Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mondes oubliés

 | 
Christian Seignobos

Introduction

Paroles de géographe

Texte intégral

1Tout projet éditorial est le fruit d’une volonté qui peu à peu se métamorphose au gré de son élaboration. Ce texte ne fait pas exception : l’intention première était de présenter les dessins de terrain qui ont jalonné le parcours d’un chercheur africaniste. Quelques textes auraient pu y être apposés à la manière de légendes, ordonnées, précises et synthétiques. Au cours de la rédaction, ces textes ont comme échappé à leur auteur, s’étoffant sans cesse, au point d’acquérir une forme d’autonomie, au point d’inverser les rôles. L’ampleur des textes risquait d’emporter, pour le lecteur, les dessins dans leur fonction ordinaire d’illustration. Comment alors définir ces pages ? Quel(s) statut(s) leur assigner ? Quelle cohérence leur prêter ?

2Est-ce le récit d’une époque révolue, celle de la post-colonie, et d’un lieu, le bassin du lac Tchad lato sensu ? Est-ce l’œil du chercheur qui revient sur l’éclectisme des thèmes étudiés dans sa carrière ? Est-ce une ode masquée à des institutions qui l’ont accompagné dans son travail ? Est-ce encore une énième réponse à ce besoin inassouvi de chroniques africaines ?

3Quel que soit le genre dans lequel s’inscrit ce livre, on pourra y lire le plaisir longtemps contenu de raconter, d’échapper à la grisaille du propos scientifique arrimé aux nécessaires conventions stylistiques, de ne plus subir l’opprobre d’être taxé de « littérateur » pour quelques envols d’écriture. Pénétré des chroniques des anciens voyageurs, j’ai laissé filer quelques expressions et mots surannés, ne sommes-nous pas, gens de terrain, infiniment leurs débiteurs ? Faut-il y voir aussi l’expression d’une perte inconsolée de ce que l’on a vu ? Peut-être, mais sans verser dans la litanie des nostalgies tropicales, sans céder non plus aux sirènes du réquisitoire contre ce qu’il advient, irrémédiablement. Loin de toute tentation « anthologique », ces chroniques inédites engagent des événements, une histoire personnelle qui se mêle à l’histoire d’un lieu, et des réflexions sur un métier dont les contours ont radicalement changé.

4Les classiques de la « géo-tropicale » ne sont cependant pas oubliés : paysages, architectures (inventaires, disparitions, patrimonialisation), instruments aratoires, cultures relictuelles, aliments de disette… tous sujets éminemment « illustrables ». Bien que peu connus, les élevages, vieil héritage africain du poney et du taurin, ont — diversement — focalisé les sociétés depuis les plus hautes époques historiques. On suit également les grands éleveurs transhumants mbororo à travers les événements tempétueux qu’ils traversent.

5Dans les « métiers de l’eau » est retracée l’histoire des coureurs de fleuves et des peuples fameux de pêcheurs, Kotoko, Kim, Musgum. Le lac Tchad, éternel marécage et zone de non-droit, en se rétrécissant, a fait de ses rives méridionales un eldorado pour les populations rurales, comptant parmi les plus babélisées d’Afrique.

6Les textes concernant les « mondes oubliés » — la vie des gildes de chasseurs, les arts de la guerre au xixe siècle, les objets ethnographiques — n’appartiennent à aucun programme. Ils sont survenus sous la dictée d’informateurs avides de dire leur passé, « quand ils étaient des hommes », avant l’arrivée des « commandants », les guerres, à travers les armes, les codes, les rites et leur dévoiement, en montagne et en plaine, et ce jusque dans les « armées médiévales » des principautés musulmanes.

7Autre thème libre : la faune sauvage, où l’homme est toujours présent, avec les insectes, les anoures, la panthère, l’engoulevent, et même le dernier rhinocéros noir.

8Enfin, le vécu routinier du chercheur, son environnement, ses interrogations ne sont pas écartés. Après les derniers soubresauts guerriers du Tchad, après les vagues de coupeurs de route (les zargina) de plus en plus militarisés et d’autres bandes inciviles enrôlées dans quelque mouvement religieux, quelles incidences sur un demi-siècle de développement ? Qu’en est-il justement de ce développement qui est resté un alibi rhétorique dont les agronomes s’arrogèrent longtemps le mandat ? Dans la succession des modes développementistes, combien de disciplines confrontées au terrain ont réalisé qu’elles n’avaient finalement produit que de pseudo-savoirs ? Pourtant, le bassin du lac Tchad présente des formes de prospérité. L’aurait-il pu sans ce développement parfois si décrié ?

9Alors, quelle cohérence convient-il de plaider, mariage entre récits et dessins, entre images et textes ? Probablement l’itinéraire du géographe qui revendique plus d’une quarantaine d’années de terrain. Il y trouve ici peut-être une façon de discourir à la fois d’un métier et d’une région, mais nulle prétention à servir une quelconque mémoire, sauf à rappeler le climat d’une époque sans lequel aucun événement ne peut être compris. Il y évoque des mondes méconnus égarés dans les replis de civilisations soudaniennes, mais aussi des techniciens, apôtres ou affairistes engagés dans le monde du développement. Il y livre certainement un témoignage, mot dont l’inflation en a perturbé l’innocence.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site