Version classiqueVersion mobile

Le mercure en Amazonie

 | 
Jean-Pierre Carmouze
, 
Marc Lucotte
, 
Alain Boudou

Deuxième partie

Illustrations

Texte intégral

Figure 1. Défrichement agricole au Lieu-dit Charvein (nord-ouest de La Guyane). L’identification des petits abattis, qui en Guyane française n’excèdent généralement pas un hectare, nécessiterait des images de résolution plus fine. Le traitement de données fournies par Le capteur HRVIR de SPOT-4 à 20 m de résolution permet néanmoins de distinguer les différentes cultures et les divers stades de croissance végétale.
© CNES 1999, traitement IRD.

Photo 1. Déboisement aux environs de Cayenne. À proximité des villes, les défrichements consécutifs à la forte pression foncière entraînent une dénudation totale des sols, même sur les fortes pentes, ce qui les expose au ruissellement, à l’érosion et aux glissements de terrain.
© IRD/A. Gardel.

Photo 2. Abbatis récent à proximité de Saint-Georges-de-l’Oyapock. Cette parcelle a été récemment défrichée puis incendiée, avant sa mise en culture. Le maintien des souches d’arbres sur le sol freine le ruissellement, limite le lessivage, l’érosion et la dégradation des sols.
© IRD/M. Tsayem.

Figure 2. Déforestation le long des cours d’eau en Amapá (Nord-Brésil). La bonne résolution des images Landsat TM (30 m) et l’utilisation de l’infrarouge permettent de mettre en évidence les abattis de petite taille comme en Guyane. Mais la rapidité des défrichements et de la colonisation agricole dans ce secteur nécessitent des observations pLus rapprochées, généralement à chaque saison sèche.

Figure 3. Déforestation le long de la transamazonienne au sud de Santarem (Nord-Brésil). L’utilisation des images à large champ et à résolution spatiale kilométrique permet d’observer les grands fronts pionniers de l’Amazonie brésilienne.
La figure 3 a est fournie par le capteur AVHRR, lequel est essentiellement à but météorologique mais peut être accessoirement utilisé pour la cartographie de l’occupation du sol. Sa résolution de 1,1 km est suffisante pour observer des défrichements d’une telle ampleur.
La figure 3 b est issue d’un capteur radar à grande longueur d’onde embarqué sur le satellite JERS-1. Cette image a été dégradée et rééchantillonnée à la résolution de l’image AVHRR. Du fait qu’il s’affranchit des nuages, le capteur radar est particulièrement précieux pour l’observation des régions tropicales.
© NASDA/MITI/JPL, avec l’aimable autorisation de JERS-1SAR GlobaL Rain Forest Mapping Project.

Figure 4. La retenue de Petit-Saut vue par satellite.
La figure 4 a est fournie par le satellite SPOT en mode multispectral (résolution de l’ordre de 20 m), en couleurs dites pseudo-naturelles.
© CNES 1998, traitement IRD.
La figure 4 b est fournie par le satellite JERS-1 (image radar à résolution dégradée à environ 100 m).
© NASDA/MITI/JPL, avec l’aimable autorisation de JERS-1SAR Global Rain Forest Mapping Project.

Figure 6. Extrait de la carte IGN à 1/500 000 à proximité de Saül (Centre-Guyane). La richesse et la densité de la toponymie révèlent L’abondance des pLacers miniers et traduisent L’ancienneté de l’activité aurifère dans ce secteur.
© IGN-Paris 1995, autorisation n° GC01-3.

Figure 5. Les découvertes aurifères en Guyane française.
© J.-F. Orru 2000.

Figure 7. Le premier cycle de l’exploitation aurifère en Guyane française (1855-1950).
© J.-F. Orru 2000.

Figure 8. Le second cycle de l’exploitation aurifère en Guyane (depuis 1980).
© J.-F. Orru 2000.

Photo 3. Site d’orpailliage récent (barranque Bernardin), dans la crique Dosmond. Sur cet affluent de la rive gauche du Petit Inini, on remarque le mécanisme de fonctionnement de la table, avec l’arrivée du tuyau d’aspiration dans la caisse, puis les pans inclinés (ici deux). Afin d’éviter que les rejets de la table ne s’écoulent dans la barranque en exploitation, des palissades en feuilles de palmier tressées sont disposées sur ce terrain plat. Toutefois, ce dispositif est peu efficace, car les rejets envahissent le terrain.
© IRD/J.-F. Orru.

Photo 4. Même site que sur la photo 3, à la saison sèche. L’exploitation est arrêtée faute d’eau pour alimenter les lances monitor. La pompe, destinée à aspirer les alluvions vers La table, est installée sur un radeau fait de fûts métalliques.
© IRD/J.-F. Orru.

Figure 9. Orpaillage et déforestation dans la région de Saint-Élie. Une image SPOT (extraite de la même scène que la figure 4 a), avec une résolution de 20 m, permet de mettre en évidence les barranques au sud-ouest de la scène. Malgré l’affichage en couleurs pseudonaturelles (végétation en vert), c’est l’infrarouge qui apporte le contraste entre la forêt et le secteur orpaillé.
© CNES 1998, traitement IRD.

Figure 10. Orpaillage et déforestation sur la crique d’Artagnan (Sud-Guyane). Sur cet affluent de la rive gauche du Petit Inini, l’image vidéo acquise en 1998 montre que la majeure partie du flat a été exploitée. Les barranques ne sont pas étanches et se déversent dans le Petit Inini (au nord).
© IRD.

Figure 11. Orpaillage et déforestation en amont de la crique Jadfard (Sud-Guyane). Sur cet affluent de la rive droite du Petit Inini (barranque Koukouman), deux survols vidéo effectués en 1998, à quelques mois d’intervalle, mettent en évidence l’extension rapide des surfaces exploitées. La plupart des barranques ont perdu leur étanchéité et Les alluvions se déversent en aval. La revégétalisation du site, constatée dès la fin de l’année 1998, n’apparaît pas encore sur ces images.
© IRD.

Figure 12. Orpaillage et déforestation observés par SPOT en amont de la retenue de Petit-Saut. La composition colorée d’une image SPOT permet de distinguer, par des différences de turbidité, une crique orpaillée (à l’ouest) et une crique non orpaillée (à l’est), en amont de la retenue de Petit-Saut. L’image est représentée en fausses couleurs, telles que les « voit » le capteur (la mesure infrarouge est représentée en rouge, d’où La couleur de la végétation).
© CNES 1998, traitement IRD.

Figure 13. Produit interférométrique issu d’images radar tandem ERS-1/2 de l’Agence spatiale européenne sur un site d’Amazonie brésilienne.
© ESA.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Défrichement agricole au Lieu-dit Charvein (nord-ouest de La Guyane). L’identification des petits abattis, qui en Guyane française n’excèdent généralement pas un hectare, nécessiterait des images de résolution plus fine. Le traitement de données fournies par Le capteur HRVIR de SPOT-4 à 20 m de résolution permet néanmoins de distinguer les différentes cultures et les divers stades de croissance végétale.© CNES 1999, traitement IRD.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Photo 1. Déboisement aux environs de Cayenne. À proximité des villes, les défrichements consécutifs à la forte pression foncière entraînent une dénudation totale des sols, même sur les fortes pentes, ce qui les expose au ruissellement, à l’érosion et aux glissements de terrain.© IRD/A. Gardel.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Photo 2. Abbatis récent à proximité de Saint-Georges-de-l’Oyapock. Cette parcelle a été récemment défrichée puis incendiée, avant sa mise en culture. Le maintien des souches d’arbres sur le sol freine le ruissellement, limite le lessivage, l’érosion et la dégradation des sols.© IRD/M. Tsayem.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Figure 2. Déforestation le long des cours d’eau en Amapá (Nord-Brésil). La bonne résolution des images Landsat TM (30 m) et l’utilisation de l’infrarouge permettent de mettre en évidence les abattis de petite taille comme en Guyane. Mais la rapidité des défrichements et de la colonisation agricole dans ce secteur nécessitent des observations pLus rapprochées, généralement à chaque saison sèche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Figure 3. Déforestation le long de la transamazonienne au sud de Santarem (Nord-Brésil). L’utilisation des images à large champ et à résolution spatiale kilométrique permet d’observer les grands fronts pionniers de l’Amazonie brésilienne.La figure 3 a est fournie par le capteur AVHRR, lequel est essentiellement à but météorologique mais peut être accessoirement utilisé pour la cartographie de l’occupation du sol. Sa résolution de 1,1 km est suffisante pour observer des défrichements d’une telle ampleur.La figure 3 b est issue d’un capteur radar à grande longueur d’onde embarqué sur le satellite JERS-1. Cette image a été dégradée et rééchantillonnée à la résolution de l’image AVHRR. Du fait qu’il s’affranchit des nuages, le capteur radar est particulièrement précieux pour l’observation des régions tropicales.© NASDA/MITI/JPL, avec l’aimable autorisation de JERS-1SAR GlobaL Rain Forest Mapping Project.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 4. La retenue de Petit-Saut vue par satellite.La figure 4 a est fournie par le satellite SPOT en mode multispectral (résolution de l’ordre de 20 m), en couleurs dites pseudo-naturelles.© CNES 1998, traitement IRD.La figure 4 b est fournie par le satellite JERS-1 (image radar à résolution dégradée à environ 100 m).© NASDA/MITI/JPL, avec l’aimable autorisation de JERS-1SAR Global Rain Forest Mapping Project.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Légende Figure 6. Extrait de la carte IGN à 1/500 000 à proximité de Saül (Centre-Guyane). La richesse et la densité de la toponymie révèlent L’abondance des pLacers miniers et traduisent L’ancienneté de l’activité aurifère dans ce secteur.© IGN-Paris 1995, autorisation n° GC01-3.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Figure 5. Les découvertes aurifères en Guyane française.© J.-F. Orru 2000.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Légende Figure 7. Le premier cycle de l’exploitation aurifère en Guyane française (1855-1950).© J.-F. Orru 2000.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Figure 8. Le second cycle de l’exploitation aurifère en Guyane (depuis 1980).© J.-F. Orru 2000.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Photo 3. Site d’orpailliage récent (barranque Bernardin), dans la crique Dosmond. Sur cet affluent de la rive gauche du Petit Inini, on remarque le mécanisme de fonctionnement de la table, avec l’arrivée du tuyau d’aspiration dans la caisse, puis les pans inclinés (ici deux). Afin d’éviter que les rejets de la table ne s’écoulent dans la barranque en exploitation, des palissades en feuilles de palmier tressées sont disposées sur ce terrain plat. Toutefois, ce dispositif est peu efficace, car les rejets envahissent le terrain.© IRD/J.-F. Orru.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Photo 4. Même site que sur la photo 3, à la saison sèche. L’exploitation est arrêtée faute d’eau pour alimenter les lances monitor. La pompe, destinée à aspirer les alluvions vers La table, est installée sur un radeau fait de fûts métalliques.© IRD/J.-F. Orru.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 9. Orpaillage et déforestation dans la région de Saint-Élie. Une image SPOT (extraite de la même scène que la figure 4 a), avec une résolution de 20 m, permet de mettre en évidence les barranques au sud-ouest de la scène. Malgré l’affichage en couleurs pseudonaturelles (végétation en vert), c’est l’infrarouge qui apporte le contraste entre la forêt et le secteur orpaillé.© CNES 1998, traitement IRD.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Légende Figure 10. Orpaillage et déforestation sur la crique d’Artagnan (Sud-Guyane). Sur cet affluent de la rive gauche du Petit Inini, l’image vidéo acquise en 1998 montre que la majeure partie du flat a été exploitée. Les barranques ne sont pas étanches et se déversent dans le Petit Inini (au nord).© IRD.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Figure 11. Orpaillage et déforestation en amont de la crique Jadfard (Sud-Guyane). Sur cet affluent de la rive droite du Petit Inini (barranque Koukouman), deux survols vidéo effectués en 1998, à quelques mois d’intervalle, mettent en évidence l’extension rapide des surfaces exploitées. La plupart des barranques ont perdu leur étanchéité et Les alluvions se déversent en aval. La revégétalisation du site, constatée dès la fin de l’année 1998, n’apparaît pas encore sur ces images.© IRD.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Figure 12. Orpaillage et déforestation observés par SPOT en amont de la retenue de Petit-Saut. La composition colorée d’une image SPOT permet de distinguer, par des différences de turbidité, une crique orpaillée (à l’ouest) et une crique non orpaillée (à l’est), en amont de la retenue de Petit-Saut. L’image est représentée en fausses couleurs, telles que les « voit » le capteur (la mesure infrarouge est représentée en rouge, d’où La couleur de la végétation).© CNES 1998, traitement IRD.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 13. Produit interférométrique issu d’images radar tandem ERS-1/2 de l’Agence spatiale européenne sur un site d’Amazonie brésilienne.© ESA.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2548/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 455k

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search