Version classiqueVersion mobile

Diasporas scientifiques

 | 
Rémi Barré
, 
Valeria Hernández
, 
Jean-Baptiste Meyer
, 
et al.

Version française

Annexe n° 2. Le cahier des charges De l'expertise collégiale

Texte intégral

INTRODUCTION ET CONTEXTE

1La mobilité internationale des compétences est un aspect important de la mondialisation actuelle. Pour les pays en développement, cette mobilité revêt un enjeu majeur car il peut en découler soit un accès à des ressources de savoir externes, soit une déperdition des compétences du pays, plus que jamais nécessaires à son développement. Bon nombre d'études récentes révèlent que l'expatriation des personnes hautement qualifiées, longtemps considérée comme négative en soi pour Le pays d'origine, peut être en fait un atout pour ce dernier s'il parvient à les mobiliser. Plusieurs conférences internationales ainsi que des rapports officiels préconisent de ce fait récemment le recours à des options basées sur les diasporas intellectuelles, considérées comme des acteurs de la coopération et des vecteurs du développement :

  • Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (ONU) ; Centre de recherche pour le développement international (CRDI) ; Organisation internationale des migrations (OIM), « Exode des compétences et construction des capacités en Afrique » ; Addis-Abeba, 2000.
  • Organisation internationale des migrations (OIM), « Présentation du programme MIDA, Migration internationale pour le développement en Afrique » ; Libreville, 9-17 mars 2001.
  • Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED) sur la pauvreté, atelier sur les migrations ; Bruxelles, mai 2001.
  • Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), « La mobilité internationale des travailleurs hautement qualifiés : de l'analyse statistique à la formulation des politiques » ; Paris, juin 2001.
  • Conseil économique et social, République française, « De l'exode à la mobilisation des compétences dans le cadre d'un véritable co-développement » ; Paris, septembre 2001.
  • Bureau international du travail (BIT), Department for International Development (Royaume-Uni), « Skilled Labour Migration from Developing Countries : Analysis of Impact and Policy Issues » ; octobre 2001.
  • Définition d'une nouvelle politique migratoire européenne ; Bruxelles, Commission européenne, octobre 2001.
  • Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), rapport mondial sur le développement humain, décembre 2001.

2L'option diaspora de récupération des compétences apparaît comme une solution très prometteuse par rapport à la fuite des cerveaux et susceptible de répondre à la fois aux intérêts du Nord et du Sud. En effet, la mobilisation des chercheurs ou ingénieurs expatriés au profit de leurs pays d'origine ne nécessite pas qu'ils délaissent leurs pays d'accueil. Au contraire, ils sont d'autant plus utiles aux premiers qu'ils sont bien implantés dans les seconds et peuvent en faire valoir les ressources sociales, économiques et culturelles. Ce sont des passerelles entre deux milieux et leur position favorise l'expression d'un partenariat entre les deux pôles migratoires, dans une logique de co-développement.

3Pourtant, les modalités concrètes du recours systématique à la diaspora des chercheurs et ingénieurs ou des personnes hautement qualifiées sont encore très méconnues. En effet, la pratique de l'option diaspora s'est jusqu'à présent effectuée de façon empirique, spontanée, sans analyse rétrospective, ni coordination et information échangées entre les pays, les organisations et les acteurs qui l'expérimentent de par le monde. Cette méconnaissance nuit à sa réalisation opératoire.

OBJECTIF GÉNÉRAL DE L'EXPERTISE

4L'expertise collégiale proposée vise à rassembler l'information et les connaissances dispersées sur cette option prometteuse. Cette expertise a axé son travail pour fournir une réponse à une question essentielle :

5■ Comment les PED peuvent-ils tirer parti de leurs chercheurs et ingénieurs expatriés pour leur développement ?

6La formulation de la question souligne son caractère concret et son objectif de faire état d'options opératoires. En même temps, la question s'avère également circonscrite : il s'agit de prendre en compte seulement les options offertes par les configurations diasporiques incluant des personnes hautement qualifiées, dans la coopération au développement. C'est la conjonction diaspora hautement qualifiée ET action de développement qui recouvre son intérêt et non l'un et l'autre de ces deux thèmes séparément.

7Enfin, sur ce sujet important aujourd'hui, l'information est disparate et peu structurée. Les expériences de diaspora hautement qualifiées sont en effet récentes, dispersées et peu rationalisées. Cette expertise ne puise donc guère dans un stock de connaissances formalisées et accumulées de longue date. Ce n'est pas un exercice de routine qui capitalise sur des informations localisées, stables et homogènes. L'expertise répond bien à un besoin crucial d'information sur le sujet mais elle ne dispose pas d'une base de documentation susceptible d'éclairer tous les aspects de façon égale. Elle reste tributaire de l'état embryonnaire, instable et hétérogène de son objet d'étude. Elle intègre aussi de ce fait, pour remédier à ces faiblesses de l'information, des aspects prospectifs, susceptibles d'enrichir la liste des options opératoires qu'elle entend proposer.

8Le travail d'expertise sera réparti entre quatre groupes avec des objectifs distincts et complémentaires :

  • prendre la mesure des diasporas intellectuelles aujourd'hui, en particulier dans la ZSP ;
  • faire un état des lieux des réseaux diasporas existants avec une perspective comparative ;
  • examiner leur apport réel et potentiel à la coopération et au partenariat ;
  • concevoir les apports des Technologies de l'information et de la communication (TIC) à ces dynamiques coopératives et associatives.

OBJECTIF SPÉCIFIQUE N° 1

Prendre la mesure des diasporas intellectuelles, particulièrement dans la ZSP

9Un premier objectif consiste à mesurer les effectifs de personnes hautement qualifiées originaires de PED, et présents dans des pays de l'OCDE, et à définir leurs principales caractéristiques en termes de provenance, de concentration actuelle, de professions et de qualifications.

10On voudrait ici savoir quelle proportion des capacités de recherche pour un pays donné sont expatriées, si les domaines impliqués sont éloignés ou proches des préoccupations connues de celui-ci, sur quels regroupements associatifs locaux il serait possible de compter, si les pays de la ZSP sont fortement représentés, en France et dans d'autres pays, quel pourcentage il serait réaliste de mobiliser et par quel biais ses membres seraient identifiables, localisables et éventuellement contactables. C'est dans les grandes régions de réception de ces expatriés, principalement en Amérique du Nord et dans l'Union européenne, que les informations existent et peuvent être réunies. Dans l'UE, une attention particulière sera portée sur la France et sur les pays auxquels elle est liée par des relations souvent à la fois migratoires et de coopération (Maghreb, Afrique et océan Indien).

Exemple 1 : situations et questions abordées
On constate une croissance des effectifs de ressortissants hautement qualifiés de République démocratique du Congo (ex. Zaïre) aux États-Unis durant la décennie 1990 (sources américaines). Cette information partielle peut-elle être rapprochée des autres sources et nous indiquer si des chiffres français ou belges révèlent une tendance similaire ? L'évolution des contenus étudiés en faveur des disciplines plus pratiques apparaît-elle comme un facteur explicatif ? Quel taux de retour observe-t-on à partir des études menées sur les États-Unis et en Europe, par comparaison entre les États-Unis et différents pays ? Peut-on corréler ces constats avec des choix d'attribution de bourses ou autres ?

Tâches liées à l'objectif « mesures des diasporas »

11Il s'agit ici de collecter toute l'information disponible qui permette de dessiner les contours des populations expatriées hautement qualifiées. C'est une information pour l'essentiel quantitative mais pas exclusivement. Une partie est accessible sous formes de publications authentiques (FMI, NSF), une autre sous forme d'annuaires statistiques (Unesco) et de bases de données existantes (Sestat, Eurostat).

12Si le regroupement de l'information contenue dans les publications ne pose aucune difficulté, la collecte des données moins élaborées nécessite un travail de ratissage (documentaire), d'identification et de sélection qui associera de façon continue le(s) assistant(s) documentalistes et les experts. Des experts familiarisés avec l'information de base, issue de corpus de données statistiques, seront requis pour couvrir ce champ par zones géographiques.

OBJECTIF SPÉCIFIQUE N° 2

Réseaux diasporas scientifiques et techniques – état des lieux, études de cas et comparaisons

13Après une décennie durant laquelle plus d'une quarantaine de tentatives de constitution et de mises en réseau de diasporas hautement qualifiées ont été effectuées, il est utile de faire une description qui soit à la fois la plus complète et détaillée possible de ces expériences. Il faudra pour ce faire adopter tantôt une vision large pour appréhender la dynamique globale à l'œuvre dans ce phénomène diasporique à l'échelle planétaire et tantôt focaliser sur des cas spécifiques, pour relever les conditions précises qui favorisent l'émergence d'initiatives constructives. Les tentatives précoces (Colombie) ou les cas de pays intermédiaires (Inde, Chine, Afrique du Sud, Philippines) peuvent éclairer comparativement ceux de pays qui y viennent plus tardivement (Madagascar, Afrique francophone). Par ailleurs, les expériences intéressantes menées par Le Maroc et la Tunisie, avec plusieurs réseaux, tantôt francocentriques tantôt orientés vers les États-Unis, méritent un examen soigneux.

Exemple 2
Le réseau colombien des chercheurs et ingénieurs à l'étranger s'est développé sous une forte et momentanée inspiration politique mais s'est essoufflé après quelques années. Le réseau SANSA (South African Network of Skills Abroad) de l'Afrique du Sud, rationnellement construit en tirant parti des leçons colombiennes, a en revanche manqué d'investissements sociaux et politiques marqués. Les pays africains francophones, aux diasporas intellectuelles proportionnellement importantes voire hypertrophiées au regard des communautés scientifiques nationales, emboîtent maintenant le pas de pays aux effectifs de recherche traditionnellement plus consistants, bien qu'aujourd'hui fort affectés comme le Nigeria et le Kenya, qui ont lancé des réseaux diaspora dans les années 1990.

Tâches associées à l'objectif « état des lieux des réseaux diasporas intellectuelles »

14Il existe une petite littérature académique sur ces réseaux, offrant des éléments descriptifs et conceptuels. Toutefois, il est indispensable de l'étoffer avec la collecte de documents multiples de présentation de ces réseaux, émanant de ces réseaux eux-mêmes. Cette information est généralement disponible et accessible sur la toile pour ce qui est de la partie officielle de ces réseaux. Il y a ici un travail de recherche et d'identification déjà partiellement effectué et mobilisable mais qu'il faut compléter dans un effort commun aux experts et aux documentalistes. L'obtention d'une information plus abondante et actualisée requiert également la participation et la collaboration ponctuelle de certains administrateurs de ces réseaux. Les experts pressentis sont de bons connaisseurs à la fois des réseaux locaux de ce type et des milieux dans lesquels ils émergent ou se développent.

OBJECTIF SPÉCIFIQUE N° 3

Apprécier l'apport des diasporas scientifiques à la coopération et au développement

15Il ne suffit pas qu'il y ait des intellectuels expatriés pour que ces derniers constituent une diaspora qui développe un lien concret avec le pays d'origine et soit active à son égard. Cette partie vise à recenser et à expliciter les conditions, les facteurs, les dispositifs sociaux, organisationnels, juridiques et politiques qui favorisent des associations durables et productives entre des partenaires dispersés aux quatre coins de la planète.

Exemple 3
Le cas des « nœuds » (associations locales) du réseau colombien, d'associations de migrants maliens en France ou mexicains aux États-Unis, révèle que toutes sortes de mécanismes, promus conjointement par le pays d'origine et le pays d'accueil, dans des accords bilatéraux, favorisent des échanges fructueux entre les deux parties. Le regroupement des OSIM (Organisations de solidarité à l'immigration) encouragé par le ministère français des Affaires étrangères ainsi que la nouvelle politique migratoire européenne en cours de conception ouvrent des opportunités nouvelles au déploiement de tels mécanismes.

Tâches liées à l'objectif « apport à la coopération et au développement »

16La base documentaire et le travail à réaliser portent donc non seulement sur les diasporas notamment intellectuelles mais aussi sur les réseaux scientifiques et techniques internationaux, sur les formes coopératives nouvelles dans les organisations globales, et sur les nécessités actuelles des PED auxquelles les expatriés apparaissent le mieux à même de fournir des solutions. Les travaux ici comportent deux aspects :

  • une identification des besoins des PED auxquels les diasporas intellectuelles soient en mesure d'apporter des éléments de réponse ;
  • une dimension prospective, consistant à apprécier, notamment à la lumière des expériences diasporiques relevées au point précédent, les formes identifiées dans d'autres contextes (organisations internationales, firmes multinationales par exemple) ou élaborées conceptuellement (clusters ou génopoles par exemple) qui seraient susceptibles de répondre effectivement aux enjeux que posent ces expériences.

OBJECTIF SPÉCIFIQUE N° 4

Inventorier les outils socio-techniques (technologies de l'information et de la communication) utiles aux réseaux de diasporas

17Pour les diasporas intellectuelles actuelles, les technologies de l'information et de la communication ne sont pas seulement des outils et des supports instrumentaux de l'action collective. Ce sont les véritables lieux et espaces où se forgent les relations, les identités, les contenus échangeables entre les différentes parties dispersées des réseaux diasporiques. Les travaux sur l'intelligence distribuée ont un rôle clé dans la réalisation effective de collaborations à distance qui dépassent des échanges simples et sporadiques.

Exemple n° 4
Comment un biotechnologue d'origine camerounaise travaillant à Sophia Antipolis peut-il aider le programme de biologie cellulaire de l'Université de Yaoundé, dans ses développements quotidiens ? L'échange d'informations, le partage de bases de données, l'accès à des séquences d'ADN, à des manipulations expérimentales conjointes, supposent la mise en place et le maintien de liens informatiques, de protocoles compatibles, de modes de communication stables au moyen desquels les partenariats potentiels peuvent s'identifier et se localiser, où la confiance peut s'établir progressivement et le travail se réaliser concrètement. Les logiciels de cartographie cognitive et sociale, les modalités de téléconférence et les techniques de simulation permettent, entre autres, ces échanges à distance.

Tâches associées à l'inventaire des outils utiles aux réseaux diasporas

18Il est utile de distinguer plusieurs objectifs que les TIC peuvent aider à accomplir, de façon différente :

  1. Partager des compétences et des savoirs pour renforcer les liens de solidarité entre les pays développés et les pays en développement dans la zone de solidarité prioritaire du ministère des Affaires étrangères. L'utilisation de la technologie pour renforcer les liens de solidarité met l'accent sur l'animation des pratiques collectives.
  2. Valoriser les compétences individuelles issues des diasporas. Les techniques de « e-learning » doivent être envisagées dans ce cadre pour aider à mettre en place des stratégies de capitalisation des savoirs et de « knowledge management ».
  3. Développer des collaborations de recherche.

19L'utilisation des nouvelles technologies afin de permettre aux laboratoires de travailler ensemble à distance caractérise le fonctionnement des « collaboratoires ». Le développement de collaborations effectives, à distance, médiatisées par ordinateur peut éviter le retour des migrants dans leurs pays d'origine, sur des principes de partenariat.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search