Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Glossaire

Texte intégral

1Il est compliqué — et les discussions à ce propos sont sans fin — d’utiliser les termes issus des langues vernaculaires ou véhiculaires de ces régions et pourtant ils sont par nature très pertinents. Ces langues, quasi toutes de tradition orale, verront ici leurs vocabulaires transcrits selon les normes phonétiques (u = ou, e = é, certaines voyelles sont longues et on les redouble, par exemple aa, ee.

2Il a été généralement retenu d’écrire les noms d’ethnies selon ces mêmes normes phonétiques. Ainsi on préférera « Tupuri » (prononcé à la française « Toupouri…). En revanche les toponymes seront orthographiés comme sur les cartes IGN, donc le plus souvent « francisés » conformément à la langue nationale, ainsi les Mofu Gudur vivront à Goudour…

3Il convient de souligner également que, dans le nord du Cameroun, la langue des Peuls — désignés ici comme Foulbés (ful’be) parlant le foulfouldé (fulfulde) — ainsi que l’arabe au Tchad ont fourni un certain nombre de termes, devenus véhiculaires, couramment employés ici, aussi bien par les Camerounais et les Tchadiens que par les ressortissants étrangers. C’est le cas pour désigner certains sols et nombre de termes de la hiérarchie religieuse et de l’organisation territoriale. On n’oubliera pas, non plus, les mots de « français régional » qui expriment des réalités géographiques ou sociales spécifiques.

4Parmi tous ces termes, il reste malaisé de distinguer ceux entrés dans le langage courant de ceux restés dans leur gangue « exotique », d’autant que certains ont pu tomber en désuétude.

5Ce petit glossaire cherche à venir en aide au lecteur.

6alhaji : musulman qui a effectué un pèlerinage à la Mecque. A pris au Cameroun le sens de « grand commerçant fortuné ».

7alkali : juge coutumier dans un lamidat. Il juge en première instance les problèmes liés aux héritages, vols et affaires foncières.

8ardo (du peul ar’do, pluriel ar’do’en) : vient de ardaago, marcher à l’avant, désigne un chef mbororo à la tête d’un groupe de pasteurs apparentés et alliés. Certains ardos sont reconnus par leur seule communauté ; d’autres sont désignés par l’administration et sont dits « porter le turban ».

9argamasse : toit d’argamasse, du portugais argamassa, « mortier », toit de maison en terrasse ou légèrement bombé.

10argué (de l’arabe araq) : alcool distillé localement. Dans le nord du Cameroun, il est fabriqué à partir de bières de mil éventées et de résidus de boules de mil.

11ay : habitation mofu.

12balanites : nom scientifique devenu nom commun, il supplante progressivement celui de « savonnier », car son écorce donne de la saponine servant à fabriquer un savon local. L’usage de ses fruits lui vaut parfois le nom de « dattier du Sahel ». Il joue par ses fruits, ses amandes et ses jeunes feuilles un rôle alimentaire de premier plan dans certaines régions du bassin du lac Tchad.

13banda : toujours au singulier, ce mot hausa, banda’a, désigne le fumage du poisson et de la viande. Le poisson banda préparé de différentes façons a été popularisé par les commerçants hausa vers le milieu du xxe siècle.

14banko : mot mandingue, « terre argileuse », entré dans le vocabulaire colonial français. Ce bousillage de terre pétrie avec les pieds sert à construire les murs traditionnels. Dans les textes, il est improprement assimilé au « pisé » alors que « torchis » serait plus adéquat.

15belaka : chef, en mbum.

16bilbil : « bière de mil », de fait bière de sorgho.

17blindage : protection occulte conférée par des talismans et une infinité de pratiques héritées ou achetées auprès de certains religieux.

18bœuf de case : appelé maray dans les langues tchadiques des monts Mandara, c’est aussi le nom de la grande fête des massifs, tous les deux, trois ou quatre ans, au cours de laquelle on sacrifie le taureau maray, qui a grandi totalement enfermé dans son étable.

19boukarou (bukkaaru en foulfouldé) : hutte temporaire en paille des éleveurs peuls transhumants. Il devient durant la période coloniale le synonyme de « case ronde » à l’usage des campements administratifs puis des hôtels.

20boule (de mil) : vient de la forme hémisphérique que prend la pâte de sorgho lorsqu’elle est moulée, après cuisson, dans une calebasse huilée. Servie démoulée sur un plat, la boule constitue l’élément central du repas.

21brèdes : toujours au pluriel, « légumes-feuilles », fraîches ou sèches, qui entrent dans la préparation des sauces ; encore dites « légumes indigènes », elles sont souvent issues de la cueillette.

22canari : vient du créole antillais « kannari », désigne n’importe quelle sorte de poterie.

23cauri : Cypraea moneta ou Cypraea caurica, dit « coquillage de Manille ». Les cauris ont été introduits comme monnaie tardivement, depuis Sokkoto, dans le bassin du lac Tchad. Pénalisés par leur poids et ne disposant pas de multiples, les cauris ont servi comme éléments de décoration, au même titre que les perles.

24clando : abréviation argotique de « clandestin », passé en foulfouldé sous la forme de kilanndo. Le « clando » désigne une moto-taxi non déclarée ou son chauffeur également dit « moto-taximan ». La flotte de clandos assure le gros des transports urbains et de la contrebande frontalière avec le Nigeria.

25coupeurs de route : désignation au Cameroun des bandits de grand chemin, à partir de 1983. Cette expression se décline en : « j’ai été coupé tel jour sur telle piste… ». « Zargina », appellation venue de RCA, en est le synonyme.

26crabiste, crabier : devin opérant la divination par le crabe d’eau douce. Mode de divination répandu, on le retrouve chez les montagnards kapsiki, jimi, bana, mafa…

27daba : mot mandingue pour houe, devenu un nom générique dans le français colonial pour une houe coudée à emmanchement à soie ou à douille.

28danbanga : milicien des comités de vigilance, disposant d’armes traditionnelles. Ils sont inscrits dans les sous-préfectures.

29dogari : portier, envoyé, notable (surtout dans les lamidats de la Bénoué).

30doum (de l’arabe dom) : palmier doum, Hyphaene thebaica porte bien d’autres noms : doumier, palmier fourchu… Pour ses peuplements, on parle de « doumeraie », autour du lac Tchad, terme construit sur le modèle de « palmeraie ».

31faada : mot d’origine hausa, conseil de notables dans un lamidat peul.

32fakalaw : esprit de possession touchant principalement les femmes des montagnards descendus en plaine. Mot utilisé chez les Giziga et les Mofu.

33ferik : campement d’éleveurs nomades au Tchad.

34foulfouldé : langue peule dans le nord du Cameroun.

35ful’be (pluriel de pulo) : Peul, Foulbé (plutôt dans le sens Peul sédentaire).

36furdu : bière-bouillie de couleur blanchâtre, consommée chaude, plutôt pendant la saison des pluies et la période fraîche de la saison sèche.

37gabak (du kanuri gabaga) : bandes de coton étroites de 7 cm de largeur, fabriquées par les hommes sur des métiers horizontaux à pédales, stockées sous la forme de rouleaux et mesurées à la coudée. La coudée de gabak servait d’étalon monétaire au xixe siècle au Bornou et dans les lamidats peuls.

38gaw : chasseurs de métier traditionnels, praticiens de la brousse. Ce terme s’accompagne d’une forte connotation de maîtrise de pouvoirs occultes.

39godon (godoore au singulier, godooje au pluriel en foulfouldé) : large bande de coton tissée localement par des femmes peules, devenue vêtement des montagnards dans la première partie du xxe siècle et jusque vers 1970.

40haddad : forgerons arabes du Tchad.

41harde (kar’de au pluriel) : mot peul, sol infertile, devenu un terme géographique et pédologique pour le nord du Cameroun sous la graphie « hardé ».

42indépendant : « village indépendant », « Daba indépendants »… qualifie des groupements païens que l’administration coloniale émancipait de la suzeraineté de lamidats peuls ou d’une chefferie de canton, généralement à la suite de troubles chroniques. Ils dépendaient alors directement du chef de subdivision. Ce régime d’administration directe a pu perdurer jusqu’à l’Indépendance, 1960, et au-delà.

43kadmul : turban en arabe, porté par les sultans et les grands dignitaires.

44karal (kare au pluriel) : mot peul, sol argileux ou champ de sorghos repiqués. Ce mot « karal » est devenu un terme géographique et pédologique.

45kirdi : mot d’origine arabe, popularisé à l’époque coloniale pour désigner les non-musulmans. Il recouvre une forte connotation péjorative.

46kodomna : fête religieuse chez les Musey.

47koss : jeu de cartes, très à l’honneur dans le nord du Cameroun, dans les décennies post-Indépendance.

48kuli (pluriel kuley) : sacrifice aux ancêtres, poteries sacrificielles. Le mot désigne à la fois le geste sacrificiel et l’autel. Il recouvre plus généralement tout ce qui est religieux dans un grand nombre d’ethnies du nord du Cameroun (Giziga, Mofu, Mafa…). Les Peuls mêmes l’utilisent pour dénommer la religion de leurs voisins païens.

49laba : nom de l’initiation chez les Musgum, Masa, Wiina et Tupuri, cette manifestation est généralement décennale.

50lamidat : dérivé du mot « lamido » sur le modèle de « sultanat ». Territoire sur lequel s’exerce la juridiction d’un lamido.

51lamido (du peul laamii’do, pluriel laamii’be) : sultan (dans le monde peul).

52lawan (de l’arabe al awan, « l’auxilliaire », via le kanuri lawân, titre militaire) : chef d’un village important ou d’un groupe de villages dans les régions au nord de la Bénoué.

53mallum : religieux musulman.

54mayo (du peul maayo, pluriel maaje) : cours d’eau intermittent, devenu terme géographique.

55massif : au contraire du sens géographique usuel, le mot a acquis, dans les textes relatifs aux monts Mandara, un sens particulier. Les « massifs », généralement d’altitude modérée (culminant à peine à 900 m) sont, plus que des représentations morphologiques, le siège de petites unités socio-politiques disposant de leur langue propre et d’un cycle particulier de fêtes. Il s’agit alors de « massifs-ethnies ».

56mbang : sultan au Baguirmi (Tchad).

57mil : désigne le mil pénicillaire ou « petit mil », Pennisetum glaucum. Toutefois, dans le nord du Cameroun et au Tchad, l’habitude a été prise d’appeler « mils » également les sorghos, dits « gros mils » si bien que l’on a des mils rouges, de la bière de mil, une boule de mil alors qu’il s’agit de sorghos (Sorghum caudatum…).

58muskuwaari : sorgho de contresaison repiqué sur les karals. Dans le langage courant, « sorgho » semble souvent leur être réservé.

59nassara : le blanc, l’Occidental.

60neem (de l’hindi nîm, via l’anglais colonial) : son nom scientifique est Azadirachta indica, anciennement Melia azaderak, originaire du Pakistan, passé par la Gold Coast, au Nigeria puis au Cameroun dans les années cinquante.

61ouaddi : mot arabe, cours d’eau intermittent.

62paysannat : cultivateurs d’un ensemble de villages, fortement encadrés par un projet de développement ou un organisme para-étatique. Véritable mode de développement des années cinquante aux années soixante-dix.

63quelea-quelea : mange-mil, oiseau granivore.

64rônier : palmier rônier, Borassus aethiopum, l’arbre nourricier par excellence des populations refoulées du bassin du lac Tchad. On retrouve partout des rôneraies, des plaines d’inondation du Logone et du Chari jusqu’aux piémonts des monts Mandara et même sur certains reliefs.

65sadaka : mot arabe, sacrifice, offrande.

66sakama : carrelet de petite taille monté sur pirogue.

67saré (du foulfouldé saare) : habitation peule. Il est devenu au Cameroun un terme générique pour désigner toute habitation.

68sekko : mot peul, vannerie servant de clôture.

69siiri : mot foulfouldé, de l’arabe sihir (secret), sorcellerie.

70soya (du hausa sooyaa) : il s’agit de viandes grillées commercialisées à partir de barbecues, sur les abords des marchés. Venu du Nigeria, ce type d’alimentation, accompagné de beignets, se développe dans le nord du Cameroun dans les années soixante-dix.

71tara (du mandingue tara) : « lit en bois ». Vocabulaire colonial, dit également « lit indigène », fait dans le nord du Cameroun de tiges de Sesbania pachycarpa assemblées et liées par des lanières d’écorce ou de cuir.

72tin : habitation tupuri.

73wan kulu : chef religieux supérieur chez les Tupuri.

74yayré (yaayre en foulfouldé) : pâturage inondé une partie de l’année, devenu le nom d’une région et un terme géographique. Dans les plaines du Logone, on parle du « Grand Yayré ».

75yondo : initiation, terme générique dans tout le Tchad méridional.

76zakkat (de l’arabe) : aumône légale, devenue une taxe traditionnelle imposée par le lamido et l’ardo. Il s’agit d’une bête par troupeau, à débattre avec le propriétaire, les troupeaux étant de tailles variables. Chez les cultivateurs, on applique une sorte de dîme sur les récoltes.

77zargina (à rapprocher de l’arabe littéraire azrag) : bleu, désignant à l’origine les boules d’indigo utilisées pour teindre les tissus. Par ailleurs, le bleu de lessive servait à se maquiller le visage pour ne pas être reconnus. Par extension, « zargina » a pris le sens de bandits masqués, coupeurs de route, en RCA et sur la frontalière camerounaise.

78zawleeru : mot foulfouldé, du kanuri zawule, vestibule, hall d’entrée d’une habitation.

79zemi : filet, grand carrelet kotoko et son embarcation.

80zeriba : de l’arabe tchadien zeribe (l’enclos à bétail). Ce terme est utilisé pour désigner toute enceinte d’épineux, faite de branches d’acacia entremêlées, destinée à protéger des habitations ou des champs.

81zina : habitation masa.

82zlaraway : toute la gamme des sorghos de montagne, chez les Mafa et les Mofu.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site