Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Chapitre 7. La faune sauvage

Texte intégral

« LES CRIQUETS DE NOTRE ENFANCE »

Petits bergers sur le plateau kapsiki.

Petits bergers sur le plateau kapsiki.

1La faune sauvage a toujours été « bonne à penser », et des rencontres fortuites ont fait éclore d’incertains et originaux sujets : jaglavak, la fourmi tueuse, au cours d’un jugement chez les Mofu ; les anoures lors d’une réduction de fer avec les forgerons de Bogo ; ou encore l’engoulevent, comme spectateur d’une chasse rituelle. Chaque fois, l’animal focalise la communauté des hommes. Ici, il s’offre comme métaphore de leur société et de son fonctionnement, là, de son passé. Ailleurs, il répond à un effroi incommensurable, celui de la mort d’un nouveau-né…

2À la différence des autres insectes, les orthoptères (criquets, sauterelles et grillons) relèvent d’une désignation propre dans la plupart des langues du nord du Cameroun.

3Dans le bassin du lac Tchad, les criquets sont parmi les insectes les mieux nommés, y compris ceux jugés sans qualités. Le terme générique ou un autre mot est complété par un deuxième terme signalant un trait distinctif : l’arbre sur lequel l’insecte apparaît le plus souvent : le criquet du Piliostigma reticulatum, celui du jujubier, du Calotropis… les criquets des graminées, d’Imperata cylindrica, de Loudetia togoensis… Les épithètes « vache », « chèvre » font référence à des échelles de taille, « chien » et « forgeron » relèvent d’une image péjorée et désignent généralement des criquets qui ne sont pas comestibles. On relève naturellement des appellations de couleurs : l’éclat du fer, le mouchetage, le brun comme les peaux de chèvres des ballots mortuaires.

4L’approche des arthropodes par les populations est toujours sélective et prioritairement utilitaire. Elle intéresse la consommation, les manifestations rituelles, ludiques, et concerne aussi leur dangerosité. Les populations peuvent leur attribuer des pouvoirs occultes et en faire des mediums pour les rituels, comme les criquets sacrificiels chez les Masa (Pyrgomorpha vignaudii et Morphacris fasciata). Le discours qui accompagne les criquets confirme l’intimité que les populations entretiennent avec eux.

5On chasse les criquets au sol avec des tapettes. Les Masa fixent une vannerie à l’extrémité d’un manche. Mafa et Mofu croisent des cordelettes entre les bras ouverts d’une fourche. Les enfants chassent les criquets arboricoles avec des sortes de filets à papillons. Ils récupèrent, par exemple, les innombrables insectes qui couvrent les Boswellia dalzielii, rares arbres en fleurs avant les pluies, leur tordent la tête et les mettent dans des besaces accrochées en sautoir à leur cou. Les enfants fabriquent une glu en mâchant les fruits immatures de Loranthus et ils en enduisent l’extrémité de perches sur lesquelles se prendront les ailes des criquets. On chasse aussi les criquets après avoir mis le feu à la brousse.

6À la fin de la saison des pluies, d’importantes chasses nocturnes réservées aux adultes intéressent Ornithacris turbida. Les criquets engourdis — la rosée alourdissant leurs ailes — se laissent choir au sol. On en remplit des sacs. Il en va de même de Hieroglyphus daganensis, collecté dans des milieux graminéens inondables, et aussi du gros Homoxyrrhepes punctipennis que l’on retrouve grillé dans les cabarets à bière de mil, au prix de 50 F CFA (0,07 €) les trois. Mais la plus recherchée est une sauterelle (Ruspolia sp.), dont les ailes d’un vert léger recouvrent l’abdomen. Appelée chez les Mafa manda kada mbza (chair de la graisse), elle fait l’objet d’une chasse en pleine saison des pluies, et de grosses quantités sont alors écoulées sur les marchés.

7L’intérêt des populations pour les criquets ne rappelle pas un passé extractiviste, mais il appartient à des sociétés d’agriculteurs éleveurs de petit bétail. Les criquets font partie de la vie des pastoureaux préposés au gardiennage du troupeau familial. C’est leur ouverture sur le monde, leurs premières responsabilités, leur premier rôle social. Les enfants apprennent à tout connaître des criquets, leurs artifices, leurs fuites, le bruit des ailes et jusqu’aux plus fines de leurs stridulations. Ils savent alors reproduire le bruit caractéristique de certains (Eypreponemis piorans) pour les attirer et les faire sortir des herbes. Il leur faut distinguer les maîtres sauteurs (Acorypha glaucopsis) et ceux qui se faufilent au sol sous les herbes comme Hieroglyphus daganensis et Cataloipus fuscocoeruleipes. Ils ne doivent pas se laisser leurrer par leur mimétisme dans les herbes, les graviers, avant et après le passage de feux. Ils repèrent les criquets grégaires et les solitaires, relèvent les incompatibilités entre familles. Tout cela permet d’attribuer un trait de caractère à chacun : les hardis, les craintifs, les compulsifs, les écervelés prompts à se jeter dans toutes les embûches… Il existe chez les Mofu des catégories bien affirmées de criquets, les malins, hoyok dirwerwer (Acrotylus patruelis), et les stupides, hoyok ma dala (Gastrimargus africanus), d’autres encore portent chance…

8Tous les petits bergers jouent avec des criquets après leur avoir ôté les ailes. Ce seront alors leurs bœufs dans des corrals de brindilles, et ils mimeront ainsi les clubs de « buveurs de lait » de leurs aînés chez les Masa et les Tupuri. Les jeunes Masa et Muzuk donnent un rôle social à leurs criquets. Ils représentent les personnages d’une chefferie de canton ou d’une mairie. Jerena (Homoxyrrhepes punctipennis) est le chef ou le maire, hottna (Catantops axillaris), son adjoint. Tufon udina (Morphacris fasciata), le criquet des devins représente le chef des notables, kagulida (Cataloipus cymbiferus) le factotum, et Girimgimba, enfin, le gardien de prison. Les autres figurent le peuple, et les petits criquets « bossus », qui font partie de l’arsenal des insultes (Humbe tenuicornis), jouent le rôle des bœufs servant à payer les amendes. Tous ces jeux finissent par une grillade générale de criquets. Ces festins d’insectes précèdent ceux de souris cuites à la braise lorsque, adolescents, ils intégreront la classe d’âge dite justement des « braiseurs de souris ».

Pyrgomorpha vignaudii, Morphacris fasciata.

Pyrgomorpha vignaudii, Morphacris fasciata.

9Avant d’être consommés, les criquets sont débarrassés de leurs ailes et de leurs pattes, mais pas des « gigots ». On les cuit à l’eau additionnée de sel de potasse avant de les mettre à sécher et de les faire griller avec ou sans huile. On les prépare le plus souvent dans des marmites spécifiques. On enlève la tête des gros criquets, les viscères viennent avec. Les autres sont mangés entiers.

10Bien peu d’orthoptères se révèlent impropres à la consommation. On peut néanmoins signaler, outre la grande sauterelle verte aux ailes rouges (Phymateus cinctus), le criquet Acrotylus patruelis ou le « criquet puant » (Zonocerus variegatus), encore que, laissé à macérer dans de l’eau chaude à plusieurs reprises pour enlever son odeur, ce dernier devient, pour les Masa, une chair des plus goûteuses. Les criquets ne sont pas qu’un aliment pour les enfants. Collectés en grande quantité, ils sont rapportés à la maison pour être cuisinés, même si les adultes préfèrent taire ces repas d’insectes. Ils représentent une « viande », au même titre que d’autres protéines animales, disponible toute l’année, certains criquets se chassant pendant les pluies et d’autres au cours de la saison sèche. Nos informateurs ont toujours souligné que leur ingestion, même à forte dose, n’apporte aucun désagrément au consommateur.

11Il existe encore un type d’orthoptères souvent englobés sous le nom de « criquets de la famine », rhiya maya chez les Xide, car ils attaquent le sorgho en herbe ou en panicule. Il peut s’agir de criquets locaux proliférant subitement, comme Cataloipus cymbiferus, mais il s’agit surtout de criquets migrateurs, les zaray des monts Mandara et du Diamaré (Schistocerca gregaria ou Locusta migratoria migratorioides). Venues du nord, leurs nuées se sont accompagnées de destructions de récoltes entraînant d’épouvantables disettes (1930-1936). Les populations, bien malgré elles, musulmanes comprises, ont dû se repaître de ces ravageurs.

12Les criquets ne représentent qu’une partie des innombrables insectes consommés dans la zone soudanienne. Il faudrait rajouter chenilles, larves, coléoptères, dystiscidés, grosses punaises aquatiques, imago de termites… Il n’est pas certain que les nutritionnistes aient bien évalué l’importance passée et actuelle de cette entomophagie.

Différents criquets et sauterelles.

Différents criquets et sauterelles.

Quelques autres insectes également consommés.

Quelques autres insectes également consommés.

Grillon, cétoines, bupreste et punaises oléifères.

UN INSECTE ROI : JAGLAVAK, HISTOIRE D’UN FILM

13Tout a commencé lors d’un jugement auquel j’ai assisté auprès du chef de Douvangar, Bizi Douroum, au début des années soixante-dix. Un homme du massif est lourdement condamné pour être allé, sans en avertir le chef, quérir en plaine un insecte, jaglavak, censé chasser les termites de ses silos. Je commence alors à lever le voile sur les rapports singuliers que les Mofu entretiennent avec leurs insectes. On ne pense jamais seul un sujet… De son côté, le linguiste Daniel Barreteau (IRD), ne trouvant pas les taxons correspondant aux innombrables insectes recensés dans son dictionnaire des Mofu Gudur voisins, a également entrevu cette singularité.

14Jaglavak est un doryle nomade qui attaque et détruit les autres insectes, en particulier les termites. Il constitue le recours ultime pour assainir des habitations comme celles des Mofu, en pierres et pérennes, souvent héritées, dont on ne peut se dessaisir. Le prélèvement en brousse d’une partie de colonie de doryles et son introduction dans la maison implique une ritualisation complexe. Les Mofu appellent jaglavak « prince » ou « dieu », et on le prie de bien vouloir officier et chasser les insectes indésirables du foyer en traçant un chemin d’ocre vers les zones infestées. Le termite Macrotermes subhyalinus (dlirba en mofu) et certaines fourmis, Camponotus maculatus (mazaza), Pheidole et Tetramorium (singel), fuiront dans un sauve-qui-peut en transportant leurs œufs dans leurs mandibules. Certains entomologistes avancent que Jaglavak les chasserait par des attaques directes et par le biais de phéromones. Selon les Mofu, le nettoyage d’une concession, des silos aux toitures, dure une semaine, puis jaglavak disparaît.

15Pour les Mofu, jaglavak constitue le parangon du guerrier. Ses colonnes attaquent massivement, le soir, avec le « bruit discret de la bière de mil en fermentation », comme les razzias fondent sur les villages. Il agit avec ruse, sa tactique : paralyser sa proie par les pattes, alors qu’un autre doryle la chevauche et, de ses mandibules acérées, sectionne l’arrière de la tête entre les cuticules. Jaglavak est réputé sans pitié. Placé au sommet de la hiérarchie de l’entomofaune, il en est le prince. Le monde des insectes est le miroir de la société mofu, avec ses notables, ses pauvres…

16Engagé dans cette recherche, j’ai fait appel à des entomologistes du Cirad, Philippe Deguine et Henri-Pierre Aberlenc, qui ont capturé et déterminé les insectes, tandis que je poursuivais ma collecte de dires des Mofu. En dehors de tout programme, nous avons ainsi, entre 1996 et 1999, commis quelques articles.

Scène de tournage du film Jaglavak, prince des insectes.

Scène de tournage du film Jaglavak, prince des insectes.

17Une population des monts Mandara s’exprimant par le biais de ses insectes, le sujet est neuf. Le passage à la vulgarisation émane d’un cinéaste animalier, Jérôme Raynaud, formé dans les équipes de Jacques Perrin. À la lecture des articles, il pense qu’il y a là matière à « narrer visuellement une belle histoire ». Conseiller scientifique auprès du réalisateur dans la phase de repérage, j’ai été un peu plus en retrait aux cours des deux tournages : le premier a eu lieu en septembre 2005, à la fin de la saison des pluies, et le second, en juin 2006, à l’amorce des pluies suivantes

  • 1 Ce film tourné en HD a été préfinancé par FR3 et coproduit par l’IRD et Z production. On a eu reco (...)

181. Le scenario est simplissime : Comment Siddi, aidé par Mazgraway, son voisin, va-t-il réussir à chasser les termites de son habitation ? On suit alors la quête de jaglavak dans le territoire de Wazang, puis l’action de cet insecte contre le termite envahisseur. La trame de fond déroule le cycle du mil, des semis aux récoltes, avec l’apparition de son cortège d’insectes.

19Notre vieil informateur, Mazgraway Zlama, a littéralement porté le film, bien secondé par Siddi Bi Makabay et le jeune Idrissou. Tout le monde a joué son rôle, sous son propre nom, le chef de massif, le ritualiste Mazgraway, Siddi le notable oncle du chef, les mères et leurs enfants.

20Pour le chercheur, assister à la mise en parole et en images de ses recherches a quelque chose d’angoissant, car ses articles sont le fruit de collectes auprès de nombreux informateurs. Or, dans le film, seul Mazgraway devait s’exprimer librement sur une série de thèmes associés à des insectes. Dans la préparation des dialogues sur la maquette, j’ai rapidement été rassuré quant à la vitalité de ses connaissances sur les insectes en pays mofu. Au cours du tournage, j’ai découvert bien des aspects de ces savoirs, qui m’avaient échappé lors d’enquêtes antérieures. Le film « Jaglavak, prince des insectes » a été plébiscité et a reçu une dizaine de premiers prix.

Insectes protagonistes du film.

Insectes protagonistes du film.

1 – Doryle.
2 – Pachycondila sp.
3 – Camponotus maculatus.
4 – Messor sp.

LE TEMPS DES ANOURES

21Sur les marges du lac Tchad, un vaste système de marais et de mares temporaires en connexion a favorisé le développement d’une innombrable batrachofaune, qui a fourni une base alimentaire aux populations.

22L’apport protéinique et lipidique des batraciens représentait l’élément focal de différenciation des populations du Diamaré par rapport, d’une part, aux productions proprement piscicoles, avec l’huile de poisson des pêcheurs du Logone à l’est et, d’autre part, au suif du bétail claustré des montagnards à l’ouest.

23La chasse aux anoures — essentiellement des espèces fouisseuses — mobilise, encore aujourd’hui, des centaines d’équipes parfaitement organisées, utilisant des techniques éprouvées. Ces ultimes « chasseurs-cueilleurs » relevant d’un genre de vie multiséculaire associé aux batraciens se seraient adaptés à des écosystèmes en voie d’assèchement et partiellement mis en culture.

24Deux groupes de batraciens conservent une importance économique, les Ptychadena spp. (merlek), petites grenouilles bondissantes, et Pyxicephalus adspersus, la grenouille-buffle, piètre sauteuse à l’aspect de crapaud. Ces batraciens se chargent de graisse avant d’hiberner pendant la saison sèche et de s’enfoncer dans le sol dès octobre-novembre.

25Les collecteurs d’anoures sont organisés un peu à la façon des chasseurs professionnels. Le métier est aussi dominé par les Kanuri, et les femmes en sont également exclues. Chaque équipe met à sa tête un responsable, le kacalla, qui prospecte les zones de chasse et démarche auprès des autorités traditionnelles. Le kacalla possède des charmes pour attirer les anoures et refouler les serpents. Il attribue les places à ses 30 à 35 collecteurs qui creusent, chacun, une quarantaine de pièges, trous coniques disposés en quinconce, de 50 à 90 cm de profondeur et 60 cm de diamètre en surface. Les parois sont lissées avec de l’argile et régulièrement humectées et crépies de sable fin. Les batraciens se font prendre au cours de leurs déplacements nocturnes, depuis les fentes des vertisols vers les points d’eau et retour. Les pièges sont relevés tous les matins. Chaque chasseur obtient en moyenne 6 à 8 sacs par campagne, vendus 32 000 F CFA (49 €) et plus le sac (2011). Dans le Diamaré, cette chasse procure des revenus comparables à ceux de la pêche au prorata du temps de travail effectué.

Principales anoures chassées dans le circum tchadien.

Principales anoures chassées dans le circum tchadien.

1 – Ptychadena sp.
2 – Ptychadena trinodis.
3 – Hemisus marmoratus sudanensis.
4 – Euphlyctis occipitalis.
5 – Pyxicephalus adspersus.

26Une autre chasse se déroule la nuit, celle dans les mayos. Ces anoures, délaissant l’eau toute proche qui va fluant sous les sables, sortent pour gagner les berges où elles sont alors immobilisées par la lumière de torches de paille. Les équipes, ici réduites, se subdivisent, entre celles qui allument les flambeaux et celles qui ramassent les grenouilles.

27Les captures de grenouilles-buffles s’organisent au moment du plus grand ennoyage des plaines du Diamaré. De vieux chasseurs ont auparavant effectué des repérages sonores, pour déterminer les zones de fortes concentrations. Certains batrachologues villageois de renom font le tri dans ces concerts de coassements nocturnes, écartant les abois ventriloques du tout-venant et les voix de gorge des crapauds pour déceler l’importance des ronflements sourds des mâles reproducteurs de Pyxicephalus adspersus, comme les piaillements de détresse des juvéniles victimes du cannibalisme de leurs aînés. Les grenouilles-bufles sont chassées à la main, dans des karals aménagés en diguettes pour cultiver les sorghos de contre-saison. Les grenouilles sont tuées avec de l’eau chaude puis, dans le cas de la grenouille-buffle, éviscérées et mises à sécher puis éventuellement à fumer. Leur conservation s’avère plus délicate que celle des poissons secs, en ce qu’elles sont plus fragiles et craignent les moisissures. L’arrivée des merlek en décembre crée des perturbations sur les marchés du piémont des monts Mandara, la viande ne trouvant plus preneurs, aussi les bouchers pétitionnent-ils régulièrement auprès des services de l’Hygiène et des Eaux et Forêts pour en interdire la vente.

28Les ingrédients recommandés pour préparer ces batraciens, servant des recettes d’un autre temps, sont aujourd’hui peu utilisés : feuilles de Celtis integrifolia, jeunes feuilles de tamarinier, éleusines… Certains plats peuvent être très sophistiqués. Les informateurs s’accordent sur le côté bénéfique de l’ingestion de batraciens pour la santé, en particulier pour fortifier les enfants. Certains groupes, comme les Giziga ou les Bulala du Fitri, pratiquent de véritables cures pendant plusieurs mois. En revanche, la graisse de Pyxicephalus adspersus, que l’on conservait autrefois comme l’huile de poisson dans des jarres enterrées ou immergées dans l’eau, n’est plus consommée, mais reconvertie en onguent.

29Depuis vingt à trente ans, dans le nord du Cameroun, les Peuls dévots sont les censeurs des conduites alimentaires, surtout citadines. Les batraciens sont irrémédiablement cantonnés aux nourritures païennes. La consommation des merlek relève dès lors d’une grande hypocrisie. On viendra nuitamment passer commande par le biais d’un langage codé : « Y a-t-il des Chinois ? »… Les merlek mises à sécher sur le sol empruntent en effet des postures évoquant des mouvements de karateka…

Pyxicephalus adspersus fumées. Ptychadena spp. séchées.

Pyxicephalus adspersus fumées. Ptychadena spp. séchées.

Dispositif de pièges, village de Boulama-Toko, Guirvidig, 2006.

Dispositif de pièges, village de Boulama-Toko, Guirvidig, 2006.

Chasse nocturne à la merlek de rivière (Ptychadena spp.).

Chasse nocturne à la merlek de rivière (Ptychadena spp.).

Préparation des pièges, le crépissage.

Préparation des pièges, le crépissage.

Marché aux anoures, village de Papata.

Marché aux anoures, village de Papata.

L’ENGOULEVENT OU L’ÉTRANGETÉ PORTEUSE DE MALHEUR

  • 2 Ce village a été restitué au Nigeria en 2005 à la suite d’une rectification de la frontière.

30Mon voisin de Maroua me rappelait régulièrement : « Nous les Africains, on meurt vite et plus vite encore nos enfants ». À Bourrha Wamgo2, dans les Mandara, non loin de l’habitation où je logeais, une femme faisait fonction de devin. Fort respectée, elle officiait comme ordonnatrice dans maintes mises en scène de désenvoûtement dans le village. J’aimais suivre ces séances de « devinage ». Sans âge, le corps tassé, des hanches larges, des seins en outres vides, elle avait, sa vie entière, enterré ses enfants derrière sa maison, douze en tout, toujours peu après la naissance, à l’exception de deux. La mort lui était devenue familière, et les rituels la concernant avaient pris en mains les choses du malheur. Quant à ceux visant à enrayer ce malheur, tous avaient échoué y compris l’ultime, celui du sacrifice de l’engoulevent.

31Les séances de divination sont instructives à plus d’un titre, permettant d’entrevoir aspirations et angoisses mêlées des sociétés villageoises. Elles renvoient à tout un arsenal technique et à un savoir-faire de basses psychologies que partagent le « devineur en crabe » (crabe de terre), dit aussi « crabiste », et ceux qui « travaillent » avec les graminées coudées ou encore avec les pierres et les tessons. Les séances étant d’ordinaire libres, les devins se montrent rarement avares de leurs pratiques. À Kongkong, chez les Gidar, un devin a tenu à m’enseigner les règles d’une sorte d’ornithomancie. À l’aide d’un lacet, il étranglait un poulet qui, sur le point de succomber, s’immobilisait. De la position précise des ailes et des pattes, on tirait augures. Prestement, le devin relâchant le licou, pratiquant un léger massage cardiaque, redonnait vie au poulet qui, titubant, le caquètement affolé de celui qui a risqué gros, partait rejoindre ses congénères. D’autres de ces volatiles de démonstration ont permis de couvrir quelques cas litigieux. À la question pourquoi les enfantelets d’une femme meurent-ils les uns après les autres ?, les réponses aboutissaient presque invariablement à mettre en cause le sortilège de l’engoulevent.

32De Gide à Leiris, quel voyageur n’a pas signalé le vol des engoulevents « empêtrés de leur grâce » poursuivant des nuages de vole-menu, moucherons et moustiques ? L’engoulevent à balanciers, mâle de Macrodipteryx longipennis dont les deux longues rémiges, sortes de balanciers, lui permettent d’enchaîner de si étranges figures, était aussi appelé « oiseau-avion » par les coloniaux. Comme l’engoulevent à longue queue (Caprimulgus climacurus), cet oiseau n’a cessé d’intriguer les populations de par ses dissemblances avec les autres volatiles, sa vie entre diurne et nocturne. Il suscite l’effroi quand il s’envole sous les pas, ne pouvant être que dangereux. On accuse l’oiseau de s’attaquer à ce que l’homme a de plus sensible, sa propre reproduction. L’engoulevent est, en effet, réputé faire mourir les nouveau-nés. Les populations du nord du Cameroun ont développé nombre de rituels pour en détourner les effets. Ils ont en commun de débuter par une chasse mobilisant tout le quartier, voire le village. Une fois capturé, l’oiseau toujours vivant est l’objet d’une infinité de rites au bénéfice de la femme ; l’enfant à naître devra impérativement porter un nom apotropaïque, celui de « engoulevent ». L’abondance de ce nom dans les ethnies du Nord-Cameroun avant les années soixante démontre, outre la réalité des faits, l’angoisse de perdre une succession d’enfants. La désignation de la cause du malheur épargne la double impasse de l’angoisse, il n’y a plus ni vide ni mille atermoiements. Un seul recours, celui du rite de l’engoulevent dont l’efficience se trouve légitimée par l’adhésion de sa propre communauté et de celles de ses voisins, participant sans dérogation à cette chasse collective. Ces rituels restent encore vivaces dans les monts Mandara.

La divination par le crabe et son matériel.

La divination par le crabe et son matériel.

Le crabe doit modifier la disposition des bâtonnets et des éclats de calebasse disposés tout autour de la vasque de sable et d’eau recouverte durant la nuit par une poterie conique (à Guili), 1991.

33Ayant enquêté sur ces rituels, je me devais d’illustrer mes propos par quelques photos ou dessins de l’engoulevent lui-même. Commence alors une longue quête, celle de l’oiseau. En effet, comment — à moins d’avoir la chance de prendre un engoulevent à la tombée du jour dans la carlingue de son pick-up — capturer cet oiseau ? Il était devenu manifestement moins commun que dans les années trente. Pendant près de deux années, j’ai tenté de « passer commande », d’abord auprès de chasseurs professionnels kanuri et mandara, avec lesquels j’étais, de longue date, en commerce d’amitié. Ils manifestent peu d’empressement… prétextant les qualités d’astuce de l’oiseau, sa moindre abondance. J’ai fini par comprendre qu’ils ne manipulaient jamais un engoulevent vivant et se contentaient de récupérer sa dépouille pour des « prescriptions » très précises. Je me suis alors tourné vers d’autres praticiens de la brousse, les bergers peuls, pour lesquels les maléfices de l’engoulevent sur le bétail semblaient facilement écartés… Acquiescement poli, car il ne convient pas d’opposer un refus abrupt. Mais bien après, on me fait comprendre que la capture d’un engoulevent ne peut être interprétée par les voisins des Peuls que comme un acte asocial. Les Peuls se rangeaient ainsi à la croyance commune. Tout en affirmant ne plus souscrire à la malignité de l’engoulevent, les populations islamisées tout comme les paroissiens des missions se gardaient bien de toucher à cet « oiseau mystique ». Puis, je me suis rapproché de communautés baptistes et adventistes giziga qui comptent parmi elles des chasseurs. Ma demande engendre alors un conflit imprévisible entre les « scripturaires » et les tenants de l’héritage des parents. Dans ces communautés giziga, manipuler gratuitement un engoulevent, sans que soit impliquée une thérapie, relevait de l’impensable : « On ne s’amuse pas avec cet oiseau ! » Les pasteurs, prêchant l’apaisement « afin de ne pas troubler les faibles dans leur foi », ont constitué une délégation venue à Maroua me suggérer de renoncer à mon projet. J’augmente alors la mise à prix. Une nuit, un ancien de l’église de Dogba m’apporte enfin un engoulevent mâle à longue queue. Il me prie de garder le secret, car le moindre incident futur dans son assemblée serait mis sur le compte de cette capture. Après mes observations, photos et croquis, je devais impérativement le libérer, ce que j’ai fait, tout en me surprenant alors moi-même à agir en cachette, dans quelque lieu désert…

Village de Bourrha Wamgo dans son bocage d’euphorbes, 1990.

Village de Bourrha Wamgo dans son bocage d’euphorbes, 1990.

Divination avec le poulet chez les Gidar de Kongkong, 1970.

Divination avec le poulet chez les Gidar de Kongkong, 1970.

Divination par les pierres, la plus répandue dans les monts Mandara septentrionaux, Mofu Gudur, 1985

Divination par les pierres, la plus répandue dans les monts Mandara septentrionaux, Mofu Gudur, 1985

Caprimulgus climacurus, étude au crayon, plumes à l’aquarelle.

Caprimulgus climacurus, étude au crayon, plumes à l’aquarelle.

Macrodipteryx longipennis.

Macrodipteryx longipennis.

Chasse collective à l’engoulevent (Mofu de Molkwo).

Chasse collective à l’engoulevent (Mofu de Molkwo).

VIVRE AVEC LA PANTHÈRE

34Du haut de la colline ruiniforme de Lara, je m’étonne un jour auprès du vieil informateur qui m’accompagne de l’abondance sur le piémont des buissons de Gardenia erubescens, aux rameaux semi-spinescents de bois dur, imputrescible, quasi ignifuge. Selon lui, ils ont été jadis encore plus développés, en raison de la présence de nombreuses panthères sur ces collines. À l’arrivée d’une panthère, les villageois cultivant le piémont dirigeaient prestement femmes et enfants sous les Gardenia. La lance au poing, ils tournaient ensuite autour, au plus près des Gardenia. La panthère, avertie de la dangerosité de ce végétal et qui ne pouvait attaquer qu’en sautant, finissait par renoncer et regagnait les empilements de rochers.

35La panthère (Panthera pardus), à l’incomparable fourrure à rosettes noires sur fond or — les montagnards en distinguaient deux types par la couleur et par la taille — a trouvé, dans les monts Mandara, un habitat propice, parmi les amas de rocs parsemés de grands arbres comme autant de postes d’observation et de retraites sûres. La panthère a été, pour les populations, une préoccupation constante, qui touchait à tout leur quotidien.

36L’habitat se devait de la prendre en compte. Au xixe siècle, la plupart des constructions supportaient, sous le toit de chaume, un dôme de terre. Ce dôme était construit certes contre le feu, mais aussi pour éviter que, en ébouriffant la paille, la panthère puisse pénétrer à l’intérieur. Les ouvertures des habitations étaient si basses que l’on devait ramper pour y accéder. Lors des pics d’attaques de panthères, les enfants étaient mis à l’abri dans les silos. Les clôtures de pierres des grandes concessions mofu étaient entièrement coiffées de paquets de branchettes de Gardenia légèrement en débord, maintenus par des bois prenant appui sur une succession de pierres en saillie. Ces grandes concessions étaient appelées tsarak (Gardenia), comme la citadelle sommitale du chef de Wazang, qui en était hérissée.

37À peine Jean-Paul Lebeuf [1945] était-il arrivé chez les Mofu de Gudur qu’on lui signale qu’une femme venait d’être tuée dans son sommeil par la panthère. Il observe alors que, dès le coucher du soleil, la communauté entière se barricade, les chefs de famille remontant des faisceaux de bois devant chaque unité d’habitation avant de se claquemurer à leur tour.

38On apprenait aux enfants à observer le comportement du fauve, ses heures de sortie, ses proies favorites, la réaction des chiens, qui se tiennent cois lorsque rode la panthère. Certains arbres étaient à éviter comme refuges ; d’autres, en revanche, étaient conseillés, comme le tamarinier pour son port touffu ou Lannea microcarpa et Commiphora africana, dont l’écorce parfaitement lisse et résistante ne laissait pas de prise aux griffes de l’animal. Boswellia dalzielii, dont l’écorce contient une résine à odeur répulsive pour la panthère, a souvent été choisi pour les piquets vifs des auvents face à l’entrée des habitations (Cuwok, Mofu, Giziga). À cela s’ajoutait un grand nombre de recommandations, partout les mêmes : éviter de piétiner les traces de la panthère, ses excréments… Surtout, ne pas la provoquer, ne jamais l’évoquer ni la nommer (de la même façon que l’on ne prononce pas le nom du chef). Pour désigner le fauve, on utilisait une métaphore élogieuse : « chef de la grotte », « père puissant », etc. Lorsque l’on savait une panthère en maraude, il ne fallait pas allumer de feu : jalouse de l’éclat des flammes, elle risquait de s’y précipiter pour l’éteindre. La moralité des enfants, voire des adultes, était indexée sur la peur de la panthère : voler, mentir, commettre l’adultère rendraient plus vulnérable au fauve…

39Le rapport entre panthère, « population autochtone » et chef de massif mofu a déjà été décrit [Vincent, 1991]. Les clans autochtones (chez les Mofu, Muktele, Uldeme, Mboku, etc.) parlaient des panthères comme de « leurs chiens » et ne les auraient ni chassées ni mangées. La panthère était le substitut du chef. On tuait les panthères devenues dangereuses, mais le rituel qui entourait leur mort empruntait à celui concernant l’homme. On ne rapportait pas sa dépouille comme celle d’un gibier, mais on la placait sur les épaules et l’on entonnait pour elle un péan, comme au retour de la guerre. Il convenait de soumettre ceux qui l’avaient abattue au même sacrifice d’apaisement que le guerrier au retour du combat, afin de se prémunir de la vengeance de l’esprit de l’ennemi tué. Le chef de massif devait pratiquer une manducation rituelle des yeux et donner à ses enfants le foie à consommer. Moustaches et griffes étaient détruites. Lors de l’inhumation du chef, lorsque le ballot mortuaire de peaux de taureaux cousues ensemble basculait dans la tombe, les ritualistes, en se retirant, imitaient le feulement de la panthère.

40Avoir été blessé par une panthère assurait une renommée sans égale. On se racontait pendant des décennies l’histoire de telle panthère tuée sous tel règne, dans tel quartier, car chaque rencontre engageait un combat épique, souvent des plus confus et à rebondissements. Mes informateurs soulignaient que la panthère « les avait longtemps dépassés », elle chassait en solitaire, de préférence la nuit, et pouvait se trouver partout pendant la saison des pluies, y compris parmi le mil. Elle était toujours difficile à débusquer, en dépit de la multiplication des pièges à assommoir géant avec une chèvre pour appât, que l’on peut encore observer.

41Après une chasse à la panthère, on relevait de nombreux blessés, promis à une mort quasi certaine par septicémie, à cause des coups de griffes. Outre les pansements des plaies, les soins passaient par la musicothérapie. On soignait au son de la harpe pentacorde, associé à celui de fers de houes frappés avec des cailloux, tout en implorant la mansuétude de la panthère. Le blessé était recouvert d’un linceul. Il convenait de faire sortir du corps les poils invisibles du félin qui provoqueraient le mal.

42Pendant la période coloniale, on a multiplié les appâts empoisonnés à base de strychnine. Les chefs de subdivisions intervenaient après des demandes réitérées des populations, lorsque les panthères commençaient à s’attaquer aux femmes sur les points d’eau. À l’Indépendance, ces moyens de lutte ont réussi à limiter le nombre de félins survivants. La descente des montagnards en piémont a par la suite entraîné une recomposition de la faune. Leur principal prédateur disparu, les singes se sont mis à pulluler. Dès 1950, les dispensaires de Missions ont beaucoup œuvré, en soignant les blessés, pour démystifier la surpuissance de ce félin. On constate alors un complet retournement des croyances. La panthère aurait peur de l’homme. Celle que l’on apercevrait — ou les traces de son action — ne serait qu’une « panthère mystique » ou l’œuvre de quelque sorcier.

Harpe pentacorde des monts Mandara.

Harpe pentacorde des monts Mandara.

Boswellia dalzielii.

Boswellia dalzielii.

Maison montagnarde construite et protégée en fonction des peurs suscitées par la panthère (xixe siècle).

Maison montagnarde construite et protégée en fonction des peurs suscitées par la panthère (xixe siècle).

Piège à panthère par nuit de pleine lune (à Dougwor).

Piège à panthère par nuit de pleine lune (à Dougwor).

LE DERNIER RHINOCÉROS NOIR

43Ma voiture, un pick-up Peugeot blanc, a été épargnée dans les combats de février 1979 à N’Djamena. On n’a relevé qu’un seul impact de balle, côté chauffeur, près de la portière. Mandaté par l’ambassade de France pour avertir les autorités locales camerounaises d’un flux probable de réfugiés — qui d’ailleurs n’est jamais arrivé —, je traverse le Chari sur le premier bac remis en marche par l’armée française.

44Une fois au Cameroun, j’en profite pour achever une mission dans la région de Rey Bouba pour le compte du futur musée dynamique de Boklé-Garoua. Comme je revenais à Tcholliré par la route quasi déserte de Ndock, en mars 1979, je me trouve face à un énorme rhinocéros noir en travers de la route. Je m’approche, pensant qu’il allait gagner les broussailles proches, mais il reste impavide. Comme j’essaie de le contourner, l’animal se met à charger. Je m’engage alors dans du sable de type « fesh-fesh », sorte de farine minérale qui bloque mon véhicule. Le dogari, à qui le lamido m’avait confié, vocifère en foulfouldé de prestement reculer tout en me frappant les bras, ce qui n’arrangeait rien. À ses côtés, mon interprète semble pétrifié. Un jeune passager à l’arrière, pris dans un précédent village, martelait le toit au-dessus de ma tête en scandant : « la bête est trop méchante »… Comme l’animal monstrueusement cornu se précipite sur la voiture, sa patte avant droite plie si bien que je vois venir sa tête avec ses yeux à petits cils noirs et sa peau-carapace couleur de vieux baobab à quelques dizaines de centimètres de moi. Comme je me dégage en reculant, la bête s’abîme dans la poussière. Je regagne alors le haut du vallon et le rhino reprend sa place en travers de la chaussée. Il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait là du comportement d’une bête blessée. Nous avons dû attendre trois quarts d’heure sous les arbres, dans un ancien site mbum couvert de meules à écraser le mil et de milliers de tessons, bris de jarres, toupins et autres terrailles… propres à ravir le plus blasé des chercheurs, quand, enfin, l’animal décide de se mettre à couvert dans la brousse. Privé d’appareil photo, j’ai croqué ce Diceros bicornis longipes, le seul que j’ai jamais vu en liberté, hors réserve, massif, ventre bas, carapace plissée, tête alourdie par de pesantes cornes… tout en lui m’apparaissait comme surdimensionné…

45Quelques années plus tard, j’ai participé à des projets concernant les parcs nationaux et autres réserves. En 1994, je me suis lancé, dans une histoire des chasses traditionnelles en compagnie d’Hubert Planton, un vétérinaire, qui se réservait la partie faune et l’éthologie. Pour des raisons obvies, le monde du braconnage est mal connu. Nous avons cherché à mesurer l’intensité de ses nuisances, en comptant les collets à rondin, les camps de braconniers, les claies de boucanage, et jusqu’aux coups de feu nocturnes… tentative bien hasardeuse pour standardiser les données. J’essayais de mon côté de compléter nos connaissances sur les fusils de traite, adaka, ngaundal, gurlum, ainsi que sur les différents leurres. Une réalité s’impose : dans les parcs nationaux, le braconnage se révèle deux à trois fois supérieur à celui pratiqué dans des chasses banales, contrôlées par des guides de chasse. Ces chasses, une vingtaine, identifiées zones d’intérêt cynégétique (ZIC), jouxtent les parcs nationaux, réserves de faunes.

46Lors de cette étude, nous avons également suivi les diverses tentatives pour faire participer les populations riveraines à la sauvegarde bien comprise de « leur » réserve. Véritable serpent de mer de l’écologie militante, cette participation tient plus de l’incantation. Après 2010, les réfugiés mbororo avec leurs troupeaux, venus de RCA, rejoints par ceux chassés du Nigeria par des vagues de Boko Haram, ont envahi les différentes ZIC. Cinq ans plus tard, deux à trois ZIC peinaient encore à survivre.

47Par ce biais et par d’autres, j’ai pu constater la fin inexorable des derniers rhinocéros noirs et les péripéties ubuesques qui l’ont accompagnée. Combien en restait-il entre la réserve du Faro à l’ouest et celle de Bouba Njidda à l’est, sur la frontière du Tchad ? En 1980, on en comptait une centaine au Cameroun, alors qu’ils avaient disparu de RCA en 1984. L’impitoyable métronome de l’extinction de l’espèce était lancé : on comptait 60 spécimens en 1989, 35 en 1993, 23 en 1995, entre 10 et 18 en 1997 et, en 1999, une dizaine répartie sur 25 000 km2. L’espèce, pourtant étroitement territoriale, se sentait à ce point menacée qu’elle s’écartait de ses biotopes habituels, bambouseraies et fonds de talwegs touffus et humide. Chaque bête adoptait un mode de déambulation continuelle. Les Chinois, qui avaient construit le grand barrage de Lagdo sur la Bénoué dans les années soixante-dix et continuaient à l’entretenir, ont fait décupler la demande de cornes de rhinocéros pour des prix restés cependant dérisoires par rapport au marché, moins de 100 000 F CFA (180 €).

48Hubert Planton, qui entretenait quelques accointances avec les grandes réserves d’Afrique du Sud, requiert alors l’expertise de « Sud’Af ». On appareille avec un émetteur radio VHF une jeune femelle rhinocéros appelée Sôpen. En août 1996, alors gravide, elle a été abattue par un braconnier qui, selon certains, a bénéficié de la complicité d’un garde-chasse, alors que d’autres incriminaient une simple mauvaise rencontre. La corne de l’animal, appareillée, a été récupérée, on a pu en suivre la trace jusque dans une demeure d’un quartier de Garoua, chez un commissaire de police. La perquisition n’a pu être effectuée que sur l’intervention insistante du ministre de l’Environnement et des Forêts. Quant au braconnier, qui n’était autre que l’un des pourvoyeurs en viande de chasse du gouverneur de la province du Nord, opérant avec des fusils prêtés — un grand classique du braconnage —, il a été relâché la semaine suivante et a disparu dans la nature. S’en est suivi un procès des plus surréalistes qui a eu pour effet de bloquer le projet de recherche pendant plus d’un an et demi.

49Combien restait-il de rhinocéros ? Cette population pouvait-elle se reconstituer ? Les médias occidentaux trouvent là matière à s’émouvoir et montent alors une mission mettant en scène une famille bien de chez nous, qui devait sauver les derniers rhinocéros noirs du Cameroun. Hubert Planton et le responsable du campement du parc de Bouba Njidda, à l’aide de son ULM Joker 300, s’investissent sans compter dans cette quête. Une équipe de pisteurs locaux choisis parmi des braconniers « repentis » est lancée sur les traces de ces derniers rhinocéros, devenus invisibles. Las, selon les rapports, cette équipe de pisteurs « pousse sa déloyauté jusqu’au vice », entendant bien prolonger indéfiniment son job, rente indexée sur l’incommensurable crédulité des expatriés, qui peinaient à admettre que la partie était perdue. Allant jusqu’à opérer en chaussettes pour ne pas laisser de traces parasites, les pisteurs ont créé de fausses traces de Diceros bicornis longipes, plus vraies que réelles, mais trop nettes et ne se superposant jamais. Plus gênante encore était l’absence de déjections. Quant aux pistes de rhinos, elles s’arrêtaient sur du vide…

50En 2006, le projet Rhino du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) et de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), avec l’appui d’un pisteur zimbabwéen, n’a pu identifier le moindre signe attestant de la présence de Diceros bicornis longipes, y compris dans le sanctuaire passé des rhinocéros, l’Hosséré Makat.

51Jusqu’à aujourd’hui, la protection de la faune demeure une affaire d’expatriés, de Blancs. Les habitants du sud du Cameroun sont plutôt pour tout mettre dans leurs assiettes et, ceux du nord, presque tout. Quant aux sociétés musulmanes, les imams dénoncent à longueur de prêches — dans les régions voisines des réserves — les nassara enclins à sauver les animaux au détriment des hommes. Les citadins, sous le coup de leur rejet d’une vie broussarde au bestiaire encore bien trop prégnant, ne sont d’aucun secours. Et la société civile ? Hors ONG, encore faudrait-il qu’elle existât. La sensibilité occidentale pèse peu face à la nécessité de boucler les fins de mois pour les villageois riverains des parcs comme pour les gardes aux salaires de misère. Avec la montée des insécurités dans les dernières années du xxe siècle, des braconniers de plus en plus militarisés, venus du Nigeria et du Tchad, font moisson de viandes boucanées dans les parcs nationaux du Faro, de Bouba Njidda, et de Waza « Réserve mondiale de la biosphère » vidées de sa faune. Sans parler des bandes plus lourdement armées qui débarquent, en provenance du Soudan, pour des campagnes d’ivoire. Poussées par le marché chinois, elles opèrent non seulement dans la zone d’élection des éléphants de l’est de la Centrafrique, mais remontent jusque dans le nord du Cameroun (le kilo d’ivoire s’échange à 1 500 $/1 400 €). 250 à 300 pachydermes auraient été abattus à Bouba Njidda en janvier 2012. Même la soldatesque tchadienne n’a pu — ou n’a voulu — accrocher la colonne soudanaise sur le chemin du retour…

Le rhino noir du Tchad, terre cuite de Djibril.

Le rhino noir du Tchad, terre cuite de Djibril.

Sur la route de Ndock à Tcholliré.

Sur la route de Ndock à Tcholliré.

Notes

1 Ce film tourné en HD a été préfinancé par FR3 et coproduit par l’IRD et Z production. On a eu recours à une cinébulle (mongolfière). Les scènes en macro dans la termitière ont été reconstituées à l’antenne de l’IRD de Maroua (2005). C. Rouland (IRD), C. Djieto Lordon (université de Yaoundé 1) étaient les conseillers du monde des insectes.

2 Ce village a été restitué au Nigeria en 2005 à la suite d’une rectification de la frontière.

Table des illustrations

Titre Petits bergers sur le plateau kapsiki.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Pyrgomorpha vignaudii, Morphacris fasciata.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Différents criquets et sauterelles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Quelques autres insectes également consommés.
Légende Grillon, cétoines, bupreste et punaises oléifères.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Scène de tournage du film Jaglavak, prince des insectes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Insectes protagonistes du film.
Légende 1 – Doryle.2 – Pachycondila sp.3 – Camponotus maculatus.4 – Messor sp.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Principales anoures chassées dans le circum tchadien.
Légende 1 – Ptychadena sp.2 – Ptychadena trinodis.3 – Hemisus marmoratus sudanensis.4 – Euphlyctis occipitalis.5 – Pyxicephalus adspersus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Pyxicephalus adspersus fumées. Ptychadena spp. séchées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Dispositif de pièges, village de Boulama-Toko, Guirvidig, 2006.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Titre Chasse nocturne à la merlek de rivière (Ptychadena spp.).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Préparation des pièges, le crépissage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Marché aux anoures, village de Papata.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre La divination par le crabe et son matériel.
Légende Le crabe doit modifier la disposition des bâtonnets et des éclats de calebasse disposés tout autour de la vasque de sable et d’eau recouverte durant la nuit par une poterie conique (à Guili), 1991.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Village de Bourrha Wamgo dans son bocage d’euphorbes, 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Divination avec le poulet chez les Gidar de Kongkong, 1970.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Divination par les pierres, la plus répandue dans les monts Mandara septentrionaux, Mofu Gudur, 1985
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Caprimulgus climacurus, étude au crayon, plumes à l’aquarelle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Macrodipteryx longipennis.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Chasse collective à l’engoulevent (Mofu de Molkwo).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Panthera pardus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Harpe pentacorde des monts Mandara.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Boswellia dalzielii.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Maison montagnarde construite et protégée en fonction des peurs suscitées par la panthère (xixe siècle).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Piège à panthère par nuit de pleine lune (à Dougwor).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Le trophée.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Le rhino noir du Tchad, terre cuite de Djibril.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Sur la route de Ndock à Tcholliré.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25101/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 709k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site