Versione classicaVersione mobile

Diasporas scientifiques

 | 
Rémi Barré
, 
Valeria Hernández
, 
Jean-Baptiste Meyer
, 
et al.

Version française

Synthèse – point 4. Résumé et conclusion : prendre le pari, raisonné, de « l'option diaspora »

Testo integrale

RAPPEL DU QUESTIONNEMENT ADRESSÉ AU COLLÈGE D'EXPERTS

1La question posée au collège d'experts est la suivante : comment les pays en développement peuvent-ils tirer parti de leurs chercheurs et ingénieurs expatriés pour leur développement ? Il a été en outre précisé que l'on s'intéressait en particulier aux pays de la zone de solidarité prioritaire.

2Cette question a été traduite en termes d'examen d'une hypothèse : celle d'une politique de soutien aux diasporas scientifiques et techniques – ensembles auto-organisés d'expatriés qualifiés désireux de contribuer au développement scientifique et technique de leur pays d'origine. Cela suppose la conception d'un nouveau type d'actions publiques, caractérisé par l'articulation de ces dernières au phénomène des diasporas scientifiques et techniques. Nous appelons « option diaspora » cette conjonction de politiques publiques du pays d'accueil et du pays de départ avec une démarche de type associatif.

3Nous avons divisé cette hypothèse générale en deux hypothèses de base :

  • Les diasporas scientifiques et techniques sont un facteur moteur du développement scientifique et technique, en permettant des coopérations au travers desquelles le pays en développement tire parti de ses expatriés.
  • Les diasporas scientifiques et techniques sont susceptibles d'être objet de politiques publiques de la part du pays d'accueil.

4Concrètement, la question est de savoir s'il faut favoriser le développement des diasporas scientifiques et techniques ou consacrer les mêmes efforts à une autre forme d'action.

LES QUATRE RÉSULTATS ÉTABLIS PAR L'EXPERTISE

5Les différentes étapes de l'expertise présentées dans ce rapport de synthèse ont permis d'obtenir les résultats suivants :

6Résultat 1 – La conjonction du nombre important et croissant d'expatriés très qualifiés, de leur organisation spontanée et du développement des technologies de l'information et des communications ouvre un espace large à la constitution DST. Cependant, la réalité du potentiel que représentent de tels acteurs auto-organisés est mal connue, et les pays les moins développés en sciences et techniques commencent seulement à porter attention à l'action des diasporas scientifiques et techniques (point 1).

7Résultat 2 – Il n'y a pas de modèle standard de DST qui se dégage : sur chaque critère, on trouve des DST d'un bout à l'autre du spectre des possibles ; d'où il ressort qu'une politique de soutien aux DST ne peut s'envisager comme simple extension de procédures d'appui classiques. Les DST revêtiront toujours un caractère complexe et multiforme. Cependant, l'examen de cas de DST a permis d'identifier un certain nombre de conditions de pertinence et de succès (point 2).

  • 1 Non pas en général, mais dans certains centres d'excellence qui sont ceux qui portent I les relati (...)

8Résultat 3 – Le cas emblématique des États-Unis dans ses rapports aux mondes indien et chinois correspond à une situation en apparence paradoxale où le pays d'accueil n'a pas de politique d'appui aux DST en tant que telles et où pourtant les DST sont très fortes et de plus en plus valorisées par leur pays d'origine ; ce paradoxe s'explique par le niveau élevé de développement scientifique et technique des partenaires1, ce qui limite la portée des enseignements que l'on peut tirer de ce cas pour la coopération scientifique et technique de la France avec la zone de solidarité prioritaire (point 4).

9Résultat 4 – Au plan des organisations internationales et de la Commission européenne, l'idée que les DST sont un facteur moteur du développement et qu'elles peuvent être parties prenantes de politiques publiques fait l'objet d'une attention accrue, voire d'un préjugé favorable ; un certain nombre d'initiatives récentes donnent à penser que la France pourrait esquisser une politique de soutien aux DST comme volet de sa politique de coopération S&T (point 4).

LES CONCLUSIONS DE L'EXPERTISE

Conclusions par rapport aux hypothèses de base

10Conclusion sur l'hypothèse de base A (les DST sont un facteur moteur du développement S&T) : les DST sont effectivement une composante du développement S&T, de plus en plus reconnues comme telles par des grands pays émergents (selon le résultat 3), ainsi que par les organisations internationales (selon le résultat 4), mais pas encore nécessairement par certains pays moins avancés au plan S&T (selon le résultat 1). Par ailleurs, la variabilité des formes de ces DST (selon le résultat 2) et leur fonctionnement positif avéré seulement dans des cas éloignés de ceux de la ZSP (selon le résultat 3) tempèrent la portée réelle de la conclusion pour le cas qui nous intéresse plus particulièrement.

11Conclusion sur l'hypothèse de base B (les DST sont susceptibles d'être objet de politiques publiques de la part du pays d'accueil) : il n'existe pas d'expérience évaluée de politique publique d'appui aux DST de la part d'un pays d'accueil puisque les cas les plus avancés d'implication des DST ne s'appuient pas sur un programme gouvernemental du pays d'accueil (en l'occurrence les États-Unis) (selon le résultat 3) et que le fonctionnement des DST n'a pas encore donné lieu à évaluation (selon le résultat 4). En outre, l'absence de forme canonique ou stabilisée de DST ne facilite guère l'élaboration directe d'objectifs opérationnels pour une éventuelle action publique (selon le résultat 2). Le déficit actuel d'information sur le potentiel que représentent les DST rend, pour l'instant, encore plus complexe une telle tâche (selon le résultat 1).

Conclusion générale

12La conclusion générale, par rapport à la question initiale et à l'hypothèse de pertinence d'une politique d'appui aux DST, est que nous disposons d'éléments – mais partiels seulement – de validation.

13Cela étant, considérant :

  • la nature stratégique des enjeux, pour les pays de départ comme pour ceux d'accueil,
  • l'importance du potentiel de croissance des DST, qui ont d'une façon ou d'une autre, tôt ou tard, un rôle majeur à jouer dans le développement S&T,

14le caractère partiel de la validation ne doit pas conduire à rejeter l'hypothèse, mais au contraire à l'accepter en adoptant une démarche prudente, adaptée à cette situation.

15Le collège suggère qu'il convient de se garder de deux risques symétriques :

  • Le risque de sur-valoriser l'instrument DST qui a la propriété d'être, à bon marché (car largement fondé sur le volontariat), facile à gérer (ses promoteurs et bénéficiaires s'en chargent) et générant des profits symboliques : image du « brain gain » se substituant à celle du « brain drain » et activation de la fierté nationale. Or, employé seul, hors d'un projet construit, de lien suivi avec des institutions d'accueil (locales, nationales ou régionales) et d'un environnement porteur, l'outil pourrait n'être guère plus qu'un cache-misère. Cela vaut notamment dans le cas des pays ne se déclarant pas intéressés par la recherche ou n'ayant ni les moyens matériels ni les ressources humaines pour s'y investir.
  • Risque de sous-valoriser l'instrument DST qui s'applique à des entités mal connues et qui ne sont pas de celles avec lesquelles l'État traite habituellement. Cela représente une obligation d'innover, ce qui n'est pas nécessairement confortable, ni même valorisé. En outre, s'agissant des pays de la ZSP, il est clair que sans un appui aux DST les initiatives de ces dernières ne peuvent avoir que des résultats ponctuels et limités. Le rôle d'une politique publique apparaît ici en ce qu'elle seule peut déployer et valoriser les investissements consentis par les acteurs concernés.

16Le collège d'experts estime donc que « l'option diaspora » doit être prise, et ce dans des conditions qui tiennent compte des multiples incertitudes d'une politique d'appui aux DST. Le « pari diaspora », pour avoir des chances d'être gagné, doit être conçu et développé comme un projet innovant dans le domaine des politiques publiques. Celles-ci doivent prendre en considération la dynamique de collaboration propre aux DST qui résulte du rapport établi entre trois acteurs, les pouvoirs publics du pays d'accueil, les DST et les partenaires du pays d'origine.

17Le collège précise que, selon lui, l'option diaspora n'a pas vocation à se substituer au soutien aux programmes de recherche locaux, ni aux échanges réguliers de chercheurs. L'option diaspora est à considérer comme un « actif complémentaire », un investissement qui prend force au sein d'un ensemble d'autres investissements. Les recommandations qui suivent indiquent quelques pistes pour rendre opérationnel un tel instrument.

Note

1 Non pas en général, mais dans certains centres d'excellence qui sont ceux qui portent I les relations de coopération S&T.

© IRD Éditions, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search