Version classiqueVersion mobile

Diasporas scientifiques

 | 
Rémi Barré
, 
Valeria Hernández
, 
Jean-Baptiste Meyer
, 
et al.

Version française

Introduction

Texte intégral

1Cette expertise collégiale sur les « diasporas scientifiques » a été entreprise suite à une sollicitation de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) par le ministère français des Affaires étrangères (MAE), qui portait sur la question suivante :

2Comment les pays en développement (PED) peuvent-ils tirer parti de leurs chercheurs et ingénieurs expatriés, pour leur développement ?

3Les termes de la question ont été discutés et précisés conjointement par le MAE, l'IRD et d'autres parties intéressées lors d'un atelier initial tenu en février 2001. Tout au long de ces préparatifs et de l'expertise, la question a rencontré un écho auprès de plusieurs organisations qui ont décidé de s'associer aux orientations et au suivi de l'exercice, en participant au comité de pilotage (voir liste en annexe 3).

4D'emblée, la question posée a été associée d'un commun accord à l'idée de « diaspora scientifique et technique » (DST). En effet, cette forme d'auto-organisation des expatriés, des ressortissants des pays du Sud, œuvrant pour le développement scientifique et technique de leur pays d'origine est apparue comme centrale pour la problématique considérée.

5C'est ainsi que les parties prenantes à l'expertise collégiale ont considéré qu'il fallait discuter l'hypothèse d'une politique de soutien aux DST et que c'était la manière la plus appropriée pour aborder la question posée, tant pour des raisons théoriques que pratiques.

6Le collège d'experts s'est donc interrogé à La fois sur la définition, la réalité, l'ampleur et les formes des DST, sur les facteurs qui en affectent les dynamiques et sur les conditions de pertinence d'un soutien public à leur action tant au niveau des PED qu'à celui des pays d'accueil. Il a cherché à mettre en perspective « l'option diaspora » comme axe de politique publique.

7Pour mener à bien sa mission, compte tenu des lacunes de l'information disponible (voir ci-après le paragraphe « Limites de validité »), le panel a réalisé une série de travaux, soit sous forme d'études de cas de DST des pays du Sud, soit sous forme d'analyses transversales spécifiques (par exemple, de type statistique ou encore sur l'usage des technologies de l'information).

8À partir de ce matériau, en partie original, le collège a élaboré un rapport de synthèse afin d'éclairer la question posée.

9Dans cette synthèse, on s'intéresse dans une première section à la mesure de l'expatriation, en termes de nombre de migrants hautement qualifiés, phénomène que l'on situe dans le cadre de la circulation internationale des compétences et dans celui des tendances de la coopération scientifique et technique (S&T), ce qui amène à poser les DST comme forme organisationnelle centrale pour notre problématique. On analyse ensuite dans une deuxième section des expériences réelles de DST pour mettre en évidence tes formes que ces regroupements adoptent ainsi que leurs effets sur les activités des DST et les relations qu'elles établissent avec te pays de départ et celui d'accueil. On aborde dans une troisième section la question des instruments qui offrent des perspectives pour tirer parti du potentiel des expatriés dans le cadre des DST. Enfin, après un exposé de l'option « diaspora », on établit une série de recommandations.

10Cette synthèse (première partie du rapport) est suivie des chapitres analytiques signés par les experts (deuxième partie du rapport présenté sur CD-Rom) puis des données et des annexes (matériaux divers et informations utiles, documentations, bibliographies, listes des réseaux, liens et sites Internet, etc.) qui ont alimenté le travail du collège.

  • * Pays de la ZSP : Liban, Territoires autonomes palestiniens, Yemen, Algérie, Maroc, Tunisie, Afriqu (...)

11Ce rapport est particulièrement destiné aux pouvoirs publics nationaux ou provinciaux, aux organisations internationales et intergouvernementales, aux associations et réseaux de la société civile. Une attention particulière est prêtée au cas de la France et de la zone de solidarité prioritaire (ZSP)*, constituée des pays avec lesquels la France entretient une relation de coopération plus soutenue, principalement en Afrique.

DÉFINITIONS

12La question soulevée dans ce rapport n'est pas simple et, en elle-même, la question des diasporas fait d'ailleurs l'objet de controverses entre experts, qui seront évoquées dans le point 1, section « Des tentatives diverses de politique... ». Il est donc particulièrement important de définir d'emblée les notions qui seront utilisées tout au long de cette synthèse.

13Afin de circonscrire l'objet de l'expertise et pour marquer ses limites, le collège s'est accordé sur une série de définitions :

  • Expatriés : ensemble de personnes ayant ou non des liens entre elles, qui vivent définitivement ou temporairement (mais durablement, plusieurs années) hors de leur pays d'origine.
  • Diasporas : collectifs auto-organisés d'expatriés.
  • Diasporas scientifiques et techniques (DST) : ensemble des collectifs auto-organisés de chercheurs et ingénieurs expatriés œuvrant au développement de leur pays ou de leur région d'origine, en priorité dans les domaines scientifiques, techniques et de l'enseignement supérieur. Les expressions « diasporas du savoir », « diasporas intellectuelles » ou « diasporas hautement qualifiées » sont utilisées de façon synonyme.
  • Réseaux diasporas : collectifs auto-organisés composés essentiellement d'expatriés et identifiés en tant que tels, avec une dénomination, et disposant d'une structure organisationnelle. Ces réseaux diasporas peuvent comprendre également des personnes qui ne sont pas des expatriés. Ces réseaux peuvent se préoccuper de développements commerciaux ou autres, qui vont au-delà des activités auxquelles s'intéresse directement cette expertise.
  • Politique de soutien aux DST ou option diaspora : forme d'intervention publique pour le développement et passant par la mobilisation de DST ; elle se distingue d'autres options de politique migratoire ou de politique de coopération.

LIMITES DE VALIDITÉ

14Une expertise collégiale est en principe un état de l'art des connaissances académiques disponibles, mises en forme à un moment donné, pour éclairer les processus décisionnels. Dans le cas présent, il s'avère que le corpus de connaissances sur le sujet est très lacunaire et que la littérature publiée et certifiée est insuffisante pour répondre directement aux questions posées. À cela s'ajoute le fait que l'information quantitative sur les populations expatriées est difficile à comparer d'un système statistique à l'autre, ce qui rend la base empirique notoirement limitée. L'état des connaissances et de la documentation est donc insuffisant sur bien des aspects traités.

15Le collège d'experts a pallié partiellement ces difficultés en réalisant directement des observations et en effectuant des analyses spécifiques pour l'expertise, complétant ainsi la base de connaissances existantes. Ainsi, la recherche systématique de réseaux diasporas à travers la toile a permis de repérer près de 200 réseaux dont une partie (79 d'entre eux) a livré une information substantielle permettant des analyses dont fait état l'expertise. L'information fait particulièrement défaut quant aux résultats et aux effets de l'action des DST. Cet état de fait tient, en partie, au caractère récent du phénomène et à l'absence de mécanisme d'évaluation. Ces limites de l'expertise font l'objet d'un paragraphe spécifique au niveau des recommandations.

REMERCIEMENTS

16Le collège d'experts remercient Gérard Moreau et Pierre Tripier de leur lecture attentive du rapport préliminaire et des remarques constructives qui ont enrichi sa réflexion.

Notes

* Pays de la ZSP : Liban, Territoires autonomes palestiniens, Yemen, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique du Sud, Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, République Centrafricaine, Comores, Congo, Côte d'Ivoire, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Ghana, Gambie, Guinée, Guinée-Bissao, Guinée-Equatoriale, Kenya, Liberia, Madagascar, île Maurice, Mali, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, R. D. du Congo, Rwanda, Sâo-Tomé et Principe, Seychelles, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Tanzanie, Tchad, Togo, Zimbabwe, Cambodge, Laos, Vietnam, Cuba, Haïti, République Dominicaine, Surinam, Vanuatu.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search