Version classiqueVersion mobile

Coopération Afrique-Europe en matière de recherche et innovation

 | 
Andrew Cherry
, 
Gérard Ralphs
, 
James Haselip
, 
et al.

Préface

Andrew Cherry et Éric Mwangi

Texte intégral

1Lisbonne, la capitale portugaise, a accueilli une réunion historique pendant l’hiver (européen) de 2007. C’est là que les chefs d’État et de gouvernement d’Afrique et de l’Union européenne se sont réunis pour convenir d’un nouveau pacte : la « Stratégie conjointe Afrique-UE » (« Joint Africa-UE Strategy », ci-après référée sous son acronyme anglais JAES). Par rapport aux accords politiques conclus antérieurement entre les deux régions, la JAES incluait, pour la première fois, la science et la technologie (S&T) comme un volet particulier d’un plan d’action relatif à la société de l’information et l’espace. Au fil du temps, ce volet est devenu un domaine transversal et le reflet d’un consensus, au plan mondial, qui lie étroitement la capacité en S&T avec la compétitivité économique, le développement durable et la réduction de la pauvreté.

2Le projet CAAST-Net a été conçu et lancé peu après le Sommet de Lisbonne pour donner corps à la JAES. Il s’agissait de promouvoir la coopération bi-régionale en S&T entre l’Afrique et l’Europe et de l’améliorer, tant au plan quantitatif que qualitatif. Sur des domaines d’intérêt partagé, le projet s’est également attaché à soutenir des partenariats bi-régionaux, d’une part, en mettant l’accent sur l’utilisation du 7e PC du programme de financement de l’UE et, d’autre part, en œuvrant à l’amélioration des conditions de collaboration, par exemple en faisant du lobbying pour une plus grande coordination entre les politiques et les instruments nationaux et régionaux de recherche et de développement.

3La réunion de lancement de CAAST-Net 2008 à Entebbe, en Ouganda, a rassemblé les 18 organisations qui étaient partenaires du réseau à son début, principalement des autorités scientifiques nationales de toute l’Afrique et de l’Europe. Elle a marqué la naissance d’un partenariat Afrique-Europe de long terme, qui s’est concrétisé par de nouvelles relations de travail, de nouvelles idées et de nouveaux liens d’amitié.

4Après cinq ans, CAAST-Net a cédé la place à CAAST-Net Plus. C’est ainsi que, fin 2012, le consortium s’est élargi à 25 partenaires, toujours principalement constitué d’autorités scientifiques nationales réunies autour d’un même objectif : soutenir le partenariat scientifique pour aborder les défis sociétaux à l’échelle mondiale en matière de changement climatique, de sécurité alimentaire et de santé. Ce projet était plus étroitement articulé avec le dispositif du partenariat politique Afrique-UE dans le domaine des sciences, technologies et innovation (STI). Il a donc mis en place une plateforme ouverte à tous les acteurs et destinée à partager les opinions et l’expérience de la collaboration Afrique-Europe avec la structure de gouvernance du partenariat, le Dialogue Politique de haut niveau Afrique-UE sur la STI, et bien sûr avec de nombreux décideurs nationaux et responsables de programmes.

5Grâce à leur continuité (2008-2017), les projets CAAST-Net et CAAST-Net Plus sont devenus une référence de la collaboration entre l’Afrique et l’Europe. Ils ont permis la création de nouveaux partenariats et incité des acteurs et des stratèges de la recherche des deux régions à dialoguer sur des sujets d’intérêt commun et à mener conjointement des analyses pour faire progresser la pratique de la coopération. Ces projets n’ont toutefois pas été les seuls. Au cours de la dernière décennie, d’autres initiatives, souvent désignées par leurs acronymes (PAERIP, PAEPARD, EUROAFRICA-ICT, RINEA pour n’en citer que quelques-unes), ont également œuvré pour la création et le renforcement de nos relations bi-régionales en matière de science et de technologie, que ce soit sur des sujets spécifiques ou de manière transversale.

6Ce livre a connu une longue période de gestation depuis 2014. Il était initialement destiné à capitaliser et transmettre les enseignements des deux projets sous une forme plus assimilable et plus accessible à un public plus large que les documents existant. Toutefois et de façon assez inattendue, en traitant de la coopération en S&T, il semble aussi combler une lacune dans l’ensemble des études portant sur les relations Afrique-Europe. Adoptant un point de vue de praticiens plutôt que celui d’universitaires, nous nous sommes efforcés de rassembler des expériences et notre analyse de la coopération. Nous espérons ainsi que cet ouvrage constituera une référence pour l’évaluation future de notre partenariat, une orientation pour la politique et la programmation de la coopération internationale et une source d’inspiration pour ceux qui œuvrent à des relations fortes autour de défis sociétaux partagés.

Andrew Cherry et Éric Mwangi

Juin 2017

Auteurs

Coordonne les projets CAAST-Net et CAAST-Net Plus depuis 2008. Ayant reçu sa formation à l’Imperial College London, il est entomopathologiste. Il est actuellement basé à l’ACU (Association of Commonwealth Universities), où il a initialement été affecté pour diriger l’unité Afrique et, dernièrement, pour gérer les projets de l’ACU destinés à favoriser la collaboration internationale dans le domaine de la recherche scientifique et technique et de l’innovation.

Directeur adjoint du Département de la gestion de la recherche au ministère de l’Éducation, de la Science et de la Technologie du Kenya et a été coordinateur de la région Afrique pour les projets CAAST-Net et CAAST-Net Plus. Dans le cadre de ces deux projets, Mwangi a favorisé la participation du MOEST et du Kenya aux projets du 7 e PC, y compris les TIC, les infrastructures de recherche et les sciences spatiales.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search