Version classiqueVersion mobile

Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?

 | 
Mohamed Berriane
, 
Geneviève Michon

Avertissement

Texte intégral

  • 1 Les sigles et abréviations sont développés en fin d’ouvrage.

1Cet ouvrage est le fruit des quatre premières années de recherche du Laboratoire mixte international (LMI) MediTer1.

2Les LMI sont des structures co-construites entre l’IRD et ses partenaires du Sud, dont l’objet est le développement d’une coopération scientifique équilibrée et durable.

3Le LMI MediTer, créé en octobre 2011, est le premier LMI en sciences humaines et sociales créé par l’IRD. Réunissant deux UMR de l’IRD et deux équipes de géographes marocains, il est implanté dans les universités de Rabat et de Marrakech. Il s’est ensuite élargi à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap) marocain. Il a été renouvelé en 2016 pour cinq ans, avec, comme nouveau partenaire, une équipe tunisienne, le Laboratoire de recherches sur les ressources sylvopastorales (LRRSP) de Tabarka, université de Jendouba. Le LMI MediTer a mis en œuvre conjointement des opérations de recherche, de formation et d’expertise auprès des politiques publiques autour de la question du développement des territoires de la marge, à travers la promotion des produits de terroir et du tourisme rural.

4Cet ouvrage vise non seulement à valoriser les résultats des quatre premières années de recherche en partenariat menées au sein du LMI, mais aussi à rendre compte des deux principes qui ont servi de fondation à notre démarche collective. Le premier de ces principes est que toutes les activités (recherches de terrain, direction des doctorants, encadrement des masterants) ont été menées par des équipes comprenant au moins un chercheur marocain et un chercheur français. Chaque chapitre de l’ouvrage a ainsi été réalisé en co-rédaction franco-marocaine. Le second principe est la place centrale accordée à la formation. Une partie des chapitres est issue de travaux de doctorants, le doctorant apparaît alors comme auteur, accompagné de ses co-directeurs et de ses encadrants. Par ailleurs, les chapitres reposent en partie sur le travail de stagiaires : les noms des stagiaires et les titres de leurs mémoires sont mentionnés en notes de bas de page en ouverture des chapitres concernés.

5Le LMI MediTer s’est appuyé, depuis octobre 2013, sur un financement obtenu auprès de l’Agence nationale de la recherche (ANR), pour un projet de recherche en partenariat intitulé MedInnLocal (2013-2017) : innovations autour des spécificités locales dans les arrière-pays méditerranéens. Ce projet, qui réunit aussi des partenaires de l’Inra, de l’université de Grenoble et de l’université de La Manouba en Tunisie, s’intéresse aux spécificité s locales (alimentaires, artisanales et culturelles) des patrimoines agricoles et ruraux pour le développement des territoires défavorisé s. Il analyse, dans le sud de la France, au Maroc et en Tunisie, les conditions de réussite de dispositifs de valorisation, tels que les qualifications liées à l’origine (IG), le développement de filières de produits de terroir ou les formes de tourisme alternatif au sein desquels les agricultures familiales tiennent une place centrale mais pas toujours bien reconnue. Certains chapitres de cet ouvrage s’appuient sur les premiers résultats de ce projet de recherche.

Notes

1 Les sigles et abréviations sont développés en fin d’ouvrage.

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search