Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage des ressources renouvelables

 | 
Yves Gillon
, 
Christian Chaboud
, 
Jean Boutrais
, 
et al.

Artificialisation et anthropisation

Introduction

Artificalisation et anthropisation

Yves Gillon

Texte intégral

Les cibles de l’artificialisation

1L'artificialisation consiste aussi bien à introduire des éléments allochtones dans un système considéré qu'à manipuler l'environnement d'une ressource, voire la ressource elle-même, suivant des procédures différentes des modalités spontanées. Pour Vannière (1997), l'artificialisation d'une forêt se traduit par « fertilisation, drainage, irrigation, amélioration génétique ». Mais, plus que le procédé, c'est l'objectif d'amélioration qui caractérise l'artificialisation.

2L'analyse de l'usage des ressources renouvelables, et des conséquences de cet usage sur la dynamique des ressources, permet d'examiner des stades précoces d'artificialisation et leurs effets en termes d'anthropisation.

3À l'échelle du paysage, l'artificialisation agricole s'exerce par exemple par la redistribution de l'eau et le modelage du terrain. Tous les continents gardent la trace, et parfois la tradition, de banquettes de culture sur les terrains pentus, parfois combinées à des procédés de redistribution par gravité des eaux d'écoulement. La mise en place de haies pour les uns, leur destruction dans une perspective de remembrement pour les autres sont des procédures d'artificialisation opposées, mais dont l'objectif est identique : l'amélioration !

4À l'échelle des populations biologiques, l'artificialisation consiste depuis plus de 10 000 ans à forcer la dynamique d'une ressource pour satisfaire des besoins humains croissants et se prémunir contre le risque de pénurie. L'artificialisation de la ressource poursuit trois objectifs complémentaires : la (re)production préférentielle des individus les plus productifs, la diversification des ressources en fonction des aléas (conditions écologiques) et des besoins (conditions culturelles), l'amélioration des propriétés de la ressource par rapport à l'usage qui en est fait. Chez les végétaux cultivés, en contournant la voie sexuée de la reproduction, source de variabilité, des techniques de bouturage et de clonage permirent d'atteindre les objectifs de production et de sécurité à court terme, au détriment de la diversité et donc de la sécurité à long terme.

5L'artificialisation touche maintenant le génome lui-même, puisqu'il est devenu possible d'y introduire des éléments allogènes (transgènes). Ces organismes génétiquement modifiés (OGM) tendent à améliorer les résultats immédiats au détriment de la diversité. Le marché impose les préoccupations à court terme. Le risque de sacrifier le long terme aux exploits productivistes du court terme ayant été reconnu, on cherche parfois à réintroduire une diversité utile et contrôlée. Précaution qui n'avait jamais été perdue de vue dans les agricultures préindustrielles, lorsque le risque était vital et pas seulement d'ordre pécuniaire.

Les objectifs de l’artificialisation

6Les recherches conduites sur la dynamique et l'usage des ressources renouvelables montrent que le bilan entre le prélèvement d'une ressource et son renouvellement est à la fois difficile à établir et insuffisant. En effet, un bilan des prélèvements et du renouvellement, aussi précis soit-il, ne permet pas, à lui seul, d'identifier les déterminants, et donc a fortiori de prévoir l'évolution de leur importance relative.

7Il apparaît en effet essentiel d'examiner les causes des transformations et donc d'abord les motivations et les objectifs des utilisateurs des ressources. Des interventions intentionnelles changent les conditions de reproduction et d'exploitation de ces dernières. Pour une même ressource, ces actions délibérées sont différentes en fonction des objectifs poursuivis, mais dans tous les cas des transformations involontaires en résultent, perceptibles ou non suivant le cas, suivant l'observateur, suivant l'échelle de temps et d'espace, et pas nécessairement indésirables.

8La notion d'artificialisation est pratiquement absente de la littérature scientifique anglophone et généralement ignorée des dictionnaires d'écologie. Sous l'intitulé « Artificialisation de l'environnement », l'Encydopædia Universalis renvoie à six chapitres dont les divers auteurs se réfèrent implicitement à un même concept, celui de systèmes modifiés intentionnellement dans un sens productiviste au moyen de la multiplication d'éléments semblables, le plus souvent allochtones (sylviculture) ou eux-mêmes transformés (cultivars, variétés, races domestiques). Les exemples du présent ouvrage révèlent non seulement à quel point l'artificialisation d'un même milieu est dépendante des motivations des intervenants, mais ils prouvent aussi qu'une anthropisation ressentie mène à un renouvellement des modes, voire des objectifs, de l'artificialisation. Il résulte de cette dialectique une transformation par paliers des conditions de renouvellement et d'exploitation des ressources.

9Ressources renouvelables sous-entend souvent ressources naturelles sauvages. Dans la réalité, comme le rappellent F. Pinton et C. Aubertin, il existe tout un gradient allant du caractère « sauvage » au caractère « cultivé ». L'analyse de l'usage des ressources renouvelables permet donc d'avoir un accès aux prémices de l'artificialisation. Le cas de Andropogon gayanus a été relevé par plusieurs auteurs (G. Serpentié).

10La maîtrise quantitative de la ressource mène inévitablement à sa modification qualitative, tant pour faciliter la production que pour amplifier les qualités recherchées. Il n'est pas question ici de retracer l'histoire de l'agriculture ou de l'élevage, mais rappelons que la sylviculture et l'aquaculture sont en comparaison proches du néolithique : le processus de domestication (artificialisation) débute. Cependant, les techniques de génie génétique, autorisant une artificialisation du génome lui-même, permettront de « brûler les étapes » de la domestication.

11L'objectif de l'artificialisation peut être de remédier aux conséquences fâcheuses d'un premier degré d'artificialisation. La « désanthropisation » recherchée suppose des systèmes de plus en plus complexes. Si bien que, dans un contexte fortement humanisé, la protection, et a fortiori la restauration, de milieux « naturels » finit par représenter une sorte de comble de l'artificialisation. Nous sommes loin d'une notion d'artificialisation comme étape ultime de l'anthropisation (Monnier, 1990).

12Dans tous les cas, l'artificialisation est un processus orienté. Ne sont aléatoires que les conséquences imprévues.

13Toute transformation volontaire engendre des répercussions dont, en raison de la complexité des systèmes vivants, certaines au moins sont inattendues. Attendues ou pas, elles participent à une anthropisation qui, elle, n'est pas intentionnelle.

Anthropisation : processus aléatoire

14Les ressources renouvelables naturelles qui nous projettent à l'aube des procédures d'artificialisation illustrent la dépendance entre artificialisation et anthropisation. On constate ainsi que, pour une ressource biologique, le degré d'artificialisation (paysage, population, génome) ne conditionne pas l'ampleur de l'anthropisation. En revanche, les relations entre artificialisation et anthropisation sont d'autant mieux perceptibles qu'on est proche de l'état « naturel ».

15Pour M. Bournérias (Encydopædia Universalis), l'anthropisation, au sens strict, « est la conséquence des actions humaines conduisant à un appauvrissement, une dégradation, voire une destruction des écosystèmes ». Cependant, l'anthropisation étant aveugle, elle peut dans certains cas, être favorable. L'anthropisation n'étant pas orientée a priori, elle n'est pas intrinsèquement négative. Simplement, les effets secondaires, non intentionnels, de l'artificialisation ont toutes chances de perturber les systèmes existants. Un parallèle peut être fait avec les mutations génétiques. Le hasard fait rarement bien les choses lorsqu'il intervient dans des interactions complexes, mais ce n'est qu'une question de probabilité.

16Dans le cas général, l'anthropisation est soit neutre (elle touche des éléments de l'écosystème sans signification directe pour l'homme), soit néfaste pour un (des) élément(s) ou processus considérés comme utiles, soit enfin négative pour des facteurs qui conditionnent le renouvellement de la ressource, objet de l'artificialisation. À ces effets secondaires négatifs répondent des procédures d'artificialisation supérieures et complémentaires, elles-mêmes sources de nouvelles anthropisations.

17L'anthropisation est le résultat de la présence et de l'activité humaines. L'homme intervient sur son milieu au même titre que toute population biologique en expansion. De même que la plante pionnière crée les conditions de sa propre disparition en favorisant l'ombrage, tandis qu'une forêt mature instaure les conditions indispensables aux jeunes des espèces ombrophiles. La transformation induite peut donc être soit favorable, soit défavorable à la durabilité d'un système écologique.

18Les villages mossi du Burkina donnent l'exemple d'un transfert de fertilité de la brousse vers le village, tant par les animaux domestiques que par les hommes (D.-Y. Alexandre). Cette anthropisation positive permet de cultiver sans jachère des plantes exigeantes. Dans les terres périphériques soumises à la jachère, les arbres utiles qui étaient épargnés lors de la mise en culture voyaient leur population croître par utilisation sur place des fruits mûrs. Aujourd'hui, la demande citadine entraîne une commercialisation des fruits avant maturité qui entrave le renouvellement de la ressource. Cette évolution, combinée à l'intensification des soins aux cultures (sarclages), ouvre en début de saison sèche, après récolte, une niche propice aux ligneux aptes à utiliser, à cette saison, l'eau du sol. Ce serait une cause du succès de Faidherbia albida, même en dehors du domaine d'influence des populations humaines qui l'apprécient. À l'inverse, l'effort consenti sous la pression du marché pour cultiver les zones plus périphériques (coton) se traduit maintenant par un délaissement et une sénescence des parcs à Faidherbia.

19Une ressource spontanée peut dépendre de l'anthropisation du milieu et, d'une façon plus générale, nombre de formes d'anthropisation sont favorables à la diversité et au maintien des conditions de reproduction d'un système. La fréquente association qui est faite entre anthropisation et dégradation résulte en grande partie de la difficulté à percevoir les situations anthropisées non dégradées : elles apparaissent souvent comme « naturelles », telles les forêts européennes ou les prairies alpines.

20Même dans le cas de la domestication d'une espèce, on peut s'attendre à des répercussions indirectes d'actions de maintien de la ressource.

21En Amazonie, L. Emperaire et J.-P. Lescure signalent que des recrûs de 20 ans sont optimaux pour des espèces utiles par leurs fruits en zone de savane. Non seulement le brûlage anthropique favorise le pâturage, y compris des grands ongulés sauvages, mais il offre un cadre de vie à des pyrophytes et à des espèces animales inaptes à vivre dans des milieux préservés des incendies. Un degré supérieur d'artificialisation consiste, au prix d'importants efforts, à préserver des zones non brûlées entre les parcelles incendiées.

22La notion de milieu anthropisé lorsqu'elle n'est pas assimilée à des dégradations renvoie plutôt à la notion d'humanisation des paysages, synthèse des actions humaines et des réactions de la nature.

Discontinuités dans les processus d’artificialisation

23Dans plusieurs des études, la notion de ressource a été étendue à certains types de paysages ou écosystèmes : jachères, mangroves, forêts tropicales.

24Ces milieux sont généralement considérés comme menacés, et donc avec eux les ressources actuelles et potentielles qu'ils renferment. Certes, certains éléments seulement de ces formations peuvent être considérés comme utiles, mais ils ne peuvent, le plus souvent, se renouveler en dehors de leur contexte. Le problème n'est pas différent avec des espèces dont seuls certains composants sont utilisés. On a pu parler à propos des forêts tropicales de milieux surexploités et sous-utilisés. Cette apparente contradiction est applicable non seulement à d'autres paysages, mais à des ressources plus ponctuelles. Ainsi, ce n'est que depuis peu que le bois des troncs d'hévéa est utilisé après exploitation du caoutchouc.

25Si la relation artificialisation-anthropisation peut engendrer une spirale de sophistication croissante, elle se trouve brisée ou radicalement réorientée par des changements extérieurs au système qui interviennent soit dans les conditions de milieu, soit dans les objectifs de production.

26À la multiplicité des ressources répond la variabilité des usages : plantes médicinales ou psychotropes, plantes alimentaires ou épices voient leur succès varier au gré des marchés, des modes, des besoins, ou des productions alternatives. Les plantes tinctoriales ont fait place aux colorants de l'industrie chimique ; le poids respectif des fibres naturelles et des fibres synthétiques sur les marchés a des conséquences inévitables, mais mal mesurées, sur les équilibres écologiques.

27Dans les mangroves, l'exploitation des tanins des palétuviers a laissé la place à la riziculture puis à la crevetticulture (M.-C. Cormier-Salem). Les modes d'anthropisation varient au gré d'usages dont l'origine géographique est de plus en plus lointaine.

De l’extractivisme à l’agroforêt

28F. Pinton et C. Aubertin notent que l'extractivisme renvoie à une pratique universelle, celle de l'exploitation de ressources naturelles spontanées. De ce point de vue, tout « usage de ressources renouvelables » s'apparente à de l'extractivisme. Dans le contexte amazonien, il illustre, dans les cas les plus simples, un « degré zéro » de l'artificialisation.

29Dans l'exemple des agroforêts indonésiennes, l'approche à la fois sociale et naturaliste permet de montrer que, contrairement à la première impression ressentie par un observateur habitué à assimiler production agricole et simplification extrême, les agroforêts ne sont pas des systèmes semi-domestiqués, mais résultent au contraire d'une artificialisation poussée. Simplement, les choix techniques laissent leur part aux processus écologiques spontanés. La connaissance des modalités d'élaboration de ces agroforêts est primordiale dans un contexte productiviste qui, jusque dans le discours politique, tend à assimiler la diversité au « naturel », lequel, par définition, peut être artificialisé (D.-Y. Alexandre).

30Le cas des agroforêts indonésiennes, qui reproduisent un paysage tellement similaire à de la forêt naturelle que plus d'un naturaliste s'y est laissé prendre, est au contraire le fruit d'une extrême sophistication, qui montre bien que l'artificialisation n'est pas plus automatiquement synonyme de « consommation d'énergie » et d'« instabilité » (Lamotte et al., 1996) que l'anthropisation n'est synonyme de dégradation.

31Malgré leurs succès, les réserves extractivistes amazoniennes tout comme les agroforêts indonésiennes sont menacées. L'appréciation des possibilités de renouvellement d'une ressource en comparaison de l'intensité de son usage peut être positive dans un contexte local, mais négative face à des pressions extérieures.

Anthropisation : échelles de perception et de transformation

32Si l'artificialisation est généralement ciblée sur un objet défini, dans un espace déterminé et selon une finalité précise, l'anthropisation, qui résulte de la multitude des modes d'artificialisation, intéresse la planète entière. Cependant, l'échelle humaine de perception des changements reste déterminante dans les objectifs poursuivis.

33Ainsi, M.-C. Cormier-Salem montre que, si les mangroves sont considérées comme menacées, c'est d'une part parce que beaucoup de grandes villes tropicales sont côtières et que d'autre part les habitants qui utilisaient ces milieux les ont vus dépérir en une génération (30 ans) du fait de l'assèchement climatique africain depuis les années soixante. On peut faire le parallèle avec l'inquiétude manifestée en Europe par les écologistes devant la « fermeture » des prairies naturelles anciennement pâturées ; oubliant qu'elles avaient, dans un passé plus ancien, remplacé des formations forestières.

34Une précaution d'analyse est de se situer dans un contexte évolutif, sans se référer à une situation d'origine autre qu'arbitraire. Il en résulte qu'aucune situation ne peut être considérée comme identique après un « cycle ». Des distorsions inévitables sont engendrées par des vitesses de transformation différentes entre éléments.

35Les vitesses de renouvellement varient dans des proportions extrêmes à l'intérieur même d'un système, comme le montrent L. Emperaire et J.-P. Lescure pour les ressources de l'Amazonie. En conséquence, les procédures de conservation et les pratiques durables supposent des échelles de temps compatibles avec les éléments les plus lents à se renouveler.

36L'exploitation des ressources naturelles s'oriente de plus en plus vers l'utilisation de micro-organismes, dont le rythme de renouvellement est compatible avec celui des produits commercialisés. Les organismes de grande taille, à vitesse de renouvellement d'autant plus lente que leur taille est plus élevée, ont de moindres chances de succès commercial, et ne devront peut-être leur salut qu'aux potentialités de leurs gènes, exprimés dans des micro-organismes.

Contraintes externes

37Il est apparu également que des phénomènes extérieurs à l'objet d'étude, telles les pressions du marché, avaient des conséquences rapides et durables, non seulement sur la pérennisation des ressources, mais sur des éléments qui leur sont très indirectement liés. Ces conséquences sont plus clairement déterminantes que la densification humaine, même pour le maintien d'une couverture arborée dans des contextes aussi différents que le Sahel et la forêt indonésienne.

38À la périphérie de grandes villes comme Ouagadougou, on assiste, grâce aux capacités d'adaptation des cultivateurs, à une transformation radicale des agrocénoses sous l'effet de contraintes extérieures : aménagement de barrages de recharge de nappes phréatiques, augmentation de la demande pour des productions vivrières allochtones au détriment des ressources locales (D.-Y. Alexandre).

39La disparition de la couverture arborée par exploitation de bois de chauffage est la forme d'anthropisation la plus clairement liée aux alternatives énergétiques. Ainsi, l'insécurité en zone touareg s'est rapidement traduite au Niger par une reprise des déboisements au nord de Niamey pour pallier la rupture d'approvisionnement en bouteilles de gaz domestique. De même, dans les mangroves ouest-africaines, les palétuviers sont utilisés ou non comme bois de chauffage suivant les ressources ligneuses de la terre ferme (M.-C. Cormier-Salem).

40L'externalité est une donnée de base dans les interprétations économiques ; elle ne peut être ignorée si l'on veut comprendre les fluctuations d'usage des ressources ou les répercussions locales de phénomènes anthropiques d'origine parfois lointaine.

41De tout temps, des réglementations ont tenté de remédier aux excès d'usage ; seulement, aux règles traditionnelles locales se sont superposées des réglementations nationales, et maintenant internationales. Les modes de régulation de l'anthropisation et les conflits d'intérêt qu'ils engendrent restent un domaine d'analyse largement ouvert.

Conclusion

42Les ressources vivantes ont la propriété d'être non seulement renouvelables, mais multipliables. Les efforts déployés pour l'usage des ressources et pour leur renouvellement diffèrent suivant les sociétés, y compris dans un même environnement. Il en résulte des équilibres instables entre utilisation et renouvellement. Du Sahel à la forêt amazonienne en passant par les agroforêts indonésiennes, les problèmes de durabilité se posent dans les mêmes termes.

43Pour les ressources sauvages, les systèmes d'exploitation sont précarisés par leur propre succès, jusqu'à ce que l'artificialisation du renouvellement de la ressource soit entreprise et maîtrisée, tant d'un point de vue technique et écologique qu'économique. L'artificialisation assure alors la pérennisation de la ressource et la durabilité de l'exploitation jusqu'à ce qu'une transformation étrangère au système porte atteinte à sa valeur sociale ou monétaire, voire à sa raison d'être.

44Dans une biosphère dominée par l'homme, toute espèce devenant ressource potentielle, ne serait-ce que patrimoniale, cette raison d'être se traduit par une nécessité de gérer l'ensemble du monde vivant.

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540