Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage des ressources renouvelables

 | 
Yves Gillon
, 
Christian Chaboud
, 
Jean Boutrais
, 
et al.

Conclusion

Perspectives de recherches

Yves Gillon

Texte intégral

1Au terme de cet ouvrage, il semble possible de tirer à la fois des conclusions optimistes et des conclusions pessimistes sur la durabilité de l'exploitation des ressources renouvelables. Des orientations de recherche se font jour par l'identification des connaissances les plus. Il en découle des questions d'ordre social ou biologique dont la prise en compte concomitante permettra d'améliorer l'usage à long terme des ressources naturelles renouvelables. Mais avant de conclure sur le rôle que peut jouer la science, examinons d'abord les sources d'inquiétude, les problèmes irrésolus et les obstacles à surmonter.

2Sachant les difficultés auxquelles sont confrontées les analyses et prévisions, a priori bien plus simples, sur le devenir des ressources non renouvelables, dont les crises globales annoncées par le club de Rome (Meadows 1972) sont régulièrement différées (sur fond de crises locales aiguës il est vrai), tirer des conclusions sur la durabilité de telle ou telle ressource renouvelable peut sembler, a fortiori, extrêmement aventureux.

3Les crises que connaissent l'agriculture et l'élevage ne sont pas non plus extrapolables aux ressources naturelles, en raison des capacités d'accroissement de la production par l'artificialisation des ressources et des processus (révolution verte) et du poids des marchés financiers. On constate par exemple, dans le cas des ressources naturelles, que le progrès technologique, favorable par définition, constitue, lorsqu'il concerne la puissance d'extraction ou la vitesse d'obtention d'une ressource, un facteur préjudiciable à la durabilité. À tel point que les modèles bio-économiques, qui couplent modélisation économique et modélisation biologique, doivent tenir compte de cette particularité (Owen et al. 1998 ; Prato 1998 ; Regev et al. 1998).

4Toutefois, les pratiques agraires productives et les ressources naturelles renouvelables participent à deux mondes interdépendants et interactifs dans divers domaines :

  • qualité des sols et de l'eau ;

  • origine biologique des ressources agraires (espèces ou gènes) ;

  • pratiques intermédiaires (aquaculture ou élevage extensif, espèces semi-domestiques) ;

  • produits de substitution entre ressources naturelles et ressources agricoles, voire ressources industrielles (farines de poissons et farines de soja, bois et matières plastiques) ;

  • partage d'un même espace fini.

5Enfin, le problème de la simplification et de la perte de diversité est similaire dans la sphère agraire et dans celle des ressources de la biosphère. Il s'agit dans les deux cas à la fois d'élimination matérielle et de perte culturelle. Une variété cultivée ou une espèce spontanée est le fruit d'un contexte, culturel pour le premier, évolutif pour le second, mais dans ce dernier cas, ce sont aussi des perceptions culturelles et des connaissances traditionnelles qui donnent ou non à ces éléments naturels le statut de ressource.

6De fait, le train fou de la mondialisation fait des victimes aussi bien dans le champ culturel (perte de particularités et de connaissances culturelles qui va jusqu'à l'élimination des langages) que dans le champ des populations biologiques originales.

7On a jusqu'ici dépensé en vain des trésors d'imagination pour tenter de recréer des races animales perdues. Or la réintroduction locale de populations biologiques disparues n'est possible que dans la mesure où des foyers subsistent ailleurs, et où le contexte culturel est encore (ou à nouveau) compatible avec le statut de ressource d'un élément qui avait été éliminé. C'est ainsi que, sur le continent nord-américain, des populations de mammifères ont retrouvé des effectifs importants après être passés par des minima (Frédérick & Sedlo, 1991).

8On voit donc bien comment se combinent les régressions culturelles et naturelles pour amplifier le désastre de l'uniformisation, lié au manque d'adaptabilité face aux changements.

9Que fait la recherche pour le maintien des ressources naturelles renouvelables ? Sa première tâche est de proposer des estimateurs, objectifs, fidèles et aussi précis que possible, pour évaluer l'ampleur des problèmes et fixer les limites acceptables aux variations. Toutefois, les scientifiques ne savent réellement évaluer que des éléments clairement définissables qualitativement, et quantifiables. Même les cas les plus simples et les mieux documentés supposent que soient clairement définis les objets de l'analyse. Ainsi, le dénombrement de langages humains qui disparaissent ou d'espèces éteintes pose le problème des limites et des différences : entre langages et entre espèces dans les deux exemples proposés.

10Un premier obstacle vient donc de la difficulté à cerner l'objet même du problème - la ressource renouvelable – alors que toute appréciation des changements suppose en principe ce problème résolu. La tâche est d'autant plus ardue que la ressource est considérée plus globalement, comme dans l'aménagement de l'espace rural (OCDE, 1989).

11Une deuxième difficulté résulte du contexte mouvant dans lequel s'exerce l'analyse des usages et des ressources.

12La transformation touche d'abord la donnée scientifique. L'évolution des techniques permet des mesures, voire des définitions, de plus en plus fines qui rendent difficile l'obtention de longues séries chronologiques comparables.

13Par ailleurs, le statut de ressource est en perpétuelle transformation, pour des raisons non seulement économiques et techniques, mais aussi affectives ou esthétiques. De plus, le statut d'une même ressource change suivant qu'elle est abondante ou rare. La raréfaction peut d'ailleurs se traduire soit par une valorisation symbolique (les derniers représentants de...), soit par un désintérêt (la récolte ne vaut plus l'effort à y consacrer). Dans le cas de l'écotourisme, la raréfaction de la ressource attendue fait perdre de l'intérêt aux sites visités. Inversement, en passant de la rareté à une surabondance nuisible, une espèce peut perdre son statut de ressource : animaux domestiques ensauvagés, plantes (ornementales, de couverture, fourragères, mellifères...) devenant « envahisseur biologique ». Enfin, l'évolution du contexte touche les utilisateurs eux-mêmes. Globalement, l'augmentation de la population humaine est souvent dénoncée, sous le terme de surpopulation, comme facteur essentiel de régression des ressources.

14Une troisième difficulté, liée à la précédente, tient aux rétroactions et aux effets indirects des interventions humaines sur les ressources. On a vu que toute artificialisation engendre des phénomènes d'anthropisation. Leurs effets en retour sur la ressource n'ont pas systématiquement de sens prédéterminé. Même dans un contexte climatique stable, avec des valeurs culturelles fixées en ce qui concerne la valeur des ressources, la situation est instable par nature, c'est-à-dire par le jeu des rétroactions.

15Le quatrième obstacle à une gestion durable des ressources renouvelables est le manque d'information sur leur vitesse de renouvellement, potentielle et réelle. La grande majorité des travaux consacrés aux ressources renouvelables, même les plus récents, se contentent de suivre l'évolution de stocks dans le temps, et « au mieux » prévoit leur disparition par extrapolation des séries temporelles. Cette carence illustre l'état de l'art et la difficulté d'obtenir de telles informations tant pour des raisons techniques que pour des questions de « rentabilité » scientifique. Si on ignore la vitesse de renouvellement d'une ressource, on est encore plus loin d'une connaissance des forces qui régulent cette vitesse et qui seraient modulables en vue d'une gestion optimisée.

16Cette remarque nous amène à identifier un cinquième obstacle sur le chemin d'une gestion durable des ressources : la lenteur de la science face à l'urgence des problèmes. Ces derniers sont alors interprétables comme résultant de phénomènes inéluctables : l'augmentation du nombre de « prédateurs » humains et de la puissance de leurs moyens de prélèvement. Aux échelles locales, cette inadaptation de la réponse scientifique tient d'abord au manque d'outils de représentation utilisables à la fois dans le langage des scientifiques et avec les préoccupations des gestionnaires.

17Il n'est évidemment pas possible, pour forcer l'optimisme, de prendre le contre-pied des questions bien réelles soulevées ci-dessus. On peut en revanche esquisser quelques pas dans des directions qui s'ouvrent ou qui se révèlent prioritaires.

18Tout d'abord, il ne faut pas enfermer la recherche, et a fortiori la gestion, dans le préalable illusoire d'une définition et d'une identification universelles des ressources, qui seraient insensibles au contexte, lui-même en perpétuelle transformation. On doit apprendre à se contenter d'entités relatives dans le temps et dans l'espace. Sous peine de rester incantatoire, la prise en compte du développement durable doit intégrer l'évolution des besoins dans un environnement de plus en plus rapidement transformé.

19Le parti pris dans cet ouvrage, à savoir des analyses de terrain précises dans des contextes particuliers, reste donc indispensable ; le problème étant de montrer leur valeur d'exemple. C'est tout l'intérêt de la juxtaposition d'analyses disparates, dont la comparaison révèle à la fois la force des perceptions locales des utilisateurs et la puissance des pressions externes qui imposent des transformations. La ceinture intertropicale fournit à cet égard une palette incomparable de situations. La plupart des ouvrages récents sur la question des ressources renouvelables se situent à l'échelle d'une nation, privilégiant ainsi l'effet des décisions politiques : Frédérick et Sedjo (1991) et Piirto (1996) pour les États-Unis ; Southgat et Whitaker (1994) pour l'Équateur.

20La compréhension globale des changements ne peut faire l'économie d'analyses locales, dont les conclusions sont bien plus contrastées. Elles peuvent même révéler des tendances apparemment contradictoires. La signification d'une ressource à une échelle locale apparaît aussi peu extrapolable à une échelle globale que l'horizontalité de l'eau dans une bassine n'est extrapolable à la sphère des océans du globe. La seule observation ne suffit pas pour comprendre comment passer d'une échelle à une autre.

21L'optimisation d'un usage se résume souvent à un problème d'échelle dans les interactions. Il se pose dans la durée (vitesse relative de l'exploitation et de la reconstitution), dans l'espace (coïncidence ou non entre aire de la ressource et zones d'utilisation), mais aussi dans la sphère sociale : reconnaître les divers niveaux de décision (mondial, national, local) avec leur raison d'être, leurs avantages et leurs inconvénients.

22Une autre voie de succès tient à l'explicitation des actions anthropiques. Le mot « anthropique » est en effet assez précis et banalisé pour donner l'illusion de facteurs identifiés. La réalité est bien différente en fonction des divers modes d'action de l'homme : morcellement, surpâturage, érosion, écotoxicologie, translocation d'espèces... Chacun suppose un examen des effets sur diverses ressources et sur les processus impliqués dans leur renouvellement. La « désanthropisation » peut même apparaître, à l'échelle de temps de l'observateur, comme une perturbation : embuissonnement et « fermeture des milieux » par déprise agricole des pays industriels, par exemple.

23Le manque de connaissance sur la renouvelabilité des ressources naturelles constitue souvent le goulot d'étranglement le plus resserré pour leur gestion durable. Il s'agit donc d'une priorité pour les recherches. De nombreux exemples ayant montré que les relations entre production et biomasse sont complexes, il importe de connaître les paramètres de cette liaison, notamment jusqu'à quel seuil un usage modéré est compensé par un surcroît de production. L'accroissement d'une ressource vivante étant potentiellement exponentiel, il semble judicieux d'apprendre à exploiter cette propriété.

24Cependant, les mesures de gestion à prendre ne pouvant pas attendre, l'autre priorité concomitante est la juxtaposition des connaissances existantes dans des bases de données utilisables en modélisation. Les systèmes d'information géographique et les systèmes experts sont de ce point de vue des outils à développer. Leur mise en œuvre suppose d'une part une harmonisation des données relatives à différentes disciplines scientifiques, d'autre part une possibilité d'accès des acteurs locaux non seulement aux informations primaires, mais aussi aux résultats qui en découlent.

25La découverte de nouvelles ressources et de nouvelles utilisations pour des ressources anciennes constitue un domaine de recherches actif auquel on doit ajouter le transfert géographique d'une ressource et de son usage. Ainsi, la graminée africaine Andropogon gayanus, étudiée dans cet ouvrage, est maintenant utilisée pour les pâturages du Brésil (Mitja et al., 1998).

26Les avantages comparés dans l'utilisation de ressources locales ou introduites constituent une orientation de recherches féconde, comme le suggèrent plusieurs exemples de l'ouvrage.

27Enfin, les recherches sur les modalités d'artificialisation (de la ressource ou de son environnement) conduisent, au-delà d'un renforcement attendu de la production, à des interrogations essentielles sur les voies les plus respectueuses des attentes sociales et des fonctionnements écologiques.

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540