Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diasporas scientifiques

 | 
Rémi Barré
, 
Valeria Hernández
, 
Jean-Baptiste Meyer
, 
et al.

Version française

Synthèse – point 2. Essai de caractérisation des diasporas scientifiques et techniques

Texte intégral

1On va donc tenter de caractériser les DST comme formes organisationnelles, en appréhendant leur rôle, leur activité et leur positionnement. On procède pour ce faire à l'examen de cas de DST, analysés sur quatre ensembles de paramètres : origine du réseau et motivation des membres, activités et produits, relations avec le pays d'origine, organisation et fonctionnement.

2Les initiatives de groupes d'expatriés originaires de pays en développement et occupant des emplois qualifiés dans les pays du Nord se sont multipliées durant la dernière décennie. L'étude effectuée dans le cadre de cette expertise en a identifié deux cents environ. Elles sont l'indice d'un mouvement d'organisation, sur une base nationale ou régionale, et ce dans une perspective professionnelle.

3Cependant, la plupart des associations issues de ce mouvement sont très difficiles à appréhender, à caractériser et à qualifier car l'information qui les décrit demeure ténue. De plus, elles ne répondent pas toutes nécessairement aux critères retenus par le panel d'experts pour définir les DST, à savoir l'auto-organisation du groupe d'expatriés, son orientation active vers le développement du pays ou de la région d'origine, son activité dans le domaine scientifique et technique ou l'enseignement supérieur.

4Afin de disposer d'un matériel empirique pertinent, ont été sélectionnés par le panel d'experts, des réseaux/associations aux activités bien documentées dont l'action porte sur l'Afrique de l'Ouest, de l'Est et du Sud, l'Inde et la Chine, l'Amérique latine (cône sud et Colombie). L'information les concernant a été collectée et rapportée selon une grille permettant la comparaison et l'analyse transversale de ces différentes expériences. Ce regard transversal porté sur les pratiques concrètes a pour but de dégager des traits communs aux expériences permettant une compréhension plus générale du phénomène.

5Cette grille d'analyse nous amène à considérer successivement la genèse des réseaux et la motivation de leurs membres, leurs activités et produits et les relations qu'ils tissent dans une perspective de coopération.

DES PARAMÈTRES STRUCTURANTS DES DST : LEUR GENÈSE, LEUR MODE DE CONSTRUCTION, LA MOTIVATION DE LEURS MEMBRES

La genèse des DST

6Si une origine exclusivement étatique peut conduire à un sous-développement des activités et de la vie interne d'un réseau, un désengagement total de la part du gouvernement du pays d'origine peut avoir des conséquences également décourageantes pour des expatriés qui ont fait montre d'initiative en matière d'auto-organisation. Une caractéristique des DST est l'équilibre qu'elles définissent entre dépendance et autonomie.

  • 1 Un réseau d'expatriés peut résulter d'une initiative gouvernementale et répondre au critère d'auto- (...)

7Un élément qui caractérise fortement l'identité d'un réseau diaspora est sa « charte de naissance », laquelle peut répondre soit à une initiative gouvernementale1, soit à une auto-convocation des expatriés, différence qui induira des dynamiques internes spécifiques. Dans le cas de l'Afrique du Sud, le gouvernement considère sa diaspora comme un axe de sa politique de développement et comme un vecteur de transfert vers les secteurs du pays qui ont besoin de personnes très qualifiées. Le réseau SANSA (South African Network of Skills Abroad) est l'un des dispositifs mis en place pour réaliser ce transfert ; il a les caractéristiques d'une activité officielle (bonnes conditions d'installation matérielles et symboliques, gratuité, libre accès aux services proposés) et peut compter sur un consensus – dans le pays même comme à l'étranger – sur sa valeur et son rôle. Cependant, de par sa gestion administrative gouvernementale, il est aussi perçu par certains expatriés comme un espace étranger à leurs propres besoins, ce qui se traduit par un investissement en général modeste des membres, débouchant sur une dynamique interne assez faible compte tenu du coût de ce réseau pour le gouvernement (personnel permanent et infrastructures) (voir deuxième partie du rapport, sur CD-Rom, chapitre 8, M. Brown).

8Un autre risque associé au cas de figure des réseaux gouvernementaux est la dépendance politique. Un gouvernement peut avoir une politique défavorable envers un réseau du seul fait que celui-ci a été promu par un gouvernement antérieur, ou encore parce que ses membres ne partagent pas majoritairement ses objectifs. C'est le cas du réseau Caldas de Colombie qui avait très bien fonctionné à ses débuts mais dont la dynamique s'est effondrée avec l'arrivée d'une nouvelle équipe gouvernementale et la lassitude des membres du réseau qui s'ensuivit devant la lourdeur des tâches auxquelles ils étaient confrontés.

9Mais il est important de noter également le risque inverse, affectant des réseaux d'initiatives uniquement privées, spontanées : pour l'association des alumni (anciens élèves) de l'Université d'Addis-Abeba (AAAA), le manque d'engagement de la part des autorités gouvernementales rend difficile l'établissement d'une base enracinée localement au pays, avec pour conséquence une déficience dans la coordination et une faiblesse du groupe dont les actions se résument à des initiatives individuelles.

Le mode de construction des réseaux

10Deux modes de constitution s'opposent : des processus empiriques basés sur des affinités et des proximités et des processus systématiques, en général appuyés par le pays d'origine, construits sur une infrastructure informationnelle.

11Une DST peut donc résulter d'un mouvement spontané d'auto-organisation ou d'une réponse à un appel du gouvernement du pays d'origine. Cela va avoir des conséquences également sur le mode de construction du réseau. Dans le cas d'auto-organisation, la diaspora se mobilise le plus souvent de façon empirique, par le bouche à oreille, par des appels sur Internet à travers des newsgroups, ou par de simples liens de proximité qui s'élargissent dans le pays d'accueil au hasard des ramifications des implantations des expatriés. Dans d'autres cas, la création est plus systématique et procède d'une certaine organisation, avec utilisation de fichiers d'agences nationales (boursiers par exemple), prospection des listes des représentations diplomatiques, ou mobilisation des associations d'anciens étudiants (alumni) dont la minorité expatriée conserve un lien avec l'alma mater, très efficace pour les universités anglo-saxonnes.

12Lorsque le contact est indirect, c'est-à-dire lorsqu'il procède d'un travail de recensement systématique, la mobilisation est aussi moins effective car elle n'est pas appuyée sur des réseaux sociaux. Les expatriés ainsi contactés et qui ne s'enrôlent pas disent ne pas s'impliquer, non par désintérêt, mais par absence de raison concrète immédiate.

La motivation des membres des DST

13Des motivations variées, où les dimensions professionnelles et philanthropiques jouent un rôle significatif mais non exclusif.

14Les motivations des membres des DST sont très variées et témoignent du fait que leurs membres appartiennent à des catégories également diverses : chercheurs ou ingénieurs seniors ou juniors, post-doctorants, doctorants, étudiants pour des longs séjours ou pour des périodes courtes.

15Dans toutes les initiatives conduisant à la création de DST, il y a au départ une motivation personnelle qui peut relever de différents registres :

  • Professionnel, comme dans le cas des médecins expatriés qui continuent à exercer une pratique clinique en Inde afin d'être en contact avec des maladies spécifiques pour développer les vaccins adéquats. Tel est également le cas des organisations professionnelles de spécialistes d'origine indienne en science de l'information et de la communication et qui ont comme vocation première de fournir aux expatriés qui en sont membres un milieu de socialisation professionnelle aux États-Unis.

  • Économique et financière dans le cas des associations de professionnels indiens qui cherchent à entrer en contact avec des marchés locaux ou dans celui des réseaux de cadres chinois ou indiens qui travaillent pour une entreprise multinationale.

  • Philanthropique, notamment dans les domaines de l'éducation et de la santé. Les exemples des étudiants indiens effectuant un séjour de travail au village et celui des médecins qui pratiquent leur spécialité gratuitement dans les hôpitaux pour pauvres sont typiques à cet égard. Les associations regroupant un grand nombre de membres, à la fois volontaires et qualifiés, telle l'Association américaine des praticiens d'origine indienne (AAAPI) et ses 35 000 membres médecins et 10 000 étudiants, permettent l'envoi d'un flux continu de volontaires.

  • Politique, comme dans le cas des associations uruguayennes ou éthiopiennes.

16En fait, la motivation personnelle est le plus souvent le résultat d'un entrecroisement de facteurs multiples. Il n'y a pas de modèle unique explicatif de l'implication d'un individu dans un réseau de DST. Il semble qu'en général l'adhésion ne s'appuie pas de façon déterminante sur une démarche de type nationaliste – beaucoup de membres des réseaux manifestent une attitude très critique à l'égard de leur pays – mais plutôt, c'est le cas le plus fréquent, sur le souhait de travailler sur des projets directement utiles à des compatriotes ou intéressants professionnellement.

DES ACTIVITÉS ET DES PRODUITS TRÈS CARACTÉRISTIQUES

17Les activités essentielles des DST sont la co-construction d'un milieu scientifique, la collecte, gestion et mise en circulation d'informations sur les compétences des membres du réseau, la formation et l'animation scientifique, la contribution aux infrastructures S&T du pays d'origine.

18Les DST ont presque toujours une activité de service pour leurs membres, telle que l'aide à l'insertion dans le pays d'accueil, la diffusion d'informations utiles aux expatriés... Dans bien des cas, ce type d'activités est même celui qui prédomine. C'est ainsi que la plupart des DST ont des activités de création de liens entre les expatriés :

  • aide aux étudiants venant du pays d'origine,

  • établissement d'un réseau de communication et d'information via Internet entre les membres,

  • création de supports matériels de liaison et d'échanges de type lettre du réseau.

19Cela étant, et c'est ce qui définit les DST, existe également un objectif d'aide au pays d'origine, au titre de participation au développement S&T. Les activités correspondantes dépendent de l'objectif du réseau et des rapports établis avec le pays d'origine. On observe ainsi des activités telles que :

  • la création de forums de débats, notamment sur des questions de développement scientifique et technique dans le pays d'origine,

  • la constitution de bases de données des expatriés, incluant leurs domaines de spécialisation, les disciplines d'appartenance,

  • des activités visant au renforcement de l'infrastructure d'enseignement, de recherche, d'innovation du pays d'origine.

20À ces activités sont généralement associées des actions de soutien ou d'accompagnement comme :

  • la mobilisation de ressources pour des causes humanitaires et pour l'éducation des jeunes, expatriés ou restés dans le pays d'origine,

  • l'aide à l'intégration des nouveaux arrivants dans le pays d'accueil,

  • la formation de la seconde génération d'expatriés,

  • la représentation des expatriés vis-à-vis des autorités du pays d'accueil mais aussi du pays d'origine.

21Dans les DST ayant acquis une certaine importance, on observe également les activités suivantes :

  • l'envoi de matériel bibliographique et d'équipement technique au pays d'origine,

  • la mise en relation d'acteurs locaux dans les pays d'origine avec les sources d'information pertinentes,

  • l'échange d'information scientifique et de savoir-faire entre les pôles multiples de la diaspora,

  • l'association des partenaires restés au pays dans des projets mis en place dans le pays/région d'accueil.

22Ainsi, l'AAAA s'est mobilisée pour trouver des fonds pour soutenir les recherches éthiopiennes contre le sida, l'ASIS colombienne s'implique dans quatre domaines principaux : la santé, l'environnement, l'informatique et l'ingénierie, en rapport avec les besoins spécifiques ressentis dans des régions de Colombie.

23D'une manière générale, les DST constituent des acteurs particulièrement efficaces pour faire émerger au Nord des thèmes propres à l'agenda scientifique du Sud. Le scientifique expatrié qui s'intéresse à la coopération pour le développement, non seulement est sensible aux problèmes propres aux sociétés du Sud, mais aussi partage la culture et la langue des partenaires de la collaboration, ce qui facilite l'interaction avec la communauté locale.

24Les activités des DST peuvent en fait être classées en quatre grandes catégories.

  1. La co-construction d'un milieu scientifique intéressant le pays d'origine, par des actions telles que :

  • l'accueil d'étudiants, de chercheurs ou d'enseignants dans les pays hôtes et une aide à leur retour et réinsertion dans le pays d'origine (cas asiatiques : Taïwan, Corée, Chine) ;

  • la circulation des individus sur des thématiques précises, en stimulant aussi la vie scientifique par l'organisation de rencontres, en favorisant la circulation des informations et des équipements, et en aidant à la mobilisation de ressources pour des contrats conjoints. Les institutions scientifiques du pays d'origine peuvent alors s'appuyer sur l'existence de tels milieux coopératifs (par exemple, des membres du réseau colombien « Caldas » sont des experts qui ont participé à l'établissement d'un programme national en électronique et automatisation, mais aussi des réseaux DST latino-américains sur les sciences biomédicales et de l'environnement).

  1. La collecte, gestion et mise en circulation d'informations sur les compétences des membres du réseau, afin de permettre aux individus, institutions et entreprises de trouver les personnes qualifiées pour un projet donné (le réseau SANSA offre par exemple toute possibilité de prospection précise à distance sur des profils très pointus).

  2. La formation et l'animation scientifique : cela peut passer par un travail préalable d'établissement d'états de l'art, de manuels et de programmes d'enseignement, par des activités de formation dans le pays d'origine, de conseils aux institutions ou agences gouvernementales, aux entreprises ou aux ONG ; par une participation à l'animation ou à l'évaluation de projets ou programmes dans le pays d'origine (retours temporaires des professeurs chinois expatriés aux États-Unis, dans le cadre de programmes de circulation des compétences expatriées mis en place récemment par le gouvernement de Pékin).

  3. La contribution aux infrastructures S&T du pays d'origine, par exemple les équipements informatiques et de communications, les ressources documentaires et les bibliothèques, etc. (témoignent de ce type d'activités les envois de documentation effectués par de nombreux réseaux DST).

25Les DST ne sont évidemment pas seules à réaliser ces différents types d'activités. Mais le fait de disposer d'une connaissance de première main du milieu local, actualisée en permanence par le contact régulier, constitue une spécificité importante par rapport aux initiatives de coopération mises en œuvre par les administrations des pays d'accueil. Ces dernières ne connaissent pas toujours très finement les modalités de fonctionnement des communautés auxquelles sont destinées les politiques de coopération. Les DST apparaissent alors comme des vecteurs de transferts mieux ciblés.

26En conclusion, les observations concernant deux rôles importants des DST (acteurs de la prise en compte de l'agenda du Sud au Nord et vecteurs d'un transfert efficace de connaissances vers des communautés du pays/région d'origine) autorisent à concevoir les DST comme des leviers sur lesquels on peut s'appuyer pour renouveler la politique de coopération française. Une approche qui défie le cadre routinier, privilégiant une politique de « proximité », est désormais envisageable.

DES RELATIONS VARIABLES ET TOUJOURS COMPLEXES AVEC LE PAYS D'ORIGINE

27Les rapports avec le pays d'origine renvoient aux relations avec le gouvernement, mais également avec les multiples acteurs du secteur économique et ceux du milieu scientifique et technique. Ces rapports sont variables, mais ont toutes raisons d'être complexes.

Les relations avec les autorités gouvernementales

28La nature du rapport entretenu avec le gouvernement du pays d'origine est un paramètre important de la capacité d'investissement d'une DST dans le pays d'origine. Ce rapport peut être placé sous le signe de la domination de l'État, du conflit latent, mais aussi de la complémentarité.

29Le cas chinois constitue en ce sens un modèle intéressant car ses ressortissants ont réussi à mettre en place des structures relativement autonomes et qui bénéficient d'une reconnaissance forte – exprimée de façon matérielle et symbolique – de la part des autorités chinoises. Ces dernières, dans le but de mieux tirer profit du potentiel que leur offre la diaspora, ont tout à la fois fait évoluer le cadre légal (acceptation de la double nationalité et du double emploi), amélioré les conditions économiques au retour (salaires parfois très supérieurs à ceux de leurs équivalents chinois, primes, etc.) et établi un statut spécifique pour les expatriés désireux de collaborer avec le pays (postes honorifiques, prix nationaux, rémunération...).

30De leur côté, les organisations chinoises aux États-Unis s'appuient sur une logistique efficace à différents niveaux (administratif, informatique et éditorial) leur permettant une communication facile entre eux et un bon accès à l'information, deux points majeurs pour les dynamiques internes d'un collectif aussi important. L'autonomie d'un certain nombre de ces réseaux vis-à-vis du gouvernement chinois – quoique toujours difficile à apprécier – donne à ces organisations un certain pragmatisme, leur épargnant, par ailleurs, une trop grande dépendance par rapport aux aléas politiques internes.

31Globalement, les réseaux diasporas indiens, bien que relativement indépendants des autorités politiques également, n'ont pas connu jusqu'à présent la même réussite que leurs homologues chinois. Le gouvernement ne s'est pas attelé à la mise en place de structures et de dispositifs susceptibles de gérer les relations avec d'innombrables associations, réseaux et organisations d'expatriés, allant du secteur des affaires jusqu'à l'investissement philanthropique en passant par l'éducation et la santé. Le potentiel que recèle cette diaspora est dans ce sens immense : elle a une masse critique importante, ses membres possèdent des qualifications reconnues dans l'arène internationale, en particulier concernant les technologies de l'information et de la communication.

32Cependant, le gouvernement indien, en n'acceptant ni la double nationalité ni le double emploi et en n'ayant pas de politique explicite quant au statut de sa diaspora, réduit de fait la capacité d'investissement de ses ressortissants dans le pays. Certains instruments officiels encouragent les rapports avec la diaspora et d'autres, au contraire, les limitent car certaines organisations d'expatriés sont soupçonnées de proximité avec des activités illégales, notamment le blanchiment d'argent. Cette contradiction a été analysée par un comité spécial investiguant sur le rôle que pourrait jouer la diaspora indienne vis-à-vis de son pays d'origine (voir deuxième partie du rapport, sur CD-Rom, chapitre 9, B. Khadria).

Les relations avec le secteur économique

33Les expatriés ayant un pied dans chaque monde peuvent se révéler d'excellents ambassadeurs des intérêts nationaux et des interlocuteurs qualifiés des entrepreneurs des deux pays. C'est dans certains cas un aspect important du rôle des DST.

34Dans le cas du secteur privé, la dynamique de l'échange est soumise grosso modo au mouvement de globalisation et au mode de fonctionnement des marchés internationaux dans lesquels s'inscrivent ces acteurs. Par exemple, les cas asiatiques permettent de voir comment les entreprises jouent la carte de la délocalisation de leurs sites de production, les transférant des pays développés aux nouvelles villes des pays émergents (notamment dans les secteurs de la haute technologie, des biotechnologies, de l'informatique, etc.). Cette évolution du marché international peut être mise à profit dans une logique de coopération via la diaspora, où celle-ci se positionne comme médiateur entre le secteur privé du pays d'accueil et les partenaires potentiels dans le pays d'origine.

Les relations avec le milieu scientifique et technique

35Un positionnement délicat par rapport aux personnels S&T locaux qui peuvent se trouver déstabilisés par l'action des DST.

36Un problème majeur, mentionné par les expatriés de la diaspora africaine vis-à-vis de leurs collègues restés au pays d'origine, réside dans la difficulté à construire un partenariat fiable, tant le maillage des réseaux est serré, ce qui peut empêcher les initiatives en dehors du relationnel préexistant, l'arrivée de nouveaux partenaires étant en effet susceptible de remettre en cause des situations et des traditions établies. Ce poids des relations préexistantes a été également évoqué dans les cas colombien et éthiopien.

37Ce « maillage serré » qui protège les intérêts, voire les clientélismes, peut donc réellement faire obstacle aux relations avec la diaspora. alors que la reconnaissance de la DST et son inscription dans le tissu des institutions locales sont des éléments nécessaires à son action.

38Mais la reconnaissance officielle du rôle des expatriés ne résout pas nécessairement les problèmes, comme en témoigne le cas de la Chine, qui surpaie les chercheurs expatriés voulant venir comme visiteurs scientifiques au pays, ou qui les fait nommer à la tête des plus importantes institutions scientifiques, ce qui rend difficile les rapports entre la population scientifique locale et les expatriés (voir deuxième partie du rapport, sur CD-Rom, chapitre 10, Y. Guo).

39L'expatrié possède un statut extraterritorial qui le préserve de toute dépendance à l'égard des pouvoirs locaux. Cette extériorité est paradoxalement dangereuse si elle donne à penser à l'expert qu'il peut se dispenser de toute négociation pour traduire son apport dans les faits.

LES MODES D'ORGANISATION, DE COMMUNICATION ET DE FONCTIONNEMENT

Les relations à l'intérieur du réseau

40Certaines DST arrivent à mettre en œuvre un dispositif diversifié de communication et de relations entre membres, avec le pays d'origine et d'accueil ; d'autres, malgré la mobilisation de moyens informatiques de qualité, ont un registre plus limité.

41Les modalités de la communication entre les membres caractérisent les expériences des DST et conditionnent les rapports entre les membres, ainsi qu'avec les pays d'accueil et d'origine.

42Pour certaines DST, le cœur du dispositif est constitué par le fichier électronique des membres. Tel est le cas sud-africain où l'on a constaté l'existence d'un puissant arsenal informatique, n'entraînant cependant qu'une faible vie sociale aussi bien par rapport au pays d'accueil que vis-à-vis de celui d'origine.

43Certaines associations indiennes et chinoises, au contraire, ont bâti des structures où l'information circule bien, y compris vers le pays d'origine et vers celui d'accueil. Elles mobilisent non seulement des moyens informatiques mais aussi des vecteurs tels que magazines, télévisions, radios, et mettent en œuvre des manifestations sociales (fêtes, réunions, cérémonies, etc.), ayant une efficacité symbolique très importante lorsqu'il s'agit de communiquer et d'établir des liens aussi bien avec les communautés locales d'accueil.

44D'une façon générale, les relations entre expatriés et nationaux ne sont pas simples (voir section antérieure). Pour œuvrer ensemble au développement, les deux parties doivent être associées aux initiatives, aux choix et aux processus de prise de décision. La mise en correspondance de ce que peut offrir la diaspora avec les besoins dans le pays d'origine réclame un espace où cet échange, la sélection des priorités et l'affectation des ressources puissent s'effectuer. Certains réseaux ont créé ce type d'échanges – certes de façon ponctuelle – par exemple dans des assemblées générales de représentants locaux du réseau réunis dans la capitale du pays d'origine. Mais si l'exercice de représentation et d'échange n'est pas régulier, il ne débouche pas sur des décisions qui engagent les acteurs.

La mise en œuvre des technologies de l'information et de communication

45Les DST utilisent très largement Internet, y compris celles de pays les moins avancés au plan des infrastructures de télécommunication. Leur usage d'Internet reste cependant classique (affichage sur site web et courrier électronique). Depuis deux ans, des possibilités techniques nouvelles rendent de plus en plus faciles des travaux collectifs à distance, où le facteur technique est moins limitant que les dispositifs organisationnels et politiques pour tirer parti des opportunités offertes.

46Les réseaux d'expatriés très qualifiés sont les enfants d'Internet. Ils se sont créés bien souvent en utilisant directement la toile ou le courrier électronique pour rechercher, contacter et recruter des adhérents potentiels de par le monde. Rares sont aujourd'hui les réseaux DST qui n'y ont pas recours de façon régulière dans leurs activités.

47Les sites web des réseaux DST examinés exercent deux des rôles clés de l'organisation diasporique en soutenant :

  • le processus d'auto-organisation (présentation du réseau et information des membres ou partenaires, décisions et actions communes),

  • le partage des savoirs et la mise en commun des informations et expériences (documentation, enseignement, publication, navigation).

48Auparavant, les liens qu'entretenait un expatrié au gré de ses retours épisodiques étaient sporadiques et limités en dépit de leur utilité. Aujourd'hui, les actions gagnent beaucoup en synchronisation et en réactivité. De fait, les DST font un usage intensif des TIC (technologies de l'information et de la communication). Les pays où l'infrastructure Internet est faible peuvent avoir des réseaux diaspora actifs sur le Web. Cela s'explique par le fait que la capacité informatique est partiellement délocalisable au sens où un ordinateur dans un pays du Sud a accès, à travers Internet, à tout un réseau de ressources techniques ou sociales situées au Nord. Les listes électroniques de bon nombre de réseaux DST sont gérées à l'extérieur du pays sur des serveurs des organisations auxquelles appartiennent des membres expatriés.

49Le type d'usage que les réseaux DST font de leurs moyens d'information et de communication est cependant classique. Les sites web se bornent pour l'essentiel à faire de la simple diffusion d'information. Si bon nombre de réseaux exposent leurs objectifs et affichent leurs activités, peu actualisent régulièrement cette information, offrent une aide en ligne ou un moteur de recherche interne. Très récemment encore, l'essentiel de l'usage collectif s'organisait autour du gestionnaire de messages. On peut donc établir te constat que les réseaux DST sous-utilisent les capacités offertes par les TIC. Cela est moins dû à l'absence de compétences (ils disposent bien souvent d'informaticiens en leur sein) qu'à des problèmes d'organisation de ces réseaux.

50Cependant, depuis deux ans, une évolution d'Internet comme support de pratiques collectives se développe et de nouvelles fonctionnalités sont en émergence. C'est ainsi que se répand la notion d'« édition partagée », utilisant de tels espaces de pratique collective. Le changement à l'œuvre consiste à rendre visibles les traces de l'activité d'un groupe. On se dirige vers l'instauration d'un « chantier » en ligne : échange et construction de connaissances communes, mémorisation des échanges. Les espaces se connectent entre eux. Ajoutons que l'amélioration des outils de traduction facilite le multiculturalisme. Cette évolution technologique est propice aux activités de diasporas qui sauraient exploiter ces avantages. Pour des DST, le travail intellectuel à distance sera facilité.

51Cependant, l'interconnexion ne constitue pas en soi une garantie de lien solide, durable et productif. Une médiation humaine de qualité est indispensable. Les DST qui ont fait preuve d'une bonne communication électronique, et d'où des dynamiques ont émergé, avaient des modérateurs et/ou coordinateurs actifs.

Les relations entre réseaux : le modèle de la fédération

52Le modèle de la fédération d'organisations locales, observé dans plusieurs cas, améliore la capacité de négociation avec le pays d'origine et d'accueil. L'émergence actuelle des fédérations d'organisations de migrants offre aux DST la possibilité de s'associer à d'autres pour le développement de projets.

53La montée en puissance des associations de migrants – HTA (Home Town Associations) d'origine latino-américaine aux États-Unis et OSIM (Organisations de solidarité issues de migrations) africaines et asiatiques en France – s'explique entre autres par leur regroupement en structures fédératives. Cette modalité organisationnelle en fédération représente en effet un atout incontestable pour les diasporas car elle permet de gérer une masse critique relativement importante d'expatriés et une pluralité de spécialisations professionnelles et de registres d'investissement.

54Ces fédérations ont pour vocation de doter les associations de capacités d'action pour mener des projets de développement dans les pays d'origine. Voici les objectifs de ce regroupement :

  • la mutualisation des compétences et le partage de ressources techniques,

  • le développement de la formation des membres et la professionnalisation de leurs actions,

  • la capacité de négociation avec les institutions d'État (pays d'origine et d'accueil) et l'accès au financement de projets et à des fonds de coopération.

55Les fédérations, disposant de plus de ressources, d'infrastructure, de relations sociales, peuvent parfois embaucher du personnel administratif, permettant aux membres des associations de se concentrer sur les activités de coopération et de développement du pays d'origine et sur la création des liens entre ce dernier et le pays d'accueil.

56Or, les DST actuelles sont généralement de petites structures (en nombre de membres et en ressources) qui comptent principalement sur la disponibilité de chaque membre. Ces derniers consacrent le temps résiduel (hors temps de travail et hors temps familial) aux différentes tâches concernant tant le fonctionnement de l'organisation que les rapports avec les divers acteurs du pays d'accueil et du pays d'origine. Cela est à l'évidence un facteur de fragilité et attire l'attention sur la nécessité d'une professionnalisation, dépassant le simple volontariat, ce qu'une intégration de type fédératif peut permettre.

L'espace de référence : national ou régional

57L'ALAS (Association latino-américaine de scientifiques) et le programme MIDA (Migration pour le développement international en Afrique) sont des exemples de DST ou de fédérations de DST constituées sur une base régionale. Cette forme d'organisation est particulièrement pertinente pour les petits pays.

58La régionalisation des DST a souvent un sens profond pour les membres car, comme ils l'expriment eux-mêmes, hors de chez eux, ils se sentent moins des ressortissants d'un pays particulier qu'africain ou latino-américain, par exemple. La référence nationale spécifique disparaît au profit – en France – d'un panafricanisme, par exemple.

59La question devient alors celle des interlocuteurs et des soutiens institutionnels possibles. On constate, en effet, que les DST d'ampleur régionale ne sont pas créées et soutenues par des pays mais par des organisations internationales : l'ALAS (Association latino-américaine de scientifiques) par l'Unesco ou actuellement, pour l'Afrique, le programme MIDA (Migration pour le développement international en Afrique) par l'OIM. Ces programmes procèdent au recensement/contact de compétences régionales/continentales expatriées qui sont ensuite mises à la disposition de chacun des Etats de la région concernée (à travers une base de données). C'est une approche judicieuse car elle permet de répondre à des besoins très spécifiques en couvrant un éventail de compétences plus large que s'il était restreint à un vivier national.

60Dans le cas de petits pays dont la population expatriée mobilisable est réduite, l'avantage est évident : cette approche programmatique leur fournit une masse critique qu'ils ne seraient jamais en mesure d'atteindre par eux-mêmes. Mais, souvent, les États sont alors impliqués de façon moindre, car ils se sentent moins directement concernés. Leur soutien aux activités des DST régionales est fragile et requiert un investissement continuel de la part des organisations internationales en question.

LES DST, UNE FORME ORGANISATIONNELLE VIVANTE, NON STABILISÉE ET PROBABLEMENT EN DEVENIR

61À l'issue de cet examen, on constate qu'il n'y a pas un modèle de DST qui se dégage : sur chaque critère, on trouve des DST d'un bout à l'autre du spectre des possibles.

62Nous avons examiné le cas d'un certain nombre de DST selon les critères de caractérisation que sont l'origine du réseau DST et la motivation de ses membres, ses activités et produits, ses relations avec le pays d'origine, son organisation et son fonctionnement.

  • 2 Collectif auto-organisé de chercheurs et ingénieurs expatriés œuvrant au développement du pays ou d (...)

63Si nous avons identifié un certain nombre de réseaux actifs correspondant à la définition2 que nous en donnons, nous n'avons pu identifier une forme canonique de DST. Nous avons également vu que plusieurs DST observées avaient émergé récemment ou avaient changé de forme.

64Le diagnostic qu'il est possible d'en établir nous conduit à désigner la DST comme une forme organisationnelle vivante, non stabilisée, insuffisamment connue et probablement en devenir.

65Ce diagnostic implique qu'une politique de soutien aux DST ne peut s'envisager comme simple extension de procédures d'appui classiques, étant donné le caractère complexe, multiforme et évolutif des DST.

66Nous allons compléter le dossier préalable à l'examen de l'hypothèse de la pertinence d'une politique de soutien aux DST avec des éléments permettant d'apprécier la dynamique actuelle des DST, celle des politiques des pays de départ et des pays d'accueil. Tel est l'objet de la troisième partie de cette synthèse.

Notes

1 Un réseau d'expatriés peut résulter d'une initiative gouvernementale et répondre au critère d'auto-organisation, nécessaire pour pouvoir parler de DST (voir cette définition dans le paragraphe d'introduction). On doit en effet distinguer l'événement ayant conduit à sa fondation et « l'objet » que constitue le réseau.

2 Collectif auto-organisé de chercheurs et ingénieurs expatriés œuvrant au développement du pays ou de la région d'origine, en priorité dans les domaines scientifiques, techniques et de l'enseignement supérieur.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.