Version classiqueVersion mobile

Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?

 | 
Mohamed Berriane
, 
Geneviève Michon

Partie 1. Terroirs au Maroc : entre histoire et innovation

Chapitre 6. Des terroirs apicoles aux territoires mellifères ?

Reconfiguration des pratiques et des espaces apicoles du Sud marocain

Antonin Adam, Geneviève Michon, Mohamed Alifriqui, Lahoucine Amzil et Romain Simenel

Texte intégral

Introduction

1Au Maroc, comme sur tout le pourtour méditerranéen, l’apiculture est pratiquée depuis des siècles en complément des activités agricoles. Les miels marocains sont à la fois d’une grande diversité et d’une grande spécificité, à l’image des différentes flores mellifères du pays. Parmi les plus renommés, on peut citer le miel de thym, produit sur les hauteurs de l’Atlas, et le miel d’euphorbes issu des steppes du sud, tous deux à fort pouvoir médicinal, le miel d’oranger, plus doux, produit en abondance dans les vergers du Souss, le miel de chardon, produit dans les champs une fois les récoltes passées, le miel de caroubier, le miel d’arganier, le miel de thuya, etc.

  • 1 Entre 500 et 1 000 Dh contre 15 à 50 Dh.
  • 2 Extracteur principalement, mais aussi futs, cadres, cires gaufrées, etc.
  • 3 Mobile à deux titres : ses rayons sont fixés dans des cadres mobiles permettant plus d’interaction (...)

2L’apiculture marocaine contemporaine se caractérise par la coexistence, dans un équilibre dynamique, de deux grands modèles apicoles. Le premier, souvent qualifié de « traditionnel », s’inscrit dans le cadre de l’agriculture vivrière et est, de ce fait, intégré aux calendriers agricoles. Il repose sur l’emploi de ruches à cadres fixes et de ruchers peu mobiles, et est marqué par des particularités locales fortes aussi bien au niveau des types de ruches que des savoirs et des manières d’élever les abeilles. Du nord au sud du pays, la diversité des pratiques et des matériaux intervenant dans la production apicole suit en effet celle des espaces socio-ethniques et des contextes bioclimatiques (Adam, 2012). Au-delà de la production de miel, cette apiculture villageoise jouit d’une valeur religieuse et symbolique. Le second modèle est qualifié de « moderne », la modernisation consistant principalement en l’adoption d’un modèle de ruche « universel » : la ruche carrée, Langstroth ou Dadant. Le coût relativement élevé1 de cette ruche ainsi que les investissements liés à l’achat des outils qui l’accompagnent2 demandent à l’apiculteur de maximiser son chiffre d’affaires. Il s’agit donc d’une apiculture à visée professionnelle et à orientation productive et marchande. Le format carré de la ruche et la fixation des cires dans des cadres en bois facilitent le déplacement des colonies : la transhumance, qui permet de bouger plusieurs fois dans l’année les ruches sur différentes végétations mellifères, et ainsi d’augmenter le nombre des récoltes, se généralise. Développée en Europe et aux États-Unis, cette apiculture mobile3 a été introduite sur le sol marocain par les colons lors du Protectorat. Particulièrement présent en plaine, ce modèle est resté dans un premier temps confiné dans ces espaces avant de se déployer sur tout le pays. Les pratiques de cette apiculture moderne sont standardisées, elles ne font plus référence à des cultures ou à des manières de faire localisées. Elles sont aussi désormais déconnectées des pratiques agricoles.

  • 4 Les politiques du pilier II, tout en voulant soutenir le développement solidaire de la petite agri (...)

3Le miel fait aujourd’hui partie des « produits de terroir » que les politiques du pilier II du Plan Maroc Vert cherchent à promouvoir, protéger et valoriser4. Cette nouvelle orientation invite à réfléchir sur les relations entre miels et terroirs : peut-on définir un miel par son origine géographique ? En d’autres termes, quels sont les terroirs du (des) miel(s) ? S’ils existent, sont-ils définis par des spécificités plutôt floristiques (donc aussi climatiques et géomorphologiques) ou culturelles, c’est-à-dire liées aux pratiques de production ? À quelle échelle peut-on les définir ? Qu’induit la modernisation des pratiques des apiculteurs sur les terroirs apicoles traditionnels ?

4Nous nous baserons pour cette analyse sur la définition du terroir proposée par l’Inra et l’Inao, en analysant comment chacun de ses termes se décline (ou non) pour le miel : « Un terroir est un espace géographique délimité défini à partir d’une communauté humaine qui construit au cours de son histoire un ensemble de traits culturels distinctifs, de savoirs et de pratiques fondés sur un système d’interactions entre le milieu naturel et les facteurs humains. Les savoir-faire mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et permettent une reconnaissance pour les produits ou services originaires de cet espace et donc pour les hommes qui y vivent. Les terroirs sont des espaces vivants et innovants qui ne peuvent être assimilés à la seule tradition. » (Flutet et al., 2007).

5Dans une première partie, nous proposons de voir, dans le cadre de l’apiculture « traditionnelle » et à partir de l’analyse de la manière dont ruches et ruchers s’inscrivent dans les espaces agricoles et pastoraux, si la notion de « terroir apicole » fait sens. L’échelle abordée est ici celle du territoire villageois. Puis, en changeant d’échelle et en examinant les particularités régionales de l’apiculture (types de ruches, de végétations, de miels), nous nous demanderons si la notion de « territoire apicole » est pertinente pour distinguer et qualifier les grands types d’apiculture au Maroc. Enfin, à partir de l’analyse des transhumances modernes, nous discuterons de l’émergence, à l’échelle du pays, de « territoires mellifères », définis non plus par des pratiques ou des types de ruches spécifiques, mais par des types de miels.

Le « terroir apicole », une notion qui fait sens ?

6L’apiculture traditionnelle est indissociable de l’agriculture villageoise : elle s’inscrit dans ses espaces, dans ses végétations, dans ses pratiques et dans ses rythmes. Essayer de définir ce qu’est un « terroir apicole » implique donc de comprendre comment les parcours mellifères prennent place au sein des territoires villageois et comment ils sont coproduits à travers les conditions naturelles (géomorphologie, climat, flore) et l’aménagement agro-sylvopastoral. Cela nécessite aussi d’interroger les spécificités des ruches, de déchiffrer les gestes de conduite des colonies et les pratiques de territorialisation des ruchers au fil des saisons, qui conditionnent les itinéraires des abeilles et la production de miel.

7Nous prendrons pour cela trois exemples : la vallée d’Imi Ougouni dans le pays Aït Ba’amrane, (sud-ouest de l’Anti-Atlas), la vallée située en aval du grand rucher collectif d’Inzerki, dans le pays des Ida Outanane (Haut Atlas occidental) et, enfin, l’oasis de Skoura, au sud du Haut Atlas central (fig. 1).

La vallée d’Imi Ougouni

8Proche de la bordure nord du Sahara, le pays Aït Ba’amrane est connu pour la qualité et la variété de ses miels : d’arganier, de jujubier, de chardon ou de thym, ainsi que plusieurs miels d’euphorbes (Simenel, 2011). Grâce à l’influence océanique qui vient tempérer le caractère semi-aride des précipitations, la flore y est en effet riche et variée, avec des espèces d’origine méditerranéenne, macaronésienne et saharienne. La présence d’importants peuplements forestiers d’arganiers (Argania spinosa L., espèce endémique du Maroc), les plus méridionaux du pays, constitue une originalité botanique notable. Aux confins du Sahara, cette forêt endémique a permis le développement d’un couvert floristique mellifère diversifié. Comme ailleurs, elle a aussi été transformée, façonnée et aménagée par les populations d’agropasteurs. On y trouve toute une variété de champs, de jardins et de parcours ; les plantes messicoles, les cultures arborées et horticoles viennent enrichir les flores mellifères sauvages.

Figure 1. Localisation des trois terrains.

9La vallée d’Imi Ougouni est une large vallée à fond plat, où l’on trouve les champs de céréales (igran) parsemés de gros arganiers, conservés pour la production de fruits, et les villages, généralement entourés par des zones de culture de figuiers de Barbarie (Opuntia ficus indica L. Mill.). Les pentes, couvertes d’arganiers, sont réservées aux parcours pour les troupeaux de chèvres et de moutons. La densité des arganiers y permet le développement d’un sous-bois particulier, riche en euphorbes (euphorbe cactoïde : Euphorbia officinarum subs. Echinus Hook. f. & Coss., euphorbe du roi Juba : Euphorbia regis jubae Webb et Bert) et en séneçons buissonnants (Senecio anteuphorbium Swizzle Sticks). Entre les champs et la forêt s’étendent parfois des jardins fermés (ourti*), dédiés aux cultures arborées. Le territoire comprend aussi des falaises et des chutes d’eau temporaires, importants réservoirs d’essaims sauvages. Au pied des falaises se nichent quelques petites oasis aménagées en jardins irrigués, où sont cultivés des arbres fruitiers.

10Les apiculteurs mettent à profit les complémentarités de ces différents habitats, sauvages et aménagés pour l’agriculture ou le pastoralisme, ainsi que leur foisonnement de pollens et de nectars, en choisissant, selon les saisons, les années et en fonction de leurs stratégies apicoles, l’endroit où ils installeront leurs ruches. Ces ruches sont regroupées dans des sortes d’enclos (qui constituent ce que nous appellerons le rucher, taddart ou tagrourt*).

11La limite entre champs et parcours constitue un emplacement privilégié pour ces ruchers. C’est en effet entre les végétations adventices des cultures, l’arganier et le sous-bois des parcours que les abeilles vont aller récolter l’essentiel de leurs substances (photo 1, hors-texte). En plaçant les ruchers dans ces espaces intermédiaires, et en comptant sur les capacités de déplacement des ouvrières, l’apiculteur permet à ses abeilles de bénéficier de l’ensemble des floraisons du territoire pendant une grande partie de l’année (tabl. 1) : de décembre à mars, les euphorbes balsamiques sont en fleurs, et leur nectar donne un miel réputé pour ses vertus digestives ; de mars à mai, les abeilles oscillent entre les floraisons des premières adventices des cultures (liserons, asphodèles) et celles des arganiers ; de mai à juin, une deuxième vague d’adventices envahit les champs, comme le chardon ou le jujubier, dont les fleurs, abondamment mellifères sont à l’origine de miels particulièrement réputés. Enfin, l’euphorbe cactoïde fleurit entre la fin du mois de juillet et le mois de novembre, et produit l’un des miels les plus prisés du Maroc pour ses vertus thérapeutiques.

12D’autres espaces agraires constituent des lieux complémentaires pour l’emplacement des ruchers : les jardins de figuiers de Barbarie, véritables barrières épineuses, permettent de protéger les ruches et servent aussi d’espace de multiplication des essaims (il est facile de localiser et de capturer un essaim qui, s’échappant d’une ruche proche de l’habitation, va chercher refuge dans les arbres les plus proches) ; les ourti offrent les floraisons des arbres fruitiers ; les petites oasis, quant à elles, constituent des zones où l’eau est disponible toute l’année : en période de sécheresse prolongée, les apiculteurs peuvent y réfugier leurs abeilles, afin qu’elles y puisent l’eau dont elles ont besoin pour survivre.

13La conduite du rucher repose donc en partie sur l’intégration de l’apiculture aux différents types d’espaces agraires (Simenel et al., 2015). Elle est indissociable de l’aménagement du territoire agro-sylvopastoral. Elle repose aussi sur la complémentarité entre milieux naturels et espaces agricoles aménagés. Les apiculteurs mettent en effet à profit cette complémentarité pour assurer, au long de l’année et d’une année à l’autre, l’équilibre démographique de leurs ruches. Au printemps, l’apiculteur va chercher dans les falaises (habitat naturel des abeilles sahariennes) des essaims sauvages qui serviront à peupler ses ruches (photo 2, hors-texte).

  • 5 Les villageois interrogés rapportent que la pollinisation des arganiers par les abeilles multiplie (...)
  • 6 Il décidera ainsi de positionner ses ruches plutôt dans un ourti s’il cherche à produire du miel, (...)

14Les floraisons dessinent ainsi un « terroir mellifère » totalement imbriqué dans le terroir agro-sylvopastoral. Chaque unité spatiale de ce dernier est en effet le support d’une activité apicole : production de miel, bien sûr, mais aussi capture des essaims sauvages, acclimatation des ruches, reproduction des essaims, sauvegarde des colonies pendant les périodes difficiles. Les pratiques de l’apiculteur s’intègrent dans ce terroir mellifère, venant « culturaliser » ce qu’offre la nature : l’emplacement du rucher est choisi selon que l’apiculteur privilégie la production de miel, la pollinisation des arganiers5 et des fruitiers ou la récolte des essaims, mais il est aussi pensé en fonction de l’accès des abeilles aux matières apicoles, de l’ensoleillement ou de l’exposition aux vents. L’apiculteur peut choisir de déplacer ses ruches d’un endroit à l’autre, pour profiter des différentes floraisons, en fonction des précipitations, ou selon ses stratégies de production6. Il peut aussi choisir de se diversifier par la construction de plusieurs ruchers répartis dans les différentes unités du territoire, selon ses besoins et/ou ceux de ses abeilles.

  • 7 Par exemple, le petit asphodèle dont le nectar stimule la ponte de la reine, l’exsudat des feuille (...)

15Dans cette tentative de définition du terroir apicole à partir d’une combinaison entre spécificités naturelles et culturelles, nous mentionnerons aussi trois autres facteurs. Le premier concerne la spécificité des ruches. La ruche de la vallée d’Imi Ougouni est une ruche cylindrique (ssilt), constituée d’un clayonnage de roseaux fendus et en forme de tube, enduite d’un mélange de terre et d’excréments de vaches et fermée par des raquettes de figuiers de Barbarie (photo 3, hors-texte). Elle se retrouve dans tout le pays Aït Ba’amrane mais aussi, plus largement, dans tout le Sud-Ouest marocain. Le deuxième facteur concerne l’abeille, elle aussi spécifique de cette région (Haccour, 1961). Il s’agit de l’abeille jaune dite « saharienne » (Apis mellifera sahariensis), qui a évolué avec le complexe floristique local et s’est adaptée au climat de ces régions semi-arides : elle peut butiner l’été sous 45 °C à l’ombre, ses colonies, très économes en miel, peuvent résister à des périodes prolongées de sécheresse, et sa grande capacité d’essaimage lui permet de coloniser les végétations lorsque les conditions sont favorables. Enfin, les savoirs sur l’abeille ont eux-aussi co-évolué avec la végétation et l’écologie de cet écosystème très anthropisé de l’arganeraie. Parmi ces savoirs, on notera l’importance des connaissances sur les relations entre les matières végétales récoltées par les abeilles et la dynamique de la colonie (hygiène de la ruche et essaimage). Les apiculteurs utilisent ces connaissances lors du désherbage, en épargnant certaines espèces de fleurs dont les effets sont recherchés (Simenel et al., 2015)7.

16Tous ces éléments nous permettent de dire qu’ici, le concept de « terroir apicole » fait sens. La construction de ce terroir s’est faite à partir de la combinaison entre spécificités naturelles et culture apicole locale, elle-même produit de la co-évolution entre éléments naturels et culturels. En reprenant la définition du terroir donnée en introduction, le « terroir apicole » de la vallée d’Imi Ougouni peut ainsi être défini par une combinaison entre :

  • un espace délimité (l’espace apicole villageois, incluant les jardins proches des habitations, les champs cultivés, les parcours forestiers et les milieux sauvages) ;
  • des données du milieu (les floraisons) ;
  • des aménagements de ce milieu (en particulier à travers le choix des emplacements des ruchers) ;
  • l’édification de pratiques et de savoirs (sur les végétations et les emplacements, sur la conduite des colonies et des ruchers) dans une interaction constante entre milieu naturel et facteurs humains.

17Le seul facteur qui pose question est celui de la spécificité des miels : les miels de la vallée se distinguent-ils de ceux des vallées voisines ? Nos résultats ne permettent pas de l’affirmer et, au-delà de la réputation, aujourd’hui très large, du miel d’euphorbes du pays Aït Ba’amrane, nous n’avons pas relevé de réputation particulière pour les miels de la vallée.

La vallée d’Inzerki

  • 8 Selon un proverbe local : « Aoulou, douli, taddart aitaln ian » (« L’agriculture, le bétail et le (...)

18Dans la terminaison sud du Haut Atlas occidental, la grande tribu des Ida-Ou-Tanane est réputée dans tout le pays pour la qualité de ses miels, et en particulier de son miel de thym. Si les sommets de cette région montagneuse sont recouverts de forêts de chênes et thuyas, c’est néanmoins l’arganeraie qui domine sur la majeure partie des versants. Du fait d’une bonne densité arborée et d’une pluviométrie assez importante, on trouve de très nombreuses plantes aromatiques et mellifères : lavandes (Lanvandula spp.), thyms (Thymus spp.), armoise (Artemisia herba alba), origan (Origanum spp.), etc. Le caroubier (Ceratonia siliqua L.), présent dans les espaces plus pentus, est aussi une espèce primordiale dans ces systèmes, tant comme bois de chauffe que fourrage et source de nectar. Sa floraison arrive à point en automne pour assurer la soudure avec la saison florifère suivante. Les aménagements agricoles comprennent des fonds de vallées irrigués, plantés d’oliviers et de palmiers dattiers sous lesquels est pratiqué un peu de maraîchage, et un pourtour de champs parsemés d’amandiers en culture pluviale. L’élevage et le ramassage des noix d’argan viennent compléter, comme dans le reste de l’arganeraie, ces systèmes productifs locaux auxquels s’ajoute l’apiculture8.

19La vallée d’Inzerki s’ouvre en aval, à 800 m d’altitude, dans le couloir d’Argana, voie de passage commercial et transhumant. Son point haut constitue la frontière de la confédération tribale des Ida-Ou-Tanane. À 1 000 m d’altitude, le dernier douar, Inzerki oufela (litt. Inzerki en haut), veille sur le Taddart Ou Guerram (le rucher du Saint), imposant rucher en bois et pisé construit à flanc de colline comme à l’image de l’ancienne cascade voisine, aujourd’hui réservoir d’essaims (photo 4, hors-texte). Au-dessus du rucher, la pente augmente jusqu’à un premier plateau situé à 1 400 m d’altitude, puis un autre à 1 600 m. L’arganier, dominant en aval, disparaît peu à peu au profit des caroubiers, des oléastres (Olea europea L. subsp. europaea var. sylvestris (Mill) Lehr), des thuyas (Tetraclinis articulata (Vahl) Mast.) et des chênes (Quercus ilex L.). C’est là l’espace des bergers, et des butineuses. Comme dans la vallée d’Imi Ougouni, ce rucher occupe donc une position intermédiaire entre espaces pâturés et espaces cultivés. Il est cependant saisonnier, du fait de contraintes variées auxquelles l’agriculteur s’est adapté pour augmenter ses différentes productions (Lapourré, 2014).

  • 9 Un apiculteur raconte que la montagne pouvait devenir rose des parterres de thyms fleuris.

20Les premières fleurs sont celles de l’amandier en janvier (tabl. 1). Jusqu’au mois d’avril, messicoles et adventices vont fleurir dans les champs jusqu’à la moisson ; l’arganier prendra alors le relais. C’est la période des essaims : les ruches se développent, se reproduisent, essaiment, il faut les surveiller à toute heure de manière à augmenter son cheptel. C’est aussi la période des travaux réguliers dans les champs. Pour ces deux raisons, les ruches doivent rester à proximité du foyer. Elles vont ainsi polliniser les différents arbres cultivés et l’arganier. En juillet, ce sont les fleurs sauvages qui prennent le relais, en particulier les thyms9 (dont Thymus satureioïdes, au-dessus de 1 100 m, remarquable par sa densité et son potentiel de production nectarifère). Les familles déplacent alors leurs ruches à dos d’âne pour venir chercher cette floraison indispensable qui va marquer la fin de la saison apicole. Les apiculteurs récoltent ce miel de thym au mois d’août. Les colonies se remettront sur pied pour l’hiver avec la floraison du caroubier, avant de redescendre vers les douars en aval, aux températures hivernales plus clémentes.

21Semblables à celles décrites chez les Aït Ba’amrane, les ruches cylindriques (ssilt) constituent l’unité de base dans laquelle les abeilles vont être élevées en mobilisant des techniques identiques. Mais pendant la saison estivale, ces ssilt vont être installées dans des casiers (tizghatine), dont la superposition constitue ici le rucher (taddart ou guerram). Une fois la ssilt pleine, le casier sera fermé par une planche de palmier scellée à l’aide d’un mélange de boue. Les abeilles vont alors concevoir et remplir leurs rayons dans cet espace supplémentaire. L’édification et le maintien de ce taddart collectif de plus de 3 000 tizghatine représentent un investissement considérable, et sa gestion nécessite d’autres savoirs que ceux dévolus à la conduite d’un rucher individuel. La cohésion sociale y est indispensable. Assise sur une mémoire collective renouvelée, elle est renforcée par des mythes, des hommages et des dons (Lapourré, 2014). Un gardien veille tout à la fois à la sécurité du lieu, à l’attribution de la propriété des derniers essaims s’envolant du rucher et au respect de cette mémoire collective.

22Comme dans la vallée d’Imi Ougouni, la conduite des ruchers suit le rythme des activités agricoles et des saisonnalités de la flore mellifère. Les savoirs sur les espaces butinés, les cycles écologiques des colonies et leur protection sont combinés aux autres savoirs locaux mobilisés dans la construction et l’utilisation de l’espace agraire. L’effet du pâturage sur le maintien d’un couvert forestier peu dense, avec une diversité des habitats pour les plantes, et sur la régénération des plantes aromatiques est primordial. Par contre, la race d’abeille n’est pas identifiée clairement à l’heure actuelle. La question de la spécificité des miels se pose ici aussi : le miel de thym et sa réputation ne concernent pas que la vallée, mais caractérisent tout le Haut Atlas occidental. Le rucher collectif, marqueur de l’ancrage ancien de l’activité apicole, ne suffit pas à en faire un lieu d’achat privilégié de ce miel de thym hors du commun.

23Cependant, Inzerki présente une double originalité qui lui confère un statut de terroir particulier : le mouvement des ruches entre le bas de la vallée (de septembre à juillet) et les zones d’altitude (juillet-août) et la combinaison, corrélée à cette transhumance, entre ruchers individuels et rucher collectif.

Tableau 1. Calendrier des floraisons de la vallée d’Inzerki et de la vallée d’Imi Ougouni.

Tableau 1. Calendrier des floraisons de la vallée d’Inzerki et de la vallée d’Imi Ougouni.

Skoura, oasis de moyenne altitude

24Située sur un plateau d’altitude, entre le Haut Atlas au nord, dominé par le massif du M’Goun (4 070 m), et le Jbel Saghro au sud, culminant à plus de 2 700 m, Skoura fait partie d’une chaîne d’oasis qui s’étend depuis Ouarzazate jusqu’à Tineghir. Sa position à 1 200 m d’altitude la place à la limite de deux groupements végétaux relevant du thermosaharien et du thermoméditerranéen (Sens, 2004). Avec moins de 200 mm de pluie par an en moyenne, l’irrigation y est assurée par le château d’eau naturel que constitue le massif de l’Atlas. Construite par l’homme sur le temps long, l’oasis reproduit un écosystème forestier, avec ses différents étages de végétation productive, depuis la luzerne jusqu’à l’olivier, dominés par les dattiers. Plus réputé pour ses dattes que pour son miel, cet écosystème anthropique n’en est pas moins dépourvu d’abeilles, qui profitent à la fois du caractère relativement stable de la flore cultivée, ainsi que des rares opportunités qu’offre la flore des abords de l’oasis en cas de pluie, et de la disponibilité de l’eau tout au long de l’année.

25L’oasis de Skoura comprend un habitat dispersé au milieu des champs et dominé par quelques kasbahs. La base de nectars (tabl. 2) est assurée à la fois par les espèces cultivées (oliviers, dattiers, grenadiers, abricotiers, pruniers, amandiers, vignes, légumes, maïs et luzerne) et par des plantes sauvages de bord des oueds (Vitex agnus-castus et tamaris pour n’en citer que deux). Lorsque la pluviométrie est abondante, les floraisons des steppes qui entourent l’oasis permettent une production mellifère plus importante et diversifiée. Au final, ce ne sont pas moins de quarante espèces différentes qui sont butinées entre le mois de janvier et le mois de juillet.

26Bien que les anfractuosités naturelles pouvant servir d’abris aux abeilles soient rares, l’oasis est un espace riche en colonies. Les habitats, pensés à cet effet, sont spécifiques : les ruches sont creusées dans les murs, rarement plus de cinq ou six par maison, fournissant un maillage pollinifère efficace du fait de la dispersion de l’habitat humain. De plus, le potentiel mellifère n’étant pas très élevé, cette dispersion permet aux abeilles de ne pas entrer en concurrence les unes avec les autres lors des années de sécheresse.

27L’accès aux ruches se fait par l’intérieur de la pièce. Isolée thermiquement des variations de température, étanche aux vents de sable fréquents dans la zone, et discrète pour les étrangers hostiles, cette forme de ruche est particulièrement bien adaptée à l’environnement naturel et social de l’oasis. La colonie est au cœur de l’espace domestique. Dans la maison, on entend les abeilles, et, au besoin, on peut ouvrir et ponctionner un rayon. Au printemps, les cavités vides sont abeillées, d’autres sont creusées, et les essaims s’échangent une fois tous les espaces complets. En cas de pénurie, les contreforts montagneux du Saghro et du Mgoun font office de réservoirs naturels d’essaims. La récolte a lieu en été. La moitié des rayons est alors collectée, le reste étant laissé en provision pour la suite. Les bonnes années, deux, voire trois récoltes sont possibles (Adam, 2012).

28L’activité apicole, invisible au premier abord, est sans doute l’un des éléments essentiels à la constitution et au maintien des terroirs oasiens : la production des cultures annuelles et arborées est fortement dépendante de la pollinisation. Est-ce pour ces besoins en pollinisation que l’homme a réservé dans son habitation un espace aux butineuses ? Ou est-ce le simple résultat d’une co-évolution dans la mise au point d’un socio-écosystème complexe ? Toujours est-il que le maillage apicole fournit, en plus des produits de la ruche, le juste équilibre entre la dynamique des populations d’abeilles et la dynamique des cultures. L’homme va renforcer cet équilibre en conservant les adventices mellifères et en favorisant certaines floraisons selon les périodes (comme la luzerne, qui ne sera coupée qu’une fois sa floraison terminée). Contrairement aux espaces où l’abeille peut vivre à l’état sauvage, l’oasis abrite très majoritairement des colonies entièrement dépendantes de l’homme. C’est dans ces socio-écosystèmes particuliers que l’abeille saharienne a trouvé refuge et a été mise à profit pour, et par, ses caractères comportementaux spécifiques essentiels dans l’équilibre de ce milieu relativement sensible.

29Si le concept de terroir oasien fait communément sens, il semble donc indissociable d’une composante apicole. Il réunit même tous les éléments d’un terroir apicole à part entière (selon la porte d’entrée choisie dans cet article), si ce n’est la production d’un miel spécifique ; le miel « oasien » est un miel « toutes fleurs » qui ne se distingue pas d’autres miels polyfloraux.

Tableau 2. Calendrier des floraisons de l’oasis de Skoura (Sens, 2004).

Tableau 2. Calendrier des floraisons de l’oasis de Skoura (Sens, 2004).

Vers des territoires spécialisés

30Nombre de ces terroirs apicoles traditionnels sont aujourd’hui visités par des apiculteurs « modernes », étrangers aux villages, qui déplacent leurs ruches sur de grandes distances et vont parfois explorer des espaces jusqu’alors dépourvus d’activité apicole. Comment ces terroirs apicoles anciens sont-ils redéfinis par ces nouvelles pratiques ? Les espaces visités par ces apiculteurs mobiles font-ils terroir au même titre que dans les cas précédemment détaillés ?

31Nous évoquerons tout d’abord l’émergence, à partir des années 1980, d’un nouvel espace de production apicole auquel est attaché un miel spécifique (la plaine du Souss, où l’on produit aujourd’hui un miel d’oranger qui a progressivement acquis une réputation nationale, voire internationale), puis analyserons la spécialisation de certaines régions vers la production de miels spécifiques : les hauteurs de l’Atlas, avec la production du miel de thym, et l’arrière-pays de Sidi Ifni, avec le miel d’euphorbes.

Les orangeraies de la plaine du Souss

32Depuis les années 1940, la plaine du Souss s’est progressivement spécialisée dans la production d’agrumes (en particulier d’oranges), avec l’émergence de grandes fermes semi-industrielles irriguées. Ces vergers couvrent aujourd’hui près de 40 000 ha (Boujnikh et Humber, 2010), et de nombreux apiculteurs utilisant la ruche moderne, venant de la région ou du nord du pays, y transhument au début du printemps, quand fleurissent les orangers.

33Le Souss constitue-t-il un nouveau terroir apicole ?

  • Il s’agit bien d’un espace géographique délimité. Cependant, avec ses 40 000 ha de vergers, cet espace est relativement étendu par rapport aux terroirs apicoles « traditionnels ».
  • S’il est marqué par une « communauté humaine », il s’agit ici plutôt de l’ensemble des agrumiculteurs, qui ont totalement refaçonné la plaine, que des apiculteurs, qui viennent seulement poser leurs ruches au sein des vergers aux mois de février et mars, et habitent rarement sur place. La déconnexion entre la pratique apicole et le lieu de vie de l’apiculteur est ici patente.
  • Même si l’on peut aisément définir une typicité du miel d’oranger et si ce miel a obtenu au niveau national une véritable reconnaissance de la part des consommateurs, le miel d’oranger du Souss diffère peu de celui des autres régions agrumicoles. Qui plus est, cette spécificité est plus due aux floraisons des orangers qu’à des savoir-faire apicoles spécifiques. En effet, il semble difficile d’affirmer que les apiculteurs ont construit, au cours de leur histoire encore très courte sur la plaine, un ensemble de traits culturels distinctifs, de savoirs et de pratiques fondés sur un système d’interactions entre le milieu naturel et les facteurs humains. Leurs savoirs ne révèlent pas une originalité particulière : il s’agit d’une apiculture de type moderne basée sur la ruche à cadres mobiles.

34Cependant, le système apicole dans lequel ces savoirs sont encapsulés présente une certaine spécificité qui rend cette apiculture du Souss, à sa façon, unique. La floraison des orangers ne se contente pas d’assurer une miellée quasi certaine du fait de son irrigation permanente. Elle constitue aussi, au sortir de l’hiver, une période-clé dans le cycle apicole. Dans le climat pré-désertique du sud du Maroc, l’apiculture est extrêmement soumise aux aléas climatiques. Une des périodes critiques se situe justement au début du printemps, lorsque les colonies doivent trouver suffisamment à butiner pour se reconstituer et se multiplier. Dans la plaine du Souss, les colonies vont pouvoir profiter de la floraison abondante des orangers pour se développer et essaimer, ce qui permet aux apiculteurs de disposer de colonies nombreuses, populeuses et prêtes à butiner sur les floraisons printanières plus tardives. Le séjour dans les vergers prépare donc un redéploiement ultérieur des ruches vers les espaces agricoles alentours, où fleurissent entre mars et juin arganiers, chardons et autres adventices. Les ruches seront ensuite transportées vers les hauteurs pour le thym en juin-juillet. Cet itinéraire de transhumance de proximité basé sur un gradient altitudinal (plaine jusqu’à la fin de l’hiver / arganeraie et champs des contreforts au printemps / steppes d’altitude en été) semble relativement stable (tabl. 3). Certains apiculteurs iront ensuite vers le sud pour l’euphorbe, de septembre à novembre, avant de revenir dans la plaine pour passer l’hiver.

Tableau 3. Calendrier des floraisons et des possibilités de transhumance des apiculteurs du Souss.

Tableau 3. Calendrier des floraisons et des possibilités de transhumance des apiculteurs du Souss.

35Ces grandes surfaces d’orangers du Souss, si elles ne « font pas terroir » de façon claire, constituent néanmoins un espace non seulement particulier au niveau mellifère, mais aussi et surtout structurant au niveau du système apicole dans son entier, car il rend possible toute la suite de la transhumance. Aujourd’hui, les apiculteurs viennent sur les orangers moins pour produire du miel que pour « booster » leurs colonies, afin de réussir leur année de transhumance. La plaine du Souss est ainsi devenue pour eux un passage quasi obligé, ce qui l’a peu à peu définie comme un espace spécialisé pour l’apiculture : outre une floraison sûre et des essaims à foison, on y trouve aussi de nombreux revendeurs de matériel apicole, ainsi qu’une large offre de formations et des débouchés marchands.

36Cependant, l’apiculteur n’est plus dépositaire d’un savoir localisé dans une zone réduite, construit sur une interaction fine entre facteurs naturels et culturels : il arpente désormais une vaste région dans laquelle il va déplacer ses abeilles, afin de produire une diversité de miels monofloraux qu’il pourra présenter à ses clients. Le modèle de ruche adopté permet un certain affranchissement du milieu par de nouvelles pratiques et sa facilité de déplacement. Peut-on, dans ces conditions, parler de terroir apicole ? L’observation des autres grands espaces de transhumance, en particulier les hauteurs du Haut Atlas où le thym est abondant et les steppes à euphorbes du sud, peut nous aider à répondre à cette question.

Les arrière-pays apicoles : Haut Atlas occidental et Anti-Atlas

  • 10 Nous nous intéressons ici à la zone délimitée par le couloir d’Argana à l’est, la plaine du Souss (...)
  • 11 Ici la partie sud-ouest et ouest de l’Anti-Atlas.

37De part et d’autre de cette plaine alluviale colonisée par l’agrumiculture se dressent les chaînes du Haut Atlas occidental au nord et de l’Anti-Atlas au sud. La première10, plus haute et plus arrosée, abrite le terroir d’Inzerki déjà décrit, ainsi que de nombreux autres connus pour leur miel de thym. Dans la seconde11, plus sèche, on trouve des terroirs apicoles qui jouxtent la vallée d’Imi Ougouni, peuplés notamment d’euphorbes cactoïdes et dont le nectar fournit un miel apprécié.

38Comment ces espaces ont-ils été intégrés aux nouveaux itinéraires de transhumance apicole ? Est-ce leurs traditions apicoles, ou seulement leur spécificité mellifère, qui ont joué un rôle dans cet attrait ? Ces espaces font-ils encore terroir ?

Les reliefs d’altitude, espaces des thyms

39À partir de 800 m d’altitude commencent les écosystèmes abritant diverses espèces de thym. La réputation du miel de thym, en particulier pour ses propriétés médicinales, est avérée depuis déjà de nombreuses années, au niveau national (Damblon, 1986) comme international (Descottes, 2009). La réputation des apicultures locales, comme celle de la vallée d’Inzerki, est, quant à elle, ancienne. Aujourd’hui, de très nombreux apiculteurs viennent en été y déposer leurs ruches qu’ils retournent chercher lors de la récolte du précieux miel, deux mois plus tard.

40La réputation des terroirs apicoles de la région et de leurs grands ruchers est reprise tant par les apiculteurs transhumants que par les locaux pour attester de la spécificité des miels qui y sont produits. Mais cette réputation « de terroir » semble aujourd’hui usurpée. Des considérations plus pragmatiques viennent en effet brouiller l’image d’un terroir construit sur une double spécificité naturelle et culturelle : le prix de vente élevé de ce miel d’exception, la temporalité particulière de la floraison du thym dans le calendrier des floraisons mellifères de la région, ou encore la présence d’un potentiel de production conséquent. Considérer cet espace du Haut Atlas comme un terroir apicole spécifique nous semble problématique.

  • L’espace géographique concerné n’est pas clairement identifié : selon les interlocuteurs, il fait référence à un territoire tribal ou à l’aire biogéographique de présence d’espèces spécifiques de thym (qui recouvre une superficie largement supérieure au territoire tribal évoqué).
  • Les apiculteurs transhumants, produisant et valorisant le miel de thym, sont seulement de passage, et leurs interactions avec le milieu sont minimes. Très souvent, on ne trouve sur place que des gardiens disposant d’un savoir technique basique d’entretien des ruches. On ne peut, par conséquent, définir une « communauté humaine ayant construit au cours de son histoire un ensemble de traits culturels distinctifs, de savoirs et de pratiques fondés sur un système d’interactions entre le milieu naturel et les facteurs humains ».
  • La spécificité du produit est aujourd’hui toute relative. Si la réputation locale s’est fondée sur une origine régionale reconnue, elle-même basée sur des pratiques apicoles réputées, les miels qui en étaient issus, à dominante de thym, ne correspondent plus aux miels actuels produits en l’espace de deux mois d’été. De plus, les ruches amenées sur place ont déjà abrité des miels provenant des parcours précédents et produisent alors des miels mélangés.

41L’espace du thym n’est qu’une étape intermédiaire entre la plaine du Souss et ses orangers, et le pays Aït Ba’amrane au sud avec ses euphorbes. Plus qu’un terroir, il s’agit plutôt là d’un territoire floral spécifique, maillon dans un circuit de production, dans lequel on amène ses ruches, en y restant et s’y investissant le moins possible.

L’euphorbe : de l’Anti-Atlas habité aux plaines désertiques

42Les euphorbes cactoïdes poussent essentiellement dans le pays Aït Ba’amrane. Les entrées maritimes atlantiques assurent l’essentiel de son approvisionnement en eau (Peltier et Msanda, 1995), et les températures élevées favorisent sa floraison et sa production de nectar. Comme pour les territoires du thym, la région bénéficie de la réputation (encore récente) du miel d’euphorbes et de celle de l’apiculture Aït Ba’amrane, décrite plus haut pour la vallée d’Imi Ougouni. Avec sa floraison de fin d’été, l’euphorbe constitue un élément-clé dans la succession mellifère locale. Son territoire est aujourd’hui convoité par des apiculteurs venant de tout le pays.

43L’histoire des transhumances apicoles y est plus récente que ce qu’a connu le Haut Atlas occidental pour le thym. L’intérêt apicole de la région pour les apiculteurs transhumants est une conséquence indirecte de la réputation d’« éleveurs d’essaims » des apiculteurs locaux : nombre d’apiculteurs extérieurs, venant acheter leurs essaims dans cette région au printemps, y ont découvert le caractère particulier du miel d’euphorbes, ainsi que l’abondance des végétations dont il est issu, la saisonnalité décalée de leur floraison et le caractère relativement stable de leur miellée. Ces « découvertes » ont peu à peu construit la réputation de la région, incitant les apiculteurs, toujours plus nombreux, à venir y transhumer.

44Aujourd’hui encore, du fait de cette réputation apicole du pays (basée autant sur les floraisons que sur la solidité des savoirs autochtones) qui a attiré les transhumants et que les transhumants ont largement contribué à faire connaître sur l’ensemble du Maroc, le nom tribal (miel du pays des Aït Ba’amrane) tient lieu de garantie d’origine et de qualité pour le miel d’euphorbes. Mais cela suffit-il à définir un nouveau « terroir » apicole ? Comme pour les régions du thym, les apiculteurs transhumants, de passage, ne constituent pas une communauté humaine ayant construit une histoire et des interactions avec le milieu qu’ils prennent pour ressource. La zone de production est fonction de la présence de l’euphorbe, et la spécificité du produit ne dépend plus que de cette dernière. Il s’agit aujourd’hui plus de territoires mellifères que de terroirs apicoles.

45Que ce soit pour le thym ou pour les euphorbes, ces deux territoires sont investis de façon massive et relativement anarchique. S’ils produisent des miels de réputation « locale » (le miel d’euphorbe d’Aït Ba’amrane, le miel de thym d’Ida-ou-Tanane), les pratiques à l’origine de la majorité de ces miels sont déconnectées des pratiques ayant fait la réputation des lieux. La tradition invoquée semble n’être qu’une image marketing construite par (et pour) des apiculteurs extérieurs cherchant à donner une marque territoriale à des espaces qu’ils considèrent et visitent principalement comme des espaces mellifères. La relation entre un miel, un espace et une culture technique spécifique, qui était fondée avant la généralisation des transhumances, est aujourd’hui brouillée par l’irruption de nouveaux acteurs, porteurs de nouvelles pratiques.

46Ce « brouillage » est aujourd’hui accentué par le fait que les apiculteurs locaux se réapproprient une partie de ce qu’ils apprennent de l’apiculture moderne. Les savoirs et les pratiques apportés par les apiculteurs transhumants sont injectés dans la culture apicole locale, qui, en retour, est réinterprétée en fonction des bénéfices potentiels qu’offre cette apiculture moderne. Il en résulte, dans les terroirs apicoles traditionnels, des hybridations variées où l’intégration de nouvelles pratiques peut être vue comme l’étape contemporaine de l’histoire des interactions homme/milieu. L’avenir de ces terroirs apicoles dépend en grande partie du choix que feront les apiculteurs villageois de conserver (ou non) des « traits culturels distinctifs » qui les différencieront des apiculteurs venus des zones extérieures.

Discussion : des terroirs apicoles aux territoires mellifères ?

47Qu’ils soient « modernes » ou « villageois », les apiculteurs circulent entre différents espaces apicoles. Dans le cas de l’apiculture villageoise, ces espaces s’inscrivent dans un terroir défini par une longue histoire d’interactions bioculturelles. Pour l’apiculture moderne, ces espaces sont investis de façon opportuniste et ne « font pas terroir » : l’apiculteur y vient seulement si les conditions sont favorables, dépose ses ruches et revient chercher son miel. Il profite alors seulement de la flore, ne définissant les lieux qu’à travers celle-ci. Les politiques publiques continuent cependant à vanter le miel comme produit de terroir alors que, de plus en plus, les miels sont déconnectés des pratiques et des traits culturels locaux. Plus que l’adoption d’une nouvelle forme de ruche, c’est bien ici la pratique de la transhumance qui bouleverse les terroirs apicoles. Cette mobilité, à l’échelle du pays, d’une activité jusqu’alors ancrée dans un terroir accentue la déconnexion à un espace vécu dans son intégralité. Avec la transhumance, la construction des terroirs se heurte à une spécialisation étroite des espaces et des hommes.

48Cette constatation peut néanmoins être nuancée selon que l’on raisonne du point de vue de l’espace ou de celui de l’apiculteur.

49Du point de vue de l’espace, des terroirs apicoles anciens se banalisent en territoires mellifères souvent monofloraux. Les apiculteurs transhumants circulent entre des terroirs apicoles construits par d’autres, jouant d’ailleurs souvent de la réputation de ces terroirs, et viennent se servir sur les fleurs d’un moment, d’un lieu, avant de repartir vers d’autres, nouvellement fleuris : les territoires visités et mis en avant dans le miel ne sont plus définis par les savoirs, les pratiques, les formes de ruches ou les races d’abeilles qui sont à l’origine de miels spécifiques, mais simplement par la flore qui y est butinée. Les pratiques tendent à s’homogénéiser, les races d’abeilles s’hybrident à travers leurs déplacements hors de leurs écosystèmes initiaux.

  • 12 40 Dh contre 80 Dh pour l’oranger et 400 Dh pour le miel de thym.

50Par cette nouvelle dynamique de mobilité des ruches, de nouveaux territoires apicoles émergent, parfois de façon éphémère. En 2015, un printemps particulièrement pluvieux dans les environs d’Er-Rachidia a attiré des milliers de ruches de tout le pays. Cette transhumance a produit un miel « toutes fleurs » assez banal, mais, intervenant après une année particulièrement sèche, elle a permis aux apiculteurs de reconstituer un cheptel conséquent pour la suite de la saison. Cette configuration aléatoire d’espaces fleuris, liés directement à des précipitations parfois très localisées, complexifie les schémas de mobilité. Loin du terroir apicole, c’est ici un espace dénué de toute tradition apicole qui s’est transformé durant un court moment en oasis mellifère, où les apiculteurs se sont retrouvés en nombre. Le miel qui en est issu, dénué de réputation locale et nationale, s’est vendu à des prix excessivement bas12.

51Du point de vue de l’apiculteur, qui fonctionne sur la construction d’itinéraires de transhumance complémentaires, les espaces mellifères font partie d’un maillage lui permettant de faire du miel, et d’en vivre. À l’heure actuelle, une certaine anarchie caractérise les mouvements des ruchers : il s’agit d’une situation d’errance opportuniste plus que de transhumance stable. Les mobilités ne suivent plus un circuit unique plaine-montagne-plaine, mais profitent d’opportunités variées selon la saison et l’année. Même si les orangers restent un passage-clé, il arrive que certaines années d’autres alternatives existent, comme nous l’avons illustré par la transhumance massive à Er-Rachidia. Selon l’évolution de la saison et des précipitations, chacun va chercher au cas par cas la destination suivante, mobilisant son réseau au maximum, quitte à traverser le pays si nécessaire. Le choix des emplacements de transhumance semble être le résultat de l’articulation de deux objectifs parfois contradictoires : la volonté de produire un certain type de miel, demandé par le marché, ou simplement la possibilité de faire du miel pour la survie et/ou le développement des colonies. Dans ce dernier cas, les apiculteurs, individuels ou groupés en coopératives, diversifient leurs lieux de transhumance, en subdivisant le rucher en deux ou trois lots qui vont suivre des itinéraires différents dans le pays et ne se retrouver ensemble qu’en hiver par un retour sur les orangers du Souss ou aux villages.

  • 13 Nous empruntons ici, en l’adaptant au cas de l’apiculture, l’analyse des transhumances pastorales (...)

52L’apiculteur raisonne donc en conciliant les opportunités de déplacement à l’intérieur d’une « matrice apicole »13 pensée à l’échelle d’une grande région (Souss/Haut-Atlas/Aït Ba’amrane), voire du pays dans son entier, en fonction d’une « stratégie raisonnée sur l’ensemble des éléments de cette matrice » (Blanco, 2015). On peut considérer les zones de transhumance potentielle comme différentes composantes de cette matrice diversifiée, dans laquelle l’apiculteur, selon les années, va choisir ou non de déplacer une partie de ses ruches : on s’approche ici tout à fait des logiques de transhumance qui structurent les terroirs pastoraux (Blanco, 2015), ou des « terroirs en archipel » des zones sahariennes (Genin et al., 2012). À l’échelle individuelle, chaque apiculteur définirait ainsi son terroir, et, à l’échelle du pays, on pourrait caractériser quelques grands « terroirs de l’apiculture transhumante ». Le problème est qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de schéma de transhumance clairement défini, ni de cycles répétitifs entre les différents territoires mellifères : comme les éleveurs nomades, les apiculteurs « adaptent leur mobilité à différents facteurs d’ordre économique, climatique ou de choix personnels, ainsi que de l’établissement de relations interpersonnelles et avec les populations des lieux de transhumance, ainsi qu’aux informations qu’ils sont capables d’obtenir… sans que l’on puisse présenter un système de hiérarchisation de ces différents facteurs » (Blanco, 2015).

Conclusion

53Des terroirs apicoles traditionnels nombreux et divers maillent l’espace marocain, parfois peu étendus et très distincts au sein d’un même espace tribal, parfois plus répandus comme dans le cas des systèmes oasiens. Si la notion de terroir est appropriée à ces situations, il semble que les dynamiques actuelles de promotion du miel comme « produit de terroir » sont en décalage avec son acception. En effet, l’apiculture marocaine est aujourd’hui majoritairement itinérante, traversant le pays à la recherche d’espaces mellifères, aux moments opportuns, de manière à répondre à des objectifs particuliers. Dans un contexte climatique très aléatoire, cette recherche des territoires mellifères au jour le jour contraste particulièrement avec les pratiques traditionnelles qui mettent à profit sur le temps long un ensemble de savoirs holistes (pas seulement apicoles), au service de l’abeille. Ce qui amène à deux questions de portée générale : comment être apiculteur dans un environnement incertain ? Comment (re)définir la notion de terroir dans un contexte de mobilité ?

54La réponse « traditionnelle » consiste à penser la mobilité à l’intérieur d’un terroir construit et structuré par les activités agropastorales, en élaborant sur le temps long des savoirs et des pratiques adaptés aux conditions du milieu, en développant une apiculture domestique, flexible mais peu adaptée à la génération de revenus, en acceptant le rythme pulsatile des colonies, qui suivent le rythme pulsatile des pluies et des floraisons.

55La réponse « moderne », définie par l’impératif d’une production tournée vers le marché, consiste à être mobile à l’intérieur d’un territoire plus vaste, structuré autour d’espaces complémentaires où l’on peut penser que vont se construire des pratiques apicoles et sociales qui, peu à peu, vont définir ces espaces comme des espaces de production mellifère, tendant peu à peu vers une forme de « terroir » ou de « matrice de terroirs ». La connaissance sur des floraisons éloignées et la maîtrise des mobilités des ruchers deviennent les éléments-clés de la réussite.

56Ne faudrait-il pas accorder un crédit égal à ces deux logiques pour leur meilleure réalisation commune autour de produits clairement identifiés et identifiables ?

Bibliographie

Bibliographie

Adam A., 2012
Vers la fin de la diversité séculaire d’une apiculture traditionnelle ? Étude d’une transition en cours dans la région du Souss Massa Drâa, Maroc. Mémoire de fin d’études, Paris/Cergy, Istom, 78 p.

Blanco J., 2015
Le fils du Sahara et les gens de la pluie : gestion paysanne et conservation des socio-écosystèmes à acacias au sud du Maroc. Thèse de doctorat, Agroparistech, Paris, éditions Abies, 294 p.

Boujnikh M., Humbert A., 2010
L’eau dans le bassin du Souss : concurrences et désorganisation des systèmes paysans.

Norois [en ligne], 214|2010/1, mis en ligne le 01 juin 2012.
http://norois.revues.org/3178 ; DOI : 10.4000/norois. 3178

Damblon F., 1986
Miels de thym au Maroc.
Conditions générales de la production et de la consommation des miels traditionnels et industriels dans le Haut Atlas occidental. Al Biruniya, revue marocaine de pharmacie, 2 (1) : 16.

Descottes B., 2009
Cicatrisation par le miel, l’expérience de 25 années. Phytothérapie, 7 (2) : 112-116.

Flutet G., Roncin F., Vincent E., Beranger C., Casabianca F., Coulon J.-B., Noël Y., Sylvander B., Giraud G., 2007
« Terroir : pour une définition opérationnelle au service du développement durable ». In Dubiano C., Moustier P. (éd.) :
Les terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance, actes du colloque international sur les terroirs, Aix-en-Provence, 9-12 mai 2007 : 27-31.

Genin D., Simenel R.,
Boujrouf S., Baudot P., 2012
« Terroirs sahariens : gestion des ressources naturelles, produits de terroir, tourisme rural et patrimoine ». In Michon G., Berriane M. (éd.) : Terroirs méditerranéens : environnement, patrimoine et développement, portefeuille de projets, document de travail du LMI MediTer : 50-53.

Haccour P., 1961
Recherches sur l’abeille saharienne au Maroc. La Belgique apicole, 25 (1-2) : 13-18.

Lapourré O., 2014
Analyse de l’évolution d’un outil apicole à valeur productive en objet à valeur patrimoniale. Étude de cas : le rucher collectif d’Inzerki, commune rurale Argana, Maroc. Mémoire de fin d’études, Paris/Cergy, Istom, 76 p.

Peltier J.-P., Msanda F., 1995
Diversité et originalité de la steppe à Euphorbia oflicinarum L. subsp. Echinus (Hooker fil. et Cosson) Vindt du sud-ouest marocain. Feddes Repertorium, 106 (3-4) : 215-229.

Sens (Soutien à l’environnement naturel et social), 2004
Étude des ressources et des potentialités mellifères pour la réhabilitation et la préservation de l’abeille saharienne dans le versant sud du Haut Atlas. Rapport au Pnud dans le cadre du projet MOR/99/G33/A/1G/99 Conservation de la biodiversité par la transhumance dans le versant sud du Haut Atlas Ouarzazate, 56 p.

Simenel R., 2011
« Les miels des forêts d’arganiers ». In : Des forêts et des hommes, Marseille, IRD, dossier thématique Suds en ligne : http://www.mpl.ird.fr/suds-en-ligne/foret/index.html

Simenel R., Adam A., Crousilles A., Amzil L., 2015
La domestication de l’abeille par le territoire : un exemple d’apiculture holiste dans le sud-ouest marocain. Techniques et culture, 63, Pâturages : 258-279.

Notes

1 Entre 500 et 1 000 Dh contre 15 à 50 Dh.

2 Extracteur principalement, mais aussi futs, cadres, cires gaufrées, etc.

3 Mobile à deux titres : ses rayons sont fixés dans des cadres mobiles permettant plus d’interactions avec la colonie, et mobile dans l’idée que cette ruche peut être déplacée aisément (forme carrée et rayons tenus, ne pouvant se rompre).

4 Les politiques du pilier II, tout en voulant soutenir le développement solidaire de la petite agriculture dans les zones rurales défavorisées, visent à promouvoir le secteur agricole traditionnel, entre autres à travers la valorisation économique de produits locaux considérés comme des leviers pour la création de revenus monétaires. Cette valorisation s’accompagne d’importants efforts de certification des produits, via des indications géographiques, mais aussi de modernisation des techniques, des modes de production et d’organisation des producteurs.

5 Les villageois interrogés rapportent que la pollinisation des arganiers par les abeilles multiplie par deux la production de fruits.

6 Il décidera ainsi de positionner ses ruches plutôt dans un ourti s’il cherche à produire du miel, dans un espace de figuiers de Barbarie en lisière des hameaux s’il cherche à multiplier ses essaims rapidement ou dans les oasis pour sauvegarder ses abeilles en année sèche.

7 Par exemple, le petit asphodèle dont le nectar stimule la ponte de la reine, l’exsudat des feuilles de céréales, pour le nettoyage de la ruche, les latex de l’euphorbe ou du séneçon pour la lutte contre les parasites.

8 Selon un proverbe local : « Aoulou, douli, taddart aitaln ian » (« L’agriculture, le bétail et le rucher, c’est tout ce qu’il nous faut »).

9 Un apiculteur raconte que la montagne pouvait devenir rose des parterres de thyms fleuris.

10 Nous nous intéressons ici à la zone délimitée par le couloir d’Argana à l’est, la plaine du Souss au sud, l’océan à l’ouest et les plateaux de Haha et Mtouga au nord. Cette délimitation correspond à peu près à la zone tribale d’Ida-ou-Tanane et sa tribu voisine des Haha.

11 Ici la partie sud-ouest et ouest de l’Anti-Atlas.

12 40 Dh contre 80 Dh pour l’oranger et 400 Dh pour le miel de thym.

13 Nous empruntons ici, en l’adaptant au cas de l’apiculture, l’analyse des transhumances pastorales décrites pour la bordure nord du Sahara par Julien Blanco (2015).

Auteurs

Doctorant du LMI MediTer depuis 2014, inscrit à l’université Montpellier-3 (UM3 PV). Sa thèse porte sur les dynamiques des systèmes apicoles au Maroc et en Corse.

Ethnobotaniste, directrice de recherche à l’IRD, membre de l’UMR Gred. Elle a été, de 2011 à 2015, la directrice pour la partie française du LMI MediTer. Elle travaille sur les savoirs locaux associés à la gestion des ressources et leur prise en compte par les politiques publiques.

Géographe, professeur habilité à la faculté des Lettres et des Sciences humaines, université Mohammed V de Rabat et membre de l’équipe E3R. Il s’intéresse aux transformations récentes des systèmes socio-économiques traditionnels dans le Haut Atlas en rapport avec la diffusion d’une activité touristique rurale.

Anthropologue, chargé de recherche à l’IRD, ancien membre du LPED, aujourd’hui rattaché à l’UMR Paloc. Il étudie les pratiques, savoirs et savoir-faire sur l’environnement et les terroirs, en contexte de développement, et les modes d’apprentissage culturel qui les véhiculent socialement.

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search