Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Chapitre 4. Des élevages à disparaître

Texte intégral

LE PONEY ET LE TAURIN, DEUX ÉLEVAGES AUTOCHTONES

1Poney et taurin appartiennent l’un comme l’autre à un vieux fonds d’élevage formant une ceinture quasi en continu depuis le Cayor du Sénégal jusqu’au bastion éthiopien. Aujourd’hui submergés par deux concurrents venus du nord-est, les grands chevaux et les zébus, poneys et taurins ne survivent qu’en situations relictuelles, sur des reliefs ou dans des zones amphibies qui, au xixe et au xxe siècles, leur offraient encore des sanctuaires. Grâce à leur trypanotolérance, ils ont pu prospérer là où frappaient les tsé-tsé — vecteurs de la trypanosomose. Ces élevages étaient adaptés à la proximité de vastes zones boisées qui abritaient la grande faune sur laquelle vivaient les glossines. Les défrichements et la disparition des grands herbivores ont conduit au « silence glossinaire » actuel qui signe un drame écologique.

2Théodore Monod, dans Méharées [Monod, 1937], synthétise la succession de peuplements du Sahara. Avec la désertification se substitue à un « quatuor défaillant » (houe, jarre, bœuf, mil) un « quatuor conquérant » (armes, gerba, chameau, palmier). Plus au sud, dans la zone sahélo-soudanienne, le fort déterminisme climatique du désert écarté, on assiste également, sur le temps long, à de semblables mutations. Ici, le quatuor perdant (animisme, encadrement politique de type religieux, oligarchique, petit taurin Bos taurus, poney) cède la place à un autre (islam, pouvoir centralisé, zébu Bos indicus, grands chevaux barbes, arabes). Dès avant le xe siècle, ce dernier quatuor commence à mordre vers le sud et à s’insinuer par les plaines ouvertes, plus faciles à conquérir.

3Dans les arts de la guerre, les nouvelles techniques viennent toujours du nord, elles appuient des appareils dynastiques de plus en plus complexes régnant sur des cités. Le prince possède alors le monopole des étalons, l’élevage bovin est réservé à des populations en marge du royaume et écartées de l’accès au pouvoir. Les différents métiers sont encadrés, notamment les forgerons ; le reste du peuple, libre ou servile, est attaché à la glèbe.

4Durant la période pré-islamique, il est rare que les sociétés élèvent conjointement poneys et taurins, comme si la focalisation de l’un contrariait le développement de l’autre. Bovins comme poneys alimentent la chaîne d’acquisition des épouses en tant qu’élément comptable des dots. Ils alimentent des prêts de bétail qui constituent des formes d’alliances. La fécondité des vaches et des juments s’exprime parallèlement à celle des femmes et, d’une certaine façon, conditionne cette dernière. Taurins et poneys ne peuvent être la propriété des femmes, car ils participeraient de la même nature. De leur contrôle dépend le pouvoir politique, généralement entre les mains des aînés de lignages.

5Élever des chevaux ou des bovins dans les sociétés paléo-soudaniennes, n’induit pas les mêmes densités de peuplement ni les mêmes encadrements politiques. Le cheval est plus « peuplant » que le bovin en ce qu’il permet un meilleur contrôle de l’espace, tout en maintenant une faible pression démographique. Il sert également des communautés très exposées ou portées sur la rapine.

Tête de poney musey.

Tête de poney musey.

6Pour toutes ces raisons, lorsque l’on exhume du matériel archéologique et faunique, il est essentiel de repérer, parmi les bovins, l’ancien petit taurin et, parmi les équins, l’ancien poney. Tous deux en réfèrent à des époques antérieures aux principautés musulmanes et engagent une interrogation sur des contrôles de l’espace et des hommes forcément dissemblables. Dans les plaines du Logone moyen, les groupes contigus masa et musey, tous deux issus d’un fond commun, ont fait, sous l’agression des royaumes musulmans du nord, des choix économico-politiques différents.

7Dans ces plaines amphibies, les Masa franchissent, grâce au maillage serré d’un habitat dispersé, des seuils de densité tels qu’ils ont transformé leur pays en place forte démographique. Dans les campagnes africaines précoloniales, plus les densités augmentent, plus l’emprise politique diminue, mais de cette apparente inorganisation des Masa et des Tupuri naîtra leur force : on ne pourra globalement les assujettir. Par ailleurs, leur taurin s’est peu à peu transformé, métissé avec le petit zébu arabe. Aussi la vache masa, devenue meilleure laitière, va focaliser la société masa. Elle lui fournit sa richesse et son étalon de dot, elle la structure par la défense des troupeaux et, enfin, sommet de convivialité, elle favorise les clubs de buveurs de lait (gurna). Ce modèle de société s’exporte chez leurs voisins gizey, wiina et tupuri.

8En même temps qu’émergent les Masa contemporains, le poney est écarté comme un mauvais choix idéologique. Ses tenants doivent prendre la route du sud, vers les Musey, également en devenir. Les Musey, eux, restent entièrement tournés vers le poney, tout comme les populations de l’interfluve Chari-Logone : Gabri, Kwang, Sumray… qui ont, en revanche, abandonné leurs derniers taurins à la fin du xviiie siècle, le poney leur permettant d’échapper aux razzias baguirmiennes. À la différence du taurin des Masa, leur équidé est resté à l’écart de tout métissage avec des chevaux des Baguirmiens.

Taurins dowayo dans « la vallée des roniers ».

Taurins dowayo dans « la vallée des roniers ».

QUI VEUT LA MORT DU PETIT CHEVAL ?

9Au Tchad (1975-1976), je pensais pouvoir réaliser mes enquêtes à cheval dans les régions du Chari et du Baguirmi encore épargnées par les différentes rébellions. Toutefois le temps passé à préparer ma monture, celle de l’interprète et le cheval de bât, l’incommodité des selles de bois et sangles de ficelles supportées par un tapis faussement molletonné et, surtout, la gêne occasionnée chez les hôtes, auprès de qui nous enquêtions, pour affourrager et bouchonner les chevaux… m’ont rapidement amené à y renoncer.

10Cependant les chevaux devaient rester pour moi un thème de recherche récurrent. J’ai accumulé documents, photos, croquis à la plume, non seulement du bestiaire équin, mais aussi de tous les objets le concernant. Parmi les différentes races de chevaux, le poney du Logone m’a fasciné au point de lui consacrer livre et articles, souvent en compagnonnage avec des vétérinaires et des linguistes ralliés à mon militantisme [Seignobos, 1995 ; Seignobos et al., 1987].

11On pouvait, jusque dans les années cinquante, parler d’une civilisation du poney, si « civilisation » relève d’une cohérence durable qui ne se trouve menacée ni par les paramètres de la démographie et du bilan de la combinaison agraire ni par les influences extérieures. Il me semblait utile de proposer une étude hématologique des poneys musey pour en savoir plus grâce aux marqueurs sanguins. Je m’adjoignais le concours d’un vétérinaire en poste à Maroua, Alain Hentic. En dépit d’une chaîne du froid bien incertaine, nous avons entrepris cette collecte sur le plus grand nombre d’individus possible. Pour ce faire, j’ai, en mars 1985, choisi les marchés de coton réunissant un maximum de producteurs musey susceptibles de venir sur leurs montures, ce qui permettait de pratiquer quatre à huit prélèvements par marché. Il fallait néanmoins convaincre chacun des cavaliers de l’innocuité de ces prélèvements, et j’ai souvent rusé en passant par l’intermédiaire de fils ou de neveux scolarisés pour obtenir l’adhésion du premier cavalier, son refus risquant d’entraîner celui de tous les autres. Ceux qui acceptaient n’en restaient pas moins pleins d’appréhension, détournant les yeux au moment de la prise de sang de leurs bêtes. Sur le marché de Guiriou, un poney prélevé s’avère hémophile et Hentic ne parvient pas à bloquer l’hémorragie. Le propriétaire, un petit vieux à barbe blanche portant un boubou incertain mis pour visiter le marché, tombe en pâmoison… Tous ses pairs s’agitent autour de lui, les regards dans notre direction deviennent ardents, des propos agressifs fusent pour nous demander des comptes et c’est tout un marché musey qui commence à gronder. Il faut envisager un départ… le vétérinaire s’affère à frotter la plaie et, au bout d’un moment interminable, le sang s’arrête de couler. On s’engouffre alors dans le 4 × 4… avec notre glacière.

« Le cheval des rochers », reconstitution dans les monts Mandara, vers le xvie siècle.

« Le cheval des rochers », reconstitution dans les monts Mandara, vers le xvie siècle.

Le poney a été jusqu’au xixe siècle répandu tant sur les reliefs que dans les plaines amphibies du bassin du lac Tchad.

12« Le poney est une personne », affirment les Musey. Nous venions d’en faire l’expérience. Haut de 1,25 m au garrot, ce poney musey présente un corps ramassé, une tête puissante et une crinière développée, avec plusieurs couleurs de robes : bai, alezan, aubère, rouan… On distingue deux types de chevaux, en fonction de leurs comportements ou parfois de leurs lignées : d’une part, les buluma, simples montures qui représentent des unités de dot ou servent à payer des amendes ; d’autre part, les kuluma, remarquables par leur rapidité et leur endurance et qui, eux, portent un nom, possèdent une écurie et font l’objet de tous les soins de leurs maîtres. Jusque vers les années de l’Indépendance (1960), le kuluma est réputé suivre une forme de cursus parallèle à celui du monde des humains. Sa naissance suscite des rites « carnavalesques », suivis de larcins. La poulinière reste claustrée comme une parturiente. Le poulain subit le même gavage d’eau que les jeunes enfants. Vers la première année, on le soumet à l’ablation des filets vasculaires de la langue, que l’on désigne comme « luette » par analogie avec l’organe humain. En effet, la luette est ôtée à tous les enfants musey à l’aide d’un petit crochet tranchant en fer… Cette ablation correspond dans les deux cas à un même objectif : les maintenir en bonne santé.

13La première coupe de la crinière représente sans doute le rituel le plus important, souvent comparé à l’initiation chez les hommes. Chaque fraction musey pratique son propre rituel, de même que les onctions protectrices associées. Ce rite précède la monte et ouvre la véritable carrière du poney, qui pourra dès lors participer à ses premiers combats et chasses collectives au feu. Le point culminant du rapport cavalier-monture se traduit par une pratique signalée confusément par les premiers voyageurs abusés par leurs informateurs musulmans. Avant le combat, le cavalier entaillait l’intérieur de ses cuisses et les flancs de sa monture afin de faire corps avec elle, forçant ici l’image du centaure.

14En pays marba, entre Tchinré Adam et Tchinré Gogor, j’ai été, en décembre 1977, témoin d’un spectacle dont l’Afrique seule peut — ou pouvait — nous gratifier. Très tôt le matin, je croise, sortant par petits groupes de la brume, des dizaines de cavaliers de retour des funérailles d’un puissant (saa ngolda), ultime occasion pour renouer avec les parades guerrières. Manifestement épuisés, les yeux rougis, ivres encore de leurs courses et de la bière de mil souvent partagée avec leurs poneys et la plupart montés en amazone, certains de ces cavaliers encore enduits d’ocre ressemblaient à des statues d’argile. Plus grande encore l’étrangeté des chevaux : arrivés la veille ou l’avant-veille sur le lieu du deuil, tout chamarrés, ils portaient des motifs peints à l’aide de cendre blanche et d’ocre clair sur les robes foncées et d’un noir de fumée sur les robes claires, tous huilés pour mieux briller. Après des fantasias sans cesse réitérées et avec la transpiration des équidés, ces peintures formaient, depuis la crinière jusqu’aux sabots, des tourbillons d’une polychromie fantasque mais comme atténuée, qui leur conférait une densité de brume à laquelle ils semblaient appartenir.

15Après les combats, les poneys étaient avec leurs maîtres de tous les rituels de purification. Le kuluma mort est pleuré comme un homme avec des tambours de deuil. On vient présenter des condoléances au cours desquelles on dresse le panégyrique du cher disparu. Certains lui élèvent une tombe avec des pieux plantés.

Cavalier marba, village de Jo Gogor, 1975.

Cavalier marba, village de Jo Gogor, 1975.

Étude de cavaliers musey.

Étude de cavaliers musey.

16La prégnance de cette part d’humanité chez le poney pousse Musey et Marba à fermer les yeux sur des faits d’observation et à maintenir, sans gêne, un double discours. La jument aurait la même gestation qu’une femme. Quant au régime alimentaire, le poney est réputé omnivore, et on pile de la viande avec son sorgho. Évoquer, devant un Musey, la castration ou l’hippophagie relèverait du plus mauvais goût. Une crainte pour lui demeure, celle de l’inceste d’une jument couverte par son fils, son frère… Il convient alors d’éloigner les chevaux apparentés, ce qui ne manque pas d’encourager les prêts de poneys. L’ambiguïté se manifeste encore lors de l’administration de soins. Tout comme l’homme, le poney craindrait les envoûtements. Il pourrait contracter la syphilis (de fait la morve), après contact avec l’extérieur, et bien d’autres maux partagés avec les humains. Avec le vétérinaire Éric Cardinale [Cardinale et Seignobos, 2004], nous avions présenté la maladie du bridinga, due à Hydrocyrus columbial, comme relevant du registre des affections fantasmées. Elle recouvrait, en effet, des maux mal élucidés pour le Musey, et en particulier des plaies inguérissables. En 2011, on peut prétendre relier l’ulcère de Buruli à cette grosse punaise d’eau, qui en serait un vecteur, pour le poney comme pour l’homme. Toujours l’humanité du poney.

17Le poney a été au service d’une société fondée sur la guerre et la rapine. La monte du poney est originale, à cru toujours. Le harnachement se passe de mors pour un caveçon en fer et une têtière en cuir tressé. Les objets les plus originaux et soignés de la culture musey appartiennent au cheval : plaque frontale en cuivre, bronze, maillechort, laiton, spires de cuir clouté qui enserrent le cou, cravaches, chevillières à éperon. L’écurie du kuluma, équipée de mangeoires et d’une fosse pour évacuer le purin, est l’unité d’architecture la plus élaborée et décorée. Il possède « son » grenier, et « son » fourrage est hissé à l’abri dans les fourches de grands arbres.

18Jusque dans les années cinquante, le poney est encore au centre du système social musey et marba. L’oligarchie qu’il sert perd ses dernières grandes attributions avec l’interdiction des chasses au feu entre 1950 et 1965. Le poney accompagne la carrière de guerriers qui finissaient par une sorte d’apothéose, inhumés dans des tombes ostentatoires plantées de dizaines de pieux de bois imputrescibles (Prosopis africana), colorés en rouge, blanc et noir pour tirer l’œil et marquer le paysage, selon une sémiologie complexe rendant compte de la vie du défunt. Ainsi au cours d’une enquête à Dom Candum, mon informateur va, comme il me l’a été traduit, quérir ses « archives ». Il revient avec une gourde poussiéreuse fermée. Avec maintes précautions, il en fait sortir une sorte de jeu de jonchets de pailles de graminées de longueurs inégales. Il les aligne devant moi selon une codification précise — certaines attachées ensemble représentant les grands herbivores. C’était là le témoignage de ses exploits de chasse et de guerre. Non sans une jubilation contenue, il entreprend de me les narrer. À sa mort, sa première femme transmettra ses « archives » à ses pairs. Ils en assureront un décompte notarial, puis désigneront à la famille le nombre exact et le diamètre des pieux de Prosopis à débiter pour élever la tombe.

Hydrocyrus columbial.

Hydrocyrus columbial.

Un buluma attelé.

Un buluma attelé.

19Depuis 1960 jusqu’à la fin des années quatre-vingt, le nombre de poneys n’a cessé de décroître, écartés d’une modernité que les Musey appellaient de leurs vœux et, surtout, pénalisés par la monétarisation des compensations matrimoniales. Le poney acheté par les musulmans pour être attelé et tirer la charrue se révèle un animal docile, infatigable, plus puissant qu’un âne et autrement moins coûteux qu’une paire de bœufs. Reconnu pour sa trypanotolérance, il a été adopté par les premières communautés de migrants des zones pionnières méridionales, comme celle de Touboro, encore touchée par la tsé-tsé.

20En 1990-1991, la gérontocratie musey lâche du lest et lève l’interdiction d’atteler le poney, c’est la promotion du buluma et sa revanche sur le kuluma. Le poney fait à nouveau partie des paysages et revient même dans les aires où il avait été élevé il y a plus d’un siècle. Mais simple bête de trait, ce n’est plus le même animal social. L’homologie homme-cheval n’est plus, et le poney disparaît des rituels et même des fêtes.

21En avril 2010 à Gobo, j’assiste à la grande fête musey de la kodomna. Si les danseurs grimés, avec des têtes d’animaux réelles ou fictives et leurs longues queues de cuir agrémentées de cauris paradent toujours, je me désole, avec quelques vieux Musey, de l’absence de kuluma. La foire l’emporte sur les danses rituelles et la fête tourne à la tartarinade. Dans un grand stade avec tribune, comme toujours, une chasse a été reconstituée, mais les chasseurs ne comptent que deux cavaliers, alors que, dans un passé proche, la kodomna était entièrement dédiée aux poneys rassemblés là par centaines.

Reprise d’une gravure ancienne allemande (Hermann Wagner, 1860).

Reprise d’une gravure ancienne allemande (Hermann Wagner, 1860).

Un cavalier musgum dans son environnement.

Cavaliers marba, village de Jo Gogor, 1975.

Cavaliers marba, village de Jo Gogor, 1975.

Équipement du poney et du cavalier marba-musey.

Équipement du poney et du cavalier marba-musey.

1 – Les chevillères à éperons.
2 – Cravache en peau d’hippo.
3 – Plaques frontales (bilma).
4 – Les caveçons.

Écuries marba et musgum kadey (Guirvidig).

Écuries marba et musgum kadey (Guirvidig).

Chez les Musgum du Logone, le poney se prêtait à des chasses amphibies (xixe siècle).

Chez les Musgum du Logone, le poney se prêtait à des chasses amphibies (xixe siècle).

Danseurs de la fête de la kodomna.

Danseurs de la fête de la kodomna.

LES TAURINS DU CAMEROUN, VICTIMES D’UNE SI LONGUE HISTOIRE ?

22Dans l’ouvrage Des taurins et des hommes [Seignobos et Thys, éd., 1998], nous avons, avec le vétérinaire Éric Thys, réuni des textes traitant des élevages de taurins et de leurs traces au Cameroun et au Nigeria. Un squelette de taurin (Bos taurus) nous semblait indispensable pour préciser au mieux la description de notre objet de recherche.

23Nous n’avions pas envisagé qu’obtenir un squelette entier de taurin kapsiki serait une telle aventure… Il nous a fallu tout d’abord passer par bien des intermédiaires pour distraire un taurin des imbroglios des stratégies matrimoniales et le rendre commercialisable. En 1988, nous achetons à Yenni Zrah, éleveur de Roumsiki, une bête de six ans pour 85 000 F CFA, prix quasi normal pour un mâle. On voulait mesurer la bête vivante, et elle nous a échappé, les taurins étant semi-sauvages. Pour la reprendre, un rodéo de presque une journée s’est déroulé sur des kilomètres, avant que l’animal n’ait été endormi et hissé à l’arrière d’un pick-up. Arrêtés en cours de route par la gendarmerie, au moment où l’animal se réveillait, nous avons dû palabrer plus que de coutume pour échapper à l’appétit des pandores qui réclamaient leur « motivation »… Le débitage à Maroua s’assortissait d’un accord : la viande contre un désossage intégral et minutieux. Connaissant les pratiques des bouchers africains qui livrent toujours viande et os, l’opération devait être suivie pour prévenir le retour spontané du geste quotidien, puis engager les services de quelques fourmilières pour un nettoyage intégral. À son arrivée en France, à Marseille, le squelette est resté bloqué en douane pendant plus d’une année, la rubrique « ossements fauniques » n’étant pas prévue.

24On peut définir, au Cameroun, trois poches d’élevages de taurins : en pays kapsiki, sur les monts Mandara, dernier témoignage d’un élevage occupant tous les monts Mandara et leurs abords jusqu’au Logone ; chez les Dowayo, derniers héritiers d’un élevage connu jadis dans les plaines de la Bénoué jusqu’au Tinglin et dans tout l’Adamaoua avant la conquête peule ; enfin, celle des hautes terres de l’Ouest. Chacune rend compte d’une forme particulière de cet élevage archaïque.

25Chez les Kapsiki, l’accès au taurin est ouvert à tous, et les dots continuent à intégrer un système de capitalisation-redistribution. Les stocks de bovins restent suffisants pour alimenter une circulation des femmes, plus labile encore que par le passé. Dans cette société en mutation, une autre mesure de dot, le métis taurin-zébu, voire le zébu, est apparue, avec un complément monétaire toujours plus important.

Taurins kapsiki sur le plateau entre Sir et Roumsiki

Taurins kapsiki sur le plateau entre Sir et Roumsiki

26La possession du taurin détermine, chez les Dowayo, une forme d’aristocratie, le taurin restant dans son immersion religieuse. La société dowayo se montre peu perméable à l’extérieur et démontre une incapacité à changer le rapport homme-taurin, autrement dit à lui substituer le zébu. Le dispositif agraire dowayo semble s’être plié à l’impératif de son élevage. De petites unités d’habitat sur des replats, traditionnellement disposées en fer à cheval autour d’un corral, s’ouvrent sur les pâturages ; l’ensemble, champs de case compris, s’entoure de haies d’euphorbes. Le troupeau s’égaille en brousse et revient lors de la saison des pluies en suivant une vieille vache guide. Le corral au cœur de la vie sociale est le lieu de tous les débats et c’est là, jusque dans les années quatre-vingt-dix, que les hommes tissaient. Dans cet espace soumis à maints interdits, l’entrée reste un autel, où se dressent de curieux assemblages de pseudo-mégalithes et de fourches zoomorphes (taurin) et anthropomorphes mêlées, où sont exposés les corps des défunts. Les cérémonies d’importance, comme la fête des crânes, s’y déroulent également.

27L’enterrement du Dowayo constitue l’acte premier d’entrée dans le panthéon des ancêtres, surtout pour les chefs de corrals qui, généralement, appartiennent à une lignée de grands éleveurs. On habille le cadavre d’un linceul de cuir vert d’un vieux taureau sacrifié et de tous ceux que l’on aura abattus, de peaux de chèvres et également de bandes de tissus particuliers, appelés « tapis ». Le ballot mortuaire peut atteindre une taille énorme, car on puise également dans le grenier réservé à l’entrepôt des peaux séchées que l’on humecte pour les coudre en couches supplémentaires. Plus le ballot mortuaire est lourd, plus il est difficile à traîner, plus le défunt démontre à tous la riche vie qui a été la sienne. On retrouve ici, comme chez les Kapsiki ou les Musey avec leurs poneys, la part d’humanité prêtée à l’animal qui permet à l’homme de se reproduire et de se réaliser socialement.

28J’ai sillonné pendant des mois (1990-1991) le pays dowayo pour recenser les corrals en pierres, en pieux, en euphorbes, en Ficus… ainsi que leurs troupeaux et recueillir leur histoire, accompagné d’un interprète originaire du village de Mango. En brousse, ce dernier n’a cessé de repérer des taurins, tout en soulignant systématiquement leurs comportements humains : « Regarde celui-là, il boude, il est fâché contre le maître de son enclos. » « Celui-ci derrière les herbes, avec sa tête de bandit, il a quelque chose à se faire pardonner, il a volé du mil, il va tâter de la prison… ». Un taurin attaché est rarement là pour l’engraissement, c’est un « prisonnier » qui paie pour ses actes de délinquance. Il nous a été donné d’en rencontrer quelques-uns au piquet, à l’entrée des corrals.

29Les Dowayo se montrent fiers de l’indocilité et de la liberté de leurs bêtes qui « possèdent un esprit » alors que le zébu, c’est connu, en est dépourvu, les Mbororo étant, bien sûr, d’un avis contraire. Ce monde des taurins doit produire des individus braves comme eux, les Dowayo, qui ont résisté à tous les assujettissements venus de l’extérieur : Peuls, administration coloniale, Sodecoton… Produire de la domestication, c’est produire du pouvoir de l’homme sur l’animal pour ensuite, naturellement, le capitaliser en statut social supérieur. Les Dowayo ont sciemment freiné le processus de domestication pour laisser une forme d’indépendance à leurs taurins, qui évoluent dans un monde parallèle à celui des hommes. Les taureaux castrés — qui portent un nom propre — sont dits « circoncis » et assimilés dans leur vieillesse à des humains. Avant de tuer un taurin, on s’excuse de le faire. On ne l’égorge pas, on l’assomme. Maltraiter les bêtes, contrarier leur esprit serait attentatoire à l’harmonie de la communauté des hommes, en particulier celle qui place les animaux comme pensionnaires dans un corral commun. Lorsque les services de l’Élevage disent que le Dowayo n’est pas un éleveur, ils ont mille fois raison sans toutefois bien intégrer le fait qu’un bien promu base des relations sociales n’est intelligible qu’à travers elles.

Des taurins du pays kapsiki, dans les reliefs volcaniques.

Des taurins du pays kapsiki, dans les reliefs volcaniques.

30Les différentes administrations qui se sont succédé ont voulu « relancer » ou « moderniser » l’élevage taurin. À Poli, les administrateurs coloniaux ont été séduits par l’allure de l’animal, une vache de chez eux en modèle réduit, et encore dans une campagne, au sens usuel du terme, évoquant même des alpages pyrénéens. Ils ont alors « freiné » l’arrivée des pasteurs mbororo pour préserver le développement local du taurin. Mais il s’agissait d’un malentendu, le « bœuf namchi » (nom du taurin dowayo) n’était pas à vendre. Il n’apparaît ainsi dans aucune mercuriale des archives. Toutes les tentatives d’élevage productif ont été un échec. Le taurin s’avère impropre à la vulgarisation. La gérontocratie au pouvoir doit s’appuyer sur un bien rare, le taurin, et il n’est pas question de faire prospérer un élevage qui leur échapperait. Les chefs de subdivision de Poli expriment, dans leurs rapports, leur désarroi et leur impuissance devant les hécatombes, à l’occasion de funérailles, de dizaines, voire jusqu’à plus d’une centaine de bœufs. Les tentatives pour limiter l’abattage à quatre têtes ne seront jamais respectées. À l’issue de telles cérémonies, les fils devaient pratiquement repartir à zéro pour entreprendre à leur tour leur cursus honorum.

31On a cherché à développer cet élevage mais, sans vaches laitières, un élevage peut-il être un bon élevage ? Le taurin offre sa viande et du suif pour une consommation différée, mais pas de lait. Les essais de croisements se sont soldés par des échecs, l’attelage également. Les Dowayo cherchent à échapper à la vaccination pour eux-mêmes et plus encore pour leurs taurins et n’ont que faire des produits vétérinaires. De la même façon, ils ont refusé le coton — ils disposent de leurs propres cotonniers pérennes —, ce que l’administration ne peut traduire que comme une incapacité quasi génétique de ces populations au développement.

32Cet élevage, promis depuis 1905 à une fin prochaine, disparaîtra-t-il vraiment avec les derniers tenants de l’ordre ancien ? On peut, bien évidemment, lister les menaces qui pèsent sur son maintien : la scolarisation des garçons qui prive les troupeaux de bouviers, la charge de chef d’enclos jugée trop lourde et peu gratifiante, des taurins trop libres qui multiplient les dégâts sur les champs et, enfin, l’envahissement des pâturages par les Mbororo. L’administration nationale de Poli, en devenant peule envisage l’élevage local avec commisération. Dès avant 1965, les sous-préfets ouvrent aux Mbororo l’accès aux herbages de montagne. Et — c’est une règle générale — partout où le zébu avance, il précipite la disparition du taurin.

Un quartier dowayo et son corral, région de Mango, 1990.

Un quartier dowayo et son corral, région de Mango, 1990.

Exemples de corrals, euphorbes, Ficus, pierres et pieux.

Exemples de corrals, euphorbes, Ficus, pierres et pieux.

La double porte d’un corral.

La double porte d’un corral.

Taurins dowayo au pâturage et village sous son bouquet d’arbres anthropiques.

Taurins dowayo au pâturage et village sous son bouquet d’arbres anthropiques.

Taurins kapsiki, étude.

Taurins kapsiki, étude.

Taurins (bœufs namchi), région de Poli.

Taurins (bœufs namchi), région de Poli.

Enterrement dowayo.

Enterrement dowayo.

Le ballot mortuaire en peaux de taurin est traîné jusqu’à la tombe, 1991.

Jeune Dowayo portant la dépouille d’un taurin fraîchement sacrifié.

Jeune Dowayo portant la dépouille d’un taurin fraîchement sacrifié.

LES MBORORO OU LA CHUTE DU PARADIS PASTORAL

33Le monde des pasteurs mbororo offre une éternelle matière à chromos et à reportages. La proximité avec leur bétail, véritable objet social, renvoie à un poncif de la recherche, encore que tout n’ait pas été dit sur le sujet. Les premiers Mbororo arrivés au Cameroun, via le Niger et le Nigeria, ont été les Wodaa’be, rapidement rejoints par les Jaafun entre la fin du xixe siècle et l’amorce du xxe siècle. C’est au début des années trente que les Aku font leur apparition. Les Mbororo du Cameroun et de RCA distinguent quatre races de zébus : trois races « héritées », chacune s’identifiant à une de leurs grandes fractions, et une race « adoptée ».

34Le bo’deeji ou mbororooji se présente comme le zébu le plus emblématique. Longiligne, avec sa robe acajou et sa bosse musculeuse, il est remarquable par ses grandes cornes blanches, son mufle fin, sa longue queue. Les lignages wodaa’be et jaafun, qui le revendiquent, en font un animal hors normes.

35Excellent marcheur, il ne broute pas en cours de route et ne s’égaille pas sur les pâturages. Les Mbororo n’hésitent pas à le qualifier de « musulman » car il choisit sa nourriture et, dans un passé récent, refusait les herbages précédemment pâturés par d’autres.

36Transparaît encore cette forme d’humanité qui se traduit ici dans la bravoure. On le place toujours en tête du troupeau, il est le premier à se jeter à l’eau pour traverser une rivière. C’est le « bétail des temps de guerre », « il ressent l’inquiétude des hommes » et permet de lever le camp sans bruit. Les Mbororo auraient réussi à le « surdomestiquer » tout en préservant une part d’indocilité à l’encontre de l’extérieur.

37Le daneeji est un zébu à robe blanche quasi immaculée, plus gracile que le précédent, à bosse réduite, également bon marcheur. C’est l’animal des Aku, qui se voient indifféremment appelés Daneeji du nom de leur bétail.

38Le bokolooji est un bœuf brahmane sans cornes et de format plus réduit encore que le daneeji. Il a suivi également les couloirs migratoires en provenance du Nigeria et a fait son apparition dans la Bénoué en 1970, ce dont j’ai été témoin. Le gudaali, lui, a été « inventé » par les Peuls de village (Ful’be) de l’Adamaoua. Zébu ramassé, bien en chair, à courtes cornes, il étonne parfois par son fanon et sa bosse démesurés. La robe est tachetée. De caractère placide, il pâture sur de faibles distances. Les produits issus du croisement du gudaali avec d’autres sont désignés comme mbakaleeji.

39Certaines familles de chefs mbororo (ar’do’en) ont affiné la sélection de leurs cheptels jusqu’à créer des sous-catégories reconnues. Toutefois, le nombre de saillies incontrôlées sur les pâturages entrave forcément la volonté d’homogénéité des éleveurs. Les grands éleveurs possèdent rarement un seul type de zébu. Selon la stratégie de transhumance adoptée, ils pratiquent des réajustements dans la composition de leurs troupeaux. Veut-on allonger les parcours, on augmentera les lots de bo’deeji ; veut-on les réduire, on multipliera les gudaali laissés dans le village d’attache. Le changement parfois rapide de la nature des troupeaux, qui passe souvent par l’achat de lots de zébus pour répondre à de nouvelles stratégies pastorales, n’empêche nullement le discours sur l’indéfectible attachement aux bœufs identitaires.

Un lieu commun : l’attachement du Mbororo à son bétail.

Un lieu commun : l’attachement du Mbororo à son bétail.

40Quel que soit le bovin, les Mbororo lui manifestent le même attachement et, de ce point de vue, le nouvel indicateur des élevages : le rapport homme-animal et la notion de bien-être animal, ne peut être qu’à l’avantage des Mbororo. En RCA, pendant les années cinquante, Jean Desrotour, vétérinaire, véritable créateur d’un « Mbororoland centrafricain » décrit comment les grands ardos (chefs) font parader leur bétail à la voix. Ils organisent les passages dans les bacs détiqueurs « comme de véritables numéros de cirque ». « C’est Pinder ! » s’émerveillait Desrotour [Martin-Granel, 2014]. On peut parfois se risquer à parler d’atavisme. En 2008, au cours d’enquêtes réalisées pour le compte du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) auprès de réfugiés mbororo de RCA au Cameroun, j’ai relevé les récits de leur « fitna » (guerre interne) et de leur fuite au Cameroun. Un ardo m’a alors raconté qu’une bande armée avait fait irruption dans son enclos pour le racketter. Sa présence avait perturbé le bétail, affaibli par un retour de transhumance, et certaines bêtes avaient alors chuté, et comme un seul homme, les malfrats — eux-mêmes mbororo éleveurs — avaient posé leurs kalachnikov et s’étaient précipités pour relever les bêtes afin qu’elles ne se blessent pas… Or, cette même bande s’était illustrée trois mois auparavant pour avoir exécuté de jeunes otages la rançon tardant à venir…

41Plus au nord, la vallée du Faro a constitué la plaque tournante de tous les groupes mbororo qui ont franchi la frontière du Nigeria. Cette vallée reste dans le paradis de ma mémoire, une rivière en eau toute l’année, au milieu de pâturages verdoyants et, au-dessus, l’envolée des monts Alantika. Pendant la saison sèche, depuis la terrasse du lit majeur, on embrasse sur un seul horizon cinq à sept groupes de Mbororo, avec chacun son type de zébus et leurs escoussures. Comme si la nature du cheptel, les tatouages faciaux et les coiffures respectifs ne suffisaient pas, les Mbororo renforcent leur identité par des choix vestimentaires. En 1999, les Wodaa’be portaient des boubous blancs, les Jaafun s’habillaient en bleu indigo alors que les groupes aku optaient pour des violets épiscopaux… Les troupeaux, bouviers à leur tête, de retour de l’abreuvement, se croisent pour rallier leurs pâturages, empruntant des cheminements plus méandriformes encore que le cours du Faro lui-même.

42Les Mbororo ont toujours recherché les bons pâturages, ce qui signifie plutôt un lieu où le bétail se garde seul durant tout l’hivernage (terme désuet pour désigner la saison des pluies) et depuis lequel, sans l’intervention du berger, il réintègre le soir son enclos. Le zébu qui satisfait le mieux à l’exercice est le bo’deeji, et cela ajoute encore à l’attachement qu’on lui porte.

43Inlassablement, les femmes assurent les navettes entre le campement et les villages ou les marchés sur lesquels elles vendent les produits tirés du lait. Les femmes ont toujours décoré, pyrogravé leurs grandes calebasses à lait, ici encore marques identitaires à propos desquelles on a beaucoup glosé, « arabesques sombres », « condensés de symboles ». Les intéressées disent : « C’est pour faire joli. » Les Mbororo sont reconnus comme les spécialistes incontestés du rapiéçage, celui des calebasses en particulier, endossant le rôle de l’étameur tzigane de nos villages. Quant aux hommes, voilà longtemps qu’ils se montrent fascinés par les cités, ces milieux babélisés où l’on échappe au carcan du pulaaku — code de comportement peul. Mais la ville est aussi le lieu d’une rencontre avec une mondialisation à laquelle les sociétés pastorales ne savent faire face.

Les trois grands types de cheptel mbororo.

Les trois grands types de cheptel mbororo.

1 – daneeji.
2 – bo’deeji.
3 – gudaali.

44Jusqu’en 1999, les projets de développement auxquels je participe comme conseiller scientifique (Cirad, IRD, Sodecoton) sont engagés sur des thèmes de sécurisation foncière et sur la limitation des conflits agropastoraux. On cherche à établir des gestions raisonnées, avec force cartographie, évidemment participative, d’un « territoire », en l’occurrence le lamidat de Touroua. Dans celui voisin de Tchéboa, les projets concernent la sécurisation des parcours à bétail pour les pâturages de saison des pluies, sous la tutelle de la chefferie, de la sous-préfecture, des associations paysannes… Par ailleurs, on assiste à l’accélération des transformations des cheptels liées aux péjorations du milieu. Les bo’deeji s’avérant incapables de s’adapter aux végétations de jachère et aux résidus de récoltes, les éleveurs optent en 1981 pour les daneeji, moins exigeants. Quinze ans plus tard, ils les abandonnent pour un bétail plus rustique encore et résistant à la sécheresse, celui des Peuls de village (dans la Bénoué).

45Pendant ce temps, ces mêmes sociétés pastorales vivent une crise sans précédent, totalement occultée par le monde développementiste. En effet, les territoires pastoraux dégradés par les premières sécheresses de 1973 et leurs répliques en 1983-1984 ont entraîné une descente des éleveurs des hautes latitudes vers des pâturages méridionaux. Ces derniers subissent encore l’empiétement des fronts pionniers de cultivateurs. Les familles mbororo ont aussi connu une explosion démographique jadis fortement limitée par la dureté des transhumances et l’absence de suivi sanitaire. Mais la crise touche aussi au mode d’encadrement politique. En empruntant le modèle des Peuls de village, le pouvoir des ardos devient dynastique et repose moins sur la connaissance des sciences pastorales, le savoir-faire avec les administrations s’avère déterminant. Pour la première fois, les jeunes Mbororo, dressés pour la modestie (pulaaku oblige) et le respect des aînés, se rebellent et refusent d’attendre pour devenir à leur tour bénéficiaires du système. La déficience des pâturages et les insécurités foncières poussent les jeunes à se détourner de l’élevage. Même lorsqu’ils héritent d’une partie du troupeau, ils vendent des bêtes jusqu’à compromettre sa capacité de reproduction, voire s’en débarrassent. Les pères refusent alors de confier à leur progéniture des troupeaux qu’ils ont patiemment constitués. Les fils, pour leur part, se méfient des pères qui les déjugent. Que leur reste-t-il ? Travailler la terre, activité méprisable pour un Peul, vivoter en ville… la tentation de la délinquance armée est grande…

46Les insécurités associées à cette crise éclatent d’abord en RCA, dès 1990. Les Mbororo se trouvent alors à la fois victimes et bourreaux. Les communautés sont harcelées par des coupeurs de route, les zargina, où se mêlent soldats déflatés du Tchad, éleveurs mbororo uuda’en et biibe woyla du Sahel et différents « indics » locaux. Ils passeront du racket au vol de bétail, puis au kidnapping d’enfants par centaines et, enfin, à celui de ardos, plus rémunérateur mais toujours indexé sur la vente de bétail. Cette situation conduit à une décapitalisation générale des élevages. Dans les années quatre-vingtdix et début deux mille, les Mbororo tenteront de lutter contre leurs agresseurs. Ce sera l’épopée des « archers blindés anti-zargina », milices de Wodaa’be et de Jaafun. Toutefois, les insécurités ne feront que croître et, entre 2005 et 2007, elles pousseront des milliers de Mbororo ayant perdu leur bétail à passer les frontières de RCA. On comptera 70 000 réfugiés au Cameroun, entre Touboro et Bertoua, et 20 000 au Tchad, principalement dans la région de Goré.

Calebasses pyrogravées des femmes mbororo.

Calebasses pyrogravées des femmes mbororo.

Mouvette pour tourner le lait.

Mouvette pour tourner le lait.

47Alors que les Mbororo se croyaient protégés par un État de droit, les pillages des zargina contaminent le Cameroun au début des années deux mille, reproduisant dans la Bénoué les mêmes drames que ceux vécus en RCA. Lors des pics de pillages et de kidnappings (2006-2008), les Mbororo de la Bénoué se réfugient massivement au Nigeria. On assiste à une déconnexion complète des sociétés de transhumants d’avec la sphère nationale, largement indifférente.

48Deux décennies de projets de développement dans la Bénoué disparaissaient sous les yeux des chercheurs impliqués qui ne pouvaient que formuler l’humiliant aveu de leur incapacité à prévenir ces événements.

Campement mbororo dans la Bénoué, début de la saison des pluies.

Campement mbororo dans la Bénoué, début de la saison des pluies.

LES MBORORO DU LOM-PANGAR ET LA BANQUE MONDIALE

49La région de la confluence du Lom et du Pangar était promise depuis les années quatre-vingt-dix à un grand barrage-réservoir, destiné à parfaire le système de retenues régulant le plus grand bassin du Cameroun, celui de la Sanaga. Il était présenté comme la future pièce maîtresse énergétique du Cameroun, redevable pour 90 % à la production hydraulique. Il convenait de faire déguerpir des populations, pas très nombreuses au demeurant, qui seraient indemnisées selon des critères liés à leur ancienneté dans la région, discriminant ainsi populations autochtones, mieux financées, et celles qui ne le sont pas : les « venants ».

50En 2009, la Banque mondiale, qui finance le projet, stipule que les éleveurs mbororo ne peuvent pas être éligibles comme « peuples autochtones » car ils sont « nomades ». Cette approche correspond à l’inconscient des administrations locales, nationales et internationales, qui fait de l’éleveur transhumant un « sans terre ». La faible emprise perceptible sur l’espace exploité laisse à penser que l’éleveur peut sans gêne reconduire ailleurs son activité. La revendication collective du pâturage peine à entrer dans des critères d’estimation des patrimoines immobiliers. Quant aux pratiques pastorales, toujours changeantes, elles échappent à l’abstraction.

51Les budgets sont donc calés. Gbaya, Kepere et Pol seront indemnisés sur la base de leur autochtonie et les éleveurs mbororo recevront la portion congrue. Fin 2009, la Banque mondiale décide néanmoins, pour sécuriser la décision, de mandater un expert pour confirmer cette évidente non-autochtonie des Mbororo. Cette expertise m’échoit.

52Deux types d’éleveurs mbororo se partagent les pâturages de la région. Les premiers sont des transhumants venant de Meiganga, Garoua-Boulaï, Ngaoundal, avec 30 000 têtes de bétail pour une population « embarquée » de 7 000 personnes. Les seconds, une centaine de familles (soit 650 personnes) demeurent, eux, à l’année dans le périmètre du Lom-Pangar, où ils ont converti leurs pâturages de saison sèche en villages d’attache pour des transhumances encore plus méridionales.

53À travers mon rapport préliminaire, la Banque tenait sa réponse : Mbororo « non autochtones ». De plus, les Mbororo ne répondent pas aux critères de la politique opérationnelle de la Banque mondiale sur les populations autochtones (directive PO 4.10). Toutefois, il était simplement impossible dans le contexte local d’écrire et de divulguer cela. J’ai alors bataillé une année pour convaincre la Banque qu’il fallait, concernant les « mesures d’atténuation », extraire les Mbororo de cette directive pour leur trouver une qualification plus adaptée.

54Le concept de « peuple autochtone », défini par le Haut conseil des droits de l’homme des Nations unies (HCDH), manifeste une avancée du politiquement correct qui, depuis les années quatre-vingt-dix, a remplacé « peuples indigènes », « natifs », « premiers ». Le concept, forgé pour des micro-communautés enkystées dans la forêt amazonienne, n’a pas d’acception claire et applicable dans d’autres contextes. Puis, le critère de « minoritaire » a facilité le passage à la victimisation, devant laquelle toute argumentation rend les armes pour passer le relais au militantisme.

55En Afrique, les ethnogenèses sont différentes. Tous les groupes ont bougé, se sont recomposés, ont été alternativement autochtones et migrants au cours de leur histoire. Dans cette région d’autochtonie relative et récente, les Mbororo de la région sont venus de l’ouest à la rencontre des Gbaya qui faisaient mouvement depuis l’est. Ces zones de contact forêt-savane n’ont pu être investies que tardivement par les éleveurs en raison de la pression glossinaire dans les forêts-galeries. Il a fallu attendre l’intervention des services coloniaux de l’Élevage pour éradiquer les tsé-tsé en 1955. Toutefois, les Gbaya, chasseurs-cultivateurs, n’occupaient la place que depuis moins de trois décennies. Quant aux précédentes populations mbum, elles avaient disparu de la région.

56En 1991, lors du mouvement des « Villes mortes », qui s’est soldé par de nombreux morts à Meiganga, les contestations ont ouvert la période du multipartisme au Cameroun, et les Gbaya ont posé la question de l’autochtonie : « Qui gouverne cette terre ? ». En 2011, le débat n’était pas clos dans le Lom-Pangar.

57La référence à « peuple autochtone » s’avère encore plus dangereuse dans l’environnement politique de la région. Entre 2000 et 2007, on compte plus de 70 000 Mbororo centrafricains qui, pillés par des bandes armées, ont dû franchir la frontière avec des rogatons de cheptel. Ils ne peuvent toujours pas, en 2011, retourner en RCA, au prétexte qu’ils ne relèvent pas du panel des ethnies centrafricaines : la non-autochtonie leur est ici encore opposée. Pourtant, en RCA, à partir des années cinquante, les communautés mbororo ont été mieux que nulle part ailleurs intégrées dans un État, administrativement reconnues, disposant de communes rurales d’élevage de plein exercice, parlant la langue véhiculaire, le sango. Leur poids économique n’a jamais été si important. Quand ils se refugieront au Cameroun (début des années deux mille), ils seront dispersés dans les villages gbaya jusque dans le Lom-Pangar.

58Souligner une nouvelle fois l’allotochnie des communautés mbororo pouvait évoluer en problème politique. Bien introduites auprès des ministères, les associations mbororo pouvaient être tentées de monter au créneau à Yaoundé.

59Les Peuls, sociétés prépondérantes dans les trois provinces du nord et qui se rêvent en tuteurs religieux et politiques des Mbororo, étaient susceptibles d’intervenir à leur tour. Ces « Peuls de village », qui n’ont cessé de clamer leurs origines prestigieuses « depuis le Mali » (« diga Malle » !), pouvaient se voir refuser à leur tour le brevet d’autochtonie au Cameroun.

60De surcroît, « peuple autochtone » a récemment pris un autre sens au Cameroun. En 2007, certains ministères, comme le ministère des Affaires sociales, intègrent les Mbororo aux côtés des Pygmées comme « peuple autochtone », par glissement de sens ou plutôt par amalgame avec « populations marginales ». Cette discrimination positive joue sur une simple dissemblance du point de vue somatique et une marginalité économique (discutable pour les Mbororo) au sein de la communauté nationale. Une journée « Peuples autochtones » voit à Bertoua en 2009 danser côte à côte Mbororo et Pygmées, étonnés de cette promiscuité. Alors, en 2009, dans le projet du Lom-Pangar, le gouvernement camerounais peut-il se déjuger ?

Documents transmis à la Banque mondiale.

Documents transmis à la Banque mondiale.

61En février 2010, le responsable de l’opérateur public camerounais Electricity Development Corporation (EDC), chef du projet, comprenant que l’enjeu économique pouvait devenir politique, décide que nous nous retrouvions dans le bureau du ministre de l’Eau et des Énergies. À peine l’explication donnée, le ministre annonce que la décision relève de la présidence. Ma mission est suspendue sine die.

62Pour ma part, je me suis appliqué à rechercher une autre formulation pour atteindre d’autres types de compensations, à travers des notes successives à la Banque mondiale. Dans le contexte de crise de leur mode de pastoralisme, les Mbororo pouvaient aisément et à juste titre apparaître comme des communautés vulnérables. Or « population vulnérable » relève d’une entrée de la grille de classification de la Banque. Je m’y suis engouffré, tout en m’appliquant à convertir à mes vues mes interlocuteurs de la Banque mondiale Yaoundé et de la Banque mondiale. Malheureusement, à Washington, on a écarté mes arguments : pas question de céder sur le dogme de la politique opérationnelle de la Banque. De plus, le Cameroun n’aurait pas officiellement fait état de ses « peuples autochtones ».

63Toujours dans l’attente d’une réponse de la présidence — qui ne viendra d’ailleurs jamais —, je me vois soudain tenu pour responsable du blocage du projet par les officiers traitants de Washington. Le président Biya veut poser la première pierre du barrage en juin 2011. Ma « mission officielle » sur le terrain est alors programmée dans l’urgence. Début février 2011, je suis à Bétaré-Oya. L’atmosphère autour du futur barrage est délétère. L’administration centrale camerounaise a commandité une campagne d’indemnisation bien après celle des bureaux d’étude intervenus à l’origine du projet. Le recensement tourne à la farce, les agents se laissent acheter pour composer les listes d’ayants droit. La Banque cherche à reprendre la main et à revenir sur ses protocoles formels, c’est la confusion.

64Pour rencontrer les leaders mbororo intéressés, je bénéficie d’une chance inouïe. Ils ne sont pas encore partis inspecter leurs troupeaux au sud, en vue de préparer la remontée de la transhumance, mais sont tous regroupés à Bétaré-Oya pour la passation de pouvoir du nouveau sous-préfet. J’organise des entretiens avec une quinzaine d’entre eux et prévois des rencontres ultérieures dans leurs campements respectifs. Je travaillais depuis longtemps avec ces communautés et cela m’a permis de boucler rapidement mon rapport : pertes de territoires pastoraux, nature des pâturages, difficultés pour les circuits de transhumance… Les demandes n’étaient pas que financières. Ces éleveurs, encore démunis quant à l’usage de leurs nouveaux pâturages guinéens, cherchaient aussi un accès à des produits vétérinaires autres que ceux Made in China ou Made in India, pour soigner trypanosomoses, dermatoses, pyroplasmoses…

Documents transmis à la Banque mondiale.

Documents transmis à la Banque mondiale.

65Tandis que mon rapport final, où j’avais souscrit aux critères de non-autochtonie en échappant au mieux au piège rhétorique, était à moitié rédigé, lors d’une visio-conférence avec Washington depuis Yaoundé, un officier traitant me fait part d’une lacune majeure : l’expert doit envoyer des photos qui prouvent sa présence sur le terrain et faire signer les quinze responsables ar’do’en interviewés… Je m’étais déshabitué de l’usage d’appareils photo argentiques ou numériques lors de mes enquêtes ; toutefois, pendant ces rencontres, j’avais dessiné une majorité des protagonistes et même noté dans quelques bulles des échanges en foulfouldé. J’ai donc envoyé ces croquis… pas de réponse ni de nouvelle demande…

66Les Mbororo savent que, face à l’administration, ils sont toujours perdants, aussi attendent-ils peu d’aide de l’extérieur, dont ils redoutent plutôt les initiatives. Ces mêmes communautés ont connu, toujours au Cameroun, d’autres expériences de barrages de retenue ennoyant leurs pâturages : Mbakaou en 1969, Ndop Bamendjin en 1974 et la Mapé en 1988. Partout, les éleveurs ont été les plus mal lotis. C’est au budget camerounais que revient le financement des compensations. Pour le Lom Pangar, le monde pastoral attend toujours.

Éleveurs mbororo et leurs troupeaux au sud de l’Adamaoua.

Éleveurs mbororo et leurs troupeaux au sud de l’Adamaoua.

TROUPEAUX EN MARCHE

La remontée de la transhumance (menée par les Hontorbe, Biibe Woyla et Uuda’en), le long de la rive droite du Chari, en face de Niellim.

La remontée de la transhumance (menée par les Hontorbe, Biibe Woyla et Uuda’en), le long de la rive droite du Chari, en face de Niellim.

67On peut admirer un spectacle sans être ému et être touché par un autre sans trop savoir pourquoi. Mais que ressentir devant le théâtre de la transhumance en marche ? J’affirme que les remontées des éleveurs mbororo, en avant des fronts de pluie, vers les pâturages du nord, le long de la berge orientale du Chari (1976, 2006), celles du Batha de Laïri et, plus au nord vers le lac en direction des mares natronées de Kokordé sur le Bahr-el-Gazal, restent comme un moment privilégié dans une vie.

68Discipline totale, visages fermés, chacun est responsable de ses animaux et de sa marche. Dans ce chapelet sans fin, chaque groupe avance conduisant à la voix son troupeau de bovins devant, celui d’ovins — pas de chèvres, trop indisciplinées — derrière avec les bœufs porteurs, le mufle relevé par la rêne de naseau, chargés des impedimenta, femmes et jeunes enfants hissés au-dessus. Les hommes, sur leurs chevaux, opèrent des va-et-vient pour réguler ce flot qui s’écoule des heures durant, en gardant les distances à coups de trompe. Du nuage de poussière dégagé par les troupeaux, rapidement emporté vers la brousse, ne reste qu’une sorte de brume vaporeuse qui enveloppe tout un peuple en marche. Cette organisation, réglée comme un défilé, contraste avec bien d’autres scènes de vie pastorale plus brouillonnes comme celle des troupeaux mugissants, pressés par la soif, conduits auprès des abreuvoirs lenticulaires d’argile construits sous les berges des mayos ensablés. Là, des bergers endiablés et voltigeants frappent du bâton les cornes des zébus pour les discipliner. L’un d’entre eux, dressé en équilibre sur une colonne de terre au centre de l’abreuvoir, cherche à répartir au mieux les bêtes tout autour, toujours, du bâton. Partout chez les Peuls, le bétail semble une inspiration sans fin d’onomatopées et de huchements.

69La rencontre des moutonniers mbororo uuda’en m’a conduit à beaucoup photographier, puis à dessiner, ces surprenants ovins sahéliens. Issus de lointains stocks d’ovins du Tassili, les moutons uuda sont grands, à longs poils, avec une livrée bicolore (l’avant est noir, l’arrière blanc), un chanfrein busqué et de longues oreilles pendantes. Les troupeaux obéissent au berger qui, sifflant et clappant de la langue, les conduit vers les formations à épineux. Il sait leur faire accélérer ou ralentir l’allure. À la moindre alerte, les moutons font bloc et se pressent contre lui. Le sayon parfois enroulé autour de la taille, les braies courtes, une petite hache à l’épaule et un long bâton à crochet à la main pour rabattre les branches d’acacia, il évoque le pâtre des Écritures.

70Plusieurs fois j’ai pu observer des migrations de Uuda moutonniers, prenant en écharpe le bassin du lac Tchad entre Niger et plaines du Chari-Logone. Ainsi, à Mafaling, de grandes pirogues du chef de fleuve baguirmien, où étaient entassés couchés sur le dos les pattes en l’air des moutons uuda, traversaient le Chari. Les Uuda’en possèdent aussi des caravanes d’ânes pour transporter leur bric-à-brac de pasteurs qui, lors de la traversée du fleuve, est entassé dans le fond de la barcasse du passeur. Quant aux ânes, le museau plaqué sur le bord de l’embarcation et la tête maintenue par les oreilles, ils nagent au plus près de la pirogue. Les bovins traversent les biefs profonds par grappes d’une dizaine, reliés par le cou et répartis en couronne autour d’une pirogue. Deux hommes sont à la manœuvre, à l’avant et à l’arrière. Au centre, le bouvier tient les cordes tout en versant de l’eau sur les têtes apeurées qui émergent à l’aide d’une calebasse, ce qui leur masque — disent-ils — la distance à la berge. Dans l’interfluve Chari-Logone, d’autres groupes uuda en transhumance remontent vers le nord-ouest, le Niger, fuyant le gros des pluies. Ils sont accompagnés de leurs dromadaires, toujours couverts de vieilles blessures qui en font des bêtes comme rapiécées, curieusement appareillées de tabliers de cuir sur les flancs avec des poches décorées de cauris, dans lesquelles les Uuda placent côte à côte leurs jeunes enfants et les agnelets ne pouvant suivre la transhumance. Seules les têtes dépassent avec, en alternance, un ou deux enfants, un agneau, un enfant, trois agneaux… Comment mieux manifester cette intimité entre l’homme et l’animal.

Transhumance des Biibe Woyla vers les pâturages du lac Tchad.

Transhumance des Biibe Woyla vers les pâturages du lac Tchad.

Abreuvoirs lenticulaires d’argile, entre Balaza et Petté.

Abreuvoirs lenticulaires d’argile, entre Balaza et Petté.

Mbororo uuda’en et moutons bicolores.

Mbororo uuda’en et moutons bicolores.

Traversée du Chari par les zébus, à Kousseri.

Traversée du Chari par les zébus, à Kousseri.

Transbordement de moutons uuda, sur le Chari, à Mafaling, sous l’œil de l’Alifa Ba, chef de fleuve baguirmien, avec le concours d’une de ses grandes pirogues cousues.

Transbordement de moutons uuda, sur le Chari, à Mafaling, sous l’œil de l’Alifa Ba, chef de fleuve baguirmien, avec le concours d’une de ses grandes pirogues cousues.

CHRONIQUE CANINE

71Le chien fait partie du quotidien de l’enquêteur. Des chiens viennent toujours à votre rencontre lors des visites à des informateurs ou pour le levé des concessions, des parcellaires… Ces sloughis, souvent agressifs, constituent pour l’étranger un fléau dont il faut avoir appris à se protéger. C’est particulièrement le cas dans les campements de pêcheurs sur lesquels veillent ces lévriers à poil ras, à la robe gris rosé ou légèrement bringée, aux oreilles courtaudées, généralement bien nourris. S’ils n’ont pas les lettres de noblesse du lévrier touareg de l’Azawagh, j’ai pu en observer de beaux spécimens sur les rives du Chari, entre Bousso et Niellim. Ils gardent le campement, les claies de poissons mis à sécher et les bouteilles d’huile de poisson enfoncées dans le sable. On peut être confronté au chien qui recule à peine l’on se penche pour ramasser une pierre, à celui qui, en dépit des menaces, vous contourne et revient par-derrière et, enfin, à ceux qui attaquent en meute, à la façon des lycaons.

72Élevage ancien s’il en est, celui du chien n’a pas suscité d’étude privilégiée dans le bassin du lac Tchad, hormis un article sur les chiens du Logone du toujours précurseur Igor de Garine [Garine, 1999], une étude sur les noms donnés aux chiens chez les Tupuri, du père Silvano Zoccarato [1992] et une autre de Éric Thys et al. [1982] sur la cynophagie dans le célèbre marché de Mayo-Plasla sur le piémont ouldémé. Convergeant depuis les plaines du Logone vers les monts Mandara, de curieux maquignons conduisent chacun une demi-douzaine, ou plus, de chiens, tenus par des licous à l’extrémité d’un bâton. Avant d’être vendus, ces chiens passent par une période d’engraissement. Dans les marchés de Mayo-Plasla ou du col de Méri, le chien est battu à mort dans un sac, non seulement pour que le sang se répartisse dans les tissus, mais aussi parce que son sang ne saurait être vu. On ne peut porter le fer sur lui, car tuer un chien à la lance ou au couteau relève du meurtre. Puis on le flambe pour enlever ses poils, la découpe s’effectue en gardant la peau. Les groupes les plus ouvertement cynophages sont les montagnards. Ailleurs, certains clans « croquent la viande de chien », d’autres pas. Cette viande demeure, quasiment pour tous, un interdit alimentaire pour les femmes non ménopausées.

73En observant les groupes accroupis occupés à manger en silence, j’ai toujours pu constater une sorte de recueillement. La viande de chien serait porteuse de vertus thérapeutiques et se consomme bouillie avec du sel de potasse, puis grillée. Chez les Plasla, Gemzek, Zulgo, Mboku, sa préparation et son ingestion se pratiquent impérieusement hors des concessions et dans des marmites qui n’entreront jamais dans les cuisines des femmes.

74Dans le passé, au retour des lazarets à varioleux et si l’on avait échappé à la mort, la consommation de viande canine s’imposait. Au-delà, sa mandication visait à une sorte de revirilisation, et la pénurie de viande canine a entraîné des rixes signalées dans les rapports des administrateurs coloniaux de Mora.

75Le chien, « meilleur ami de l’homme, tué de façon barbare et mangé ? », là n’est pas la question. La genèse de cet élevage, dont certains traits semblent perdurer dans les monts Mandara septentrionaux, s’avère autrement plus digne d’intérêt. Le chien, si proche de l’homme, en serait l’évident substitut. Chez les Mofu et les Mafa, un chien pouvait être enterré comme un homme, cousu dans la peau d’une chèvre. Au moment du sacrifice aux ancêtres, le chien de la maison devait bénéficier de sa part. Lors de certains événements, le chien pouvait se révéler doué de parole. Chez les Mboku, on ne pouvait maltraiter sans raison un chien sans prendre le risque d’arrêter la pluie. Les chiens étaient comptabilisés comme prémices des compensations matrimoniales chez les Vame-Mbreme et les Podokwo. L’image hypervalorisée du chien renvoie aux figures de mythe, où il apporte à l’homme et le feu et le mil, et c’est également, par son omniprésence, un personnage clé dans les fabliers.

76L’adéquation homme-chien est encore plus manifeste dans un rite majeur, celui du « chien coupé en deux », chiot tranché vivant, par le milieu, pour sceller la fin d’un grave conflit guerrier. Si les deux parties sont inégales, il revient au groupe le plus valorisé de tenir la tête et à l’autre de se saisir de l’arrière-train. Dans le cas contraire, le chien est ouvert le long de la colonne vertébrale. Au cours de cette cérémonie, le discourant expose les causes du conflit, les morts occasionnées et, enfin, la volonté de paix commune aux deux protagonistes. Chacun repartira avec sa moitié de chien pour la consommer ou l’enterrer chez lui. Les administrateurs coloniaux ont largement usé de ce rite comme médiation pour pacifier les plus turbulents des massifs des monts Mandara. Notre collègue Jean-Gabriel Gauthier, « l’homme des Fali de Ngoutchoumi » (montagnards du Nord-Cameroun) est venu en ses vertes années (1956), peu avant l’Indépendance, avec une caméra, à la recherche de sujets ethnographiques. Il choisit ce tableau du serment du chien, invitant pour l’occasion des « dames » de la société coloniale de Garoua. Longtemps après, j’ai trouvé dans les archives de poste des plaintes d’administrateurs rédigées en ces termes : « Pour nos commandements, le serment du chien rompu en deux nous permettait de recouvrer la paix pour de longues années parmi les groupements païens de montagne […]. Devenu un spectacle touristique, il n’aura plus de raison d’être. » Suivaient des considérations désabusées sur les conséquences de ce tourisme naissant quant à l’exercice de l’autorité administrative.

Poterie tripode pour cuire la viande de chien (Kapsiki).

Poterie tripode pour cuire la viande de chien (Kapsiki).

Épaulette et bouton de l’uniforme d’un administrateur colonial des années cinquante.

Épaulette et bouton de l’uniforme d’un administrateur colonial des années cinquante.

Commerce de chiens, maquignon sur les piémonts des Mandara (Mofu Gudur).

Commerce de chiens, maquignon sur les piémonts des Mandara (Mofu Gudur).

Marché de viande canine (Mayo Plasla).

Marché de viande canine (Mayo Plasla).

Serment de réconciliation avec un chien coupé en deux sur une limite, en présence du « commandant », chez les Mofu de Méri.

Serment de réconciliation avec un chien coupé en deux sur une limite, en présence du « commandant », chez les Mofu de Méri.

Table des illustrations

Titre Tête de poney musey.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Taurins dowayo dans « la vallée des roniers ».
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre « Le cheval des rochers », reconstitution dans les monts Mandara, vers le xvie siècle.
Légende Le poney a été jusqu’au xixe siècle répandu tant sur les reliefs que dans les plaines amphibies du bassin du lac Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Cavalier marba, village de Jo Gogor, 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Étude de cavaliers musey.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Hydrocyrus columbial.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Un buluma attelé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Reprise d’une gravure ancienne allemande (Hermann Wagner, 1860).
Légende Un cavalier musgum dans son environnement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Cavaliers marba, village de Jo Gogor, 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Équipement du poney et du cavalier marba-musey.
Légende 1 – Les chevillères à éperons.2 – Cravache en peau d’hippo.3 – Plaques frontales (bilma).4 – Les caveçons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Écuries marba et musgum kadey (Guirvidig).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Chez les Musgum du Logone, le poney se prêtait à des chasses amphibies (xixe siècle).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Danseurs de la fête de la kodomna.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Taurins kapsiki sur le plateau entre Sir et Roumsiki
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Des taurins du pays kapsiki, dans les reliefs volcaniques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Un quartier dowayo et son corral, région de Mango, 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Exemples de corrals, euphorbes, Ficus, pierres et pieux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre La double porte d’un corral.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Taurins dowayo au pâturage et village sous son bouquet d’arbres anthropiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Taurins kapsiki, étude.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Taurins (bœufs namchi), région de Poli.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Enterrement dowayo.
Légende Le ballot mortuaire en peaux de taurin est traîné jusqu’à la tombe, 1991.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Jeune Dowayo portant la dépouille d’un taurin fraîchement sacrifié.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Un lieu commun : l’attachement du Mbororo à son bétail.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Les trois grands types de cheptel mbororo.
Légende 1 – daneeji.2 – bo’deeji.3 – gudaali.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Calebasses pyrogravées des femmes mbororo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Mouvette pour tourner le lait.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Campement mbororo dans la Bénoué, début de la saison des pluies.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Documents transmis à la Banque mondiale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Documents transmis à la Banque mondiale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Éleveurs mbororo et leurs troupeaux au sud de l’Adamaoua.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre La remontée de la transhumance (menée par les Hontorbe, Biibe Woyla et Uuda’en), le long de la rive droite du Chari, en face de Niellim.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Transhumance des Biibe Woyla vers les pâturages du lac Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Abreuvoirs lenticulaires d’argile, entre Balaza et Petté.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Mbororo uuda’en et moutons bicolores.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Traversée du Chari par les zébus, à Kousseri.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Transbordement de moutons uuda, sur le Chari, à Mafaling, sous l’œil de l’Alifa Ba, chef de fleuve baguirmien, avec le concours d’une de ses grandes pirogues cousues.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Poterie tripode pour cuire la viande de chien (Kapsiki).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Épaulette et bouton de l’uniforme d’un administrateur colonial des années cinquante.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Commerce de chiens, maquignon sur les piémonts des Mandara (Mofu Gudur).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Marché de viande canine (Mayo Plasla).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Serment de réconciliation avec un chien coupé en deux sur une limite, en présence du « commandant », chez les Mofu de Méri.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25092/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540