Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Chapitre 5. Peuples et métiers de l’eau

Texte intégral

COUREURS DE FLEUVE ET DERNIERS PÊCHEURS AUTOCHTONES

1La paix coloniale à peine établie, les premiers à migrer ont été les pêcheurs qui se sont laissés descendre le long des fleuves ou ont pris la route les conduisant à de nouveaux lieux de pêche. De 1920 à 1935, les pêcheurs du Logone sont partout, depuis le Tchad méridional, l’Oubangui et le Cameroun, prospectant le moindre bief, supputant son capital halieutique et l’accueil des autochtones. La connaissance ichtyologique acquise dans leurs propres régions demeure pertinente dans la mesure où l’on retrouve les mêmes espèces dans l’ensemble du système Chari-Logone-lac Tchad.

2Les principaux « migrants » sont des Bao (pêcheurs ngambay), Kabalay, Kim, Masa et Musgum. Sur la Bénoué et le Mayo Kebbi, le mouvement migratoire est représenté par les Jukun et les Kabawa du Nigeria.

3Des campements permanents se mettent en place près des bourgades kotoko, qui recevront les ressortissants de villages du sud, et des campements temporaires de jeunes pêcheurs sur les bancs de sable. Ce phénomène de « coureurs de fleuve » se poursuit toujours plus loin et il touche les rives et les îles du lac Tchad. Après la sécheresse de 1984, où les yayrés n’avaient pas été inondés, ces coureurs de fleuve, principalement musgum, ont colonisé les lacs de retenue du Cameroun méridional jusqu’à se reconvertir en pêcheurs maritimes à Douala.

4Le droit de pêche se transforme progressivement et passe d’une règle unique à l’anarchie. Le principe est simple : il s’agit certes d’un droit halieutique, mais inféodé à la terre. Sur les biefs des fleuves est autorisé tout engin de pêche utilisé en pirogue ou manié à la main sans toucher le fond.

5En revanche, les engins de types nasses et enceintes de capture qui reposent sur le sol sont réservés aux ayants droit autochtones ; les pêcheurs étrangers sont également écartés des lieux de pêches collectives, mares ou bras morts, gérés par des « propriétaires » qui en maîtrisent le calendrier et les rituels.

6Les pêcheurs quittent leurs villages dans les années trente munis d’équipements légers issus de leur propre stock d’engins, des haveneaux à main ou des filets à antennes montés sur pirogue. Jusque vers les années cinquante, c’est la grande époque de la senne à bâtons, dont Masa et Musgum sont les promoteurs suivis des Kim. Peu à peu, les droits de pêche sur les fleuves sont mis à mal. Les autorités traditionnelles, se substituant aux authentiques maîtres de l’eau, multiplient les autorisations et empochent l’argent. Des entrepreneurs de pêche utilisateurs de sennes de rivage, travaillant de concert avec des élites locales, circonviennent plus rapidement encore ces mêmes chefs traditionnels. Tous aujourd’hui accusent ce type de filet d’avoir accéléré la dérégulation de la pêche. Quant aux services administratifs, ils ont manifesté une constante impuissance à enrayer ces techniques jugées éradicatrices.

Famille musgum partant pour une campagne de pêche, 1980.

Famille musgum partant pour une campagne de pêche, 1980.

7À certains moments de l’année, des nuées de pêcheurs venus du Nigeria s’abattent sur les plans d’eau, comme en 1985 sur le lac de Maga, toujours sans réaction de l’administration. C’est l’arrivée intempestive de dizaines de taxis-brousse, à l’impériale chargée d’énormes calebasses-flotteurs (gumbal). Avec leurs lignes à hameçons multiples, ces pêcheurs écument systématiquement toutes les mares entre Bénoué et lac Tchad. Ils se déplacent sur les plans d’eau couchés sur leurs calebasses-flotteurs et relèvent ainsi leurs lignes, glissant les poissons dans le flotteur. Cet équipement léger leur permet d’atteindre le moindre recoin des mares. Ils lèveront le camp une fois leurs prises fumées.

8Les dernières vagues de coureurs de fleuve concernent des pêcheurs venant de l’ouest qui ont justement promotionné la nasse dite « malienne », réplique souvent polymorphe du durankoro du delta intérieur du Niger, qu’ils alignent sur plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines, de mètres. Faciles à confectionner avec des tombées de filet montées sur des arceaux de bois souple ménageant trois ou quatre entrées à empêche, elles se fabriquent sur place. Des pêcheurs arrivés sans équipement louent de trente à quarante de ces nasses, pour tenter d’assurer une campagne de pêche décente.

9Vastes prairies ennoyées une partie de l’année, les yayrés, par leur richesse en végétations immergées, en graines, en débris d’insectes issus de la saison sèche précédente, en larves diverses et en myriades d’alevins, offrent un milieu exceptionnel pour la croissance du poisson. Sites de frayères et nurseries géantes, elles se révèlent une pièce essentielle de la configuration hydrologique du lac Tchad et de ses tributaires.

10Les populations des yayrés, kotoko au nord, musgum au sud, ont développé des techniques de pêche d’un excellent rapport, mais dangereuses à terme pour l’écosystème. La pêche encore présente pendant la saison sèche dans les grands collecteurs (Logomatia et Loromé) engage une technique particulière dite « à la touffe d’herbe » (erek), inventée en 1993. Le propriétaire d’un bief met en place, à partir d’une berge concave, une surface d’herbes flottantes dominées par Echinochloa spp., bouturées et bénéficiant d’engrais. Ces prairies aquatiques artificielles de dizaines de mètres carrés constituent des reposoirs pour les poissons qui s’y concentrent. Elles seront brusquement encerclées par une senne de plage conduite par une pirogue pour plaquer l’ensemble contre la berge. L’opération se renouvelle trois fois par saison.

11La pêche au sortir de chenaux artificiels est une autre façon de concentrer le poisson. Les Kotoko, maîtres de la terre, ont ouvert entre 1930 et 1940 les premiers canaux artificiels pour remédier à des déversoirs naturels trop changeants. L’autorisation de creuser des canaux a été peu à peu cédée aux chefs de village qui n’ont pu ensuite empêcher les puissantes familles relevant de leur juridiction d’en ouvrir à leur tour. La démocratisation de cette pratique s’est emballée et, jamais, ni les chefs traditionnels ni les pouvoirs publics n’ont pu reprendre la situation en main. En 2006, on comptait déjà plus de 4 000 canaux. Profonds de 1,5 à 3 m, longs de centaines de mètres, voire de kilomètres, ces canaux concourent à alimenter les mares lors des crues et à les vidanger au moment de la décrue, le grand pic de la campagne de pêche. La « pêche au canal » commence dès octobre pour six semaines et rend compte d’une technique unique, celle du sukuti, barrage de claies où s’accroche un filet-poche. Les propriétaires de canaux se livrent à une guerre de l’eau, creusant toujours plus profondément pour capter eau et poissons, condamnant les yayrés à des conflits sans fin. Le raccourcissement de la mise en eau des yayrés et le comblement des mares ne peuvent être que préjudiciables pour cet écosystème singulier.

Technique de pêche propre aux yayrés : le sukuti ou pêche au canal.

Technique de pêche propre aux yayrés : le sukuti ou pêche au canal.

12Quoi qu’il en soit des yayrés au lac Tchad, les techniques de pêche s’additionnent pour empêcher le poisson de circuler et de grandir. Barrières de filets, de nasses, de lignes à hameçons face aux herbiers laissent peu de chance aux poissons d’achever leurs cycles, aussi le pourcentage d’immatures ne cesse-t-il d’augmenter. Les espèces qui semblent le mieux s’adapter aux changements de milieu comme au phénomène de surpêche — et cela pour l’ensemble de la cuvette du lac Tchad — sont les Clarias spp. (silures) et les Tilapia spp. (carpes). Elles montrent plus de disposition à suivre l’eau disponible et composent l’essentiel des prises. Les pêcheurs pleurent la disparition de grosses espèces : Lates niloticus (capitaine), Citharinus, Mormyrus… Jusque dans les années cinquante et soixante, le lac Tchad était celui des seuls Buduma à l’exception de quelques communautés de groupes forgerons (haddad) pêcheurs sur la rive orientale.

13L’exploitation du lac Tchad est récente. Les eaux libres, souvent tempétueuses à cause de l’harmattan, restaient un domaine dangereux pour les esquifs de l’époque. Les cités kotoko ont gardé la mémoire de nombreux naufrages de pirogues cousues, se disloquant, et même de campements mal arrimés aux papyrus et ambaj (Aeshynomene elaphroxylon) emportés par la houle, et ce jusqu’au début des années soixante-dix. La pêche sur le lac sera favorisée par l’apparition des fibres synthétiques qui vont remplacer les cordelettes en liber de Calotropis procera, mais c’est la diffusion des filets maillants ou dormants qui va ouvrir l’exploitation des eaux libres du lac (1965-1970). Dès le départ, commerçants et pêcheurs s’associent pour affronter ces nouveautés. L’absence d’une quelconque appropriation de ces plans d’eau va encourager l’arrivée de pêcheurs étrangers.

14Après la création, dans la partie du Bornou lacustre (Nigeria), de « chantiers navals » fournissant des barques de contreplaqué, gros modèles équipés de moteurs hors-bord, la maîtrise du lac deviendra effective. Aujourd’hui, de véritables flottes sillonnent la cuvette méridionale du lac Tchad. Depuis la rive nord, des barges alimentent en bois d’Acacia spp. des centres de pêche comme Darak ; des pirogues de ravitaillement embarquent en retour de chaque campement des cartons de poisson fumé (banda) et des sacs de poissons secs.

15L’exploitation du lac va surtout coïncider avec la chute des prises sur le Chari et le Logone et avec l’installation dite « du petit lac » après la sécheresse de 1973. Ce lac diminué favorise une meilleure concentration du poisson. La production lacustre va dès lors doubler d’une année sur l’autre. Cet environnement si particulier est exploité par deux populations de pêcheurs tout aussi mêlées, ceux des basses eaux et des marais, avec les lignes à hameçons et les nasses maliennes, et ceux des eaux libres équipés de filets maillants et de sennes de rivage embarquées sur de grosses pirogues à moteur… La production n’intéresse toujours qu’un seul marché, celui du Nigeria méridional, et un seul produit : le poisson fumé.

La pêche avec flotteurs, notamment avec la grosse calebasse (gumbal).

La pêche avec flotteurs, notamment avec la grosse calebasse (gumbal).

16Il faut avoir vécu — ne serait-ce que quelques jours — dans les campements de pêche pour comprendre que l’on a affaire à un monde à part. Ces communautés sont très organisées dans leurs pratiques de pêche, de partage des prises, où chacun joue son rôle, femmes comprises comme mareyeuses. Éléments centraux des campements, les fours à fumer les poissons sont disposés en batteries sous des toitures continues le long de la Bénoué, fours maçonnés sur les hautes berges de la Logomatia avec toujours le même jeu de vieilles nattes pour contrôler la fumée. À Darak, sur le lac, on recensait (en 2007) plus de 1 000 fours bâtis ou métalliques, fûts aménagés avec des grilles montées sur des jantes de vélo équipées d’un manche. Ce mode de préparation induit un autre commerce, celui du bois.

17Les campements sont ravitaillés par des flottes de motos et des taxis-brousse bien particuliers. Des Peugeot 404, sorties un temps des chaînes de montage du Nigeria, sont depuis quelques décennies totalement dédiées à ce trafic et reconfigurées pour ne conserver que le minimum de l’utilitaire. Dans ces véhicules ferrailleux sans âge et sans couleur, piqués de milliers de points de soudure, privés des vitres de portières, jugées superflues, l’attention semble se porter uniquement sur la suspension, bloquée avec des cales de bois, le tout ligaturé avec art. Le caoutchouc — bandes élastiques découpées dans de vieilles chambres à air — est roi. Chaque marché réserve un espace dédié à ces paquets de courroies suspendus aux arbres ou amassés à terre tels des algues noires. Des rambardes soudées aux ridelles permettent de mieux caler marchandises et passagers. Un marchepied d’accès et un système extérieur renforcent le mécanisme d’ouverture à l’arrière. Trois arceaux permettent, entre autres, de suspendre ou de porter de grosses calebasses-flotteurs.

18Les campements de pêche offrent tous le même grouillement de foule. C’est aussi la rencontre avec une autre population qui a de l’argent, celle des éleveurs transhumants. Ce sont des tripots très « ambiancés », radio à fond, électricité, téléviseurs partout, jeux de hasard, prostitution, et des gargotes où l’on ne consomme que de la viande, tout le poisson étant vendu. L’offre d’alcool et de chanvre est très forte, comme celle de « capsoles » (gélules d’amphétamines) du Nigeria.

19Paradoxalement, ces campements représentent des centres religieux pour des communautés très soudées de Jukun ou de Kim, dont les pasteurs continuent leurs enseignements bibliques (mouvance Born Again). Plus nombreuses sont les communautés wahhabistes (appelées ici makka bus) musgum ou arabes, qui ont vu le jour sur l’embouchure du Chari et les rives méridionales du lac.

20Le pêcheur, bien que fortuné par rapport au cultivateur, présente néanmoins une solvabilité insuffisante pour acquérir des armements de pêche plus conséquents, comme de grands filets à ralingues. Leur possession fait de l’artisan pêcheur un entrepreneur avec une équipe de salariés. Dès lors, il faut l’intervention du commerçant qui consent des avances et, souvent, commercialise les prises. Les pêcheurs ont ainsi progressivement perdu la maîtrise de leur métier. Cette prise de conscience collective peut même être datée, en tout cas sur le Logone, en 1968. Encore étudiant, j’ai été le témoin d’une année de pêches miraculeuses à Douvoul et à Logone-Ghana. Plus que par le passé, les commerçants avaient consenti des avances de filets à petites mailles. J’ai pu photographier des filets pleins à craquer d’où deux à trois pêcheurs extrayaient d’énormes Lates. Les pêcheurs manifestaient de l’inquiétude devant ces excès de prises, les prix s’étant effondrés. Ils assuraient s’être laissé déborder par les commerçants. 1968 est restée pour eux « l’année où l’on a fini le poisson dans le fleuve ». Vers la même époque (1970-1973), on enregistre également la fin de la pêche emblématique à la « sardine » et l’on assiste à l’arrêt des grandes migrations longitudinales des Alestes baremoze sur le fleuve.

Autres types de pêche aux flotteurs.

Autres types de pêche aux flotteurs.

Divers poissons du Logone.

Divers poissons du Logone.

21Philippe Couty, économiste à l’IRD, inventeur du « secteur intermédiaire », autrement dit de « l’informel » dans les économies locales, fait le point sur les études à propos de la pêche dans la cuvette tchadienne. Dans le bilan de soixante-quinze années d’interventions sur la pêche, on s’aperçoit que ces activités ont, de façon insolente, échappé à tous les contrôles et à toutes les tentatives de développement. Mises à part dans les années cinquante, la diffusion d’hameçons manufacturés et l’adoption du fil de nylon à l’époque éphémère des « moniteurs de filochage sur nylon » du Centre technique forestier tropical (CTFT), on n’enregistre qu’échecs et avanies cumulés, depuis les « barques de démonstration » jusqu’au conditionnement du poisson, en passant par les coopératives de pêcheurs. On se borne alors à reconnaître que les innovations proposées par les développeurs n’ont jamais intégré les stratégies des communautés de pêcheurs.

Femmes musgum de Tékélé (nord de Pouss), 2005.

Femmes musgum de Tékélé (nord de Pouss), 2005.

Communauté salafiste convertie lors de campagnes de pêche sur le lac Tchad.

Les prises sont dominées par les carpes et les petits silures que l’on met sécher en croissant.

Les prises sont dominées par les carpes et les petits silures que l’on met sécher en croissant.

Four à banda en batterie sur les bords de la Bénoué, village de Holl, 1994.

Four à banda en batterie sur les bords de la Bénoué, village de Holl, 1994.

Campement de pêche sur les bords du Logone, en amont de Logone Birni.

Campement de pêche sur les bords du Logone, en amont de Logone Birni.

Pêche à la senne à bâtons par des jeunes Masa. Elle concerne essentiellement les salanga (Alestes spp.) que l’on sèche suspendus à des baguettes.

Les nasses maliennes se retrouvent dès 1980 depuis les yayrés jusqu’au lac Tchad détrônant partout les nasses locales.

Les nasses maliennes se retrouvent dès 1980 depuis les yayrés jusqu’au lac Tchad détrônant partout les nasses locales.

Transport des pêcheurs et du poisson sur les rives de la Bénoué, village de Cirikolci, 1995, avec des Peugeot 404 hors d’âge.

Transport des pêcheurs et du poisson sur les rives de la Bénoué, village de Cirikolci, 1995, avec des Peugeot 404 hors d’âge.

LES CITÉS KIM POSÉES SUR L’EAU ET LES HERBES

Village Besme en amont de Kim dans la plaine du Logone au début de la saison sèche, avant les feux.

Village Besme en amont de Kim dans la plaine du Logone au début de la saison sèche, avant les feux.

22Au creux de plaines interminables, les seuls accidents relèvent de quelques berges hautes. La vie du Logone, fleuve lisse, jamais encombré de bois, se concentre sur les bancs de sable anonymes et fugaces qui accueillent d’innombrables volatiles, canards, hérons, aigrettes, pique-bœufs, cigognes noires, marabouts, ibis, pluviers, jabirus… À peu de distance, mais toujours dans les herbes, les grues couronnées gambadent maladroitement en trompettant. Si le pullulement des oiseaux aquatiques est bien là, celui de Crocodilus niloticus, l’autre indice d’une vie aquatique débordante, n’est plus, disparu dans les années cinquante. Depuis les rives du Logone, on suit des yeux la même ligne d’horizon sans répit d’herbes de plus en plus sèches, sans un souffle d’air pour les animer. Les pas font monter au visage une poussière dense et sale jusqu’à ce que les feux embrasent tout. Et puis, l’inondation, inexorable et, avec elle, les herbes neuves. C’est à peine si quelques courants prennent corps ici et là. Les pirogues, conduites à la perche, s’emparent de ce moutonnement à fleur d’eau d’un infini de végétal ondoyant. Dans cette mer d’herbes où l’on a toujours pied, cette « navigation terrestre » s’avère particulièrement éprouvante.

23Au Tchad, sur les rives du Logone, les Kim ne peuplent que quatre bourgades, dont trois sont accrochées aux berges du fleuve. Chacune de ces bourgades — Djouman, Kolobo, Eré et Kim, la plus puissante — s’est toujours perçue comme indépendante. Elles ont jadis pu tenir tête à leurs prolifiques voisins (Marba et Musey) et réussi à capter le soutien du puissant royaume du Baguirmi. Ce sont néanmoins leurs propres conflits sans fin qui dominent leur histoire et, encore de nos jours, défrayent la chronique. La rivalité que les Kim entretenaient entre eux touchait à tout, y compris la langue, chaque village cherchant à se singulariser par un lexique propre suscitant un mot ou une prononciation différente, y compris pour les objets du quotidien. L’administration coloniale, ayant renoncé à les réunir dans un seul canton ou à les distribuer dans des cantons voisins, les a directement rattachés au chef de subdivision de Bongor sous le statut de « village indépendant ». L’instauration d’une sous-préfecture dans la région en 2001 a ranimé ces vieilles rivalités, entraînant des troubles sanglants que l’administration a eu bien du mal à apaiser.

24Dans cette immense plaine d’inondation, un agrosystème original reposait sur des cultures hydrophiles comme les éleusines — dont certaines se récoltaient en pirogue — les taros et, après 1940, le riz. Mais les Kim sont connus comme pêcheurs manifestant une pugnacité sans égale dans cette activité. Elle se traduit par la présence dans les villages pendant la saison sèche d’un matériel hétéroclite de perches, filets, paniers de capture… abandonné ou prêt à l’emploi. Des claies de séchage du poisson sont là, dans chacune des cours des maisons jamais achevées, et les cases à fours sont trahies par leurs toitures noircies de fumée. Sur de minuscules places, dans des ombres indigentes et sous des tourbillons de poussière, des groupes d’hommes tressent, imperturbables, des kilomètres d’enceintes de bordigue avec, auprès d’eux, des amas de gerbes de « roseaux ». D’énormes arêtes de poissons jonchent le sol de toutes les ruelles, incrustées aussi dans le banko du moindre mur.

Le village de Kolobo sur la rive gauche du Logone, lors de la crue de 1968.

Le village de Kolobo sur la rive gauche du Logone, lors de la crue de 1968.

25On peine aujourd’hui à imaginer la richesse de ces milieux halieutiques. De simples tridents et foënes encore présents dans chaque habitation kim étaient, dans ces herbiers, des instruments particulièrement productifs. Il en allait de même des haveneaux, utilisés en plongée dans les biefs profonds du Logone pour les hommes ou en ligne pour les femmes. Et que dire de ces pêches où les femmes kim encerclaient le poisson, certaines assises, jambes écartées, alors qu’un autre groupe les maintenait dans l’eau par les épaules tout en les poussant vers l’avant. Les premières enserraient alors leurs prises entre leurs puissantes cuisses. Dans l’infinité des pêches secondaires, on peut citer celle où l’on dépose un scorpion sur le haut du nid de l’Heterotis niloticus qui affleure de l’eau dans les herbiers. Lorsque le poisson cherchera à rentrer, le scorpion, désemparé, le piquera.

26La pêche propre aux Kim, reconnue par la foultitude des communautés riveraines du Logone et du Chari, est celle du kal. Les kal, claies de graminées fortes et de phragmites disposées en enceintes de capture, fatalement cordiformes et selon de multiples dispositions, signalent leurs pêcheries. On installe les kal dans les canaux de dérivation, près des bancs de sable et dans de grands ensembles complexes barrant les rivières. Ces techniques présentent un fort apparentement avec celles des bourgs baguirmiens du Chari, dont une partie des Kim tirent leurs origines.

27Le kal wiya était l’ouvrage le plus impressionnant. Barrage rectiligne, il coupait le Logone à la hauteur de la bourgade de Kim d’avril à juin, permettant la capture de poissons qui remontaient le fleuve au tout début de la crue. Des dizaines d’aires de concentration étaient impeccablement alignées à l’arrière du barrage, tournées vers l’aval. Chacune de ces aires était équipée d’enceintes de capture cordiformes couplées encadrant l’entrée et d’une autre placée à l’extrémité de l’aire. Au cours de séjours entre 1973 et 1979, années où le barrage était en fonction, j’ai observé fort peu d’activités alentour. Déjà à cette époque, le poisson s’était raréfié sur le Logone. Alors pourquoi un tel effort de la bourgade de Kim (2 000 personnes en 1975) ? Ce barrage témoignait encore de sa puissance passée. La prérogative de barrer seul le fleuve aurait été octroyée par le mbang du Baguirmi, Burkumanda, le troisième du nom. Il fallait descendre bien en aval, à Malla chez les Musgum, pour retrouver un barrage, également autorisé par le Baguirmi, encore que très différent dans sa conception et par la nature de ses nasses. Le barrage permettait également le contrôle de la circulation sur le fleuve, renforçant un nationalisme de clocher cher aux Kim.

Engins de pêche kim. Types de tridents et de harpons.

Engins de pêche kim. Types de tridents et de harpons.

28La pêche au kal n’empruntait que des matériaux locaux. Pour le reste, les Kim se trouvaient tributaires des populations de l’intérieur des terres. Les pirogues venaient du Baguirmi ou du pays sara, les perches de Gizey (appelé « pays des perches »), le fil des filets (issu de niébés textiles) des Marba. Quant aux filets — généralement des techniques venues du sud —, les Kim disaient perdre trop de temps pour les réparer. Certains poissons, comme les jeunes Lates (capitaines), les traversaient comme des torpilles, d’où leur surnom de kwa ndwala (« vois le trou »). Mais, par rapport aux kal, techniques de notables et de chefs de famille, les filets représentaient déjà des engins d’émancipation pour les jeunes pêcheurs.

29Les Kim partagaient un certain nombre de techniques avec les pêcheurs méridionaux en amont de Laï, notamment un filet sous-tendu par deux perches croisées maintenues par une barre qui permet de l’actionner. Le pêcheur prenait appui sur un château-avant aménagé sur la pirogue. Les embarcations ainsi appareillées fonctionnaient en flottille et décrivaient sur le plan d’eau plusieurs figures. Ces pratiques ont été délaissées au cours des années cinquante.

30Après la révolution du fil de nylon, tous les pêcheurs ont adopté, entre 1960 et 1970, des techniques plus efficaces : les sennes à flotteurs mobiles, les filets dormants, les lignes à hameçons et, enfin, l’épervier. Les Kim ont accompagné ce mouvement, sans pour autant abandonner leurs kal.

31Les pêches les plus spectaculaires ont toujours été les pêches collectives, celle des mares et celle des bras morts. Il existe nombre de documents photographiques de ces pêches si outrancièrement pittoresques que cela frise l’imposture : grouillement humain hérissé d’épuisettes, de sennes à bâton, de paniers de capture, de massues avec, ça et là, le scintillement d’écailles d’un Synodontis, d’un Heterotis et autre claria, saisi ou brandi… En fin de journée, chacun retournait à son village, laissant un lieu dévasté de vase et d’herbes aquatiques ensemble piétinées et de tous les rebuts de la pêche. Au vu du nombre de prises, il s’agissait bien de se réjouir et de se défouler au cours d’une gigantesque partie de campagne.

32Dans les bras morts, chacune des bourgades kim et kabalay pratiquait sa ou ses pêches(s) collective(s), invitant ses voisins, à charge de revanche. Le barrage fixe en V renversé est appelé kal soso. Il est composé d’enceintes de capture cordiformes, mais les aires de concentration sont déterminées par des filets. À l’arrière sont accrochées des pirogues sur lesquelles s’appuie le barrage proprement dit. De l’amont descend un barrage mobile (danle) composé de filets mis bout à bout et sous-tendus par des perches tenues par des pêcheurs hissés sur des pirogues. Arrivés à une certaine distance du barrage fixe qui prend en compte l’aire de concentration du poisson et le nombre de participants, des centaines d’hommes et de femmes se jetaient à l’eau armés d’instruments de pêche les plus variés (haveneaux, paniers cribles, harpons…). Le kal soso pouvait être sollicité deux à trois fois par bief et par saison et, souvent, on changeait de maille pour les filets du danle.

33Le barrage fixe était entièrement occupé par les familles héritières de ce droit. Au sein de chaque aire de concentration, les enceintes de capture étaient toujours attribuées avec précision, réservant la meilleure place au plus âgé de la famille. Dans le barrage mobile, on retrouvait les jeunes et les moins bien lotis du village. L’aspect social le disputait à l’économique. C’est dans ce cadre qu’éclataient des dissensions ou qu’elles trouvaient un règlement. Les hommes démontraient leur habileté à pêcher et à manier le verbe, on y affirmait aussi son rang au sein de la communauté villageoise, on y choisissait sa future épouse. Pour les pêches les plus renommées, la population de nombreux villages s’y rendait, parée et, en marge de la pêche, se déroulaient concours de danses et courses de chevaux.

Les Kim passent la saison sèche à tresser des kal à partir des végétaux de la plaine d’inondation (Sesbania spp., Sorghum sp. et phragmite…).

Les Kim passent la saison sèche à tresser des kal à partir des végétaux de la plaine d’inondation (Sesbania spp., Sorghum sp. et phragmite…).

La technique du kal jugul intéresse les bancs de sable à l’étiage.

La technique du kal jugul intéresse les bancs de sable à l’étiage.

34Les activités halieutiques des Kim ont atteint leur point culminant entre 1940 et 1969. Les campagnes de pêche leur assuraient alors des revenus cinq à six fois supérieurs à ceux de leurs voisins cultivateurs de riz ou de coton. L’effondrement des ressources halieutiques devait les contraindre à diversifier leurs activités. Toutefois, l’habitude du maniement de l’argent leur a permis de passer à d’autres négoces et de s’installer en ville, à N’Djamena. Ils ont pu accompagner leurs enfants dans leur scolarité. Aujourd’hui, les Kim qui, les quatre villages confondus, n’ont jamais dépassé les 12 000 personnes, jouissent d’une place estimable dans la communauté nationale tchadienne.

Symbole de la prééminense du village de Kim, le kal wiya barre intégralement le Logone. Il vise les espèces qui remontent le fleuve. Le dernier kal wiya date de 1976.

Symbole de la prééminense du village de Kim, le kal wiya barre intégralement le Logone. Il vise les espèces qui remontent le fleuve. Le dernier kal wiya date de 1976.

Kal soso est une pêche collective sur des biefs de marigots appropriés par certaines familles.

Kal soso est une pêche collective sur des biefs de marigots appropriés par certaines familles.

LE ZEMI KOTOKO, UNE TECHNIQUE DE PÊCHE EMBLÉMATIQUE

35Les Kotoko représentaient le parangon du peuple de l’eau avec leurs cités érigées sur le bord de fleuves poissonneux. Ils ont été étudiés par Théodore Monod [Monod, 1929] et une équipe de l’Orstom, J. Blache et F. Miton [Blache et al., 1962], à l’époque du plein fonctionnement de leur économie de pêche. Chaque visiteur d’une bourgade kotoko a pu faire sienne l’observation d’André Gide à Logone-Birni [Gide, 1927-1928] : « À travers tout le village circule une intolérable odeur de poisson. C’est le principal commerce du pays, dans chaque courette, on en voit de petits et de gros, à moitié secs, étendus sur des claies. » On pourrait ajouter que la puissante odeur du poisson, jusque dans les années d’Indépendance, se mêle à celle du beurre rance des coiffures de femmes d’éleveurs, au dukhan, musc dont la fumée imprègne la plupart des pagnes, de mille sueurs et bien d’autres odoriférances, quand ce ne sont pas d’épouvantables effluves rabattus par le vent depuis les puits de teinturiers aux marges des cités.

36Certaines techniques toutefois ont pu passer inaperçues, de même que des formes d’organisation sociale de la pêche. La contribution d’étudiants ressortissants kotoko ou musgum — que j’ai pu encadrer —, malgré leur « œil intérieur », n’a pas donné les résultats escomptés, et ce en dépit de l’absence de la barrière de la langue. Une technique de pêche ne se décrit pas, elle s’observe, et l’on reste toujours insatisfait devant les reconstitutions malhabiles. Telle technique peut être vouée à certains plans d’eau, à une période précise de la crue, de la décrue ou de l’étiage, parfois à un type de poisson. L’emprise sur le foncier halieutique rend compte depuis toujours d’un enjeu entre les quartiers de la cité, en fonction de leur ancienneté et de leurs poids démographiques respectifs.

37Six sultanats kotoko se partagent ces territoires halieutiques. Leurs matériels de pêche sont, dans l’ensemble, comparables, mais ils engagent des rythmes d’utilisation variables en rapport avec leurs milieux propres.

38Le matériel va des très spectaculaires filets montés sur d’énormes pirogues (zemi) à ceux plus modestes (sakama) manœuvrés à partir de simples pirogues, des chaluts pélagiques jusqu’aux sennes à bâtons, en passant par toute une gamme de haveneaux. Les nasses sont omniprésentes, énormes et solitaires, mouillées dans les étroits chenaux du Serbéwel (un affluent du lac Tchad), nasses multiformes alignées en batteries sur les déversoirs (mallem et gasar), sans compter les chambres de capture appâtées (mumane) des plaines d’inondation. Chaque pêcheur est équipé de lignes à hameçons et de différents harpons et foënes. Cette complétude dans le matériel et son adaptation aux différentes nuances de l’écosystème deltaïque ont incité des auteurs à penser que les Kotoko étaient les « inventeurs » de ces techniques, ce qui est loin d’être démontré.

Maladi, village kotoko sur les bords du Serbéwel, demeuré encore relativement poissoneux en 1970.

Maladi, village kotoko sur les bords du Serbéwel, demeuré encore relativement poissoneux en 1970.

39Tous les Kotoko revendiquent ce qui représente pour eux le fleuron de leur technique de pêche : le zemi. Son gigantisme et la complexité des techniques mises en jeu ont frappé les esprits. Nous disposons sur ce sujet de nombreuses données, depuis les croquis de quelques adjudants coloniaux et les dessins cotés de Théodore Monod, jusqu’aux nombreuses photos. Le zemi est à proprement parler le filet, un immense carrelet triangulaire monté sur une énorme barcasse construite en éléments de bois cousus ensemble : le wame.

40Lors d’enquêtes menées en 2007-2008 dans les cités d’Afadé, Maltam, Goulfey et Kousseri, j’ai systématiquement demandé à mes informateurs de reproduire un zemi. Des jeunes gens m’ont alors fourni des modèles réduits aux proportions parfaitement respectées de toutes les pièces, y compris le montage complexe des antennes et leviers du filet (en tiges de Sesbania et de solanées), calfatages en graminées et filet en moustiquaire. Il s’agit là d’un exercice ancien et parfaitement rodé. Déjà les chefs de subdivision de Fort-Foureau envoyaient à Maroua des « réductions de ce marcaba de pêche kotoko relevé à une extrémité et portant à l’autre, en pan coupé, la double corne du support du filet » (archives de Maroua) pour les grandes fêtes et les comices agricoles. Ce mécano de pièces de bois, véritable référent cognitif, revêtait un but assurément didactique. L’organisation de l’équipage servait, à son tour, de modèle sociétal pour le partage des responsabilités et des fruits du travail.

41Le filet est monté sur des antennes composées de plusieurs segments (Acacia raddiana et, pour l’extrémité, Ziziphus mauritiana) d’une douzaine de mètres avec, entre le haut des antennes, une distance d’une quinzaine de mètres. Ces antennes se rejoignent sur le bas pour composer un levier de rappel formant un angle à 90°. Ce levier permet naturellement le maniement du filet. Pour ce faire, la proue est carrée et légèrement relevée. Le maillage change en fonction des prises visées, à l’exception de celui de la poche qui reste constant. Le cul de la poche, qui récupère le poisson, tombe dans la pirogue. Le zemi d’Afadé, large de presque 2 m, sur 6 à 6,5 m de longueur, était plus ramassé que celui du Chari, qui mesurait 1,5 m sur 12 m de longueur. Les montants du coffre, légèrement inclinés vers l’intérieur, étaient en bois de caïlcédrat et ses flancs en Faidherbia. La poupe supportait un banc arrière incorporé pour le percheur. Le calfatage confinait au grand art dans cette région indigente en bois. On utilisait comme étoupe du liber de Piliostigma reticulatum pilé et des fibres d’hibiscus sauvages et, comme mastic et brai, des argiles fines collantes renforcées de glu. On garde encore en mémoire le nom des grands « calfateurs ». À chaque campagne, il fallait ressortir les pièces du zemi immergées dans l’eau pendant la saison des pluies et remonter le grand mécano de bois.

42Le propriétaire du zemi partage la pêche en cinq parts après avoir retenu pour lui un tiers des prises. Le percheur, chef de bord, reçoit double part. Il surveille l’équilibre de l’embarcation, et tout repose sur sa connaissance des fonds. C’est lui qui donne l’ordre de plonger et de relever le filet. Le tireur des cordes reçoit une part, une autre revient à celui qui ramasse, assomme et trie les poissons. Ce dernier officie entre les deux leviers de rappel. Une part, enfin, va au rabatteur qui, sur sa pirogue, provoque un martèlement caractéristique de la coque. L’écopeur, perçu comme un « motor-boy », n’a pas de part. Cette équipe, recrutée dans un même quartier, a obligation de réparer le filet, véritable patchwork, car il accroche sans cesse des branches immergées au fond des biefs.

Dans la cité de Kousseri, le poisson est partout. 1973.

Dans la cité de Kousseri, le poisson est partout. 1973.

43Un patron de zemi, personnage considérable, représente l’aristocratie de la pêche. Le zemi, outre la démonstration de l’ancienneté de la famille qui le possède, sert à entretenir une clientèle. Mais un roturier enrichi peut très bien armer un zemi. Dans une cité, le nombre de zemi est proportionnel à sa puissance et à l’importance de ses plans d’eau. Chaque zemi a son histoire, ses qualités et ses défauts sont connus de tous. Il porte alors un nom qui s’adresse souvent à des rivaux dans la cité : « porte-bonheur », « fin de la palabre », « l’ogre », « viens te rassasier »… Le zemi s’hérite et le patron change les pièces défaillantes au fur et à mesure, si bien que l’on trouve des embarcations sans âge qui semblent traverser les générations.

44Sur le Chari, les zemi peuvent se déployer en flottille de trois à cinq, effectuant des mouvements de descente du fleuve et de brusques virages sur la berge, où des rabatteurs bruiteurs, sur de petits esquifs, leur renvoient les poissons des rives. Cette pêche de décrue et d’étiage se déroule le jour, mais surtout les nuits de pleine lune. Ces pêches de nuit ont été vantées dans toutes les relations de voyages comme des spectacles rares avec, dans les filets, l’éclat des poissons, celui des inévitables Synodontis retenus par leurs épines, et l’eau qui s’égoutte et brille « telle des lucioles », ajoutant à l’étrangeté de la pêche.

45Le zemi kotoko s’est éteint, à quelques velléités près, avant même la fin de la révolution du fil de nylon, vers 1963-1964, qu’il avait pourtant intégré dans ses filets. Le zemi a été victime de changements internes à la société kotoko. La pêche va échapper aux notables, aux aînés, les techniques qui séduisent sont dès lors individuelles.

46Dans leur recherche identitaire de ces dernières années, les Kotoko veulent relativiser leur héritage sao, connoté par trop païen. Le zemi rend compte d’une autochtonie, celle donnée par le fleuve, qui oblitère moins la revendication d’un passé musulman face aux Arabes Showa voisins qui manient la surenchère religieuse, les peuples de l’eau ayant longtemps été suspectés d’entretenir un lot de rituels peu orthodoxes. Aussi le zemi avec sa facture spectaculaire, chanté par tous les observateurs étrangers depuis les années vingt, devient-il un emblème des plus convenables pour les associations kotoko.

Réparation du filet sur la berge.

Réparation du filet sur la berge.

Le zemi kotoko de Goulfey en action avec pirogue de rabatteur vers 1950.

Le zemi kotoko de Goulfey en action avec pirogue de rabatteur vers 1950.

Pêche aux zemi en escadre entre Goulfey et Kousseri vers 1950.

Pêche aux zemi en escadre entre Goulfey et Kousseri vers 1950.

LE LAC TCHAD, RIVE NORD, LA RANDONNÉE HORS DU TEMPS

47En 1990, à l’occasion d’une exposition à laquelle j’ai participé, au musée national de N’Djamena, sur les architectures du Tchad, je suis reçu, en compagnie du ministre de la Culture, chez un de mes anciens étudiants à l’université du Tchad, devenu ministre de l’Enseignement supérieur. Également chef du canton de Bol, au nord du lac Tchad, il nous invite à le rejoindre dans son fief. La randonnée

  • 4 En hommage au livre si peu connu de Paul Fabre, La randonnée [1933], qui, à travers ses « remembra (...)

484 à travers le Kanem est toujours un enchantement : villages posés sur des dunes roses, cases gris-beige, toutes les mêmes, alignées au cordeau comme, avant elles, les tentes de nattes qui faisaient face à leur ouaddi au fond blanc de diatomites, entouré d’une sombre doumeraie. Notre hôte décide de nous emmener passer quelques jours dans l’archipel, au sud de Bol, sur l’île où il était né : embarquement avec la garde tubu, turbans, lunettes Ray-Ban miroir affectionnées de la soldatesque des déserts, kalachnikov, pirogue à moteur, puis petites pirogues à pagaies et perches avec, parmi les pagayeurs, nos deux ministres. Dans le passé, le pullulement des îles et archipels fluctuants a été le cauchemar des administrateurs coloniaux, toujours insatisfaits de leur cartographie et d’une toponymie suspectée de vagabondage. Les Buduma, sans cesse en mouvement d’île en île suivant les saisons et le degré de mise en eau du lac, apparaissaient comme un « peuple fantôme », insaisissable à travers des dédales de chenaux s’ouvrant sur les mêmes horizons incertains de végétations palustres sans repères. Dans notre randonnée, les îles déroulaient autant de spectacles bucoliques, habitations à crinoline sur les dunes, campements de pêcheurs (Masa) à l’épervier sur des îlots, traversée entre les îles de femmes buduma à cheval sur des paquets d’ambaj, vêtements et objets posés sur le haut du flotteur à l’avant, comme le faisaient leurs aïeules. Un match de foot s’improvise même entre deux îles : le ballon, c’est l’école, la modernité, le côté visite officielle…

49En longeant ces ceintures de roseaux et de grands papyrus floconneux, d’où nous parvenaient cent bruits énigmatiques et feutrés, j’évoque avec le chef de canton l’ancienne navigation sur le lac, en kadey. Jean Chapelle, alors en poste à Nguigmi (Niger) en 1927-1928, avait été l’instigateur et l’observateur de la construction d’une flottille de ces nefs en papyrus : proue effilée en col de cygne, ventre plat légèrement renflé de la nacelle, poupe relevée, tranchée nette. Entièrement en bottes de papyrus secs régulièrement serrées par des cordelettes, quelques-unes étant rajoutées pour le bordage, cette embarcation, « évidence nautique dans un profil venu du fond des âges » [Chapelle, 1987], était réputée insubmersible. Elle devait néanmoins être manipulée avec précaution sur un lit de roseaux pour glisser vers l’eau ou être hissée sur quelque espace portuaire. Disparue dans les années soixante, elle relève désormais de l’iconographie coloniale, cartes postales et timbres inclus. Le lac n’en continue pas moins à abriter d’immenses et fluctuantes papyraies, phragmitaies et autres roselières mêlées. Mon collègue de l’IRD, Jacques Lemoalle, fin connaisseur du lac Tchad, me dit avoir rencontré en 1969 « l’homme du radeau du Kon Tiki », le norvégien Thor Heyerdahl. Fidèle à ses thèmes de recherche-aventure, Thor se proposait de reconstruire des esquifs égyptiens en papyrus, afin de les tester sur la Méditerranée et d’argumenter une navigation égyptienne qui aurait pu affronter la mer jusqu’aux colonnes d’Hercule. Arrivé en Égypte, il découvre avec dépit que les papyrus ont déserté les rives du Nil. Il se rabat alors sur le lac Tchad, usant de l’expertise des Buduma, population des archipels, en matière de construction nautique en papyrus. C’est grâce à ce savoir-faire qu’il engage son projet sur la Méditerranée. Mais cette aventure peu concluante ne connaîtra pas la fortune de celle du Kon Tiki.

50Si l’ambaj fournissait le matériau pour toutes sortes de flotteurs, il pouvait aussi servir à confectionner les canoës, un peu sur le modèle de la kadey. Leur extrême légèreté en faisait des esquifs facilement transportables.

51Le lac Tchad, lui aussi, subit changements et fluctuations dans sa flore. Prosopis juliflora, cet épineux de peu de mérite, introduit par quelque projet de reboisement au Niger dans la décennie soixante-dix, devait ainsi, vingt ans plus tard, envahir les abords du lac, créant de nouveaux paysages, enfouissant campements et villages dans ses frondaisons. Il colonise les laisses du lac, en particulier de la cuvette nord, créant un nouveau milieu semi-aquatique.

52Toutefois, c’est le « bœuf kuri », ce bovin lui aussi hors du temps — son origine fait encore débat — qui focalise l’attention. Au contraire de ce qui a longtemps été répété, ces cornes démesurément renflées, voire en boules, n’ont jamais servi de flotteurs lui facilitant les traversées d’île en île. Bien charpentés, les bœufs kuri présentent des robes claires en camaïeu de beiges subtils à isabelle, parfois tachetées, comme saumonées. La peau fait souvent des plis, en particulier vers son cou sans fanons. Taurins, ils le sont, et plus belliqueux que les zébus. On entend souvent les cornes s’entrechoquer au milieu de la poussière provoquée par leurs affrontements. Ces bœufs sont parfaitement adaptés au biotope si particulier de cet immense archipel. Pourtant, aujourd’hui, on ne peut qu’enregistrer, à chaque reconstitution de cheptel après épizooties, sécheresses…, un peu plus de métissages avec les zébus mbororo ou arabes. Privé de matériel, je n’ai pu dessiner sur le motif. Plus tard, à la suite d’autres visites et aussi d’après photos, je devais dessiner des bœufs kuri, dont celui qui figure sur la couverture de l’Atlas d’élevage du bassin du lac Tchad [Zborowski, coord., 1997].

Village kanembu sur sa dune, 1975.

Village kanembu sur sa dune, 1975.

Une salle imaginaire du musée de N’Djamena.

Une salle imaginaire du musée de N’Djamena.

Des éléments de Boko Haram, dans la cuvette nord du lac, forêt ennoyée de Prosopis juliflora 2016.

Des éléments de Boko Haram, dans la cuvette nord du lac, forêt ennoyée de Prosopis juliflora 2016.

La région du Lac Tchad.

La région du Lac Tchad.

LE LAC TCHAD, RIVE SUD, UN ELDORADO ?

53Pour l’Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun [Seignobos et Iyebi Mandjek, éd., 2000] que je conduisais avec mon collègue camerounais Olivier Iyebi Mandjek, j’entendais bien réaliser une notice concernant la pêche sur le lac Tchad. À cette époque, le lac était, plus que jamais, une zone de non-droit. Y circulaient des éléments incontrôlés de factions tchadiennes qui s’éterniseront sur une poignée d’îles au nord de Darak, et les eaux territoriales camerounaises étaient étonnamment occupées par l’armée nigériane, jusqu’au-delà de Darak vers l’est (de 1987 à 2004).

54Au cours de mes prospections, il m’est arrivé d’être arrêté par les Nigérians en tenue dans un des campements de pêche situés parmi le semis des îles flottantes (kirta). En 1991, les autorités camerounaises de Hilé-Alifa et celles de Kousseri ne pouvant assurer ma sécurité, je décide de suspendre mes enquêtes. Dans ce travail inachevé, les données exploitables se partagent entre descriptions, plans, dessins cotés et datés.

55Originalité de la rive camerounaise du lac, ces campements flottants sont nés de l’aménagement d’îlots de paquets d’herbes poussés du nord par l’harmattan et prenant partiellement racine sur le fond du lac ou s’accrochant à des bribes de forêt d’ambaj (Aeshynomene elaphroxylon) qui frangent la limite des eaux libres. On y accède à partir de labyrinthes glauques. Avant d’apercevoir le lac, les premiers espaces d’eau libre frisés de vagues sans écume, on est frappé par son odeur inoubliable, celle d’un air poisseux, alternativement fade et poivré, remugles de longues décompositions de végétaux, d’inflorescences flétries et papyrus mêlés et de quelques poissons crevés à la dérive.

56Les pêcheurs abattent les ambaj à hauteur d’eau et les taillent pour en faire des rondins plus légers que le liège, qui constitueront le plancher flottant du campement.

57Le ponton où accostent les pirogues, renforcé par une ligne de gros pieux d’ambaj, fait face à un étroit passage vers le lac. Ce goulet, généralement en baïonnette, est aménagé à travers une végétation maintenue en protection contre la houle du lac.

58Sur ce plancher, on élève des abris à deux cellules sur d’épais matelas de papyrus, l’une pour le couchage sous moustiquaire, l’autre pour les repas qui se partagent sur des nattes. Les foyers portatifs, de terre cuite ou de fer, posés sur des plaques métalliques, sont protégés du vent par un écran de vannerie amovible. En retrait, sur les parties les plus stables du plancher, chaque famille dispose de ses fours pour fumer le poisson, de claies surélevées pour le sécher et de tréteaux réservés au séchage des graminées et des papyrus. Associés à du bois d’Acacia spp., les papyrus serviront de combustibles pour préparer le poisson fumé en morceaux (banda). Chaque jour, des pirogues chargées de poissons débarquent des hommes emmitouflés de pulls et autres doudounes et qui, avec leur bonnet passe-montagne, ont l’air de travailleurs des chantiers du Nord. Avec l’harmattan sur le lac, le froid est intense.

Barques entreposées sur une voie de pénétration du lac (Nigeria).

Barques entreposées sur une voie de pénétration du lac (Nigeria).

59Les campements de pêche flottants peuvent être aménagés dans les forêts d’ambaj géants, comme à Sokotron-Bergéré, ou dans les papyraies (Cyperus papyrus) comme à Goum-Katikimé. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, on comptait plus de deux cents de ces campements sur la seule rive camerounaise, allant de quelques familles à plusieurs dizaines. Il s’agissait de colonies de pêcheurs kotoko, bornouans et arabes showa venus avec leurs femmes et, parfois, leur basse-cour. Passer la nuit dans ces campements laisse des souvenirs mitigés. Lors des fortes houles, le plancher bouge et on contracte une sorte de mal de mer alors que, au petit matin, on est réveillé par un concert de gallinacées. Hors du plancher, la déambulation dans les herbes se fait en balayant et en pliant avec le pied les herbes, tout en ne restant jamais en place pour ne pas s’enfoncer. L’hygiène laisse pour le moins à désirer, et on comprend que la première épidémie de choléra (1970) se soit déclarée dans les campements de pêche du lac et du bas Chari, au retour des pèlerins de la Mecque, et que le choléra soit ensuite devenu endémique dans la région.

  • 5 Le Grand Lac, apparu pour la dernière fois au milieu des années cinquante au niveau de 282,3 m, fa (...)

60Depuis les grandes sécheresses de 1973-1975 et de 1983-1985 (en 1985, le lac enregistre son niveau le plus bas)5, les rives méridionales du lac attirent de plus en plus de cultivateurs, de pêcheurs, de pêcheurs-cultivateurs et tous ceux vivant du commerce du poisson et des surplus de l’agriculture. Sur le plan légèrement incliné de cette rive, le marnage est, dans certains endroits, particulièrement développé. Les différentes communautés cherchent à profiter de la montée et surtout du retrait des eaux. Les agriculteurs peuvent se livrer à plusieurs cultures successives de maïs, de niébé et de patate douce.

61Agriculteurs, éleveurs et pêcheurs vont s’emparer des herbiers que l’eau dégage peu à peu. Durant la saison sèche, au fur et à mesure que les pêcheurs font reculer leurs lignes de centaines de nasses maliennes, les cultivateurs vont, pour gagner du temps, sarcler les herbes encore dans l’eau alors que, devant eux, les éleveurs conduisent leurs bêtes dans ces pâturages aquatiques. L’eau leur arrive jusqu’à l’articulation du genou et souvent au bas du fanon. Il s’agit d’un pâturage exigeant, où l’animal avance dans un sol boueux environné de mouches très actives, aussi ne peut-il guère paître au-delà de quelques heures par jour. Les grands zébus peuls s’en tirent mieux que les bovins arabes showa de format moindre. Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, les éleveurs cherchent à conditionner leur bétail à ce type de pâturage.

62Les herbiers plus en eau font l’objet d’une pêche particulièrement éradicatrice, taru cawa, récente (1995), qui en dit long quant à la pression qui s’exerce sur la ressource. On force le poisson dans les herbiers, en faisant avancer un long filet jour après jour. L’îlot final sera attaqué à la machette, afin de contraindre le poisson à entrer dans une longue poche de filet sur laquelle ont été disposées des herbes. Cette pêche, effectuée par une équipe de dix à quarante jeunes gens vêtus de pantalons et de hauts de toile de sacs de polyéthylène pour se protéger des herbes tranchantes, s’avère particulièrement physique.

Pirogues en ambaj mises à sécher le long du bas Chari, 1957, aujourd’hui disparues.

Pirogues en ambaj mises à sécher le long du bas Chari, 1957, aujourd’hui disparues.

Barque allant vers les campements de pêche dans la cuvette nord du lac.

Barque allant vers les campements de pêche dans la cuvette nord du lac.

63Les rives méridionales du lac se présentent au Cameroun et au Tchad comme une zone pionnière particulièrement riche d’opportunités. Le resteront-elles ? Les communautés riveraines de plus en plus babélisées savent qu’elles vivent dans un milieu constamment changeant (on a également enregistré des crues en 1988, 1998, 2012), mais elles espèrent que cet état de « petit lac » se maintiendra le plus longtemps possible.

64La réalité économique est bien là, et non dans les projets pharaoniques et risqués de détournement de l’Oubangui pour remplir le lac Tchad, qui ne pourrait que redevenir « les grands marais » inutiles des siècles antérieurs, les paludi grandissimi signalés déjà sur la carte de Fra Mauro au milieu du xve siècle.

Campements sur des îles flottantes (kirta), de la rive camerounaise. 1985. Sokotron-Bergéré.

Campements sur des îles flottantes (kirta), de la rive camerounaise. 1985. Sokotron-Bergéré.

Activités agricoles sur les rives du lac : cucurbitacées, patates douces, canne à sucre…

Activités agricoles sur les rives du lac : cucurbitacées, patates douces, canne à sucre…

Léloua, port de Nguigmi, véhicules chargeant le poisson fumé vers les marchés de la région de Kano, 2011.

Léloua, port de Nguigmi, véhicules chargeant le poisson fumé vers les marchés de la région de Kano, 2011.

Dans les marchés à poissons comme Malam Fatori, toutes les populations du circum tchadien, se côtoient : Bornouans, Hausa, Buduma, Arabes, 2011.

Dans les marchés à poissons comme Malam Fatori, toutes les populations du circum tchadien, se côtoient : Bornouans, Hausa, Buduma, Arabes, 2011.

Notes

4 En hommage au livre si peu connu de Paul Fabre, La randonnée [1933], qui, à travers ses « remembrances », raconte son voyage en 1924 jusqu’à son poste d’Abéché comme premier instituteur de la République, alors seul fonctionnaire civil.

5 Le Grand Lac, apparu pour la dernière fois au milieu des années cinquante au niveau de 282,3 m, fait place au Moyen Lac (cote 280/281 m) qui se subdivise en plusieurs plans d’eau séparés. L’exondation de la « Grande Barrière » sépare la cuvette nord et la cuvette sud. La cuvette méridionale présente la plus grande surface d’eaux libres (1 700 km²) dans le prolongement du delta du Chari.

Table des illustrations

Titre Famille musgum partant pour une campagne de pêche, 1980.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Technique de pêche propre aux yayrés : le sukuti ou pêche au canal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre La pêche avec flotteurs, notamment avec la grosse calebasse (gumbal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Autres types de pêche aux flotteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Divers poissons du Logone.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Femmes musgum de Tékélé (nord de Pouss), 2005.
Légende Communauté salafiste convertie lors de campagnes de pêche sur le lac Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Les prises sont dominées par les carpes et les petits silures que l’on met sécher en croissant.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Four à banda en batterie sur les bords de la Bénoué, village de Holl, 1994.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Campement de pêche sur les bords du Logone, en amont de Logone Birni.
Légende Pêche à la senne à bâtons par des jeunes Masa. Elle concerne essentiellement les salanga (Alestes spp.) que l’on sèche suspendus à des baguettes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Les nasses maliennes se retrouvent dès 1980 depuis les yayrés jusqu’au lac Tchad détrônant partout les nasses locales.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Transport des pêcheurs et du poisson sur les rives de la Bénoué, village de Cirikolci, 1995, avec des Peugeot 404 hors d’âge.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Village Besme en amont de Kim dans la plaine du Logone au début de la saison sèche, avant les feux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Le village de Kolobo sur la rive gauche du Logone, lors de la crue de 1968.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Titre Engins de pêche kim. Types de tridents et de harpons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Les Kim passent la saison sèche à tresser des kal à partir des végétaux de la plaine d’inondation (Sesbania spp., Sorghum sp. et phragmite…).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre La technique du kal jugul intéresse les bancs de sable à l’étiage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Symbole de la prééminense du village de Kim, le kal wiya barre intégralement le Logone. Il vise les espèces qui remontent le fleuve. Le dernier kal wiya date de 1976.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Titre Kal soso est une pêche collective sur des biefs de marigots appropriés par certaines familles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Maladi, village kotoko sur les bords du Serbéwel, demeuré encore relativement poissoneux en 1970.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Dans la cité de Kousseri, le poisson est partout. 1973.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Réparation du filet sur la berge.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Le zemi kotoko de Goulfey en action avec pirogue de rabatteur vers 1950.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Pêche aux zemi en escadre entre Goulfey et Kousseri vers 1950.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Bœuf kuri.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Village kanembu sur sa dune, 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Une salle imaginaire du musée de N’Djamena.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Des éléments de Boko Haram, dans la cuvette nord du lac, forêt ennoyée de Prosopis juliflora 2016.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre La région du Lac Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Titre Barques entreposées sur une voie de pénétration du lac (Nigeria).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Pirogues en ambaj mises à sécher le long du bas Chari, 1957, aujourd’hui disparues.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Barque allant vers les campements de pêche dans la cuvette nord du lac.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Campements sur des îles flottantes (kirta), de la rive camerounaise. 1985. Sokotron-Bergéré.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Activités agricoles sur les rives du lac : cucurbitacées, patates douces, canne à sucre…
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Léloua, port de Nguigmi, véhicules chargeant le poisson fumé vers les marchés de la région de Kano, 2011.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Dans les marchés à poissons comme Malam Fatori, toutes les populations du circum tchadien, se côtoient : Bornouans, Hausa, Buduma, Arabes, 2011.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25095/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 737k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr