Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Chapitre 2. Des architectures soudaniennes

Texte intégral

FAMILLES ARCHITECTURALES DU BASSIN DU LAC TCHAD

1Les architectures font partie des premiers grands inventaires. On se souvient de la carte au 1/5 000 000 de Henri Labouret (1948) sur l’habitation en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, vaste enquête où l’on cherchait à corréler les types d’habitations avec les isohyètes, les grandes formations végétales, les matériaux… S’exprimait ainsi la croyance dans les inventaires qui font reculer l’ignorance. Par la suite (1980), on décide que « le temps des inventaires est passé », jugeant les premiers comme préscientifiques et dénonçant les suivants pour dérive encyclopédique. De mon côté, la technique de l’inventaire, celle du filet et du bilan, m’apparaissait toujours d’actualité, ne serait-ce qu’en modifiant l’échelle. C’est ainsi que j’ai abordé les relevés d’architectures.

2Le début de la décennie soixante-dix se révèle un temps d’observation encore favorable. Une grande majorité d’architectures sont préservées, ne serait-ce que dans des zones reculées. Même celles des Mambay et des Musgum peuvent être facilement reconstituées en dépit de leur désagrégation avancée. Dans ces années, le standard est encore scrupuleusement respecté. Chaque groupe se réfère à un seul modèle attaché aux mêmes canons de construction et aux mêmes matériaux, cette impersonnalisation allant de soi. On ne peut faire mieux que son voisin, sinon dans l’habileté à exécuter le modèle. Pour héberger leurs maisonnées pléthoriques, les chefs, non musulmans, n’ont qu’un recours : démultiplier le modèle de base. Ces architectures répétitives semblent en proportion, en rythme, comme une évidence dans le paysage. Elles appartiennent à ces rochers ici, à ces bords de fleuve herbeux là, et jusque dans la plus navrante des savanes arbustives.

3Ce premier travail a pu être prolongé quasiment jusqu’à la fin de ma carrière, grâce au temps de terrain dont l’Orstom — que j’ai rejoint dans les années quatre-vingt — était peu avare pour ses chercheurs. De plus, la tolérance de sa direction autorisait un large choix de sujets, dans une « discrète anarchie ».

4L’état des lieux des architectures en 1970 traduit, bien sûr, les différentes réponses mobilisées pour faire face à d’évidentes contraintes du milieu. La première touche au régime des pluies qui, sur un gradiant latitudinal, conditionne le mode des toitures. Au nord, elles se partagent entre toit d’argamasse en terre et paille assujettie en meule avec un simple liseré d’arrêt au bas de la toiture (cases kuzi des Arabes Showa). Puis apparaissent les litages de paille dont la pointe des brins est dirigée vers le haut, pour les graminées comme pour les tiges de petit mil des montagnards. Le bilan pluviométrique dépassant les 1 100 mm contraint à une inversion des brins, la base alors tournée vers le haut favorise un écoulement plus rapide de l’eau. La toiture est toujours composée de litages opérant une forme de tuilage. Dans l’Adamaoua et son revers méridional, les bâtisseurs font le choix de pailles des marais, les litages disparaissent au profit d’une sorte de chaume peigné.

Mur de clôture de pierres couronné de Gardenia erubescens. Habitation mofu de Douvangar, 1973.

Mur de clôture de pierres couronné de Gardenia erubescens. Habitation mofu de Douvangar, 1973.

5Pour les murs, les matériaux s’imposent avec plus d’évidence encore. Les grosses assises de banko sont privilégiées le long des rivières, alors que les constructions entièrement végétales dominent dans tous les interfluves secs. Il s’agit d’une infinité de modes de tressages et de paille pour des coques de vannerie ou des toitures à chevrons. Dans les monts Mandara, la pierre apparaît dans des constructions avec des modes d’assemblage variables selon les sous-aires culturelles. Les montagnards sont des casseurs de pierres. À l’aide de gros galets particuliers, servant souvent d’enclumes, ils façonnent des blocs qu’ils appareillent avec comme ciment des éclats d’un autre type de roche. Lorsque, au cours des années quatre-vingt-dix, les Pères italiens prennent le relais des Oblats français dans les Missions des Mandara, ils découvrent un sanctuaire variétal de granites, noirs, bleus, gris, brique, des porphyroïdes avec d’énormes cristaux de feldspath d’éclat blanc ou rose. Ils proposent à des jeunes des formations de tailleurs de pierres pour bâtir des églises (Douvangar, Douroum). Produisant colonnades, autels ou simples blocs, ils se désignent en 1994 comme les « anti-cailloux ». Toutefois, les commandes de pierres de la ville tardent à venir, à la différence de l’époque coloniale. Aujourd’hui, dans les modèles empruntés aux États du Golfe, béton et stuc sont à l’honneur, pas la pierre.

6Avec le vocabulaire appliqué à l’architecture « traditionnelle », on prend la mesure du temps. En 1970, on désignait par le terme de « concession » les habitations contenant nombre de constructions. Il en allait de même du mot « case », correspondant souvent à une pièce unique, commode pour ses associations en case-brasserie, case-vestibule, case des sacrifices… désignation précise de ces unités. « Pot’pot’ » pour désigner la terre de construction pétrie aux pieds ne s’utilise plus, au profit de « banko » qui ne correspond pas effectivement à « pisé » ou à « terre battue », mots de la langue commune qui, avec le temps, se trouvent entachés d’une connotation coloniale. En revanche, la fortune du mot « boukarou » perdure. Au départ, il se rapportait aux huttes végétales des éleveurs peuls, pour désigner ensuite une case circulaire couverte de chaume, réglementaire, des campements administratifs coloniaux. Aujourd’hui, les hôtels qui possèdent des chambres-boukarous peuvent, par ce seul trait d’architecture, se prévaloir d’un cadre authentique.

  • 1 Dans le circum tchadien, les identités se font et se défont dans des catégories aussi floues et fo (...)

7Dans les plaines s’imposera une sorte de « plan courant » circulaire qui peut se dilater ou se rétracter, l’espace n’étant pas contraint. Ce plan fait alterner pour les épouses chambres et cuisines, ménageant entre les deux un espace de cuisine de saison sèche et de brassage de la bière et, au centre de la cour, les silos. Les habitations du chef de famille et de ses grands fils encadrent l’entrée. Techniques et matériaux employés imposent des dimensions voisines, 4 m de diamètre pour les chambres et moins de 3 m pour les cuisines. Musgum, Masa, Tupuri, Musey1 ont opté pour ce plan de base, avec des choix de matériaux qui, dans le passé, différaient. La maison mundang, mambay et gidar, en dépit de l’apparente originalité de leur architecture de type guêpe maçonne, n’en garde pas moins pour chaque épouse cette division chambre, cuisine, silo, mais de façon contiguë.

8Les monts Mandara offrent, en revanche, une véritable dialectalisation d’architectures, par la variété des matériaux, des techniques mises en œuvres et par les volumes et les agencements. Néanmoins, deux grandes familles architecturales s’individualisent nettement.

9Dans les monts Mandara centraux et méridionaux, les villages se sont barricadés près des reliefs volcaniques (Kapsiki) ou dans des collines de blocs granitiques (Daba, Bana, Jimi). Leurs « concessions », généralement encloses dans un mur de pierres, offrent un haut et un bas, le haut étant réservé à l’homme. Sa case se place vers l’entrée, à moins qu’elle ne se confonde avec la case-vestibule. On y regroupe différents types de silos et de cases-autels, porteurs de poteries faîtières. En contrebas, chacune des femmes aligne, souvent au cordeau, son domaine : une case-vestibule qui donne sur une courette couverte sur laquelle s’ouvrent chambre, édicule avec table meulière et cuisine. Cette organisation domine depuis les Kapsiki jusqu’aux Gude. On la retrouve également dans une aire architecturale voisine, plus méridionale, qui englobe les Fali du Tinglin jusqu’aux Dowayo de la région de Poli. Toutes manifestent une constante recherche du beau, tout y est aimable ; intérieurs soignés, décorés de vernis aux nuances d’ocres, de rouges, huilés, scintillants ; courettes intérieures recouvertes de mosaïques avec des agencements de tessons de poterie et de dessins de petits cailloux blancs. À leur disparition à la fin des années soixante-dix, on ne peut qu’enregistrer une perte irréparable dans l’esthétique et le savoir-vivre de ce temps.

10Dans les monts Mandara septentrionaux, une prise en compte différente de la pente va déterminer deux aires principales d’architectures.

11Mofu et Mafa ont fait le choix d’un plan linéaire empruntant un seul niveau, suscitant ainsi des architectures bourgeonnantes. Les unités d’habitation se commandent les unes les autres. Chez les Mofu, l’homme occupe l’entrée où s’abouche l’étable du bœuf claustré ; suit le dortoir des femmes qui communique avec la ou les bergerie(s). La grande salle des silos représente le cœur du ay (habitation) mofu pouvant dépasser 8 m de diamètre. Chacune des cuisines des épouses, dont c’est « l’unique domaine privé », s’ouvre sur cette salle. Cette architecture est pérenne moins par l’utilisation de la pierre qui a servi à élever la plupart des bâtiments que par le choix de l’espace. Chez les Mofu, on ne déménage pas aisément de son site, qualifié de favorable après maintes consultations de devins. L’architecture mafa développe un segment de cases avec toujours à l’entrée le chef de famille, ses armes suspendues près de la porte, à l’arrière une série de cases-silos, également chambres des épouses et, enfin, la cuisine commune. Cette suite de cases communicantes cherche à s’enrouler autour de la bergerie coiffée d’un magasin à cendres. L’originalité tient à ces silos qui s’ouvrent sous un cône de terre supportant directement une toiture très effilée de tiges de mil pénicillaire maintenues par un col de canari tel une bague faîtière. Dans ces massifs enclavés, on n’avait aucun accès aux graminées de plaine.

Les batisseurs « anti-cailloux » à l’œuvre sur une colonne de pierre, à Douvangar en 2002.

Les batisseurs « anti-cailloux » à l’œuvre sur une colonne de pierre, à Douvangar en 2002.

Une concession chez les « Daba indépendants » (appellation administrative), construite sur un amas de rochers, devant des fours à sel.

Une concession chez les « Daba indépendants » (appellation administrative), construite sur un amas de rochers, devant des fours à sel.

12Les blocs de rochers s’empilent comme jetés par hasard et les habitations jouent de ces dédales, tantôt se profilant sur le ciel, tantôt s’enfonçant dans les pierres. Pendant la saison des pluies, elles disparaissent, recouvertes par la luxuriance des cultures qui submergent les terrasses et s’immiscent dans les semis des blocs. La couverture des toits, mouillée et grisâtre, se dissout dans la gamme des verts. Ces habitations se donnent à voir, en revanche, à la fin de la saison sèche quand, chez les Mofu, on renouvelle les tiges de mil disposées à la façon de claies de canisses en protection des murs. Les murs ainsi enveloppés jettent alors comme des éclats métalliques qui dévoilent enfin depuis la plaine l’étonnant peuplement des montagnes. Chez les Mafa, il faut attendre la nuit pour voir s’allumer un peu partout des feux autour desquels les familles se réunissent, minuscules points rougeoyants jusque sur les plus inattendus des sommets.

13Afin de mettre en évidence l’existence d’un stéréotype ethnique, j’optais pour le levé d’une centaine d’habitations par groupe à différentes étapes de leurs évolutions. Avec ce travail systématique, je commençais à apprendre à « perdre mon temps » pour, à travers les mêmes observations répétitives, accéder à un autre niveau de compréhension.

14À cette époque, les massifs mofu, mafa, xide, uldeme, podokwo, etc. maintenaient encore le gros de leur peuplement. Je me souviens, au cours de ce recensement, avoir souffert de soif. Je partais du piémont pour la journée, avec mon interprète, chargé du matériel de levé et d’une réserve d’eau. Arrivés sur les crêtes au milieu de la journée, l’eau nous manquait déjà. Nous choisissions alors de descendre par le quartier qui, ce jour-là, brassait de la bière. J’avais foi dans le bouillissage de la bière de mil pour échapper aux dangers de l’eau des séanes de montagne… et puis les cabarets à bière de mil ne sont-ils pas aussi des lieux d’enquêtes ?

15Chez les groupes musulmans des grandes entités politiques précoloniales, on trouve moins des stéréotypes architecturaux qu’une organisation de l’espace dominée par un double principe : délimiter et enclore hermétiquement le quartier des femmes. La poterne d’entrée, le zawleeru — qui exprime le statut social de son propriétaire — donne sur une première partie publique où l’homme réside avec ses fils et reçoit ses hôtes. Une seconde pièce vestibule s’ouvre sur le gynécée, dans lequel chaque épouse règne sur son domaine. Cette organisation de l’espace (saré peul), villageois ou citadin, expression de la société dominante dans le nord du Cameroun, va longtemps représenter un modèle de base. Il sera choisi d’abord par tous ceux qui embrassent l’islam, compris comme une « foulbéïsation », et influencera par voie de conséquence toutes les autres communautés.

Poterie faîtière de chefferie, à Bourrha Wamgo et Boukoula.

Poterie faîtière de chefferie, à Bourrha Wamgo et Boukoula.

Les poteries faîtières coiffaient certains silos de réserves, des cases autels, des cases vestibules de chefs de village et de chefs forgerons et, parfois, la chambre de la première épouse.

Village de Bourrha Wamgo, chez les Jimi.

Village de Bourrha Wamgo, chez les Jimi.

Coupe de l’ensemble des cases d’une femme.

16Pourquoi ces architectures vernaculaires si remarquables disparaissent-elles, sacrifiées à la passion de la tôle ondulée d’abord galvanisée, puis à la feuille d’aluminium, à un modèle unique et sans grâce d’une construction quadrangulaire ? Pourquoi assiste-t-on à l’enlaidissement constant des bourgades africaines empoussiérées au nord, colorées au pigment de latérite au sud ? À cela, plusieurs causes cumulatives. Les intéressés dénoncent un manque de disponibilité des matériaux, en particulier de certaines espèces de graminées dont les communautés villageoises se montrent incapables de sauvegarder les réserves. Des groupes, comme les Tupuri, en sont d’ailleurs réduits à cultiver des parcelles de graminées destinées à leurs toitures. Après avoir avancé des préoccupations d’hygiène et de propreté — la toiture de chaume attire une microfaune produisant une constante poussière à fétus de paille —, on incrimine la fin d’un habitus où l’on faisait rarement seul un travail pouvant se réaliser en groupe, la construction d’une demeure notamment. Enfin et surtout, la construction en murs de parpaings et à toiture de tôles dure dix fois plus longtemps.

17J’ai été maintes fois témoin de la fragilité des architectures traditionnelles ou semi-traditionnelles. S’il s’est avéré que les cases circulaires peuvent faire face aux tornades et aux ascendances, les toitures de paille montées sur un bâti quadrangulaire se révèlent vulnérables. Dans l’arrière-pays de Kim, à Gonogono, au mois de mai 1975, une puissante ascendance balaie le village. Elle ébouriffe les cases circulaires, mais arrache sous mes yeux les toits des cases quadrangulaires, les projetant à plus de 20 m de hauteur (j’ai gardé par-devers moi les photos), la toiture entièrement retournée retombant en piquet dans le manchon de la case. Une des femmes restée à l’intérieur a été sauvée en se plaquant dans un angle. J’assisterai, à nouveau, à un événement semblable en 2000, à Touboro. Les toits de tôle sont eux aussi restés longtemps sensibles aux tornades, jusqu’à ce qu’apparaisse, vers 2003-2004, un modèle en tôles d’aluminium dit « pignon américain » qui, en « empaquetant » les bords du toit, annihile la prise du vent. En septembre 1994, après une succession de pluies exceptionnelles (barre des 1 100 mm franchie à Maroua), j’ai vu la destruction de sous-quartiers entiers de Domayo à Maroua. Les habitants se déplaçaient en groupes, hébétés et impuissants devant la répétition du même spectacle : des personnes fuyant leur maison avec un maigre bagage juste avant que les murs totalement imbibés d’eau ne fondent littéralement, dans un horrible bruit de succion. Le toit de chaume ou de tôles, tout de guingois, coiffait alors un amas de boue. La mémoire de la ville retiendra que déjà, en 1961, une année après l’Indépendance, la saison pluvieuse avait de la même façon jeté au sol des quartiers entiers, comme cela a été encore le cas en 2012. Ces événements récurrents se produisent toujours à la fin de la saison des pluies. Voilà pourquoi, partout en Afrique, on entonne le même hymne au parpaing, à la chape de ciment et à la tôle. L’expatrié dénonce une étuve sous la tôle, mais pendant la saison chaude les populations ont toujours vécu dans des espaces extérieurs jusque dans la première partie de la nuit. Depuis longtemps aussi, il pleure les paysages défigurés par la tôle… Dès 1956, un administrateur de Poli suggérait que l’on puisse fabriquer des tôles « couleur paille » pour une meilleure intégration dans les paysages de sa subdivision.

Toiture de vannerie autoportante en fabrication à Doukoula.

Toiture de vannerie autoportante en fabrication à Doukoula.

Transport d’une toiture de vannerie pour la belle-famille, pays masa.

Transport d’une toiture de vannerie pour la belle-famille, pays masa.

Mode de recouvrement des toitures meules bornouanes, dit « au bâton ».

Mode de recouvrement des toitures meules bornouanes, dit « au bâton ».

18Ce même expatrié ne jure que par l’ombrage des villes et la qualité des arbres le long des rues. Les cités précoloniales du bassin du lac Tchad étaient, rappelons-le, dépourvues d’arbres, hormis quelques Ficus sur les placettes. Le 18 juillet 1983, en fin d’après-midi, Maroua subit une tornade sèche en marche depuis le nord-est. Nous avons vécu là une forme de démesure. Après un inquiétant prélude où tout ce qui vivait se taisait et semblait vouloir éviter un inévitable désastre, un vacarme de séisme se fait entendre, un déchaînement saccadé s’empare de la végétation de la ville, par rafales, tantôt au plus près du sol, tantôt animant en houle la cime des arbres. Après un point paroxysmique, la tornade cesse soudain : le vide, une ville muette comme si elle venait de subir une bastonnade. Monte alors de tous les quartiers une longue plainte, « wayo, wayo, wayo »… Devant les dégâts, un long silence, puis le bruit de milliers de haches et de coupe-coupe à l’œuvre dégageant les rues, prélevant le bois des arbres renversés, une aubaine. Des dizaines de cailcédrats plus que cinquantenaires, dont les immenses houppiers ont donné prise à la bourrasque, gisent en travers des rues. Les neems, ligneux cassants, ont perdu une partie de leurs branches. Ces arbres jetés à terre n’ont été un spectacle insoutenable que pour la communauté d’expatriés.

Communauté Gamergu ayant adopté la culture bornouane, village de Kaygamari, région de Kolofata, 1970.

Communauté Gamergu ayant adopté la culture bornouane, village de Kaygamari, région de Kolofata, 1970.

1. Plan type d’habitation Gidar, région de Lam.

1. Plan type d’habitation Gidar, région de Lam.

2. Une unité d’architecture pour une épouse.

2. Une unité d’architecture pour une épouse.

3. Ferme chez les Masa Bugudum.

3. Ferme chez les Masa Bugudum.

4. Un camp de « buveurs de lait » (gurna) chez les Masa Gumay.

4. Un camp de « buveurs de lait » (gurna) chez les Masa Gumay.

Habitation (saré) de Peuls citadins du Diamaré, 1970.

Habitation (saré) de Peuls citadins du Diamaré, 1970.

Toit d’une case quadrangulaire qui s’envole sous l’effet d’une ascendance et retombe entre les murs (à Gonogono).

Toit d’une case quadrangulaire qui s’envole sous l’effet d’une ascendance et retombe entre les murs (à Gonogono).

DEMEURES PALATIALES, PATRIMOINES ÉPHÉMÈRES

19Dans l’Atlas aérien du Cameroun [Dongmo et al., 1983] auquel j’ai participé, seules les demeures palatiales apparaissent clairement sur les photographies aériennes IGN. Les plus accomplies sont les habitations des chefs peuls et les ensembles des chefferies bamiléké de l’Ouest ou, encore, quelques demeures comme celle du chef des Wiina à Djonghong.

20L’habitation de ce chef, photographiée par l’IGN en 1963, a subi relativement peu de transformations lorsque nous en faisons le levé en 1981. On compte quelque 48 unités, selon une alternance pour chaque épouse — chambre, cuisine, silo — qui se développe sur sa périphérie parfaitement circulaire. Un second ensemble de maisons de femmes partant de l’entrée se dilate pour venir envelopper la « case en dur » du chef et son énorme silo au centre. La clôture d’épineux (zeriba) qui protégeait le tout en 1963 a disparu.

21Au Tchad, le palais du gong (chef) de Léré, formé de deux arcs d’architectures coalescentes, offre alors un espace bâti plus imposant encore. Il s’ouvre à l’avant sur une pièce d’apparat et une entrée d’écrans de vanneries maintenues par des doubles pieux et, à l’arrière, sur un corral pour le bétail. En 1978, j’ai bataillé plus de deux jours (à la planchette Topochaix et petite triangulation) pour le mesurer en totalité, en passant par chaque cellule de femme. Comme partout chez les Mundang restés traditionnels à cette époque, un énorme silo trône à l’avant de chaque cellule, faisant corps avec la cuisine et la chambre, sous une terrasse débordante à deux niveaux. On dénombre 57 de ces cellules complexes.

22L’étrangeté de l’architecture mundang a suscité de nombreuses descriptions chez les premiers voyageurs, entraînant même une controverse. André Gide [1927-1928], qui fait profession d’esthétisme, n’a cessé, dans Le retour du Tchad de classer le beau et le laid. S’il décrit en termes enflammés la « case-obus masa » (de fait musgum), il trouve l’architecture mundang « … des plus curieuses — mais des plus laides — et d’abord à cause de la matière employée, une sorte d’argile extrêmement grossière et mêlée de gravier. Murs très peu hauts coupés de sortes de petits donjons ou tourelles ; le tout formant bracelet ». De plus, elles seraient sales et encombrées. Dans L’Afrique fantôme, en 1932, Michel Leiris [Leiris, 2003] réfute l’appréciation de Gide : « L’intérieur des cases, tout vernissé, est d’une netteté inouïe. Dans chacune, grand pilier quadrangulaire aminci au milieu : jet curviligne. Jour tamisé, venant d’une seule ouverture ronde située en haut et au milieu ». Pour Ernest Psichari [1946], cette architecture ajoute « encore à la tristesse infinie du sol ». De loin, ces constructions semblent de grands tombeaux perdus « au sein d’une plaine élyséenne » : coupoles de terre, toits plats, complexité des intérieurs qu’ils protègent mais « on est étonné de surprendre une vie paisible et agricole ». C’est ce que voudront en retenir les administrateurs coloniaux parlant des « fermes moundang » dans leurs rapports de tournées.

Exemple de construction de type hausa, à Ngaoundéré, 1972, réservée aux cases d’apparat.

Exemple de construction de type hausa, à Ngaoundéré, 1972, réservée aux cases d’apparat.

23Dans les monts Mandara, les chefferies mofu (des massifs de Wazang, Douroum et Douvangar) ne peuvent se satisfaire du modèle de base des cases en enfilade pour loger plus de trente épouses et leurs progénitures. Le module d’entrée peut néanmoins être conservé. Il s’abouche alors sur des quartiers séparés, où les unités de construction s’organisent en cercles concentriques. À l’intérieur, chaque femme dispose de sa cuisine — les chambres restent encore collectives — en face des cercles des silos. Les Mofu-Nord ajoutent, dans les constructions palatiales les plus anciennes, une originalité : un couloir souterrain artificiel, murs cyclopéens soutenant des dalles de pierres recouvertes de terre. Ce long vestibule permet de mieux contrôler les entrées et sorties, comme dans la citadelle que nous avons pu lever en 1973 à Wazang auprès du chef Bello Makabay. Ce couloir souterrain existe également à Douvangar tout au sommet du massif, à Ar Wédé Wédé. À Douroum, il a été remplacé par un porche monumental de pierres.

24C’est aussi la disposition en quartiers séparés qui est adoptée chez le chef podokwo d’Oudjila (1972), dont le gynécée a été divisé en trois puis en deux ensembles pour une quarantaine d’épouses en moyenne : l’un pour les femmes podokwo, l’autre pour celles issues de l’ethnie voisine muktele, chacun gardant ses particularités architecturales. Ce second ensemble constitue la matérialisation du capital acquis grâce au tourisme. Le palais du chef d’Oudjila est devenu un but d’excursion dès la construction de la spectaculaire route dite « des centres massifs » en 1955.

25Les palais des chefs kotoko témoignent chacun d’une « personnalité » car ils reposent sur un remodelage constant des structures anciennes, parfois proto-islamiques. Les pièces d’apparat et les étages sont privilégiés, à la différence des parties du gynécée, très instables. Les unités d’habitation, en revanche, obéissent aux canons architecturaux propres au pays kotoko (cf. le palais du sultan de Kousseri levé par mes soins en 1972 [Seignobos, 1977]).

26Pour tous ces palais, les levés des gynécées se déroulaient en présence du sultan lui-même, comme à Mora devant May Bichaïr Oumar avec sa barbe blanche teintée à l’indigo, en majesté sous son parasol (1973).

27Les saare laamu (habitation/pouvoir) des lamidats peuls ont adopté le plan type du palais hausa. Une série de salles d’apparat monumentales en enfilade, dont celle de l’entrée, devait démontrer la puissance de la lignée au pouvoir. Dès leur fondation au début du XIXe siècle, ces chefferies ont bénéficié de conseils, voire de la participation, de maçons hausa, en particulier pour l’exécution des énormes piliers d’argile décorés qui soutiennent les voûtes de terre chapeautées par d’immenses toits de chaume. Les modèles citadins les plus aboutis viennent du Bornou et des principautés hausa. Ces constructions quadrangulaires, aux murs légèrement et diversement obliques rattrapés par des colonnes centrales, supportent un toit d’argile bombé appelé soro. Mais ce sont les bâtisseurs issus de populations du cru, vassalisées, qui ont apporté à chaque lamidat un style particulier, grâce à l’utilisation de matériaux privilégiés, à leurs tours de main et aussi à l’idée du beau et du fortuné qu’ils manifestent à l’égard de leurs princes. La haute muraille crénelée de la cité de Rey incorpore une entrée rappelant celle des chefs dama que les Peuls ont supplantés. À Ngaoundéré, l’entrée était recouverte d’une immense toiture de paille des marais peignée, avec une avancée qui descendait jusqu’au sol, réplique des cases-entrées des chefs (belaka) mbum, population vassalisée de la région, mais dans une version surdimensionnée. Elle est aujourd’hui remplacée par un bâtiment en dur, sans grâce, financé par le plus puissant alhaji, local, salué comme un grand évergète.

Habitation (ay) du chef Bizi Douroum de Douvangar, 1971.

Habitation (ay) du chef Bizi Douroum de Douvangar, 1971.

Habitation (ay) du chef de Douroum, pays mofu, 1973.

Habitation (ay) du chef de Douroum, pays mofu, 1973.

28Ces ensembles palatiaux étaient indéfectiblement liés à deux institutions, l’une religieuse, la mosquée qui leur fait face, et l’autre commerciale, le marché qui, le centre du lamidat s’étoffant, sera reporté toujours plus à l’écart.

29Les campagnes de levés d’architectures ont souvent occupé mes années de terrain, d’abord dans le cadre de ma thèse en 1972-1973 au Cameroun, puis afin de poursuivre l’inventaire des architectures entre 1975 et 1978 au Tchad. J’ai pu en revisiter certaines en tant que conseiller scientifique du film « De feuilles et de terre. Architectures traditionnelles au Cameroun », de Dominique Théron et Aman Mohaman (La Sept/Orstom, 1989). En 2011, je décide de revisiter les sites dont j’ai gardé les souvenirs les plus précis.

30On constate, après les années soixante-dix, un abandon du stéréotype. Il touche d’abord à l’organisation des unités architecturales, qui se disjoignent, se redistribuent différemment, selon une assignation nouvelle pour chaque membre de la famille. Les unités elles-mêmes ne sont plus construites avec les mêmes matériaux. Tout ce qui est « de la vie d’aujourd’hui » pousse au changement… L’ameublement moderne (lits, tables, bahuts) va favoriser le choix de volumes quadrangulaires. Il servira surtout un meilleur agencement des unités d’habitation dans des milieux urbains, voire villageois, aux espaces de plus en plus contraints.

31Le bilan peut, en 2012, être assez facilement établi. Dans le Tchad méridional, on est passé au village de briques cuites différemment appareillées, parfois en assises alternées de boutisses et de panneresses. Lentement, la tôle remplace le chaume des toits. Ces habitations, sous les manguiers, ont le plus souvent perdu leurs greniers végétaux, les récoltes intégrant les maisons.

32Au Cameroun, les architectures de plaine n’ont pas forcément plus évolué que celles des montagnes. Celle des Arabes Showa marque peu de changement alors que, depuis les années soixante-dix, les cases-obus musgum disparaissent, de même que les habitations mundang, dont on a cherché à retrouver, encore en 1990, des ensembles auprès des seules vieilles femmes, comme à Garey. Leur disparition est également avérée chez les Gidar même si, en 2012, quelques familles font de la résistance architecturale à Bidzar, Kongkong et Lam. En revanche, les architectures des habitations masa (zina) et tupuri (tin) marquent encore le paysage, comme il y a un siècle. Il ne faut pourtant pas voir dans ces survivances une quelconque ferveur vouée à l’architecture traditionnelle. Elle répond plutôt au désir de rester dans le concert villageois et de ne pas « tirer l’œil » — le saa, le siiri — et autres implacables sorcelleries indexées sur la jalousie. Il convient de ne pas susciter le soupçon de sorcellerie, qui peut naître du simple éclat de quelques toitures tôlées.

Les vastes vestibules des palais des chefs peuls sont tous différents, mais ils représentent le plus souvent un compromis entre le style des architectures des peuples soumis et des emprunts à celles des grandes cités hausa ou du Bornou.

Les vastes vestibules des palais des chefs peuls sont tous différents, mais ils représentent le plus souvent un compromis entre le style des architectures des peuples soumis et des emprunts à celles des grandes cités hausa ou du Bornou.

1 – Lamidat de Bibémi, d’après document 1950.

2 – Lamidat de Touroua, 1996, dessin sur le motif.

3 – Palais de Rey, 2000, dessin sur le motif.

33Les architectures palatiales, survivances du passé, ont eu bien des difficultés à se maintenir au fil des changements de société. Les contenus familiaux, avec dépendants et serviteurs, ne sont plus les mêmes. Les anciennes corvées pour entretenir les demeures des chefs ont fait long feu. Eux-mêmes hésitent entre des choix modernistes de confort et ceux de garder les marques architecturales qui fondent leur autorité depuis des lustres.

34Parmi les sites que j’ai revisités en 2011 se trouvent trois « camps de ségrégation » appelés maladreries (léproseries), créés dans les années trente (à Guider et Kaélé), à l’époque où les lépreux représentaient 8 à 9 % de la population. Leurs dispositions hésitaient entre alignement réglementaire d’un camp de tirailleurs et plan pseudo-radioconcentrique autour d’une case infirmerie. Le fonctionnement interne de la léproserie de Meskine, déplacée des abords de Maroua, me fascinait particulièrement.

35On y comptait, en 1972, quelques dizaines de lépreux, individus sans âge, porteurs, encore pour certains, du masque léonin caractéristique, yeux rouges enfoncés dans un visage bouffiet membres diversement amputés, emmaillotés de pansements douteux. Quelques-uns partaient aux champs avec parfois leur houe fermement liée à leur moignon. Décrite comme une maladie à bas bruit, un lent pourrissement des chairs la plupart du temps sans douleur, la lèpre se montrait imprévisible dans ses évolutions. Pourtant, la plupart de ceux qui en étaient affligés manifestaient une jovialité non feinte. C’est à Meskine-Koutourou la communauté la plus drôle que j’ai rencontrée, pas seulement lors de l’inénarrable relevé du camp où les plus handicapés se chamaillaient, hilares, pour tenir le double décamètre, non plus qu’au cours de parties de koss jouées avec exubérance, les cartes bruyamment battues par des mains aux doigts en partie privés de phalanges… mais aussi par tout ce qui m’y était conté.

36Cette société de réprouvés reproduisait l’image sociale inversée de celle des « vivants » de Maroua, ce dont ils s’amusaient fort. Dans cette cour des miracles, le chef était un Mafa des montagnes, ses chefs de quartiers, des païens de la plaine et ses plantons, des Peuls. Le vécu dans le camp semblait peu inspiré de l’orthodoxie musulmane ni d’aucune autre. Pourquoi dans notre lointain Moyen Âge fallait-il des Saints pour approcher les lépreux à clochettes ? Question que posait déjà en 1957 Jean-Pascal Benoist, médecin et chroniqueur de ces contrées.

  • 2 Après 1948 viendront les sulfones, sorte de sulfamides, qui détruisent le bacille de Hansen. Les t (...)

37Dans les archives du service des Grandes endémies à Garoua dans les années soixante-dix, je suis tombé sur des centaines de fiches anthropométriques. Sur chacune, une silhouette humaine standard de 30 cm de haut représentait un lépreux, avec identité et adresse, et sur laquelle étaient progressivement grisées les parties manquantes, terrifiant décompte devant aller jusqu’à l’émiettement final. Elles signaient une période antérieure aux possibles traitements (blanchiments), où le seul et bien incertain soin reposait sur l’huile végétale Chaulmoogra, produite aux Indes et déjà en partie falsifiée en 19352.

Ruines de la léproserie de Guider, l’infirmerie, 1935.

Ruines de la léproserie de Guider, l’infirmerie, 1935.

38Lors de ma dernière visite à la léproserie de Meskine en 2011, un riche alhaji de Maroua avait repris le camp en main. Il assurait tout à la fois son « rationnement » et le bon ordre religieux. Les pensionnaires, peu nombreux, étaient tous en voie de rémission. « Ces villages d’épouvante » appartenaient au passé.

Intérieur d’une habitation chez une femme mundang à Léré.

Intérieur d’une habitation chez une femme mundang à Léré.

Palais du chef de Léré, 1978.

Palais du chef de Léré, 1978.

1 – Entrée.
2 – Appartement du chef.
3 – Réserves.
4 – Épouses.
5 – Femmes héritées.
6 – Bétail.

Saré du chef peul de Balaza Lamido, 1973.

Saré du chef peul de Balaza Lamido, 1973.

1 – Zawleeru.
2 – Quartier du Lamido.
3 – Quartier de ses fils et des hôtes.
4 – Magasins.
5 – Quartier de la première épouse.
6 – Gynécée pour les autres épouses.

Un canon de l’architecture giziga habitation, l’du chef Vagaï Bouba,, à Moutouroua 1972.

Un canon de l’architecture giziga habitation, l’du chef Vagaï Bouba,, à Moutouroua 1972.

1 – Ensemble pour le chef.
2 – Bâtiment d’apparat.
3 – Chambre-cuisine-silo des épouses.
4 – Silo du chef et aire sacrificielle.

Habitation du chef de Wiina, à Djonghong, 1981.

Habitation du chef de Wiina, à Djonghong, 1981.

1 – Bâtiment pour le chef.
2 – Chambre-cuisine-silo des épouses.

VERS LA FIN DE LA « CIVILISATION DES GRENIERS » ?

39On peut encore aujourd’hui observer une infinie variété de silos différents par la forme, la structure, les matériaux… mais pour combien de temps ? Certaines régions se contentaient de silos élémentaires, végétaux, hors de leurs habitations, d’autres incorporaient des silos complexes dans l’ensemble architectural. La disposition des greniers par rapport aux unités d’habitation (coalescentes, disjointes…) déterminait la nature du plan adopté par chaque entité ethnique.

40Les méthodes de stockage rendent compte d’une extrême variabilité que chaque groupe déploie pour veiller sur ses récoltes. Le silo constitue plus que le reflet de l’agrosystème, il exprime aussi les angoisses des communautés pour leur survie.

41Chez les montagnards, qui vivent une forme de « religion du mil », le grenier représente l’élément central, le plus complexe, de l’architecture. Ils engrangent les sorghos en grains et font confiance à l’atmosphère contrôlée qu’ils sont parvenus à créer à l’intérieur du silo, neutralisant les déprédateurs au sein d’un ensemble d’entomofaune où certains insectes joueraient un rôle positif.

42Les Mofu ont élaboré un cercle de hauts silos cyclopes, obturés par une poterie spécifique. Ce hublot permet de se hisser dans un premier compartiment protégé par une voûte de terre. Il est subdivisé en casiers qui rayonnent autour d’un sas donnant accès au corps du silo. Le grenier d’une épouse est divisé en trois compartiments, chacun sur un tiers de la hauteur, le plus grand contenant le mil et les deux autres les arachides, l’oseille de Guinée et les niébés. Le silo du chef de famille ne présente qu’une seule subdivision verticale qui le renforce, et là est stocké le gros de la récolte.

43La répartition des grains est significative. Les éleusines échappant aux charançons grâce à la dureté de leurs petits grains occupent le bas ; viennent ensuite les sorghos à longue conservation, puis les autres, plus sensibles. Auparavant, le « mauvais mil » des panicules indigentes ou malades, isolées au moment du battage, regagne directement les silos des épouses, qui l’écouleront en priorité. Les réserves du mari ne devront intervenir que lors de l’engagement des plus gros travaux de sarclage des champs. On comprend alors que le grenier qui assure la survie et la reproduction de la famille soit également un autel, et que sa gestion comme son accès soient soumis à une implacable discipline.

Greniers niellim.

Greniers niellim.

44Seule la première épouse peut y entrer. On est alors toujours surpris de voir des femmes âgées se couler avec une aisance acrobatique à l’intérieur de ces silos.

45Invité, en 1972, à suivre les sacrifices (kuley) au pied du grenier-autel par le père d’un de mes élèves du lycée de Maroua, je suivais les gestes de l’officiant empreint de sacerdoce, comme si sa vie n’avait été vouée qu’au sacré. Au centre des silos éclairés par les seuls faisceaux de tiges de mil enflammées, le sacrificateur entièrement dénudé — comme il se doit — nous faisait passer la calebasse de bière de mil après avoir « nourri » les mânes des ancêtres. Je me souviens que, dès le lendemain, je donnais à la classe de mon élève, la seconde M 2, une interrogation écrite sur le Congrès de Vienne. Sans vouloir épiloguer sur ces formes de grand écart culturel qui s’imposaient à nos élèves — parfaitement supportés par certains, beaucoup moins par d’autres —, j’ai parfois dû batailler pour suspendre des renvois du lycée. Je pense avoir fait œuvre pie en m’impliquant dans la défense d’élèves qui se plaignaient « d’avoir du brouillard dans la tête », promis à quelques carrières ultérieures brillantes, notamment à la direction de sociétés para-étatiques… Ils se reconnaîtront.

46Le silo mafa suit le même principe que celui des Mofu, en dépit d’une structure fort dissemblable, ainsi la partie supérieure du grenier mafa est-elle dilatée afin d’épouser le volume de la toiture. Ce cône de terre supporte directement un toit très effilé, terminé par des hauts de tiges de petit mil. Le corps du grenier lui-même est légèrement décentré, afin de ne pas gêner le passage d’une unité à l’autre. Le platelage du grenier, protégé par le dôme de terre, est subdivisé en alvéoles pour recevoir les différentes récoltes. Ce cône maintient une atmosphère particulière et constitue un pare-feu efficace. Il repose non pas sur le mur, mais sur un liseré de pierres maintenant une aération, tout en empêchant son accès aux termites. Souvent, à l’extérieur, sous le débord de la toiture mafa, tel un animal familier, un python contrôle les populations de rongeurs.

47En plaine, les silos, comme simplifiés, prennent la forme de greniers-bouteilles sur les rives du Logone, montés sur des tréteaux de bois alors que ceux des Giziga plus à l’intérieur des terres appuient leur lourdeur massive sur une embase de pierres, nus au soleil durant la saison sèche, habillés de pailles tressées contre les pluies… Dans l’immense aire de greniers de vannerie, depuis le Guéra jusqu’aux plaines du Chari et du haut Logone (chez les Niellim, Tunia, Sara, Ngambay, Laka, Mbum…), ces silos végétaux étaient regroupés en marge de l’habitat. Les récoltes de sorghos sont le plus souvent engrangées en panicules après fumigation du grenier. Déposées en grains, des plantes insectifuges dominées par des inflorescences d’Hyptis spicigera s’intercalent en épais paillassons entre les couches de sorghos.

48Les stockages différés empruntent en plaine la forme de silos souterrains (gaska), circulaires ou quadrangulaires, de 3 m de profondeur. Développés par les populations musulmanes et en dehors des habitations, ils semblaient une réponse aux razzias précoloniales ou une stratégie visant à masquer sa richesse. Dans le fond de la fosse entièrement lutée d’argile et de déjections animales, on verse de la cendre, puis des rafles de sorgho et on y cale une vannerie. On roule ensuite à la verticale une autre vannerie que certains badigeonnent de boue malaxée avec de l’Hyptis spicigera. On maintient entre la vannerie et la paroi un espace que l’on remplit encore de rafles et de balles de sorgho. Le silo est obturé d’un sekko (vanneries) et d’écales d’arachides. Le tout est couvert de feuilles de Calotropis procera qui se collent entre elles grâce à leur latex ; aujourd’hui, une feuille de plastique protège le silo contre les infiltrations d’eau. Une couche de sable dissimule l’ensemble.

Un stéréotype d’architecture mofu nord, la salle des silos.

Un stéréotype d’architecture mofu nord, la salle des silos.

Une salle des silos en construction, à Douvangar.

Une salle des silos en construction, à Douvangar.

49Alors que je m’enquérais de la saveur de grains conservés parfois des années dans le sol au village de Jiddéré Sawjo (Diamaré), les jeunes m’affirmèrent que cela donnait des boules collantes au goût de moisi, raison pour laquelle ce mode de stockage serait en voie d’abandon. Un vieil informateur marqua sa désapprobation : « Ce qui sortait des gaska (trou silo), c’était de la nourriture et cette nourriture-là nous a sauvés. »

50Aujourd’hui, les modes de stockage s’adaptent aux nouvelles façons de bâtir. La chape de ciment, dans la chambre ou le magasin, sur laquelle on peut installer des tréteaux bas et hisser des sacs de prolypopylène du Nigeria (dits « Baba Gana ») permet d’engranger et de déstocker plus facilement. Partout, les greniers, pourtant confectionnés à la hâte, moins soignés, reculent. Ils n’en représentent pas moins l’ultime touche ethnique des habitations du passé.

Case-silo d’une femme mafa, à Magoumaz.

Case-silo d’une femme mafa, à Magoumaz.

Silo en vannerie sur bergerie kapsiki, à Sir.

Silo en vannerie sur bergerie kapsiki, à Sir.

Grenier multipode gude, à Boukoula.

Grenier multipode gude, à Boukoula.

Aire des silos du chef Matal de Zouélva, protégée sous un embuissonnement d’Acacia ataxacantha (début du xxe siècle).

Aire des silos du chef Matal de Zouélva, protégée sous un embuissonnement d’Acacia ataxacantha (début du xxe siècle).

Grenier-bouteille masa (carnet de terrain).

Grenier-bouteille masa (carnet de terrain).

Grenier-bouteille chez les Musgum-Bege.

Grenier-bouteille chez les Musgum-Bege.

Cellules d’habitation des épouses et leurs silos chez les Mundang de Léré.

Cellules d’habitation des épouses et leurs silos chez les Mundang de Léré.

Silos mundang, Garey (carnet de terrain).

Silos mundang, Garey (carnet de terrain).

Les derniers silos intérieurs des Zumaya, victimes d’un ethnocide au début du xixe siècle, dans la plaine du Diamaré (carnet de terrain).

Les derniers silos intérieurs des Zumaya, victimes d’un ethnocide au début du xixe siècle, dans la plaine du Diamaré (carnet de terrain).

Silos dowayo, avec des rondes bosses, figuration de têtes de taurins, village de Mango.

Silos dowayo, avec des rondes bosses, figuration de têtes de taurins, village de Mango.

La région autour de Maroua.

La région autour de Maroua.

LES TENTES DE NATTES DU TCHAD

51De 1974 à 1979, j’ai illustré le seul mensuel existant à N’Djamena, Tchad et Culture, édité par une équipe de Tchadiens encadrés par des jésuites. J’avais également en charge des dossiers sur les essences arborées et les architectures vernaculaires.

52En février 1979, les combats reprenaient à N’Djamena entre les forces du colonel Kamougué et celles d’Hissène Habré. Le no 115 contenait un dossier sur les tentes du Kanem, du Liloa et du Batha, réalisé avec mon collègue Jean-Charles Clanet, géographe à l’université du Tchad. Bien que prêt pour l’impression, ce dossier ne devait jamais paraître, du fait des combats dans la ville. Ironie du sort, nous avions même prévu de promouvoir la revue avec un dessin de pick-up 404, le taxi-brousse du Tchad, surmonté de la mention « Tchad et Culture, un démarrage foudroyant »…

53Dans les tentes de nattes du Tchad, toutes conçues selon le même principe, le lit est dressé en premier et tout le montage s’effectue à partir de lui. Deux rangées de mâts centraux et deux de piquets extérieurs (en bois de jujubier et de Bauhinia rufescens) soutiennent des longerons et des arceaux souples (en Acacia seyal), sur lesquels sont déroulées les nattes en feuilles de palmier doum (Hyphaene thebaica). Les différences se manifestent par le biais des arrangements intérieurs. Toutefois, l’allure générale de la tente et ses abords identifient immédiatement ses habitants.

54Chez les Gorane Kreda Yorda, qui se répartissent de part et d’autre du Bahr El Gazal (cf. carte p. 179), la tente composée de trois nattes n’est pas symétrique, ni dans sa largeur ni dans sa longueur.

55La plus grande, placée verticalement, constitue en un seul tenant les parois de la tente jusqu’à la porte. Elle est doublée, pour la moitié exposée au vent d’est, par une protection de cuir dont la longueur et la décoration dépendent de la richesse de la femme. Deux autres nattes, supportées par l’arête faîtière, complètent l’ensemble. Elles sont fixées à l’armature par des cordes de doum tendues en diagonales et arrimées au bas des piquets, le passage dans les nattes empruntant des œillets de cuir. À côté de la tente, un édicule sert de cuisine et, au moment de la saison fraîche, un petit vestibule de nattes est aménagé. Chez les Gorane Daza, les piquets extérieurs sont presque aussi élevés que les mâts centraux. De forme parallélépipédique (8 à 10 m de longueur, 3 m de largeur et 1,8 m de hauteur), la tente est aussi couverte de trois nattes que l’on peut agencer de façon à orienter, selon les saisons, des sortes de bouches d’aération aux quatre coins. Plus spacieuses, les tentes daza semblent toujours moins encombrées que celles des Kreda. Le lit, isolé par un écran de nattes ou par le delay (cuir orné de cauris), est disposé sur un côté de la tente sans gêner les montants.

Tente kreda au montage.

Tente kreda au montage.

Le lit et les « étagères » chargés de sacs de réserves et de récipients servent à arrimer l’armature de la tente au sol.

56Les Tubu apparaissent au Kanem, au nord de Ziguey. Dans la région du Liloa, dépourvue de doumeraies, les grandes nattes enveloppantes sont remplacées par des pans de nattes épinglés au bâti par des alènes souvent ouvragées. La tente tubu, plus bombée que celle des Daza, offre une symétrie sur les trois plans. L’entrée se situe sur l’angle d’un des côtés transversaux.

57Les campements du Kanem se présentent généralement en lignes, l’entrée des tentes orientée à l’ouest, à l’opposé des vents dominants. Chacune d’elles dispose de son enclos à petit bétail et d’un autre où sont accrochées les « cordes à veaux ». L’ensemble des tentes se trouve, lui, tourné vers le troupeau que l’on regroupe la nuit.

58Dans la région de Cheddra, les campements kreda, comme celui de Moussara, levés en 1977, constituent en revanche des formations fermées, car ils se situent au contact avec des éleveurs mbororo et arabes. La constante menace de vol de bétail impose le regroupement des troupeaux la nuit au centre du campement.

59Tous les éléments de ces habitations démontables et transportables se retrouvent sur les flancs de puissants bœufs porteurs. Rouleaux de nattes et arceaux recourbés mis en faisceaux donnent cette allure particulière aux colonnes de transhumances. Les femmes y sont juchées, tout à la surveillance de leurs biens. Dès l’arrêt du site choisi, elles monteront, avec une étonnante rapidité et dextérité, leur demeure, où l’homme gardera toujours le statut d’invité. Il n’y disposera que de ses armes, ses amulettes, sa selle et une modeste cantine. Le domicile n’est pas conjugal. L’homme ne saurait « fouiller » la tente à l’arrière du lit, où se trouve le magasin de sacs entreposés sur les bâts des bœufs. En cas de séparation, l’homme rejoint la tente de sa mère. Les hommes, maintenus totalement à l’écart ou libérés du quotidien sont ainsi mobilisables pour des razzias ou pour alimenter des guerres sans fin, comme le Tchad en a connues.

60Ces communautés nomades semblent avoir multiplié, comme à plaisir, des codes comportementaux autour de leurs demeures minimales. Dans un campement, l’étranger ne peut, à son arrivée, que rester entre la mosquée centrale et la tente du chef de campement. On doit s’abstenir de plonger le regard vers l’intérieur d’une tente et de la contourner par l’arrière. On demeure accroupi sur ses pieds avant d’être invité à s’asseoir, et encore à certains endroits de la tente. Ces habitudes se perpétuent chez les Gorane et Tubu installés à N’Djamena, et j’en ai été témoin.

61Chez les transhumants les plus mobiles, les Mbororo, le campement se révèle plus sommaire encore. Un lit est monté sous les arbres, et les branches sont rabattues en « cabane » au-dessus, pendant la saison des pluies. Lorsqu’ils lèvent le camp, les Mbororo ne laissent rien sur place, pas de poubelles, tout s’emporte. Les bâches, en plastique léger et imperméable, promues matériau de base du transhumant furtif, sont aujourd’hui de tous les campements.

Publicité prévue pour le mensuel Tchad et Culture, 1979.

Publicité prévue pour le mensuel Tchad et Culture, 1979.

62Lorsque les parcours se raccourcissent et que les circuits se figent, il se crée alors un village d’attache. Une construction plus solide, en l’occurrence une case, va protéger le lit du nomade, et ce sur le modèle de la case kuzi des Arabes Showa. Ici, le lit familial devient un vaste ensemble décoré où l’on range vêtements et vaisselles de prestige. Au-dessus de ce lit vaisselier, un dais de nattes, dernier avatar de la tente du nomade, le protège de la poussière. Cette case kuzi héberge aussi, sous sa vaste coupole de paille non litée, les espaces qui autrefois jouxtaient la tente : les cordes à veaux à l’arrière du lit, alors que, sur un côté, c’est l’espace-cuisine avec ses plaques foyères et sa réserve d’eau.

63Les soubresauts guerriers du Tchad nous avaient fait prendre conscience de la précarité de notre recherche. Nous avions vécu la longue période d’otage de notre collègue, Françoise Claustre, dans le Tibesti. On craignait qu’un second enlèvement dans notre communauté n’entraîne l’arrêt des missions sur le terrain, déjà parcimonieusement autorisées et pour des périmètres bien délimités. Je me souviens d’une nuit (1977), sur les rives du Chari, à Mafaling, où j’ai reçu la visite de quelques affidés d’un mouvement du Front de libération nationale (Frolinat). Ils cherchaient à connaître le véritable but de mes enquêtes… La conversation a porté sur le soutien de la France au gouvernement sara alors que, en 1897, elle traitait avec le sultan Gaourang, et qu’il était temps pour elle d’embrasser la cause du Nord. Ils sont repartis en reprenant leurs armes laissées à l’extérieur du village.

64En février 1979, nous avons dû être rapatriés en France pendant le coup d’État. Nous avons tout laissé, y compris, pour ma femme, l’ensemble de ses documents d’enquête pour sa thèse d’État en linguistique. À cette époque, dans le « pré carré » français, le Tchad, avec ses rébellions sans fin, faisait figure d’exception.

Jattes de bois du Kanem que l’on accrochait au montant des tentes.

Ferik (campement) de Dougoul, pays kreda, tente de 4 nattes.

Ferik (campement) de Dougoul, pays kreda, tente de 4 nattes.

Ferik (campement) de Moussara, pays kreda, 1977.

Ferik (campement) de Moussara, pays kreda, 1977.

Ferik de Moussara, ensemble familial.

Ferik de Moussara, ensemble familial.

1 – Cordes pour les veaux.
2 – Foyer.
3 – Baratte.
4 – Foin du cheval.
5 – Petit bétail.
6 – Décoration cuir et cauris.
7 – « Étagère ».
8 – Cantine.

Ferik (campement) d’Al Moura, chez les Babalia (carnet de terrain, 1975).

Ferik (campement) d’Al Moura, chez les Babalia (carnet de terrain, 1975).

Intérieur d’une case kanembu dite « en crinoline », village de Letema, au Kanem, 1977.

Intérieur d’une case kanembu dite « en crinoline », village de Letema, au Kanem, 1977.

1 – Tente - lit - vaisselier
2 – Réserves.
3 – Armatures (bois de Calotropis).
4 – Poulaillers.

1 – Case kuzi des Arabes Showa, village de Masla, en 1983.

1 – Case kuzi des Arabes Showa, village de Masla, en 1983.

Durant la saison sèche, les cases sont délaissées. Il ne reste que les infrastructures, les jarres les plus lourdes et les foyers.

2 – Lits vaisseliers, dernier avatar de la tente de l’éleveur transhumant.

2 – Lits vaisseliers, dernier avatar de la tente de l’éleveur transhumant.

– Village d’Atri (Nord-Cameroun), 1982. Le lit vaisselier est décoré des faisceaux de tiges de papyrus.
– Village d’Abassouri Kabir (Nord-Cameroun), 1982, case de la femme du cheik.

3 – Case kuzi des Arabes Showa des années soixante-dix dans la région de Makari, Tchad.

3 – Case kuzi des Arabes Showa des années soixante-dix dans la région de Makari, Tchad.

RECONSTRUIRE CE QUI N’EST PLUS : L’EXEMPLE DE LA CASE-OBUS

65Vers la fin des années quatre-vingt-dix, les demandes de soutien pour la création de musées régionaux ou ethniques affluent de toutes parts auprès des agences d’aide. Les projets, portés par des élites locales et des associations de ressortissants, restent toujours un peu flous. Dans ces musées, on ne sait trop que mettre, mais cela est néanmoins perçu par les intéressés comme un projet recevable par les bailleurs du Nord. Les communautés musulmanes, Kotoko exceptés, n’ont jamais formulé ce type de projet. Le petit musée et le centre artisanal, construits à l’entrée du marché central de Maroua en 1955, ont toujours été désignés par les Peuls de la ville comme la « maison des diables » (suudu ginnaaji).

66Dans les différents festivals culturels qui se multiplient depuis 1995 dans le nord du Cameroun, chaque groupe se fait obligation de présenter sa culture matérielle dans ce qu’elle a de plus abouti : son architecture. Pour les premiers festivals masa (Tokna masana), en 1999, alternativement à Yagoua (Cameroun) et à Bongor (Tchad), on dresse systématiquement un zina masa. Avec le temps, il est construit avec de moins en moins d’enthousiasme sur le lieu des festivités, alors qu’il en existe des modèles intacts à peu de distance de là…

67Les grands rassemblements culturels, comme le Festival national des arts et de la culture (Fnac) de Maroua organisé en janvier 2009, procèdent également à des reconstitutions architecturales. Mais, construites par des manœuvres locaux sous-payés, ce ne sont que parodies d’architectures arabes Showa, kotoko, mofu… Elles sont dépouillées de leurs matériaux ligneux avant même la fin de la manifestation. On est bien loin des fastueux comices, appelés « Foires de Maroua » des années cinquante, où les chefs de canton venaient en grand arroi avec leurs notables rivaliser à travers « leurs » architectures, respectant scrupuleusement les canons traditionnels.

68La reconstitution en 1996-1997 d’un ensemble de cases-obus (teleuk) émane d’une demande des élites et d’une association musgum. Elle ouvre ici un véritable défi, celui de reconstituer une architecture emblématique disparue. Sur les rives « camerouniennes » (ainsi désignées sous André Gide) comme tchadiennes du Logone, « les cases masa d’argile, si étranges, semblaient autant d’obus grands et petits posés sur leurs culots ». Ces citations émanent quasi toutes de militaires, dans un contexte de préet post-Première Guerre mondiale. Les administrateurs ont vanté la case musgum et elle a été célébrée par Gide [1927-1928] : « Ce n’est pas tant son étrangeté que sa beauté qui m’émeut […]. Nul ornement, nulle surcharge. Sa pure ligne courbe, qui ne s’interrompt point de la base au faîte, est comme mathématiquement et fatalement obtenue. » Théodore Monod en 1926, lors de ses enquêtes sur « l’industrie des pêches au Cameroun », parle de « l’étrange vision que cette plaine immense du Logone semée, parmi les boqueteaux de palmiers rôniers, de ces prodigieux pains de sucre d’argile cannelée ! » [Monod, 1929]. La case-obus se voulait le clou de l’exposition coloniale de 1931.

Ensemble de cases-obus (élèves de l’École d’architecture de Paris, 1952).

Ensemble de cases-obus (élèves de l’École d’architecture de Paris, 1952).

69Pour aboutir à la reconstitution, un chantier école sera mis en place par l’ONG « Patrimoine sans frontières ». Un architecte, Fabien Jamin, encadrera une équipe de jeunes et vieux musgum pour la reconstitution d’un ensemble familial, sur les bords du Logone, à Mourla. La principale difficulté semble avoir été de rassembler la quantité de paille de référence (Panicum paucinode) — devenue moins abondante — nécessaire pour pétrir l’argile de ces grandes structures autoportantes. Outre l’exemplarité du projet, tant dans sa réalisation que dans le transfert des connaissances des aînés aux nouvelles générations, c’est sa pérennisation qui peut être saluée. Cette réalisation a fait l’objet d’un ouvrage paru aux éditions Parenthèses, dans la collection « Architectures traditionnelles » que je dirigeais [Seignobos et Jamin, 2003]. À la demande des élites musgum, j’ai rédigé une première partie sur l’histoire de la case teleuk, illustrée de photographies anciennes de Marc Allégret, des élèves architectes de l’École de Paris et des photographies des ultimes cases-obus encore occupées prises au début des années soixante-dix par le photographe et ami Guy Philippart de Foy.

70Toutefois, pour « Patrimoine sans Frontières » et dans la conception du projet par l’architecte encadreur, ce chantier ne pouvait aboutir qu’à une réappropriation de la case-obus comme modèle d’habitation — ou s’intégrant dans les architectures actuelles, formes et volumes pouvant également inspirer des bâtiments officiels et des hôtels. Pour les Musgum, et c’est là un malentendu majeur, le projet a servi à s’approprier un symbole identitaire : la case-obus, en l’imposant à travers des manifestations où la haute administration et la télévision nationale (CRTV) ont été conviées.

71Dans les discours officiels, faciles à décrypter, au cours des festivals musgum (Maga-Pouss, 2000 ; Kousseri, 2002, etc.), la case-obus tient un rôle central, « architecture unique au monde », pourquoi pas venue d’Égypte avec son peuple. Les communautés musgum, qui pourtant n’ont pas toutes possédé de cases teleuk, s’identifient à cette oriflamme pour se rendre plus visibles dans le concert de leurs voisins et sur le plan national. Nul ne semble pourtant vouloir reconstruire des cases-obus domestiques à habiter. D’ailleurs, depuis leur disparition, à la fin des années soixante-dix, les commandes pour en rebâtir n’émanent que de l’extérieur : du Secteur de modernisation rizicole de Yagoua (Semry), de Peace-Corps, pour les besoins du film « De feuilles et de terre » (La Sept/Orstom), ou d’expatriés les utilisant comme cabanons pour le week-end sur la berge du Logone.

72Le « spectacle de ces innombrables cônes se profilant sur le ciel [qui] tourne à l’obsession » décrit par l’enseigne de vaisseau Delevoye en descendant le Logone en baleinière en 1903 appartient irrémédiablement au passé.

Coupe dans une chambre et une cuisine d’une épouse ; un foyer extérieur.

Coupe dans une chambre et une cuisine d’une épouse ; un foyer extérieur.

Coupe dans la chambre d’une épouse.

Coupe dans la chambre d’une épouse.

Plan de la case du chef de famille.

Plan de la case du chef de famille.

Le long du Logone, paysage musgum, xixe siècle. Saison sèche.

Le long du Logone, paysage musgum, xixe siècle. Saison sèche.

Reconstitution d’une cité de cases-obus à Malla, sur la rive orientale du Logone.

Reconstitution d’une cité de cases-obus à Malla, sur la rive orientale du Logone.

LES DÉCORATIONS FIGURATIVES DANS LES ARCHITECTURES

73Dans les années cinquante et soixante, les dernières décorations figuratives peintes disparaissent des architectures du bassin du lac Tchad. Bien qu’ayant sans doute représenté une forme de quintessence culturelle des sociétés païennes, ces productions, souvent féminines, vont s’éteindre d’elles-mêmes dans l’indifférence face à la prégnance des mondes dominateurs musulmans.

74Chez les Fali et les Dowayo, on relevait des expressions figuratives jusque dans les mosaïques des courettes. Les Gbata avaient réussi à conserver des figures en relief sur les colonnes d’argile et les murs des vestibules : varan, tortue d’eau, cavaliers… qui ont été peu à peu reconverties en croissant étoilé et en tablette coranique. Les intérieurs des cases-obus musgum ont été entièrement décorées, à hauteur d’homme, de figurations humaines, de cavaliers, de pirogues, de scènes de chasse à l’hippopotame… telles que pouvait encore les relever Olive Macleod en 1912. Lors du festival musgum de Maga-Pouss, en 2000, les organisateurs ont encouragé un retour aux décorations d’antan. Toutefois, le rare motif qui va couvrir les murs de Pouss sera celui, indigent, copié sur les broderies de coussins de femmes musulmanes : un vase avec des fleurs, selon un choix de couleurs limité à celles du drapeau national : rouge, jaune, vert.

75Lors d’une rocambolesque mission exploratoire chez les Koma en 1978, j’ai eu l’opportunité d’entrevoir tout un patrimoine de décorations figuratives architecturales, relictuel d’une aire géographique jadis axée sur la moyenne Bénoué. La montagne koma, dans les monts Alantika, à la frontière du Nigeria, a été en quelque sorte consignée dès après l’Indépendance, à la suite d’un film documentaire présenté en France et en Belgique sur les « Koma péteux » (réalisation Alain Baptizet). On y voyait se dérouler une fête chez des populations dévêtues, dont les danses provocantes étaient accompagnées de concerts de pets. Ces images étant difficiles à assumer pour un jeune État indépendant, l’accès aux monts Alantika a été interdit.

76J’achevais le recensement des architectures traditionnelles pour le musée dynamique de Garoua, dont on projetait la réalisation prochaine, lorsque j’ai obtenu des « laisser-passer » pour la région koma.

77Mohammadou Eldridge, représentant de l’Institut des Sciences humaines pour le Nord, mis au courant, m’adjoint d’office un « mouchard » pour m’accompagner : Abdouramanou, un Mbororo Jaafun qui devait se révéler un excellent compagnon de route. Le sous-préfet de Poli me recommande la prudence avec des montagnards que l’administration n’a pas visités depuis longtemps, les derniers étant les administrateurs Relly et Sarazin, le photographe René Gardi, l’équipe médicale des « Grandes endémies » et, bien sûr, les documentaristes du film incriminé… Il me conseille de m’adjoindre les services du lamido de Wangaï, petite principauté sur le piémont des Alantika qui disposait de fusils ! En effet, une cinquantaine de chassepots de 1870, entreposés là, auraient pu servir si l’on y avait affecté des munitions…

Canarium schweinfurthii, arbre oléifère emblématique des monts Alantika.

Canarium schweinfurthii, arbre oléifère emblématique des monts Alantika.

78Le lamido de Wangaï, un ancien militaire, m’annonce que ma mission risque d’être compromise car, sur la montagne, les Koma sont « en pleine alcoolisation festive à la bière de mil ». J’atteins néanmoins Bimlérou-le-haut, où la communauté koma ouvre sa grande fête des récoltes. Le spectacle est unique. Les femmes, huilées et ocrées, coiffées de casques de petites boules de kaolin greffées sur les cheveux, sont vêtues de bouquets de feuilles. Toutes ont à la main leur houe d’apparat. Les hommes couvrent leur cache-sexe sous un tablier à double panneau, dont celui à l’arrière, plus long, est également composé de bandes de coton (gabak) bleu et blanc en alternance. La plupart sont coiffés d’un petit bonnet phrygien.

79À me voir arriver accompagné d’un Peul, le vieux chef, Voksi, se montre très décontenancé. Mais la population, tout à ses bacchanales, manifeste une joie qui se veut communicative. C’est la fête des récoltes, celle de l’abondance, avec ses rites carnavalesques qui se déroulent dans une vacance du cadre social quotidien. Les danses commencent avec les femmes en ligne, leurs grelots aux chevilles, accompagnées de musiques à la fois stridentes et nasillardes. Des pitres au visage charbonné, brandissant des sceptres de bois à tête de bovin, avancent vers nous, fesses à l’avant, le tour de l’anus rehaussé de charbon… Les pétomanes koma, c’était donc vrai… Abdouramanou, saisi de tremblements, me supplie de quitter dans l’instant ce carnaval païen, il m’attendra à Wangaï. Les pitres s’emparent de mon appareil photo et, embusqués dans les buissons et les arbres, font mine de me photographier. Voksi, tout à ses rituels, n’est surtout pas là pour régenter ce qui s’apparente à un charivari et, toujours embarrassé par ma présence, il me conduit dans une case. C’est là que je découvre un intérieur entièrement décoré. Bovins, taurins et zébus composent le bestiaire dominant, mais sont là aussi différents types de varans, des dessins d’oiseaux (pique-bœuf et d’autres, indéterminés), des haches, des houes et de curieux personnages, initiés porteurs de vestures végétales emboîtées ou encore effrontément sexués. Sur le haut du mur sont accrochés des massacres de bovins, passés à l’ocre, le mufle prolongé par des touffes de végétaux, sortes de fougères, ou non identifiés. Ces images, dépourvues de sens pour moi, m’oppressent alors comme une vérité entraperçue qui ne pourra que m’échapper.

80L’Afrique d’avant la colonisation, fantasme inavoué de tout chercheur et si étonnamment conforme à mon imaginaire de jeunesse, est devant moi, à travers le spectacle du festival et cette fresque murale peinte avec du charbon, différentes cendres et huiles et des pigments d’ocre variés. Enfermé dans cette habitation de guère plus de 3 m de diamètre, je scrute avec ma lampe de poche, comme dans une caverne, chaque motif, tandis qu’à l’extérieur, la houle de la fête enfle ou s’apaise, s’éloigne ou se rapproche. Les décorateurs de ces murs, et sans doute d’autres encore dans ces villages des hauteurs, sont encore bien de ce monde.

81Voksi me fait apporter une grosse jarre de bière, bouillie blanche, et me dit en foulfouldé qu’il n’y aura que de la bière pendant plusieurs jours. J’opère périodiquement des sorties pour suivre les phases de la fête. Le troisième jour, tous les hommes en armes sont réunis sur une place dégagée pour chasser les impuretés, d’abord avec d’immenses fouets, puis en décochant des flèches mais, vu l’état d’ébriété des archers, je préfère me replier dans mon intérieur décoré. Voksi, vaguement inquiet, me fait changer de lieu et m’entraîne à l’écart, dans un espace relativement touffu, et m’ouvre une bâtisse prête à s’effondrer. Il fait très humide, et je n’ai même plus de natte pour m’allonger. La vermine grouille partout. Je reçois une ultime gargoulette de bière, et puis plus rien. Lors de mes sorties, j’entrevois des participants, errant par couple et, à l’ombre des arbres, des jeunes gens terrassés par la fatigue. Au sixième jour, n’ayant pratiquement rien mangé, ni pu questionner quiconque, et interdit de compréhension de ces étrangetés, je décide de redescendre en me promettant de revenir lever l’architecture koma, bien atone au regard de celle des Dowayo, et surtout de consigner les derniers feux de son art figuratif.

Voksi, chef de Bimlérou, d’après une photo de René Gardi.

Voksi, chef de Bimlérou, d’après une photo de René Gardi.

82À Wangaï, je retrouve le lamido au milieu de ses notables et demande des nouvelles de « mon » Mbororo. Secoués de rire, ils me répondent qu’il ne s’est même pas arrêté à Wangaï et qu’il a fui à Poli, où je le retrouverai.

83Je suis revenu par la suite dans les Alantika travailler sur l’agrosystème et les cultures relictuelles. L’accès au pays koma était réouvert, il l’aurait été sans moi. Par la suite, la présence de chercheurs (anthropologues, linguistes, muséologues), se relevant dans une sorte de campement scientifique à Bimlérou-le-bas, devait s’instituer. Les Koma Gimbe ont eu droit à leur antropologue-écologue avec Edmond Dounias, comme les Dowayo voisins avaient eu le leur avec Nigel Barley, et que le peuple duupa pouvait revendiquer le sien avec Éric Garine. Puis, dans les années quatre-vingt-dix, les Tour operator italiens arrivent. Les villages koma des crêtes, restés si longtemps « encore non dénaturés », disparaissent, et les décorations murales avec, comme se sont raréfiés peu après, sur les piémonts, les vêtements de feuilles et les casques de kaolin des femmes.

Village de Bimlérou-le-haut, pays koma. Il comptait, en 1979, 32 habitations familiales.

Village de Bimlérou-le-haut, pays koma. Il comptait, en 1979, 32 habitations familiales.

Chez les Koma, l’aire habitée est la plus boisée. Ces « forêts domestiques » permettent de repérer les villages ou d’anciens sites habités.

Une case décorée dévolue aux rituels, à Bimlérou-le-haut.

Une case décorée dévolue aux rituels, à Bimlérou-le-haut.

La fête des récoltes à Bimlérou-le-haut, danse des femmes et danse des pitres (madi).

La fête des récoltes à Bimlérou-le-haut, danse des femmes et danse des pitres (madi).

Les pitres sont des animateurs de la fête équipés de faux pénis démesurés, casqués de plumes. Ils jouent de la flûte et brandissent des sceptres de bois. Seules les femmes dansent, parées et huilées. Il s’agit d’huile de Canarium. Au premier plan, deux petites gourdes contenant cette huile corporelle.

MURAILLES ET ARCHÉOPHYTES DES TEMPS PRÉCOLONIAUX

84Les approches du lac Tchad dans leur partie méridionale ont été le pays des cités fortifiées, celles des Sao, prédécesseurs des Kotoko, dont le peuplement allait de la Komadugu Yobe (Nigeria) jusqu’au-delà du Chari (Tchad).

85Après le xvie siècle, les plus importantes cités n’ont pu prospérer qu’en prêtant allégeance à un royaume de l’intérieur des terres, ce qui rend compte de leur situation, soit sur la berge occidentale des fleuves Chari et Logone pour celles vassales du Bornou (Goulfey, Kousseri, Logone-Birni), soit sur la berge orientale pour le Baguirmi avec les cités du Chari et celles payant tribut sur le Logone (Malla et Kim). Leurs murailles n’ont jamais atteint la sophistication de celles des cités hausa, mais elles pouvaient développer des chemins de ronde à partir d’une sorte de plan intérieur incliné et, au niveau des portes, des mâchicoulis. Elles enserraient néanmoins de vastes espaces habités et leur hauteur pouvait, comme à Goulfey, impressionner. Sur le Chari, les cités pré-baguirmiennes de Banré et de Dam en amont, situées sur des berges concaves escarpées, ne se protégeaient que du côté terre.

86Dans les années soixante, les bourgades kim se serraient encore jusqu’à l’étouffement, béantes parfois sur le haut de la berge sans cesse érodée. Contraintes dans le passé dans une muraille périphérique, leur disposition relevait du plus grand désordre, semblable à celui des bancs d’huîtres (Aetheria elliptica) du Logone. Mieux encore, des murailles intra-muros cloisonnaient les différents quartiers rendant compte de la genèse de la cité. Pour être moins vulnérables, les villages s’étaient coagulés sur un tertre exondé de la plaine proche du fleuve sans toutefois renoncer à une forme d’indépendance.

87On recense encore une multitude de modestes fortifications dans l’interfluve Chari-Logone, le long du Ba-Illi et aussi au sud, chez les Tobanga et les Sumray, ou encore dans les plaines du moyen Logone, chez les Musgum, les Masa et les Wiina. Ces fortins refuges, appelés ngulmun dans un grand nombre de langues, se réduisent à un épais mur de terre de la hauteur de l’épaule jusqu’à 2,5 m, précédé d’un fossé imparfaitement circulaire, d’un diamètre rarement supérieur à 150 m, avec deux entrées opposées en entonnoir barricadées de troncs d’arbres. On recherchait, pour ériger un ngulmun, des sites densément boisés. Les arbres pouvaient même croître à l’intérieur de l’enceinte, afin de contraindre l’ennemi à livrer un combat au corps à corps. Des jarres étaient disposées là comme réserves d’eau et aussi pour brasser la bière de mil que les femmes apportaient pour donner du cœur aux défenseurs (cf. le récit de Gustav Nachtigal, l’un des grands découvreurs de l’Afrique centrale, dans son « Voyage du Bornou au Baguirmi », 1880).

Le sari, système de défense en Commiphora africana, chez les Kenga, Tchad.

Le sari, système de défense en Commiphora africana, chez les Kenga, Tchad.

88S’il convient de parler de « trouvaille », c’est sans doute celle des systèmes défensifs végétaux et de leur structuration de l’espace qui, en 1980, contribue à m’ouvrir, sans coup férir, les portes du CNRS. Dès lors que l’on prend la peine de les rechercher, on les rencontre partout en Afrique, tant il est vrai que nous ne voyons bien que les choses pour lesquelles nous sommes avertis.

89Dans la zone soudano-sahélienne, les indices favorables à leur découverte sont simples. La nature étant peu géomètre, trouver des éléments végétaux, appartenant à la même essence, alignés à quelque espacement que ce soit, est le premier d’entre eux. Dans les piémonts des massifs du Mandara et du Guéra, les haies défensives ont, en freinant l’érosion, laissé un autre indice : de longs bourrelets de terre suivant plus ou moins la même courbe de niveau. Dans l’observation des fossés ou des murs de pierres, enfin, on remarque souvent les vestiges des éléments végétaux qui les accompagnaient.

90Nous donnerons comme exemple de fortification végétale des plus achevées dans les piémonts des monts Mandara celle des massifs de Dougwor, Mawasl et Mékéri, les plus exposés aux attaques des cavaleries peules des lamidats proches. Les Mofu habitant ces chaos rocheux, où les terrasses se résumaient à des poches de terre, avaient besoin, pour survivre, de cultiver un liseré de piémont qu’ils devaient alors sécuriser. Ils semaient trois lignes parallèles, de 1,5 à 2 m d’écartement, d’Acacia ataxacantha, un épineux buissonnant. Les graines, introduites dans des tiges de sorgho ouvertes, étaient enterrées à faible profondeur. On bouturait, entre ces lignes, Commiphora africana en supports d’Acacia ataxacantha afin de les maintenir à une certaine hauteur. L’écartement à 0,45 m et une légère inclinaison donnée aux boutures faisaient se croiser les troncs de Commiphora africana, contournés et armés de nombreux rameaux spinescents. Cette disposition en croisillons formait l’ossature de la muraille végétale. L’Acacia était semé juste avant les pluies et le Commiphora au cours de la saison sèche. Certaines de ces fortifications ont pu se maintenir jusque dans les années cinquante, comme à Douroum, pas très éloigné de Dougwor. Elles ont été décrites par des visiteurs comme un énorme cheval de frise d’épineux faisant le tour du massif, avec de rares passages en chicane.

91En une année, des lignes défensives pouvaient être ensemencées sur plusieurs centaines de mètres autour des massifs. Selon leur besoin en terre, les montagnards pouvaient avancer ou reculer ces lignes de quelques dizaines à quelques centaines de mètres. Ils récupéraient alors des sols enrichis par une sorte de lœss d’apports éoliens piégés par la frondaison des Acacia.

92Afin de protéger les rentrants dans les massifs ou des passages entre deux collines, les Mofu élevaient des murs de pierres cyclopéens jamais très hauts ou de simples pierriers doublés, toujours, de leur complément végétal, ici d’Euphorbia unispina, et encore de fourrés d’Acacia ataxacantha.

93Les ossatures de pierres laissées en place révèlent des ensembles créés sans directive générale, mais non dépourvus d’une grande cohérence défensive. Des lignes en épis, perpendiculaires aux massifs, en cloisonnant le piémont, obligeaient l’attaquant à des mouvements de contournement. La population qui y cultivait, avertie par des guetteurs, avait le temps de rejoindre les pentes rocheuses. Une discipline contraignait chaque quartier faisant face à l’appareil défensif à l’entretenir. Ceux qui se dérobaient voyaient leurs biens confisqués, à l’exception du mil des greniers.

Système défensif à Douvangar, début du xxe siècle.

Système défensif à Douvangar, début du xxe siècle.

94Depuis la haute Guinée jusqu’au Soudan, Acacia ataxacantha a été la providence des communautés affaiblies et vaincues. Les populations des sahels pourraient entonner un hymne à cet Acacia pour les avoir, durant des siècles, cachées, protégées, voire sauvées de l’extermination de razzieurs de tous poils. Partout dans les systèmes défensifs complexes, cet Acacia occupe les positions avancées, et on a le plus souvent recours à des supports limitant sa tendance à l’affaissement, ce sera Acacia polyacantha, que l’on étête pour forcer le développement des branches basses, ou encore Boswellia dalzielii.

95Commiphora représente l’autre essence la plus sollicitée dans le bassin du lac Tchad, du Wadday aux monts Mandara en passant par le Guéra. Il pouvait composer d’épaisses lignes de plus de 10 m comme chez les Kenga du Guéra avec, ici encore, une disposition en croisillons. Le feu en vient très difficilement à bout. Ces défenses végétales ont souvent précédé l’élévation de murailles de terre et, dans bien des cas, elles ont continué à servir de premières lignes.

96Il existe d’autres systèmes de défense végétaux. Dans les hautes terres des Mandara centraux aux régions de Poli, les populations ont choisi de s’abriter derrière Euphorbia desmondii et Euphorbia kamerunica. Ces défenses aboutissaient à des formes de bocage-dédale favorisant la protection du bétail et servant également de pare-feu.

97De Illi (lac de Fianga) au Tchad, jusque chez les Giziga en passant par les Gidar au Cameroun, l’ossature de la défense des villages était confiée à Adenium obesum (appelé « pieds d’éléphant » dans le nord du Cameroun et « baobab du chacal » ailleurs). Les exemples les mieux conservés se rencontraient, il y a peu encore, à Midjiving et à Kongkong. L’ensemble de ces ruines végétales est particulièrement visible pendant la saison sèche lorsque les Adenium se couvrent de fleurs rose vif. Des doubles haies d’Adenium enserraient des chemins qui rayonnaient depuis le village établi parmi les premiers chaos rocheux jusqu’à la ligne de défense qui barrait le golfe. Composée encore d’Adenium en double haie, cette ligne se renforçait à l’avant de la traditionnelle association Commiphora africana et Acacia ataxacantha. Les Adenium bouturés côte à côte formaient un mur hermétique haut de plus de 3 m, capable d’arrêter les traits et même les balles des opérations de police coloniales. On pouvait également y aménager des meurtrières.

98Après la paix coloniale et pour répondre à l’exigence des « commandants », une grande partie de ces fortifications a été démantelée, principalement les murailles végétales face à la plaine et souvent désignées comme « boucliers ». Les autres haies ont été conservées pour la circulation du bétail vers la brousse, renouvelées peu à peu par des essences moins agressives comme les Jatropha spp. Cette reconversion a souvent, par la suite, masqué la fonction initiale de ces aménagements.

Commiphora africana.

Commiphora africana.

Acacia ataxacantha.

Acacia ataxacantha.

Ligne défensive et entrée dans les villages, en Euphorbia kamerunica et E. desmondii, pays jimi, monts Mandara centraux.

Ligne défensive et entrée dans les villages, en Euphorbia kamerunica et E. desmondii, pays jimi, monts Mandara centraux.

Système défensif des Giziga Lulu, début du xxe siècle. Combinaison d’Acacia ataxacantha, de Commiphora africana, d’Adenium obesum et d’Euphorbia unispina.

Système défensif des Giziga Lulu, début du xxe siècle. Combinaison d’Acacia ataxacantha, de Commiphora africana, d’Adenium obesum et d’Euphorbia unispina.

Tribulus terrestris.

Tribulus terrestris.

Les graines acérées de cette rudérale rampante, enduite de poison de Strophantus sarmentosus, pouvaient être répandues en avant de certains secteurs de lignes de défense.

Détail des archéophytes défensifs de Midjiving.

Détail des archéophytes défensifs de Midjiving.

Système défensif à Adenium obesum, village de Midjiving, chez les Giziga.

Système défensif à Adenium obesum, village de Midjiving, chez les Giziga.

BOSQUETS-FORTINS DE CEIBA PENTANDRA

99Arbre emblématique de l’Afrique, le Ceiba pentandra (un kapokier) se rencontre sur une vaste latitude, depuis les grands blocs forestiers guinéens jusqu’aux hautes savanes. Sa facilité de bouturage a servi dans le passé des constructions défensives arborées surprenantes, soit en lignes, comme à l’avant des murailles de certaines cités hausa (Nigeria), soit en bosquets défensifs, dont on retrouve les phytoruines dans l’interfluve Chari-Logone, à Kimré à l’est de Laï (Tchad).

100En 1873, en visite auprès du sultan du Baguirmi, mbang Abou Sakkin (1858-1884), alors en lutte contre un rival installé à Massenya et soutenu par le royaume du Wadday, Gustav Nachtigal rend compte d’une razzia baguirmienne à Kimré. Son récit, publié dans Le Tour du monde, 1880, est illustré de gravures signées d’Ivan Pranishnikoff. Des indications graphiques précises ont été données par Nachtigal lui-même, comme cela est indiqué dans le sous-titrage de certaines parties, à propos de ce que l’auteur allemand désigne comme « cotonniers géants », en raison de la présence de kapok blanc qui s’échappe de leurs capsules mâtures. Les Ceiba pentandra font l’objet de recommandations que les graveurs européens de l’époque ont de la peine à traduire. Pour eux, un grand arbre ne peut être qu’un chêne. Sur les gravures de Pranishnikoff, l’idée du bosquet-beffroi fait de Ceiba quasi jointifs se retrouve au second plan. Le premier est entièrement occupé par un arbre hybride au sens graphique, qui rappelle, par son architecture, les grandes charpentières et la disposition du feuillage du chêne. Toutefois, le dessinateur intègre une indication, sans doute appuyée, de Gustav Nachtigal, visant à faire apparaître les racines à contrefort propres aux Ceiba, qui peuvent, entre deux pieds voisins, devenir coalescentes.

101La scène rend compte de ces atmosphères de razzias particulièrement sanglantes et confuses. Gustav Nachtigal est mis en scène sur son cheval, scrutant le haut des arbres avec sa longue vue. Parmi les Baguirmiens, certains disposent de gurlum (armes à feu dérivées de mousquets ottomans). Auprès d’eux, des païens (kirdi) voisins des Gabri de Kimré, Ndam, Tumak, sortes de supplétifs, apportent leur concours. Ils disposent de boucliers de vannerie, plus petits que dans la réalité, et de couteaux de jet.

102Les kirdi de Kimré, hissés sur des sortes de hunes au sommet des arbres, se défendent avec des lances et projettent sur les assaillants de courts javelots de roseau ou de bois durcis au feu et lestés d’un poids de terre cuite. On les retrouve fichés sur le sol aux pieds des arbres. À Kimré, pendant que certains bosquets défensifs fixaient la colonne de razzia, le reste de la population avait le temps de fuir. Les Ceiba pouvaient difficilement être abattus en raison du manque de matériel. Aussi certains sièges tournaient-ils court. Pour les autres, les résultats se révélaient bien maigres.

103Un siècle plus tard, en 1978, j’ai redécouvert ce site dans la région de Kimré. On aurait dit que le paysage qu’avait pu observer Nachtigal et qu’il décrit comme « une futaie magnifique » avait été mis sous scellés. Les bosquets de Ceiba, arbres impérieux encore en place, continuaient à dominer tout le paysage de leurs 30 à 35 m de hauteur. Peu avaient été abattus, car ils ne gênaient pas les cultures. Ils se répartissaient de façon variable à quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de distance. Pour chaque faisceau de Ceiba, on avait bouturé de cinq à sept pieds, très peu espacés. Ce que ne pouvait imaginer Y. Pranishnikoff, c’est la rectitude des fûts et surtout l’apparition de branches aux deux tiers de la hauteur, parfaitement perpendiculaires au tronc. Ces branches, en se croisant, favorisent un entrelacs permettant de construire de solides platelages sur deux ou trois étages sur lesquels on installait des greniers de vannerie et plaçait des réserves d’eau.

104Chaque bosquet appartenait à une ou plusieurs familles. On ne vivait pas dans ces tours végétales mais, en cas de danger, on y hissait gens et petit bétail par des échelles de corde. Les habitations au sol se dispersaient dans un vaste parc arboré à la fois complexe et bien calibré.

105Véritable conservatoire du passé, la région de Kimré témoigne encore des siècles de razzias récurrentes (kuka, dam puis baguirmiennes). Depuis les razzias saisonnières dans l’interfluve Chari-Logone, les colonnes de captifs remontaient avec des étapes dans des rôneraies, passant le Chari à Lafana pour rejoindre Massenya, capitale du Baguirmi. Le gros des esclaves, dont ceux qui avaient réchappé à la « fabrication » d’eunuques (deux à trois sur dix opérés), gagnaient Wara au Wadday. De là, ils prenaient l’itinéraire du désert, dit « la route des quarante jours » (darb al arbaïn). Cette route qu’ont parcourue au cours des siècles des dizaines et des dizaines de milliers d’esclaves rejoignait Assiut en Égypte et, de là, tout le monde moyen oriental de la Sublime Porte aux lieux saints. Lorsque j’enseignais à l’université du Tchad (1973-1979), j’avais proposé à l’Unesco — malheureusement juste avant les événements guerriers de février 1979 qui emportèrent l’université — de classer ce paysage chargé d’histoire.

Portrait de Gustav Nachtigal.

Portrait de Gustav Nachtigal.

Ancien bosquet défensif de Ceiba pentandra, région de Kimré, Tchad (dessin sur le motif, 1978).

Ancien bosquet défensif de Ceiba pentandra, région de Kimré, Tchad (dessin sur le motif, 1978).

Réinterprétation de l’auteur.

Réinterprétation de l’auteur.

Gravure d’Ivan Pranishnikoff du siège des cotonniers géants de Kimré, en 1972. Illustration du « Voyage du Bornou au Baguirmi », Gustav Nachtigal, 1869-1873.

Gravure d’Ivan Pranishnikoff du siège des cotonniers géants de Kimré, en 1972. Illustration du « Voyage du Bornou au Baguirmi », Gustav Nachtigal, 1869-1873.

Notes

1 Dans le circum tchadien, les identités se font et se défont dans des catégories aussi floues et fongibles que l’ethnie, la fraction, le clan ou le lignage. Elles n’en demeurent pas moins comprises subjectivement, voire objectivement, dans le quotidien des intéressés. Une fois ce prérequis posé, le chercheur parle d’ethnies, en particulier dans le cas d’architectures, des paysages, car elles en sont la plus évidente expression.

2 Après 1948 viendront les sulfones, sorte de sulfamides, qui détruisent le bacille de Hansen. Les traitements précoces bloquent l’évolution en quelques mois et raccourcissent les fastidieuses cures d’entretien.

Table des illustrations

Titre Mur de clôture de pierres couronné de Gardenia erubescens. Habitation mofu de Douvangar, 1973.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Les batisseurs « anti-cailloux » à l’œuvre sur une colonne de pierre, à Douvangar en 2002.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Une concession chez les « Daba indépendants » (appellation administrative), construite sur un amas de rochers, devant des fours à sel.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Poterie faîtière de chefferie, à Bourrha Wamgo et Boukoula.
Légende Les poteries faîtières coiffaient certains silos de réserves, des cases autels, des cases vestibules de chefs de village et de chefs forgerons et, parfois, la chambre de la première épouse.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Village de Bourrha Wamgo, chez les Jimi.
Légende Coupe de l’ensemble des cases d’une femme.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Toiture de vannerie autoportante en fabrication à Doukoula.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Transport d’une toiture de vannerie pour la belle-famille, pays masa.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Mode de recouvrement des toitures meules bornouanes, dit « au bâton ».
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Communauté Gamergu ayant adopté la culture bornouane, village de Kaygamari, région de Kolofata, 1970.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre 1. Plan type d’habitation Gidar, région de Lam.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre 2. Une unité d’architecture pour une épouse.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre 3. Ferme chez les Masa Bugudum.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre 4. Un camp de « buveurs de lait » (gurna) chez les Masa Gumay.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Habitation (saré) de Peuls citadins du Diamaré, 1970.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Toit d’une case quadrangulaire qui s’envole sous l’effet d’une ascendance et retombe entre les murs (à Gonogono).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Exemple de construction de type hausa, à Ngaoundéré, 1972, réservée aux cases d’apparat.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Habitation (ay) du chef Bizi Douroum de Douvangar, 1971.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Habitation (ay) du chef de Douroum, pays mofu, 1973.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Les vastes vestibules des palais des chefs peuls sont tous différents, mais ils représentent le plus souvent un compromis entre le style des architectures des peuples soumis et des emprunts à celles des grandes cités hausa ou du Bornou.
Légende 1 – Lamidat de Bibémi, d’après document 1950.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende 2 – Lamidat de Touroua, 1996, dessin sur le motif.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende 3 – Palais de Rey, 2000, dessin sur le motif.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Ruines de la léproserie de Guider, l’infirmerie, 1935.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Intérieur d’une habitation chez une femme mundang à Léré.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Palais du chef de Léré, 1978.
Légende 1 – Entrée.2 – Appartement du chef.3 – Réserves.4 – Épouses.5 – Femmes héritées.6 – Bétail.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Saré du chef peul de Balaza Lamido, 1973.
Légende 1 – Zawleeru.2 – Quartier du Lamido.3 – Quartier de ses fils et des hôtes.4 – Magasins.5 – Quartier de la première épouse.6 – Gynécée pour les autres épouses.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Un canon de l’architecture giziga habitation, l’du chef Vagaï Bouba,, à Moutouroua 1972.
Légende 1 – Ensemble pour le chef.2 – Bâtiment d’apparat.3 – Chambre-cuisine-silo des épouses.4 – Silo du chef et aire sacrificielle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Habitation du chef de Wiina, à Djonghong, 1981.
Légende 1 – Bâtiment pour le chef.2 – Chambre-cuisine-silo des épouses.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Greniers niellim.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Un stéréotype d’architecture mofu nord, la salle des silos.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Une salle des silos en construction, à Douvangar.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Case-silo d’une femme mafa, à Magoumaz.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Silo en vannerie sur bergerie kapsiki, à Sir.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Grenier multipode gude, à Boukoula.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Aire des silos du chef Matal de Zouélva, protégée sous un embuissonnement d’Acacia ataxacantha (début du xxe siècle).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Grenier-bouteille masa (carnet de terrain).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Grenier-bouteille chez les Musgum-Bege.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Cellules d’habitation des épouses et leurs silos chez les Mundang de Léré.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Silos mundang, Garey (carnet de terrain).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Les derniers silos intérieurs des Zumaya, victimes d’un ethnocide au début du xixe siècle, dans la plaine du Diamaré (carnet de terrain).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Silos dowayo, avec des rondes bosses, figuration de têtes de taurins, village de Mango.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre La région autour de Maroua.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Tente kreda au montage.
Légende Le lit et les « étagères » chargés de sacs de réserves et de récipients servent à arrimer l’armature de la tente au sol.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Publicité prévue pour le mensuel Tchad et Culture, 1979.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Ferik (campement) de Dougoul, pays kreda, tente de 4 nattes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Ferik (campement) de Moussara, pays kreda, 1977.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Ferik de Moussara, ensemble familial.
Légende 1 – Cordes pour les veaux.2 – Foyer.3 – Baratte.4 – Foin du cheval.5 – Petit bétail.6 – Décoration cuir et cauris.7 – « Étagère ».8 – Cantine.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Ferik (campement) d’Al Moura, chez les Babalia (carnet de terrain, 1975).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Intérieur d’une case kanembu dite « en crinoline », village de Letema, au Kanem, 1977.
Légende 1 – Tente - lit - vaisselier2 – Réserves.3 – Armatures (bois de Calotropis).4 – Poulaillers.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre 1 – Case kuzi des Arabes Showa, village de Masla, en 1983.
Légende Durant la saison sèche, les cases sont délaissées. Il ne reste que les infrastructures, les jarres les plus lourdes et les foyers.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre 2 – Lits vaisseliers, dernier avatar de la tente de l’éleveur transhumant.
Légende – Village d’Atri (Nord-Cameroun), 1982. Le lit vaisselier est décoré des faisceaux de tiges de papyrus.– Village d’Abassouri Kabir (Nord-Cameroun), 1982, case de la femme du cheik.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre 3 – Case kuzi des Arabes Showa des années soixante-dix dans la région de Makari, Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Ensemble de cases-obus (élèves de l’École d’architecture de Paris, 1952).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Coupe dans une chambre et une cuisine d’une épouse ; un foyer extérieur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Coupe dans la chambre d’une épouse.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Plan de la case du chef de famille.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Le long du Logone, paysage musgum, xixe siècle. Saison sèche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Reconstitution d’une cité de cases-obus à Malla, sur la rive orientale du Logone.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Canarium schweinfurthii, arbre oléifère emblématique des monts Alantika.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Voksi, chef de Bimlérou, d’après une photo de René Gardi.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Village de Bimlérou-le-haut, pays koma. Il comptait, en 1979, 32 habitations familiales.
Légende Chez les Koma, l’aire habitée est la plus boisée. Ces « forêts domestiques » permettent de repérer les villages ou d’anciens sites habités.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Une case décorée dévolue aux rituels, à Bimlérou-le-haut.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre La fête des récoltes à Bimlérou-le-haut, danse des femmes et danse des pitres (madi).
Légende Les pitres sont des animateurs de la fête équipés de faux pénis démesurés, casqués de plumes. Ils jouent de la flûte et brandissent des sceptres de bois. Seules les femmes dansent, parées et huilées. Il s’agit d’huile de Canarium. Au premier plan, deux petites gourdes contenant cette huile corporelle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Le sari, système de défense en Commiphora africana, chez les Kenga, Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Système défensif à Douvangar, début du xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Commiphora africana.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Acacia ataxacantha.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Ligne défensive et entrée dans les villages, en Euphorbia kamerunica et E. desmondii, pays jimi, monts Mandara centraux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Système défensif des Giziga Lulu, début du xxe siècle. Combinaison d’Acacia ataxacantha, de Commiphora africana, d’Adenium obesum et d’Euphorbia unispina.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Tribulus terrestris.
Légende Les graines acérées de cette rudérale rampante, enduite de poison de Strophantus sarmentosus, pouvaient être répandues en avant de certains secteurs de lignes de défense.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Détail des archéophytes défensifs de Midjiving.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre Système défensif à Adenium obesum, village de Midjiving, chez les Giziga.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Portrait de Gustav Nachtigal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Ancien bosquet défensif de Ceiba pentandra, région de Kimré, Tchad (dessin sur le motif, 1978).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Réinterprétation de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Titre Gravure d’Ivan Pranishnikoff du siège des cotonniers géants de Kimré, en 1972. Illustration du « Voyage du Bornou au Baguirmi », Gustav Nachtigal, 1869-1873.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25086/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 371k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540