Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au cœur des mondes de l'aide internationale

 | 
Philippe Lavigne-Delville
, 
Marion Fresia

Préface

Jean-Paul Moatti

Texte intégral

1L’aide publique au développement (APD) fournie par les pays membres de l’OCDE a atteint un niveau record en 2017 avec un total de plus de 144 milliards de dollars US, un doublement par rapport à son niveau du début de ce siècle, plus du quart transitant par l’intermédiaire de contributions aux organismes multilatéraux dont les Nations unies.

  • 1 Mais la majorité des pays donateurs (22 des 29 membres du CAD de l’OCDE), dont la France, sont loi (...)

2L’effondrement du mur de Berlin et la fin de l’affrontement entre les deux blocs issus de la Seconde Guerre mondiale avaient fragilisé les motivations géostratégiques de l’aide, et entraîné son déclin. Suite à la prise de conscience de la nécessité de compenser certains effets pervers de la mondialisation économique, l’adoption par les Nations unies des Objectifs du millénaire (2000-2015), puis des Objectifs du développement durable à l’horizon 2030, comme cadre de l’action multilatérale, ont suscité une remontée du volume des financements1.

3Parallèlement, avec la multiplication des évènements climatiques extrêmes liés au réchauffement d’une part, et des conflits armés d’autre part, les politiques d’aide au développement, axées sur le progrès économique, social et environnemental de moyen et long terme, s’imbriquent de plus en plus avec l’aide humanitaire d’urgence. Dès 1995, un rapport du Parlement européen s’efforçait de promouvoir le « lien entre l’aide d’urgence, la réhabilitation et le développement ». Depuis, l’aide d’urgence a tendu à occuper une place de plus en plus importante dans l’agenda international et dans la succession ponctuelle des mobilisations des opinions publiques au point de devenir le premier poste de budget des Nations unies (13 milliards de dollars en 2017).

  • 2 W. Easterly, The white man’s burden: why the West’s efforts to aid the rest have done so much ill (...)
  • 3 J.-M. Severino, J.-M. Debrat. L’Aide au développement, Le Cavalier Bleu, Paris, 2010.

4Depuis son origine, le bien-fondé et l’efficacité de l’aide publique au développement (APD) font l’objet de débats récurrents. Les critiques l’accusent de constituer un frein, plutôt qu’un soutien, aux progrès économiques et sociaux des pays receveurs, d’encourager la corruption, de permettre à des régimes non démocratiques de se maintenir artificiellement, d’aviver des tensions politico-ethniques, de nuire à la compétitivité des secteurs productifs en réduisant leur capacité à exporter2. Les praticiens de l’aide qui s’y consacrent, notamment les professionnels des agences publiques, tant bilatérales que multilatérales, objectent à ces critiques que l’APD est « un instrument unique de redistribution planétaire des ressources »3, qu’elle s’est transformée depuis les années 1990 pour s’adapter aux défis de la mondialisation et qu’elle joue un rôle essentiel dans l’offre de biens publics globaux dont les pays receveurs sont les premiers à tirer bénéfice. Ces controverses alimentent un débat soutenu, au sein des économistes en particulier, sur l’efficacité et l’équité de l’aide, voire sa légitimité.

  • 4 C. Aubertin, R. Cabanes, J.-P. Chauveau et al, « Où il est dit que le développement est un objet h (...)
  • 5 V. Lassailly-Jacob, J.-Y. Marchal et A. Quesnel, Déplacés et réfugiés : la mobilité sous contraint (...)
  • 6 L. Atlani-Duault, J.-P. Dozon, « Colonisation, développement, aide humanitaire. Pour une anthropol (...)

5La socio-anthropologie du développement s’intéresse à ces questions et y apporte sa contribution, à partir d’un autre regard : son objet est l’analyse des pratiques des acteurs et des institutions engagées dans l’aide internationale et de leurs rapports aux sociétés et aux institutions des pays receveurs. A partir d’analyses qualitatives approfondies, elle met à jour les pratiques, les jeux d’acteurs, qui définissent au quotidien ce qu’est l’aide, ses atouts, ses ambigüités, ses contradictions. Depuis les années 1980, la socio-anthropologie du développement, notamment francophone et liée aux recherches conduites par l’IRD en partenariat avec des chercheurs des PED, a joué un rôle pionnier dans l’analyse critique des politiques et des dispositifs du développement4 et de l’humanitaire5. Elle a mis en évidence les reconfigurations de l’aide internationale, en particulier avec la montée en puissance de l’action humanitaire6.

6Centrée au départ sur les espaces locaux et les projets de développement ou humanitaires, l’anthropologie du développement a depuis une dizaine d’années élargi ses questionnements à l’analyse de la dynamique des institutions d’aide internationale et des rapports qu’elles entretiennent avec les institutions des pays en développement (PED), contribuant ainsi à caractériser les formes de l’action publique transnationale et à produire une meilleure compréhension des formes contemporaines de gouvernance. En permettant de mieux connaître les principes directeurs et les logiques internes de ces institutions, elle alimente, ce faisant, la réflexion opérationnelle des acteurs politiques et de la société civile, qui à l’intérieur ou à l’extérieur de ces institutions cherchent à influencer l’action publique pour promouvoir un développement durable.

7Depuis la création en 1991 de l’Association pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD), l’IRD a soutenu ce réseau international de chercheurs et de praticiens, qui promeut des recherches empiriques sur le développement et ses pratiques. Le présent ouvrage collectif est justement issu du 11e colloque international de l’APAD, dont l’IRD était partenaire, qui s’est tenu en 2013 à Montpellier sur le thème « les relations d’enquête en contexte de développement et d’urgence ».

8Les différents chapitres nous plongent « au cœur des mondes de l’aide », tout en déplaçant les questionnements en amont des interventions de terrain qui ont longtemps polarisé les recherches. Cet ouvrage participe ainsi du renouveau de la socio-anthropologie du développement en traitant, de manière originale, des institutions internationales dans leurs rapports complexes avec les autres acteurs de l’aide et avec les administrations nationales des PED. Il offre également une réflexion collective sur les enjeux méthodologiques et épistémologiques que soulève ce type d’études. Au croisement de la socio-anthropologie du développement et de l’anthropologie des institutions internationales, il restitue des enquêtes ethnographiques approfondies, qui sont autant d’éclairages originaux sur les institutions internationales, leur quête permanente de légitimité ainsi que les modes divers au travers desquels elles co-produisent l’action publique avec les administrations nationales.

9Je me félicite tout particulièrement que la plupart de ses auteurs soient de jeunes docteurs, ce qui apporte un caractère novateur aux travaux présentés et garantit un bel avenir à cet indispensable champ de recherche. Je suis donc convaincu que cet ouvrage contribuera à susciter de nouvelles recherches, en particulier à l’initiative de nos collègues africains, jeunes et moins jeunes, dont le regard propre est essentiel pour nous éclairer tous sur les limites comme sur les apports de l’aide au développement.

Notes

1 Mais la majorité des pays donateurs (22 des 29 membres du CAD de l’OCDE), dont la France, sont loin de respecter l’objectif, affirmé dès 1969 par la Commission Mc Namara de la Banque mondiale, de consacrer à l’APD au moins 0,7 % de leur Produit National Brut.

2 W. Easterly, The white man’s burden: why the West’s efforts to aid the rest have done so much ill and so little good, Penguin Group USA, 2006.

3 J.-M. Severino, J.-M. Debrat. L’Aide au développement, Le Cavalier Bleu, Paris, 2010.

4 C. Aubertin, R. Cabanes, J.-P. Chauveau et al, « Où il est dit que le développement est un objet historique », Revue Tiers Monde, vol 23 no 90, 1982, pp. 297-305 ; P. Couty, G. Pontié et C. Robineau (éd.), Le développement : idéologies et pratiques : actes du séminaire interdisciplinaire de l’ORSTOM (1978-1981), Paris, ORSTOM, 1983.

5 V. Lassailly-Jacob, J.-Y. Marchal et A. Quesnel, Déplacés et réfugiés : la mobilité sous contrainte, Paris, IRD Editions, 1999 ; L. Cambrézy, Réfugiés et exilés : crise des sociétés, crise des territoires, Paris, Editions des archives contemporaines, 2001 ; M. Agier. Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Flammarion, Paris, 2008.

6 L. Atlani-Duault, J.-P. Dozon, « Colonisation, développement, aide humanitaire. Pour une anthropologie de l’aide internationale », Ethnologie Française, 2011, 41 : 393-43.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site