Version classiqueVersion mobile

Le mercure en Amazonie

 | 
Jean-Pierre Carmouze
, 
Marc Lucotte
, 
Alain Boudou

Remerciements

Jean-Pierre Carmouze

Texte intégral

1Dans quelle mesure y a-t-il contamination de l’Amazonie par le mercure ? Dans quelle mesure les humains en seraient-ils responsables ? Dans quelle mesure en seraient-ils les victimes ?

2Cet ouvrage est la réponse scientifique à ces grandes questions que les décideurs politiques se posent à l’égard du mercure. Il émerge d’un dialogue initial qui s’est établi entre les autorités locales de Guyane et un collège d’experts placé sous l’égide de l’IRD.

3À ce titre, je voudrais exprimer tous mes remerciements au préfet de Cayenne, Monsieur Henri Masse, et aux responsables des différents services de l’État concernés par le « problème mercure ». Ils ont porté beaucoup de soin à formuler leur questionnement, lequel a servi de base au développement de la réflexion scientifique. Par ailleurs, l’intérêt qu’ils ont montré à diverses reprises pour cette étude a eu sans aucun doute un effet stimulant auprès du corps des experts.

4L’exercice collégial demandé n’a été possible que grâce à la politique novatrice du président de l’IRD, Monsieur Philippe Lazar, qui a lancé la création au sein de l’IRD d’un département Expertise et Valorisation. La mise en place de ce département et sa direction ont été assurées par Jacques Weber avec, pour ce qui concerne la partie expertise, le concours de Sylvie Chaîner, Anne Glanard et Michèle Bouchez. Le manque d’expérience a été comblé par beaucoup de dévouement, d’encouragement et de sympathie à mon égard. Je les en remercie tous vivement.

5Comment ne pas exprimer ma profonde reconnaissance à l’ensemble du collège des experts ? Je n’aurais jamais imaginé que l’on puisse aussi aisément mener une réflexion collective. Tout le mérite leur en revient.

6Alain Boudou a pleinement profité de sa position de président de l’Expertise et de vice-président du programme « Mercure en Guyane », placé sous la responsabilité du CNRS, pour créer une synergie entre les deux projets, laquelle s’est révélée très fructueuse autant pour l’un que pour l’autre. Marc Lucotte, le rapporteur de l’expertise, et Donna Mergler, grâce à leur vision systémique des problèmes environnementaux et à leur double expérience canadienne et amazonienne, ont été les animateurs hors pair des deux séminaires de l’Expertise. Je ne serai pas moins élogieux à l’égard de Jean-Rémy Guimaraes, Laurence Maurice-Bourgoin et Marc Roulet, responsables des annexes sur le mercure et l’environnement, de Sylvaine Cordier, Julie Dolbec, Jules de Kom et Elisabeth de Oliveira Santos, responsables des annexes sur le mercure et la santé humaine, de Bertha Becker, Jean-Marie Fotsing, Jean-François Orru et Laurent Polidori, responsables des annexes sur le mercure et les activités anthropiques. Ils ont non seulement apporté toute leur compétence, mais ils ont aussi démontré une grande ouverture d’esprit qui a permis de réaliser au mieux l’indispensable intégration des connaissances.

7Cet effort collectif a été significativement enrichi par des collaborations « extra » et spontanées, démontrant tout l’intérêt que la communauté scientifique sollicitée a accordé à cet ouvrage.

8Que Michel Cossa qui nous a fourni des données complémentaires sur la contamination de peuplements marins par le mercure, Nadine Fréry qui a considérablement enrichi l’annexe sur l’alimentation des populations amazoniennes, Françoise Grenand qui a bien voulu nous faire partager sa profonde connaissance des populations autochtones pour enrichir les recommandations préconisées par l’expertise, Catherine Grimaldi qui a largement participé à l’élaboration de l’annexe sur le mercure et les sols, Guy Huel qui a revu et remanié les quatre grands points de la synthèse dans le but d’en faire une lecture plus aisée et plus attrayante pour les non-spécialistes, Jean Lebel qui nous a fait bénéficier de ses expériences novatrices en matière de contamination mercurielle chez les humains, Régine Maury-Brachet qui a complété l’annexe sur la contamination des poissons en intégrant les résultats acquis en Guyane par le laboratoire LEESA de l’université de Bordeaux, dirigé par Alain Boudou, reçoivent le témoignage de ma profonde reconnaissance et celle des membres du collège d’expertise.

9Je n’oublierai pas de remercier tout particulièrement Jacques Bodichon qui, avec beaucoup de patience et de rigueur, a effectué une dernière révision du manuscrit avant de le mettre en forme pour l’édition, ainsi que Marie-Noëlle Favier, directrice de la Délégation à l’Information et à la Communication de l’IRD, et Elisabeth Lorne, responsable d’édition à l’IRD, ainsi que Pierre Lopez.

Auteur

Chef de projet
Jean-Pierre Carmouze, directeur de recherche à l’IRD (Mission IRD-Bolivie)

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search