Version classiqueVersion mobile

Le mercure en Amazonie

 | 
Jean-Pierre Carmouze
, 
Marc Lucotte
, 
Alain Boudou

Première partie

Recommandations

Texte intégral

1Les recommandations s’appuient sur un choix d’urgence – les incidences sur la santé humaine étant à considérer en priorité – et sur trois constats fondamentaux :

  • la contamination des populations amazoniennes par le mercure est une conséquence indirecte de la précarité de leurs conditions de vie, aggravée par les politiques de sédentarisation ;
  • les difficultés à évaluer avec certitude la gravité des situations sanitaires imposent l’application du principe de précaution ;
  • l’expérience acquise dans d’autres régions non amazoniennes (Amérique du Nord, par exemple) doit être prise en considération.

1. DIVULGUER L’INFORMATION

2Il s’agit de divulguer les informations scientifiques regroupées dans l’Expertise collégiale auprès des autorités régionales et des populations à risque. Ces informations portent principalement sur les dangers encourus, sur les possibilités de réduire les expositions vis-à-vis du MeHg, du Hg métallique, ainsi que sur les activités anthropiques susceptibles de provoquer des effets aggravants.

3L’Education nationale doit être partie prenante dans cette opération, en formant les enseignants, en éduquant les élèves, lesquels constituent, à leur tour, un relais potentiel judicieux pour la sensibilisation des populations locales. L’élaboration d’un manuel destiné à cette information serait souhaitable, en privilégiant l’aspect didactique du document tout en évitant un catastrophisme extrême qui nuirait inévitablement à l’efficacité des messages et à leur intégration.

2. FACILITER L’ACCÈS DES POPULATIONS À RISQUE AUX DISPOSITIFS DE SANTÉ, AMÉLIORER LA GESTION DE CES DISPOSITIFS ET RENFORCER LES SUIVIS SANITAIRES

4Les populations les plus exposées à la contamination par le MeHg et par le Hg métallique sont celles qui sont les moins bien suivies sur le plan sanitaire, en raison de leur éloignement géographique ou encore, dans le cas des orpailleurs non recensés, du fait de la difficulté à les localiser et à les suivre dans leurs déplacements. Pour faire face à cette situation, il faut multiplier les petites unités d’accueil et renforcer le suivi sanitaire. Le personnel médical doit être, au préalable, initié à la mise en pratique des tests de détection des symptômes précoces de l’intoxication des enfants et des adultes au Hg. Un effort tout particulier doit être fait en ce sens pour évaluer avec exactitude l’impact de cette intoxication chez des individus qui sont, par ailleurs, très souvent affectés par tout un cortège de maladies endémiques.

5Un réseau de surveillance doit être mis en place auprès des populations à risque (fortes consommatrices de poissons contaminés) pour contrôler l’efficacité des mesures prises (voir recommandation n° 8).

3. RÉDUIRE L’EXPOSITION AUX VAPEURS DE HG EN MODIFIANT LES PRATIQUES D’ORPAILLAGE

6Il s’agit de mettre en application des mesures techniques permettant de réduire la dissipation des vapeurs de Hg dans les chantiers lors du traitement à chaud de l’amalgame Au-Hg ainsi que dans les comptoirs d’achat de l’or et dans les bijouteries, lors de la dernière phase de purification du métal. Des solutions techniques efficaces existent actuellement sur le marché et peuvent être appliquées, via des campagnes de sensibilisation (usage d’équipements de protection ou amélioration de leurs performances : cornées dans le premier cas, hottes filtrantes dans le second). Le cas échéant, des aides financières peuvent être apportées.

4. RÉDUIRE L’EXPOSITION AU MEHG EN ADAPTANT LES HABITUDES ALIMENTAIRES

7Pour réduire l’exposition au MeHg, il suffirait d’encourager les populations à risque à privilégier la consommation de poissons herbivores au détriment des poissons carnivores (les seconds étant dix fois plus contaminés que les premiers, voire selon un facteur beaucoup plus élevé dans certains cas). A première vue, il s’agit d’une solution « providentielle » pour un décideur, dans la mesure où les investissements se limiteraient à des campagnes d’information et à un contrôle de l’application de ces recommandations sur le terrain.

8En réalité, cette proposition est très difficile à mettre en œuvre, du moins à court terme, pour de multiples raisons. Tout changement de régime alimentaire constitue une rupture culturelle qui ne peut être décidée que par les populations concernées. L’accès à des protéines de substitution doit passer par une révision de la politique de la chasse, qui s’achemine actuellement vers la protection d’un grand nombre d’espèces (projets de réglementation et de conservation). Par ailleurs, il ne peut être oublié que la pratique d’une pêche sélective peut avoir des effets écologiques néfastes sur les peuplements aquatiques, conduisant à des déséquilibres au sein des processus de régulation à l’intérieur des réseaux trophiques.

9D’une façon générale, cette information doit être transmise avec la plus grande prudence et de préférence par des agents sociaux en contact régulier avec les communautés concernées.

5. MAÎTRISER L’IMPACT DU HG SUR L’ENVIRONNEMENT

10Maîtriser l’impact du Hg sur l’environnement, c’est non seulement éviter de produire des sources supplémentaires de mercure susceptible d’être méthylé par la suite, mais c’est aussi, autant que faire se peut, réduire les sources existantes.

11Pour cela, il convient :

  • de contrôler l’usage du Hg et d’évaluer les quantités destinées à l’orpaillage, en établissant un inventaire pertinent et réaliste qui passe par l’identification des filières de distribution et des volumes en circulation ;
  • de faire adopter des dispositions permettant de réduire les rejets de Hg dans les chantiers d’orpaillage ;
  • d’assurer un suivi des chantiers miniers abandonnés, afin d’ouvrir ces derniers, une fois la décantation effectuée dans des bar-ranques hermétiques, pour rétablir un drainage naturel et éviter que ces fosses ne deviennent des sites potentiels de méthylation du Hg et de développement des anophèles ou aèdes, tout en pratiquant une revégétalisation pour limiter le ravinement ;
  • de freiner le déboisement des sites forestiers en bordure et au voisinage des cours d’eau, lequel a pour effet d’accélérer l’exportation vers les rivières du Hg contenu dans le sol.

12Le débat concernant l’impact relatif des coopératives de petites exploitations familiales et des grandes exploitations multinationales doit être ouvert.

13Les lacs de barrage étant des lieux privilégiés de méthylation du Hg et ainsi de contamination potentielle des poissons, la pêche doit y être particulièrement contrôlée, notamment les premières années de mise en eau. Toute étude d’impact d’un projet de construction d’une retenue artificielle ne peut omettre cette nuisance potentielle.

14L’état du milieu doit être contrôlé et, le cas échéant, l’efficacité des mesures adoptées doit être vérifiée. Des bio-indicateurs sont à rechercher : par exemple, des espèces de poissons piscivores, sédentaires et dont les muscles présentent une accumulation linéaire de Hg, en fonction de leur taille et/ou de leur âge.

6. ÉTABLIR UNE CHARTE DES BONNES PRATIQUES DE L’ORPAILLAGE

15L’objectif de cette recommandation serait de définir des pratiques, les unes visant à réduire l’exposition aux vapeurs de Hg (reprise de la recommandation n° 3), les autres à minimiser l’impact sur l’environnement (reprise de la recommandation n° 5).

16L’obligation faite aux professionnels de l’activité aurifère d’adhérer à cette charte et d’en respecter les termes permettrait, le cas échéant, aux autorités administratives d’interdire l’exploitation et de pénaliser les récalcitrants.

17Cela suppose un renforcement des moyens humains et matériels de contrôle de l’activité.

7. CRÉER UNE STRUCTURE D’ENCADREMENT DE L’ORPAILLAGE EN GUYANE

18Différents services de l’État sont concernés par ces recommandations. Il s’agit principalement de la DRIRE pour la réglementation de l’activité d’orpaillage, la DDASS pour la santé humaine, la DIREN et l’ONF pour l’environnement et enfin la DDE pour l’aménagement des infrastructures. Ces services, pour des raisons structurelles, ont des difficultés à traiter de façon concertée ces problèmes complexes, étroitement imbriqués les uns aux autres, et, fait aggravant, des décisions contradictoires peuvent être prises dans la mesure où chacun de ces services se trouve fréquemment confronté à des enjeux qui s’opposent.

19Sans remettre en cause les contrôles actuels, il apparaît indispensable d’élargir leur champ d’action à l’ensemble des exploitations. Par ailleurs, il est nécessaire d’engager parallèlement :

  • des actions d’encadrement technique pour réduire au plus vite les rejets de Hg et les impacts environnementaux des placers en cours d’exploitation, ainsi que pour assurer un suivi post-exploitation, comme cela est préconisé dans les recommandations nos 3 et 5 ;
  • des actions de suivi administratif et législatif afin d’annihiler la part informelle de l’activité aurifère et de responsabiliser les orpailleurs ;
  • des mesures de taux d’imprégnation chez les professionnels exposés aux vapeurs de Hg.

20Pour ce faire, il est essentiel d’éviter de cloisonner les problématiques propres au contexte sanitaire, environnemental, ethnique ou socio-économique. Il est important, au contraire, que les actions auprès des orpailleurs soient avant tout menées dans un esprit de concertation entre les différents services de l’État.

21La concertation dans la réflexion peut aisément prendre la forme d’un pôle de compétence interservices (Préfecture, DRIRE, DIREN, DDASS, ONF, DDE, Rectorat...), dont la coordination reste toutefois à définir.

22L’outil d’application requiert une présence importante sur le terrain et doit passer par une structure novatrice (pour une meilleure approche et une amélioration de la communication avec les acteurs). Il peut s’agir d’une structure de coordination directe des services de l’État ; toutefois, le groupe des experts accorde sa préférence à une structure indépendante des services existants, mais rassemblant des personnels détachés des différents services concernés pour une mission transversale.

8. METTRE EN PLACE UN OBSERVATOIRE DE SURVEILLANCE

23La mise en place d’un observatoire de surveillance est primordiale. Le suivi permanent des milieux et des populations est tout aussi important que l’accroissement des connaissances car il permet de suivre en temps réel l’évolution de la situation et notamment de vérifier l’efficacité des mesures qui sont prises en vue de réduire les nuisances liées au Hg. La télédétection dispose d’outils tout à fait adaptés pour contribuer à cette tâche.

24En étroite collaboration avec les laboratoires de recherche impliqués, cet observatoire aura pour mission de suivre :

  • les niveaux de contamination des hydrosystèmes guyanais et leur évolution à court et moyen terme ; il devra s’appuyer sur un réseau de sites « à risque », au sein desquels sera effectué un échantillonnage régulier des compartiments clés du cycle du Hg (eaux, sols, sédiments, espèces bio-indicatrices végétales et animales...) pour permettre de suivre l’évolution dans le temps de la contamination mercurielle, en relation avec les activités anthropiques dans les bassins versants des hydrosystèmes ;
  • l’exposition des villageois au MeHg par le dosage du Hg dans les cheveux, et l’exposition des orpailleurs et de leur entourage aux vapeurs de Hg par le dosage du Hg dans les urines ; on pourra ainsi mieux accompagner les campagnes visant à prévenir les dangers d’intoxication ;
  • l’emprise spatiale des causes de contamination, notamment l’orpaillage et le déboisement, et leur évolution dans le temps ; l’observation de la planète par satellite constitue un moyen particulièrement efficace de surveiller ce type de phénomène, en fournissant des informations objectives mais aussi des supports de communication et des pièces à conviction. Cependant, compte tenu de la diversité des outils de télédétection, un cahier des charges précis tenant compte des spécificités guyanaises devra préalablement être établi.

9. POURSUIVRE LES RECHERCHES SUR LA CONTAMINATION MERCURIELLE EN GUYANE

25Le bilan de nos connaissances a mis en évidence un certain nombre de lacunes dans les deux domaines sanitaire et environnemental qui incitent à la poursuite des recherches.

26Dans le domaine sanitaire, il faut souligner que les effets sanitaires de l’exposition au Hg chez les populations amazoniennes et guyanaises ont été peu étudiés. Leur étude a essentiellement porté sur les atteintes du système nerveux central. L’ensemble des atteintes résultant de la contamination par le Hg doit être évalué, sur les systèmes rénal et cardio-vasculaire par exemple, ainsi que leur évolution et leurs conséquences à long terme. Il est également nécessaire d’évaluer le rôle négatif conjoint de cette pollution dans la résistance des populations amazoniennes aux autres agressions auxquelles elles sont soumises, telles les maladies parasitaires. Enfin, des études de suivi sanitaire doivent être mises en place pour évaluer l’efficacité des campagnes d’information visant à prévenir l’intoxication par le Hg. Pour cela, il est indispensable de perfectionner les diagnostics différenciant les effets précoces des deux formes d’intoxication (au Hg métallique et au MeHg) et les effets des pathologies endémiques dont sont fréquemment porteuses ces populations.

27Dans le domaine environnemental, les travaux de recherche actuellement réalisés dans le cadre du programme « Mercure en Guyane » du CNRS, abordant l’étude des principales composantes du cycle biogéochimique du métal dans trois sites en Guyane – villages amérindiens du haut Maroni ; zone d’orpaillage de Dorlin et rivières Grand et Petit Inini ; zone d’orpaillage de Saint-Elie et barrage de Petit-Saut –, devront être poursuivis et s’étendre à d’autres régions de façon à mieux cerner les zones à risque. Des travaux complémentaires devront être envisagés pour mieux comprendre les processus de production de MeHg et de son transfert vers les populations humaines, via la consommation des produits de la pêche.

28Le chef de projet et le collège des experts

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search