Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage des ressources renouvelables

 | 
Yves Gillon
, 
Christian Chaboud
, 
Jean Boutrais
, 
et al.

Science, décisions et stratégies d'aménagement

Introduction

Science, décisions et stratégies d'aménagement

Christian Chaboud, Christian Mullon et Francis Laloë

Texte intégral

1La plupart des contributions réunies dans cet ouvrage soulignent la nécessité de prendre en compte le mode de décision des acteurs concernés par les ressources naturelles, qu'il s'agisse d'actions individuelles ou collectives, concertées ou conflictuelles, qu'il s'agisse d'exploitation, d'aménagement, de gestion ou d'appropriation.

2Les modes de décision et d'action des usagers d'une ressource renouvelable peuvent être envisagés selon deux catégories principales. Tout d'abord par la description des moyens matériels et immatériels (techniques, modes d'organisation, institutions) mis en œuvre. Ensuite par la représentation des processus qui conduisent les divers acteurs à choisir une solution, parmi les diverses combinaisons et agencements de ces moyens, pour atteindre un objectif. Celui-ci peut être simple (la maximisation d'un revenu ou d'un niveau de revenu, par exemple) ou complexe (pour reprendre une expression souvent utilisée dans cet ouvrage).

3La théorie économique de la décision, notamment depuis Simon (1982), traite explicitement de ce sujet, met l'accent sur la question de la rationalité des agents et de ses limites, et considère le comportement stratégique des acteurs comme une action de ces derniers pour interagir avec leur environnement économique, social et institutionnel, dont ils subissent les contraintes.

4Il s'agit d'identifier des décideurs individuels ou collectifs, ainsi que la ressource qui subit les conséquences des actions découlant de leurs décisions. L'état de cette ressource, tel que perçu par chaque décideur, est l'une des composantes déterminantes de chaque décision. Cette caractéristique oblige, dans tous les cas, à considérer des représentations de la ressource qui intègrent les points de vue de ces décideurs.

5Gérer la ressource implique des décisions justifiées selon un objectif qui est défini et se mesure en fonction d'une représentation de l'état de cette ressource, décisions qui portent directement sur les acteurs et qui interagissent donc sur leurs modes de décision et leurs institutions. Il en résulte les difficultés inhérentes à la « gestion biologique du social » (Weber, 1996) et la nécessité de construire des objets complexes, relatifs à des processus socio-écologiques articulant divers points de vue. En paraphrasant Biarnès et Milleville (1998), il s'agit alors de dépasser le point de vue sur une ressource soumise à l'impact d'un prélèvement pour adopter celui d'un système piloté avec des contraintes, dont certaines sont d'ordre écologique, d'autres relevant des décisions des exploitants ou du contexte institutionnel.

6Les conséquences découlant de cette « décision de complexité » (Legay, 1997) sont nombreuses. Elles portent en particulier sur l'organisation de la recherche dès lors que plusieurs points de vue disciplinaires sont en présence.

7Cette construction s'opère nécessairement au-delà du contexte expérimental et réductionniste traditionnel. Si les protocoles d'observation sont toujours utilisés pour permettre de répondre au mieux à des questions identifiées a priori en articulant des connaissances relevant de diverses disciplines, l'analyse des données (au sens large) participe aussi à la reconstruction de l'objet d'étude, dans le cadre d'une problématique progressive, selon le terme employé par Chassany et Jollivet (1997). Cet élargissement se traduit par la participation de spécialistes des sciences de la représentation des connaissances et de l'information aux programmes de recherche. L'information, son acquisition, sa circulation, sa mise à disposition auprès des acteurs, constitue une question scientifique à part entière. L'information doit être cohérente avec l'objet en construction, et donc être « évolutive », au même titre que la constitution progressive de ce dernier. Par ailleurs, elle doit être utilisée dans des restitutions aux divers acteurs, pour répondre à leurs questions et pouvoir être utilisée dans le contexte de négociations, en permettant dialogues et débats (O'connor, 1999). On se rapproche ici de la notion de système telle que définie par Roling (1994) : « A System is a construct with arbitrarily defined boundaries for discourse about complex phenomena to emphasise wholeness, relationships and emergent properties. »

8Il ressort de ces éléments que la prise en compte des modes de décision dans les recherches sur les usages des ressources renouvelables élargit le contexte dans lequel les apports disciplinaires sont réalisés. Si la rigueur disciplinaire n'est pas moindre que celle pouvant être exigée lorsque la recherche porte sur des objets disciplinaires, elle est peut-être plus délicate à satisfaire lorsqu'elle porte sur des objets complexes, pour lesquels on ne dispose plus de critères d'évidence, mais de cohérence (Legay, 1997). Ces recherches font toujours référence à la demande sociale, avec la construction d'un objet scientifique à partir d'une problématique thématique - cette dimension est présente dans toutes les contributions de cet ouvrage. Elles concourent ainsi à la traduction scientifique par les institutions de recherche du concept de développement durable en tant qu'objet de recherche (Landais, 1998). Ce contexte n'est bien sûr pas celui de l'expertise, mais il est indispensable au développement de la capacité d'expertise. Il inclut donc la question de la relation entre recherche et expertise.

Les contributions

9Les modes de prise de décision et les stratégies d'exploitation présentés dans cette troisième partie de l'ouvrage sont abordés selon des approches et des cas très divers : à partir de l'analyse des succès et des échecs de nouvelles formes d'exploitation, suivant la nature et la forme des relations entre niveaux de décision, en termes de modélisation des décisions individuelles ou encore d'identification d'unités d'exploitation et donc de celle de leur qualité de centre de décision. Les contributions se rapportent à des milieux et à des échelles également très variés. Certaines sont le fruit de collaborations entre auteurs de disciplines de sciences sociales et de sciences de la nature (H. Rey-Valette et P. Cayré, S. Bouju et J.-M. Ecoutin, D. Hervé et G. Rivière, C. Roy et M.-H. Durand). D'autres sont proposées par des modélisateurs (P. Morand et F. Bousquet, J. Le Fur). Ces dernières, en présentant des modèles et la façon de les construire ainsi que les résultats auxquels ils peuvent mener, font référence au contexte interdisciplinaire dans lequel elles ont été conduites : le programme relatif au delta central du Niger (Quensière, 1994), les recherches du CRODT sur les pêches artisanales sénégalaises.

Cohérences entre plusieurs échelles

10Les contributions au thème « science, décisions et stratégies d'aménagement » sont en premier lieu relatives aux décisions locales, à l'échelle des unités de production, des terroirs, des communautés de pêcheurs ou d'agriculteurs. Pour aller plus loin et aborder la question des politiques publiques relatives à la gestion des ressources, on retiendra les conclusions de ces études qui montrent comment les décisions individuelles s'agencent et sont répercutées à des niveaux intermédiaires ou plus globaux, en termes de résultats économiques ou d'état des ressources et des écosystèmes.

11Le fait même d'identifier la décision et la stratégie comme objets d'étude n'est pas sans conséquences sur la définition de ce qu'est une ressource et, surtout, sur la façon de représenter son état et sa dynamique. On admet ainsi que les acteurs fondent en partie leurs décisions sur leur représentation de la ressource, et que l'évolution de l'état de la ressource dépend de ces décisions. La définition de la ressource retenue par un « gestionnaire global » ne peut plus être adoptée sans référence à celles des autres décideurs, notamment locaux. Faute d'une telle recherche de cohérence, le risque est réel d'étudier la ressource et sa dynamique en tant que telles (c'est-à-dire du seul point de vue des sciences de la nature), et de définir alors implicitement un décideur « institutionnel » doté d'un pouvoir d'action sur la ressource définissable et mesurable selon ce seul point de vue.

12En reconnaissant la diversité des représentations des ressources et des centres de décision, on admet que l'impact des usages sur la dynamique des ressources naturelles résulte d'interactions entre acteurs et ressources, et non pas simplement d'une procédure d'optimisation dans laquelle il s'agirait d'« estimer » la valeur des paramètres décrivant l'impact de l'usage, à charge alors pour le décideur « implicite » de définir l'usage et son intensité. Ces interactions se concrétisent dans des procédures de négociation, lesquelles sont au cœur de la contribution de D. Hervé et G. Rivière sur la gestion collective des terres de Pumani. Les assemblées communales annuelles, garantes des règles collectives sur la jachère, admettent l'existence d'une marge d'initiative familiale. Le système collectif de jachères, qui assure une certaine stabilité des relations entre ressource foncière et société, est capable de s'adapter pour permettre la viabilité des exploitations familiales. Ces négociations sont également représentées par J. Le Fur, en termes d'information circulant entre mareyeurs et pêcheurs, dans la modélisation de leurs décisions individuelles au sein d'une pêcherie artisanale d'Afrique de l'Ouest. De même, l'exemple des échecs de certaines implantations de dispositifs de concentration de poissons (H. Rey-Valette et P. Cayré) montre que l'interventionnisme technique, mené sans négociation avec les acteurs locaux, conduit souvent à l'abandon de l'innovation, voire à son rejet lorsque l'intervention volontariste publique se retire.

Les chercheurs sont aussi des acteurs

13La question de la décision, on le voit, conduit à articuler différents points de vue sur la gestion de la ressource et sur la ressource elle-même. Il faut en conséquence expliciter chacun de ces points de vue avec toute la rigueur scientifique disciplinaire nécessaire. Mais, en même temps, les connaissances produites étant relatives à la gestion et à l'aménagement, les diagnostics réalisés, les propositions ne peuvent donc plus être relatives à un questionnement disciplinaire unique.

14Ces résultats ne peuvent être produits que si les objets scientifiques construits sont susceptibles de les restituer. Les niveaux de décision, les choix possibles, les stratégies et les objectifs des divers acteurs doivent être identifiés au sein de ces objets. Il s'avère dès lors que les scientifiques et leurs institutions sont des acteurs importants dans la production et la diffusion des savoirs qui participent à la formalisation des relations entre les sociétés et leurs environnements.

15L'identification des acteurs et des modes de décision occupe naturellement une place très importante dans la majeure partie des contributions. S. Bouju et J.-M. Ecoutin présentent une typologie des unités de pêche artisanale en Guinée, avec, pour chaque type, diverses formes d'action pouvant être décidées par les unités concernées. Ils recourent au concept de technotope (Fay, 1993) pour, d'une part, préciser les caractéristiques écologiques, les savoirs, les savoir-faire et les pratiques de pêche qui conduisent les pêcheurs à décider d'une action particulière et, d'autre part, décrire le déroulement de cette action et les résultats qui en découlent. Dans le cas des dispositifs de concentration de poissons, H. Rey-Valette et P. Cayré montrent comment cette innovation, en modifiant la nature de la répartition spatiale de la ressource, entraîne une modification des modes de décision des exploitants, avec une dynamique institutionnelle qui peut, selon les cas, aboutir à l'adoption ou au rejet de l'innovation.

L’apport de la modélisation

16L'apport des outils, des concepts et des démarches de la modélisation peut être déterminant pour la construction des objets complexes et leur utilisation pour des analyses par simulation. La contribution de J. Le Fur présente de façon minutieuse une telle démarche dans le contexte de la pêche artisanale au Sénégal. P. Morand et F. Bousquet proposent une représentation explicite de l'interaction entre une ressource et son exploitation (et donc de cette ressource et de cette exploitation), selon des modèles « multi-agents ». Ces modèles permettent un examen des conséquences de divers scénarios, en particulier sur la production d'une région (le delta central du Niger au Mali) dans son ensemble. Les résultats des simulations conduisent à insister sur l'importance de « la régulation des rapports sociaux autour du partage du flux annuel de poisson « offert » par l'écosystème ». La forme de l'impact des conditions d'environnement récentes sur ce flux est très dépendante de la structure de l'écosystème. Cette dernière peut elle-même être modifiée, à plus long terme, en fonction des aménagements entrepris, notamment en ce qui concerne les ouvrages hydrauliques. Elle est donc elle-même objet de gestion. L'identification des niveaux de décision et des caractéristiques liées à l'environnement social et naturel conduit les auteurs à concevoir un cadre général permettant de proposer un protocole d'observation et de restitution au sein d'un observatoire adapté à ce cadre et constituant un outil essentiel de gestion participative.

Le rôle intégrateur de l’information

17Dans les études sur la dynamique et l'usage des ressources renouvelables, la construction de l'objet d'étude peut nécessiter des recherches impliquant des collaborations entre des équipes dispersées au sein de réseaux.

18Dans ce contexte, l'information, l'observation, la collecte de données nouvelles aussi bien que la mise à disposition de données existantes, validées sous une forme compatible avec les questions posées, occupent une place déterminante. C. Roy et M.-H. Durand montrent comment, dans le contexte du programme Ceos consacré à l'analyse comparative des écosystèmes d'upwelling dans diverses régions côtières de l'océan mondial, il est apparu nécessaire de mettre les observations « historiques » à la disposition des diverses équipes du réseau lancé par le programme. Tout comme la ressource halieutique du delta central du Niger, celle constituée des poissons pélagiques côtiers est très variable, soumise aux conditions de son environnement (avec bien sûr des structures d'écosystème totalement différentes). La base de données Coads ainsi mise à disposition a permis de tester des hypothèses générales relatives à la productivité des écosystèmes d'upwelling côtiers ; elle a peut-être avant tout constitué un outil de communication sans lequel cette action n'aurait pas pu être possible.

Conclusion

19Les recherches comparatives sur la dynamique et l'usage des ressources renouvelables conduisent nécessairement à mettre l'accent sur l'organisation et les modalités de la recherche que suscitent ou que remettent en cause les questions d'environnement. Ce qu'on appelle la « demande sociale » transforme aujourd'hui les contenus et les modes d'intervention de la recherche scientifique ; en retour, les chercheurs modifient la formulation des questions qui leur sont ainsi posées. C'est cette interaction qu'il s'agit de mettre en évidence, de façon à ce qu'elle émerge comme sujet d'une recherche dont l'objectif serait de déterminer les conditions dans lesquelles s'instaure un cercle vertueux, propice à un meilleur usage des ressources et à l'amélioration des savoirs.

20En décidant d'associer à l'analyse de la dynamique des ressources renouvelables celle des acteurs et de leurs décisions, on décide également de construire des objets complexes (Legay, 1997) et de mener des recherches sur ces objets. Ces recherches impliquent une profonde interdisciplinarité, avec un impératif d'autant plus important de rigueur dans l'explicitation des points de vue disciplinaires en présence. Les références à la demande sociale ou à des problématiques strictement thématiques sont toujours présentes.

21Les contributions réunies autour du thème « science, décisions et stratégies d'aménagement » — il en est de même, en fait, pour l'ensemble de celles présentées dans cet ouvrage — permettent de mieux illustrer la relation entre les deux questions abordées : d'une part, la représentation des décisions et des stratégies d'acteurs dans l'usage des ressources et leur interaction avec la dynamique de ces ressources ; d'autre part, la prise en compte des chercheurs et de leurs institutions comme acteurs dans la gestion des ressources renouvelables. Les références qui en découlent, relatives à l'interdisciplinarité, à la construction d'objets complexes, à la demande sociale, peuvent apparaître comme une nouvelle résurgence d'un vieux débat cyclique et jamais résolu. Elles correspondent en fait à un sujet difficile, très vaste et actuel, au cœur du problème abordé, par exemple, dans le cadre du colloque organisé en décembre 1998 par l'association Nature Sciences Sociétés Dialogues et intitulé : « L'évaluation scientifique : objets complexes et approches interdisciplinaires dans le domaine de l'environnement. Acteurs, structures, enjeux et questionnements ». Les contributions qui suivent participent à l'identification de la nouvelle situation épistémologique décrite par Legay en introduction à ce colloque (Legay, 1999). Tout programme de recherche sur ces thèmes devra désormais prendre en compte cette nouvelle situation, tant pour l'agencement des disciplines que pour les choix méthodologiques à mettre en œuvre.

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540