Desktop versionMobile version

Du bon usage des ressources renouvelables

 | 
Yves Gillon
, 
Christian Chaboud
, 
Jean Boutrais
, 
et al.

Résumé

Full text

1Depuis plusieurs milliers d'années, l'humanité façonne ses ressources et contrôle de manière plus ou moins poussée le rythme de leur renouvellement à travers des pratiques comme l'agriculture et l'élevage. Cependant, dans maints domaines comme ceux de l'halieutique, des ressources hydriques ou encore des ressources végétales, l'intervention de l'homme demeure limitée et le renouvellement des ressources résulte du jeu entre pression de prélèvement et processus bio-écologiques spontanés. L'ouvrage explore les limites et les conditions de la renouvelabilité spontanée des ressources en zone intertropicale. Ces limites concernent d'abord l'influence de l'homme, volontaire ou non, directe ou indirecte, sur la ressource. Tel est l'objet de la première partie.

2La forêt tropicale fournit de bons exemples pour analyser les limites temporelles de la notion de ressource renouvelable. La vitesse de renouvellement est compatible avec la vitesse d'exploitation de certaines ressources, mais non de toutes. Certaines espèces apparaissent comme des ressources non renouvelables ou en tout cas non renouvelées, tandis que la forêt, dans son ensemble, est à considérer comme renouvelable ou non suivant la réalité que recouvre le terme de forêt. Ainsi, l'extractivisme en forêt amazonienne n'est pas à considérer soit comme synonyme d'exploitation et de prédation des ressources, soit comme moyen intrinsèquement apte à concilier conservation et mise en valeur de la forêt. Tout dépend des caractéristiques bio-écologiques et démographiques des espèces exploitées, paramètres essentiels mais largement méconnus, et pas seulement pour les ressources forestières tropicales, loin s'en faut. Or ces paramètres conditionnent non seulement les capacités productives des espèces mais aussi les pratiques d'exploitation et donc la pertinence des modèles de mise en valeur. La diversité des systèmes d'exploitation des ressources forestières et la multiplicité des insertions socio-économiques que cette diversité autorise sont ici soulignées.

3L'analyse de quelques exemples indonésiens de manipulation des écosystèmes et de domestication d'espèces forestières rend compte de la diversité de perception chez les différents groupes sociaux. Elle montre, dans le domaine de la foresterie, l'utilisation qui en est faite par les politiques.

4Un cas de gestion agroforestière indigène illustre comment les paysans ont su non seulement acclimater des ressources forestières dans des systèmes agricoles, mais surtout réaliser un véritable transfert des structures forestières, depuis la sphère de la « nature » jusqu'à celle de l'agriculture. Ce processus de transfert est présenté comme une stratégie originale d'appropriation de la nature, combinant des techniques classiques de domestication des plantes et une tentative de domestication de l'ensemble de l'écosystème. Cet exemple permet de réévaluer la distinction académique qui est faite entre naturel, anthropisé et artificialisé dans le cadre général des relations entre sociétés et milieux. On est fort éloigné de la conception linéaire du processus de domestication, qui irait d'une espèce sauvage à un arbre cloné, d'un écosystème « naturel » à un verger monospécifique contrôlé.

5Les perceptions manichéennes dont sont l'objet les forêts tropicales, tour à tour « enfer vert » improductif et paradis perdu de la biodiversité, se combinent, dans le cas des forêts de mangrove, avec les évaluations tout aussi tranchées auxquelles donnent lieu les zones humides.

6La mangrove est perçue le plus souvent comme un milieu fragile, affecté par l'action humaine, dont les impacts semblent irréversibles. Les statistiques indiquent un recul de la mangrove à une échelle globale. Cependant, une comparaison des états de la mangrove à différentes périodes conduit à des conclusions différentes. Notre compréhension de l'état de la mangrove varie d'un pays à l'autre et selon les disciplines concernées (sciences de la nature ou sciences sociales). La définition même de la mangrove reste problématique. Sont examinées les notions opposées de fragilité et robustesse, stabilité et instabilité, telles qu'elles sont appliquées à la mangrove. L'analyse des processus de changement, l'identification des acteurs, la prise en compte des enjeux contradictoires (politiques, économiques, sociaux) montrent que la compréhension de la dynamique de la mangrove passe par une approche pluridisciplinaire des interactions mangrove-sociétés, à différentes échelles de temps et d'espace.

7Côté savane, les rythmes saisonniers contrastés font penser à des milieux à « turn-over » rapide. Un examen attentif des ressources végétales démontre qu'il n'en est rien et que les contraintes de gestion ne sont pas différentes de celles qui se manifestent en forêt. Là encore, la diversité des usages et les interventions sur les capacités de renouvellement sont déterminantes.

8Dans les savanes africaines — il n'est jamais inutile de rappeler qu'elles portaient, sur des sols réputés pauvres, les plus riches communautés de grands mammifères du monde —, les nombreuses espèces de graminées présentent des caractéristiques et des propriétés dont la signification et l'utilisation varient en fonction du contexte et des intéressés.

9Dans l'ouest du Burkina Faso, la graminée pérenne Andropogon gayanus est un remarquable révélateur des effets de l'intensification des interventions humaines. Suivant les observateurs, elle est plante fourragère (le pasteur), indicateur de jachère bonne à remettre en culture (l'agriculteur), matière première des objets en paille (divers habitants), indicateur de milieu « naturel » (l'observateur de passage). Le scientifique montre que sa présence résulte d'une anthropisation liée aux successions postculturales. L'espèce est à son apogée entre dix et vingt ans après l'abandon du champ et bénéficie de cette manière d'un premier degré d'anthropisation. Cela la distingue des éléments de la flore naturelle (Andropogon chinensis) en déclin dans ce paysage. Ce n'est qu'avec une accélération du cycle culture-jachère (deuxième degré d'anthropisation) que le maintien de A. gayanus est mis en péril. Une anthropisation accrue, avec un cycle encore plus court (troisième degré), engendre chez certains (les migrants mossi pour la majorité) un comportement protecteur qu'on peut qualifier d'artificialisation.

10L'évolution des systèmes agraires au Burkina Faso montre que la transformation actuelle du milieu est rapide. Elle résulte de l'insertion de l'agriculture dans une économie de marché : le premier but de la production n'est plus l'autosuffisance mais le dégagement de produits commercialisables. Dans ce nouveau contexte, l'essentiel de la maîtrise du système échappe à l'agriculteur.

11L'espace occupé au Burkina Faso par les paysans mossi est en grande partie façonné en parc agroforestier, où le karité (Butyrospermum para doxum) domine. Un karité une fois installé est favorisé indirectement par les pratiques culturales, c'est-à-dire par certains paramètres de l'anthropisation du milieu, ce qui n'est pas contradictoire avec le vieillissement global du peuplement de karité. La fréquence actuelle de cet arbre, qui est rare en forêt sèche naturelle, résulte de pratiques anciennes tendant à disparaître et d'une préférence marquée comparativement à d'autres essences, dont Faidherbia albida qui est au contraire privilégié par d'autres communautés paysannes.

12Un parallèle est établi avec les parcs à Faidherbia qui, eux aussi, dans d'autres circonstances, connaissent vieillissement et déclin. Les causes socio-économiques et les conséquences écologiques de cette raréfaction des ressources arborées sont examinées.

13Une lecture agronomique des formes d'anthropisation et d'artificialisation des milieux est utile à la gestion des ressources végétales. L'étude d'espèces utilisées dans les savanes soudaniennes d'Afrique de l'Ouest, mais menacées en tant que ressources, à savoir le karité et A. gayanus, révèle une hiérarchie dans le contrôle, ou « degré d'artificialisation », de la ressource. L'analyse se fonde sur les pratiques observées et les buts poursuivis. Plusieurs degrés d'artificialisation de l'espèce-ressource sont identifiables : exploitation régulée, assistance/protection, culture élémentaire, culture peu artificialisée. Une telle catégorisation, qui relativise et complète les notions classiques de conditions naturelles et cultivées, serait à intégrer dans la conception de programmes d'appui au développement et à la gestion de l'environnement. On montre que la gestion des ressources biologiques locales est loin de faire appel à toutes les opportunités. On pourrait valoriser ces « espèces-ressources natives » qui ont les avantages de l'intégration écologique et culturelle. Une telle valorisation les protégerait mieux que ne le font règlements et sanctuaires de la nature.

14La deuxième partie de l'ouvrage traite de la gestion sociale des ressources renouvelables aux échelles locales

15La place accordée par les chercheurs aux rapports entre les sociétés et les ressources renouvelables a sensiblement évolué au cours des années. Au début, le contexte social était posé comme un facteur, parmi d'autres, d'utilisation de ces ressources. Les pratiques sociales étaient surtout envisagées par le biais de leurs modalités d'adaptation aux dynamiques des ressources, celles-ci étant posées comme la problématique centrale. Ensuite, les facteurs sociaux ont été pris en compte dans les autres thèmes, par exemple ceux d'anthropisation/artificialisation et de prise de décision, tandis que les enjeux de gestion des ressources renvoyaient au fonctionnement même des sociétés. D'une certaine façon, l'organisation sociale des usages des ressources débouche sur de grands débats actuels de développement.

16À Madagascar, la déforestation constitue un domaine de recherche prioritaire. Depuis quelques années, on constate une remise en cause des approches environnementales, en passant d'une vision essentiellement naturaliste à une prise en compte de l'économie et des sociétés. C'est cette approche sociale des phénomènes de déforestation, dans le sud-ouest de l'île, qui est retenue car elle permet d'identifier les situations types, émergeant à l'échelle régionale malgré la diversité des situations locales, et d'évaluer le rôle respectif des migrants et des populations autochtones.

17Le phénomène migratoire n'est pas nouveau à Madagascar, puisqu'il date des années vingt, mais les dynamiques et les itinéraires de migration, les modalités et la durée de l'installation des populations migrantes ont considérablement évolué. Par suite de la combinaison de facteurs sociaux, historiques et climatiques, les migrations se sont graduellement amplifiées pour devenir collectives et, dans certains cas, définitives. La principale conséquence de ces modifications réside dans l'émergence de conflits sociaux et fonciers, de plus en plus forts, entre les populations autochtones et migrantes, qui aboutissent à une dégradation quasi irréversible du milieu forestier. Deux causes sont perceptibles. D'une part, dans la plupart des régions, le pouvoir local s'effrite alors que la cohésion des migrants va en grandissant ; d'autre part, les modalités d'installation des migrants échappent de plus en plus aux groupes locaux qui ont perdu le contrôle cérémoniel de l'accès à la forêt. Dans de nombreuses zones du sud-ouest malgache, ce sont à présent les migrants qui organisent les migrations de parents ou d'alliés, voire de groupes ethniques différents, et qui contrôlent, dans une certaine mesure, l'accès au foncier.

18Dans la société sakalava ancienne, caractérisée par de très faibles densités humaines, l'accès aux ressources naturelles était soumis à la médiation des « maîtres de la terre » (tompontany), qui filtraient les nouvelles arrivées et assuraient, en fait, un usage modéré de ces ressources. Tout au long du XXe siècle, les migrations vers le Menabe ont contribué à mettre les autochtones sakalava en minorité et à les déposséder progressivement de leur statut de tompontany. L'élevage extensif des bovins a cessé d'être le système de production dominant et il doit, désormais, partager l'espace avec des terroirs agricoles permanents.

19L'utilisation-destruction des forêts du Menabe, autrefois tantôt modérée, tantôt ponctuellement brutale, a récemment atteint et dépassé, sur de vastes espaces, un seuil critique. La culture du maïs sur brûlis forestier est, en effet, devenue, de loin, la meilleure façon de rentabiliser le travail agricole. Par ailleurs, les systèmes de production locaux, mis en difficulté par une occupation trop dense de l'espace, ne continuent à fonctionner que grâce à l'exploitation de ce qui reste de la forêt. Aujourd'hui, les acteurs de la déforestation ne sont plus seulement les migrants qui cherchent à accumuler rapidement les bœufs dont ils ont socialement besoin. Les Sakalava autochtones participent désormais activement au désastre écologique, car la crise interne que traverse leur société les conduit à des stratégies « égoïstes » exprimant l'intérêt de quelques-uns au détriment du groupe.

20Les ressources de la forêt africaine se trouvent confrontées à des problèmes similaires, mais à un degré moindre dans l'état actuel de la pression anthropique.

21Selon la perception traditionnelle des Vili du Kouilou (sud-ouest du Congo), les ressources naturelles sont inépuisables mais apparaissent plus ou moins en abondance en fonction de la relation que les humains entretiennent avec les génies. Or, depuis quelques décennies, les habitants des zones rurales (Vili et migrants originaires d'autres régions) ne prélèvent plus uniquement les ressources pour leur propre subsistance mais aussi pour alimenter la ville de Pointe-Noire, en croissance constante. Les Vili observent une diminution des ressources renouvelables (en particulier halieutiques et cynégétiques), qu'ils expliquent à la fois par la colère des génies et par l'impact humain sur le milieu ; mais surtout, depuis les changements politiques de 1989-1990, les deux systèmes de référence représentent un ensemble d'outils stratégiques dans les conflits les opposant aux migrants établis sur leur territoire.

22La quatrième étude de cas examine le rôle de l'eau comme ressource clé indispensable à toute société humaine est analysé dans le contexte extrême du désert d'Atacama, au Chili.

23Le désert d'Atacama, très riche en minerais, abrite quelques rares oasis où de petites communautés paysannes ont développé des techniques de survie héritées d'un lointain passé. Alors que la société atacaménienne a été confrontée tout au long d'une histoire de 15 000 ans à un environnement géographique hostile et à de multiples agressions de type socioculturel, on peut s'interroger sur la nature des mécanismes qui lui ont permis de préserver son environnement et de conserver jusqu'à présent son identité culturelle. L'examen du passé archéologique et historique, l'étude du fonctionnement social des communautés modernes et l'analyse actualisée des principaux indicateurs économiques de production permettent de répondre à cette interrogation et de proposer une perspective modérément optimiste quant au devenir de l'identité du groupe ethnique. Ainsi, l'exode rural n'a pas été directement provoqué par une baisse des eaux agricoles disponibles. Il s'explique par une volonté de s'intégrer temporairement au monde moderne, afin de profiter des avantages offerts par la civilisation tout en procédant à une sorte de mise en « état d'hibernation » des terres confiées momentanément aux anciens. À l'heure actuelle, l'insertion judicieuse de certains systèmes de production dans les marchés urbains régionaux, les évidences tangibles du maintien de nombreux rites coutumiers et enfin le retour des jeunes au terroir pour pratiquer une mise en valeur rénovée des espaces productifs démontrent une fois encore une exceptionnelle souplesse adaptative.

24Si les déserts échappent largement aux préoccupations internationales malgré les originalités adaptatives des espèces qui y vivent, la forêt tropicale, et notamment le bassin amazonien, est au contraire l'objet d'une attention soutenue, sans toutefois prêter assez d'importance aux pratiques complexes d'exploitation par les peuples forestiers.

25À travers l'histoire des mutations d'un système particulier de gestion d'une ressource forestière — les résines damar à Sumatra, en Indonésie —, survenues au cours des cinquante dernières années, on peut mettre en évidence la complexité des relations qu'entretiennent les systèmes de propriété, les structures économiques locales et les relations sociales avec les conditions écologiques et les systèmes de représentation. Dans un premier temps, il est montré comment la combinaison de facteurs économiques et écologiques particuliers a conduit à une réorganisation totale du paysage et des systèmes de production sans modifier profondément les ressources ou l'écosystème. Il est ensuite expliqué comment cette réorganisation a entraîné une véritable révolution au sein des régimes institutionnels locaux. La mise en œuvre d'une stratégie d'appropriation originale permet l'émergence de droits individuels, liés à la gestion de la ressource « résine » dans un but commercial et via un système agroforestier, tout en consolidant les institutions collectives et en préservant les ressources communes.

26En ce qui concerne les dynamiques de domestication et de privatisation des terres et des ressources forestières, il semble n'y avoir ni linéarité ni universalité. Même si la privatisation classique des droits s'observe dans bien des exemples de transformation forestière par l'agriculture, l'intégration de ressources ou de structures forestières dans les nouveaux systèmes agricoles mis en place permet de redonner une dimension nouvelle aux droits collectifs.

27À partir de la création des réserves extractivistes au Brésil, sont examinés et discutés des modèles de gestion des ressources naturelles qui se réclament du développement durable. Ainsi, l'extractivisme tel qu'il est pratiqué en forêt amazonienne ne peut être présenté ni comme une activité synonyme de prédation des ressources, ni, à l'opposé, comme une panacée permettant de concilier conservation et mise en valeur de la forêt. Les facettes de l'extractivisme sont multiples et dépendent tant des pressions économiques sur les ressources que des caractéristiques bio-écologiques et démographiques des espèces exploitées ; la prise en compte de ces paramètres, leur inscription dans des échelles de temps et d'espace sont primordiales pour une évaluation correcte de l'impact des prélèvements sur les écosystèmes et la construction de modèles de mise en valeur. La contribution souligne la diversité des systèmes d'exploitation des ressources forestières et la multiplicité des insertions socio-économiques que cette diversité autorise.

28Le problème de la gestion sociale des ressources naturelles renouvelables est enfin posé dans le contexte de la démocratisation des institutions maliennes.

29Dans le delta central du Niger, les traits spécifiques de la pêche artisanale directement liés aux caractéristiques de l'hydrosystème fluvial s'expriment à plusieurs degrés d'organisation temporelle et spatiale. La durabilité du système de production dépend du respect de ces caractères, comme l'ont montré a contrario les crises de production et les désorganisations sociales observées dans les années soixante-dix et quatre-vingt : le centralisme des décisions de gestion et la dépossession des producteurs locaux vis-à-vis des ressources ont obéré l'efficacité des gestions locales antérieures.

30La décentralisation en cours rétrocède la maîtrise de leurs ressources aux producteurs ruraux, organisés en communes. Or, le modèle agricole qui est appliqué est peu adapté aux secteurs de production qui exploitent les ressources naturelles renouvelables de l'hydrosystème. Il est certes fondé sur la responsabilisation locale, favorable à la réorganisation spontanée du secteur halieutique, mais, pas plus que la politique de gestion centralisée antérieure, il ne tient compte des particularités écologiques, sociales ou territoriales de la pêche, ni des interactions de cette dernière avec les autres secteurs de production dans le même système naturel. La capacité d'intervention des pêcheurs sur leur propre domaine reste limitée, et l'attention qui est portée à la préservation de leurs intérêts insuffisante.

31Dans la troisième et dernière partie de l'ouvrage, intitulée « Science, décisions et stratégies d'aménagement », la question de la décision intègre les différents points de vue qu'adoptent les divers intervenants sur la gestion de la ressource. Ainsi, une représentation de l'état de la ressource (et la définition même de la ressource) implique une référence explicite à la nature des décideurs.

32La « demande sociale » oriente l'intervention de la recherche scientifique ; en retour, les chercheurs transforment les questions qui leur sont posées. Les scientifiques sont de ce fait des acteurs importants dans la production des savoirs qui régissent les relations entre les sociétés et leur environnement. Ils ont la maîtrise, et donc la responsabilité, du choix des données (et de l'évaluation des informations), de leur mise en mémoire, sous forme de base de données, de leur restitution et de leur confrontation au travers de modèles destinés à formuler et tester des hypothèses, voire à proposer des recommandations.

33Dans le cas des jachères, le sol est à la fois une ressource renouvelable et le support de ressources fourragères et pâturées, et de ressources arbustives extraites pour le combustible. Dans les Andes centrales, l'usage et la gestion de ces ressources ne peuvent être interprétés seulement en termes d'adaptation à des contraintes du milieu, même si celles-ci sont importantes dans la communauté aymara de l'altiplano bolivien qui est étudiée. L'usage et la gestion ne peuvent être dissociés d'autres aspects, socio-économiques notamment, car ils résultent d'interactions permanentes et dynamiques entre pratiques individuelles et collectives. C'est donc à partir d'une perspective globale que le devenir des jachères doit être abordé dans des systèmes agropastoraux qui intègrent une rotation collective sur une portion du territoire communal et des assolements individuels.

34Le cycle de rotation collective est remarquablement stable sur le long terme. Néanmoins, au cours des dernières années, des pressions ont été exercées pour que soient, chaque fois, réunies deux soles normalement mises en valeur deux années successives. Une telle réunion a été effectuée en 1990 mais elle n'a pas été renouvelée jusqu'à la fin des observations (1996). Ces modifications d'un espace géré collectivement résultent de négociations entre des agriculteurs qui cultivent également des terres échappant à la gestion collective.

35Des degrés de flexibilité concernant tant la succession des cultures que les dates limites de labour et de récolte sont introduits par les instances communautaires lors d'assemblées qui sont en même temps l'occasion de multiples concertations et confrontations. Cette flexibilité permet à des stratégies individuelles de s'affirmer autour de la définition et la mise en place des assolements. On remarque enfin que la stabilité des normes ne repose pas seulement sur des besoins « matériels » mais aussi sur tout un ensemble de références à une cosmologie et à une histoire.

36Dans le domaine marin, un élément des stratégies de pêche tant industrielle qu'artisanale est constitué par les dispositifs de concentration de poissons. Ils ont pour effet d'attirer et de retenir pendant quelques heures à quelques jours les bancs de poissons pélagiques grands migrateurs. L'analyse scientifique de cette pratique montre comment l'efficacité de ce type d'aménagement est directement liée aux circuits de décision. L'impact de leur introduction se manifeste à de multiples échelles : sociétés, pêcheries, ressources, écosystèmes... ce qui nécessite une approche pluridisciplinaire de leurs effets. Une réflexion est menée, illustrée par des exemples issus de trois expériences (aux Comores, à la Réunion et à Vanuatu). On propose une grille d'analyse des changements liés aux dispositifs de concentration de poissons et de la capacité d'évolution et d'adaptation des systèmes halieutiques où ils sont introduits. Les dispositifs sont considérés comme un point de rencontre entre le comportement de la ressource et les décisions des pêcheurs tant au sein de l'exploitation que des systèmes de gestion de cette ressource. Dès lors, ce sont les potentialités d'apprentissage organisationnel et les dynamiques institutionnelles qui sont privilégiées.

37Le cas de Vanuatu est exemplaire de l'échec d'un programme dont la logique s'opposait à l'organisation et aux règles sociales des communautés villageoises. Aux Comores, on observe un taux de fréquentation des dispositifs de concentration de poissons qui varie selon les îles avec une faible proportion de pêcheurs spécialisés dans ce type de pêche. La réussite de ces dispositifs à la Réunion et leur pérennisation résultent de l'implication des professionnels, tant dans les modalités d'installation que pour la gestion de leur usage.

38Dans la contribution suivante, les modes d'exploitation du littoral de Guinée par les unités de pêche artisanale donnent lieu à une analyse multifactorielle des pratiques utilisant le concept de technotope. Les espèces capturées, les lieux de pêche et les groupes de pêcheurs qui les exploitent sont décrits en vue d'une analyse des caractéristiques des zones de pêche fréquentées par ces flottilles, en relation avec les caractéristiques principales des unités de pêche. Ces divers facteurs explicatifs de l'activité débouchent sur une représentation analytique en termes d'exploitation différenciée des espaces de pêche, les technotopes.

39La pêche artisanale sénégalaise est l'objet d'une autre expérience de modélisation. Le processus de décision individuel est abordé d'un point de vue cybernétique. Il est caractérisé par la combinaison d'un objectif, de choix, de critères et d'une méthode. Des observations et les processus de décision associés sont proposés comme justification de l'approche modélisatrice retenue. Différents modèles de prise de décision développés dans cet exercice de modélisation sont discutés. Quand le processus décisionnel est considéré comme une fonctionnalité adaptative des agents, il apparaît que son efficience est liée à l'instant et au contexte dans lesquels il se réalise.

40La connaissance des relations entre les ressources marines et les caractéristiques de leur environnement suppose la constitution de bases de données. Les informations retenues et le mode d'accès aux données ne sont pas neutres vis-à-vis des utilisateurs potentiels.

41Les différentes étapes de la construction d'une base de données, dans le cadre d'un programme de recherche sur les changements globaux et les ressources marines, sont décrites. Il s'agissait de regrouper, corriger et valider l'ensemble des données météorologiques de surface collectées par les navires marchands sur les océans depuis 1854 (plus de 100 millions d'observations) dans la base de données Coads (Comprehensive Ocean-Atmosphere Dataset). Un programme de recherche sur la dynamique des espèces pélagiques dans les zones d'upwelling a en effet montré que nombre de pays en développement n'avaient pas accès aux données concernant leurs propres côtes, en raison de la complexité du codage et du matériel d'extraction et de traitement nécessaire. L'extraction des données indispensables à ces recherches sur un support facilement accessible et utilisable était l'objectif des concepteurs de la base de données.

42Avant la conclusion générale, l'ouvrage s'achève sur l'analyse d'un modèle de simulation multi-agents conçu pour étudier la dynamique de la ressource halieutique dans un système tropical rivière-plaine d'inondation. Ce modèle prend en compte les principales caractéristiques biologiques et physiques du fleuve Niger au Mali : fragmentation, connectivité et hétérogénéité de l'environnement aquatique, grande amplitude de la crue annuelle, multiplicité des espèces de poissons et de leurs stratégies reproductives. Un ensemble d'expériences de simulation a été réalisé afin de comparer les réponses des populations de poissons à différents scénarios d'exploitation. Les résultats montrent que le niveau des captures annuelles est très dépendant de l'intensité récente des crues, alors qu'il est faiblement sensible aux niveaux présent et passé de l'effort de pêche. Cela peut être expliqué par le fait que les prises sont essentiellement composées de jeunes poissons. Néanmoins, il semble important que l'activité des pêcheurs soit régie par quelques règles, sinon il y a risque de surinvestissement et d'effort excessif qui peut conduire à une chute de la rentabilité ou à des conflits sociaux. Il apparaît également que les gestionnaires doivent être soucieux de la conservation des qualités structurelles de l'écosystème, afin de maintenir une production halieutique annuelle élevée.

© IRD Éditions, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search