Version classiqueVersion mobile

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Postface

Texte intégral

1En rassemblant mes dessins réalisés pendant près d’un demi-siècle — mes premiers croquis au Tchad datent de 1963 —, je me suis rendu compte, après avoir fait moisson d’informateurs ma vie durant, que j’étais à mon tour un témoin plus ou moins averti d’une époque, celle de la post-colonie, et de l’une de ses composantes majeures, « la coopération ».

2J’ai vécu cette période sous différents statuts, volontaire national du service actif au titre de la coopération aux lycées de Garoua et de Maroua, puis coopérant enseignant à l’université du Tchad, et, à travers mes instituts d’attache, le CNRS, puis l’IRD, comme chercheur, participant et conseiller scientifique de projets de développement et expertises, sans oublier l’encadrement scientifique de nombre d’étudiants d’universités du Sud, comme du Nord.

3L’école a toujours porté une légitimité en soi. Dans ma présentation auprès des chefs traditionnels et de mes informateurs, comme chercheur, ce métier parlait manifestement moins que lorsque j’évoquais les élèves que, selon l’expression, « j’avais tenus sur les bancs », devenus des « grands », ministres, gouverneurs, directeurs d’offices parapublics. Cela renforçait sans doute ma propre confiance dans mes états de service.

4Lorsque le mouvement Boko Haram a pris corps au Nigeria, non loin de la frontière du Cameroun, et, qu’à Maiduguri, dans le prestigieux empire millénaire du Bornou, des étudiants de l’université ont, en 2001, brûlé masters et thèses devant les mosquées dans des autodafés avérés, j’ai compris que rien ne serait plus comme avant. « Boko Haram », littéralement « l’école de l’impureté, du mal », était celle de l’État, l’école publique que j’avais servie au Cameroun (lycées) et au Tchad (université). Remise en cause par un islam radical, elle n’était plus la doxa imprescriptible que l’on pensait [SEIGNOBOS, 2015, 2016].

5Par ailleurs, cette période couvre l’enchaînement des courants développementistes jusqu’à ce qui semble constituer une forme d’achèvement avec, après 2010, le doute dans la croyance et l’extinction des budgets afférents. Le sentiment d’être entré, sans retour, dans une mondialisation, au libéralisme sauvage intégrant risques et violences, domine. On y dénonce certes les prévarications et corruptions ambiantes, alors que bien d’autres maux, parfois plus anciens, perdurent. On retrouve la même distance et les mêmes incompréhensions des universitaires, des développeurs et des administrateurs nationaux envers leurs propres paysanneries qu’au cours des précédentes époques.

6J’ai l’impression de voir se clore un cycle, qui m’apparaît très cohérent a posteriori, pour s’ouvrir sur un avenir incertain dominé par l’injonction environnementale, le déclaratoire des humanitarismes et le déclamatoire de fades gouvernances… Ce qui se ferme n’est sans doute que ma propre vie, celle d’un géographe, voyageur inconsolé des monts bleutés veillant sur les cours sinueux du Kebbi ou du Faro. Il faudra ne plus connaître l’exaltation des départs au petit matin pour rallier des rendez-vous auprès de vieux informateurs qui attendent sur les rochers du piémont des Mandara, réchauffés par les premiers rayons de soleil, prêts à arpenter la montagne et à répondre à mille et une de mes questions. Mais l’Afrique ne commence-t-elle pas après qu’on l’a quittée, out of Africa ? Je crois l’avoir, dans mes dessins, rendue plus réelle encore par l’oubli du quotidien d’alors. Les amoncellements telluriques des rochers des Mandara, les infinies platitudes herbeuses du Logone renferment plus qu’une vie de travail. C’est comme si ces géographies excessives me devenaient autrement plus compréhensibles… et je ne cesse de parcourir mes carnets de terrains, mais comme des bréviaires.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search