Version classiqueVersion mobile

Le mercure en Amazonie

 | 
Jean-Pierre Carmouze
, 
Marc Lucotte
, 
Alain Boudou

Première partie

Réponses aux questions des services de l’Etat [DDASS, DIREN, DRIRE et DSV]

Texte intégral

Question n° 1 de la DDASS

1— Comment intégrer dans le champ de l’expertise l’ensemble des actions d’éducation sanitaire similaires à celles menées suite aux conclusions du rapport de l’Institut de veille sanitaire, afin de dégager des pratiques susceptibles d’être reconduites localement avec succès ?

2Les actions d’éducation sanitaire avec contrôle de leur efficacité sont très peu nombreuses. A notre connaissance, deux furent menées au Brésil, une autre est en cours d’élaboration au Surinam. La première des études brésiliennes traite de l’éducation sanitaire relative au risque d’imprégnation par le MeHg associé à la consommation de poisson, l’autre s’apparente à un programme d’éducation sanitaire vis-à-vis de l’exposition aux vapeurs de Hg dans l’environnement immédiat d’une maison de purification de l’or (casa de ouro).

3Il ne nous est pas possible de comparer les actions qui vont être présentées à celles qui sont menées en Guyane suite aux conclusions du rapport de l’InVS, ne disposant pas pour l’instant d’informations sur ces dernières.

ACTION D’ÉDUCATION SANITAIRE SUR L’EXPOSITION AU MEHG

4Un projet pilote d’intervention préventive a été mené dans un village sur la rivière Tapajós, dans la région de Santarem, en Amazonie brésilienne. Des ateliers ont été organisés avec les villageois pour discuter des résultats des recherches entreprises sur la pollution mercurielle dans leur région et envisager avec eux diverses solutions possibles.

5L’intervention immédiate portait sur une légère modification du régime alimentaire avec le slogan : « Mangez plus de poissons qui ne mangent pas d’autres poissons ». Ce mot d’ordre se voulait positif en insistant sur l’importance de manger des poissons, tout en misant sur la sagesse et la capacité des populations à prendre en compte les informations qui leur étaient fournies sur le niveau moyen de contamination des diverses espèces de poissons pêchées.

6Une petite affiche, destinée à être placée dans chaque maison, montrait des niveaux de mercure dans les poissons locaux (rouge : mercure élevé ; jaune : mercure moyen ; vert : très peu de mercure ; un poisson rouge équivalant à 5 poissons jaunes et à 10 poissons verts). Les femmes du village, qui sélectionnent et font cuire le poisson, ont joué un rôle clé dans cette opération.

7Au début, des mesures des niveaux de Hg dans les cheveux des villageois engagés dans cette action éducative ont été effectuées. Elles ont été répétées 5 ans après sur les mêmes personnes. Une baisse sensible a pu être notée : les teneurs sont passées de 17,7 µg de Hg par gramme de cheveux à 11,1 ug/g.

8D’autres interventions à plus long terme jouant sur la source du Hg se poursuivent, accompagnées d’un suivi des niveaux de Hg dans les cheveux et des effets potentiels sur la santé.

9Cette opération est menée par le Centre d’étude des interactions biologiques entre la santé et l’environnement (CINBIOSE) de l’Université du Québec à Montréal, sous la direction d’un des membres du collège de la présente expertise (Donna Mergler).

ACTION D’ÉDUCATION SANITAIRE SUR L’EXPOSITION AUX VAPEURS DE HG

10Un programme d’éducation sanitaire a été réalisé auprès d’élèves d’une école de la ville de Paconé, située dans l’État du Mato Grosso, au Brésil. L’objectif était de mettre en garde les adolescents séjournant à proximité ou à l’intérieur de maisons de raffinage de l’or contre les dangers que présente l’exposition aux vapeurs de Hg provenant du brûlage d’amalgames or-mercure.

11Le cours, décomposé en cinq stages, comprenait des conférences-débats sur les opérations d’enrichissement du minerai aurifère par l’usage du Hg et aussi sur l’élimination de ce dernier lors des deux raffinages successifs, te premier dans les sites miniers, le second à l’intérieur des maisons de purification et de vente de l’or. Cet enseignement, réalisé à l’aide de posters et de moyens vidéo, a été complété par des discussions sur les manières d’éviter de respirer les vapeurs de Hg à l’intérieur de ces maisons de raffinage.

12Les connaissances acquises au cours du stage ont fait l’objet d’une évaluation en comparant, à partir d’un même questionnaire, les réponses fournies avant et après le stage.

13Parallèlement, des mesures du taux de Hg ont été effectuées dans les urines de ces adolescents à trois époques successives. Avant l’enseignement, le taux moyen de concentration était de 2,3 µg/l, six mois après il est passé à 2,9 µg/l, puis onze mois après à 1,49 µg/l.

14Cette opération a été menée conjointement par l’Université fédérale de Rio de Janeiro et le Secrétariat à la Santé de l’État du Mato Grosso. Responsable : Volney de M. Câmara.

15Des actions d’éducation sanitaire de ce type, mais sans le contrôle d’efficacité que fournit le suivi des taux d’imprégnation de Hg dans les cheveux, sont menées en d’autres points du Brésil ainsi qu’au Surinam.

16Les actions d’éducation sanitaire portant sur l’exposition au MeHg, qui se résument à recommander la consommation de poissons herbivores de préférence à celle de poissons carnivores, ne représentent qu’une mesure palliative, peu efficace et de portée très limitée. La sédentarisation des villageois, obligeant ces derniers à consommer moins de gibier et davantage de poisson, a été un facteur aggravant certain. Sans dénier l’intérêt de ces actions, il apparaît toutefois indispensable qu’elles soient accompagnées de mesures complémentaires visant à diversifier l’alimentation.

17De même, les actions d’éducation sanitaire concernant l’exposition aux vapeurs de Hg restent insuffisantes si des mesures ne sont pas prises pour réduire également les émissions de Hg, que ce soit dans les sites d’orpaillage ou dans les maisons de raffinage et de vente de l’or.

PROJET SURINAMIEN EN COURS D’ÉLABORATION, DESTINÉ À LUTTER CONTRE L’EXPOSITION DES POPULATIONS D’ORPAILLEURS AUX VAPEURS DE HG

18En juillet 2000, un atelier de deux jours, intitulé « Structural Approach to the Effects of Artisanal Goldmining on the Health, the Environment, and Socio-Economic Development in Suriname », a été organisé par le PAHO, avec la participation de responsables politiques.

19Le projet a été conçu en quatre parties, les trois premières consacrées à la réduction des nuisances de l’orpaillage pour la santé, l’environnement et les communautés locales, la quatrième à une meilleure insertion de l’orpaillage dans l’économie du pays.

20Les objectifs ne sont pas spécifiques aux risques liés au mercure, ils sont multiples : réduire l’impact négatif de l’orpaillage sur la santé en diminuant l’emploi de Hg et les émissions de Hg ; prévoir à moyen terme la suppression de l’usage du Hg ; informer sur les risques sanitaires encourus ; mener des campagnes pour promouvoir les pratiques sexuelles « contrôlées » ; prévenir le paludisme ; réduire la consommation des poissons les plus contaminés ; assurer un suivi de l’état sanitaire des populations affectées.

21Les conclusions de cet atelier ont été présentées au Gouvernement. Le financement des actions proposées est actuellement recherché auprès de l’UNRFNRE (United Nations Revolving Fund for National Resources Exploration).

22L’intérêt de ce projet tient au fait qu’il envisage la situation sanitaire des populations dans son ensemble, sans se limiter aux problèmes directement liés aux causes et aux effets de l’intoxication mercurielle.

23Correspondant : Jules de Kom, membre du collège de la présente expertise. Head Pharmaceutical Department. Diakonesses Hospital-Medical Mission, Paramaribo (Surinam).

Question n° 2 de la DDASS

24— Peut-on dresser un bilan des connaissances dans le domaine des expositions professionnelles, afin d’assurer un suivi sanitaire local des travailleurs de l’orpaillage ?

25L’annexe 6 apporte une réponse directe à cette question. Des compléments sont fournis dans l’annexe 8.

26L’OSHA (Occupational Safety and Health Administration) a révisé les normes d’exposition aux vapeurs de Hg sur les lieux de travail, considérant que la limite actuellement admise (PELs : permissible exposure limits) de 0,1 mg/m3 n’était pas suffisamment protectrice. Elle préconiserait une norme de 0,05 mg de vapeurs de Hg par mètre cube d’air pour une période de travail de 8 heures et pour une semaine de travail de 40 heures. Cette limite, selon l’OSHA, réduirait substantiellement les risques d’empoisonnements aigu et chronique au Hg qui ont été observés à des niveaux d’exposition au-dessus de 0,05 mg/m3. Cette limite est issue des recommandations de l’AGCIH (American Conference of Governmental Industrial Hygienists) formulées en 1994-1995. L’AGCIH recommande aussi une limite TWA (time weighted average) de 0,025 mg/m3 pour une exposition cutanée aux vapeurs de mercure (annexe 11).

Question n° 3 de la DDASS

27— Peut-on établir une liste, par ordre de causalité décroissante, des actions anthropiques actuelles qui déterminent la méthylation du mercure, afin d’élaborer ensuite des prescriptions techniques en vue de réduire la portée des causes ?

28Il n’est pas possible d’établir une relation de cause à effet entre actions anthropiques et production de MeHg, encore moins de classer ces actions anthropiques par ordre de causalité décroissante. La difficulté provient essentiellement du fait qu’une même action anthropique, selon son ampleur ou encore selon le contexte environnemental dans lequel elle se déroule, peut être à l’origine d’une forte production de MeHg ou au contraire d’une production négligeable.

29Une action anthropique conduit directement à la production de MeHg lorsqu’elle transforme le milieu en créant des conditions favorables à la méthylation et/ou indirectement en augmentant la quantité de Hg sous une forme apte à être méthylée.

30L’annexe 5 décrit les conditions environnementales favorables à la méthylation : un milieu aquatique anoxique ou très faiblement oxygéné, de faible hydraulicité, riche en matière organique labile et disposant de Hg métallique libre ou faiblement complexé aux substrats organo-argileux.

31Selon ces considérations, l’orpaillage est sans aucun doute l’une des principales activités anthropiques conduisant à la production de MeHg. Les pertes sur place de Hg lors de la préparation de l’amalgame et les retombées atmosphériques de Hg (ces dernières faisant suite aux émissions de vapeurs provenant de la destruction à chaud de cet amalgame) sont autant d’entrées nouvelles de Hg dans le milieu. Le remaniement des fonds et des berges de rivière facilite la remobilisation du Hg contenu dans ces milieux. Lorsqu’il s’agit d’un ancien site minier réactivé, il y a également libération du Hg introduit par les premiers orpailleurs. La méthylation se produit lorsque ce Hg atteint des sites à méthylation par voie atmosphérique et hydrique. Il est tout à fait plausible que les anciens bassins à décantation, après leur recolonisation par la végétation, deviennent des lieux mal drainés propices à la production de MeHg.

32Les lacs de barrage (tout particulièrement ceux qui ont été inondés sans déboisement préalable de la future cuvette lacustre), qui présentent une oxycline séparant les couches d’eaux oxygénées en surface des couches d’eaux anoxiques en profondeur, apparaissent comme des usines à production de MeHg. Cette production doit probablement se poursuivre dans les eaux de fond qui sont libérées et qui s’écoulent en aval du barrage (annexe 2). Les études menées dans le cadre du programme « Mercure en Guyane » du CNRS sont déjà en mesure de confirmer, dans le cas du lac de barrage de Petit-Saut, ces résultats tirés d’études sur les grands lacs hydroélectriques d’Amazonie brésilienne (annexe 2).

33Le déboisement, quelle que soit sa finalité (exploitation forestière, minière, agricole, pastorale...), en facilitant le lessivage des sols, favorise la remobilisation du Hg contenu dans ces sols (naturel et éventuellement anthropique). Ce Hg libéré devient disponible à la méthylation lorsqu’il atteint des sites à méthylation. Il est prévisible que la source de Hg méthyldisponible est d’autant plus abondante que le déboisement est conséquent (annexe 2).

34Les incendies provoqués, sauf lorsqu’ils sont d’importance exceptionnelle, ne sont pas à l’origine d’apports conséquents de Hg provenant de la biomasse végétale (annexe 2).

35D’une façon générale, toute remobilisation de Hg, toute nouvelle introduction de Hg dans le milieu, tout aménagement conduisant à la création de sites à production de MeHg seraient a priori à proscrire.

Question n° 4 de la DDASS

36— Quelles sont les possibilités de coopérations interrégionales qui émergent de l’expertise ?

37Les coopérations interrégionales possibles émergent de façon naturelle de cette expertise. Elles concernent directement les membres du collège de la présente expertise et leurs collaborations locales.

DANS LE DOMAINE DE L’ENVIRONNEMENT

Département de biophysique de l’Université fédérale de Rio de Janeiro

Jean-Rémy Guimarães

Bloco G-CCS, Ilha do Fundâo

21949-900 Rio de Janeiro, RJ, Brésil

Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec, Montréal

Marc Lucotte, Université du Québec à Montréal.

Chaire de recherche en environnement

CRSNG-HQ-UQAM & GEOTOP

CP 8888, succ., centre-ville

Montréal, Québec, H3C 3P8, Canada, PK7540

Institut d’écologie de l’Université San Andrés de La Paz

Institut d’écologie, Laboratoire de qualité de l’environnement

Marc Roulet

Campus Universitario

Calle 27 Cota Cota, Casilla Postal 10 077 Correo Central

La Paz, Bolivie

DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ

Head Pharmaceutical Department Diakonesses Hospital-Medical Mission, Paramaribo (Surinam)

Jules F.M. de Kom

Zinniastraat/Bodegravenelaan

BOB1814 – Paramaribo, Surinam

Instituto Evandro Chagas, COEMA, Belém (Brésil)

Elisabeth C. de Oliveira Santos

492 Bairro de Marco

66090-000 Belém-Para, Brésil

Centre d’étude des interactions biologiques entre la santé et l’environnement (CINBIOSE), Université du Québec à Montréal (Canada)

Donna Mergler PhD

Professeure, Département des sciences biologiques

Université du Québec à Montréal

CP 8888, succ. centre-ville

Montréal, Québec, Canada H3C-3P8

DANS LE DOMAINE DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

Laboratoire de gestion du territoire de l’Université fédérale de Rio de Janeiro

Bertha Becker

UFRJ, Ilha do Fundão

21949-900 Rio de Janeiro, RJ, Brésil

D’autres collaborations peuvent être envisagées.

Question n° 5 de la DDASS

38— Peut-on mettre en perspective les résultats des deux études guyanaises présentées en juin 1999 ?

39L’une des deux études guyanaises a porté sur l’exposition au MeHg de la population amérindienne wayana, et a été réalisée sous la direction de l’InVS. Il s’agissait d’une enquête alimentaire dans laquelle ont été évaluées les quantités de Hg ingérées en fonction des espèces de poissons consommées. Les résultats ont ensuite été mis en relation avec ceux obtenus sur les niveaux de Hg dans les cheveux de ces populations. La seconde étude, menée conjointement par l’InVS et l’INSERM, concernait une enquête neurotoxique chez l’enfant liée à l’exposition au MeHg.

40Les résultats de ces études, qu’il apparaît important de mettre en perspective avec des résultats de même nature provenant d’autres études en milieu amazonien, portent sur les relations entre les niveaux de Hg dans les cheveux des populations amazoniennes et les apports alimentaires, d’une part, les relations entre l’exposition au MeHg et le développement neurologique et intellectuel chez l’enfant, d’autre part.

LES NIVEAUX DE HG DANS LES CHEVEUX DES POPULATIONS AMAZONIENNES

41Rappelons que les études réalisées sur les populations wayana du haut Maroni ont porté sur trois sites comprenant quatre villages : Cayodé, village du Tampoc situé en zone d’activité d’orpaillage ; Twenké-Taluhen, villages situés face à face dans la partie centrale du haut Maroni ; Antécume-Pata, village situé en amont du haut Maroni. Les teneurs moyennes en Hg dans les cheveux sont égales, respectivement, à 12 µg/g ± 3,5, 11,1 µg/g ± 4,2 et 11,2 µg/g ± 4,9.

42Ces valeurs sont élevées, et sont équivalentes à celles observées dans des zones à forte activité d’orpaillage du bassin amazonien. Les annexes 8 et 9 rapportent des résultats obtenus sur une dizaine de sites distincts de l’État du Para, au Brésil. Les valeurs s’échelonnent entre 9,0 µg/g et 21,0 µg/g, la plupart se situant autour de 12 µg/g.

43Dans les régions n’ayant pas ou peu d’activités d’orpaillage, les niveaux de Hg dans les cheveux des populations apparaissent moins élevés. Citons, côté Guyane, les valeurs de 6,7 µg/g à Camopi, village situé sur l’Oyapock (bien que la consommation de poisson soit équivalente à celle du haut Maroni), 2,9 µg/g à Awala, village sur le littoral, et côté Brésil, dans L’État du Para, 4 µg/g à Aldeia do Lago Grande et 4,3 µg/g à Santana de Ituqui (annexe 8).

44Les diverses études portant sur les enfants, que ce soit au Brésil ou en Guyane, montrent que les niveaux de Hg dans les cheveux de ces derniers sont proches de ceux rencontrés chez les adultes et peu variables avec l’âge (annexes 8 et 10).

LES RELATIONS ENTRE LA QUANTITÉ DE HG INGÉRÉE ET LA TENEUR DES CHEVEUX EN HG

45En Amazonie, très peu d’études ont été menées dans le but de mettre en évidence de telles relations. La plupart d’entre elles se limitent à rechercher des relations entre le nombre de repas à base de poisson consommés et les teneurs des cheveux en Hg.

46Parmi les quelques études qui abordent la relation « quantité de mercure ingérée-teneur des cheveux en Hg », celle réalisée par l’InVS fait figure de référence (annexe 7). Dans ce type d’étude, il est clairement mis en évidence une corrélation positive entre les quantités de Hg ingérées et les teneurs des cheveux en Hg, cela aussi bien chez les adultes que chez les enfants.

LES RELATIONS ENTRE L’EXPOSITION AU MEHG ET LE DÉVELOPPEMENT NEUROLOGIQUE ET INTELLECTUEL

47Les études menées par l’InVS et l’INSERM ont essentiellement porté sur les risques neurotoxiques potentiels chez l’enfant associés à l’exposition au MeHg.

48La diversité des tests utilisés dans les études rend la comparaison des résultats très difficile. Toutefois, les études guyanaises peuvent être comparées à celles qui ont été menées sur Le Rio Tapajós au Brésil, selon des protocoles très semblables et des niveaux d’exposition comparables. Les résultats sont concordants. Les tests mettent en évidence un léger déficit en ce qui concerne l’organisation visuospatiale et la motricité. Ce déficit est d’autant plus marqué que l’exposition au Hg est élevée (annexe 10).

Question n° 1 de la DIREN

49— Au regard d’un contexte climatique équatorial, comment apprécier l’influence d’un éventuel bruit de fond géochimique sur la libération de méthylmercure afin de déterminer les impacts respectifs de l’orpaillage historique et actuel et des teneurs géologiques du sol ?

50La formulation de cette question peut prêter à confusion. Il est préférable de parler de production pour le MeHg et non de libération. C’est le Hg métallique (Hg0) ou ionique (Hg2+) d’origine naturelle ou anthropique qui est susceptible d’être libéré dans le milieu aquatique puis méthylé suivant des conditions particulières (annexe 5).

51Que doit-on entendre par bruit de fond géochimique ? Le Hg strictement endogène provenant de l’altération sur place de la roche mère ? Si tel est le cas, on peut affirmer que les stocks de Hg dans les sols proviennent des retombées atmosphériques de Hg issues des émanations naturelles de la croûte terrestre et des activités anthropiques intervenant dans le cycle du Hg.

52Les caractéristiques des milieux propices à la méthylation (richesse relative en matière organique labile, légère acidité et anaérobie) sont les mêmes dans les environnements tempérés et équatoriaux. Personne n’a pu, jusqu’à présent, vérifier l’effet du climat équatorial proprement dit (températures élevées toute l’année, forte pluviosité, fort rayonnement) sur la production nette de MeHg résultant de l’équilibre dynamique des processus de méthylation et déméthylation du Hg dans l’environnement. Nous ne pouvons pas réellement dire que ce sont les conditions environnementales « équatoriales » qui sont propices à la méthylation mais plutôt qu’il existe, dans les environnements aquatiques amazoniens, des sites permettant une méthylation et un transfert efficace du MeHg dans les organismes aquatiques.

53Si nous revenons aux sources mêmes du Hg dans l’environnement amazonien, il est difficile de proposer un modèle général d’exposition au MeHg des populations humaines, comme il est expliqué dans le point 3 de la synthèse. En région amazonienne, il y a des sources naturelles et anthropiques de Hg inorganique dont l’importance relative varie dans de grandes proportions, selon l’échelle d’espace et le compartiment considéré. A cette variabilité des sources de Hg inorganique dans l’environnement s’ajoute celle des divers facteurs environnementaux naturels et anthropiques qui agissent sur la méthylation ainsi que sur la bioaccumulation/bioamplification du Hg dans les chaînes trophiques aquatiques. Le poids de chacun de ces facteurs sur la contamination mercurielle des populations humaines dépend du site considéré (géochimie, histoire, alimentation...).

Question n° 2 de la DIREN

54— En fonction de ces résultats, peut-on mener une réflexion sur l’impact de la déforestation et des chantiers d’orpaillage, voire de l’exploitation d’or primaire, sur les phénomènes de transformation du mercure dans les différents compartiments (sols, air, sédiments, eau), en s’attachant en particulier à l’impact des barranques laissées en place et de la mise en eau ?

55Les activités anthropiques agissent à différents stades du cycle du Hg : sur la mobilisation du Hg vers le milieu aquatique ; sur la transformation du Hg en MeHg dans le milieu aquatique ; sur la bioaccumulation dans La faune aquatique. A L’heure actuelle, les deux derniers points ne peuvent faire l’objet d’une discussion, faute de données scientifiques suffisantes.

56Le Hg, qu’il soit d’origine naturelle ou anthropique, peut être dispersé par l’eau suite au lessivage et à l’érosion des surfaces terrestres, ainsi que par l’air grâce à sa volatilisation.

57En milieu amazonien, caractérisé par une forte pluviosité, tout terrain laissé sans couverture forestière subit une augmentation très sensible de l’érosion qui a pour effet d’accroître l’exportation du Hg inorganique accumulé naturellement dans les sols. Le Hg associé à la fraction fine des sols est entraîné vers les milieux aquatiques. Les activités minières ont également un impact important avec l’érosion due aux défrichements et au remaniement des sols qu’elles exploitent. Ainsi, les orpailleurs, même s’ils n’utilisaient pas de Hg pour amalgamer l’or, seraient responsables d’une exportation importante de Hg par l’érosion des sols et des sédiments remaniés.

58Il n’en reste pas moins vrai que les apports de Hg en provenance de l’orpaillage représentent un facteur aggravant. En effet, de très fortes quantités de ce métal peuvent être rencontrées dans les tailings et à la surface des sols autour des sites miniers, s’ajoutant dans des proportions très variables au Hg naturel exporté vers les rivières.

59Pour limiter cet effet néfaste de l’érosion, il apparaît que la méthode la plus simple reste la reconstruction d’une couverture végétale afin de limiter l’effet des pluies à la surface des sols. Si les sols en question doivent continuer à être exploités, des installations anti-érosives (barrières végétales, terrassements, bassins de décantation...) sont nécessaires.

60Le Hg est un métal très volatil, ce qui favorise sa dispersion par voie atmosphérique. Existe-t-il un moyen de limiter la volatilisation du Hg anthropique accumulé dans les sites d’orpaillage ? L’absence de travaux sur la question en région amazonienne ne permet pas de répondre. Nous rappellerons ici que la dynamique du Hg dans les milieux forestiers et l’importance des échanges sol-atmosphère sont parfaitement inconnus dans cette région. Nous ne savons donc pas, par exemple, si une réhabilitation des terrains miniers par un reboisement limiterait la volatilisation du Hg tout en permettant de réduire l’érosion.

Question n° 3 de la DIREN

61— Quelles activités humaines actuelles paraissent être incompatibles au regard du risque de contamination de la chaîne alimentaire ?

62Il convient de distinguer les différents cas de figure, comme cela est expliqué dans la synthèse.

63Dans le voisinage direct des activités d’orpaillage, il est à craindre une augmentation plus ou moins forte des niveaux de concentration en Hg inorganique dans tous les compartiments de l’environnement. Le Hg rencontré dans les sols provient de sources naturelles primaires et secondaires ainsi que de la source anthropique représentée par l’orpaillage. Dans les sols amazoniens, en dehors des sites miniers, on estime que plus de 95 % du Hg est d’origine naturelle. Près des sites miniers, les sols des points « chauds » peuvent contenir plus de dix fois les teneurs naturelles en Hg (annexe 3).

64Comme cela a été souligné en réponse à la question précédente, le Hg en provenance de l’orpaillage actuel ou passé est dispersé par volatilisation ou par érosion des sols. Les émissions de vapeurs de Hg altèrent la qualité de l’air et affectent en premier lieu les travailleurs des chantiers d’orpaillage. En revanche, le Hg anthropique exporté par voie hydrique vers les sites à méthylation (au même titre que le Hg naturel) est susceptible de toucher tous les consommateurs de poisson. Dans ce cas, il y a bien incompatibilité entre l’exploitation minière et celle des ressources halieutiques.

65Il est toutefois important de rappeler ici que, même en l’absence de nouveaux apports en Hg inorganique, certains environnements transforment suffisamment de Hg naturel provenant du bassin de drainage ou de l’atmosphère en MeHg pour que des concentrations inquiétantes de MeHg soient rencontrées dans les poissons situés en bout de chaîne. Cette situation peut se présenter dans les plaines d’inondation ou dans les réservoirs hydroélectriques. Dans ces deux cas, l’ajout de nouvelles quantités de Hg ne peut qu’amplifier la contamination des poissons.

Question n° 4 de la DIREN

66— Peut-on en déduire des recommandations d’occupation du sol, respectant les populations locales, leurs coutumes alimentaires et assurant la préservation des écosystèmes ?

67Il faut, répétons-le, éviter l’érosion des sols et le transport des particules terrigènes vers les milieux aquatiques réunissant les conditions de méthylation du Hg. Cette mesure concerne toutes les activités anthropiques responsables de l’érosion, qu’il s’agisse des activités minières ou agricoles exercées en amont des zones aquatiques propices à la méthylation de Hg.

68Les populations humaines exploitant régulièrement les ressources aquatiques à proximité de ces environnements à risque (plaines d’inondation, réservoirs des barrages hydroélectriques...) doivent être surveillées quant à leur exposition au MeHg. Une consommation régulière de poissons prédateurs vivant dans les retenues des barrages hydroélectriques est à déconseiller. Il vaut mieux éviter de construire des barrages dans les environnements intensivement exploités par des populations humaines.

69En somme, il faut rappeler que tout ajout de Hg dans l’environnement peut porter préjudice à l’intégrité des écosystèmes en raison de l’extrême toxicité de ce métal et de sa forme organique méthylée.

Question n° 1 de la DRIRE

70— Quelles sont les conditions de mobilisation du mercure endogène et historique par les activités humaines (déforestation, mise en culture, orpaillage...) ?

71La mobilisation du Hg accumulé naturellement dans les sols se réalise, comme cela a été dit, par le biais des processus d’érosion sélective des argiles le long des pentes des paysages. Certains processus pédogénétiques comme la podzolisation facilitent cette exportation vers les cours d’eau (annexe 2).

72Des conditions réductrices se développent au sein des sols qui sont inondés lors de la mise en eau des barrages hydroélectriques. Il s’ensuit une destruction des oxyhydroxydes de fer puis une libération du Hg associé (annexe 2).

73Il n’y a pas d’historique des émissions ou mobilisations en tant que tel. Chaque site à sa propre histoire de contamination mercurielle en fonction des différentes activités humaines comme le défrichement agricole, la construction de nouvelles routes, la recherche minière, qui ont toutes pour effet d’augmenter l’érosion du Hg accumulé dans les sols amazoniens.

Question n° 2 de la DRIRE

74— Peut-on distinguer quantitativement la part du mercure endogène contenu dans l’environnement de celle d’origine anthropique ?

75Il n’est pas possible à l’heure actuelle d’établir de tels bilans. L’état de nos connaissances est décrit dans les annexes 1 et 2. Rappelons que la principale source de rejets de Hg vers l’atmosphère en région amazonienne est l’activité d’orpaillage, consécutive à la destruction à chaud de l’amalgame or-mercure.

76Les apports anthropiques sont difficiles à évaluer. Selon la moyenne établie de 1 kilogramme de mercure élémentaire nécessaire pour un 1 kilogramme d’or récupéré, les rejets anthropiques oscilleraient autour de 300 tonnes. Toutefois, ce rapport est certainement très variable d’un chantier à l’autre. Il faudrait disposer d’un recensement actualisé des chantiers d’orpaillage et des équipements utilisés. En effet, selon l’utilisation ou non du matériel approprié, les pertes varient entre quelques centaines de grammes à plus d’un kilogramme de mercure par kilogramme d’or produit.

77En 30 ans d’activité, l’orpaillage représenterait en moyenne moins de 5 % du Hg rencontré dans les sots amazoniens. Il est évident qu’on doit s’attendre à un pourcentage nettement plus élevé à proximité des sites d’orpaillage.

Question n° 3 de la DRIRE

78— Quelle est l’évolution dans le temps des rejets de mercure dans l’environnement et de l’imprégnation des populations ?

79Chez les humains, il n’y a aucune étude longitudinale suffisamment étalée dans le temps pour observer une évolution temporelle de l’exposition au MeHg.

80Dans l’environnement, l’évolution temporelle peut être observée par L’étude de compartiments intégrateurs comme les sédiments des lacs. Deux cas sont distingués :

  • dans des Lacs peu influencés par les bassins versants et les activités humaines (lacs de tête de bassin isolés), on observe une augmentation des teneurs en Hg liée à l’activité d’orpaillage coloniale (du xvie au xixe siècle) et à une seconde augmentation, plus récente, qui correspond à l’activité industrielle globale et à l’orpaillage actuel (annexe 2) ;

  • dans les lacs influencés par le bassin versant et en aval d’activités humaines, on note une augmentation des teneurs en Hg qui est essentiellement due au dépôt de particules fines argileuses provenant de l’érosion du bassin versant. L’érosion peut autant provenir des activités d’orpaillage que du défrichement et de l’exploitation agricole des surfaces terrestres (annexe 2).

81Il n’existe pas d’étude sur l’évolution dans le temps de la contamination des poissons au MeHg, par absence de données historiques. Il n’est donc pas possible d’évaluer les effets des perturbations anthropiques sur l’accumulation de MeHg dans les chaînes alimentaires au cours du temps.

Question n° 4 de la DRIRE

82— Existe-t-il des moyens pour fixer le mercure en place ou pour limiter sa mobilisation ?

83La méthode la plus simple est celle qui consiste à reconstituer le couvert végétal dans le but de limiter, autant que faire se peut, l’érosion dans les zones agricoles et les installations minières ou industrielles. Le but recherché étant d’éviter l’élution du Hg stocké dans les sols amazoniens. Tout site aurifère devrait être équipé de bassin de décantation à sa sortie afin de réduire l’exportation de particules terrigènes enrichies en Hg.

84Comme il est souligné dans les recommandations, il serait souhaitable, d’ores et déjà, d’assurer un encadrement des chantiers d’orpaillage, avant, pendant et après leur exploitation, afin de contrôler et limiter les rejets de Hg.

Question n° 5 de la DRIRE

85— Y a-t-il élimination progressive du mercure (via les fleuves vers la mer...) ?

86Il y a effectivement transport de mercure en direction de la mer, en provenance du bassin versant (annexe 4). Mais la DRIRE souhaite savoir probablement s’il y a élution nette du Hg, c’est-à-dire appauvrissement des sols en Hg. La réponse reposerait sur la connaissance des bilans de matière (flux d’entrée et de sortie de Hg). Or ces bilans seraient très variables d’une unité de paysage à une autre et difficiles à établir. A priori, les stocks de Hg contenus dans les paysages à fort drainage baisseraient au profit de ceux des paysages qui jouent le rôle de sites à sédimentation, tels que les plaines d’inondation. Dans le cas du bassin du Tapajós (Etat du Pará, Brésil), près de la moitié du Hg sédimente dans la partie amont de la rivière, dans une zone délimitée, tandis qu’une grande partie de l’autre moitié du Hg sédimente progressivement le long de la partie aval qui se trouve être très élargie (10 km) et de faible hydraulicité. Par conséquent, seules de faibles quantités de Hg parviennent à l’Amazone (annexe 2).

Question n° 6 de la DRIRE

87— Peut-on décontaminer les sites pollués ?

88Nous ne connaissons pas d’exemples de décontamination de sites pollués. Il apparaît difficile de trouver des solutions qui soient économiquement réalistes.

Question n° 7 de la DRIRE

89— Peut-on formuler des recommandations qui préconisent des procédures d’extraction de l’or entraînant des niveaux de rejets acceptables ?

90L’adjectif « acceptable » est très subjectif. Les rejets « admissibles » ne peuvent se concevoir dans le contexte amazonien que d’un point de vue relatif, sachant que les sols contiennent du Hg naturel qui est susceptible aussi d’être remobilisé lors du remaniement des fonds et des berges des rivières et qui devient méthyldisponible au même titre que le Hg d’origine anthropique. Il va de soi qu’il faut s’en tenir aux recommandations qui préconisent des formes d’exploitation à rejets de Hg minimisés. Rappelons que cela suppose un encadrement, un accompagnement et un suivi en temps réel des chantiers.

Question n° 8 de la DRIRE

91— Existe-t-il des procédés pour extraire l’or alluvionnaire n’utilisant pas le mercure et qui soient à la portée (technique et économique) des orpailleurs ?

92La question se pose non pas pour l’extraction mais pour le traitement du minerai aurifère. A ce sujet, il existe d’autres procédés pour récupérer l’or fin sans avoir recours au mercure (la cyanuration du Hg, par exemple). Toutefois, ces procédés sont beaucoup plus lourds financièrement et plus difficiles techniquement à mettre en place sur des chantiers mobiles. Au contraire, l’utilisation du mercure est aisée et peu onéreuse pour les petites et moyennes exploitations.

Question n° 9 de la DRIRE

93— Comment améliorer encore la récupération du mercure dans les exploitations actuelles ?

94La première initiative serait de généraliser l’utilisation de la retorte telle qu’elle existe actuellement. La seconde serait de soumettre le problème à l’ADEME pour qu’il s’attache à développer une technique permettant une distillation améliorée en circuit fermé avec des volumes de rejets proches de zéro.

Question n° 10 de la DRIRE

95— Quelles incitations fortes pourrait-on mettre en place pour que les orpailleurs gèrent au mieux le mercure (réglementation renforcée, formation sur la santé, l’environnement...) ?

96La réponse est contenue dans les recommandations.

Question n° 11 de la DRIRE

97— Pourrait-on envisager un traitement centralisé (coopérative...) des levées de tables et de la distillation de l’amalgame (cela s’est-il fait ailleurs) ?

98La première partie de la question est à poser au syndicat des orpailleurs. Les regroupements d’orpailleurs en coopérative pour partager des coûts, notamment de transport, existent. De nombreuses associations plus ou moins formelles existent aussi.

Question n° 12 de la DRIRE

99— Que préconiser pour le réaménagement des sites ?

100Des mesures sont à prendre avant la mise en exploitation. Elles consistent notamment à mettre de côté la couche supérieure du sol contenant les éléments nutritifs et la banque de graines. Il convient d’éviter de brûler les arbres mais plutôt, comme pour la terre, de les repousser à la limite du chantier.

101Pendant l’exploitation, il est impératif d’appliquer la règle des bassins de décantation, ce qui suppose de créer une première fosse non exploitée mais servant de bassin pour le démarrage du chantier.

102Après l’exploitation, il est nécessaire de conserver les bassins fermés, le temps nécessaire à la décantation, puis de les ouvrir et enfin de rétablir l’écoulement naturel du cours d’eau. Parallèlement, la formation de cambrouzes sera évitée en répartissant la couche de terre végétale. Il sera procédé enfin à la révégétalisation du site.

Question n° 13 de la DRIRE

103— L’orpaillage effectué dans de bonnes conditions permet-il une dépollution historique des sols ?

104Cette question pourrait être traitée dans un cadre plus large en analysant les impacts de chantiers travaillant ou non selon les « règles de l’art » dans des zones historiquement et non historiquement « orpaillées ».

105Pour répondre partiellement à la question, il conviendrait d’établir un bilan moyen entre les volumes de mercure rejetés et ceux récupérés. Nous ne disposons pas de ce type de données.

106En tout état de cause, une exploitation réalisée selon les critères appropriés, avec une retorte par exemple, permet de récupérer dans les chantiers réactivés une quantité de Hg supérieure à celle qui est introduite pour réaliser l’amalgamation. Cet état de fait a été observé à plusieurs reprises lors de distillations effectuées par la CMC sur la crique Frère, à Dorlin.

Question n° 1 de la DSV

107— Peut-on évaluer et comparer les degrés d’imprégnation par le mercure des espèces marines et continentales ? Certaines espèces peuvent-elle être utilisées en tant qu’indicateurs du degré de contamination aquatique ?

108Il est démontré que le mercure continental est transporté en grandes quantités vers le milieu océanique par les fleuves amazoniens (annexe 4). Au cours de son cheminement, il est susceptible de rencontrer des zones propices à sa méthylation (couches oxyclines).

109Les données disponibles sur les taux d’imprégnation en Hg des organismes marins dans la bande côtière guyanaise sont trop peu nombreuses pour qu’on puisse en établir un bilan. En revanche, il existe d’abondantes données sur ce sujet en provenance de tous les océans du monde. Le département « Polluants chimiques » de l’Ifremer (situé à Rennes), sous la responsabilité de Michel Costa (qui nous a aimablement fourni des informations et des données permettant de répondre brièvement à la question posée), apporte une importante contribution dans ce domaine.

110Les gammes de concentrations en Hg total (Hg organique et inorganique) observées dans les organismes marins sont semblables à celles rencontrées dans les organismes continentaux (annexe 4), tout autant variables d’une classe à l’autre ou encore au sein d’une même classe. Les concentrations les plus élevées se rencontrent chez le thon, les mammifères et les oiseaux marins, comme le montre le tableau ci-dessous. On notera les valeurs très élevées pour les organismes de la baie de Minamata.

111Comme en milieu continental également, les poissons de niveau trophique élevé présentent les plus fortes concentrations (congre, roussette, etc.). Ces dernières espèces présentent même des concentrations en mercure qui peuvent dépasser la valeur de référence pour la consommation de 0,5 µg/g (poids humide). Pour une même espèce, les teneurs en Hg observées en milieu continental ou en milieu marin sont peu différentes compte tenu de la taille, de l’âge ou encore du lieu de pêche.

112La moule, genre Mytilus, a été largement utilisée comme espèce indicatrice de la contamination littorale. Regroupées par zone géographique, les concentrations moyennes s’échelonnent de 0,16 µg/g (poids sec) dans le golfe du Saint-Laurent à 1,25 µg/g (poids sec) dans le golfe du Lion (Méditerranée).

113Les résultats relatifs à la période 1992-1996 établis par le RNO (service qui contrôle le niveau de contamination des organismes par le Hg dans les zones littorales de la métropole) montrent clairement que les concentrations moyennes par site (0,04 à 0,51 µg/g, poids sec) et les valeurs individuelles de la moule Mytilus sont largement inférieures à la norme française de consommation des produits marins (0,5 µg/g, poids humide, 30 du 21 juillet 1995, ce qui est équivalent à environ 2 µg/g, poids sec). En termes d’évolution temporelle, plusieurs secteurs semblent se stabiliser depuis une dizaine d’années, après des diminutions observées au cours des années 80.

114Il n’existe pas de contrôle équivalent dans les eaux guyanaises. Maintenant qu’il est clairement établi que les eaux amazoniennes véhiculent vers l’océan de grandes quantités de Hg associé aux particules argilo-organiques en suspension, les services de l’État concernés devraient se pencher sur ce problème avec l’Ifremer, le principal interlocuteur scientifique dans ce domaine.

Concentration en mercure total chez les organismes marins (ng/mg, poids sec).

Concentration en mercure total chez les organismes marins (ng/mg, poids sec).

Note* Données converties (x 5) en concentrations de mercure par poids sec lorsque les résultats originaux sont exprimés par unité de poids de chair fraîche (source : Michel Cossa, Ifremer, sous presse).

Table des illustrations

Titre Concentration en mercure total chez les organismes marins (ng/mg, poids sec).
Légende Note* Données converties (x 5) en concentrations de mercure par poids sec lorsque les résultats originaux sont exprimés par unité de poids de chair fraîche (source : Michel Cossa, Ifremer, sous presse).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search