Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage des ressources renouvelables

 | 
Yves Gillon
, 
Christian Chaboud
, 
Jean Boutrais
, 
et al.

Avant-propos

Jacques Weber

Texte intégral

1Voici que paraît la substantifique moelle des travaux réalisés dans le cadre de l’action incitative « Dynamique et usages des ressources renouvelables » (Durr), et la moisson en démontre le bien-fondé. Par ailleurs, depuis le lancement de « Durr », le paysage scientifique a considérablement évolué, les questions ne sont plus posées dans les mêmes termes. Cette évolution creuse un fossé grandissant entre l’avancée scientifique et le quotidien de la prise de décision en matière de ressources renouvelables.

2Fin 1990, un groupe de travail sur l’avenir de l’halieutique à l’Orstom, présidé par Hervé de Tricornot, conclut, notamment, que celle-ci n’a d’autre spécificité que le poisson... Fondamentalement, il s’agit de gérer des interactions entre dynamique naturelle et dynamique sociale, entre dynamique des ressources et dynamique des usages. L’Orstom prend alors la décision de lancer une action incitative, donc de suivre la démarche des halieutes, en la généralisant. Le pilotage en sera confié à Michel Rieu, à qui ce livre est dédié. Hydrologue, il était passionné par l’imprédictibilité de systèmes déterministes, comme en témoignent ses travaux sur la structure fractale de la répartition des précipitations (Rieu, 1989 ; Rieu et Sposito, 1991 ; Rieu et Perrier, 1994), et l’adaptation fine des paysans à cette donnée. Cette attention portée à la dynamique naturelle (par opposition à l’équilibre) et aux réponses adaptatives des paysans le préparait naturellement à comprendre d’emblée la portée potentielle de l’action incitative Durr ; c’est pourquoi il s’est lancé avec enthousiasme dans l’aventure. Indépendamment de l’amitié qui le liait à nombre d’entre nous, c’est donc avec émotion que cet ouvrage lui est dédié.

3En ce début des années quatre-vingt-dix, le paradigme dominant dans le domaine très vaste et flou baptisé « gestion des ressources » est celui de la « gestion rationnelle » : connaissons les stocks, la dynamique des populations exploitées et nous en ferons dériver des modes de « gestion optimale ». La dynamique des populations exploitées a trouvé ses limites dans l’impossibilité concrète d’en extrapoler des modes de gestion des pêches qui soient opératoires et à un coût acceptable. L’arrivée des économistes, au cours des années soixante-dix, tend à faire basculer la perception des problèmes de pêche, qui cessent d’être des problèmes biologiques pour devenir sociaux, même si le paradigme de la courbe en cloche demeure partagé par les biologistes et les économistes qui y retrouvent une loi bien connue, celle des rendements décroissants (Schaeffer, 1957 ; Clark, 1976, 1985 ; Scott, 1979 ; Reveret, 1991).

4C’est la pérennité des systèmes d’exploitation qui est en cause dans la quête des halieutes. Mais cette quête est congénitale à la discipline dont le « trauma originel » est une courbe en cloche surmontée d’un « maximum de production soutenable » (Maximum Sustainable Yield) : c’est ce même « MSY » qui est à l’œuvre dans la définition d’un « sustainable development » qui « satisfait les besoins de la génération présente tout en permettant aux générations futures de satisfaire les leurs ». Sur cette courbe en cloche, les économistes construisent une théorie de la « dilapidation de la rente », du surinvestissement et des « externalités ».

5En 1990, lors de la conférence de Strasbourg du programme Environnement du CNRS, J.-M. Betsch, P. Cury et moi sommes chargés de préparer le rapport introductif de l’un des trois ateliers, portant sur « les ressources renouvelables » (Weber et al., 1990). Cette conférence, cet atelier, et le rapport introductif, eurent un effet non négligeable d’entraînement, et de diffusion de la problématique « Durr ».

6La nouveauté de « Durr » est de poser la question des interactions ressources-usages dans les mêmes termes, quel que soit le domaine de recherche, et par là même d’amener des chercheurs de domaines fort divers à confronter leurs questions et leurs méthodes, qu’il s’agisse de forêts, d’élevage, d’écosystèmes, de pêche, de faune ou flore sauvage.

7L’orientation de « Durr », consistant à aborder les ressources et les usages non pour eux-mêmes mais pour en saisir les interactions, dans leur dynamique et non en vue de la construction d’équilibres, est profondément nouvelle. Pour autant, elle consiste en une simple évolution de réflexions en chantier au sein même de l’Orstom, déjà bien amorcées dans des programmes en cours, construits sur une volonté d’interdisciplinarité : Ceos en ce qui concerne l’halieutique et les upwellings, le programme Delta central du Niger, les recherches entreprises sur les agroforêts de Sumatra, ou encore les travaux sur l’altiplano bolivien. Les chercheurs impliqués dans ces programmes ne pouvaient réagir que positivement à une telle action incitative.

8Que reste-t-il aujourd’hui de cette belle aventure ?

9Depuis 1991, bien des événements ont eu lieu, aux plans scientifique, politique et idéologique. Le concept de développement durable est devenu le cadre obligé de toute réflexion, ce qui revient à absoudre les errements de trente années de « développement » dont il faut comprendre qu’il n’avait rien de durable… (Godard, 1995). Ce concept, mis à toutes les sauces, est fort peu opérationnel ailleurs qu’en politique.

10La biodiversité est également devenue un domaine majeur de recherche, d’autant plus important que la révolution biotechnologique se met en place, qui bouscule potentiellement la notion même d’espèce et se prépare à bouleverser, très concrètement, la dynamique des écosystèmes. La biodiversité et la génétique ont généré des voies de recherche dont tout projet social négocié publiquement est absent. Seuls prévalent les critères suivants : recherche d’indépendance technologique, création de marchés de droits d’usage, profitabilité, et le « c’est intéressant » qui suffit encore, hélas, à justifier tant de recherches. Si interrogation éthique il y a, elle conduit à la problématique « Durr » : comment penser la dynamique des interactions entre nature et société, notamment à propos des OGM ?

11Dans le domaine des sciences de la représentation ont eu lieu des progrès importants. L’attention accordée aux interactions entre des dynamiques était de nature à stimuler la réflexion des communautés de mathématiciens. Les théoriciens du contrôle et de l’automatique se sont intéressés au rôle de la variabilité et de l’instabilité dans la biodiversité, ainsi que dans la dynamique d’écosystèmes (Elmoznino et Lobry, 1997). La théorie de la viabilité a permis d’investir la question des trajectoires d’écosystèmes en fonction des types de contrôle existants, et de fournir un diagnostic sur leur pérennité, leur « viabilité » (temps infini) (Aubin, 1991). La notion de « viabilité » s’applique à la dynamique de systèmes d’interactions. Lorsque j’ai créé, en 1994, l’expression « co-viabilité » et que avec Jean-Pierre Aubin nous en avons discuté (Weber, 1994), il s’agissait de désigner l’idée selon laquelle on vise à créer des trajectoires de systèmes d’exploitation telles qu’elles maintiennent aussi bien la viabilité des écosystèmes que celle des modes de vie. C’était encore une retombée de « Durr ». En retour, l’expression « co-viabilité » se retrouvait dans les intitulés d’une majorité de grands programmes de l’Orstom quelques années plus tard.

12L’intelligence artificielle distribuée a également progressé grâce à « Durr ». La communauté des laboratoires Systèmes multi-agents (SMA) de France a décidé de se donner un exercice commun permettant de confronter les évolutions dans les divers laboratoires : il s’agissait de la coordination entre des agents exploitant une ressource en propriété commune (Bousquet et al., 1993 ; Bousquet,1994 ; Bousquet et al., 1996 ; Bakam et Bousquet,1998). Les multi-agents ont rempli un rôle efficace de dialogue interdisciplinaire et permis de simuler un nombre important de systèmes d’interactions entre des dynamiques complexes, trop complexes pour pouvoir être d’emblée traitées par la mathématique et a fortiori par le seul raisonnement.

13« Durr » a influencé le programme Environnement, vie et sociétés du CNRS, et plus particulièrement deux de ses sous-programmes : « Méthodes, modèles et théories » et « Systèmes écologiques et action de l’homme ».

14Depuis 1991, les débats sur les écosystèmes ont changé d’échelle. Ils se sont déplacés à la fois vers la globalité de la planète et vers la génétique. Ce n’est pas dire que la réalité des problèmes à échelle d’écosystème local aurait soudainement disparu, mais que, hélas, l’attention qui leur est accordée s’est effritée au-delà du raisonnable. La globalisation des enjeux se lit dans les débats planétaires sur les forêts, les ressources marines, l’effet de serre, la biodiversité. La localité, dans les conflits locaux à propos des OGM mais aussi de l’eau, des forêts, des aires protégées...

15L’importance des ressources renouvelables, de la façon dont les hommes se les approprient et dont ils décident de les exploiter, s’observe dans la multiplication des conflits d’accès et d’usage. Mais il est difficile pour le non-spécialiste de s’en rendre compte, ces conflits pour les ressources s’exprimant comme conflits ethniques ou religieux (Homer-Dixon et al., 1993).

16Au cours de la décennie quatre-vingt-dix, les recherches en sciences sociales se sont beaucoup développées vers ce qui me semble, à bien des égards, une impasse scientifique, à savoir l’art de conférer une valeur à des choses qui n’en ont pas, par la création de marchés fictifs recourant à des consentements à payer. Ce qui, aujourd’hui, me semble relier l’ensemble des enjeux, du plus global au plus local, est un changement radical des droits de propriété, avec la séparation des droits d’usage des autres éléments de la propriété, leur inclusion dans des marchés de plus en plus nombreux ne portant que sur le droit d’usage. Les quotas transférables dans la pêche ne donnent pas la propriété sur le poisson, mais bien la propriété du droit d’en user. Ce système est aujourd’hui étendu à un nombre croissant de ressources renouvelables, ainsi qu’à la gestion des gaz à effet de serre et au commerce des gènes. Il s’agit d’un axe de recherche fondamental pour comprendre les impacts de la mondialisation sur les ressources et l’environnement.

17Au moment où cet ouvrage paraît, l’Orstom est devenu l’Institut de recherche pour le développement, et les projets d’unité sont nombreux que l’on peut considérer comme les héritiers de l’action incitative « Dynamique et usages des ressources renouvelables ». Ce qui montre qu’une action bien ciblée, avec des moyens relativement réduits, peut générer des effets structurants importants et durables.

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540