Version classiqueVersion mobile

Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?

 | 
Mohamed Berriane
, 
Geneviève Michon

Postface

Les terroirs méditerranéens, du choc de la modernité au choc climatique

Guillaume Benoit

Texte intégral

Les terroirs méditerranéens et le choc de la modernité

1Il y a plus de biodiversité dans le seul département des Alpes maritimes que dans toutes les îles britanniques. Et bien davantage encore au Maroc ou en Turquie.

  • 1 Fernand Braudel, La Méditerranée - espace et histoire. Flammarion, rééd. 1999.

2La Méditerranée est en effet « mille choses à la fois. Non pas un paysage mais des milliers de paysages. Non pas une mer mais une succession de mers. Non pas une civilisation mais des civilisations. La Méditerranée est un carrefour antique. Depuis des millénaires, tout conflue vers cette mer, bouleversant et enrichissant son histoire »1.

  • 2 Guillaume Benoit, Méditerranée : les perspectives du Plan Bleu sur l’environnement et le développe (...)

3Or, cette riche diversité est en même temps culturelle et naturelle. L’espace méditerranéen, espace « dévoré par la montagne », est en effet le fruit d’une longue co-évolution assez remarquable entre les hommes et la nature. Pour être conservés, la biodiversité et les paysages méditerranéens nécessitent donc une gestion hydrique, pastorale, agricole et agro-sylvo-pastorale, ce qui est une situation assez exceptionnelle à l’échelle de la planète2.

4Fruits de modes de gestion organisés d’abord à l’échelle du « terroir villageois » (le douar au Maroc), les paysages se lisent en réalité à plusieurs échelles. Les vallées et les plateaux pastoraux, les forêts rurales et les « pays » – paysages des Cévennes, des Causses, des garrigues ou de Toscane, paysages des vallées de l’Atlas ou du Rif, de l’Oriental ou de l’arganeraie – sont autant de composantes, parmi bien d’autres, de l’identité méditerranéenne. Encore, chaque vallée cévenole ou chaque vallée de l’Atlas a-t-elle sa propre identité. Et certains produits et savoir-faire ne peuvent concerner que quelques villages, à l’exemple du safran de Taliouine ou de l’oignon doux des Cévennes, alors que d’autres sont de plus grande étendue : le « terroir méditerranéen » est une réalité multi-échelles.

  • 3 René Dumont, Voyages en France d'un agronome. Paris, Éditions M.-Th. Génin, Librairie de Médicis, (...)

5Ces paysages, ces identités et ces héritages, parfois millénaires, sont menacés par la modernité. Les grands travaux de bonification des plaines, le recours massif de l’économie moderne aux hydrocarbures fossiles, la mécanisation de l’agriculture en plaine, ainsi que l’amélioration des transports et le développement des échanges, amplifiés par le recul des barrières tarifaires et par la spécialisation, ont profité aux grandes villes et aux zones côtières et fluviales. Les espaces côtiers et des plaines ont été artificialisés en même temps que les espaces montagnards étaient marginalisés. Les coûts de production et de transport dans les arrière-pays contraints par la géographie sont par la suite devenus relativement beaucoup plus élevés que dans les plaines. René Dumont, de passage dans le Queyras (terroir des Hautes Alpes) en 1951, calcule par exemple que pour produire 400 kg de foin il faut compter deux jours de faucheurs, une journée de femme ramassant et encore un jour pour faire les « trousses » en filet de corde et les descendre à bas de mulets, soit dix fois plus de travail que pour produire l’équivalent en plaine et cent fois plus que dans une ferme de l’Indiana3.

  • 4 Claude-François Achard, Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, (...)

6Les terroirs de la France du Midi ont sans doute été, dans le Bassin méditerranéen, les premiers touchés par le choc de la modernité. La France a en effet été tôt industrialisée et Napoléon III, admirateur de l’Angleterre, avait ouvert l’économie par des accords de libre-échange. Dès le xixe siècle, des terroirs entiers s’effondrent. Ainsi par exemple de Cotignac, village du département du Var dont Achard, dans sa Géographie de la Provence de 1787, soulignait pourtant la prospérité : « Le terroir de Cotignac est dans un pays de montagne, mais très fertile, surtout en huile d’olive. »4 Qu’en était-il un siècle après ? La délibération d’août 1880 du conseil municipal nous l’apprend : « M. le maire expose que l’échéance prochaine de l’expiration des traités de commerce et du remaniement de notre tarif général des douanes appelle la sollicitude du conseil et lui impose le devoir de faire connaître les vues d’une population entièrement adonnée à l’oléiculture que la concurrence des produits étrangers a réduite à la misère. » Le pire était à venir, puisque la production locale d’olives détritées, encore de 375 tonnes/an en moyenne entre 1915 et 1932, s’effondre à 57 tonnes/an dans la décennie 1970.

7De fait nos montagnes de l’Europe méditerranéenne ont-elles souvent perdu plus du 4/5e de leur population, et leur espace aujourd’hui, pour une bonne part, est laissé à la friche, aux sangliers et au feu. La population comme l’économie s’étant fortement littoralisées sous l’effet de la mondialisation et de l’exode rural, les espaces ruraux méditerranéens des collines, des montagnes, des vallées et des plateaux, autrefois fondements mêmes des sociétés méditerranéennes, sont donc devenus des « arrière-pays ».

8Aujourd’hui, tous les pays méditerranéens, y compris ceux du « Sud », sauf l’Égypte, seul pays riverain dont toute l’agriculture est irriguée, connaissent, à des degrés divers, des phénomènes de déprise et/ou d’exode. Le Liban est sans doute le pays le plus touché, alors qu’il avait pourtant les atouts pour effectivement devenir la « Suisse du Moyen-Orient ». Le Maroc est aussi concerné, comme en témoignent les terrasses abandonnées de l’Anti-Atlas.

9La situation sur la rive sud est cependant, dans l’ensemble, bien différente de celle de la rive nord. Les populations agricoles et rurales restent souvent très nombreuses, notamment dans les arrière-pays du Maroc et de Turquie, et les possibilités d’émigrer ne sont plus comparables à celles qui s’offraient aux ruraux de l’Europe méditerranéenne, chassés de leurs terroirs par le choc de la modernité, par la pauvreté et par le grand marché. Les villes, les industries et les pays d’accueil ne recherchent plus des bras en grand nombre, comme aux temps des émigrations italiennes des années 1920 vers les États-Unis et l’Argentine, puis des émigrations espagnole et portugaise vers la France des années 1960. L’économie s’automatise et le manque structurel d’emplois tend à s’inscrire dans la longue durée.

  • 5 Agriculture 2030 : quels avenirs pour le Maroc ? Haut-Commissariat au Plan et Conseil général du d (...)

10Les forces qui poussent à toujours plus de libération du commerce et plus de recul de l’État n’en restent pas moins vives et actives. Sachant les vulnérabilités du monde méditerranéen et le poids démographique des populations rurales, la question du devenir du monde rural dans ces pays du Sud, notamment au Maroc, est donc devenue un vrai sujet de géopolitique. La prospective « Agriculture 2030 : quels avenirs pour le Maroc ? »5 a clairement montré que l’enjeu était celui de la stabilité du pays. Elle a joué dans la décision d’inclure un « Pilier II » dans le Plan Maroc Vert 2008-2020 et plaidé pour une stratégie marocaine des terroirs.

Le terroir, vecteur d’une nouvelle modernité

11La modernité, menace pour le terroir méditerranéen, est cependant aussi une opportunité.

12Les consommateurs, aujourd’hui majoritairement urbains, ont en effet besoin de racines et ils apprécient la qualité du terroir – celle des produits de l’agriculture ou de l’artisanat, celle des recettes culinaires locales et celle des paysages, fruits de la nature comme des savoir-faire locaux –, du moins lorsque cette qualité est bien au rendez-vous. Et ils l’apprécient d’autant plus que la mondialisation/littoralisation tend à banaliser nos environnements et nos consommations. Le terroir peut donc devenir un objet convoité.

13Cette capacité à reconnaître et à apprécier la valeur du terroir et de ses produits n’est pas nouvelle. De longue date, nombre de produits locaux réputés ont souffert d’usurpations. Déjà, Galien déplorait le fait que les exportations de miel des Cyclades, de vin de Falerne et de persil de Macédoine étaient supérieures en quantité aux capacités de production des aires concernées. Il faudra cependant attendre 1935 pour que la France, pays pionnier, prenne un décret-loi sur les appellations d’origine contrôlée permettant enfin de défendre et de promouvoir de façon efficace l’« origine » et le « terroir », au bénéfice tant des producteurs et des territoires concernés que des consommateurs. Si les savoir-faire des premiers ont besoin d’être défendus et promus, les seconds ont en effet besoin d’être rassurés sur ce qu’ils achètent et consomment.

14Pourtant, il faudra encore du temps pour que certains paysans visionnaires s’opposent aux modèles de développement dominants alors proposés et réussissent à mobiliser leurs communautés sur des visions innovantes, à même de positionner leurs terroirs/territoires avec succès dans la mondialisation. André Valadier, éleveur d’Aubrac, est de ceux-là. Grâce à lui et à ceux qui l’ont suivi, l’Aubrac a aujourd’hui retrouvé sa production et sa population, alors que le Cézallier voisin, pourtant haut plateau tout à fait comparable et disposant des mêmes atouts, ne cessait, lui, de s’effondrer. Le succès de l’Aubrac, comme de tant d’autres terroirs, s’est construit sur des produits à haute valeur ajoutée comme le couteau de Laguiole, la viande « fleur d’Aubrac » et surtout le fromage AOP Laguiole au lait cru, dont la production, réduite à 25 tonnes dans les années 1960, a remonté depuis à 700 tonnes. Cela a permis le maintien des remarquables paysages et flores de l’Aubrac, ainsi que la constitution de « paniers de biens et services » reliant agriculture, artisanat, restauration de haute qualité, tourisme et environnement et amplifiant les bénéfices retirés par chacun et par tous.

15C’est à la suite d’un voyage, je crois, aux Pays-Bas, que Valadier a compris que suivre le modèle d’intensification agricole alors promu ne pouvait que conduire à une impasse, car l’Aubrac ne serait jamais compétitif dans la production européenne de lait générique. Et c’est grâce en partie aux travaux multidisciplinaires du CNRS qui avaient révélé la cohérence des savoirs locaux que Valadier comprit alors que l’Aubrac, pour survivre, devait se différencier en revenant à la spécificité du terroir et de ses produits. Ce qu’il a su faire en créant la coopérative « Jeune montagne » et en associant à sa vision un nombre toujours croissant d’acteurs, tout en innovant dans les process industriels et dans la commercialisation.

16D’autres ont fait comme lui, et les produits d’origine, qui représentent aujourd’hui 25 % du marché alimentaire français, sont devenus un facteur décisif de développement territorial.

  • 6 Terroirs et Origine : leçons d’une lecture croisée des expériences du Maroc et de la France. CGAAE (...)

17Le Maroc, ces dernières années, s’est lui aussi admirablement engagé dans la reconnaissance et la promotion de ses produits de terroir. Il dispose d’un potentiel de diversité/qualité exceptionnel et plusieurs acteurs (chercheurs, agents du Ministère et des Agences, conseils régionaux, agriculteurs et agricultrices, ONG) y ont apporté leurs contributions au niveau local, provincial, régional et national. La « lecture croisée des expériences du Maroc et de la France sur les terroirs et l’origine », que j’avais pilotée en mai 2010, a aussi montré le rôle important joué par les acteurs de la coopération décentralisée franco-marocaine6.

18La dynamique marocaine est cependant inégale et elle peut soulever de nombreuses questions, comme ce livre le montre. Incontestablement engagée, elle porte en tout cas en elle des facteurs de changements vers une vision innovante et élargie de la modernité.

19C’est d’abord l’image du monde rural et du progrès qui s’en trouve modifiée. La modernité, ce n’est plus en effet seulement le « Maroc utile » et les grandes exploitations mécanisées : c’est aussi le terroir et ses produits et paysages uniques, objets d’une nouvelle fierté revendiquée et internationalement reconnue.

20Avec le changement d’image qui s’opère, c’est aussi la relation entre la ville et la campagne qui change. L’essor du tourisme rural, qui il y a encore 20 ans paraissait utopique, en témoigne. Des maisons d’hôte et de petits hôtels, à Chefchaouen et ailleurs, sont aménagés, y compris par des enfants du pays ou de retour au pays. Le temps est donc venu où les Marocains des villes peuvent avec plaisir refaire lien avec le terroir et contribuer à son développement, plutôt que de ne rêver que de Paris ou d’Andalousie.

21La mutation est aussi dans la société rurale. La valorisation du terroir renforce la dynamique déjà engagée de mise en place d’associations, de coopératives et de processus collectifs. Des jeunes entreprenants reviennent à la terre. Les produits et les services sont valorisés et commercialisés, y compris sur des marchés rémunérateurs éloignés. Le terroir représente donc une opportunité de « saut », élargissant pour les ruraux les notions de temps et d’espace, et permettant un net progrès en termes d’ouverture au monde, d’économie solidaire, d’organisation collective et de valeur ajoutée produite et revenant au territoire.

22C’est enfin et peut-être surtout le rapport entre l’État et le monde rural qui peut enfin évoluer. Le terroir invite en effet l’État à sortir d’une vision de « prescription » et à considérer les ruraux comme des partenaires qu’il faut savoir écouter, accompagner et appuyer. La politique de l’agriculture peut donc sortir des visions technicistes standardisées, s’élargir à l’aval (transformation/valorisation des produits) et prendre en compte la diversité des systèmes humains, productifs et alimentaires pour les valoriser. Je peux ici témoigner par exemple du rôle nouveau et positif joué par la Direction provinciale de l’agriculture d’Essaouira avec l’appui de la recherche dans l’émergence de la première AOP marocaine, l’huile d’olive de Tyout Chiadma.

23Le terroir, c’est donc comme la COP 21 : pour que cela marche, il faut sortir d’une vision prescriptive et créer un cadre favorable qui invite chaque territoire à développer sa propre solution. C’est le passage du « top down » (approche descendante) au « bottom up » (approche ascendante encouragée et encadrée par le haut). Et ce peut donc être l’occasion de l’émergence d’une nouvelle doctrine d’action pour l’administration et pour la recherche, le développement et le crédit, d’une confiance renouée entre le pouvoir et la ruralité, d’une nouvelle modernité sociale et politique.

  • 7 http://agriculture.gouv.fr/ministere/lagriculture-familiale-en-mediterranee-et-en-afrique-de-loues (...)

24Or, c’est bien dans ce champ de la confiance que les progrès sont le plus nécessaires dans les États sud-méditerranéens, comme le séminaire « SESAME 2 » sur l’agriculture familiale en Méditerranée et Afrique de l’Ouest (Meknès, 2015) l’a bien montré7.

Le terroir méditerranéen face au choc climatique : la montée des périls

25Pour Ignacy Sachs, l’inventeur du concept d’« éco-développement », précurseur de celui de « développement durable », nous « sommes aujourd’hui assis sur deux ruines de paradigmes : celle du socialisme réel et celle du capitalisme financier ». Perte de cohésion sociale, insuffisance structurelle d’emplois, dégradation de la biosphère et du climat, gaspillage et raréfaction des ressources minières et de la terre nourricière Tout cela est à la fois si profondément grave et encore si insuffisamment pris en considération par la pensée économique et politique dominante

  • 8 Bertrand Hervieu qualifie la Méditerranée de « précipité de la mondialisation ». N’est-elle pas en (...)
  • 9 Cf. Séminaire SESAME 3 sur le changement climatique en Méditerranée et Afrique de l’Ouest : http:/ (...)

26Le défi le plus lourd aujourd’hui à relever est celui du changement climatique : la survie de l’humanité est en effet en jeu. Or la Méditerranée, déjà plus que d’autres régions confrontée au problème de la mondialisation/littoralisation8, se retrouve aussi en première ligne face au défi climatique. Des changements lourds sont à l’œuvre et le dernier rapport du Giec annonce des lendemains beaucoup plus difficiles : aridification et forte croissance des températures dans les arrière-pays, baisse sensible des pluies et des écoulements (qui pourrait aller jusqu’à 30 à 40 % au Maghreb), aggravation des phénomènes extrêmes (sécheresses et inondations), changement de la géographie agricole, accès insuffisant à l’eau d’irrigation, perte de productivité agricole et ruptures de systèmes alimentaires9.

27Terroirs « mutants », insécurité alimentaire, migrations, instabilités ? Les impacts seront d’autant plus délétères que les modes de gestion et de production demeureront « non durables », c’est-à-dire que les sols seront toujours plus érodés, les pâturages, les forêts et les ressources en eau toujours plus surexploités et dégradés.

Changer de modèle et innover : la nouvelle centralité du terroir

28Relever les nouveaux défis gigantesques du climat, de la sécurité alimentaire et de l’emploi alors que les deux grands paradigmes qui ont dominé le xxe siècle sont en ruine, c’est forcément changer de modèle.

29Pour Ignacy Sachs, déjà cité, il s’agirait de passer à une « biocivilisation » en jouant à la fois sur le trio « biodiversité + biomasse + biotechnologies » et sur une évolution de nos styles de vie et des modes de production et de consommation. Ceux-ci doivent devenir beaucoup plus « durables » et créer de nouvelles opportunités de travail. Pour Ignacy Sachs, « cela implique en premier lieu de revoir l’attitude contemporaine cataloguant le rural comme obsolète ».

30Si la Méditerranée n’a pas l’immense potentiel de production bio-économique du Brésil, elle sera pourtant bien obligée de faire beaucoup mieux dans la gestion de ses agro-écosystèmes et de ses ressources naturelles. Il ne sera pas en effet possible de continuer à dégrader les ressources, à dévitaliser les sols et à surexploiter l’eau et les pâturages comme on le fait.

  • 10 Guillaume Benoit, Changer avec le climat. Annales des Mines – Responsabilité et environnement, no  (...)

31Heureusement, de nombreux exemples récents sur la planète, observables aussi bien dans certaines régions parmi les plus pauvres, au Niger, au Burkina Faso, en Éthiopie, que dans les riches plaines de l’État de l’Ohio aux États-Unis, montrent que des renouveaux agricoles et écologiques de grande ampleur sont possibles10.

  • 11 http://www.wri.org/blog/2015/07/how-ethiopia-went-famine-crisis-green-revolution

32La région du Tigré, région la plus sèche d’Éthiopie, victime de famines terribles dans les années 1980, en est peut-être le plus bel exemple de réussite11. Grâce à des aménagements de terroirs à grande échelle, le Tigré est en effet devenu en vingt ans la région la plus sûre en eau de tout le pays. Les actions massives de préservation des arbres et de reboisement par les communautés, la création en grand nombre de terrasses de cultures en pierres et demi-lunes ainsi que celle de centaines de petits barrages et la maîtrise de la pression pastorale y ont été conduits. Le paysage a été remodelé et l’eau qui dévalait et détruisait les sols, entraînant avec elle les éléments nutritifs, est devenue l’eau fécondante. Sa bonne infiltration a contribué à la recharge des nappes, au point de rendre certains puits artésiens. La surface irriguée est passée de 40 à 40 000 ha, et la région a retrouvé sa sécurité alimentaire, réduisant considérablement son taux de pauvreté.

  • 12 David Crespo : http://www.fondation-farm.org/zoe/doc/s20150223sesame3_5crespo_ppt.pdf

33D’autres progrès majeurs sont évidemment rendus possibles par la génétique (semences), par l’agriculture de conservation en grandes cultures, par l’agroforesterie ou encore par la bonne utilisation des légumineuses méditerranéennes. L’écorégion méditerranéenne a en effet pour elle de disposer notamment d’une grande diversité de légumineuses, dont le bon emploi a permis dans le sud du Portugal de restaurer près de 500 000 ha de terres et pâturages dégradés et de venir ainsi doubler la productivité fourragère et le stockage de carbone12.

  • 13 http://agriculture.gouv.fr/enrichir-les-sols-avec-linitiative-4-pour-1000

34Bref, le temps est venu de s’engager résolument dans une transition agro-écologique à grande échelle pour produire à la fois bien mieux et plus, y compris plus de ces services environnementaux d’une importance stratégique pour tous que sont le stockage de carbone dans les sols, la bonne infiltration de l’eau et les paysages culturels. En conservant l’eau et en redonnant ainsi vie aux sols, les systèmes gagneront à la fois en productivité et en résilience, et donc en capacité à résister au choc climatique et au stress hydrique. C’est tout le sens de l’initiative « 4 pour 1 000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat », lancée le 1er décembre 2015 avec succès dans le cadre de la COP 2113.

  • 14 Hannah Arendt, La crise de la culture. Gallimard, 1998 (1961).

35Une telle ambition imposera beaucoup d’innovations et un certain retour au sens même du mot « terroir » et du mot « culture ». Le mot « culture » vient en effet du latin « colere », qui signifie « mettre en valeur, prendre soin, entretenir ». Pour la philosophe Hannah Arendt, la culture, c’est donc « commercer avec la nature pour la rendre propre à l’habitation humaine » et ce doit donc être aussi « une attitude de tendre souci qui vient en contraste avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme »14. Et qu’est-ce que le terroir au fond, sinon un ensemble de savoir-faire adaptés à chaque contexte local et permettant de commercer avec la nature pour la rendre propre à l’habitation humaine ?

  • 15 Grigori Lazarev, Valeurs communautaires et gestion de l’eau entre tradition et héritage, in Sémina (...)

36Les terroirs, résultats de ces savoir-faire, sont aussi une affaire de gestion en bien commun. Par exemple, ce sont les règles communautaires de gestion de l’eau pour une utilisation productive, un partage équitable et une bonne protection des champs et des habitations qui ont donné à l’eau une position centrale dans l’organisation et le fonctionnement des sociétés rurales du Maghreb15.

37Or la complexité des problèmes écologiques et économiques qui sont devant nous va imposer de nouveaux systèmes de gestion en « bien commun ». Elinor Ostrom, politologue américaine et prix Nobel 2009 d’économie, en a en effet bien montré la pertinence et l’importance stratégique. Sous réserve de bonne communication entre les acteurs, des degrés élevés de coopération (action collective) sont en effet possibles, avec, à la clef, des bénéfices mutuels accrus, significativement et durablement. Alors que Mme Ostrom a montré que des associations volontaires et des collectifs d’individus pouvaient donc gérer efficacement et de façon équitable les ressources communes, de nombreux travaux ont révélé a contrario l’inefficience et les limites des approches de type seulement « tout État » ou « tout privé ». Les effets désastreux de la nationalisation de forêts anciennement « communales » (au vrai sens du terme : communautaires) ont été par exemple abondamment documentés par la communauté scientifique en Thaïlande, au Népal, au Niger ou en Inde.

38La dispute internationale à l’OMC entre adversaires et partisans des indications géographiques (IG, dont les appellations d’origine protégée) trouve d’ailleurs son fondement idéologique dans la confrontation de visions entre ceux qui veulent tout réduire au seul « bien privé » et ceux qui soulignent a contrario l’importance fondamentale des « biens communs ». Une confrontation qui oppose ceux qui, d’un côté, ne veulent reconnaître et protéger que la « marque » et le « brevet », accusant les IG de jouir d’une rente indue et de constituer une entrave au libre commerce, et ceux qui, de l’autre, soulignent au contraire l’effet structurant des IG sur le développement rural et durable et leur capacité à protéger les petits producteurs et à maintenir l’ancrage au lieu, au contraire des marques, délocalisables par nature.

  • 16 Recarbonization of the Biosphere, Lal et al., 2012.
  • 17 Guillaume Benoit, Le secteur des terres, solution au problème climatique ? In « Changer avec le cl (...)

39Avec le changement climatique et la montée des périls, il nous faudra réussir la nécessaire transformation vers des terroirs et des territoires « climato-intelligents », c’est-à-dire à même de conjuguer l’adaptation, l’atténuation et la sécurité alimentaire. L’enjeu de l’atténuation est aussi important que celui de l’adaptation, car le « secteur des terres » (l’agriculture, la forêt et les sols) représente « 40 % (20 à 60) du potentiel mondial d’atténuation à l’horizon 2030 » (5e rapport du Giec, 2014) et, sans réussite de l’atténuation, l’adaptation ne pourra être réussie. Ce potentiel élevé en termes d’atténuation vient notamment de la capacité des bois et des champs à servir de « pompes à carbone ». En effet, la photosynthèse permet de capturer une partie du carbone en excès dans l’atmosphère pour le séquestrer dans la biomasse mais aussi dans les sols sous forme de matière organique, et il est possible d’activer les mécanismes naturels permettant de produire plus et mieux. Le potentiel mondial de stockage de carbone dans la biosphère terrestre est par conséquent élevé, estimé par le professeur Ratan Lal16 à 3,8 Gt C/an, soit à peu près autant que les émissions anthropiques nettes actuelles de CO2. Comme la priorité première est la restauration des terres dégradées, la conséquence, c’est que tout l’espace rural, notamment tous les agro-écosystèmes dégradés, va devoir être mis à contribution17.

40Le terroir, de fait, va donc retrouver pour des raisons multiples (lutte contre le changement climatique, maintien des équilibres sociaux, sécurité alimentaire) une nouvelle centralité.

41La solution passera à la fois par une nouvelle reconnaissance du terroir, par de nouvelles gestions en biens communs et par beaucoup d’innovations dans les pratiques et dans les politiques. Il s’agira par exemple de reconnaître la valeur de certains savoirs immatériels, comme ceux des éleveurs de l’arganeraie qui savent protéger et façonner les arbres pour les rendre productifs et conduire les troupeaux avec intelligence dans un contexte d’aridité croissante. Il s’agira aussi de développer les légumineuses à grande échelle, de revenir aux fondements de l’agronomie et de passer à des systèmes d’accords locaux permettant le développement de l’agriculture de conservation, et donc le retour des résidus de culture à la terre. Il s’agira encore de mettre un terme aux problèmes d’érosion, de surpâturage ou de surexploitation des nappes et d’inventer de nouvelles formes d’agroforesterie associant par exemple arganier et blé dur. Les défis à relever ne manqueront pas.

  • 18 Mise à échelle du reverdissement : Six étapes vers le succès. WRI, 2015. http://www.wri.org/sites/ (...)

42De nouvelles stratégies de terroirs seront donc nécessaires pour réussir un reverdissement à grande échelle. Le World Resources Institute (WRI) a récemment publié à ce sujet un document précieux sur les « 6 étapes du succès »18 et la notion de « landscape mangement » (gestion des paysages/terroirs) a marqué des points importants lors de la COP 21. Des fonds internationaux pourront ainsi être mobilisés pour le reverdissement. C’est donc toute une nouvelle approche de la relation entre l’État et les communautés rurales et les agriculteurs, gestionnaires des terroirs et des ressources, qui devra être développée, en raisonnant à l’échelle qui compte, celle des biens communs (terroirs villageois, nappes d’eau, aires pastorales, groupes agricoles d’intérêt économique et écologique, petites régions avec leurs bourgs centres), et en accompagnant, si nécessaire, les nouveaux engagements locaux de paiements pour services environnementaux. D’ores et déjà, des outils comme le logiciel EX-ACT, mis au point par la FAO, permettent de chiffrer les gains carbone possibles d’un projet d’aménagement de terroir, justifiant ainsi de la mobilisation de la finance carbone.

43C’est par une nouvelle intelligence de communication entre les acteurs et par l’imagination que l’intelligence du vivant pourra devenir le vecteur du renouveau écologique, économique et culturel, le vecteur du développement durable. Comme le disait déjà Sénèque, philosophe mort en 65 ap. J.-C. : « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que l’on n’ose pas, c’est parce que l’on n’ose pas que les choses sont difficiles. » Il est temps que le rural se fasse entendre dans la négociation climatique et que les villes en comprennent toute l’importance stratégique.

Notes

1 Fernand Braudel, La Méditerranée - espace et histoire. Flammarion, rééd. 1999.

2 Guillaume Benoit, Méditerranée : les perspectives du Plan Bleu sur l’environnement et le développement. Éditions de l’Aube, 2005.

3 René Dumont, Voyages en France d'un agronome. Paris, Éditions M.-Th. Génin, Librairie de Médicis, 1951.

4 Claude-François Achard, Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté Venaissin, de la Principauté d'Orange, du Comté de Nice. Aix, impr. Calmen, 1787.

5 Agriculture 2030 : quels avenirs pour le Maroc ? Haut-Commissariat au Plan et Conseil général du développement agricole, 2007. http://www.hcp.ma/Agriculture-2030-quels-avenirs-pour-le-Maroc_a849.html

6 Terroirs et Origine : leçons d’une lecture croisée des expériences du Maroc et de la France. CGAAER et CGDA, mai 2010. Consultable sur : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/114000132.pdf

7 http://agriculture.gouv.fr/ministere/lagriculture-familiale-en-mediterranee-et-en-afrique-de-louest-2eme-semi naire.

8 Bertrand Hervieu qualifie la Méditerranée de « précipité de la mondialisation ». N’est-elle pas en effet une vaste caisse de résonance des grandes tensions qui s’exercent sur l’ensemble de la planète, une sorte de miroir grossissant des paradoxes de la mondialisation ?

9 Cf. Séminaire SESAME 3 sur le changement climatique en Méditerranée et Afrique de l’Ouest : http://www.fondation-farm.org/zoe/doc/s20150223sesame3_synthese.pdf.

10 Guillaume Benoit, Changer avec le climat. Annales des Mines – Responsabilité et environnement, no 80, 2015. Voir aussi http://aiggref.portail-gref.org/upload/documents/2016012182018_AIGPEFGB8JanvierV52016.compressed.pdf

11 http://www.wri.org/blog/2015/07/how-ethiopia-went-famine-crisis-green-revolution

12 David Crespo : http://www.fondation-farm.org/zoe/doc/s20150223sesame3_5crespo_ppt.pdf

13 http://agriculture.gouv.fr/enrichir-les-sols-avec-linitiative-4-pour-1000

14 Hannah Arendt, La crise de la culture. Gallimard, 1998 (1961).

15 Grigori Lazarev, Valeurs communautaires et gestion de l’eau entre tradition et héritage, in Séminaire « The Governance of Water Resources : Values, Traditions and Contemporary Policies », Aga Khan University et Conseil général du développement agricole, Rabat, mars 2015 (non diffusé). La présentation rappelle les travaux fondateurs sur cette question de J. Berque et de P. Pascon et mentionne les propres travaux de l’auteur.

16 Recarbonization of the Biosphere, Lal et al., 2012.

17 Guillaume Benoit, Le secteur des terres, solution au problème climatique ? In « Changer avec le climat », Annales des Mines - Responsabilité et environnement, no 80, 2015.

18 Mise à échelle du reverdissement : Six étapes vers le succès. WRI, 2015. http://www.wri.org/sites/default/files/15_REP_Regreening_Report_FR.pdf

Auteur

Ingénieur agronome, ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts, membre du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER, Paris), membre de l’Académie d’agriculture de France et administrateur d’Échanges méditerranéens pour l’eau, la forêt et le développement. Il a appuyé, de 2006 à 2010, la réflexion prospective et stratégique du Maroc sur l’agriculture et le monde rural. Il est l’auteur/coordinateur du rapport de prospective du Plan Bleu sur l’environnement et le développement en Méditerranée (2005).

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search