Version classiqueVersion mobile

Le mercure en Amazonie

 | 
Jean-Pierre Carmouze
, 
Marc Lucotte
, 
Alain Boudou

Deuxième partie

Annexe 6. Les effets sur la santé de l’exposition aux vapeurs de mercure chez les orpailleurs, les raffineurs/commerçanfs d’or et les populations vivant à proximité

Jules de Kom

Texte intégral

INTRODUCTION

1La plupart des régions amazoniennes ont connu dès le début des années 1980 une véritable ruée vers l’or, résultat conjugué d’une augmentation du prix de l’or et de l’aggravation d’une situation sociale et économique précaire. Ainsi, au cours de ces deux dernières décennies, les activités d’orpaillage se sont étendues à l’ensemble des régions amazoniennes. Différents types d’exploitation minière se sont développés, se distinguant les uns des autres par leur taille (petite, moyenne et grande) et leur degré de légalité (informel, légal et illégal).

2L’orpaillage est apparu comme une planche de salut pour une grande partie de la population se trouvant en situation de survie. Ainsi, le petit mineur s’est engagé dans cette activité, poussé par la nécessité de nourrir sa famille et payer ses dettes. D’où la multiplication rapide de petites exploitations à caractère artisanal et informel, gérées par des orpailleurs néophytes, dépourvus d’expérience et de moyens financiers. Ces derniers ont été inévitablement conduits à employer des procédés très rudimentaires pour extraire l’or de sites déjà exploités par le passé ou encore de sites nouveaux. La méthode d’enrichissement du minerai aurifère par le mercure, en raison de son faible coût, de son efficacité et des facilités opérationnelles qu’elle offre, s’est révélée comme la plus appropriée dans ce contexte socio-économique particulier et s’est imposée un peu partout, y compris dans les exploitations de grande taille (Malm, 1998 ; Veiga, 1997 ; Lacerda, 1995).

EXPOSITION DES GROUPES À HAUT RISQUE

3Dans le secteur minier artisanal, l’exposition professionnelle provient principalement de l’inhalation de vapeurs de mercure, Hg0. Les orpailleurs, les raf-fineurs et les bijoutiers sont les plus directement touchés. L’importance de l’exposition dépend d’une part des méthodes utilisées pour amalgamer le minerai aurifère, l’enrichir et le purifier, d’autre part des équipements de protection employés et de leur bon usage. D’une façon générale, on opère sans guère se soucier des dangers que représentent les émanations de Hg.

4Les vapeurs de mercure sont également absorbées par la peau, mais en bien moindre proportion. La quantité pénétrant ainsi par voie cutanée est estimée à 2,6 % de celle provenant de la respiration de l’air contaminé. Une application directe de mercure sur la peau doit causer très probablement des absorptions bien supérieures (Beliles, 1994).

5Les populations vivant au voisinage des sources d’émission sont également exposées dans la mesure où elles respirent un air enrichi en vapeurs de mercure (Lacerda, 1995). Approximativement, 80 % des vapeurs inhalées passent dans l’organisme (IPCS, 1991).

6Après inhalation, le Hg0 absorbé est rapidement transformé dans le sang sous la forme de mercure ionisé, Hg2+. Il est ensuite véhiculé vers le cerveau et d’autres tissus du système nerveux, puis finalement excrété en grande partie dans les urines (EPA, 1997 ; IPCS, 1991).

7Trois formes d’exposition sont généralement identifiées, selon la durée et l’intensité des émissions : aiguë, chronique et aiguë-chronique. Elles touchent de façon inégale les trois grands groupes socio-démographiques concernés : les orpailleurs dans les sites miniers, les employés des entreprises spécialisées dans la purification de l’or et sa commercialisation (dénommées « casas de ouro » au Brésil, c’est-à-dire « maisons d’or »), enfin les populations proches des sources de vapeurs de mercure.

LES ORPAILLEURS

8Les différentes formes d’orpaillage vont de l’usage manuel de la batée par le chercheur d’or individuel à l’emploi de moyens mécanisés dans les moyennes et grandes entreprises (dragues dans les lits de rivière, pelles mécaniques en terre ferme). Mais, quel que soit le type d’exploitation, l’usage du mercure est identique. Il comprend deux phases bien distinctes. La première phase correspond à l’enrichissement du minerai par formation d’un amalgame or-mercure après adjonction de mercure élémentaire, Hg0. La seconde phase comprend l’élimination de l’excédent de mercure (une presse manuelle est souvent utilisée à cet effet) puis la purification de l’amalgame formé par un traitement à chaud provoquant la vaporisation de Hg0 (Veiga, 1997 ; Lacerda, 1991 ; De Kом, 1998 a).

9Les quantités de mercure utilisées et les fractions perdues sont très variables. Elles dépendent de la forme d’extraction du minerai aurifère et des procédés retenus pour l’amalgamer et ensuite se débarrasser du mercure (Veiga, 1997). Les protocoles opérationnels diffèrent selon la taille de l’exploitation (voir annexe 13). Pour le Brésil, une estimation moyenne des pertes de mercure au cours des phases qui viennent d’être décrites a été faite par Veiga (1997) : 20 % sont perdus en fin d’amalgamation, 70 % se volatilisent lors de la destruction de l’amalgame (en l’absence de retorte) et les 10 % restants partent en vapeurs lors de l’ultime purification dans tes maisons de vente de l’or. À ces émissions, il faut ajouter les opérations, certes de moindre importance, qui accompagnent toute manipulation de ce métal à température ambiante, en dehors des phases de purification.

10L’exposition est maximale chez ceux qui accomplissent des tâches les exposant directement aux émissions de vapeurs de mercure ; elle est plus réduite chez ceux qui se trouvent à proximité de ces sources d’émission. Les ouvriers directement exposés aux vapeurs de mercure lors de la destruction de l’amalgame souffrent d’une seconde exposition qui provient de la manipulation à main nue du mercure au cours des différentes phases de concentration et de purification de l’or.

11Dans les grandes entreprises, il existe une différenciation poussée du travail et les ouvriers sont inégalement exposés. Dans une étude réalisée au Surinam, sur une population de 77 individus, trois groupes de travailleurs ont été identifiés en fonction de leur labeur : 8 % sont des agents de la logistique (cuisiniers, mécaniciens, gardiens...), 18 % des cadres dirigeants (contremaîtres, propriétaires et concessionnaires) et 74 % des mineurs. Dans ce dernier groupe sont distingués ceux qui procèdent aux travaux de terrassement à l’aide soit d’engins mécaniques, soit de lances à jet d’eau sous pression, ceux qui débroussaillent les sites, enlevant les pierres et les racines, et enfin ceux qui préparent l’amalgame or-mercure et le brûlent (De Kом, 1998 b).

12Dans le cadre de ces activités minières, l’hygiène tient peu de place. Le plus souvent, pas la moindre mesure préventive n’est prise pour éviter l’exposition au mercure (De Kом, 1998 b) et, lorsque des mesures existent, les systèmes de protection sont dans la plupart des cas défectueux et peu efficaces. Ils vont du simple usage de feuilles d’arbre (assurant par la même occasion le recyclage du mercure) à celui de retortes, en passant par l’emploi de masques à poussière, de mouchoirs, de troncs d’arbre creux, de cylindres surmontés d’une cheminée, ou encore le travail à distance. Les retortes, qui assurent la meilleure protection et le meilleur recyclage du mercure, ne sont pas souvent utilisées (De Kом, 1998 b). Cela s’explique parfois par l’ignorance fréquente concernant la toxicité du mercure, mais aussi par le coût d’achat trop élevé de tels équipements pour les petits groupes d’orpailleurs. Cette constatation ne se limite pas au Surinam. Lacerda (1991) observe une situation semblable au Brésil, toujours pour les mêmes raisons.

13Les travailleurs passent des périodes très variables sur les sites miniers, allant de quelques semaines à plusieurs mois. Les chantiers sont souvent très proches les uns des autres de sorte que les ouvriers sont exposés aux vapeurs de mercure du proche voisinage. Autre fait aggravant, l’ensemble des travailleurs assistent à l’opération de destruction à chaud de l’amalgame qui représente le fruit de leur labeur. Nombreux sont également ceux qui, en plus de leurs tâches normales, occupent leur temps libre à orpailler à titre individuel, à la recherche de quelques gains supplémentaires (De Kом, 1998 a et b). Bien qu’ils occupent différentes fonctions et qu’ils soient inégalement exposés au mercure, tous courent des risques de contamination.

14Au Surinam, l’activité minière est avant tout une affaire d’hommes, comme d’ailleurs dans d’autres pays d’Amérique du Sud. Toutefois, au Brésil, il y a des exemples de femmes travaillant dans les sites d’orpaillage de taille moyenne. Elles pratiquent la batée pour apporter une aide financière à leur famille mais elles travaillent rarement avec leur partenaire masculin. En Colombie, il est courant de rencontrer des femmes enrichissant du minerai aurifère dans l’arrière-cour de leur maison (Veiga, 1997).

RAFFINEURS, ACHETEURS/VENDEURS ET JOAILLIERS

15Les lingots d’or qui viennent des mines sont fondus dans les « maisons d’or » sous le contrôle du propriétaire. Ces opérations sont réalisées dans des pièces plus ou moins confinées, dépourvues d’une bonne circulation de l’air. Les concentrations de vapeurs de mercure y atteignent des valeurs très élevées. Le personnel qui assure les diverses tâches administratives et commerciales est autant exposé aux vapeurs que celui qui est directement chargé de la purification (Veiga, 1997 ; Lacerda, 1995).

16Les joailliers, qui manipulent avec une certaine continuité de l’or non raffiné, représentent un autre groupe sujet au risque de contamination chronique (De Kом, 1998 b).

LA POPULATION VIVANT À PROXIMITÉ

17Les familles, femmes et enfants, des travailleurs qui vivent près des sites miniers n’échappent pas aux vapeurs de mercure provenant des opérations de concentration du minerai en or ni à celles issues du mercure souillant les vêtements des travailleurs. Pour les femmes enceintes se présente en outre le risque de contamination du fœtus par voie placentaire.

18Les familles des raffineurs d’or et celles des joailliers sont également des groupes à haut risque. Les émissions de Hg0 qui proviennent de ces maisons de commerce de l’or représentent un véritable danger pour la population urbaine vivant à proximité, surtout lorsqu’il n’existe pas de mesures préventives, telles que l’usage de hottes munies de condenseurs, ou encore lorsqu’il est fait usage d’équipements défectueux. La plus grande partie du Hg0 émis par les fondeurs de lingots retombe près de la source émettrice, c’est-à-dire à moins de 1 km (Veiga, 1997).

19Ainsi, ces diverses familles vivant les unes proches des chantiers miniers, les autres à proximité des « maison d’or » sont sujettes à une contamination chronique. Ces maisons restent contaminées longtemps après la cessation des activités de raffinage de sorte qu’elles continuent d’être un danger pour les personnes qui viennent les habiter.

LES INDICATEURS D’EXPOSITION

LES BIO-INDICATEURS

20Pour mesurer l’exposition humaine au mercure métallique, différents moyens peuvent être utilisés. Le moyen le plus courant pour effectuer la surveillance biologique est d’analyser le sang et les urines. Quelques mesures ont été faites sur le plasma, le sérum et les érythrocytes. La détermination de mercure métallique dans d’autres milieux n’est pas habituelle.

21Le mercure dans le sang est un excellent indicateur de contaminations récentes. Si l’indicateur est une mesure du mercure total (somme du mercure inorganique et du mercure méthylé), il ne faut pas oublier qu’une part du mercure peut résulter d’une contamination au méthylmercure (MeHg) provenant de poissons eux-mêmes contaminés. Un moyen de résoudre ce problème est de compléter la mesure du mercure total par une seconde mesure spécifique du mercure métallique. Toutefois, l’interférence venant du MeHg n’est pas importante quand l’analyse porte sur l’urine. Près de 90 % du MeHg total est excrété par voie fécale (Berlin, 1986 ; IPCS, 1991). L’urine est donc la matière de choix pour des surveillances sanitaires à long terme en ce qui concerne l’exposition aux vapeurs de mercure.

22L’exposition professionnelle est de préférence testée sur un prélèvement de la première urine du matin. Sa mesure est ensuite corrigée par rapport à la teneur en créatinine. La méthode de référence qui est utilisée pour mesurer le mercure dans le sang et les urines est la fluorescence atomique à vapeurs froides de mercure. L’interprétation des résultats n’est aisée que lorsqu’il s’agit d’une exposition récente et n’ayant pas été marquée par des variations temporelles importantes et déterminées sur un groupe de sujet.

23Des tentatives pour établir une corrélation entre les teneurs en mercure dans le sang et dans les urines ont été faites dans plusieurs études. Les résultats sont très variables. Il n’est pas possible d’affirmer que le rapport entre le mercure dans le sang et celui dans l’urine est constant à différents niveaux d’imprégnation (IPCS, 1991).

LES ÉCHANTILLONS D’AIR

24La surveillance des niveaux de mercure auxquels les travailleurs sont exposés est faite à partir de mesures de mercure. L’échantillonnage de l’air pour les analyses de mercure peut être réalisé par des échantillonneurs automatiques à poste fixe ou bien par des prélèvements manuels. Ce dernier mode de prélèvement est préférable (IPCS, 1991).

25Chez les employés des industries qui font usage du mercure, une bonne relation est souvent obtenue entre le temps d’exposition journalier et le taux journalier de mercure dans te sang et les urines (Roels, 1987). Dans les urines, des teneurs en mercure d’environ 50 µg/g de créatinine ont été observées après une exposition professionnelle à 40 µg de Hg par mètre cube d’air. On estime qu’une telle exposition conduit à une teneur en Hg dans le sang égale à 17 µg/l.

RÉSULTATS DES ÉTUDES

26Ces dernières années, plusieurs études de surveillance ont été réalisées en Amazonie sur les mineurs exposés et les employés des maisons d’achat et de vente de l’or.

27Le tableau I regroupe des données sur les niveaux de mercure rencontrés dans les urines et le sang. Ces données montrent que les niveaux de Hg dans les urines et le sang sont nettement supérieurs aux niveaux de base attendus. Elles présentent aussi une grande variabilité, indiquant par là des profils d’exposition pouvant être très différents d’un individu à un autre. Peu d’études ont signalé l’apparition de symptômes d’intoxication mercurielle. En se fondant sur les teneurs en Hg dans les urines, certains orpailleurs, raffineurs, acheteurs/vendeurs et joailliers ont dû connaître les premiers effets subtils de l’empoisonnement mercuriel pour des concentrations de Hg dans les urines comprises entre 30 et 100 µg/g de créatinine, d’autres les classiques signes cliniques d’empoisonnement pour des concentrations supérieures à 100 µg/g de créatinine. Quoi qu’il en soit, les diagnostics ne sont pas aisés à établir car les symptômes d’empoisonnement au Hg peuvent être masqués par d’autres maladies chez des populations souffrant généralement de bien d’autres troubles de santé. Les symptômes sont souvent confondus avec ceux provenant du paludisme, de l’alcoolisme ou encore d’autres maladies tropicales (Lacerda, 1995 ; Veiga, 1997).

28Les études confirment que les émissions de Hg les plus importantes proviennent du brûlage de l’amalgame Au-Hg. De très fortes concentrations de Hg se trouvent dans l’air à cette occasion. Ces opérations d’enrichissement du mercure dans les mines sont relativement espacées dans le temps, mais elles sont aisément identifiées par un pic de concentration de mercure dans l’air environnant. Les valeurs varient en fonction des quantités d’or extraites (Malm, 1998).

29Le tableau II fournit des données sur la contamination dans les atmosphères fermées des maisons de vente/achat de l’or et de l’environnement immédiat dans les villes et villages, occasionnée par la purification des lingots d’or.

Tableau I. Etudes portant sur les concentrations de mercure dans le sang et l’urine.

Tableau I. Etudes portant sur les concentrations de mercure dans le sang et l’urine.

? : σ (dérivation standard) non disponible.
n = nombre d'individus examinés.
* Exprimé en µg/l et non en µg/g créatinine.

Tableau II. Etudes portant sur les concentrations de mercure (en µg/m3) dans l’atmosphère en zones urbaines et rurales et sur des sites d’orpaillage en activité (Malm, 1998)

Tableau II. Etudes portant sur les concentrations de mercure (en µg/m3) dans l’atmosphère en zones urbaines et rurales et sur des sites d’orpaillage en activité (Malm, 1998)

n = nombre d'échantillons.

LES RISQUES POUR LA SANTÉ

30Les symptômes classiques relevant de la contamination par des vapeurs de Hg0 se manifestent dans le système nerveux central et les reins, qui sont les organes cibles du mercure sous sa forme dissoute Hg2+.

L’EXPOSITION AIGUË

31L’exposition aiguë se manifeste après l’inhalation de fortes concentrations de vapeurs de Hg, par exemple, comme il a été dit, à l’occasion de la fusion de l’amalgame or-mercure dans les mines ou encore lors de la refonte des lingots d’or dans les maisons de vente/achat de l’or.

32Les jours qui suivent l’exposition aux vapeurs, divers signes apparaissent, semblables à ceux d’une grippe, se caractérisant par un refroidissement accompagné de fièvre, de courbatures, de gorge sèche et de maux de tête. Au bout de deux semaines, des symptômes plus sévères se manifestent, qui portent sur le système nerveux central, l’appareil respiratoire, les systèmes gastro-intestinal et urologique. Les symptômes du système nerveux central persistent tandis que les maux affectant les autres organes se dissipent avec le temps.

L’EXPOSITION CHRONIQUE

33L’exposition chronique se manifeste à la suite de l’inhalation de faibles concentrations de vapeurs de Hg0 ou encore de l’absorption cutanée de vapeurs au cours de périodes prolongées. C’est le cas des personnes qui travaillent durant des mois, voire des années, sur les sites d’orpaillage ou de raffinage de l’or, dans le voisinage immédiat des émissions de vapeurs de Hg0 (manipulation du mercure dans les processus d’amalgamation, destruction des amalgames, purification des lingots).

34L’empoisonnement chronique par les vapeurs de Hg0 peut produire trois types de symptômes :

  • de légers tremblements des doigts et parfois du visage aux stades précoces, puis l’apparition progressive de mouvements brusques et saccadés des lèvres ;

  • des troubles neuropsychiatriques comportant fatigue, insomnie, anorexie et éréthisme (perte de mémoire) ; des changements insidieux du caractère peuvent être notés, tels qu’une tendance à l’isolement, à la dépression, entrecoupée par des moments d’irritabilité explosive, de perte de confiance en soi et d’assoupissement ;

  • des gingivites.

35Les cas les plus sévères sont accompagnés de délires avec hallucinations et de psychoses. Des modifications subcliniques dans la fonction nerveuse périphérique et dans la fonction rénale peuvent surgir.

36L’OMS a recommandé des normes pour estimer les risques de contamination. Si la concentration de mercure dans les urines est supérieure à 100 µg/g de créatinine, la probabilité d’apparition des signes neurologiques classiques d’empoisonnement (tremblements, éréthisme) et de protéinurie est élevée. Des effets subtils apparaissent quand cette concentration est comprise entre 30 et 100 µg/g de créatinine. Il s’agit de symptômes subjectifs tels que la fatigue, l’irritabilité, la perte d’appétit chez des sujets plus sensibles, on observe des performances psychomotrices amoindries, des tremblements détectables et évidents ou un retard dans la transmission de l’influx nerveux, mais qui ne se traduisent pas par une détérioration clinique manifeste.

37On ne dispose pas de données épidémiologiques précises pour des concentrations inférieures à 30 µg/g de créatinine (IPCS, 1991).

RÉSULTATS DES ÉTUDES

38Divers signes cliniques de l’exposition chronique au Hg ont été étudiés chez les travailleurs professionnels : les signes sur le métabolisme, la vision, le système immunitaire et des signes neurologiques et neuropsychiatriques. Les groupes qui ont été les mieux suivis sont les mineurs de mercure et les travailleurs dans les industries faisant usage de Hg (celles en particulier fabriquant des produits chloroalcalins). Dans ces dernières usines, les travailleurs exposés de façon permanente aux vapeurs de Hg souffrent de troubles moteurs et psychiques qui peuvent durer plus de dix ans après la dernière exposition aux vapeurs de Hg (Kishi, 1993 ; Mathiesen, 1999). Le tableau III résume les principales données de ces études.

Tableau III. Etude des effets sur la santé des travailleurs professionnels de l’exposition chronique aux vapeurs de mercure.

Tableau III. Etude des effets sur la santé des travailleurs professionnels de l’exposition chronique aux vapeurs de mercure.

* NAG = N-acétyl-bêta-Ḏglucosaminidase, une enzyme lysosomiale présente dans les cellules tubulaires rénales. Des niveaux élevés de NAG reflètent plus couramment un processus traumatique qu’une intoxication qiguë (Ellenhorn, 1997, p. 1595).

39L’influence de l’intoxication mercurielle sur la capacité de résistance au paludisme a été étudiée dans certaines mines, mais peu de résultats ont été publiés à ce jour dans des revues internationales. On les retrouve essentiellement dans la littérature « grise ». Le site « Mercury Network » (www.hruscha.com/hg-net) en est un exemple. Dans cette littérature, on trouve également des informations sur les pratiques qui permettent de réduire l’exposition des orpailleurs aux vapeurs de mercure, par l’introduction de retortes pour la phase de brûlage de l’amalgame Au-Hg ou encore par des méthodes alternatives permettant d’éviter l’usage du Hg. Le Centre des technologies minières au Brésil (CETEM) a mené des études approfondies dans ce domaine.

Bibliographie

[Références bibliographiques]

Aks S.E., Erickson T., Branches F.J.P., Naleway C., Chou H.N., Levy P., Hryhorczuk D., 1995. Fractional mercury levels in Brazilian gold refiners and miners. J. Toxicol. Clin. Toxicol., 33 (1) : 1-10.

Barregard L., Thomassen Y., Schutz A., Marklund S.L., 1990. Levels of selenium and antioxidative enzymes following occupational exposure to inorganic mercury. Sri. Total Environ., 99 (1-2) : 37-47.

Barregard L., Hogstedt B., Schutz A., Karlsson A., Sallsten G., Thiringer G., 1991. Effects of occupational exposure to mercury vapor on lymphocyte micronu-clei. Scand. J. Work Environ. Health, 17 : 263-268.

Barregard L., Enestrom S., Ljunghusen O., Wieslander J., Hultman P., 1997. A study of autoantibodies and circulating immune complexes in mercury-exposed chloralkali workers. Int. Arch. Occup. Environ. Health, 70 (2) : 101-106.

Beliles R.P., 1994. « Mercury ». In Clayton G.D., Clayton F.E. (éd.) : Patty’s Industrial Hygiene and Toxicology, vol. II, part C, Toxicology, New York, Wiley, 4TH ed. : 2124-2146.

Berlin M., 1986. « Mercury ». In Friberg L., Noroberg G.F. (éd.) : Handbook on the Toxicology of Metals, Amsterdam, Elsevier, 2nd ed. : 387-445.

Boffetta P., Merler E., Vainio H., 1993. Carcinogenicity of mercury and mercury compounds. Scand. J. Work. Environ : Health, 19 (1) : 1-7.

Boogaard P.J. et al., 1996. Effects of exposure to elemental mercury on the nervous system and the kidneys of workers producing natural gas. Arch. Environ. Health, 51 (2) : 108-115.

Branches F.J.P., Erickson T.B., Aks S.E., Hryhorczuk D.O., 1993. The price of gold : mercury exposure in the Amazonian rain forest. J. Toxicol. Clin. Toxicol., 31 (2) : 295-306.

Cavalleri A., Belotti L., Gobba F., Luzzana G., Rosa P., Seghizzi P., 1995. Colour vision loss in workers exposed to elemental mercury vapour. Toxicol. Lett., 77 (1-3) : 351-356.

Cavalleri A., Gobba F., 1998. Reversible color vision loss in occupational exposure to metallic mercury. Environ. Res., 77 (2) : 173-177.

Chapman L.J., Sauter S.L., Henning R.A., Dodson V.N., Reddan W.G., Matthews C.G., 1990. Differences in frequency of finger tremor in otherwise asymptomatic mercury workers. Sr. J. Ind. Med., 47 (12) : 838-843.

Cleary D., Thornton I., Brown N., Kazantzis G., Delves Т., Worthington S., 1994. Mercury in Brazil. Nature, 369 : 613-614.

Dantas D.C., Queiroz M.L., 1997. Immunoglobulin E and autoantibodies in mercury-exposed workers. Immunopharmacol. Immunotoxicol., 19 (3) : 383-392.

De Kом J.F.M., Van der Voet G.B., De Wolff F.A., 1998 a. Mercury exposure of maroon workers in the small scale gold mining in Suriname. Environ. Res., 77 (2) : 91-97.

De Kом J.F.M. 1998 b. Results of the human sampling program. Introducing retorts for the abatement of mercury pollution in Suriname. Paramaribo, Report HWO Consultancy, 65 p.

Ehrenberg R.L., Vogt R.L., Smith А.В., Brondum J., Brightwell W.S., Hudson P.O., Mcmanus K.P., Hannon W.H., Phipps F.C., 1991. Effects of elemental mercury exposure at a thermometer plant. Am. J. Ind. Med., 19 : 495-507.

Elghany N.A., Stopford W., Bunn W.B., Fleming L.E., 1997. Occupational exposure to inorganic mercury vapour and reproductive outcomes. Occup. Med., 47 (6) : 333-336.

Ellenhorn M.J., 1997. Ellenhorn’s Medical Toxicology, diagnosis and treatment of human poisoning. Baltimore, Williams and Wilkens, 2nd ed.

Ellenhorn M.J., Schonwald G., Ordog G., Wasserberger J., 1997. « Mercury ». In : Ellenhorn’s Medical Toxicology, diagnosis and treatment of human poisoning, Baltimore, Williams and Wilkens, 2nd ed. : 1588-1599.

Epa, 1997. Mercury study report to Congress. Vol. V. Health effects of mercury compounds. United States Environnemental Protection Agency, 349 p.

Hacon S., Artaxo P., Campos R.C., Conti L.F., Lacerda L.D., 1995. Atmospheric mercury and trace elements in the region of Alta Floresta in the Amazon Basin. Water Air Soil Pollut., 80 : 273-283.

Ipcs, 1991. Inorganic mercury, Environmental Health Criteria 118. Geneva, World Health Organization, 168 p.

Jesus I.M., Santos E.C.O., Brabo E.S., Loureiro E.C.B., Mascarenhas A.F.S., 1999. « Exposure to elemental mercury in urban workers and “garimpeiros” from Tapajos region. Pará, Brazil ». In Barbosa J.P., Melamed R., Villas-Boas R. (ed.), 1999. Proceedings of the Fifth International Conference on Mercury as a global pollutant (May 23-27 1999, Rio de Janeiro, Brasil), Book of abstracts, Rio de Janeiro, Centro de Tecnologia Mineral : 365.

Kishi R., Doi R., Fukuchi Y., Satoh H., Satoh T., Ono A., Moriwaka F., Tashiro K.,

Takahata N., Sasatani H., Shirakashi H., Kamada T., Nakagawa K., 1993. Subjective symptoms and neurobeha-vioral performances of ex-mercury miners at an average of 18 years after the cessation of chronic exposure to mercury vapor. Environ. Res., 62 (2) : 289-302.

Lacerda L.D., Malm O., Guimaräes J.R.D., Salomons W., Wilken R.D., 1995. « Mercury and the new gold rush in the South ». In Salomons W., Stigliani W.M. (ed.) : Biogeodynamics of pollutants in soib and sediments : risk assessment of delayed and non-near responses, Berlin, Springer-Verlag : 213-245.

Lacerda L.D., Salomons W., 1998. Mercury from gold and silver mining : a chemical time bomb ? Berlin, Springer-Verlag, 146 p.

Langworth S., Almkvist O., Söderman E., Wikström B.O., 1992 a. Effects of occupational exposure to mercury vapour on the central nervous system. Br. J. Ind. Med., 49 (8) : 545-555.

Langworth S., Elinder C.G., Sundquist K.G., Vesterberg O., 1992 b. Renal and immunological effects of occupational exposure to inorganic mercury. Br. J. Ind. Med., 49 (6) : 394-401.

Levine S.P., Cavender G.D., Langolf G.D., Albers J.W., 1982. Elemental mercury exposure : peripheral neurotoxicity. Br. J. Ind. Med., 39 (2) : 136-139.

Malm O., 1998. Gold mining as a source of mercury exposure in the Brazilian Amazon. Environ Res., 77 (2) : 73-78.

Malm O., Pfeiffer W.C., Souza C.M.M., 1991. « Main pathways of mercury in the Madeira river area, Rondônia, Brazil ». In : Proceedings of the Eighth International Conference on Heavy metals in the environment, Edinburgh, CEP Consultants : 515-518.

Marins R.V., Imbassay J.A., Pfeiffer W.C., Bastos W.R., 1991. « Contaminação atmosférica de mercurio em area pro-dutora de ouro no distrito de Poconé, MT ». In : Proceedings of the First International Symposium on Environmental Studies, Tropical Forest, Rio de Janeiro, Biosfera Edition : 209-213.

Mathiesen T., Ellingsen D.G., Kjuus H., 1999. Neuropsychological effects associated with exposure to mercury vapor among former chloralkali workers. Scand. J. Work Environ. Health, 25 (4) : 342-350.

Palheta D., Taylor A., 1995. Mercury in environmental and biological samples from a gold mining area in the Amazon region of Brazil. Sci. Total Environ., 168 (1) : 63-69.

Perlingeiro R.C., Queiroz M.L.S., 1995. Measurement of the respiratory burst and chemotaxis in polymorphonuclear leukocytes from mercury-exposed workers. Hum. Exp. Toxicol., 14 (3) : 281-286.

Piikivi L., Ruokonen A., 1989. Renal function and long-term low mercury vapor exposure. Arch. Environ. Health, 44 (3) : 146-149.

Queiroz M.L.S., Perlingeiro R.C.R., Dantas D.C.M., Annichino Bizzacchi J.M., De Capitani E.M., 1994. Immunoglobulin levels in workers exposed to inorganic mercury. Pharmacol. Toxicol., 74 (2) : 72-75.

Queiroz M.L.S., Dantas D.C.M., 1997. B lymphocytes in mercury-exposed workers. Pharmacol. Toxicol., 81 (3) : 130-133.

Queiroz M.L.S., Pena S.C., Salles T.S.I., De Capitani E.M., Saao S.T.O., 1998. Abnormal antioxidant system in erythrocytes of mercury-exposed workers. Hum. Exp. Toxicol., 17 (4) : 225-230.

Roels H., Abdeladim S., Ceulemans E., Lauwerys R., 1987. Relationships between the concentrations of mercury in air and in blood or urine in workers exposed to mercury vapour. Ann. Occup. Hyg., 31 (2) : 135-145.

Sällsten G., Barregärd L., 1997. Urinary excretion of mercury, copper and zinc in subjects exposed to mercury vapour. Biometals, 10 (4) : 357-361.

Tumpling W.V., Wilken R.R., Einax J., 1995. Mercury contamination in the northern Pantanal region, Mato Grosso, Brazil. J. Geochem. Explor., 52 : 127-134.

Veiga M.M., 1997. Introducing new technologies for abatement of global mercury pollution in Latin America. Rio de Janeiro, UNIDO/UBC/CETEM/CNPq, 94 p.

Table des illustrations

Titre Tableau I. Etudes portant sur les concentrations de mercure dans le sang et l’urine.
Légende ? : σ (dérivation standard) non disponible.n = nombre d'individus examinés.* Exprimé en µg/l et non en µg/g créatinine.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Tableau II. Etudes portant sur les concentrations de mercure (en µg/m3) dans l’atmosphère en zones urbaines et rurales et sur des sites d’orpaillage en activité (Malm, 1998)
Légende n = nombre d'échantillons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Tableau III. Etude des effets sur la santé des travailleurs professionnels de l’exposition chronique aux vapeurs de mercure.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende * NAG = N-acétyl-bêta-Ḏglucosaminidase, une enzyme lysosomiale présente dans les cellules tubulaires rénales. Des niveaux élevés de NAG reflètent plus couramment un processus traumatique qu’une intoxication qiguë (Ellenhorn, 1997, p. 1595).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2538/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 576k

Auteur

Jules de Kom, chef du Département pharmaceutique, hôpital Diakonesses, Paramaribo (Surinam)
dekomj@sr.net

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search