Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage des ressources renouvelables

 | 
Yves Gillon
, 
Christian Chaboud
, 
Jean Boutrais
, 
et al.

Gestion sociale locale

Introduction

Gestion social locale

Jean-Baptiste Boutrais

Texte intégral

1La place accordée par les chercheurs aux rapports entre les sociétés et les ressources renouvelables a sensiblement évolué au cours des années. Au début, le contexte social était posé comme un facteur, parmi d'autres, d'utilisation de ces ressources. Les pratiques sociales étaient surtout envisagées par le biais de leurs modalités d'adaptation aux dynamiques des ressources, celles-ci étant posées comme la problématique centrale. Ensuite, les facteurs sociaux ont été pris en compte dans les autres thèmes, par exemple ceux d'anthropisation/artificialisation et de prise de décision, tandis que les enjeux de gestion des ressources ont renvoyé au fonctionnement même des sociétés. D'une certaine façon, l'organisation sociale des usages des ressources débouche sur de grands débats actuels de développement : problèmes fonciers d'accès aux biens communs, arbitrage des conflits d'exploitation de ressources, autonomie des communautés locales par transfert d'attributions étatiques, émergence de la notion de patrimoine écologique ou naturel. Pour ne pas embrasser toutes ces grandes questions, le thème peut être formulé autour d'interrogations plus ciblées : quelles sont les formes d'organisation sociale propres à assurer la gestion des ressources renouvelables ? Ces organisations sociales s'expriment-elles par des savoirs et des pratiques spécifiques ?

L’impossible retour au traditionnel

2Derrière la complexité des relations entre les sociétés et les ressources renouvelables, un schéma historique certes réducteur mais néanmoins opérationnel est emprunté à une périodisation des usages de la forêt par les Sakalava de Madagascar.

3Une situation dite traditionnelle se caractérisait par une série convergente d'éléments : richesse en ressources, équilibre des prélèvements, respect de dynamiques naturelles et de lieux, sacralisation de forces panthéistes et de génies. Lui succéda une phase de transition marquée par l'arrivée de migrants, aux conséquences d'abord anodines puis génératrices de dysfonctionnements de plus en plus graves : perte de contrôle des ponctions sur les ressources, appauvrissement de ces ressources, dérégulation sociale, désacralisation des liens avec la nature. Cette perte d'une gestion ancienne aboutit aujourd'hui à une situation de crise : prédation des ressources renouvelables par spécialisation ou comme palliatif à la pauvreté, tensions sociales, résurgence de rituels liée à des revendications politiques. Cette périodisation des rapports à la forêt du sud-ouest de Madagascar pourrait aussi bien s'appliquer, certes avec des variantes, aux ressources de chasse et de pêche d'une région d'Afrique centrale. Elle est pourtant porteuse de nombreuses ambiguïtés.

4Même sans évoquer une situation ancienne « bucolique » comme le font certains, quelle est la pertinence de l'idée de sociétés dites traditionnelles, c'est-à-dire supposées stables, en harmonie avec la nature et bonnes gestionnaires des ressources naturelles ? Très faible, si ce n'est nulle. C'est la projection dans un passé d'autant plus ancien d'une situation d'autant plus idéalisée. De ce point de vue, aucune société n'a probablement été traditionnelle. Ce que géraient les sociétés anciennes, c'étaient exclusivement des rapports sociaux et non des ressources. Une bonne gestion des rapports sociaux faisait en sorte qu'il existait également une bonne gestion apparente des milieux naturels.

5Quant aux migrants présentés comme destructeurs des richesses locales, c'est un thème récurrent dans les sociétés qui vivent de ressources renouvelables : pêcheurs, chasseurs, pasteurs, cueilleurs. En fait, leur arrivée n'est pas complètement étrangère aux sociétés locales. Des membres de ces sociétés, souvent entreprenants, sollicitent ou autorisent l'installation de migrants pour servir des initiatives personnelles. Dans un premier temps, les autochtones tirent des bénéfices des arrivées de migrants, avant de développer des réactions de frustration et d'hostilité. Pourtant, dans certains cas, les migrants n'exploitent pas les mêmes ressources que les autochtones ; dans d'autres, ils mettent en œuvre des techniques particulières. Les sociétés d'accueil se différencient entre celles qui s'adaptent et assimilent les techniques apportées et les autres qui n'effectuent que de rares emprunts. L'accusation contre les migrants de se comporter en destructeurs de ressources renvoie souvent à des contradictions internes aux sociétés d'accueil elles-mêmes. Il est plus facile d'incriminer des acteurs externes que de résoudre des problèmes sociaux internes. Cela se traduit par l'émergence de revendications de la part des populations locales pour protéger leurs ressources, d'actes de violence contre les nouveaux venus, par la résurgence de cultes abandonnés depuis des décennies et la réinvestiture de chefs de terre, liée à des revendications foncières. Derrière l'affirmation d'un contrôle nécessaire des ressources, l'enjeu réel concerne, une fois encore, un contrôle des personnes, c'est-à dire un objectif politique. Ce qui resurgit, c'est la recherche d'une certaine autonomie politique, accompagnée d'un principe d'exclusion.

6Malgré la remise en vigueur de cultes anciens, un retour aux sociétés supposées traditionnelles est désormais impossible. Les sociétés anciennes ont évolué, par dynamique interne ou sous l'influence de pressions externes, si bien que d'anciens fonctionnements régulateurs de leurs prélèvements de ressources ne peuvent plus être remis en vigueur. Les populations locales sont devenues hétérogènes et elles entretiennent des rapports diversifiés avec les ressources renouvelables. Elles ne sont plus organisées en communautés d'usagers qui participaient à un même système de gestion des ressources.

7D'une façon générale, les sociétés rurales sont rarement de véritables gestionnaires des ressources renouvelables. Elles gèrent plutôt des rapports sociaux et politiques. Même des sociétés anciennes, créditées de respect envers la nature, manifestaient du désintérêt à son égard, en particulier vis à-vis de la végétation. Cependant, des processus de déstructuration sociale et politique entraînent des mécanismes similaires du côté de la gestion des ressources. La perte de cohésion sociale par appauvrissement est réputée entraîner des menaces pour les ressources, dès lors qu'elles deviennent surexploitées. Mais l'enrichissement des ruraux est peut-être encore plus dommageable, par exemple lorsqu'il se traduit en capitalisation de bétail qui, devenant trop nombreux, dégrade les ressources fourragères. D'une certaine façon, il apparaît illusoire d'attribuer aux sociétés rurales une responsabilité de gestion des ressources tant qu'elles-mêmes se trouvent déstructurées. Il conviendrait d'abord de les aider à recouvrer une cohésion interne.

Le retour au local

8Le schéma de périodisation des gestions sociales de ressources peut se décliner selon une composante spatiale. En l'occurrence, il ne s'agit pas d'une simple affaire de cadre d'intervention de systèmes sociaux mais de conception et de localisation des prises de décision.

9Autrefois, les sociétés géraient directement les ressources renouvelables à des échelles locales. Chaque pouvoir local adaptait ses décisions à l'irrégularité de la ressource par l'accueil d'utilisateurs étrangers en période d'abondance ou leur mise à l'écart en contexte de raréfaction. Les irrégularités de ressources en eau et en herbe, en particulier, peuvent survenir à la fois dans le temps et dans l'espace. En milieu caractérisé par d'incessantes oscillations climatiques, ces ressources peuvent varier avec une grande ampleur. Leur exploitation entraîne fréquemment des déséquilibres par surcharge et excès de prélèvement. On suppose que les sociétés anciennes savaient s'adapter à ces ruptures par plusieurs mécanismes : flexibilité des règles d'accès aux ressources, mobilité des utilisateurs, alternance ou complémentarité des lieux d'exploitation. L'efficacité de l'exploitation des ressources n'était pas liée à la propriété de la terre mais à la capacité de rassembler une main-d’œuvre nombreuse, dans un cadre familial en Afrique ou dans celui des relations paternalistes de patrons à clients en Amérique du Sud.

10Une conception plus moderne de la gestion des ressources renouvelables a longtemps légitimé une centralisation des décisions à l'échelon des États. Les principes invoqués pour en déposséder les populations locales pouvaient varier : assurer l'égalité des droits d'accès aux ressources et la coordination centrale des équilibres entre prélèvements et protection en Afrique noire, privatiser et individualiser les ressources pour améliorer leur exploitation ou encourager de nouvelles activités en Amérique latine. Partout, les gestions dites modernes des ressources renouvelables ont provoqué des effets désastreux.

11En Amérique latine, ce fut le cas, par le biais d'une déforestation de l'Amazonie et d'une désorganisation sociale. En Afrique noire, les États centralisateurs ont été incapables d'appliquer leur maîtrise foncière sur les eaux, les pâturages et les forêts. Ouverts à tous, les espaces de ces ressources ont perdu toute protection et se sont retrouvés en situation de libre accès, entraînant des processus de surexploitation, de raréfaction, d'appauvrissement et des conflits entre acteurs. Des règlements rigides d'exploitation ont remplacé les mécanismes anciens de flexibilité et de mobilité de type « opportuniste » mais ils n'ont pas été vraiment appliqués.

12Face à l'appareillage étatique ou à la logique d'appropriation privée, les populations locales ont adopté des stratégies différentes : inertie accompagnée de transgression silencieuse et consensuelle du système officiel (Afrique noire), revendication de droits fonciers et d'usages de la forêt par de petits groupes menacés de marginalisation (Amérique du Sud). Dans le premier cas, le maintien d'un minimum de gestion locale des ressources, en dépit d'un système centralisé, a permis de limiter les conséquences néfastes de mesures étatiques inadaptées à des situations particulières.

13Dans le second, il s'agissait moins de préserver la forêt que de continuer à exploiter des ressources forestières comme par le passé.

14Depuis quelques années, on assiste un peu partout à une remise en cause des gestions centralisées des ressources au profit de gestions locales, impliquant les populations ou plutôt les communautés concernées. Ce changement est fondé sur la présomption que les communautés locales sont les mieux à même de gérer correctement, c'est-à-dire dans l'intérêt collectif, leurs ressources renouvelables. Tout se passe comme si on découvrait soudain que les populations locales sont de bonnes gestionnaires de leur environnement naturel. Cela se traduit par un intérêt nouveau à l'égard des savoirs populaires et des pratiques locales vis-à-vis des ressources. La revalorisation des gestions locales se traduit par la création de réserves extractivistes en Amazonie et par celle de « communes rurales » en Afrique de l'Ouest, dans le cadre d'une décentralisation administrative.

15Le retour actuel à des gestions locales de ressources n'est pas exempt de malentendus et de risques. Pour qu'il soit possible, il faut que deux conditions au moins soient remplies : l'existence de ressources renouvelables abondantes et suffisamment accessibles pour être commercialisées et créer de la richesse ; des communautés locales vivant de ces ressources et organisées avec un minimum de cohésion. Or, il est rare que les deux conditions soient satisfaites de façon simultanée. Beaucoup de sociétés locales sont désorganisées, par suite des politiques centralisatrices et de l'insertion dans l'économie de marché. La récupération de maîtrises anciennes des ressources sera souvent difficile ; des principes de flexibilité et d'arbitrage deviennent moins facilement applicables qu'autrefois. Par définition, une autorité locale est mal armée pour régler des oppositions d'intérêts, à propos de ressources, avec des voisins. La fonction d'arbitrage implique l'intervention d'autorités extérieures et plus englobantes que l'échelle locale. De même, une gestion collective locale des ressources reste souvent à construire, avec l'appui indispensable d'instances extérieures.

16Le retour en force du local dans la gestion des ressources apparaît comme un paradoxe quand la plupart des ruraux tendent à combiner plusieurs activités et revenus sur plusieurs espaces. Autrefois circonscrites au sein de terroirs, espaces locaux stables et fermés, les économies rurales s'articulent maintenant sur des réseaux liés à des opportunités souvent offertes par la ville. Les systèmes actuels de production agricole intègrent les migrations.

17À cette contradiction entre revalorisation du local et « externalisation » du rural, deux interprétations peuvent être apportées. D'abord, le retour au local, impliquant la réhabilitation difficile d'institutions anciennes, conduirait simplement à une impasse, les vrais enjeux se situant ailleurs, dès lors que les ruraux s'ouvrent sur l'extérieur. Selon une autre interprétation, la perte actuelle d'ancrage local concernerait davantage les cultivateurs que les usagers de ressources renouvelables. Une production agricole est transférable sur d'autres espaces, par migration de la force de travail, tant que de la terre est disponible, tandis que l'exploitation de ressources reste liée à leur présence. Les ressources renouvelables font partie d'écosystèmes naturels dont dépendent les usagers. Cette dépendance inégale à l'égard d'un espace rural est confirmée par des réflexions spontanées de pêcheurs ou de pasteurs. Ils s'estiment attachés à un mode d'existence et à des lieux, contraints de vivre en campagne ou en brousse ; ils affirment être de vrais ruraux, contrairement aux cultivateurs qui peuvent entreprendre de cultiver où bon leur semble, même à proximité des villes.

Qui manipule qui ?

18Le transfert de la gestion des ressources renouvelables aux communautés locales résulte largement de la pression en leur faveur de groupes internationaux : mouvements écologistes, Églises, groupes d'intellectuels. Cela est surtout évident dans la création des réserves extractivistes en Amazonie. Les ressources renouvelables sont devenues un cheval de bataille des opposants à la généralisation de la propriété privée et des défenseurs des « communs ». Ainsi, les réserves extractivistes en forêt amazonienne officialisent une appropriation collective des terres par les populations sur place. Cependant, c'est seulement du côté des ressources forestières que la prise en compte de ce principe foncier est allée aussi loin. Des décisions équivalentes n'ont pas été prises, à propos de zones de pêche ou d'aires de parcours pastoraux. Ces prises de décision s'inscrivent dans un jeu entre des responsables nationaux et des groupes de pression internationaux. Tout se passe comme si les premiers donnaient des gages de bonne volonté, de façon à poursuivre dans les faits une politique de développement contraire à la préservation de la forêt.

19Un autre jeu se déroule entre les groupes écologistes internationaux et les leaders des populations locales concernées. Derrière leur alliance se dessine une part de manipulation respective. Les collecteurs de ressources forestières non ligneuses revendiquent la possibilité de poursuivre une activité marginale par l'obtention d'une sécurité foncière sur de vastes espaces. Les écologistes ont légitimé et transformé cette lutte locale en un enjeu à l'échelle planétaire. Mais leur objectif prioritaire reste la protection de la forêt, davantage que le développement des populations qui vivent de ressources forestières. À la limite, c'est une solution sociale trouvée par les écologistes à un problème d'environnement.

Auteur

Géographe IRD. EHESS, Centre d'études africaines, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France.

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540