à une population donnée de réfugiés dont il s’agit de montrer qu’elle est autosuffisante), elles peuvent aussi, dans d’autres cas, être mobilisées pour renforcer la légitimité de nouveaux cadrages possibles.

42Ces différents constats ne préjugent pas, bien entendu, de la « réussite » des projets ou des paradigmes réformateurs qui naissent, en partie, de réseaux d’échanges entre chercheurs et praticiens : la mise en circulation de nouvelles idées ou de nouveaux paradigmes issus des milieux scientifiques est un processus très lent, pluri-acteurs, faisant l’objet de multiples traductions à chaque maillon de la chaîne de l’aide, et pouvant, comment cela a souvent été le cas au sein des arènes onusiennes, être peu à peu vidé de sa dimension subversive initiale tant les enjeux se reconfigurent au gré de leur circulation (Calvès, 2011). Dans le cas afghan, Scalettaris a par exemple montré comment la promotion de la mobilité, malgré son potentiel subversif dans sa manière d’appréhender le « problème des réfugiés », est finalement restée imbriquée dans une approche étato-centrée et nationaliste lors de sa mise en œuvre. Favoriser la mobilité des réfugiés et autres migrants afghans s’est, en effet, traduit par la volonté de légaliser, dans le cadre des États-nations, leurs stratégies migratoires, participant ainsi, de manière paradoxale, à accroître la surveillance administrative de leurs mouvements. De plus, et ceci est également valable pour l’Afrique de l’Ouest, Scalettaris (op cit : 429) souligne à juste titre que si ce nouveau paradigme de la mobilité a pu faire une avancée au sein du HCR, c’est aussi parce que le contexte géopolitique et le positionnement de l’Union européenne vis-à-vis des questions migratoires s’y prêtaient : depuis le début des années 2000, l’Union cherche de plus en plus à externaliser la gestion des flux migratoires aux pays extra-européens les plus proches de ses frontières en encourageant ces derniers à mettre en place des systèmes migratoires plus « efficaces ». Légaliser la mobilité interne, au sein des régions périphériques en développant des systèmes migratoires plus efficaces pouvait donc aussi, paradoxalement, nourrir la ligne politique de l’Union visant à endiguer les flux vers le Nord.

43Quelle que soit l’issue et les contradictions inhérentes à ces tentatives réformistes, l’existence de connivences réformatrices entre chercheurs et acteurs institutionnels nous invite à envisager de manière plus dynamique les relations entre pouvoir et savoir, y compris dans la manière dont certaines formes de critiques peuvent, malgré tout, et de manière inattendue, aboutir à renforcer les cadres hégémoniques plus larges. Elle souligne également que les professionnels de l’aide ont non seulement une réflexivité sur leurs propres pratiques et sur les cadres d’action plus larges dans lesquels elles s’inscrivent mais aussi, et surtout, que certains parmi eux (parfois eux-mêmes universitaires) mettent en place des stratégies internes qui visent à réformer le système de l’aide via la mobilisation de réseaux de chercheurs, dont les positions permettent de nourrir et légitimer des nouveaux cadrages possibles. Ainsi, des membres du HCR peuvent agir à travers ou avec des universitaires et des ONG pour exercer une pression auprès des États qu’ils ne sont pas en mesure d’exercer eux-mêmes du fait de leur dépendance financière à ces derniers. Inversement, des universitaires ou des ONG agissent avec ou à travers certains membres du HCR avec lesquels ils entretiennent des relations privilégiées pour permettre la mise sur l’agenda « international » de nouvelles problématiques ou paradigmes qu’ils ont participé à façonner. Ces constats invitent, en définitive, à explorer plus finement les marges et les réseaux d’action politique qui existent au sein même de processus hégémoniques. Mais ils nous invitent également à interroger de manière plus systématique les modalités du changement au sein des institutions de l’aide, et en particulier, les facteurs et circonstances qui amènent à des réorientations de politiques ou de cadrages de fond, au-delà peut-être de la seule course à l’innovation conceptuelle, qui fait aussi partie, dans le monde de l’aide, d’enjeux de reconnaissance internes et d’avancement de carrières.

Conclusion

44Le retour réflexif sur mon propre parcours m’a finalement permis d’apporter un éclairage précieux à la fois sur le fonctionnement quotidien des agences onusiennes mais aussi sur les postulats implicites que nous continuons tous d’avoir, en tant que chercheurs, sur le monde de l’aide. Mon parcours illustre en effet à quel point les anthropologues continuent de nourrir les imaginaires de pouvoir autour des ces organisations, encore trop souvent appréhendées, comme dans le cas du HCR, comme des institutions fermées et homogènes, au pouvoir hégémonique. Et lorsque l’articulation entre le monde de l’aide (et encore plus, le monde onusien) et celui des sciences sociales est problématisée, c’est avant tout la verticalité de leurs relations qui est mise en évidence (soumission de la recherche au monde de l’aide à des fins de légitimation ou d’instrumentalisation ; risques d’osmose idéologique, etc.). Sans vouloir nier l’importance des relations de pouvoir qui structurent ces réseaux, cette perspective nous empêche d’appréhender comment la formulation, la publicisation mais aussi la reformulation constante des problèmes dans le champ des migrations forcées émergent aussi de réseaux trans-institutionnels plus « horizontaux » qui relient le HCR à d’autres milieux institutionnels, comme ceux de la recherche académique, au gré d’une intense circulation de personnes mais aussi d’idées et de connaissances.

45La difficulté récurrente à penser cette « horizontalité » dans une approche réflexive est sans doute à comprendre à la lumière d’enjeux de légitimation de notre propre discipline : elle souligne notre tendance à dénier encore trop souvent aux professionnels de l’aide leur capacité réflexive et critique, mais aussi leur autonomie relative vis-à-vis des institutions qu’ils représentent ; et d’autre part, elle illustre notre méfiance intrinsèque envers tout lieu de pouvoir et l’inconfort durable de notre relation au monde de l’aide. Maintenir la frontière entre nous et eux, ou ne penser nos rapports qu’en termes de verticalité, semble en effet partie intégrante du processus de construction de notre propre identité professionnelle – l’anthropologie du développement (anthropology of development) comme discipline scientifique ayant clairement construit sa légitimité sur le rejet de la development anthropology comme savoir appliqué et plus largement de toute forme d’implication avec les institutions de l’aide comprise uniquement en termes d’instrumentalisation (Ferguson, 1997).

46Prendre en compte l’horizontalité des rapports entre chercheurs et praticiens présente pourtant l’avantage de nourrir la réflexion sur le fonctionnement du monde de l’aide. Comme illustré à travers mon propre cheminement d’enquête, cette perspective permet de souligner à quel point les organisations internationales ne peuvent pas être appréhendées comme des acteurs homogènes aux contours institutionnels clairement délimités. Elles apparaissent au contraire comme des nébuleuses bureaucratiques traversées par de multiples réseaux transinstitutionnels verticaux mais aussi horizontaux, qui se prolongent dans les sphères académiques, mais aussi les sphères étatiques et non gouvernementales et qui participent tous à définir, renégocier et médiatiser, à différentes échelles et suivant diverses modalités, la formulation et l’interprétation de problèmes dits « globaux ». Dans le champ de l’asile, la prise en considération de ces réseaux devrait nous inviter à désacraliser l’autorité du HCR à qui on attribue souvent une agencéité propre dans la définition et la structuration de ce champ à l’échelle globale, et à appréhender ses modes d’action plutôt en termes d’hégémonie diffuse, relative, négociée et toujours instable, parce que dépendante d’un travail continuel de mobilisation et d’enrôlement d’un grand nombre d’acteurs autour de sa cause morale et politique. Désacraliser les grandes instances internationales, c’est aussi tenter de penser les processus hégémoniques auxquels elles participent de manière plus dynamique, en cherchant à rendre compte à quels niveaux, au sein de quels types de réseaux et suivant quelles modalités des marges d’action politique se dessinent pour redéfinir, repenser ou contester des référentiels dominants et faire évoluer les pratiques. C’est, enfin, se donner les moyens de penser le changement au sein des institutions internationales, sans le réduire, comme tendent à le faire les approches réalistes, aux seules évolutions des politiques de leurs bailleurs de fonds dont elles ne seraient que le prolongement, mais dans une perspective qui prennent en compte à la fois l’hétérogénéité des rationalités et des multiples arènes qui les composent et leur autonomie respective, leur inscription dans des réseaux d’acteurs institutionnels et non institutionnels plus vastes où circulent de nouvelles idées et normes d’actions qui font évoluer le sens donné à leur mission, et leur enchâssement dans des territoires et configurations historiques et géopolitiques spécifiques (Petiteville et Nay, 2011).

Bibliographie

Bibliographie

Abélès M. (dir.), 2011, Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS Éditions.

– 1995, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, no 135, p. 65-85.

Adepoju A., Boulton A. et Leving, M., 2007, Promoting integration through mobility : free movement and the ECOWAS Protocol New issues in refugee research, Geneva, UNHCR.

Agamben G., 2005, State of Exception, Chicago, University of Chicago Press.

Agier M., 2008, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

Atlani-Duault L., 2005, Au bonheur des autres : une anthropologie de l’aide humanitaire, Paris, Société d’ethnologie.

Bakewell O., 1999, «Returning refugees or migrating villagers? Voluntary repatriation programmes in Africa reconsidered», New issues in refugee research no 15, Geneva, UNHCR.

Barnett M. et Finnemore M., 2004, Rules for the World. International Organizations in Global Politics, New York, Cornell University Press.

Bendix R., 2012, « Une salle, plusieurs sites : les négociations internationales comme terrain de recherche anthropologique », Critique internationale, vol. 54, no 1, p. 19-38.

Bierschenk T., 2014, « From the Anthropology of Development to the Anthropology of Global Social Engineering », Zeitschrift für Ethnologie, vol. 139, no 1, p. 73-98.

Calvès A. E., 2009, « “Empowerment” : généalogie d’un concept clé du discours contemporain sur le développement », Revue Tiers Monde, no 200, p. 735-749.

Chelpi-den Hamer M., Fresia M. et Lanoue E., 2010, « Éducation et conflits. Les enjeux de l’offre éducative en situation de crise », Autrepart, vol. 54, no 2, p. 3-22.

Dauvin P. et Siméant, J. 2002, Le travail humanitaire. Les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de science po.

Donnan H. et McFarlane G., 1997, « Anthropology and policy research : The views from Northern Ireland », in Shore C. et Wright S. (éd.), Anthropology of Policy, Londres, Routledge, p. 261-281.

Fassin D. et Bensa A. dir, 2008, Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte.

Fassin D. et Pandolfi M. (éd.), 2010, Contemporary States of Emergency : The Politics of Military and Humanitarian Interventions, New York, Zone Books.

Fassin D., 2009, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences humaines mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 3 octobre 2014 [http://traces.revues.org/4465;DOI:10.4000/traces.4465].

Ferguson J., 1997, « Anthropology and its evil twin. “Development” in the constitution of a discipline », in Cooper F. and Packard R. (éd.), International Development and the Social Sciences. Essays on the History and Politics of Knowledge, Berkeley, University of Califonia Press, p. 150-175.

Fresia M. et Von Känel A., 2016, « Universalizing the refugee category and struggling for accountability : the everyday work of eligibility officers within UNHCR », in K. Jacobsen and K. Sandvik (éd.), UNHCR and the struggle for accountability : technology, law and results-based management, Routledge humanitarian studies Londres/New York, Routledge, p. 101-118.

Fresia M., 2006, « Des réfugiés migrants : les parcours d’exil des Mauritaniens réfugiés au Sénégal », New issues in refugee research, Research Paper no. 135, Geneva, UNHCR.

– 2007, « Le réfugié comme objet d’étude pour l’anthropologie : enjeux et perspectives », Refugee Survey Quarterly, vol. 26, no 3, p. 100-118.

– 2009, Les Mauritaniens réfugiés au Sénégal. Une anthropologie critique de l’asile et de l’aide humanitaire, Paris, L’Harmattan.

– 2010, « Une élite transnationale : la fabrique d’une identité professionnelle chez les fonctionnaires du Haut Commissaire des Nations-unies aux Réfugiés », Revue Européenne des Migrations internationales, vol. 25, no 3, p. 167-190.

– 2012, « La fabrique des normes internationales sur la protection des réfugiés au sein du Comité Exécutif du HCR », Critique internationale, vol. 54, no 1, p. 39-60.

Fresia M. et Von Känel, A, 2015, « Beyond space of exception ? Reflections on the camp through the prism of refugee schools », Journal of refugee studies, vol. 29, no 2, p. 250-272.

Gould J., 2004, « Positionality and scale – Methodological issues in the ethnography of aid », in J. Gould et H.S. Marcussen (éd.), Ethnographies of aid : Exploring development texts and encounters, Roskilde, Roskilde University Center, p. 263-90.

Grignon C. et J.C. Passeron, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et littérature, Paris, Seuil.

Harrisson E., 2013, « Beyond the looking glass ? “Aidland” reconsidered », Critique of Anthropology, no 33, p. 263-279.

Hertz E., 2010, « Excessively Up at the International Labor Organization : Notes on “Note on the proceedings” », TMITI/2007/10, Working Papers MAPS n 9, Neuchâtel, Université de Neuchâtel.

Hindman H. et Fechter A.-M. (éd.), 2011, Inside the Everyday Lives of Development Workers : The Challenges and Futures of Aidland, Londres, Kumarian Press.

Larsen P., 2013, « The Politics of Technicality : Guidance Culture in Environmental Governance and the International Sphere », in Muller B. (éd.), 2013, The Gloss of Harmony, Londres, Pluto Press, p. 75-102.

Lavigne Delville Ph., 2011, « Pour une anthropologie symétrique entre “développeurs” et “développés” », Cahiers d’études africaines, no LI (2-3), no 202-203, p. 491-509.

Li T.M., 2013, « Les engagements anthropologiques vis-à-vis du développement », Anthropologie & développement, no 37-38-39, p. 241-256.

Loescher G., 2001, The UNHCR and world politics: a perilous path, Oxford, Oxford University Press.

Loescher G., Betts A. et Millner J., 2008, The United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR), The politics and practice of refugee protection into the twenty-first century, Londres et New York, Routledge.

Long K., 2009, «Extending protection? Labour migration and durable solutions for refugees», New issues in Refugee research 176, Geneva: UNHCR.

– 2010, «Home alone? A review of the relationship between repatriation, mobility and durable solutions for refugees», Policy development and evaluation service, Geneva, UNHCR.

Malkki L., 1995, « Refugee and Exile : from “Refugee Studies” to the National Order of Things », Annual Review of Anthropology, vol. 24, p. 495-523.

Mosse D., 2010, Adventures in aidland: the Anthropology of Professionals in International Development, Londres, Bergham books.

Müller B., 2009, « Rendre technique un débat politique. Controverses autour des biotechnologies agricoles au sein de la FAO », Tsantsa, no 14, p. 27-36.

– (éd.), 2013, The Gloss of Harmony : The Politics of Policy-making in Multilateral Organisations, Londres, Pluto Press.

Petiteville, F. et Nay O., 2011, « Éléments pour une sociologie du changement dans les organisations internationales », Critique internationale, vol. 53, no 4, p. 9-20.

Sandvik K. B., 2011, « Blurring Boundaries : Refugee Resettlement in Kampala-between the Formal, the Informal, and the Illegal », PoLAR : Political and Legal Anthropology Review, vol. 34, no 1, p. 11-32.

Scalettaris G., 2013, La fabrique du gouvernement international des réfugiés. Bureaugraphie du HCR dans la crise afghane, thèse de doctorat, EHESS Paris.

Turner S., 2010, Politics of Innocence: Hutu Identity, Conflict and Camp Life, Oxford, Berghahn Books.

Valluy J., 2007, Contribution à une sociologie politique du HCR : le cas des politiques européennes et du HCR au Maroc, TERRA-Éditions, Collection « Études » [http://terra.rezo.net/article571.html].

Van Hear N., 2002, «From “Durable Solutions” to “Transnational Relations”: Home and Exile among Refugee Diasporas». New Issues in Refugee research, no 83, Geneva, UNHCR.

Von Känel A., 2010, Asylum Makers: the fabrication of protection in a north african UNHCR office, Master thesis in social sciences, Neuchâtel, University of Neuchâtel.

Notes

1 Également fondamentale, la question de la sortie de terrain et du risque d’« encastrement idéologique » est traitée par Giulia Scalettaris dans cet ouvrage.

2 À l’exception du terme réfugié, nous utilisons l’italique pour désigner tous les termes émique (ou emic), issus du vocabulaire du HCR.

3 Sur la tension entre populisme et misérabilisme dans le rapport des sciences sociales aux groupes sociaux dominés, cf. Grignon et Passeron (1989).

4 Depuis 2010 environ, un troisième type d’approche commence à émerger et à porter son regard sur le HCR du point de vue de son fonctionnement interne : Sandvik (2011), Valluy (2010), Scalettaris (2013).

5 Les principaux bailleurs de fonds parmi les États membres de l’ONU financent auprès des agences onusiennes des postes d’experts associés, aussi appelés « junior professional officer » (JPO), dans le but de maintenir une présence constante de ressortissants de leur nationalité dans les arènes onusiennes et dont on sait qu’ils pourront, par la suite, devenir de potentiels alliés. Une situation qui reflète bien l’interpénétration de réseaux et d’arènes nationales et internationales.

6 Entretien a posteriori avec les personnes ayant participé à mon recrutement.

7 Je fus d’ailleurs sollicitée pour présenter les résultats de ma thèse aux personnes chargées du « dossier » mauritanien.

8 J’avais alors candidaté à plusieurs postes d’enseignants-chercheurs en France et en Suisse. Habitant Genève, j’avais, en parallèle de mon emploi au HCR, densifié mes réseaux relationnels auprès du milieu académique helvétique tout en continuant à participer à des conférences en France. Autrement dit, bien que devenue praticienne, j’avais gardé un pied bien ancré dans les milieux scientifiques.

9 Ce qui constitue une autre approche tout aussi pertinente comme l’illustre bien le travail remarquable de Scalettaris (2013). Dans le cadre d’un autre projet de recherche (en cours), je me penche toutefois spécifiquement sur les interventions du HCR dans le champ de l’éducation, afin de questionner le paradigme de l’exception et du pouvoir sur la vie nue, largement mobilisé par les refugee studies pour penser la nature du pouvoir exercé par le HCR.

10 Ce capital restait malgré tout limité et peu durable, au vu de la taille de l’organisation – plus de 7000 personnes – mais aussi de la forte mobilité du personnel rendant difficile le maintien de contacts personnels.

11 Un immense travail de recherche reste à faire sur le rôle et les modalités d’actions des ONG partenaires du HCR, du même que sur les enclaves bureaucratiques spécialisées dans le champ de l’asile au sein des administrations étatiques que celui-ci finance.

12 « I have to admit that this beautifully depicted process and power struggles were not surprising to me and that’s exactly how I imaged that process, not otherwise... not even for a tiny bit » (réaction à mon article sur l’EXCOM d’un chef de bureau basé sur le terrain)

13 « Tu évoques avec talent et justesse l’EXCOM dans son fonctionnement, ses “productions normatives” non contraignantes, ses tractations, ses rapports de force (etc.) mais pas assez du “OFF” [...] C’est à dire les multitudes de tractations, réunions, pugilats, confessionnaux, shows publicitaires, séances de lobbyistes, démonstrations de plaideurs de toutes sortes [...] Dans les faits, les grands chefs du HCR passent peu de temps dans l’arène de l’EXCOM mais beaucoup plus dans les coulisses des coulisses où [...] on y règle des comptes bilatéraux, on y défend l’indéfendable, parfois on trouve des solutions. Et pour certains délégués gouvernementaux, venus à Genève pour l’Excom aux frais du HCR, c’est aussi l’occasion de faire des emplettes à la Migros ou à Manor [...] » (réaction à mon article sur l’EXCOM d’un cadre de l’organisation, basé à Genève).

14 Cas des revues : « Refugee Quaterley Survey » et « Forced Migration Review » en particulier.

15 Le HCR apporte par exemple une contribution financière aux Refugee Studies Center d’Oxford et du Caire, ainsi qu’à trois revues scientifiques Journal of refugee studies, Refugee quaterley survey ; Forced migration review.

16 Par là, mes interlocuteurs faisaient référence aux réseaux relationnels privilégiés construits sur la base d’affinités nationales ou religieuses, ou encore issus d’une affectation partagée sur un terrain difficile.

17 Mobilité que j’avais moi-même mise en avant dans le cadre des mes travaux sur les réfugiés mauritaniens qui avaient aussi fait l’objet d’une publication dans un numéro du New issues in refugee research (Fresia, 2006).

Auteur

Anthropologue, professeure à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel. Ses recherches portent sur la gouvernance des réfugiés et la bureaucratie de l’asile, avec des terrains en Afrique et en Suisse. Elle a publié plusieurs articles sur le travail quotidien des fonctionnaires du Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés et est l’auteure de Les Mauritaniens réfugiés au Sénégal : une anthropologie critique de l’asile et de l’aide humanitaire (L’Harmattan, 2009).

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site