Version classiqueVersion mobile

La dengue dans les départements français d’Amérique

 | 
Raymond Corriveau
, 
Bernard Philippon
, 
André Yébakima

Version française

Introduction

Texte intégral

1La pertinence de la présente expertise collégiale tient à ce constat : dans aucun des trois départements français d'Amérique (DFA : Guadeloupe, Guyane et Martinique) la lutte actuelle contre la dengue ne permet d'enrayer l'expansion de la maladie, tant sous sa forme classique qu'hémorragique.

2Le panorama mondial n'est pas plus rassurant : la dengue est en progression partout sur la planète depuis une quarantaine d'années. Deux milliards et demi d'individus seraient exposés au risque ; les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) font état de 50 millions de cas et la maladie fauche annuellement plus de 30 000 vies. Des formes graves, hémorragiques ou compliquées, sont de plus en plus fréquemment signalées en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud.

3La Caraïbe n'a pas échappé à cette pandémie et après d'autres pays de la sous-région les trois DFA sont depuis plusieurs années exposés à des épidémies de dengue, y compris de dengue hémorragique.

4Dès les années 1990, la situation avait alerté les autorités sanitaires. Parmi les gestes significatifs qui ont précédé l'expertise demandée à l'IRD, une mention spéciale doit être faite de la production du Guide de surveillance de la lutte contre la dengue dans les départements français d'Amérique (Blateau et al., 1999, Institut de veille sanitaire, Paris).

5C'est au cours des « Rencontres internationales sur la démoustication » qui se sont tenues à Fort-de-France en mars 2000 à l'initiative du Conseil général de la Martinique qu'a été décidée cette expertise collégiale sur l'optimisation de la lutte contre la dengue dans les DFA. Cette manifestation scientifique organisée par l'ADEGE (Agence nationale pour la démoustication et la gestion des espaces démoustiqués), l'EDEN (Association européenne des opérateurs publics pour la démoustication) et l'IRD a regroupé près de 150 participants de tous les continents, surtout de la Caraïbe, autour du thème central « Quelle démoustication à l'aube du troisième millénaire ? ».

6La question de la prévention de la dengue y a été intensément débattue. L'ensemble des communications et des échanges a fait apparaître deux sources d'incertitudes, d'inquiétude et de difficultés opérationnelles :

  • La construction de modèles prédictifs intéressant les modalités d'apparition et de propagation des épidémies de dengue apparaît particulièrement difficile à cause de l'extension relativement récente de la maladie, de la variabilité des virus et des spécificités du comportement du moustique vecteur. Pour élaborer des instruments de pilotage des politiques de prévention, il convient d'abord de réaliser, pour des espaces ou des régions comme la Caraïbe et les Guyanes, des bilans localisés des connaissances.
  • Les moyens de lutte existants nécessitent à la fois un suivi scientifique et technique très rigoureux, précis et décentralisé, et une participation active des populations exposées, car le vecteur trouve les conditions favorables à son développement dans les nombreuses petites collections d'eau générées par la vie quotidienne.

7La demande d'expertise qui a été adressée à l'IRD, originellement par le conseil général de la Martinique, vise à éclairer sur ces différents points les autorités publiques et la population des départements français d'Amérique. Il est remarquable que l'ensemble des autorités sanitaires et des autorités responsables de la lutte antivectorielle des trois départements (conseils généraux de Martinique, de Guadeloupe et de Guyane et ministère de la Santé, directement ou par l'intermédiaire de ses trois directions départementales) se soient associées pour formuler cette demande, en dépit des formes très différentes de répartition des tâches et des responsabilités d'un département à l'autre. Cette implication commune est assurément le reflet des inquiétudes de la population, touchée de façon croissante par une maladie mal repérée et dont l'évolution est encore mal comprise.

8Il était donc particulièrement important que, selon le principe retenu pour les expertises collégiales de l'IRD, le groupe d'experts rassemblé par cet institut s'efforce de prendre en compte ces préoccupations très concrètes. Il s'est conformé à ce principe tant au cours de son travail que dans l'élaboration de son rapport.

9Ainsi la définition des thèmes abordés par l'expertise résulte-t-elle des échanges approfondis qui ont animé un atelier initial tenu à Fort-de-France en février 2001. Les interrogations et les points de vue d'une trentaine de participants, représentant l'ensemble des organismes et institutions actifs dans le domaine de la santé dans les DFA, y ont été exposés et discutés. Les onze questions spécifiques, rassemblées en cinq thèmes, sur lesquelles ont débouché les travaux de l'atelier, au terme du dépouillement des 88 questions initiales issues de la consultation des participants, sont énumérées en annexe 1. Ces onze questions validées par l'IRD et les commanditaires de l'expertise ont en quelque sorte constitué « le cahier des charges » du panel d'experts.

10Pour traiter ces questions, le groupe a tenu plusieurs réunions à la Guadeloupe, en Guyane et à la Martinique. À ces occasions, il a établi avec les autorités et les acteurs de terrain les contacts qui lui étaient indispensables pour prendre la mesure des conditions environnementales et socio-sanitaires de développement et de contrôle de la maladie, compte tenu des situations différentes et parfois contrastées des trois départements.

11C'est au cours de ces réunions que le groupe d'experts s'est organisé pour traiter l'ensemble de la documentation scientifique disponible, produire et discuter, par groupes thématiques, les analyses spécialisées réunies dans la seconde partie de ce rapport présentées sur cédérom et établir ses conclusions communes, sur objet de cette première partie, présentée dans le document papier.

12Il est à noter qu'au cours de leurs échanges, les membres du panel (quatre entomologistes, deux cliniciens, trois épidémiologistes, un virologue et un sociologue) ont pu apprécier la grande complémentarité de leurs approches disciplinaires spécifiques. Il est rare en effet que le traitement d'un thème ne fasse pas appel à plusieurs domaines de savoirs, et ce croisement d'approches scientifiques a constitué une originalité et un des intérêts de l'exercice.

13Les experts sont ainsi conduits à souligner combien il est nécessaire d'explorer toutes les facettes de la réalité (bio-médicale, environnementale, spatiale, sociale, etc.) pour tirer des conclusions d'ensemble à visée opérationnelle. Souvent stimulés dans leurs domaines propres par les apports des autres disciplines, ayant eux-mêmes testé l'importance d'une information large et complète, ils plaident pour que le public – les professionnels et les médiateurs sociaux comme les populations concernées – soit lui aussi destinataire d'une information complète, délivrée sous des formes adaptées mais dépassant le cadre restreint de simples prescriptions ; celles-ci resteront en effet lettre morte si elles ne sont pas assorties de leurs fondements explicatifs, sans négliger aucun des aspects permettant de comprendre les phénomènes en cause.

14Dans l'élaboration du rapport, les experts ont prêté la plus grande attention à respecter un double objectif de lisibilité par tous et de qualité scientifique.

15La synthèse qui fait l'objet de la première partie de ce rapport a été soigneusement rédigée pour un large public. Le cadre même de l'exercice, celui des expertises collégiales de l'IRD, invitait à présenter une synthèse compréhensible pour des non-spécialistes. En outre, les experts mobilisés pour réfléchir sur la lutte contre la dengue dans les DFA considèrent qu'une diffusion étendue de l'information, une compréhension partagée des processus de transmission de la dengue, font intrinsèquement partie des moyens de lutte contre cette maladie. Le groupe d'experts a souhaité que son rapport puisse être utilisé non seulement comme une source de référence pour les professionnels, mais aussi comme un instrument conceptuel utile au renforcement de la prise de conscience du public, essentielle pour faire obstacle au développement du vecteur, parade largement fondée sur le changement des comportements individuels quotidiens.

16Les chapitres de la seconde partie sur CD-Rom, pour leur part, détaillent avec toutes les exigences d'une rédaction scientifique les données et les éléments d'analyse de chacun des thèmes traités. Ces chapitres ne sont pas toujours aisément abordables pour un lecteur non spécialisé ; mais ils présentent, discutent et permettent de mettre en débat de la façon la plus exhaustive possible les éléments de connaissances aujourd'hui disponibles, sur lesquels reposent les conclusions communes des experts. Des bibliographies complètes sont présentées à la fin de chaque chapitre pour permettre aux lecteurs spécialisés un approfondissement ou un retour aux sources.

*

17Un constat central émerge de cet ensemble : dans de nombreux domaines, les connaissances et les dispositifs de surveillance sont lacunaires, parfois gravement ; ils permettent difficilement de fonder la prévention efficace de la dengue que la population appelle de ses vœux. Le groupe d'experts n'a pas manqué de souligner cet élément dans la synthèse et les conclusions de ses travaux, et il recommande qu'une attention diligente soit prêtée à la mise en place des dispositifs nécessaires pour combler ces lacunes.

18Sur la base de leurs conclusions, les experts ont présenté, à la fin de la synthèse, une série de recommandations. Il ne leur revenait cependant pas de s'immiscer plus avant dans des processus de décision qui relèvent des autorités responsables destinataires de ce rapport. La traduction opérationnelle des recommandations du groupe d'experts reste donc à élaborer.

19Les experts ont cependant considéré qu'ils se devaient de proposer des recherches appliquées, destinées à permettre aux acteurs de terrain de se procurer les informations manquantes nécessaires à l'amélioration de la lutte contre la dengue dans les DFA. Si des protocoles d'investigation sont mis en place à partir de ces pistes de recherche, on pourra considérer que l'expertise collégiale se prolongera, dans le temps, au-delà de la remise de ses conclusions.

20Sur un plan moins technique, il n'a pas échappé aux experts que cette traduction opérationnelle devra également s'intégrer dans un contexte institutionnel particulièrement fragmenté : la plupart des actions à mener au niveau départemental devront associer plusieurs collectivités locales ou décentralisées. En outre, certaines de ces actions trouveront leur plus grande efficacité au niveau interdépartemental, voire à l'échelle de l'ensemble des États de la sous-région. Le groupe d'experts est conscient qu'il est délicat d'organiser des actions coordonnées dans de telles conditions, mais il souligne combien il est souhaitable de relever ce défi pour protéger la santé publique dans les DFA.

*

21La synthèse qui constitue la première partie du rapport a été établie à partir des chapitres qui en composent la seconde partie. Elle comprend comme nous l'avons vu cinq sections qui correspondent aux thèmes retenus à l'issue de l'atelier initial et qui structurent le cahier des charges de l'expertise. Les questions posées aux experts sont rappelées et un renvoi est effectué vers les chapitres spécialisés correspondants de la seconde partie, dont les auteurs sont mentionnés. Se succèdent ainsi dans un ordre logique les questions, réponses et commentaires relatifs aux thèmes retenus.

22Cette première partie se termine par une liste de recommandations, précédée d'un résumé des conclusions des experts.

*

23La lecture multidisciplinaire d'une masse d'informations très abondantes et diversifiées sur la dengue n'aurait pu être réalisée sans la disponibilité des experts les inclinant à partager leurs savoirs et leurs expériences, voire confronter leurs compétences avec celles de spécialistes issus de cultures scientifiques différentes. L'équipe de coordination tient à remercier l'ensemble des scientifiques qui ont participé à l'expertise pour la rigueur, l'ouverture d'esprit et la confraternité dont ils ont fait preuve.

24L'équipe tient également à manifester sa reconnaissance aux responsables des conseils généraux et du ministère de la Santé des trois départements, aux représentants de l'ire en Guyane et dans la Caraïbe, ainsi qu'à tous leurs collaborateurs. Ils ont non seulement mis à la disposition de l'expertise les moyens matériels et les informations nécessaires, mais ils ont aussi reçu les experts avec un grand sens de l'accueil, beaucoup de disponibilité et de convivialité.

25L'équipe de coordination sait gré au département Expertise et valorisation et aux services administratifs concernés de l'IRD d'avoir accompagné l'ensemble des travaux de l'expertise pendant toute leur durée.

26Elle adresse enfin ses vifs remerciements à tous les lecteurs qui ont revu tout ou partie des textes à leurs différents stades de maturation et ont fait bénéficier le rapport de leurs précieux avis, commentaires et corrections. Sont à remercier très vivement à ce titre, J.-P. Boutin (IMTSSA, Marseille), M. Giraud (CNRS, Paris), M.-E. Gruénais (IRD, Marseille), M.-L. Hazebroucq (IRD, Paris), A.-M. Moulin (CNRS, Le Caire), B. Murgue (IRD, Paris), F. Rodhain (Institut Pasteur, Paris).

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search