Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Chapitre 1. Des Paysages Humanisés

Texte intégral

LES PAYSAGES DE PARCS ARBORÉS, RÉVÉLATEURS DES SOCIÉTÉS RURALES

1Dans le sillage de Paul Pélissier, je m’étais jeté à corps perdu dans l’analyse des paysages agraires. Il s’agissait moins de valider les observations du maître que d’essayer d’affiner et de prolonger ses analyses en d’autres lieux. Le circum tchadien, vaste périmètre d’observation, s’offrait comme le plus admirable des théâtres pour la diversité des paysages de parc. Les parcs, autrement dit ces arbres commensaux des cultures, ont été sélectionnés par l’homme pour des finalités agronomiques, oléifères, et même de survie au moment des famines alors que certains d’entre eux sont rendus inclassables par leur polyvalence.

2L’analyse de paysage passe par un œil exercé. Le parc arboré représente un élément clé. Il occupe le cœur d’un terroir, ce dispositif agraire d’une communauté construit de façon auréolaire à intensité culturale décroissante vers les marges. Ces paysages agraires s’imposaient comme destination des « sorties de terrain » qui fondent — ou fondaient — l’originalité de l’enseignement de la géographie. Alors volontaire du service national (VSN) à Maroua, j’avais profité de la venue de Paul Pélissier en 1972 pour initier ces sorties. Par la suite, enseignant à l’université du Tchad, je devais poursuivre l’exercice avec des étudiants, ainsi que dans les années quatre-vingt, au Cameroun.

3J’avais élu quelques sites particuliers, sortes de belvédères pour y développer un discours géographique le plus didactique possible. L’un se situait à Mokong, à l’entrée des monts Mandara, d’autres sur certains encorbellements du pays mafa, à Ziver, Djinglia, et chez les Gude, mais d’autres aussi en plaine, chez les Mambay, et dans les yayrés, à Mazéra, pour un classique de l’utilisation d’un même milieu par plusieurs acteurs.

4Dans la région de Garoua, sur les plateaux tabulaires du Tinglin, l’historien Mohammadou Eldridge avait inauguré des « sorties culturelles ». On pouvait aussi y tenir des leçons de géographie (1980-1986). Le site est unique. Pour accéder à Kaskou, il fallait emprunter des cheminées aménagées dans les grès avec des étrésillons comme échelons de rondins de bois. Sur les ressauts de la falaise, les damans courent partout. Les villages fali, abandonnés avec leurs autels et le matériel afférent, semblaient intacts, comme pétrifiés grâce à leurs matériaux de terre de termitières recuits année après année par les feux, l’ensemble encore pris dans des haies d’euphorbes candélabres gigantesques. Un seul homme demeurait là, le grand ritualiste (tonji manu) qui se battait avec les cynocéphales pour protéger sa récolte de mil. Il restait là pour mourir dans ce village fantôme. En dessous, tel un tableau géographique, s’étendait la plaine de la Bénoué et ses cultures de décrue et, au loin, la confluence avec la rivière Mayo Kebbi.

Les ruines du village de Kaskou, sur le plateau du Tinglin.

5Je ne pouvais ignorer l’autre partie du métier, la géomorphologie, y compris dans les monts Mandara, et ne voir dans le capharnaüm de pierres que de tristes éboulis et des tas de gravats de massifs depuis des siècles en démolition jouxtant des mondes lapidaires dressés dans des équilibres cyclopéens… Les stations d’observation ne manquent pas, comme l’édifice complexe de Golda Zouélva au nord des Mandara : une ceinture de roches volcaniques de 7,5 km de diamètre dont le centre est effondré en caldeira. Si la variété infinie de roches, microgranites, syénites et, dans les émissions volcaniques, rhyolites, trachytes… aurait suffià attiser la curiosité du morphologue, d’autres motifs justifieront encore « l’excursion géographique ». Depuis Zouélva, on peut embrasser plusieurs types de terrasses et leurs accompagnements arborés avec, de loin en loin, des inclusions d’espaces semi-stériles à l’abandon. L’exposé morphologique s’ouvrant alors sur des constructions de paysages, quel docte discours géographique !

6Les zones soudano-sahéliennes ne présentent depuis longtemps que des formes de végétations diversement secondarisées de la forêt claire originelle, même si apparaissent ça et là, dans les no man’s land aux marges des principautés guerrières, des ensembles pseudo-climaciques. À côté de faciès dégradés, on retient les paysages construits, délibérément entretenus par l’homme.

7Des familles de parcs ayant connu des genèses quasi identiques suscitant des paysages semblables sont aisément identifiables du Sénégal au Soudan. On peut à la fois les ordonner par bandes écologiques latitudinales et en fonction de leur mode de construction. Certains se montrent étroitement conditionnés par les associations végétales en place : Vitellaria paradoxa, Tamarindus indica, Ficus spp., alors que d’autres s’élaborent indépendamment d’elles, ce qu’illustre parfaitement Faidherbia albida, étranger à toute formation naturelle.

8Lors des essarts, les cultivateurs vont manifester des stratégies de conservation de certaines essences, généralement héliophiles, choix qui devra être ensuite confirmé sur les champs permanents. À l’opposé, certaines essences vont naître dans la commensalité de l’homme, autour des habitations, à partir de haies ou d’épandage de poubelles. C’est le cas du baobab, de Cordia africana, Ziziphus spinachristi, Moringa oleifera… Ces parcs sont conservateurs, et on peut observer de véritables mises sous scellés d’arbres renvoyant à des agrosystèmes antérieurs. Même si ces parcs apparaissent comme issus d’une démarche réfléchie, les processus décisionnaires les concernant sont souvent peu explicites. On peut toutefois avancer qu’avec le temps, une forme de paysage culturel s’instaure qui, comme enseigne ethnique, ne peut que renforcer la résilience de ces parcs.

9Les parcs de karités accompagnent une céréaliculture de sorghos à cycle long intégrant des jachères. La nature pyrophile du parc lui permet, dans sa période de jachère, de supporter les feux de brousse. Les parcs les plus exemplaires, quant à leurs étendues et leurs densités, intéressent les groupes sara et ngambay du Tchad. La matière grasse est fournie par le karité, qui apparaît ainsi, en parc, comme une stratégie de communautés privées de bétail bovin. Accompagnateur omniprésent, le néré fournit condiments et brèdes. Ces deux essences sont de plus mellifères. Un cortège second, composé du tamarinier et de Vitex doniana, les accompagne. En limite des parcs et relevant parfois de formes de cueillette domestiquée, Bombax costatum offre ses bases florales pour la confection de sauces mucilagineuses, identitaires chez les Ngambay et les Laka, et ce en dépit de l’omniprésence des gombos pour le même usage.

Au centre d’une habitation masa (zina) : le corral.

Au centre d’une habitation masa (zina) : le corral.

Les veaux, équipés de museroles d’épines de Balanites, sont empêchés de téter leurs mères.

10Le parc de Faidherbia albida est parfaitement opposable au précédent de par sa genèse et en ce qu’il est, lui, intimement associé à un élevage bovin sédentaire qui assure sa diffusion, le travail intestinal du bovin facilitant la germination de la graine. L’homme devra ensuite l’émonder et accélérer ainsi le départ d’une cime.

11Un parc de Faidherbia sert un agrosystème de céréaliculteurs de sorghos hâtifs. Les Masa du Logone et leurs voisins tupuri, tous deux répartis entre Cameroun et Tchad, représentent le parangon de ces sociétés d’agropasteurs. Chez les Masa, la densité des Faidherbia (cutna) favorise parfois des houppiers quasi jointifs. Par sa phénologie particulière, Faidherbia perd ses feuilles pendant la saison des pluies, constituant une précieuse litière, et les Masa vont alors mobiliser la fumure animale pour enrichir le sol et l’exonérer de toute jachère. Une sous-strate apparaît constituée pour l’essentiel de jujubiers (Ziziphus mauritiana) taillés en têtard bas. Jusque dans les années quatre-vingt-dix, le parc de Faidherbia était quasiment coextensif à l’immense sole de sorghos rouges à laquelle se résumait tout terroir masa.

12Dans mes cours à l’université du Tchad (1973-1979), je confesse avoir suffisamment « bassiné » mes étudiants avec cet Acacia albida (taxon en vigueur à ce moment-là) décrypteur clé de paysages pour qu’ils me surnomment, encore bien des années après, « Acacia albida ».

13Les Musey, voisins des Masa, n’élevaient pas de bovidés, mais des poneys. Dans leur sélection arborée, le Faidherbia est remplacé par une légumineuse propre à enrichir le sol : Prosopis africana (hoyna). Cet arbre héliophile et pyrotolérant s’avère en accord avec une moindre emprise démographique et un habitat plus mobile. Une vaste gamme de Ficus et autres arbres fourragers comme Afzelia africana et Stereospermum kunthianum font généralement cortège au Prosopis. Dans ce parc, l’intérêt agronomique le dispute à la part de services rituels et sociaux.

14La route de Guéré à Gobo, dans ce que l’on appelle le « bec de canard », révèle un véritable cas d’école. Cette route orientée ouest-est passe exactement et linéairement entre deux civilisations agraires sans le moindre espace de transition, ni no man’s land. Jusque vers 1995, l’opposition était si flagrante qu’elle s’illustrait comme dans une bande dessinée, moment de grâce où le géographe a le sentiment de s’extraire de sa matière pesamment didactique. D’un côté, les Gizey, gens de la vache et apparentés aux Masa, avec leurs fermes dispersées sous un parc dense de Faidherbia et, pour renforcer si besoin était, la démonstration, des troupeaux de bovins ruminant sous les frondaisons. De l’autre côté, le pays musey et sa pseudo-brousse à Prosopis — et jusqu’en 2000, sans le moindre Faidherbia. Au loin, on distingue des villages sous des Ficus et partout, des tombes en pieux de hoyna.

Parc de Faidherbia albida, village de Sirlawé, pays tupuri.

Parc de Faidherbia albida, village de Sirlawé, pays tupuri.

Les branches de Faidherbia ploient sous le poids des gousses, chaque coup de vent en fait choir à terre. Ce bruit métallique alerte le bétail, qui se livre à une véritable cure de ces gousses durant la saison sèche.

15Les parcs de famine à palmiers rôniers et Ficus, souvent combinés à des zones ripicoles « entretenues », transcendent, en revanche, toute la bande soudano-sahélienne. Ils se développaient chez les groupes exposés aux attaques quasi saisonnières de royaumes prédateurs. Dans la longue histoire des insécurités dans le bassin du lac Tchad, il est permis de s’interroger quant au nombre de « rôneraies naturelles », tant elles ont servi de refuges pour les hommes. Certaines ont été le fruit de créations ex nihilo et d’autres de stratégies délibérées d’agrandissement. Les jardins de drupes fractionnées et mises en terre offraient, sur des hectares, des repousses dont les embryons étaient consommés sous maintes formes. La vaste rôneraie des Kwang, sur les berges du Ba Illi dans l’interfluve Chari-Logone, illustre la situation d’un groupe qui dut sa survie aux repousses de Borassus aethiopum désignées comme le « mil des Kwang ». On retrouve d’immenses rôneraies chez les Sarwa du Chari, les Bege du Logone, avec toujours la même fonction.

Faidherbia albida et Ziziphus mauritiana (jujubier), pays masa au nord de Yagoua.

Faidherbia albida et Ziziphus mauritiana (jujubier), pays masa au nord de Yagoua.

Deux espèces associées à un élevage bovin sédentaire.

16L’absence de parc est également signifiante. Les encadrements politiques forts, contrôlant de vastes espaces et plus encore les routes commerciales, n’auront guère besoin de ces constructions arborées héritées de sociétés paysannes. Ainsi peut-on postuler que plus le parc arboré est dense et varié, plus il se combine avec des techniques culturales sinon raffinées du moins intensives. Il correspond, par ailleurs, à un degré croissant d’enclavement, conséquence d’une faiblesse structurelle de l’encadrement politique des sociétés qui l’ont suscité.

17Avec la paix coloniale et la libre circulation des personnes et des denrées, les productions issues de ces constructions arborées ont été partout concurrencées (produits oléifères, légumes-feuilles, baies, fibres…), entraînant un ralentissement de leur progression et même de leur entretien.

18Depuis quelques années, on observe en revanche de nouveaux usages pour certaines essences. On enregistre la fin d’une demande de fibres qui se traduit dans l’arrêt de l’écorçage systématique du bas des troncs des baobabs et des Sterculia setigera en vue d’obtenir des cordelettes vestimentaires ou pour la confection de filets… qui conféraient aux baobabs de la région de la Bénoué une allure si particulière.

19Aujourd’hui, la demande de la pharmacopée se fait, elle, pressante, si l’on en croit le nombre d’arbres écorcés jusqu’à devenir difformes, comme certains Sclerocarya birrea et caïlcédrats. Plus inquiétants sont les prélèvements de racines dont les principes actifs passent pour être démultipliés. Les chefs de canton du nord du Diamaré ont cherché, en vain, depuis 1995, à éradiquer ces pratiques. Les rabatteurs des « écorciologues » et autres occultistes demeurent très actifs pour servir un marché urbain en expansion, mais avec des consommateurs désargentés et en plein doute quant à la médecine conventionnelle occidentale.

Baobabs écorcés pour divers usages, site de l’ancien village de Toro, chez les Fali.

Baobabs écorcés pour divers usages, site de l’ancien village de Toro, chez les Fali.

Parc de Prosopis africana, pays musey, Tchad.

Parc de Prosopis africana, pays musey, Tchad.

Cette légumineuse, propre à enrichir le sol ; son bois servait à élever des tombes ostentatoires.

1 – Le palmier Borassus aethiopum, village de Midjiving.

2 – Parc de karités sur cotonniers, pays ngambay.

3 – Cordia africana.

TERRASSES EMBLÉMATIQUES DES MONTS MANDARA ET GESTION MÉTICULEUSE DES ARBRES

20Les terrasses ne sont certes pas uniques en Afrique sur des reliefs semblables et aux mêmes latitudes, mais elles n’en sont pas moins devenues un paysage de référence. Au cours de leurs tournées, certains chefs de subdivisions comptaient les terrasses, plus de 1 000 sur le même dénivelé dans le massif de Zouélva… On se pencha ensuite sur leur histoire et leur fonctionnement.

21Ces terrasses, créant des champs parmi les chaos de roches granitiques ou volcaniques, permettaient aux populations de survivre. Dans ces milieux de montagne, les éléments fins descendent en continu avec le ruissellement. La dénomination du mur de la terrasse en langue mofu : menge ley (piège à champ) est sans équivoque pour exprimer la récupération de l’arène née de la désagrégation en place des roches. Par ailleurs, Mafa et Mofu ont cherché à favoriser leur éclatement en semant certains arbres et en versant du fumier pour accélérer l’ouverture des diaclases. Il s’agit là de pratiques délibérées. Ainsi un Mafa de Ziver me montrait son champ partant du fond du talweg jusqu’au sommet tout en englobant un vaste amas de blocs rocheux qui surplombait les terrasses. C’est bien ce tout qu’il possédait et maîtrisait. Le contenu de terre arable des terrasses ne cessera de se renouveler, aboutissant à des lithosols à jamais peu évolués, du point de vue du pédologue. Toutefois, à partir de ces « sols squelettiques » et grâce à des cultures adaptées peu exigeantes (sorghos des lithosols, petit mil, éleusine, oseille de Guinée, niébés, etc.), les monts Mandara ont offert des paysages parmi les plus densément humanisés de l’Afrique avec parfois plus de 200 habitants au kilomètre carré.

22Amorcées à partir des sites défensifs, donc par le haut, les terrasses se succèdent jusqu’au fond des talwegs. Elles doivent être scrupuleusement entretenues avant chaque saison des pluies, et leurs factures changent en fonction des matériaux et des pentes. La plupart des champs en terrasse marquent une inclinaison faible, en contre-pente vers le mur de la terrasse du haut pour forcer l’eau à percoler la terre dans son épaisseur. La terrasse laisse alors filtrer l’eau avant qu’elle ne passe à la suivante. Les murs peuvent supporter des boutures de graminées aux racines stolonifères afin de retenir les pierres et de contrôler le suintement de l’eau. Elles serviront pour l’affourragement du bétail claustré, pendant la saison des pluies. Si le besoin s’en faisait sentir, les montagnards n’hésitaient pas à construire derrière un liseré de pierres d’étroites parcelles linéaires à même les plaques rocheuses, récupérant l’eau de ruissellement pour des récoltes précoces.

23Ces réseaux de terrasses curvilignes qui cisèlent l’intégralité des pentes ont rarement été conçus comme des ouvrages d’ensemble. Chaque exploitation a construit ses terrasses et les a raccrochées à celles de ses voisins sur des niveaux approchants. Les terrasses ne sont pas, non plus, des ouvrages fixes. Les paysans en ont sans cesse modifié les linéaments. Contrairement à une idée reçue, un réseau de terrasses peut être mis en place rapidement. Nous en avons été le témoin dans les années soixante-dix pour l’aménagement en moins de quinze ans de la crête de Tchouwok, qui domine la plaine de Zamay.

Cuvette sommitale de Ziver, pays mafa.

24L’encadrement politique défaillant de ces massifs contraignait les populations à capitaliser sur place leur croît démographique. Ne pouvant bénéficier de ressources complémentaires dans des plaines contrôlées par des principautés musulmanes, une gestion minutieuse des arbres s’imposait. Dans ces espaces mesurés, la place des arbres n’en est pas moins conditionnée par la bonne venue du mil. Pour cela, la croissance de certaines essences de pleines terrasses, comme Faidherbia albida, Vitex doniana, Anogeissus leiocarpus, est contrôlée. Certaines peuvent servir de soutien aux murs des terrasses : Terminalia brownii (Podokwo, Muktele), Ziziphus mauritiana (Mofu, Mafa, Uldeme), Holarrhena floribunda (Bana, Jimi). Traités en têtard bas ou taillés pour fournir des perches, ils ne doivent pas, eux non plus, gêner la croissance du mil. C’est aussi dans ce but que l’on cantonnait dans les chaos rocheux les arbres à grands houppiers : caïlcédrats, tamariniers, Diospyros mespiliformis qui rejoignaient Lannea microcarpa, Ficus umbellata et Ficus abutilifolia dont c’est le biotope.

25Le maintien de la fertilité est, en partie, assuré par des arbres de restitution agronomique comme Acacia polyacantha que l’on retrouve dans le fond des vallées hautes. Ils ont été remplacés peu à peu sur les basses pentes (xviie, xviiie siècles ?) par Faidherbia albida dont les graines sont diffusées par les déjections des zébus achetés en plaine chez les Peuls.

26Les parcs de montagne, au contraire de ceux de plaine, se révèlent extrêmement hétérogènes pour répondre à une infinité de besoins. Chaque massif, patrie d’un groupe montagnard, devait en effet tendre vers l’autosuffisance alimentaire. On y découvre une infinité d’essences fournissant des « sauces » à partir de feuilles ou de fleurs. Un arbre comme Antiaris africana, fossile témoin d’un paléoclimat plus humide et traité en peuplier d’Italie, est un pourvoyeur de brèdes. Arbre vedette, Ficus dicranostyla, représente une véritable base alimentaire qui livre des feuilles à différents moments de l’année et aussi des sycones que l’on conserve séchés. Ce Ficus supporte, souvent à demeure, une fourche de bois qui en facilite l’accès et permet d’éviter le contact de sa sève urticante.

27En montagne plus qu’en plaine, on recourt à des « trompe-goût », sortes de productions végétales faisant fonction de succédanés de viande ou de poisson séché avec, en particulier, des fruits de Lannea microcarpa que l’on met à pourrir en terre…

28L’admiration suscitée par les terrasses et leur rôle de marqueurs de paysage ont empêché de voir où se jouait la véritable lutte antiérosive. Dans les massifs les plus élevés et enclavés des Mandara, en pays mafa, l’érosion est circonscrite dès les bassins de réception. La cuvette sommitale de Ziver, avec ses deux pâtures communicantes bordées d’euphorbes, en est le plus bel exemple. Elles sont cernées de drains pérennes qui canalisent vers un collecteur l’eau venue des basses terrasses. Ce collecteur suit la périphérie des pâtures pour conduire l’eau vers l’amorce du talweg. Au plus fort de la saison des pluies, ces pâtures qui protègent chacune une source vont devenir spongieuses sans toutefois laisser prise à l’érosion.

Ficus dicranostyla, village de Boukoula (monts Mandara centraux).

Ficus dicranostyla, village de Boukoula (monts Mandara centraux).

Fruits de ce Ficus.

Antiaris africana, en pays uldeme.

Antiaris africana, en pays uldeme.

Arbre relique de montagne, aux feuilles encore utilisées pour les sauces.

29Sur les lignes de piémont, on voit apparaître par endroits des dispositifs de canaux réaménageables selon les années. Généralement au pied des plaques rocheuses, des tarodières sont implantées, dans un quadrillage de murets de pierres, l’eau sera ensuite conduite dans de microrizières en forme d’alvéoles, puis elle passera à travers des parcelles de souchet, ce minuscule tubercule appréciant la proximité de l’eau. Les planches-billons à des hauteurs et des surfaces variables, disposées en quinconce, obligent l’eau à emprunter un parcours constamment en baïonnette. L’eau aboutit enfin à des billons longilignes de patates douces, culture récente chez les montagnards. L’ensemble de ces réseaux vascularisants au service de cultures hydrophiles discipline au mieux les eaux d’écoulement.

30L’immigration des hommes valides pour des séjours de plus en plus longs en plaine et dans les agglomérations du Nigeria et du Cameroun a franchi des seuils tels, que sur certains massifs, on constate de nombreux abandons de terre. Les terrasses n’ont d’efficacité que dans leur maintien sur la totalité de la déclivité. Abandonnées, elles s’écroulent, laissant apparaître des couloirs d’érosion que les amorces d’embuissonnement ne peuvent enrayer. Il incombe alors aux femmes la responsabilité de l’exploitation de la ferme de montagne. Elles n’exécutent qu’a minima la réfection des terrasses et le traitement des arbres, travaux dévolus aux hommes. Depuis le début des années deux mille, la rotation biennale séculaire mafa (petit mil-niébé/sorghos de montagne) est subvertie devant l’arrivée de nouveaux sorghos et du maïs. Ce modèle d’agriculture décrit depuis toujours comme climacique se montre en 2015 incapable de se rénover.

31Agriculture intensive et savante, elle a permis la survie des montagnards aux siècles passés. Mais aujourd’hui, c’est l’extensif qui rapporte, et les migrants montagnards prospèrent sur les fronts pionniers de la Bénoué et de Touboro, avec le coton, le maïs et l’arachide.

Ficus abutilifolia.

Ficus abutilifolia.

Arbre majeur pour l’alimentation, le Ficus des rochers.

Terrasses en pays mofu, à Douvangar (saison sèche).

Terrasses en pays mofu, à Douvangar (saison sèche).

Quartier du massif de Méri, pays mofu.

Quartier du massif de Méri, pays mofu.

Récupération de l’eau au bas des terrasses pour des cultures hydrophyles, pays mafa.

Récupération de l’eau au bas des terrasses pour des cultures hydrophyles, pays mafa.

1 – Tarodière.
2 – Rizière.
3 – Souchet.
4 – Ceratotheca sesamoïdes.
5 – Patate douce.

À Mokoujek, un des domaines du chef Bizi Douroum de Douvangar, en 1973.

À Mokoujek, un des domaines du chef Bizi Douroum de Douvangar, en 1973.

1-Habitation du chef.
2 – Silos sacrificiels.
3 – Cuisines et silos des épouses.
4 – Poste de garde.
5 – Notable.
6 – Prison.
7 – Serviteurs.

Les terrasses de Zouélva, en pays muktele.

L’OMBRE, LE FRUIT ET L’ÉPINE

32S’isoler dans les villages africains pose souvent problème en raison des essaims d’enfants vibrionnant, parfaitement autonomes, nullement maîtrisés par les adultes. C’est la « marmaille », la plupart des groupes ont un mot pour la désigner, c’est le japso des Kim (Tchad). Elle a sa vie propre, sa hiérarchie, avec ses « grands » en instance de pré-puberté, ses « fillettes nées femmes » les puînés sur le dos, ses traditions de jeux, de comptines, parfois régionales. Au nord de Waza, au Cameroun, et au Tchad, on entend la sempiternelle chanson en arabe, semi-dansée : « nasaara gal ke anina salete » (« Le blanc a dit que nous étions de la saleté »)… rouerie et sourires désarmants mêlés. Pour travailler, il est indispensable de réserver une cour ou, à l’extérieur du village, de profiter de la fraîcheur de l’ombre d’un arbre.

33Le chercheur a aussi son arbre à palabre, souvent un Ficus ou un caïlcédrat à l’écart de l’agitation du village. Ses frondaisons épaisses sont recherchées pour y dérouler des nattes, en folioles de doum jusque dans les années 1980 et 1985, remplacées par celles en plastique, multicolores, lavables et inattaquables par les termites en provenance du Nigeria. On convie là quelques informateurs. Au Tchad, le rituel du thé rouge peut commencer, un may shay (chef du thé), embarqué dans l’enquête, s’en charge. Il sort le kanun confectionné en rayons de bicyclette, du charbon de bois et casse un pain de sucre, autrement plus authentique que de simples carreaux.

34Dans les années soixante-dix, j’ai encore assisté à l’utilisation de la table et de la chaise pliante, avatar direct de la symbolique du pouvoir du « commandant » en tournée. Ces accessoires me semblaient plus imposés par les chefs de canton pour lesquels dans ces années post-Indépendance, un blanc reste un blanc, même ce blanc-bec de chercheur, et aussi dans les habitudes d’interprètes ayant servi quelques administrations ou des familles de coloniaux, comme Tchéou Mohamadou, de Maroua, quasi attaché au service de l’Orstom (devenu IRD en 1998) entre 1960 et 1980.

35Ces premières années, j’ai également accompagné dans quelque brousse des missions à l’ancienne conduites par des forestiers ou des botanistes. Il nous fallait bien choisir l’arbre du bivouac. Selon les moments de l’année, on évitait certains Ficus qui, comme le platyphylla, pouvait perdre ses minuscules sycones dans un mitraillage continu ou d’autres Ficus qui attiraient les chauves-souris. On ne retenait pas non plus les Faidherbia, qui abritent un nombre incalculable d’insectes, auteurs de la jonchée de chiures et matières diverses observées à leurs pieds. On comprend que, sous leurs houppiers, l’enrichissement de la terre ne soit pas lié exclusivement à sa litière. Il peut tomber de tout d’un arbre. En février 1991, à Konglé, chez les Dowayo, devant la chefferie, j’avais réuni, dans une sorte de séance inaugurale, le chef et ses notables. Lorsqu’un bruit sec se produisit presque entre mes pieds, je crus que le sol sableux s’animait, une volée de chaussures en plastique et deux sagaies clouèrent au sol un serpent jaunâtre, dangereux forcément, qui s’était laissé choir de l’arbre. Les forestiers semblaient maîtriser un savoir dont nous ne disposions pas, nous sciences humaines, qui prenions nos quartiers chez l’habitant. Ainsi quel que soit l’arbre, il était ausculté. On sollicitait le point de vue du margouillat, grand lézard à corset bleu-violet, capuchon orange et extrémité de la queue blanche, dont chaque nouvel arrivant en Afrique n’a pu s’empêcher d’apporter la description. Il aurait un lien avec les puissances gnomiennes, son abondance et son insolente familiarité étant censées rassurer sur l’absence de serpents. Quant aux termites, ils sont partout. Il fallait aller couper dans les jachères proches les branches de Calotropis procera, plante termifuge de référence, afin que ses bractées aux larges feuilles gorgées d’un latex blanc servent de paillassons pour les bagages. Déjà Gustav Nachtigal [1880] signale que l’ochar (mot arabe pour Calotropis) représente la seule parade aux termites, « le cauchemar éternel du voyageur ». Après cela, c’était le moment de disposer notre fourniment, la caisse-popote, les lits Picot et leurs moustiquaires accrochées à des antennes. À Niellim en 1976, sous le mémorial de la bataille de Togbao, lors d’un campement établi selon les règles, nous avions juste ignoré que nous stationnions sur un couloir à éléphants qui, tard le soir, ralliaient le Chari proche pour leurs ablutions : barrissements, émois et dispersion…

Jujubiers aménagés sur les terrasses, en pays muktele.

36À force de travailler avec mes informateurs sur le thème des ligneux, je me trouvais insidieusement influencé par eux. Comment dès lors s’abriter sans crainte sous un Kigelia africana, le « saucissonnier », surplombé par ses énormes fruits oblongs (90 × 15 cm) ? On dit certes qu’ils ne peuvent choir sur l’homme car ils constitueraient un erzatz d’humain. On enterre en effet un fruit à la place du cadavre que l’on n’a pu rapatrier dans son village. Aucun cavalier n’oserait attacher son destrier sous son houppier. Bref, j’évitais l’ombre fraîche du Kigelia. L’ombrage pourtant avantageux du tamarinier suscitait plus encore d’appréhension auprès de mon entourage. Un gros Tamarindus indica se voyait toujours suspecté d’être un support pour les jinn ou d’avoir, dans le passé, fait commerce avec des forgerons. Le tamarinier croît souvent sur les termitières, sortes de pédoclimax qui d’ailleurs favorisent son extension méridionale. Dans tout le bassin du lac Tchad, la termitière reste associée à la forge ou à la tombe des forgerons, espaces susceptibles d’être dangereux à certains moments de la journée. Tous mes accompagnateurs avaient, au cours de leur jeunesse, reçu maintes admonestations pour ne pas traîner à proximité du tamarinier. Cet arbre était considéré un peu comme le noyer « arbre néfaste donneur de maux de tête », dont on ne sait trop comment il est devenu mal famé au point d’entrer dans la flore satanique dès avant le haut Moyen Âge. Ma grand-mère, femme pieuse et adonnée à l’homéopathie, n’a cessé de me mettre en garde contre son ombre durant toute mon enfance drômoise. Au cours de mes enquêtes, je n’ai donc jamais cessé la quête de l’indicible ombre sans jamais véritablement la trouver.

Le « saucissonnier », Kigelia africana, dont les énormes fruits ne peuvent, « dit-on », tomber sur l’homme.

37Pendant la marche, on pouvait selon la période de l’année se livrer au grappillage de petits fruits acides (en français local, « un peu sucrés »), dont les chercheurs autres que forestiers et agronomes s’étonnent que l’on n’ait jamais songé à les améliorer et à les sélectionner. Seules de sages Sœurs attachées à quelques missions reculées en confectionnaient d’inoubliables confitures. Ces « petits fruits » de brousse conditionnés dans des sacs plastique (leeda, de l’anglais leather) sont vendus par les enfants sur le bord des routes ou aux péages. Tous ont immanquablement reçu un nom français. La « papaye de brousse », traduction directe du foulfouldé dukuuhi ladde, pour Annona senegalensis, alors qu’il s’agit plutôt de « pomme cannelle sauvage », dont le fruit jaune oranger est raisonnablement consommable ; le « raisin », trusuuhi (Haematostaphis barteri), à maturité toujours inégale ; la « cerise » pour ca’b’bulli (Ximenia americana) en avril-mai ; la « prune », eedi (Sclerocarya birrea), également commercialisée sous forme d’amandes après le passage des fruits par le système digestif du petit bétail. On peut aussi consommer la pulpe rafraîchissante et acidulée du fruit de Strichnos spinosa. Ses graines renferment-elles ou non des alcaloïdes toxiques ? La question à ce jour encore non tranchée par la science nous incitait à les cracher précautionneusement. On ne peut manquer d’évoquer le fruit du Sarcocephalus esculentus, rouge à maturité et qui, bien qu’attirant, ne tient aucunement ses promesses et s’avère le plus souvent fade et incroyablement infesté de vers.

38Quant aux figues, elles n’en ont que l’apparence, même les plus prisées, celles du mindek (Ficus dicranostyla). Ces sycones farineux à souhait et faiblement sucrés ne sont consommables qu’après dessiccation, pilage et cuisson, qui donnent une pâte proche de celle de la banane plantain. En montagne, on peut néanmoins remplir ses poches de jujubes, qui fleurent la pomme séchée, et, en plaine, grignoter l’épicarpe à la saveur caramélisée de la noix de doum après l’avoir battue. Une denture de petit berger est néanmoins préférable. On mange également les amandes (puyaa’di) des fruits du Balanites aegyptiaca. Elles se signalent comme la production la moins chère exposée sur les marchés et participent à maintes expressions en foulfouldé, dont on affuble les plus pauvres d’entre les « meskines ».

39Tous les chemins de brousse du Tchad et du Cameroun du Nord empruntent des zones incultes, harde ou naga, où prospère le Balanites. Toutefois, chercheurs et autres broussards entretiennent avec ce « dattier du désert » vanté comme « arbre à tout faire » un lourd contentieux, plus précisément avec ses épines (gi’e tanne). Un peu avant les pluies, l’hygrométrie ayant changé, le Balanites, qui se révèle un véritable détecteur d’humidité, se couvre de jeunes feuilles. Ce sont là des brèdes recherchées pour de succulentes sauces à la pâte d’arachide. Seulement voilà, ne pouvant accéder à des houppiers dardés d’épines, les femmes réussissent à rabattre les branches avec leurs serpes et, au sol, cueillent les feuilles, laissant sur place ces rameaux armés, chacun d’un lot d’épines toujours dressées, de 6 à 8 cm de longueur. Les tourbillons des premières tornades les disperseront sur tous les chemins. Parfois, on ne progresse en voiture que précédé par un quasi-balayage… Mais certaines épines vont simplement rester dans la gomme des pneus. On ne crève pas tout de suite, pas en plaine, mais lors de la prochaine mission sur les routes rocailleuses des monts Mandara. On crève alors une, deux, trois, quatre fois. Ceux qui savent comprendront.

Strichnos spinosa, à la pulpe rafraîchissante et aux graines possiblement toxiques.

Strichnos spinosa, à la pulpe rafraîchissante et aux graines possiblement toxiques.

Fruits de Ficus.

Fruits de Ficus.

Les fruits de Sarcocephalus esculentus.

Les fruits de Sarcocephalus esculentus.

40Comme je travaillais sur les systèmes végétaux défensifs du passé, j’étais devenu une sorte de « spinologue », spécialiste de l’épine sur haie vive ou sèche, capable de juger de leur vertu défensive, de leur durabilité, de leur résistance au feu et, enfin, de la maniabilité des émondes. On observe les épines recourbées vers le bas, disposées tout le long des rameaux souples d’Acacia ataxacantha, des épines épaisses et courtes qui arment jusqu’au tronc d’Acacia polyacantha. Celles des Ziziphus spp. sont disposées par deux à l’aisselle des feuilles ; les plus efficaces sont celles de Ziziphus mucronata, avec une droite (1,8 cm) effilée orientée vers le haut et l’autre plus courte, en crochet, dirigée vers le bas. Les longues épines droites, quasi perpendiculaires à leur rameau, de Dichrostachys cinera (appelé pour cela gi’al gooti, « épine unique » en foulfouldé), montées sur un bois très dur, en font un matériau privilégié tandis qu’Acacia hockii, malgré ses épines effilées disposées par deux, ne serait qu’un pis-aller. Les peuplements abondants d’Acacia seyal avec ses épines jumelles droites de 8 cm et ceux d’Acacia senegal aux épines certes réduites, mais disposées par trois en crochets, la centrale courbée vers le bas, les deux autres vers le haut, fournissent souvent les matériaux de base. Un jour, faute de trombones, j’ai fait tenir ensemble des feuillets d’enquêtes avec les longues épines blanches d’Acacia sieberiana. Je devais retrouver cette pratique dans les archives des années trente des postes de Mora et de Kaélé où l’indigence des fournitures administratives avait parfois conduit à remplacer les épingles de fer par ces épines qui, elles, ne rouillaient pas.

Balanites aegyptiaca à Mbokou (piémont des monts Mandara).

Balanites aegyptiaca à Mbokou (piémont des monts Mandara).

Le neem, nimier, Azadirachta indica, « l’arbre de l’administration ».

Le neem, nimier, Azadirachta indica, « l’arbre de l’administration ».

Il est diffusé à partir des années cinquante depuis le Bornu anglais (Nigeria) par des administrateurs coloniaux en poste à Mora.

L’arbre de l’enquêteur, un Ficus (piémont des monts Mandara).

L’arbre de l’enquêteur, un Ficus (piémont des monts Mandara).

Table des illustrations

Légende Les ruines du village de Kaskou, sur le plateau du Tinglin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Au centre d’une habitation masa (zina) : le corral.
Légende Les veaux, équipés de museroles d’épines de Balanites, sont empêchés de téter leurs mères.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Parc de Faidherbia albida, village de Sirlawé, pays tupuri.
Légende Les branches de Faidherbia ploient sous le poids des gousses, chaque coup de vent en fait choir à terre. Ce bruit métallique alerte le bétail, qui se livre à une véritable cure de ces gousses durant la saison sèche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Faidherbia albida et Ziziphus mauritiana (jujubier), pays masa au nord de Yagoua.
Légende Deux espèces associées à un élevage bovin sédentaire.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Baobabs écorcés pour divers usages, site de l’ancien village de Toro, chez les Fali.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Parc de Prosopis africana, pays musey, Tchad.
Légende Cette légumineuse, propre à enrichir le sol ; son bois servait à élever des tombes ostentatoires.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende 1 – Le palmier Borassus aethiopum, village de Midjiving.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Légende 2 – Parc de karités sur cotonniers, pays ngambay.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende 3 – Cordia africana.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Cuvette sommitale de Ziver, pays mafa.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Ficus dicranostyla, village de Boukoula (monts Mandara centraux).
Légende Fruits de ce Ficus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Antiaris africana, en pays uldeme.
Légende Arbre relique de montagne, aux feuilles encore utilisées pour les sauces.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Ficus abutilifolia.
Légende Arbre majeur pour l’alimentation, le Ficus des rochers.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Terrasses en pays mofu, à Douvangar (saison sèche).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Quartier du massif de Méri, pays mofu.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Récupération de l’eau au bas des terrasses pour des cultures hydrophyles, pays mafa.
Légende 1 – Tarodière.2 – Rizière.3 – Souchet.4 – Ceratotheca sesamoïdes.5 – Patate douce.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre À Mokoujek, un des domaines du chef Bizi Douroum de Douvangar, en 1973.
Légende 1-Habitation du chef.2 – Silos sacrificiels.3 – Cuisines et silos des épouses.4 – Poste de garde.5 – Notable.6 – Prison.7 – Serviteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Les terrasses de Zouélva, en pays muktele.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Jujubiers aménagés sur les terrasses, en pays muktele.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Le « saucissonnier », Kigelia africana, dont les énormes fruits ne peuvent, « dit-on », tomber sur l’homme.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Strichnos spinosa, à la pulpe rafraîchissante et aux graines possiblement toxiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fruits de Ficus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Les fruits de Sarcocephalus esculentus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Balanites aegyptiaca à Mbokou (piémont des monts Mandara).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Le neem, nimier, Azadirachta indica, « l’arbre de l’administration ».
Légende Il est diffusé à partir des années cinquante depuis le Bornu anglais (Nigeria) par des administrateurs coloniaux en poste à Mora.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre L’arbre de l’enquêteur, un Ficus (piémont des monts Mandara).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/25083/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 466k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540