Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Chapitre 3. Autour de l’agriculture

Texte intégral

LA FORCE CACHÉE D’UN OUTILLAGE INDIGENT

1Mon collègue et ami François Sigaut s’interrogeait, à juste titre, sur le peu d’intérêt des géographes pour les outils agricoles dans leur lecture des paysages alors qu’ils contribuent largement à les façonner. Comment ne pas subir une attirance pour des objets capables de révéler beaucoup de l’intimité des hommes avec leur travail ? Comment ne pas être séduit aussi par ces instruments triviaux dans lesquels on suppute la tentation esthétique qui se confond avec le style, produit inconscient du groupe d’appartenance. J’ai dessiné avec ferveur des outils et les gestes clés de leur utilisation, ce que ma seconde formation d’anthropologue me poussait à faire, et j’ai participé à maintes expositions. J’ai rassemblé mes fiches muséographiques pour en dresser des tableaux par famille d’outils et j’ai, le plus souvent, opté pour un dessin au trait épuré, un peu comme celui retenu pour les objets « ethniques » dans l’ouvrage indépassé de Renate Wente-Lukas [1977]. J’ai par ailleurs défendu la cause de certaines houes performantes comme la bananga musey, interdites un temps par certaines structures de développement comme la Société de développement du coton du Cameroun (Sodecoton) en ce qu’elles auraient gêné la diffusion de la charrue et empêché l’application de l’itinéraire technique imposé début 1990.

2Subjectivement, certaines houes semblent remonter à la nuit des temps et, pourtant, au regard de la rapidité de leur disparition actuelle et au vu des types de fer « anciens » découverts fortuitement ou sur des sites de fouilles, c’est sans doute leur côté éphémère qui mériterait d’être retenu. Parmi ma collecte de dizaines de houes, entre 1970 et 1980, combien demeurent en service en 2015 ? Très peu.

3Les instruments aratoires appartiennent à deux grandes familles : l’une, celle des houes droites, dérive de l’iler ; l’autre est représentative des houes coudées, de type daba. Parties l’une du nord-est du lac Tchad et l’autre de l’ouest, elles s’entrecroisent au sud, dans les plaines de la haute Bénoué.

4La première famille commence, dans le Wadday, avec de longs manches et une position très éloignée du sol. Elle évolue vers des mouvements courbés (chez les Niellim, Sara, Ngambay), puis vers une position accroupie (chez les Dowayo, Dii, Peere) avec les petites ratissoires. Ces outils, poussés vers l’avant, peuvent devenir des houes droites à billonnage par l’ajout d’une palette de bois qui fait corps avec le manche et maintient le fer dans une sorte de trident.

5Pour la deuxième famille, les instruments dérivés de la houe coudée sont utilisés par des paysans penchés sur le sol. Outils élémentaires, ils rendent compte d’une infinité de montages du fer (douille ou soie). Ils se sont diffusés à partir de l’entité politique du Bornou, royaume qui a dominé la partie occidentale du bassin du lac Tchad depuis le XIIe siècle. Ils ont influencé le Baguirmi et les plaines du Logone. Ces instruments sont postérieurs à ceux de la première famille, portée, elle, par des courants migratoires et/ou civilisationnels si bien que, au sein même de la famille des houes coudées, on rencontre des formes d’enkystements relatifs à ces outillages plus anciens, au Baguirmi ou comme chez les Gidar, par exemple.

Houe mafa gid keda (tête de chien).

Houe mafa gid keda (tête de chien).

La partie travaillante dépasse 40 cm pour celle des hommes. Sur la face interne, on remarque la trace des coups de marteau de pierre.

6Les houes coudées peuvent également être équipées de palettes de bois, comme celles à billonnage des Marba et des Musey. On retrouve encore dans l’interfluve Chari-Logone, où s’exerce une forte diversification d’outils, des billonneuses à ergot ou à patin.

7Entre ces deux grands ensembles, des zones de contact peuvent être plus ou moins tranchées. Dans la région de Poli, les Dowayo disposent de petites ratissoires, avec toujours un travail à l’avant, alors que leurs voisins, Camba et Koma, sont équipés de daba. Ailleurs, certains groupes ont composé avec les deux types d’outils, comme les Gori, Sarwa, Niellim, par exemple, créant parfois des instruments spectaculaires et dont la morphogenèse semble difficile à établir. La palette de bois occupe la partie travaillante, mais elle se prolonge après le manche par un ergot démesuré — de plus d’un mètre — pour rabattre les hautes herbes.

8On ne peut passer sous silence les familles de houes à surliure qui, depuis le revers de l’Adamaoua jusqu’aux zones forestières incluses, ont vocation à monter des billons, circulaires ou longilignes, qui aujourd’hui disparaissent devant des fers manufacturés. On compte, parmi elles, les outils les plus lourds, mais aussi les plus déroutants par leurs systèmes d’accroche au fer.

9L’étude de ces outils permet de s’interroger sur l’objectif du travail de la terre : est-ce son retournement ou simplement le nettoyage des herbes ? Cherche-t-on à cisailler les plateaux de racines et à quelle hauteur ? Pour quel usage ? Billons, andains écobués… La comparaison des outils à manches droits à ceux à manches coudés fait apparaître des gestuelles et des comportements ergonomiques bien différents. Ce qui semble déterminant est la proximité avec la terre, qui induit une connaissance plus fine des adventices, des nuances édaphiques de la parcelle et de leurs entomofaunes.

10Pour la plupart des houes, le travail de la main qui ne tient pas constamment le manche est majeur. Elle achève d’arracher les adventices pour les entasser et créer de mini-buttes entre les pieds de mil, limitant le ruissellement au sol. Elle écrase les mottes de terre, pratique les démariages, désenroule les tiges de niébé ou de cucurbitacées enserrant des cannes de sorghos.

11Cette intimité du paysan à la terre fait que le simple son de la houe sur le sol permet sa caractérisation, déterminant parfois le type de culture à pratiquer. Cette connaissance auditive s’exprime dans une désignation des sols par des idéophones — sous-système lexicalisé — qui parfois s’inspirent d’onomatopées. Elle renseigne sur les rythmes qui règlent l’effort dans le travail des sols, à sec ou gorgés d’eau… Plus encore, ces idéophones permettent d’entrer dans la nuance des sols intergrades non référencés dans la langue. Ils renseignent toutefois moins sur les qualités agronomiques des sols que sur la facilité ou la pénibilité de leur mise en culture. Ces connotations étaient à ce point prégnantes qu’elles servaient à définir chez les hommes certains types de caractères ou de postures.

12L’instrument aratoire, au Tchad comme au Cameroun, semble un élément de l’agrosystème, tantôt moteur, tantôt passif, qui a longtemps porté les couleurs de l’ethnie. Objet de diffusion chargé de subjectivité, il s’impose parfois à travers des sociétés considérées comme implicitement supérieures. Ces outils, formellement si différents, s’avèrent de fait très polyvalents et interchangeables. Ce sera la principale cause de leur rapide disparition devant les productions d’ateliers de forgerons a-ethniques.

Ratissoire dowayo en bois de Diospyros mespiliformis.

Ratissoire dowayo en bois de Diospyros mespiliformis.

On remarque sur le manche de la ratissoire les pré-empreintes de la main, en particulier la place des doigts, index et majeur.

Houe à surliure des Nyam Nyam de Galim.

Houe à surliure des Nyam Nyam de Galim.

13Lorsqu’on travaille sur un temps long dans des projets de développement, on est tenté de pratiquer par uchronie et de repenser les phases de l’histoire du développement. On peut avoir le sentiment d’un rendez-vous manqué entre le monde des développeurs et les sociétés autochtones. À partir des années cinquante, le mode de développement productiviste, à ce point prégnant, et l’assurance — pour ne pas dire la foi — en notre enseignement agronomique ne peuvent permettre une approche partagée. Si la rencontre s’était produite sous les auspices du « développement durable » des années deux mille à deux mille dix qui combinent sensibilité à la lutte contre l’érosion, maintien de la biomasse et entretien de l’agrobiodoversité, on peut se prendre à imaginer une possible fusion entre pratiques locales et propositions exogènes… Toutefois, qu’aurait-on véritablement pu faire avec l’explosion démographique qui se profilait et qui submerge actuellement les régions tropicales de l’Afrique, relançant sur fond de mondialisation un retour vers des projets volontaristes au niveau des institutions nationales.

Un exemple de famille de houes coudées, à billonnage, Tchad.

Un exemple de famille de houes coudées, à billonnage, Tchad.

1 – Ndam (Kouno).
2 – Sarwa.
3 – Kwang (village de Kawalké).
4 – Kwang (village de Ngam).
5 – Gabri.
6 – Mobu.

Houes droites (zigin) des Gidar (Lam), leur maniement.

Houes droites (zigin) des Gidar (Lam), leur maniement.

Andains écobués dans la plaine du Logone, arrière-pays de Kim (1975).

Andains écobués dans la plaine du Logone, arrière-pays de Kim (1975).

Carte ethnique (nord du Cameroun et Tchad méridional).

Carte ethnique (nord du Cameroun et Tchad méridional).

Carte de situation, toponymes.

Carte de situation, toponymes.

INSTRUMENTS ARATOIRES ET IDÉOLOGIE SOUS LES TROPIQUES

14Les cultivateurs du nord du Cameroun sont-ils de vrais paysans ? La question taraude chercheurs et développeurs jusque vers les années quatre-vingt. Le géographe Jean Dresch, lors de ses premières observations dans les monts Mandara [Dresch, 1952], au vu des terrasses et de cette agriculture intensive, leur décerne le titre de « vrais paysans noirs ». Pour les autres cultivateurs des plaines, on continuait à s’interroger… Les premières pluies venues, ceux du Diamaré ne se précipitent pas chez les forgerons pour faire reprendre leurs fers de houe, en acquérir de nouveaux, choisir le manche qui tiendra la saison. Ces démarches s’effectuent sans enthousiasme, au milieu de la réfection, toujours en retard, du chaume des toitures. On profite encore un peu des derniers cabarets à bière de mil, et on laisse passer les semis précoces… ce que fustigera régulièrement, encore dans les années quatre-vingt, Le paysan nouveau, organe de propagande agronomique de la Sodecoton.

15Le métier de cultivateur est perçu comme un travail subi qui permet de survivre. Les sociétés musulmanes, comme celle des Peuls, lui ont dans le passé manifesté une aversion certaine. L’islam lui-même dans ses adith se défie de ceux qui travaillent la glèbe. Jusque dans les années soixante, il est malvenu de cultiver dans la boue des jardins. Depuis, le maraîchage a, par les revenus qu’il procure, démontré son intérêt et permis de remiser au second plan les obsessions d’impureté. Quant à la charrue, elle ne sera guère mieux traitée. Le plus souvent dépourvue de roulette, traînée au sol jusqu’au champ par un bœuf, elle sera rarement hissée sur le bât d’un âne. Un Frère de la mission catholique de Lara, issu d’un milieu paysan du nord de la France, un peu désabusé, me faisait en 1983 part de cette réflexion : « Comment peuvent-ils être des paysans sans aimer leurs outils ? »

16Dans les années vingt, l’indigence des « houes indigènes » est partout mentionnée, hormis pour la culture des tubercules, et l’on dénonce le grattage primitif du sol par ces sortes de hoyaux. Ce que l’on n’appelle pas encore le développement va, dès la fin des années trente, pousser à l’introduction de la charrue. En 1945-1946, la charrue est présentée dans les rapports des agronomes coloniaux comme un outil « non seulement agricole, mais idéologique ». Il faut maîtriser la nature, l’exploiter et retourner la terre sur de longs sillons grâce à de lourdes charrues. Seul cet outil permettrait de démultiplier les surfaces emblavées pour atteindre « l’indépendance alimentaire ».

17Au cours des décennies soixante et soixante-dix, les politiques de développement consistent d’abord à encadrer les cultivateurs dans des « paysannats » (projet Semnord, secteur de modernisation du nord). La Sodecoton, de son côté, voudra faire de ses « planteurs » des laboureurs. Diffuser la culture attelée sera un combat gagné par la Sodecoton. La grille de production cotonnière est alors corrélée au niveau d’équipement agricole jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix. Le schème évolutif doit s’appuyer sur un « laboureur » performant et toujours mieux équipé, véritable modèle qui ne manquerait pas de l’emporter face à des communautés villageoises « égalisatrices » voire « nivélatrices ». Pourtant, il a fallu déchanter face au faible taux d’acquisition de corps sarcleurs et de Tiller… et désespérer devant le faible enthousiasme des cultivateurs pour l’achat de charrettes…

Culture attelée avec une paire de zébus.

Culture attelée avec une paire de zébus.

18Une surenchère se manifeste très tôt pour que les communautés africaines, y compris celles en partie non vêtues, puissent être dispensées de la phase « culture attelée ». En 1948, on installe une station au cœur des monts Mandara, à Koza chez les Mafa, pour passer directement à la tractorisation. Cette idée sera reprise dans la région de Touboro, chez les Mbum, à la fin des années quatre-vingt, avec un matériel mieux adapté en motorisation légère (tracteur Bouyé). Cela a été un échec, et l’expérience s’est arrêtée en 1992. N’avait-on pas impunément brûlé une étape historique, celle du laboureur, seule « transition logique », s’accompagnant de tous les essais possibles autour des attelages : bovins, équins, asins, mais qui tous allaient vers plus de traction de charrues légères.

19L’idéologie fondée sur la charrue devait dominer jusque dans les années quatre-vingt-dix. À cette époque, j’ai co-dirigé un numéro de revue sur les instruments aratoires en Afrique noire [Seignobos et Peltre-Wurtz, 1984]. J’ai dû batailler contre le comité scientifique pour maintenir une contribution (« La culture attelée : un progrès dangereux ») qui évoquait pour le Tchad l’action négative de la charrue sur les terres. Dans le discours développementiste de l’époque, il est alors politiquement incorrect d’associer la charrue à l’érosion.

20Pourtant, dans le monde du développement, le vent tourne, la lutte contre l’érosion, la limitation des intrants, la préservation de la biomasse deviennent prioritaires. La Sodecoton cherche à échapper à sa mise en accusation par les agences d’aide : la culture cotonnière use les sols et favorise l’érosion. À l’orée des années deux mille, elle va alors opter pour la nouvelle révolution idéologique proprement écologique : les semis direct sous couverture végétale (SCV). Le nouveau paquet technologique SCV maintient les résidus de récoltes sur les champs. Les mauvaises herbes, enfin réhabilitées, deviennent des plantes de couverture qui rejoindront d’autres plantes d’accompagnement introduites. Le travail du sol n’est plus mécanique, on l’abandonne aux systèmes racinaires du Stylosanthes et autres Mucuna et à l’entomofaune. Les effets recherchés vont d’une meilleure rétention de l’eau jusqu’à, bien sûr, une limitation de l’érosion.

21Le discours idéologique s’est déplacé de la charrue à la biomasse, mais il reste de même nature dans sa rhétorique. Il convient de dénigrer ce qui vient d’être fait, tout en amplifiant la portée de la nouveauté et les résultats attendus. Le dénigrement du passé, à savoir de l’agriculture productiviste, oblige la Sodecoton à un véritable revirement idéologique qui, forcément, laisse pantoises les communautés locales ayant baigné dans le tout-mécanisation agricole et qui sont brusquement tenues à tout désapprendre. Elles avaient fini, avec le temps, par adhérer à cette agriculture formelle qui les faisait vivre et, pour certaines, prospérer, ces dernières années. Plus que des outils, ces matériels aratoires constituent des marqueurs sociaux et aussi des biens facilement mobilisables pour un deuil, le versement d’une dot. Les SCV représentent le même saut qualitatif que jadis la charrue, néanmoins le retour au bâton à fouir laisse le cultivateur dubitatif. Il apparaît, désormais, sous forme de canne planteuse pour percer le mulch et déposer les granulés d’engrais et, au mieux, sous celle d’une roue semeuse et d’un rouleau… sans oublier les doses de glyphosate qu’il est convenu de taire.

Culture attelée azine et charrue légère, piémonts des monts Mandara.

Culture attelée azine et charrue légère, piémonts des monts Mandara.

22Dans les cercles du développement, on reste sur l’idée, jamais validée, que les cultivateurs, êtres raisonnables — au sens occidental — se montreront désireux de conduire au mieux une activité rentable, ce qui ne pourra se réaliser qu’à travers la « professionnalisation du monde paysan ». Le stéréotype du cultivateur fait fides modèles sociaux, des comportements vis-à-vis de l’emprunt, de l’endettement, des relations de réciprocités, des circuits de compensation matrimoniale, de cursus honorum… On va à l’échec, mais on le mettra derechef sur le compte des « pesanteurs sociales » et, mieux encore, on parlera de « milieu social verrouillé ».

23L’idée d’un mode d’agriculture globalisant, dans le passé la culture attelée et dans les décennies deux mille et deux mille dix les SCV, n’est pas recevable par les paysans, qui entendent bien se ménager des espaces de liberté dans l’exploitation de leurs champs et de leur terroir. Ceux-ci n’envisagent aucunement une reconversion totale de leurs parcelles en SCV. Ils laissent un temps cette biomasse sur les champs, comme une jachère dérobée, tout en préservant des parcelles pour la culture conventionnelle.

  • 3 La Sodecoton représente, en 2012-2013, 300000 producteurs, 220 000 ha emblavés en coton et une pro (...)

24Le véritable problème réside dans la protection et la pérennisation de cette biomasse devant la divagation du bétail. Il est impératif d’embocager ces terroirs, mais avec quelles haies, sur quels périmètres qui ne soient pas socialement agressifs pour les voisins et pour les éleveurs ? Comment abandonner les formes de vaines pâtures ou d’immémoriales pratiques qui donnent aux paysans les grains et aux éleveurs les pailles, même selon des accords tarifiés ? Or, ce nouveau mode de culture ne peut fonctionner qu’avec des « enclosures », prélude à une révolution foncière, révolution dans laquelle les communautés villageoises concernées ne sont pas prêtes à s’engager. En 2011, l’aventure SCV, « l’autre façon de pratiquer une agriculture tropicale », est abandonnée. Les cadres de la Sodecoton, dont la conversion aux SCV n’avait pas été sans réticence, recouvrent enfin leur « bastion militant » et le rôle historique, voire hiératique, de la maison en faveur du progrès technique. Dès le début 2013, son tropisme technologique reprend le dessus : un semoir léger avec disques pour culture attelée est lancé… et la chronique d’un développement sans fin se poursuit. Cette critique est toutefois par trop sévère pour la Sodecoton. Véritable colonne vertébrale du développement dans le nord du Cameroun, elle a, pendant plus d’un demi-siècle, fait vivre des milliers de paysans, modelé les paysages et les mentalités. On n’ose imaginer sa disparition3.

Transport du coton au marché, région de Touboro.

Transport du coton au marché, région de Touboro.

Un marché de la Sodecoton dans les années soixante-dix, région de Garoua.

Un marché de la Sodecoton dans les années soixante-dix, région de Garoua.

FERS DE HOUES ANCIENS, FERS-MONNAIES, REGALIA ET… ISLAM

25Les fers anciens posent les problèmes les plus passionnants à résoudre. Mes informateurs sortaient des fers placés sous les greniers qui servaient d’autels pour avoir été possédés par les « ancêtres ». Pour sacrifier à leurs mânes, on y déposait rumen de panse de chèvres et libations. La facture comme la nature même du fer pouvaient être très différentes de celles d’aujourd’hui. Certains n’étaient que de simples fers-monnaies adoptant une forme de houe, soit à l’identique, soit en amplifiant ou en réduisant ses dimensions.

26Dans le bassin du lac Tchad, les fers-monnaies présentent une grande diversité. Ainsi, ceux des Gula (région du lac Iro) empruntent la forme d’un fer d’iler miniaturisé avec une soie au creux du croissant, le kul des Sara s’apparente à quelques couteaux de jet miniaturisés, les petites languettes de fer mbum s’observent toujours attachées en lots, les dubur de la zone d’influence de Sukur (Nigeria), dans les monts Mandara, sont des tiges épatées aux deux extrémités. Les houes à douille des Plasla-Uldeme et, quasiment les mêmes, miniaturisées, chez les Glavda, ne pouvaient en aucun cas être utilisées comme outils, tandis que celles des Daba, très aplaties pour faciliter leur empilement en paquets, étaient quasiment prêtes à être emmanchées par un forgeron.

27Des fers de houe larges comme des pelles découverts enterrés en pays giziga, au nord et au sud de Moutouroua, ne sont pas sans rappeler les « houes de Dieu » du pays marba, trouvées dans les mêmes conditions. Ils posent question quant à l’existence d’une agriculture antérieure qui engagerait un autre travail de la terre pour des tubercules, sur des billons, à moins qu’il ne s’agisse de lits de cultures issues de l’épandage de billons écobués voués aux céréales. Quoi qu’il en soit, la destination finale de la plupart de ces fers, y compris des couteaux de jet, était leur reconversion au service de rituels, ce qui a permis leur conservation.

28Les enquêtes de terrain se déroulent toujours sur un fond d’actualité. Celles concernant les instruments aratoires au Cameroun renvoient, à travers mes notes, à une période d’islamisation rampante. Le président Ahmadou Ahidjo (1960-1982) voulait montrer que le Nord était une entité musulmane qui faisait bloc derrière lui. À de rares exceptions près, les députés du Nord s’affichaient tous comme musulmans. Il était néanmoins malaisé de cacher que plus de la moitié de la population n’était toujours pas gagnée à la religion du prophète. L’islamisation, ici une islamisation politique, devait être imposée aux chefs païens, les populations suivraient. Véritable proconsul de la province du Nord, Ousmane Mey, inspecteur fédéral d’administration pour le Nord-Cameroun, en assurait l’orchestration depuis Garoua, avec des relais régionaux comme le chef de canton de Mayo Oulo, Babalé, conseiller le plus écouté d’Ahidjo. À l’époque, le Sud-Cameroun ne portait que peu d’intérêt aux « Hausa du Nord », et les missions chrétiennes faisaient le dos rond en attendant que cessent ces pressions administratives. Toutefois, comme par surprise, au détour d’une enquête, on était témoin de ces manifestations. C’est ainsi que je me suis retrouvé chez les « Daba indépendants » sur une route d’islamisation qui débouchait sur une mosquée et une petite concession pour un mallum appointé par la sous-préfecture de Guider. Quelques années plus tard, l’islamisation prend un tour plus brutal : chapelles incendiées, catéchistes arrêtés et bastonnés. Les sous-préfets se voient notés sur le nombre de chefs, de notables, voire de quidam circoncis, comme en attestent certaines archives à Guider, Mora et Koza (1975-1978).

Exemples de fers-monnaies.

Exemples de fers-monnaies.

1 – Sara.
2 – Mbum.
3 – Sukur.
4 – Glavda.
5 – Hina.
6 – Gidar.

29En 1973, chez les Mambay proches de Katiaw, à Kagouma, je découvre un ensemble de regalia : deux larges fers de houes avec, entre douille et fer, une pièce ovale décorée d’où part une amorce de nervure sur la partie centrale du fer. Ils auraient pu s’adapter à un emmanchement de type houe à billonnage dii. Avec eux, trois autres fers de tailles plus réduites et un banc métallique ouvragé reprenaient la forme de ceux faits en bois, agrémentés de grelots de chaque côté des pieds.

30Tawo Sawlara, le vieux chef qui me les présente est flanqué de deux notables et d’un jeune mallum peul, placé là par le sous-préfet pour l’instruire dans son islamisation administrative. Le mallum saisit cette aubaine pour se débarrasser d’objets rituels de nature à faire obstacle à sa mission et les remettre à « l’École », c’est-à-dire à la recherche. Voyant le désarroi du chef, je lui ai assuré ne vouloir me livrer qu’à des mesures, des photos et autres croquis, ce que j’ai fait. Le mallum a beaucoup insisté pour que j’emporte ces pièces, mais j’ai refusé de prendre la totalité, afin que le chef, conservant quelques éléments pro parte de ce qui constituait une sorte de medium vers le passé et les ancêtres, puisse perpétuer, s’il le désirait encore, d’éventuels rites. Le mallum l’avait parfaitement compris, c’était tout ou rien. Mon interprète musulman prenant le parti du mallum, la négociation ne semblait plus possible : ou je prenais tout, ou tout serait jeté… J’ai donc récupéré l’ensemble, pensant faire le bon choix et espérant qu’il pourrait intégrer un musée du Nord qui ne manquerait pas de voir le jour. Le « Musée dynamique » du Nord-Cameroun devait être créé à Garoua, sur le site de Boklé. J’ai participé activement à cette initiative depuis ses prémices en 1979 jusqu’au rapport final en 1982, avec Louis Perrois (Orstom) et Mohammadou Eldridge (ISH), promu coordonnateur du projet. Prêt à entrer en chantier, le musée a été « politiquement » bloqué en 1989, conditionné par l’existence préalable d’un musée national à Yaoundé — qui peine encore à exister en 2015. Les collections que nous avions commencé à réunir ont été dispersées ou détruites.

Couteaux de jet de dessous les greniers, sortis pour un sacrifice, à Jebe, chez les Mofu et Giziga, 1974.

Couteaux de jet de dessous les greniers, sortis pour un sacrifice, à Jebe, chez les Mofu et Giziga, 1974.

Regalia du chef mambay Tawo Sawlara, village de Kagouma.

Regalia du chef mambay Tawo Sawlara, village de Kagouma.

Banc de fer et fer de houe ancien.

Les négociations à propos des regalia, chez le chef de Kagouma.

Les négociations à propos des regalia, chez le chef de Kagouma.

LES MILLE ET UN SORGHOS DU BASSIN DU LAC TCHAD

31Le bassin du lac Tchad passe pour un centre majeur de diversification du sorgho, aussi le nombre de variétés (quelques centaines de sorghos) établies par les différentes campagnes de collecte, dont la mienne au cours de l’élaboration de l’Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun (1989-1990), n’ont jamais été très précises. Il s’agit de « variétés » désignées par les populations et regroupées en cinq familles, selon la classification peule, avec son lot d’inclassables par les cultivateurs eux-mêmes.

32« Fier, courageux », le sorgho sait s’enraciner entre les rochers, développer sur des sols indigents des accroches dignes de ligneux, emprunter un autre système racinaire afin de croître dans les zones amphibies. Sous la bourrasque, il plie mais se redresse et s’entête jusqu’à la moisson. Certains Guinea repoussent de leurs souches pour une deuxième récolte, voire une troisième. On comprend la passion que les populations ont éprouvée pour leurs sorghos.

33Les monts Mandara disposent de la plus grande diversité régionale de sorghos avec leurs zlaraway, appelés également cerge, plus de 150 nés de la diversification par le cloisonnement du relief. Chaque groupe semble s’être mobilisé pour posséder ses propres sorghos. Les zlaraway sont les plus hauts, parfois plus de 4 m, aux grains les plus gros, marqués de nuances paille, vieil ivoire, rose orangé, jaune — on les appelle parfois les sorghos jaunes — enchâssés dans des glumelles sombres… assurément les plus belles céréales à contempler. Les montagnards ont cherché à produire des sorghos polyvalents. Tout sert : les feuilles pour le petit bétail, les cannes pour les toitures, le pédoncule pour des cordes… Les grains se mangent crus laiteux, grillés, en boule, en bouillie, en bière, le bas des tiges est sucré. Suradaptés aux maigres lithosols des terrasses, ils s’avèrent impropres à la culture en plaine. Aujourd’hui, le recul des pluies, y compris sur les massifs les mieux exposés, les pénalise en raison de leurs cycles longs. Ils sont remplacés par les salaaway, sorghos rouges à cycle court.

34Masa et Musgum des plaines du Logone ont opéré des choix de sorghos bien différents. Ils ont développé une gamme dominée par des sorghos rouge grenat ubiquistes, résistant à l’asphyxie sur terrain inondé tout en se révélant peu sensibles à la sécheresse. Ils sont semés et récoltés quasi au même moment, comme pour se débarrasser d’une activité quelque peu subie pour passer à d’autres, plus valorisées et souvent plus ludiques : la pêche et l’élevage bovin.

35Dans les sociétés musulmanes à encadrement politique fort, on observe, d’une part, une plus grande circulation des semences et, d’autre part, une spécialisation des sorghos. On compte des sorghos blancs pour la boule et la bouillie, des rouges commercialisés pour la bière et la nourriture des chevaux, des sorghos saccharifères et des sorghos à tiges anthocyanées pour la teinture. Hormis pour les sorghos repiqués (les muskuwaari), très diversifiés et véritable culture identitaire pour les Peuls, chaque famille de sorghos sous pluie ne compte, en revanche, que quelques représentants.

Sorghos des monts Mandara.

Sorghos des monts Mandara.

Sorghos zlaraway, meterey et salaway chez les Mofu.

36Les inventaires se révèlent toujours gratifiants. Outre les découvertes inopinées de sorghos improbables, ils illustrent la constante adaptabilité des hommes à leurs milieux.

37Nous en signalerons quelques-uns. Les arbres à gros houppiers comme les caïlcédrats ont souvent été cantonnés sur les piémonts — comme la vallée du Mayo Louti — afin de ne pas gêner les cultures sur les terrasses. Les densités d’occupation augmentant sur la montagne, récupérer ces espaces est devenu un impératif. Les populations ont alors sélectionné des sorghos capables de croître sous une ombre épaisse. Remarquables par leurs couleurs, de gris bleuté à franchement bleus, ces cultivars se conservent mal et doivent être rapidement consommés.

38Adaptés aussi, tous ces sorghos, Durra-Caudatum, en général rouges, voire grenat foncé, qui ont permis de faire face aux invasions acridiennes des décennies 1900-1930. Ces makalaari à forte amertume avant maturité étaient délaissés non seulement par les criquets migrateurs, mais aussi par les singes. Pour se prémunir du fléau aviaire, on sème également, à la périphérie des champs et en direction des reposoirs de quelea-quelea, des sorghos très aristés (glume prolongée d’une épine) qui gênent l’oiseau dans son attaque des grains. Les sorghos amers sont distribués le long des sentes pour se prémunir contre toute forme de grapillage.

39Dans les années soixante-dix, j’ai pu suivre sur les berges inondées du Logone, le cycle des derniers sorghos wulaga, improprement dénommés « mils flottants » par les administrateurs coloniaux. Semés pendant la saison sèche, ils ne réclamaient aucune protection, l’amertume de leurs feuilles dissuadant le bétail d’y goûter. Ils pouvaient poursuivre leur croissance et leur épiaison dans un ennoyage de 40 cm d’eau et plus. Ils subsistaient grâce au parenchyme lacuneux de leurs racines comparables à celles du riz. On les récoltait en pirogue. Cette moisson précoce engrangée dans les greniers, l’inondation battant son plein dans les yayrés, les Musgum pouvaient alors monter des razzias en pirogues et attaquer tous leurs voisins. Ces sorghos, certes stratégiques, mais à fort tanin, devaient, avec la paix coloniale, connaître un rapide délaissement.

40Pourquoi les communautés villageoises du nord du Cameroun qui ont, un temps, sélectionné, donc nommé, des variétés s’en dessaisissent-elles aujourd’hui ? Tous ces sorghos sous pluie, tels que dénommés par les populations lors des divers recensements, sont, depuis deux décennies, recouverts par des termes génériques. Les nouveaux maïs conquérants depuis le sud ne sont pas la cause unique de ce repli des sorghos. L’érosion de l’agrobiodiversité, également incriminée, ne semble pas si prégnante qu’il y paraît (ANR Plantadiv, 2008-2012). Il existe des phénomènes de veille de cultures chez les agriculteurs qui entretiennent quelques pieds de tel ou tel sorgho pour mille raisons, parce que c’est l’héritage des parents, parce qu’ils sont beaux et seraient « une plante d’ornement », parce qu’ils portent à la plaisanterie par leur aspect dérisoire… ou simplement « parce qu’on ne sait jamais »…

41Vers 1995, la recherche agronomique au Cameroun jette l’éponge quant aux sélections de sorghos. Les sélectionneurs avouent ne pouvoir faire mieux que les paysans avec leurs sélections massales. Que sont devenus les Irat 55 sélectionnés à partir des njigaari et de tant d’autres « têtes de gondole » de ces années vouées aux parcelles d’essais agronomiques ? Les sorghos produits par la recherche, comme le S35, un des rares dont la percée est patente, ne représentent pas 10 % de la masse totale de la production. Créer un sorgho en station impose une décennie de travail, que ne permettent plus aujourd’hui le temps de la recherche et celui des projets. En outre, à l’arrivée, ce nouveau sorgho sera-t-il gustativement accepté par des populations qui, entre temps, ont pu modifier leurs pratiques culinaires ?

Sorghos rituels.

Sorghos rituels.

1 – Sorghos amers (chez les Hina).
2 – Sorgho à poils (chez les Giziga).
3 – Sorgho d’ombre (chez les Dimeo).
4 – Variétés de zlaraway.
5 – Wulaga.
6 – Maïs de montagne.

Vannage du sorgho et aire de battage (Mofu Wazang, 1973).

Vannage du sorgho et aire de battage (Mofu Wazang, 1973).

Le wulaga, « mil flottant » (Sorghum durra).

Le wulaga, « mil flottant » (Sorghum durra).

Récolte du wulaga chez les Musgum au xixe siècle.

LA RÉVOLUTION VERTE DES MUSKUWAARI

42Si les sorghos repiqués de contresaison (muskuwaari) semblent avoir pour origine les marges orientales du Bornou, les mécanismes qui ont conduit au désaisonnement, comme les phases de diffusion et d’abandon, restent encore mal connus. À partir des années cinquante, ces sorghos franchissent les limites du pays peul même si les foyers premiers, comme les vertisols (karals) entre Maroua et Mindif, ainsi qu’à Dargala, demeurent prépondérants. Depuis 1970, les immensités vertes de cette culture de contresaison ne cessent de progresser, tranchant sur des brousses ternes. Au nord de Balda, en direction des yayrés, à la fin de la saison sèche, je me souviens avoir traversé certaines terres disgraciées sous une chaleur totalitaire où l’on renonce à voir un paysage dans cet infini de graminées bâtardes, faussement innocentes qui, avant les feux, fournissent moult gratterons et dards duveteux. On sort du véhicule comme sonné. La nappe de chaleur chargée de poussière et de fumée prend les poumons et, tout autour, la sylve restante n’est qu’un mirage dansant… Au loin, on compte les ascendances immenses qui se tordent vers le ciel. Comme pris en main par plus fort que soi, en limite des sens, on en éprouverait presque une sorte de paradoxale volupté.

43Quelques années plus tard sur la même route, sans doute un peu plus tôt dans la saison, la touffeur était presque aussi forte, mais le paysage avait radicalement changé, tout était repiqué en muskuwaari. Des burgu assez hauts de taille étaient en cours de récolte sous des lignes d’oscilles, éclats de calebasse équipés de bâtonnets tintinnabulants, croisant des bandes magnétiques tendues dont les sifflements sous l’effet du vent chassaient d’un champ à l’autre des vols ronflants de quelea-quelea.

44Pourtant l’encadrement agronomique des années soixante et soixante-dix, et quasiment jusqu’en 1980, continue à conduire des projets sur les seuls sorghos sous pluie. On attend « peu de résultats de la sélection » de ces sorghos d’hivernage peut-on lire dans les rapports des années soixante-dix. En fait, ils se prêtent mal à leur manipulation en station. Avec constance et méthode, on vise, comme dans les pays du Nord, à gagner sur la panicule en raccourcissant la tige, pour un gain de poids dérisoire, tout en faisant fide l’intérêt des populations pour les cannes, utilisées pour les clôtures, les toitures, les mises à feu des foyers, la fabrication de sel de potasse, etc.

45Dans les années soixante-dix, une délégation de préfets que j’accompagnais, visitant les parcelles d’essais de l’Institut de recherches agronomiques tropicales et des cultures vivrières (Irat) à Maroua, a refusé de se prêter à l’usage de la photo de presse devant les sorghos bas sélectionnés, pour s’afficher devant une parcelle de « vrais sorghos » de plus de 3 m de hauteur.

Muskuwaari à pédoncule crossé, le safraari.

Muskuwaari à pédoncule crossé, le safraari.

Panicule de muskuwaari protégée par les feuilles terminales contre les oiseaux granivores.

46Pendant ce temps, une révolution agraire, au vrai sens du terme, se déroule sous les yeux des agronomes, avec les muskuwaari. Cette cécité du monde de la recherche et sa persévérance dans l’incompréhension surprennent encore. Il s’agit pourtant bien de ces mêmes sorghos qui, cultivés sur des terres impropres au coton, ont favorisé un rattrapage vivrier. Entre 1955 et 1975, ils permettent de libérer les riches terres limoneuses des rives des mayos pour le développement du coton. Le pourcentage des muskuwaari dans la production céréalière globale ne cesse alors de croître, avec près de 40 % en 1970, jusqu’à fournir plus de 60 % du stock après 1995. Le grain se conserve bien et la farine, appréciée, se prête à toutes les préparations culinaires. Les paysans vont donc se focaliser sur cette culture, testant sans cesse de nouvelles semences venues du Bornou (Nigeria) ou du Tchad. Cet intérêt passe aussi par une fine connaissance de la gamme des vertisols. Chaque paysan connaît pour ses parcelles l’écartement optimum des plants et le niveau de trouaison, travail délicat que se réserve le plus souvent le chef de famille. Les paysans vont aménager des karals en relief, grâce à des carroyages de diguettes, pour mieux contenir l’eau pendant la saison des pluies et expérimenter des variétés de sols de moins en moins argileux.

47Ils vont aller jusqu’à traiter le couvert graminéen pour en faire une jachère dérobée totalement anthropisée. La bonne marche de cette culture repose sur le désherbage de départ qui était, il y a peu encore, entièrement confié au feu. On y pratiquait un subtil brûlis à partir d’un peuplement monospécifique de Setaria pumila semé et entretenu. Les sols halomorphes ponctuant le karal étaient, eux, couverts de Loudetia togoensis que l’on rapportait en gerbes et qui, mélangé au Setaria sarclé, jouait un rôle d’étoupe pour le feu chargé d’éradiquer les adventices. Au début des années deux mille, les paysans se tournent vers des méthodes plus expéditives en empruntant herbicides et pulvérisateurs à la Sodecoton, afin d’éviter le goulot d’étranglement du sarclage et de gagner sur le coût d’une main-d’œuvre venue des montagnes et du Tchad.

48Cette culture des muskuwaari s’avère relativement sûre en ce qu’elle est indexée sur le bilan des pluies. En 2015, plus que jamais, les paysans du nord du Cameroun vivent au rythme de la campagne de muskuwaari. Des incertitudes persistent sur le moment d’installation des pépinières et sur les prévisions d’emblavures. Toutefois, la phase la plus cruciale de la campagne est celle du froid qui, en janvier-février, favorise l’épiaison et empêche la venue de chenilles perforantes de type Sesamia cretica. Les cultivateurs tentent d’en venir à bout par quelques enfumages, peu efficaces. Depuis deux décennies, des rogations pour faire venir le froid se multiplient devant les mosquées. Le vieil imam de Balaza, de retour d’une de ces rogations, m’avouait : « Avant, toute la population mâle du village venait apitoyer Dieu, chacun portant son vêtement retourné à l’envers et prier sur le sable du mayo pour réclamer la pluie. Aujourd’hui, avec le muskuwaari, on pleure l’absence de froid. Et ils me contraignent, moi, à conduire les prières d’intercession alors que, perclus de rhumatismes, je ne déteste rien plus que le froid. »

Les graminées des vertisols à muskuwaari.

Les graminées des vertisols à muskuwaari.

1 – Loudetia togoensis.
2 – Setaria pumila.
3 – Aristida hordeacea.

Karal aménagé avec des diguettes.

Karal aménagé avec des diguettes.

Sorghos repiqués protégés par un réseau d’oscilles contre les quelea-quelea.

Muskuwaari dans la région de Petté.

Muskuwaari dans la région de Petté.

La lutte contre les oiseaux granivores dans un pays entièrement déboisé.

CES CULTURES RELICTUELLES QUI DISENT L’HISTOIRE

49Quoi de plus agréable que de conduire un programme de recherche que l’on a soi-même initié ? Cela a été le cas pour moi, entre 1986 et 1992, avec un programme sur la diffusion des plantes cultivées au Cameroun. Ce projet m’a poussé vers de nombreuses collaborations, avec des agronomes, des généticiens et des botanistes. Quelques grandes cultures ont été retenues : ignames, sorghos et niébés. J’ai également proposé une gamme plus éclectique, concernant des cultures en voie de disparition (cotonniers pérennes, fabiramas, Dioscorea abyssinica et Eleusine coracana…), prolongeant au Cameroun les travaux de quelques « grands devanciers » : Auguste Chevalier, Rolland Portères, Jean Miège.

50Les anciens cotonniers pérennes précoloniaux ont été éradiqués dans les plaines du nord du Cameroun au moment de la mise en place des programmes cotonniers en 1955. La crainte, jamais scientifiquement démontrée, qu’ils s’avèrent porteurs de ravageurs susceptibles de nuire aux cotonniers annuels a joué comme un « principe de précaution ». Ces cotonniers anciens ont pu, en revanche, se maintenir dans de nombreuses niches préservées en montagne. Les généticiens multipliaient les prospections en Amérique latine, ignorant le plus souvent les Gossypium africains. Avec le concours de Jacques Schwendiman (Cirad), l’un de ces généticiens, j’ai pu, en 1988, mener à bien une mission qui devait révéler la diversité de ces cotonniers, depuis ceux diffusés à travers la bande soudano-sahélienne (Gossypium arboreum soudanense et G. herbaceum race acerifolium) jusqu’aux derniers venus depuis la côte au xviie siècle (G. hirsutum race punctatum, G. barbadense, G. b. brasiliense). Chez les Djegn et les Gude, nous avons prospecté des G. hirsutum teintés, kaki ou bruns, dont les fils permettaient la réalisation de broderies indélébiles. On découvrait auprès des Duupa et des Dowayo d’étranges cotonniers lianescents inféodés aux clôtures d’euphorbes. Chaque hameau dowayo entretenait sa plantation de cotonniers recépés tous les quatre ou cinq ans. Il n’était pas rare de rencontrer des G. arboreum avec des troncs de plus de 15 cm de diamètre, portant des centaines de capsules parfaitement saines. Comment ne pas s’interroger sur l’empressement mis, au Tchad dans les années trente, à emprunter le modèle américain de culture du cotonnier annuel et à suivre les agronomes du Congo belge, réputés disposer d’une longueur d’avance dans la recherche tropicale, pour imiter leurs techniques et emprunter leurs cultivars. Pourquoi ne pas avoir tenté la culture de cotonniers africains vivaces, qui aurait permis d’escamoter les étapes lourdes et répétitives du nettoyage des champs de cotonniers et les semis ? J’ai pu néanmoins constituer à Maroua un arboretum de ces cotonniers qui a été entretenu jusqu’à ce que l’Institut de recherche agronomique et du développement (Irad) entre en déliquescence, au début des années deux mille.

Eleusine coracana et mils pénicillaires.

Eleusine coracana et mils pénicillaires.

51Le fabirama, « presque une pomme de terre », a porté bien des taxons avant de devenir Solenostemon rotundifolius. On retrouve très fréquemment dans les rapports du début de la période coloniale le terme « fabiramas ». Ce nom, dont l’origine est controversée, viendrait d’Afrique de l’Ouest. Cette Lamiaceae à tubercules alimentaires était de tous les jardins qui jouxtaient les « maisons de force » des postes coloniaux, cultivée par la main-d’œuvre pénitentiaire. Sur les cartes régionales de cette époque, la mention « fabiramas » signale une production locale remarquable. Les fabiramas disparaissent de la table des coloniaux au moment du passage de l’administration militaire à l’administration civile, sans pour autant que la pomme de terre, la « vraie », ne prenne véritablement le relais. Encore cultivé par des populations enclavées, Solenostemon est présent dans les monts Mandara centraux, dans la région de Poli et, il y a peu, chez les Marba du Logone. Jadis très répandu, le fabirama a été cultivé en concurrence avec une autre Lamiaceae à longues racines tubéreuses (Plectranthus esculentus) dénommée, dans le souci de toujours attribuer un mot français, « salsifis ». Dans les années soixante-dix, je l’ai vue cultivée chez les Sumray et les Tobanga, dans des plaines inondables, sur des planches de culture démesurées de 1,30 m de haut, 4 m de large et 10 m de long. Il semble que ces deux cultures aient été le plus souvent exclusives l’une de l’autre. Avant la domination des systèmes céréaliers fondés sur les sorghos, elles étaient associées à des éleusines et/ou à des mils pénicillaires.

52Dioscorea abyssinica, cultivée en pérenne dans les monts Mandara septentrionaux, pouvait participer de la même recherche sur les agrosystèmes anciens.

53En tant qu’observateur des jugements coutumiers, « à la devanture » des palais des chefs, j’ai pu en 1973 faire une surprenante découverte. Ces jugements, sources inépuisables de renseignements, s’offrent avant tout comme un spectacle. On accourt de loin lorsque le chef de canton tient un lit de justice. Le procès est encore considéré comme une distraction sans pareille. On y apprécie le niveau de rhétorique des échanges portés par les héros des deux camps qui se font face, se menacent, s’égosillent, séparés par un espace que seule la présence du chef et de ses notables empêche de franchir. À Douvangar, un Mofu a été contraint de livrer son taureau claustré — bien précieux s’il en est — pour n’avoir pu rendre une semence d’igname, empruntée à un notable, et sommé de payer en sus une amende au chef. Cette apparente distorsion entre la faute et la compensation réclamée appelle une explication. Ces ignames, anciennement collectées en plaine, étaient cultivées en fosses près des habitations. On y versait une sorte de compost afin de les « domestiquer ». La récolte avait lieu tous les deux, trois ou quatre ans, partiellement ou en totalité. Elles s’héritaient au sein d’éminentes familles du massif. Ces énormes ignames consommées lors de la fête du massif, le Maray, l’étaient parfois en remplacement même du taureau du Maray. Des Mofu, recherchant une promotion sociale, « quémandaient » alors une « tête d’igname » (partie supérieure du tubercule) auprès de notables, mais il était impératif ensuite de rendre une bouture au propriétaire. Sa perte était jugée comme une remise en cause par le sort de sa volonté de promotion dans la société. Ce tubercule ne pouvait être commercialisé, ni circuler librement dans chaque massif ni en sortir. Le chef faisait procéder à un recensement annuel des ignames de son massif.

Exemple de cotonnier pérenne à Konglé chez les Duupa. Carnet de terrain.

Exemple de cotonnier pérenne à Konglé chez les Duupa. Carnet de terrain.

54En 1989, je me suis amusé — car il s’agissait bien d’un divertissement — à répertorier l’origine de pieds d’ignames en fosse encore présents dans le massif de Douvangar, avant la descente complète des habitants en piémont. Cette micro-histoire brownienne d’héritages et d’alliances confirme la prééminence du clan du chef et manifeste de la part des autres clans une double volonté, celle d’intégrer une classe d’ayants droit et celle de se démarquer de l’ensemble des « gens de rien » (mbidlew). La rentabilité sociale a depuis longtemps pris le pas sur celle de l’économie. Ces pratiques, devenues difficilement compréhensibles pour les jeunes générations, renvoient à une ancienne culture de tubercules pour le moins inattendue en montagne, sur des espaces privés de terre profonde à une époque de céréaliculture balbutiante, laissant entrevoir une genèse probable des agrosystèmes montagnards.

55Eleusine coracana, qui a occupé quasiment toute la partie méridionale du bassin du lac Tchad, n’en finit plus de reculer. On la retrouve dans les mêmes zones refuges des monts Mandara et dans celles des plaines d’inondation du Logone moyen. Elles représentent pour les cultures comme pour l’élevage les pôles des plus forts archaïsmes dans le bassin du lac Tchad.

56Dans le nord du Cameroun, mais surtout au Tchad, l’éleusine est appelée « fonio ». Les militaires de la conquête coloniale qui, tous, avaient fait campagne en Afrique de l’Ouest, véhiculaient tout un vocabulaire : fabiramas, fonio, chiendent (pour le souchet)… Ils connaissaient le fonio (Digitaria exilis), mais pas l’éleusine. Ce qui, à leurs yeux, rapproche ces deux céréales est l’insignifiance de leurs graines, toutes deux comestibles. Cette céréale de base, qui a participé à des façons culturales savantes, tant sur les terrasses des montagnes que dans les plaines d’inondation du Logone, illustre aujourd’hui tous les stades du reflux d’une culture. Les nombreuses variétés tendent peu à peu à se fondre dans une variété unique. En se marginalisant, l’éleusine va servir différentes cuisines rituelles.

57Culture ancienne, l’éleusine échappe aux nouvelles générations, celles des généalogies dépassant rarement sept niveaux, elle renvoie à des mânes d’hypothétiques ancêtres reculés. Elle se verra alors confinée à certains cultes « généraux », ceux de la variole, du fleuve… Écartée des champs, elle est encore cultivée dans quelques jardinets dérobés, voués aux rituels. J’ai pu l’observer en 1975, dans le palais labyrinthique du sultan de Pouss où, dans une arrière-cour, je tombais sur quelques mètres carrés d’éleusine. L’explication donnée a été la suivante : quand les sourates appropriées ne suffisent plus pour calmer les génies de l’eau — les Musgum sont pêcheurs —, on réactive le sacrifice avec l’éleusine. Il faut toujours beaucoup de temps à une culture pour disparaître.

Ignames en fosse, Dioscorea abyssinica, et gombo.

Ignames en fosse, Dioscorea abyssinica, et gombo.

Deux Lamiaceae remarquables.

Deux Lamiaceae remarquables.

1 – Plectranthus esculentus.
2 – Solenostemon rotundifolius, cultures de base durant tout le xixe siècle.

1 – Souchet.

1 – Souchet.

2 – Taro ancien à raphides.

2 – Taro ancien à raphides.

« LA FAMINE ET SON CORTÈGE »

58L’histoire des sociétés du circum tchadien n’a jamais suffisamment intégré le rôle des famines, ni celui des grandes épidémies de variole (éteinte en 1950) ou encore de méningite, voire de rougeole. Ces fléaux, grands « régulateurs » du peuplement, ont pu créer des vides démographiques en anéantissant des communautés entières, en plaine comme en montagne. Au cours de ces périodes hors du temps, la vie sociale s’engourdissait. Fêtes, mariages, alliances, funérailles, tractations foncières étaient suspendues sine die.

59Les famines pouvaient occasionner des fuites éperdues. On sortait alors de sa petite patrie pour se réfugier chez des voisins, ou on cherchait à survivre en brousse prenant le risque de s’y faire capturer. Combien de clans en réfèrent à cette origine, ce qui fait d’eux de facto des lignages esclaves ou dévalorisés. Les migrations au cours de famines étaient si courantes qu’elles sont devenues un classique des figures de mythes.

60Certains, dans leurs réduits défensifs dépourvus de brousse, se voyaient régulièrement condamnés à vendre leurs enfants à des groupes mieux structurés, capables de stocker des récoltes plus importantes et de contrôler des circuits commerciaux. La ville de Maroua aurait été largement peuplée par des « enfants de la famine » que l’on allait, à chaque disette, troquer sur les piémonts des monts Mandara proches contre quelques tasses de mil venues de terres plus heureuses.

61Dans mes enquêtes des années quatre-vingt-dix, la famine de référence, celle où les informateurs manifestaient le plus de connaissances pour l’avoir vécue ou en avoir entendu le plus de récits de leurs parents, était qualifiée de « famine des criquets » (1930-1936). Les mémoires collectives ont pu retenir entre six et dix famines, chacune affublée d’un nom codé (« fermer la porte », « tirer le sac »…).

62Les poètes satiriques peuls (mboo’en) en ont fait des descriptions poignantes, pleines de sous-entendus, comme on le découvre dans le travail d’Abdoulaye Oumarou Dalil [1988]. On suit la famine, qui passe de village en village (dans le Diamaré), qui mortifie et estourbit les hommes. Ils meurent en faisant griller des margouillats terrassés ici, en tamisant une fourmilière là, au milieu des « cram-cram » (Cenchrus sp.) ou encore se battent pour une poignée de graminées sauvages… Dans toutes les tirades abordant ce thème, les récitants se plaisent à rappeler l’effondrement des structures sociales : « Où est le riche ? Où est le pauvre ? Qui est Peul ? Qui est l’incirconcis ? Qui suit le pulaaku [code peul] ? Qui s’adresse à ses kuley [sacrifices païens] ? La vieille femme qui sait cuire nguraare [Stylochiton hypogaeus, l’aliment de famine de dernier recours], n’en a cure. »

63Les sociétés du bassin du lac Tchad ont vécu au rythme de soudures, disettes et famines récurrentes. Les aliments de substitution ressortent de diverses cueillettes en brousse qui couvrent de vastes aires phytogéographiques. Au nord de la latitude du 11e parallèle, on puisera parmi les graminées alors que, au sud, on fera appel aux tubercules et racines tubéreuses, et, sur les monts Mandara, aux fruits. On observe une succession de nourritures types adaptées, depuis les disettes jusqu’aux famines lourdes.

Sycones de Ficus gnaphalocarpa.

Sycones de Ficus gnaphalocarpa.

64Pour la soudure, généralement en août-septembre, on fait appel aux fruits, aux graminées sauvages (Eragrostis tremula, Echinochloa pyramidalis, Dactyloctenium aegyptium…), à des tubercules sans danger comme Dioscorea abyssinica et des Ensete dans les monts Mandara, ou encore à des nourritures quasi annuelles mais que l’on mangera alors à profusion et qui permettront de « renflouer » des voisins moins bien lotis en rôneraies et mares à Nympheae par exemple.

65Lors des disettes, on termine des réserves accumulées pour cet usage dans les greniers. Il s’agit de son de mil qui permet d’opérer des mélanges avec des fruits pilés, généralement des sycones de Ficus. On prépare aussi des tubercules sauvages, comme Dioscorea dumetorum, par bouillissage additionné de sel de potasse. Tout cela s’accompagne d’une discipline visant à dépenser le moins de calories possible. On limite les déplacements, les enfants cessent leurs jeux et doivent rester inactifs, au soleil si nécessaire.

66Chaque région revendique sa plante salvatrice. Dans les plaines du Logone, ce sera Cochlospermum tinctorium. Qui ne connaît pas les corolles de Cochlospermum comme posées à terre, constellant d’or les sols calcinés et noircis par les feux de saison sèche ? On déterre la racine tubéreuse que l’on râpe sur des tessons de poterie ; on obtiendra alors, après trempage qui ôte la couleur initiale, une fécule blanche. Je me souviens avoir parcouru au Tchad la plaine marba-musey, envoûtante de monotonie, en 1977, alors sous le coup d’une disette. Chaque ensemble d’habitations offrait à la vue un énorme tas de déchets de Cochlospermum de couleur safran. Comme si la disette ne suffisait pas, la méningite s’était invitée, et des cortèges de femmes avec leurs enfants, la tête comprimée par des bandeaux pour avoir l’illusion de moins souffrir, se dirigeaient vers les dispensaires des Missions à travers une brume sèche dense poussée par l’harmattan.

67Une fois installée, la famine perturbe tous les codes alimentaires. On assiste à une forme de sauve-qui-peut. Les fourmilières sont éventrées afin de récupérer les réserves des messor, et l’on se tourne vers des nourritures dangereuses. On déterre les Amorphophallus aphyllus et autres Stylochiton qui doivent subir de longues préparations et de longs bouillissages. L’eau doit être régulièrement renouvelée, et encore ne faudra-t-il les ingérer que coupées avec d’autres aliments, fruits ou feuilles. Ceux qui ont survécu grâce à ces recettes savent décrire certaines conséquences dans la gorge et lors de douloureuses défécations, sans compter les effets dermatologiques. On n’était jamais sûr des temps de bouillissage, aussi les vieilles femmes de la famille se proposaient-elles pour tester la préparation.

68Au Tchad, lors de l’occupation du sud du pays par les Forces armées du Nord (FAN) d’Hissène Habré en 1984, de surcroît année de sécheresse, ou encore en Centrafrique poussées par les colonnes dévastatrices de la Séléka en 2013, les populations ont fui leurs villages incendiés et repris le chemin des futaies sombres le long des marigots. Comme à l’époque des razzias esclavagistes, leur survie se trouvait là. Si les aliments de famine restaient parfaitement répertoriés, la posologie était moins connue et les rythmes d’ingestion oubliés… C’est ainsi que des villages entiers ont été décimés. Les gens succombaient par centaines à la suite d’œdèmes aux jambes et d’avitaminoses.

Graminée des sols argileux Setaria pallide-fusca (wicco waandu).

Graminée des sols argileux Setaria pallide-fusca (wicco waandu).

Graminées sauvages, Dactyloctenium aegyptium.

Graminées sauvages, Dactyloctenium aegyptium.

69On comprend mieux l’insistance de nos informateurs à préciser, parmi ces nourritures de famine, celles consommables à longueur de temps sans désagrément pour la santé, comme les germes de rônier, les « boules noires » à base de graines d’oseille de Guinée, les tubercules et fleurs de Nympheae, etc.

Tetrapogon cencri-formis.

Tetrapogon cencri-formis.

Ensete gilletii (pays kapsiki).

Ensete gilletii (pays kapsiki).

Tubercules de disette et de famine.

Tubercules de disette et de famine.

1 – Curculigo pilosa.
2 – Amorphophallus aphyllus.
3 – Dioscorea bulbifera sauvage.
4 – Stylochiton hypogaeus.
5 – Dioscorea dumetorum.
6 – Cochlospermum tinctorium.
7 – Burnatia enneandra.
8 – Braschystelma phyteumoides.

Jardin de germes de rônier.

Jardin de germes de rônier.

Germes de rônier à la vente.

Germes de rônier à la vente.

Village de la rôneraie de Ngam.

Village de la rôneraie de Ngam.

LA BIÈRE DE MIL, UNE LONGUE EXPERTISE

70Même pour un voyageur peu averti, un marché ne s’évite pas. Les grands marchés sont tous indéfectiblement liés à un jour de la semaine, comme le célèbre marché du lundi (luumo altinewo) de Maroua. Créations des dynastes musulmans, leur nom (luumo, kasku, kasuwa…) dépend toujours de la langue de la principauté dominante la plus proche.

71La visite du marché commence par l’espace réservé aux vendeuses avec leurs petits tas de tout, le plus coloré, celui des cartes postales, lieu commun des aquarellistes de passage, parents pauvres de l’orientalisme. Les parties réservées aux tissus et pagnes sont, comme le marché aux grains, nettement plus convenues. On passe du quartier calme des potières à celui bruyant des forgerons, jouxtant le périmètre des vendeurs et réparateurs de cycles, qui ne cessent de déborder tout comme, toujours sur les extérieurs, les entrepôts de matériaux de construction, bois du Sud, poutres, voliges, bastaings…

72De l’importance des rangs des commerçants de poissons secs, dont la « mal’odeur » n’incommode ici personne, on déduit le rayonnement du marché. De l’achalandage du carré des bouchers, avec leurs étals nimbés d’essaims de grosses mouches zonzonnantes ressuscitant les dessins de Reiser dans son classique La vie au grand air, on suppute la richesse du bourg. Un peu en retrait trône l’abattoir avec sa basse-cour comploteuse de charognards, témoins intéressés de bien des agonies. Ils se rassemblent plutôt côté géhenne où se déversent rumens et autres excreta empuantis des entrailles. Incroyablement familiers, ils se meuvent gauchement en sautillant, au milieu des va-et-vient des commis bouchers sans jamais s’attirer le moindre geste d’humeur. Le marché fini, ils repartent planer en haut du ciel, agrandissant leurs cercles sur la brousse anémiée de la cité où nulle chair — ici encore — ne meurt à leur insu.

73Le bourg comme le marché relèvent bien d’une création de l’islam, aussi la commercialisation de la bière de mil (bilbil) se voit-elle cantonnée dans les faubourgs et les marchés à bière tolérés extra-muros. Pourtant, lorsque dans les années cinquante le chef de subdivision Gérard Prestat veut interdire la bière de mil à Maroua, aux motifs de sécurité publique et d’hygiénisme, le grand lamido Yaya (Mohammadou Dayrou) en personne demande d’y surseoir : « sans bière de mil, Maroua ne restera que village ». C’était lui-même un connaisseur.

74La bière de mil — en fait de sorgho — à Maroua a fait l’objet d’un de mes tout premiers articles. Le mot « bilbil » vient de l’arabe soudanais « belbel », et même « om belbel » (la mère du rossignol), l’ivrogne étant porté sur le chant. Cette étymologie populaire se retrouve même dans diverses relations de voyage au Soudan au xixe siècle. Passé du Soudan au Tchad, puis au Cameroun, le terme, sinon la recette, auraient été appropriés par les Sara. Toutefois « bilbil », via les cabarets urbains et les communautés d’anciens combattants, aurait connu une fortune plus tardive, remplaçant lors de l’Indépendance le terme de français colonial « pipi ».

Femmes arabes sur le marché de Massakori, 1975.

Femmes arabes sur le marché de Massakori, 1975.

75En 1972 et 1973, j’enseigne l’histoire-géographie au lycée de Maroua et habite dans un quartier (Domayo) où se brassent force bières aux alentours de mon domicile. Lors des descentes de police, les brasseuses, également fabricantes d’alcool frelaté (argué) distillé à partir de la bière, cachent leurs alambics rudimentaires sous la haie, derrière mon mur… Je commence ainsi mes enquêtes dans le voisinage, avant de les étendre à tous les quartiers à bilbil de la ville. Les faibles bénéfices dégagés par les brasseuses, mais qui contribuaient néanmoins à faire vivre la famille tout au long de l’année, m’engagent dans l’étude de cette forme d’économie de survie aux marges de la cité. En parallèle, je réalise un recensement exhaustif de tous les types de bières dans le nord du Cameroun et au Tchad et acquiers pratiquement des connaissances de zythologue. Les grains de sorgho germés sont concassés et cette farine grossière mise à tremper dans de l’eau. Ce mélange est ensuite filtré. Le liquide récupéré passe par un bouillissage de quatre à cinq heures dans un espace dénommé « usine ». On introduit alors dans les jarres de la levure issue de pieds de cuves des précédentes préparations. Après une dizaine d’heures de fermentation, la bière pourra être servie.

76Je peux à cette époque décrypter toutes les caractéristiques organoleptiques des bières dominées par les sorghos rouges (njigaari) à forte capacité brassicole. En fonction du goût, de la couleur, je sais déterminer les proportions des types de sorghos (moitié njigaari, moitié cerge, sorgho de montagne ; moitié njigaari, moitié muskuwaari, sorghos repiqués ; un tiers de njigaari, deux tiers muskuwaari dominé par le safraari, mélange fort approuvé par des gens de goût…), ces proportions variant au cours de l’année, selon les arrivages. Je me flatte même de connaître les grands crus, tupuri-mundang, mais aussi mofu, ou encore certains types de bière comme le furdu giziga (bière-bouillie consommée chaude), la variété dite valawa dont l’amertume est conférée par la macération du liber de caïlcédrat, le « bilbil nylon », bière fine souvent à base de riz… Dans le passé, on consommait la bière de bien des façons. Les bières se servaient sous un voile d’huile, de sésame de préférence, qui colorait d’un éclat la lèvre supérieure du buveur, ajoutant encore à sa félicité. J’ai suivi bien des marchés à bière campagnards, où des villages entiers boivent au-delà de toute soif ce bilbil au goût changeant au cours de la journée, qui de cidre léger quasi gazeux évolue vers une boisson implacable autrement alcoolisée. Le retour chez soi, toujours périlleux, se fait un peu à l’instinct. On emprunte les lits des mayos où le sable atténue les chutes, y compris celles de cheval.

77Trente ans plus tard, en 2002, dans le cadre d’un colloque Mega-Tchad sur le thème de l’alimentation, je décide de revisiter, toujours à Maroua, le sujet de la bière de mil, considérée peu ou prou comme un aliment par les nutritionnistes. Si les recettes des bières demeuraient quasi immuables et si, sur les marges de la ville, l’économie de survie était toujours là, les quantités brassées par les femmes sont, en moyenne, beaucoup plus importantes. Les brasseuses-vendeuses s’entourent désormais de « comptoirs » mieux structurés avec, à côté du stock de bière mise à la vente, des réserves de beignets, un présentoir à cigarettes, colas, bonbons…

Cuisson des poteries pour le brassage de la bière de sorgho, piémont des monts Mandara.

Cuisson des poteries pour le brassage de la bière de sorgho, piémont des monts Mandara.

78Le pouvoir d’achat s’étant nettement amélioré, les cabarets à bière proposent également à leurs clients de la viande dans toutes sortes de préparations : brochettes de soya, bouillon de tête de chèvre, de pattes de poulet… et aussi une toute nouvelle ambiance. En effet, avec le renouveau démocratique de 1990, la parole s’est libérée, et certains viennent aussi y lire les premières gazettes qui arrivent dans le Nord ; à partir de 1996, les clients peuvent également jouer au Pari mutuel urbain camerounais (PMUC)… toutes activités couvertes par une musique sonorisée avec matériel Hi-Fi, baffles, etc. Ce passage au « bistrot » n’empêche pas la manifestation de fortes résiliences ethniques qui font se regrouper les consommateurs auprès de brasseuses « signant » au mieux leur bière traditionnelle et avec, auprès d’elles, des musiciens issus de leurs villages.

79Dans un saré à bilbil, on distingue toujours les habitués de ceux de passage à la recherche des meilleurs crus ou plutôt d’un meilleur prix. Le jeu des codes compliqués du vivre ensemble et du savoir-vivre entre une dizaine de communautés, toutes « accros » à la bière, constitue à lui seul un spectacle. C’est encore un endroit où l’on se rassure, comme dans tous les « rades » du monde, on rêve « d’aller de l’avant », de « partir en richesse », de ne plus végéter avec les autres. Mais on reste là, et c’est déjà bien de pouvoir déverser le fiel de toutes les frustrations de la semaine.

Coupe dans un saré à bilbil de Domayo-Pont, à Maroua, 1971.

Coupe dans un saré à bilbil de Domayo-Pont, à Maroua, 1971.

Cabaret « Aux Champs Élysées », quartier Hardeo.

Cabaret « Aux Champs Élysées », quartier Hardeo.

1 – « Usine ».
2 – Sorgho mis à germer.
3 – Sorgho mis à sécher.
4 – « Comptoir ».
5 – Le drapeau.
6 – Partie privée.
7 – Porcherie.

Un cabaret à bière de sorgho à Domayo en 2002.

Un cabaret à bière de sorgho à Domayo en 2002.

Saré à bilbil pour une clientèle de montagnards, quartier Djoudandou (2002).

Saré à bilbil pour une clientèle de montagnards, quartier Djoudandou (2002).

1 – Usines.
2 – Sorgho mis à germer.
3 – Bière de type bilbil.
4 – Bière de type valawa.
5 – Marché.
6 – Alambic.

Fabrication d’argué avec la bière passée, alambic rudimentaire à Doukoula, pays tupuri.

Fabrication d’argué avec la bière passée, alambic rudimentaire à Doukoula, pays tupuri.

Marché à bière, de type furdu, consommée chaude, à Roumsiki, pays kapsiki, 1995.

Marché à bière, de type furdu, consommée chaude, à Roumsiki, pays kapsiki, 1995.

Le marché de Siri, région de Touboro, 1996.

Le marché de Siri, région de Touboro, 1996.

1 – Place du dogari, chef du marché.
2 – Moulin.
3 – Gargotes.
4 – Thé et beignets.
5 – Bière de mil.
6 – Abattoir et boucherie.
7 – Poisson sec et fumé.
8 – Sorgho.
9 – Huile d’arachide.
10 – Sel, natron, tabac.
11 – Poteries.
12 – Pagnes, tissus.
13 – Fripperie.
14 – Chaussures d’occasion.
15 – Commerce de table.
16 – Forgerons, soudeurs, mécaniciens vélo/moto.

Notes

3 La Sodecoton représente, en 2012-2013, 300000 producteurs, 220 000 ha emblavés en coton et une production de 221 000 t de coton-graine.

Table des illustrations

Titre Houe mafa gid keda (tête de chien).
Légende La partie travaillante dépasse 40 cm pour celle des hommes. Sur la face interne, on remarque la trace des coups de marteau de pierre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-1.jpg
Fichier image/, 42k
Titre Ratissoire dowayo en bois de Diospyros mespiliformis.
Légende On remarque sur le manche de la ratissoire les pré-empreintes de la main, en particulier la place des doigts, index et majeur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-2.jpg
Fichier image/, 52k
Titre Houe à surliure des Nyam Nyam de Galim.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-3.jpg
Fichier image/, 62k
Titre Un exemple de famille de houes coudées, à billonnage, Tchad.
Légende 1 – Ndam (Kouno).2 – Sarwa.3 – Kwang (village de Kawalké).4 – Kwang (village de Ngam).5 – Gabri.6 – Mobu.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-4.jpg
Fichier image/, 175k
Titre Houes droites (zigin) des Gidar (Lam), leur maniement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-5.jpg
Fichier image/, 162k
Titre Andains écobués dans la plaine du Logone, arrière-pays de Kim (1975).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-6.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Carte ethnique (nord du Cameroun et Tchad méridional).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-7.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Carte de situation, toponymes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-8.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Culture attelée avec une paire de zébus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-9.jpg
Fichier image/, 153k
Titre Culture attelée azine et charrue légère, piémonts des monts Mandara.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-10.jpg
Fichier image/, 74k
Titre Transport du coton au marché, région de Touboro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-11.jpg
Fichier image/, 121k
Titre Un marché de la Sodecoton dans les années soixante-dix, région de Garoua.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-12.jpg
Fichier image/, 892k
Titre Exemples de fers-monnaies.
Légende 1 – Sara.2 – Mbum.3 – Sukur.4 – Glavda.5 – Hina.6 – Gidar.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-13.jpg
Fichier image/, 163k
Titre Couteaux de jet de dessous les greniers, sortis pour un sacrifice, à Jebe, chez les Mofu et Giziga, 1974.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-14.jpg
Fichier image/, 566k
Titre Regalia du chef mambay Tawo Sawlara, village de Kagouma.
Légende Banc de fer et fer de houe ancien.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-15.jpg
Fichier image/, 332k
Titre Les négociations à propos des regalia, chez le chef de Kagouma.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-16.jpg
Fichier image/, 271k
Titre Sorghos des monts Mandara.
Légende Sorghos zlaraway, meterey et salaway chez les Mofu.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-17.jpg
Fichier image/, 118k
Titre Sorghos rituels.
Légende 1 – Sorghos amers (chez les Hina).2 – Sorgho à poils (chez les Giziga).3 – Sorgho d’ombre (chez les Dimeo).4 – Variétés de zlaraway.5 – Wulaga.6 – Maïs de montagne.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-18.jpg
Fichier image/, 424k
Titre Vannage du sorgho et aire de battage (Mofu Wazang, 1973).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-19.jpg
Fichier image/, 517k
Titre Le wulaga, « mil flottant » (Sorghum durra).
Légende Récolte du wulaga chez les Musgum au xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-20.jpg
Fichier image/, 222k
Titre Muskuwaari à pédoncule crossé, le safraari.
Légende Panicule de muskuwaari protégée par les feuilles terminales contre les oiseaux granivores.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-21.jpg
Fichier image/, 109k
Titre Les graminées des vertisols à muskuwaari.
Légende 1 – Loudetia togoensis.2 – Setaria pumila.3 – Aristida hordeacea.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-22.jpg
Fichier image/, 161k
Titre Karal aménagé avec des diguettes.
Légende Sorghos repiqués protégés par un réseau d’oscilles contre les quelea-quelea.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-23.jpg
Fichier image/, 217k
Titre Muskuwaari dans la région de Petté.
Légende La lutte contre les oiseaux granivores dans un pays entièrement déboisé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-24.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Eleusine coracana et mils pénicillaires.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-25.jpg
Fichier image/, 126k
Titre Exemple de cotonnier pérenne à Konglé chez les Duupa. Carnet de terrain.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-26.jpg
Fichier image/, 80k
Titre Ignames en fosse, Dioscorea abyssinica, et gombo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-27.jpg
Fichier image/, 192k
Titre Deux Lamiaceae remarquables.
Légende 1 – Plectranthus esculentus.2 – Solenostemon rotundifolius, cultures de base durant tout le xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-28.jpg
Fichier image/, 525k
Titre 1 – Souchet.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-29.jpg
Fichier image/, 78k
Titre 2 – Taro ancien à raphides.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-30.jpg
Fichier image/, 74k
Titre Sycones de Ficus gnaphalocarpa.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-31.jpg
Fichier image/, 101k
Titre Graminée des sols argileux Setaria pallide-fusca (wicco waandu).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-32.jpg
Fichier image/, 86k
Titre Graminées sauvages, Dactyloctenium aegyptium.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-33.jpg
Fichier image/, 61k
Titre Tetrapogon cencri-formis.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-34.jpg
Fichier image/, 88k
Titre Ensete gilletii (pays kapsiki).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-35.jpg
Fichier image/, 402k
Titre Tubercules de disette et de famine.
Légende 1 – Curculigo pilosa.2 – Amorphophallus aphyllus.3 – Dioscorea bulbifera sauvage.4 – Stylochiton hypogaeus.5 – Dioscorea dumetorum.6 – Cochlospermum tinctorium.7 – Burnatia enneandra.8 – Braschystelma phyteumoides.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-36.jpg
Fichier image/, 772k
Titre Jardin de germes de rônier.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-37.jpg
Fichier image/, 279k
Titre Germes de rônier à la vente.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-38.jpg
Fichier image/, 146k
Titre Village de la rôneraie de Ngam.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-39.jpg
Fichier image/, 782k
Titre Femmes arabes sur le marché de Massakori, 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-40.jpg
Fichier image/, 248k
Titre Cuisson des poteries pour le brassage de la bière de sorgho, piémont des monts Mandara.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-41.jpg
Fichier image/, 183k
Titre Coupe dans un saré à bilbil de Domayo-Pont, à Maroua, 1971.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-42.jpg
Fichier image/, 306k
Titre Cabaret « Aux Champs Élysées », quartier Hardeo.
Légende 1 – « Usine ».2 – Sorgho mis à germer.3 – Sorgho mis à sécher.4 – « Comptoir ».5 – Le drapeau.6 – Partie privée.7 – Porcherie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-43.jpg
Fichier image/, 255k
Titre Un cabaret à bière de sorgho à Domayo en 2002.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-44.jpg
Fichier image/, 553k
Titre Saré à bilbil pour une clientèle de montagnards, quartier Djoudandou (2002).
Légende 1 – Usines.2 – Sorgho mis à germer.3 – Bière de type bilbil.4 – Bière de type valawa.5 – Marché.6 – Alambic.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-45.jpg
Fichier image/, 674k
Titre Fabrication d’argué avec la bière passée, alambic rudimentaire à Doukoula, pays tupuri.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-46.jpg
Fichier image/, 143k
Titre Marché à bière, de type furdu, consommée chaude, à Roumsiki, pays kapsiki, 1995.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-47.jpg
Fichier image/, 736k
Titre Le marché de Siri, région de Touboro, 1996.
Légende 1 – Place du dogari, chef du marché.2 – Moulin.3 – Gargotes.4 – Thé et beignets.5 – Bière de mil.6 – Abattoir et boucherie.7 – Poisson sec et fumé.8 – Sorgho.9 – Huile d’arachide.10 – Sel, natron, tabac.11 – Poteries.12 – Pagnes, tissus.13 – Fripperie.14 – Chaussures d’occasion.15 – Commerce de table.16 – Forgerons, soudeurs, mécaniciens vélo/moto.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25089/img-48.jpg
Fichier image/, 2,2M

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site