Version classiqueVersion mobile

Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?

 | 
Mohamed Berriane
, 
Geneviève Michon

Avant-propos

Les arrière-pays : émergence réelle ou invention idéelle ?

Mohamed Naciri

Texte intégral

1La recherche en sciences humaines et sociales ne cesse de produire des concepts qui éclairent des faits apparemment ordinaires, en offrant une grille de lecture des réalités complexes des sociétés. C’est ce qu’a entrepris une équipe de chercheurs, dont certains ont contribué à la rédaction de ce livre, en essayant de décrypter les évolutions de territoires considérés comme des espaces de marginalité et en plaçant au centre de leur problématique un concept paradoxalement innovant, celui d’arrière-pays. Comme toute approche inhabituelle, celle-ci suscite des interrogations sur les modalités de son élaboration et sur son mode opératoire. Quelle évolution historique, quelles mutations juridiques, sociales et spatiales expliquent son émergence actuelle dans le champ de la recherche en sciences sociales ? À quelles époques les arrière-pays ont-ils constitué un objet de réflexion et des espaces d’action ?

Une recherche collective et pluridisciplinaire

2Avant de répondre à ces interrogations, il convient de souligner d’abord les caractéristiques de cet ouvrage qui marque un tournant pour la recherche en sciences sociales au Maroc. Il montre en effet une nouvelle façon de concevoir la recherche, d’élaborer ses objectifs et de mener à bien sa réalisation.

3Les recherches en sciences sociales entreprises sur ces deux dernières décennies, ressemblaient à la quête solitaire d’un chercheur-artisan riveté à la collecte de données factuelles, cherchant des problématiques à mettre à l’épreuve pour aboutir à une tentative de synthèse sur une durée parfois indéterminée. Le présent ouvrage marque le passage à la recherche en équipe, comptant dans le cas d’espèce plus d’une trentaine de chercheurs réunis autour d’un projet dûment conçu, argumenté, négocié et planifié dans le temps, avec un financement adéquat et des engagements assumés pour sa mise en œuvre. La réalisation de ce projet de recherche a réuni des équipes appartenant aux universités de Rabat, Marrakech, Marseille et Montpellier, constituant un Laboratoire mixte international (LMI) intitulé « Terroirs méditerranéens : environnement, patrimoine et développement » (MediTer), qui, sur les quatre dernières années, s’est consacré à l’élaboration collective et individuelle des thématiques de recherche et aux investigations sur le terrain. Il s’agit là d’un changement significatif en matière de recherche en sciences sociales au Maroc, impliquant la coopération d’institutions nationales et internationales et de leurs laboratoires, dans un programme pris en charge par des équipes appartenant à plusieurs nationalités, assumant la responsabilité scientifique de le mener à son terme.

4Le deuxième trait de cette publication est la diversité des rédacteurs d’un même article intégrant un éventail de spécialités diverses. Les chapitres réunissent de deux à plus de cinq chercheurs appartenant aux deux rives de la Méditerranée et ayant mené ensemble leurs recherches. Les textes réunis sont le résultat de processus qui vont du travail sur le terrain aux débats de mise en forme des résultats obtenus, à leur discussion et à leur formulation finale et collective. C’est à la fois une garantie de qualité et une synthèse d’une multiplicité d’approches et de regards croisés.

  • 1 Rapport de co-évaluation du Laboratoire mixte international (LMI) « Terroirs méditerranéens : envi (...)

5La problématique majeure de cette recherche est celle de l’évolution des arrière-pays, producteurs de produits de terroir, de patrimoine et promoteurs d’identités, engendrant des activités nouvelles comme le tourisme rural. Il importe de souligner que le projet de recherche adopté ne se limite pas à une production de connaissances disparates sur un territoire, mais tente d’aborder le sujet à partir d’approches variées. C’est une démarche multiple, rétrospective et prospective, à partir de propositions mettant en œuvre de nouveaux paradigmes. La présente publication ne reflète pas toute la richesse des résultats obtenus. Ceux-ci viennent de faire l’objet d’une évaluation externe1 très favorable à la reconduction du projet et à son extension à d’autres coopérations venant des deux rives de la Méditerranée.

6Ce livre reflète également l’engagement des chercheurs, en tant qu’enseignants, dans le transfert de leurs connaissances et de leur savoir-faire en matière de recherche. Il révèle l’incorporation d’étudiants, jeunes chercheurs en herbe, dans les travaux de terrain, mais aussi dans le traitement des résultats et l’élaboration de textes en commun avec les chercheurs. Le chapitre 15 est ainsi le fruit du travail de trois chercheurs et de quatre étudiants de master. D’autres chapitres comme celui portant sur le tourisme étranger ou ceux traitant de l’apiculture ou de l’artisanat du tapis sont élaborés en partie à partir de travaux de doctorants. Les recherches entreprises s’insèrent donc dans des processus de formation et d’enseignement, qui peuvent assurer la relève générationnelle en permettant aux jeunes chercheurs d’accéder à des terrains éloignés ainsi qu’à des sources de financement importants.

7Il importe de signaler enfin que cette recherche en équipe sur les arrière-pays n’est pas une commande. C’est un projet élaboré par des chercheurs, proposé collectivement, discuté et validé à la suite d’investigations précédentes déjà réalisées sur les « intérieurs du Maroc », capitalisant ainsi sur des savoirs acquis. Il s’agit donc d’un processus cumulatif. Cette démarche est d’autant plus novatrice qu’elle vient après la désaffection à l’égard de la recherche fondamentale enregistrée lors des dernières décennies du xxe siècle au profit des « études » confiées à des experts ou à des consultants (Akesbi, 2015). Elle intervient aussi dans un contexte où la puissance publique n’en ressent pas la nécessité pour conforter son action et fonder ses prises de décision. Bien cette démarche contribue à éclairer l’évolution des sociétés et les transformations de leurs espaces de vie, à identifier leurs besoins et leurs attentes, ou à expliquer les grandes mutations économiques, sociales et politiques des territoires en difficulté, la puissance publique la considère en effet comme non opérationnelle, voire utopique, et parfois dérangeante, car autonome.

Retour sur quelques-unes des thématiques abordées dans l’ouvrage

La « culture des produits de terroir » au Sud, une greffe réussie ?

8L’une des questions majeures soulevées dans l’introduction de ce livre concerne la circulation au Sud d’idées et de pratiques très largement empruntées à la rive nord de la Méditerranée. Réinterrogeant la recherche, l’expertise et les différentes formes de coopération entre États, les auteurs tentent de combler ici l’insuffisance d’approches synthétiques des différentes modalités de cette circulation. Le rôle de l’État dans la promotion des innovations est bien mis en évidence. On comprend bien comment ses agents travaillant dans les structures d’encadrement agricole peuvent devenir des porteurs d’initiatives, d’influences et d’engagement auprès de paysans ouverts au changement. L’exemple du directeur de la Délégation de Chefchaouen, qui a porté, entre autres, la valorisation du fromage du pays Jbala, montre combien des acteurs publics motivés peuvent enclencher des processus de développement local. Par leurs initiatives et leur capacité d’aide à l’organisation, ils produisent de nouvelles interactions avec la puissance publique, touchant une société rurale positivement réactive aux projets appropriés destinés à l’amélioration de ses conditions d’existence. Ce que l’on saisit moins bien sont les cheminements empruntés par les concepts de terroir et de patrimoine pour arriver jusqu’au cœur des sociétés locales : comment des expériences, issues d’une volonté locale de rupture avec les pratiques intensives de l’agriculture capitaliste (au nord de la Méditerranée), peuvent-elles « prendre » dans des sociétés rurales (au sud) souvent isolées, ne pouvant accéder par leurs propres moyens à la modernisation de leurs techniques et à l’évolution de leurs pratiques, et qui, surtout, n’ont pas de relations apparentes avec ces mouvements de rupture ? Est-ce dû au fait que les sociétés locales ont toujours fait preuve de plasticité dans l’adaptation aux situations de crise ou d’ouverture à l’innovation venue d’ailleurs ? La mobilité ou la multi activité des paysans, l’effet de démonstration ou le mimétisme entrepreneurial ont-ils joué dans cette appropriation ? Autant de questions qui restent à creuser.

Le tourisme rural : une aubaine pour les arrière-pays ?

9Avec l’exemple de Chefchaouen (chapitre 11), région à forte identité culturelle et à longue tradition d’ouverture et d’échange avec l’autre rive de la Méditerranée, mais aussi destination pionnière du tourisme rural, les chercheurs nous introduisent aux nouvelles pratiques touristiques en cours de développement dans des territoires jadis ignorés. Portées par de petits entrepreneurs, souvent initiées dans un cadre associatif, ces pratiques proposent une alternative au tourisme de masse en resituant l’humain, et non pas uniquement le loisir ou le dépaysement, au cœur de l’activité touristique. Les enjeux de ces actions sont multiples : il faut prendre en considération à la fois la place faite aux hommes dans leurs aspirations à la rencontre et à l’échange, l’intérêt pour la durabilité de ces initiatives sur le plan de la préservation de ressources environnementales, l’impact des retombées économiques et l’évolution des pratiques sociales dans les territoires concernés. Les chercheurs entendent saisir les multiples expressions émergentes de ces nouvelles pratiques. Il s’agit par exemple de repérer les rôles des différents acteurs, parfois géographiquement éloignés mais proches dans leurs représentations de la nouvelle forme de mise en tourisme des arrière-pays. Ou encore d’évaluer l’impact de la mobilisation de l’identité féminine berbère dans des projets touristiques qui s’appuient sur des coopératives artisanales ou agricoles, dont les acteurs sont essentiellement des femmes (chapitre 13). Ou enfin de comprendre les relations souvent ambiguës entre tourisme rural et valorisation des produits emblématiques de l’artisanat ou de l’agriculture des terroirs. Les questions sont nombreuses. Dans quelles conditions cette nouvelle activité agit-elle sur les arrière-pays, pour leur permettre de s’insérer dans l’économie globale et de revaloriser leurs ressources culturelles sociales et économiques ? La prise en compte de leur identité et de leur originalité est-elle possible, du fait des impacts de mobilités devenues de plus en plus complexes ? Quelles sont les contradictions, quelles sont les dynamiques, les synergies, les concomitances et les détournements possibles de ces activités comme facteurs économiques pour les territoires concernés ?

10Les chercheurs insistent sur le rôle des étrangers (ou des Marocains venus d’autres régions ou résidant eux-mêmes à l’étranger) dans le développement des gîtes d’étape, des maisons d’hôte ou des fermes d’accueil (chapitre 12). Ils s’intéressent aussi à ces saisonniers qui viennent passer les six mois d’hiver dans leurs camping-cars. Ces phénomènes prennent des dimensions qui conduisent les auteurs à reconsidérer l’installation à demeure des uns et les séjours saisonniers des autres, en émettant une hypothèse séduisante de « transition migratoire » et de « pratiques mobiles de l’espace ». Comprendre, d’une part, les motivations qui ont déterminé ces nouvelles migrations et décrypter, d’autre part, leurs impacts sur les populations locales permet aux auteurs de clarifier le « brouillage des schémas d’identification classiques » des activités touristiques. Une floraison de concepts forts signifiants permet une analyse fine des activités de ces nouveaux venus qui sont parfois en délicatesse avec les lois en vigueurs régissant l’exercice d’activités d’hébergement et de prestation de services. Faudrait-il intégrer ces activités dans un « système-monde » en gestation ou les attribuer à une diversification des mobilités qui se ramifient, prenant des contours protéiformes, instables et difficiles à appréhender par l’analyse ?

Les singularités locales, un levier de développement ?

11Avec les exemples de la mobilisation de savoirs locaux dans l’élaboration d’alternatives à la foresterie classique pour la régénération du frêne (chapitre 2), de la petite hydraulique permettant des aménagements étagés des versants (chapitre 3), des modalités de gestion des espaces pastoraux d’acacias sahariens (chapitre 4), ou enfin des contestations des forêts de cèdres entre les communautés des usagers et l’administration forestière (chapitre 10), les auteurs abordent deux paradoxes du développement des zones rurales.

12Le premier de ces paradoxes concerne l’originalité et la singularité remarquables des expériences et des savoir-faire encore vivaces dans la société rurale, qui constituent de véritables atouts pour une gestion solidaire et durable des ressources des terroirs, et les difficultés à faire en sorte que ces expériences soient intégrées dans les projets de développement de ces terroirs. L’entretien renouvelé des terrasses ou leur construction nouvelle en pierres sèches, l’utilisation saisonnière et complémentaire entre pâturages d’altitude (les agdals) et terroirs du bas-pays, ou l’exploitation, ô combien habile, des espaces pastoraux sahariens combinant les interactions entre l’herbe et l’arbre, témoignent de la dynamique soutenue, encore vivante, dans certains milieux montagnards ou oasiens, de ces savoir-faire. Ces exemples dévoilent aussi que des stratégies de gestion des ressources basées sur des pratiques de contrôle mutuel et d’organisation solidaire peuvent créer les conditions d’une gestion respectueuse de l’environnement et de la durabilité des ressources. Les recherches menées par les auteurs ont ainsi permis de révéler l’efficacité des singularités locales et d’insister sur la nécessité de leur prise en compte par les politiques publiques. Ce n’est qu’un commencement : la recherche fondamentale a encore fort à faire pour évaluer l’évolution en cours de ces pratiques locales, identifier des seuils sensibles, conduisant à des désaffections ou à des mutations, et permettre la sauvegarde de « bonnes pratiques » sur le plan social autant qu’environnemental. Mais n’est-il pas déjà trop tard ? Cette petite irrigation, ces systèmes sylvopastoraux originaux se trouvent aujourd’hui menacés par la sécheresse de plus en plus marquée, par les nouvelles pressions sur les ressources ou encore par la désertion des jeunes attirés vers la ville et ses métiers. Ce dernier facteur impacte de façon considérable sur la transmission et empêche la perpétuation de ces savoirs originaux, hérités jusqu’ici de génération en génération, à un moment où la puissance publique commence justement à reconnaître leur valeur pour une meilleure gestion de ces espaces fragiles, menacés par les évolutions du climat et de l’économie globale.

13Le second paradoxe consiste en la rencontre impossible entre la promotion, par l’État, des approches dites « participatives » (aujourd’hui de plus en plus préconisées pour la gestion des ressources des terroirs, en particulier des terroirs forestiers et pastoraux) et la multiplication des acteurs en présence, qui soumettent ces terroirs à des logiques contradictoires : celles des populations d’usagers, qui revendiquent leurs droits traditionnels au pâturage et à la collecte du bois ; celles d’une administration soumise à un code et à des pratiques qui ont largement montré leur capacité à créer des conflits parfois violents entre agents forestiers et populations locales ; celles des entreprises forestières autorisées à procéder à des coupes « réglementaires » du bois par les Eaux et Forêts ou par des grands éleveurs d’origine urbaine, qui cherchent à maximiser leurs bénéfices ; celles encore des communes ou des coopératives. On voit bien ici combien l’opposition entre logiques de groupe et intérêts individuels peut constituer une entrave au développement harmonieux des terroirs.

L’émergence de nouveaux terroirs est-elle encore possible ?

14L’attention des chercheurs portée aux transformations d’arrière-pays déshérités, qui étaient, il n’y a pas si longtemps, considérés comme « incultes », est une autre manifestation des apports de cette recherche collective et multidisciplinaire. Ces recherches révèlent comment le figuier de Barbarie, vieille végétation venue d’ailleurs, est en passe de devenir un produit identitaire pour les contrées présahariennes, un vecteur pour la conquête foncière et, surtout, un exemple de valorisation et d’élaboration de nouveaux produits à haute valeur ajoutée (l’huile de pépins recherchée en cosmétique) (chapitre 7). Le travail de cette équipe ne s’est pas limité uniquement à signaler comment des dynamiques inattendues revitalisent des cultures négligées, voire abandonnées. Leurs investigations révèlent surtout comment le regain d’intérêt pour ces cultures dépasse les aspects financiers. Elles montrent les différenciations d’occupation humaine, d’évolutions sociétales, de conquêtes foncières selon l’ancienneté des plantations, et cela sur plus de 20 000 ha de plantations, qui aboutissent à une différenciation de l’espace. Cette remise en culture s’étend également à l’utilisation fourragère de certaines variétés endémiques, dont les raquettes ont perdu leurs épines. Le commerce de ces raquettes alimente des filières d’échange avec la Mauritanie.

La patrimonialisation est-elle une panacée pour les produits du terroir ?

15Ces initiatives de valorisation d’espaces jadis tenus pour des terres ingrates sont saisies par les auteurs comme la révélation non pas uniquement d’« objets patrimoniaux » pouvant donner naissance à des produits marchands, mais bien de processus de patrimonialisation (chapitre 8). Cette patrimonialisation concerne la réhabilitation de bâtiments traditionnels aussi bien que des sites archéologiques, des paysages autant que des cultures menacées par la mobilité des hommes et la désaffection de la jeune génération. De telles initiatives convergentes sont en voie de faire des patrimoines ruraux le pendant valorisé (entre autres par l’activité touristique) de patrimoines urbains en passe de perdre l’exclusivité de l’identité patrimoniale.

16Les auteurs insistent plus particulièrement sur un produit emblématique de ces « patrimoines ruraux », l’huile d’argan, qui a capté l’attention d’une diversité remarquable d’acteurs, en s’interrogeant sur la relation entre culture et marché. Ce qui était à l’origine une huile domestique, traitée d’une manière traditionnelle pour l’alimentation, consommée surtout par la population concernée par l’utilisation de la forêt d’arganiers comme espace pastoral, devient un produit patrimonial hautement disputé. Les auteurs du chapitre 14 ont pu restituer les filières et les dynamiques de cette sublimation ; ils ont montré comment l’appropriation et les tentatives de monopole de sa production et de sa commercialisation ont contribué, par le biais de la modernisation de l’extraction et du conditionnement, à dépouiller le niveau local de la maîtrise de la production et de la circulation du produit dans les marchés de proximité, pour le promouvoir au plan international comme un produit utilisé dans la cosmétique. Ce passage d’un produit de terroir véritable à un produit de luxe constitue une mutation remarquable d’un rural profond. Les recherches entreprises dans le cadre de cet ouvrage sur ce produit emblématique révèlent aussi des aspects beaucoup plus saillants que ses qualités spécifiques destinées à plaire aux consommateurs. Les chercheurs insistent sur les pratiques quotidiennes des paysans qui parviennent à traiter l’arbre, à façonner le paysage, et font apparaître la diversité fonctionnelle de la forêt, des peuplements et des terroirs (chapitre 5). La patrimonialisation prend alors une signification ; elle n’est plus un argument de vente ou de prestige. Elle est manifestation d’une intégration, grâce au savoir local, de l’arbre dans le système de production des terroirs, révélant, par-là, la variété remarquable du milieu forestier qui s’étend sur des espaces variés. Elle évite la disjonction entre produit de terroir et territoire, qui est un facteur de dissociation entre le contexte culturel de production et la « marchandisation » de l’huile d’argan devenue un produit « hors-terroir ».

17Un autre produit patrimonial fort apprécié, le miel, acheté à des prix exceptionnels du fait de ses vertus curatives, suscite les mêmes dynamiques qui vont à l’encontre de la qualité originelle du produit et conduisent à sa banalisation territoriale (chapitre 6). Cet exemple montre l’ambiguïté des démarches qui tentent de valoriser des éléments du patrimoine rural en modernisant leur production. Les configurations nouvelles de l’apiculture (recomposition des territoires apicoles, hybridation entre techniques traditionnelles et modernes, progrès de la formation en apiculture) peuvent être sources d’innovation ou facteurs de conservation et de valorisation fort importants pour ces produits de qualité issus de la spécificité de la biodiversité végétale du pays, mais elles peuvent aussi devenir des facteurs de dépréciation, voire de perte d’un patrimoine culturel reflétant de vieilles traditions et de savoir-faire liés au terroir et à sa biodiversité.

18La patrimonialisation ne concerne pas uniquement les produits du temps présent. Elle touche aussi un héritage très ancien, remontant au Néolithique (Al Khatib et al., 2008). L’art rupestre, ce legs des premiers établissements humains au Sahara comme en montagne, constitue une richesse qui n’a pas été suffisamment protégée ni valorisée en tant que patrimoine historique précieux. L’intérêt des recherches en cours est de procéder à une lecture rétrospective de ces sites, en reliant le présent au passé, en remontant en quelque sorte les millénaires pour trouver les fonctionnalités originelles de ces gravures : du point de vue écologique, pastoral, culturel et rituel (chapitre 9). Partant des traditions de la gestion communautaire actuelle des agdals, précédemment évoqués, les chercheurs tentent d’établir les correspondances entre les pratiques des pasteurs actuels et leurs ancêtres. L’évolution de ces espaces, depuis leur inscription dans les sites à leur prise en considération actuelle en tant que patrimoine, permet de faire apparaître leur caractère de « paysage culturel » ayant un rapport avec les espaces pastoraux en Méditerranée, considérés comme faisant partie du patrimoine mondial. L’équipe n’entend pas consacrer ses recherches aux seuls aspects de patrimonialisation. Elle compte associer également la conservation de ce patrimoine à la question des possibilités de sa préservation, en liaison avec une pleine implication des communautés paysannes concernées. La recherche s’avère ici non seulement une réflexion sur l’état des lieux de l’art rupestre mais également une démarche prospective, tournée vers le devenir de ces sites, si précieux en tant que fondement d’une identité culturelle.

Des moussem aux foires rurales : une mutation de la fête en milieu rural ?

19Les chercheurs ont aussi montré comment le produit du terroir pouvait être le nouveau vecteur de l’animation de fêtes agraires, des moussem autour d’un saint (chapitre 15). Ces moussem régionaux étaient à la fois fêtes religieuses et foires, espaces de rencontres, attirant les habitants de la région avec leurs tentes pour passer plusieurs jours près du mausolée du saint, et rassemblement de forains venus parfois de très loin. Aujourd’hui, ce n’est plus un saint qui suscite leur célébration, mais un produit du terroir. La tente caïdale sous laquelle on recevait les invités de marque cède le pas au chapiteau et les fêtes folkloriques aux défilés hétéroclites. Les autorités locales et régionales, les élus, les notables sont les vedettes du rassemblement. On peut s’interroger sur les significations des mutations de ces moussem : dépouillés de leur caractère de ruralité, sont-ils devenus l’expression d’une « sécularisation » repoussant l’expression de ferveurs religieuses vers d’autres lieux du sacré ? Sont-ils l’occasion de la mise en visibilité des autorités et des élus, dans l’intention d’offrir à l’État, par le déploiement des services de protocole et de sécurité, l’occasion de promouvoir son image devant les foules assemblées ? Ou simplement l’occasion d’animation d’un marché double : celui des activités économiques et celui des mobilités touristiques ? Toutes ces innovations offrent une matière de réflexion sur une société en pleine mutation, de mœurs, de croyances, de comportements, d’occupations, et dont les attentes doivent peut-être moins compter sur les mannes du ciel pour reporter leurs espoirs sur l’État providence.

Une nouvelle « inversion » des arrière-pays ?

20Mutations des représentations, des identités, des enjeux, des activités, des pratiques ; des aspirations et des attentes : tous ces éléments se bousculent, parfois d’une manière inextricable dans les temps présents. Les chercheurs ont-ils suffisamment d’outils pour les appréhender, les analyser et décrypter leurs expressions protéiformes, à travers la saisie de réalités en rapides changements ? Le concept d’arrière-pays reflète-t-il la globalité de ces changements ; rend-il leurs complexités et permet-il d’accéder à la connaissance des ressorts profonds des transformations ayant marqué ces espaces marginaux, à l’origine toujours en difficulté mais qui, actuellement, semblent être en processus d’émergence et de dépassement de certains de leurs handicaps du fait, entre autres, des effets de la globalisation ?

21Il faut remonter peut-être loin dans les profondeurs historiques du pays pour saisir à quelles époques historiques les « arrière-pays » se sont constitués en territoires marginaux. Depuis que le Maroc organisé en État existe, c’est-à-dire depuis les Idrissides, vers la fin du viiie siècle, ce que l’on a considéré habituellement comme la périphérie du territoire, en l’occurrence le Sahara, était en situation de centralité, producteur de rénovations et d’innovations techniques, de réformes sociales, religieuses et politiques. Les fondations dynastiques suivantes ont connu leur aire de formation justement dans ces « périphéries », comme en montagne. Les Almoravides au xie siècle, plus tard les Mérinides au xive siècle, les Saâdiens au xvie et les Alaouites au xviie siècle ont eu pour berceau de leur dynastie des contrées sahariennes. Les Almohades avaient constitué le centre de fondation de leur pouvoir à Tinmel dans le Haut Atlas occidental, au xiie siècle. Que ce soit l’espace saharien ou montagnard, la centralité de ces régions a été, à des périodes historiques déterminées, au cœur d’un dispositif politique et d’échanges, de pouvoirs émergents qui régissaient le reste du pays mis en périphérie, celle-ci constituant la cible majeure à atteindre pour étendre leur domination. Les oasis étaient alors irriguées par le commerce caravanier et animées par les mouvances religieuses accompagnant la montée des ambitions politiques. La montagne représentait la gardienne des échanges entre les régions sahariennes et les plaines atlantiques, d’abord grâce au contrôle des cols par la centralité politique du pouvoir almohade, plus tard, par la vigie des confédérations des tribus veillant à contrôler les passages et la maîtrise pastorale des deux versants des Atlas.

22Il s’agit là d’un processus évolutif qui s’est déroulé dans la longue durée, étroitement lié à l’articulation des quatre dimensions géo-historiques qui charpentent le pays : les dimensions saharienne, atlasique, méditerranéenne et atlantique. Leur promotion successive ou concomitante en tant que centralité politique, sociale et religieuse, est intervenue à des époques marquées par des mutations profondes de nature socio-économique et géopolitique. C’est ainsi que la centralité des régions sahariennes a prévalu au xie siècle, au xiiie et plus tard au xvie siècle. La dimension atlasique a connu sa prééminence en tant que centre de pouvoir au xiie siècle avec les Almohades. La dimension méditerranéenne a connu à son tour une importance géopolitique, quand l’Andalousie a constitué une extension du pouvoir almohade et mérinide, au xiie-xiiie siècles. Il a fallu attendre le xviiie siècle pour l’amorce de la lente émergence de la dimension atlantique (Naciri, 2011).

L’ubiquité d’antan des « arrière-pays »

23L’arrière-pays semble avoir revêtu plusieurs formes. Historiquement, à un moment où il n’y avait pas de différenciations entre les systèmes productifs autres que celles découlant de la variabilité climatique des régions et de la disponibilité des terres cultivables, il est difficile de repérer ce qui relève des « pays-centraux » et ce qui se rapporte aux « arrière-pays ». Les techniques agricoles traditionnelles ne pouvaient pas créer, en effet, la différence entre les deux catégories d’espace. En revanche, une catégorie juridique pourrait suggérer l’origine historique de cette dernière configuration. En effet, le pouvoir au Maroc (Makhzen) s’exerçait par palier de maîtrise politique des territoires : le Makhzen exerçait d’abord son autorité sur les territoires qu’il dominait directement. Il procédait ensuite par délégation de ses pouvoirs à des notables, caïds, chefs de tribu ou d’une confédération tribale qui contrôlaient un territoire plus ou moins précis ; le troisième palier se caractérisait par la légitimité religieuse du sultan, non contestée par les communautés dont le territoire se trouvait dans une marge inaccessible. C’est le pays « allazi là tanalouhou el’a’hkam », qui se trouvait hors de portée du monarque pour que les règlements qui régissaient la gestion du territoire makhzénien ou ses délégations puissent s’y appliquer. Il y a donc là une catégorie juridique qui pourrait politiquement représenter les « arrière-pays », dans un contexte historique déterminé. La difficulté de les localiser procède du fait que leur présence ou leur disparition dépendait des rapports de force du Makhzen et de sa capacité à couvrir l’ensemble ou partie du territoire qu’il était censé contrôler (chapitre 1). D’où l’ubiquité de ces « arrière-pays », qui pouvaient émerger, en cas de faiblesse du pouvoir central, ou être résorbés, par une autorité en expansion. Leur présence était donc fluctuante : elle se manifestait à des distances plus ou moins proches des centres de pouvoir et se situait dans le nord ou le sud du pays, comme à l’est ou à l’ouest, affectant plus particulièrement des espaces d’accès difficile, notamment les régions sahariennes ou les zones de montagne. Cette existence des « arrière-pays » procédait du fait que le Makhzen ne réussissait jamais à contrôler directement la totalité de son territoire, à des exceptions près selon les périodes historiques.

Un processus d’émergence complexe

24Une tendance irréversible se dessine à partir du moment où la dimension atlantique du pays devient de plus en plus prépondérante. Le basculement intervient assez tôt, à partir du xviie siècle, avec la montée en puissance maritime de l’estuaire du Bouregreg et des activités des bateaux qui partaient écumer les mers et rapporter butins et prisonniers à Salé, faisant des deux rives de l’estuaire un port stratégique, le seul ouvert sur l’Atlantique. Celui-ci devient capital, à la fois sur le plan politique et économique, pour Moulay Ismaël. La maîtrise des plaines atlantiques sur le plan territorial, commercial et maritime était essentielle pour la consolidation de son pouvoir dynastique naissant. La prééminence de la dimension atlantique s’accompagne, de ce fait, d’une entrée en déclin des autres dimensions. En effet, les autres parties du territoire commençaient à se constituer en périphérie par rapport à la centralité politique et économique du pouvoir dans les plaines atlantiques : la dimension saharienne voit le commerce caravanier entrer en déclin ; la dimension atlasique s’affaiblit du fait que les échanges passant par les cols de montagne se raréfient ; la dimension méditerranéenne entre dans une période marquée par le renforcement des puissances maritimes qui interdisaient au Maroc de profiter de l’avantage que représente l’accès libre à la Méditerranée.

25Le xixe siècle voit le renforcement irréversible de ces processus de reconfigurations territoriales au profit de la façade atlantique. Ils se traduiront au xxe siècle par la montée en puissance définitive du littoral, surtout avec l’intervention du Protectorat qui va être décisive dans la lente émergence des « arrière-pays » : trois événements majeurs vont jouer successivement dans cette mise en périphérie des zones de montagne et des oasis, coupées du reste du pays du fait de leur résistance à l’occupation. Ce sont d’abord les lenteurs de la « pacification » qui a mis près de vingt ans à s’étendre à l’ensemble du territoire ; c’est ensuite la volonté délibérée d’isoler les espaces conquis du reste du pays, en faisant des montagnes berbères et de leurs bordures oasiennes un sanctuaire interdit d’accès aux gens des plaines. Enfin, cette sanctuarisation des territoires est destinée à constituer un réservoir de légitimité pour le Protectorat, afin de fonder le projet stratégique qui voulait partager le Maroc entre trois « nationalités », arabe, berbère et française, dont le Dahir berbère en 1930 n’était qu’une ébauche. La partition du Maroc en pays berbère, rattaché à travers les juridictions de coutumes (orf) aux tribunaux français, et en pays arabe, resté dans la mouvance des juridictions musulmanes (chraâ), devait consacrer les discriminations entre Arabes et Berbères et leurs territoires respectifs. Cette « ethnicisation » des territoires, Jean Célérier, géographe colonial de renom, en avait saisi tardivement l’enjeu majeur pour la colonisation « Nous savons aujourd’hui que le Maroc est essentiellement berbère : peut-être avons-nous compris trop tard l’intérêt de ce fait si favorable à notre action » (Célérier, 1929).

26En instituant les montagnes et les oasis en région militaire, où les impératifs de la sécurité primaient sur les autres considérations dans les schémas d’encadrement administratif du pays, les autorités coloniales accentuent l’avantage des plaines atlantiques livrées à la colonisation agraire. Elles vont provoquer, en contre-point, la mise en périphérie du reste du territoire sur le plan social et économique, tout en maintenant leur prééminence sur le plan géopolitique. Célérier (1929) fait des plaines atlantiques « une région naturelle bien individualisée », dans laquelle les montagnes perdaient leurs caractères « antagonistes » pour composer à la scène immense des plaines un cadre en amphithéâtre. « Ce Maroc était donc la base solide de la puissance des sultans. », à partir de laquelle « Le Maroc politique a oscillé au-delà et en deçà ? » « Ce Maroc géographique c’est donc vraiment notre Maroc » (Célérier, 1943).

27Il est possible de dater historiquement « l’institutionnalisation » académique des « arrière-pays » pendant le Protectorat. Les « Actes du 9e congrès de l’Institut des hautes études marocaines, consacré à la montagne marocaine », tenu à Rabat du 13 au 15 mai 1937, font un bilan exhaustif des études et des « prospections » sur la montagne au Maroc. Il s’agit de la présentation des résultats des recherches entreprises, « une mise au point des connaissances sur la montagne marocaine », d’après le dépouillement d’un questionnaire et l’examen des informations fournies par un travail confié à treize sections. C’est dire l’effort collectif qui a abouti à la proposition, pour le congrès, de plus d’une centaine de communications. Ce 9e congrès avait pour but également de fixer l’objectif « interdisciplinaire » d’un projet de recherches pour l’avenir : « C’est en différents points de la montagne marocaine que vont se grouper des équipes mixtes de géologues et de linguistes, de géographes et de naturalistes, de sociologues et d’historiens » affirme M. Gotteland, directeur général de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Antiquités au Maroc, lors de la séance solennelle d’ouverture, en présence du général Noguès, résident général, et des personnalités académiques, venues notamment de l’Académie des sciences coloniales de Paris. C’est dire la mobilisation intellectuelle et politique pour l’étude d’une montagne, dont les problèmes étaient considérés comme vastes et complexes. Lors de la séance plénière de clôture, dix vœux ont été émis : ils résument les orientations majeures du futur projet de recherches. Il s’agit là, pour la première fois dans l’histoire du Maroc, d’un investissement remarquable des énergies intellectuelles et d’une mobilisation académique d’envergure pour la connaissance d’un espace territorial, âprement soumis par les autorités coloniales. Les actes de ce 9e congrès peuvent être considérés, à juste titre, comme les actes fondateurs sur les plans académique et politique des « arrière-pays », au xxe siècle.

L’obsession des « Deux Maroc »

28Quand, tout à fait au début du Protectorat, les coloniaux ont voulu distinguer entre le « Maroc utile », propice à la mise en valeur et au peuplement européen, et le reste du pays, sans intérêt économique majeur ni possibilité d’implantation coloniale, Célérier comme Hardy, théoriciens de la colonisation, s’en sont indignés ; le premier s’interroge sur la validité de ce partage dès 1927 : « Peut-on concevoir Deux Maroc ? Un “Maroc utile”, équipé à l’européenne et un Maroc déshérité abandonné aux procédés indigènes ? Un utilitarisme trop étroit serait une cause de ruine […] le problème dépasse les données immédiates purement économiques » (Célérier, 1929). Il souligne en fait la dimension géopolitique dangereuse de ce partage entre deux représentations territoriales du pays. En 1933, Hardy confirme cette crainte, mais attribue cette distinction au rythme de l’occupation : s’agit-il de se borner momentanément aux régions productives en « attendant que le reste se [soumette] à la longue par attraction ? » En réalité, conclut-il : « Le “Maroc utile”, c’est tout le Maroc. ». Un géographe colonial et un historien de la colonisation s’accordaient donc sur l’invalidité du concept ; ils adoptent cette posture en faisant la part de l’intérêt stratégique et militaire et celle de l’utilitarisme des coloniaux, préoccupés d’abord par leurs intérêts agraires fondés sur une représentation duelle de l’espace. Célérier refuse le « dualisme fondamental » entre le diptyque « français et indigène ». D’autres antagonismes préoccupaient les deux théoriciens : ceux existant entre plaines et montagnes et leurs ethnies respectives, entre paysannerie sédentaire et pasteurs, entre la dynamique de l’individualisme et la résistance des pratiques communautaires.

29En réalité, ces discussions sur l’existence des deux Maroc ont un arrière-plan : il s’agit de la compétition entre deux écoles, celle des géographes et celle qui comprenait historiens, sociologues, linguistes, juristes, réunis en une chapelle, celle de l’Institut des hautes études, qui a bénéficié de l’appui de l’administration des Affaires indigènes et du Contrôle civil. Les géographes, en perte d’influence politique dans les années trente, soutiennent contre leurs pairs de l’Institut la nécessité de l’analyse géographique pour prendre en compte l’inéluctable évolution du monde rural, et ce contre la thèse soutenue par l’Institut de « l’immuabilité comme trait fondamental du Maroc ».

30Célérier (1943), qui a consacré une étude fort intéressante au paysage rural au Maroc, considère que celui-ci, au-delà de la diversité des milieux et des transitions climatiques, est : « Un incomparable conservatoire des formes sociales, mais des formes vivantes juxtaposées par un anachronisme durable. ». Le rôle du géographe est, selon lui, d’essayer de saisir dans le monde rural « l’ensemble de ses dépendances, de ses réactions, de son comportement ». Les paysages, dans leur diversité et leur opposition, témoignent donc, longtemps après la disparition de ceux qui les avaient aménagés, des changements de la société rurale et donc de la validité de l’analyse géographique (Naciri, 1983). La défense de cette approche va au-delà des préoccupations de la discipline, car l’un des traits essentiels de la pensée de Célérier était de ne jamais séparer les préoccupations politiques et idéologiques de ses recherches de géographe. Tout en cherchant à comprendre le « Maroc essentiel, le Maroc permanent » (Célerier, 1943), il ne pouvait s’empêcher de voir dans certaines plaines céréalières du Maroc atlantique ou dans l’ordonnancement des champs oasiens une réplique de la France profonde et des paysages similaires à ceux de la Métropole, en Champagne ou dans le Bocage normand. Célérier a attribué également à la colonisation agraire, le rôle d’un retour à la terre, donc une valorisation des racines terriennes et paysannes de la France, seules susceptibles de servir de catharsis à la décadence provoquée, selon lui, par la civilisation industrielle, l’urbanisation et « l’intellectualisme » des élites françaises d’alors.

31Ces propos sur le « Maroc utile » ne nous éloignent guère de la réflexion présente de ce livre sur les arrière-pays. Ils montrent que, dans le passé, l’intense débat qu’ont suscité leurs places dans l’ensemble du territoire et ses représentations spatiales (selon les périodes, les tendances politiques et idéologiques, les chapelles académiques et les arcanes des autorités militaires et civiles) a été très vif dans les cercles de la colonisation. Car l’assignation d’une partie du territoire en tant que catégorie territoriale déterminée par ses structures agropastorales et les difficultés du milieu n’est pas exempte de connotations multiples. Les préoccupations politiques et idéologiques, même à notre époque où le handicap colonial a été levé depuis plus d’un demi-siècle, ne sont pas absentes des politiques agricoles mises en œuvre avant d’aborder autrement les actions de développement rural des campagnes handicapées par leurs retards de structures et d’évolution technologique.

L’inversion inattendue d’une assignation territoriale

32Il est très courant de lire dans des travaux de recherche sur le monde rural au Maroc, comme dans des articles de journaux et dans le discours des politiques, l’utilisation inversée de ce qui était présenté par la colonisation agraire comme une détermination positive des plaines atlantiques, constituant « le Maroc utile », contre le reste du pays sans utilité apparente. L’affirmation de cette discrimination territoriale est devenue, depuis l’Indépendance, une dénonciation des politiques agricoles qui ont favorisé la grande propriété foncière, les terres récupérées, héritées de la colonisation, et les exploitations modernes tournées vers l’exportation, laissant la majorité des campagnes dans leur enclavement et stagnation économique. Le choix de promouvoir une politique de forte croissance agricole et de modernisation des structures de production s’est accompagné pendant près d’un tiers de siècle d’une tentative de maintien des paysans dans les campagnes, pour lutter contre l’exode vers les villes, pourtant inexorable, et assurer la stabilité politique du monde rural. Car l’État indépendant avait d’abord identifié sa faiblesse plutôt dans le monde rural que dans les villes. « On voulait conserver là où on les sentait encore vivantes ces forces rurales qui garantissaient l’ordre social », recommandation déjà préconisée par Célérier (1943) pour garantir la pérennité de la colonisation.

33Il a fallu attendre la dernière décennie du xxe siècle pour assister au tournant de la politique agricole vers un modèle de développement rural ne considérant plus le progrès à apporter à l’agriculture traditionnelle comme une pure affaire de modernisation technique. Électrification, désenclavement, infrastructures de base d’éducation et de santé, eau potable ont commencé à agir sur la transformation d’espaces vivant jusque-là dans l’isolement. Le début du xxie siècle a vu cette tendance à traiter autrement les milieux agricoles en difficulté se renforcer considérablement. Sous un double levier, interne et externe : d’abord, la revendication rurale, sous forme de manifestations organisées partout dans les zones marginales du pays, ces arrière-pays justement, particulièrement dans les régions isolées, par des paysans marchant sur les centres de pouvoir, caïdats, sièges de gouvernorat, voulant parfois porter leurs manifestations au cœur même de la capitale, Rabat, pour crier leur détresse et exprimer leurs revendications. Ces mouvements protestataires ont contribué considérablement à une prise de conscience de la nécessité de sortir des politiques agricoles fondées exclusivement sur la croissance d’une agriculture moderne et la promotion de la grande irrigation. La prise de conscience des habitants des douars de la possibilité de s’organiser collectivement pour exprimer leurs revendications aux autorités locales s’est traduite par la multiplication d’« associations pour le développement ». L’articulation avec l’instance communale a permis parfois, par l’intermédiaire de ces associations, d’intégrer la jemaa traditionnelle dans le processus de prise en charge de la dynamique de transformation de la production agricole et artisanale, touchant l’ensemble des régions du pays. L’ampleur et l’enracinement de ces processus restent peu abordés par la recherche : par quels détours, quels processus, quelles incitations privées ou publiques, sous l’emprise de quelles demandes du marché ou de groupes de consommateurs de plus en plus attentifs à l’alimentation « bio » et aux produits du terroir les sociétés locales ont-elles commencé à prendre en considération la spécificité de leurs productions, de leurs activités, de leurs identités et de leur intégration dans des patrimoines locaux ? La création du pilier II du Plan Maroc Vert, instauré, après coup, sous l’influence d’une migration Nord/Sud de la prise en considération des « produits du terroir », comme alternative à l’agriculture productiviste, n’est-elle pas une nouvelle manière de promouvoir des activités rurales et agricoles dans une perspective dépassant le dualisme entre agriculture industrielle et agriculture paysanne ? Cette tension ou intention saura-t-elle dépasser cette modernisation technique qui néglige d’intégrer les savoirs locaux et les identités rurales dans les processus de création des valeurs productives, concrètes et symboliques ? Les contributions des recherches réalisées par le Laboratoire mixte international MediTer sont un essai probant pour explorer d’autres voies que cette modernisation agricole technique et administrative du potentiel de production de qualité des pays jadis mis en périphérie.

Conclusion

34La problématique basée sur l’investigation des arrière-pays s’est donc avérée remarquablement éclairante par ses diagnostics et par ses résultats de recherche. Ne faudrait-il pas élargir l’application de ce concept à d’autres espaces qui reflètent mieux les enjeux de la globalisation sur l’échelle planétaire. L’appétit des puissances émergentes se traduisant par l’achat de millions d’hectares de terres agricoles dans des territoires marginalisés en Afrique et en Amérique latine n’est-il pas une nouvelle manière d’investir d’immenses territoires restés marginalisés du fait d’une sous-production de ressources pourtant considérables. L’expérience en Afrique orientale et en Afrique centrale de rénovation de centaines de milliers d’hectares par la combinaison duelle de la culture de l’herbe et de l’arbre, conjointement et intimement, est significative à cet égard. En Éthiopie, des terres jadis abandonnées ont été amendées par des techniques de petite irrigation et par la mise en œuvre des savoirs paysans et deviennent des territoires qui ne répondent pas uniquement à la nécessité de garantir l’alimentation de la population locale, mais fournissent à d’autres régions ses excédents de production. Un double objectif est ainsi atteint : la sécurité alimentaire et l’agriculture durable débouchant sur les possibilités d’enfouissement du gaz à effet de serre. Cet objectif environnemental peut constituer ainsi un atout peut-être insoupçonné du rôle que peuvent jouer ces immenses arrière-mondes, appelés à contribuer d’une manière significative à la lutte contre les conséquences des changements climatiques. Ces espaces pourraient se présenter ainsi comme les répliques des arrière-pays, par un changement d’échelle, du local au planétaire, marquant d’une manière éloquente les impacts immenses de la globalisation en passe de changer la face de la planète-Terre. La postface présentée par Guillaume Benoît montrera les enjeux et les défis de cette articulation d’une agriculture raisonnée avec les méthodes de lutte contre les conséquences des changements climatiques menaçant notre environnement terrestre et remettant en questions l’émergence positive et les perspectives d’évolution des paysanneries des arrière-pays, comme celles des arrière-mondes.

Bibliographie

Bibliographie

APDPS, 2014
40 récits sur le développement économique et social des provinces du Sud du royaume du Maroc. Rabat, éditions de l’Agence pour la promotion et le développement des provinces du Sud.

Akesbi N., 2015
Qui fait la politique agricole au Maroc ?
Ou quand l’expert se substitue au chercheur.
Revue critique économique, 32 : 203-227.

Al Khatib A., Rodrigue A.,
Ouachi M., 2008
Gravures rupestres de la province d’Es-Smara. Éditions Marsam, 262 p., résumé en arabe de 36 p.

Anegay K., Lahrech M., 2012
Saveurs et senteurs des terroirs du Maroc saharien. Photographie R. Aman, Rabat, éditions DTGSN.

Célérier J., 1929
Le Maroc est-il un pays neuf ?
La Géographie, 1929 : 65-97.

Célérier J., 1943
Le paysage rural. Hespéris, 30, 3e-4e trimestre : 129-162.

Hardy G., 1921
Éléments de l’histoire coloniale. Paris, La renaissance du livre, 198 p.

Hardy G., 1933
Géographie coloniale. Paris, Gallimard (3e édition), 208 p.

Naciri M., 1983
« La géographie coloniale : une science appliquée à la colonisation. Perceptions et interprétation du fait colonial chez J. Célérier et G. Hardy ». In : Connaissances du Maghreb. Sciences sociales et colonisation, Paris, CNRS Éditions : 436 p.

Naciri M., 1985
« Calamités naturelles et fatalités historiques ». In : Sécheresse ; gestion des eaux et production alimentaire, actes de la conférence d’Agadir, 21-24 novembre 1985, éditions IAV-Hassan II : 83-101.

Naciri M., 2006
« Le cèdre gardien de la mémoire du temps et de l’espace forestier au Maroc ».
In Benzyane M., Blériot P. (éd.) : Le cèdre de l’Atlas. Mémoire du temps, Rabat, Mardaga-La croisée des chemins : 30-35.

Naciri M., 2011
« De la dynamique naturelle à la construction territoriale ». In : Histoire du Maroc.
Actualisation et synthèse, Rabat, Institut royal pour la recherche sur l’histoire du Maroc : 5-33.

Notes

1 Rapport de co-évaluation du Laboratoire mixte international (LMI) « Terroirs méditerranéens : environnement, patrimoine et développement » (MediTer), 2015.

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search