Version classiqueVersion mobile

The Mediterranean Region under Climate Change. A Scientific Update: Abridged English/French Version

 | 
Stéphanie Thiébault
, 
Jean-Paul Moatti

Allocution de SAS le Prince Albert II de Monaco

Texte intégral

Rencontre internationale « Savoirs en action pour un codéveloppement en Méditerranée » à l’occasion du 350e anniversaire de l’Académie des sciences
MuCEM, Marseille
29 septembre 2016

1Monsieur le Ministre,

2Monsieur le Préfet,

3Madame le Secrétaire Perpétuel,

4Excellences,

5Messieurs les Présidents,

6Monsieur le Recteur,

7Mesdames et Messieurs,

8Chers Amis,

9Je veux d’abord remercier toutes les personnes qui ont contribué à l’organisation de cet événement d’importance et les féliciter pour le choix des sujets qui seront abordés durant cette journée.

10C’est une grande satisfaction pour moi d’être ici avec vous pour célébrer les 350 ans de l’Académie des Sciences, qui encourage et protège l’esprit de recherche, et contribue aux progrès des sciences et de leurs applications depuis 1666.

11Attaché aux sciences, comme le fondateur de votre Académie – Colbert –, c’est avec infiniment de plaisir que j’ai accepté de tracer quelques pistes concernant « les défis du littoral méditerranéen », thème dont vous allez débattre en table ronde tout à l’heure.

12Lieu de rencontre privilégié des hommes, des cultures et des religions, la Méditerranée a toujours été un espace d’échanges qui a permis l’émergence de civilisations.

13Berceau de ces civilisations, elle est aujourd’hui au centre d’enjeux politiques, démographiques et économiques sans précédent.

14Carrefour à la lisière de trois continents et de trois aires de civilisations, la Méditerranée demeure une zone de contacts mais également de tensions, politiques, économiques, environnementales ou culturelles. A ce titre, nous devons nous féliciter des nombreuses tentatives de coopération et de partenariat qui sont lancées pour renforcer les échanges et redynamiser les économies, malgré les clivages et les déséquilibres entre les Etats riverains.

15D’une superficie de 2,5 millions de km², la Méditerranée représente 0,7 % de la surface des mers du globe. Ses côtes s'étendent sur 46 000 km, le long de 22 pays peuplés de plus de 400 millions d'habitants.

16De taille modeste à l'échelle de la planète, elle est quasiment fermée et constitue un réservoir majeur de biodiversité qui accueille plus de 25 000 espèces de végétaux, 650 espèces de poissons – dont 28 % seraient introuvables ailleurs.

17Par sa nature même de mer semi-fermée, la mer Méditerranée est fragile, très sensible aux modifications climatiques et aux pollutions.

18Or, l’espace maritime méditerranéen est menacé par diverses contraintes, qu’elles soient écologiques, anthropiques, maritimes, démographiques ou économiques.

19Support de 30 % du commerce maritime mondial dont 22 % de trafic pétrolier, la mer Méditerranée est très fréquentée en matière de commerce maritime. S’y ajoute la navigation de plaisance dont l’augmentation ces dernières années est exponentielle.

20Le littoral de la mer Méditerranée connaît, par ailleurs, une évolution importante de densité de ses populations : plus de 150 millions d'habitants, soit quasiment un tiers de la population des pays riverains. Ce chiffre a quasiment doublé au cours des quarante dernières années et les rives sont soumises, pour certaines, à une urbanisation galopante. Nous savons qu’à l'horizon 2025, la moitié du littoral méditerranéen devrait être construit.

21Si la région méditerranéenne peut s’enorgueillir d’être la première région touristique du monde, elle doit toutefois faire face à un afflux de quelque 200 millions de touristes qui, chaque année, viennent en villégiature sur ses côtes. Ce chiffre devrait encore augmenter à l’horizon 2025 avec une majorité localisée dans une zone inférieure à 100 m du rivage.

22Comment gérer cet afflux et structurer une économie touristique saisonnière alors que nous sommes déjà témoins d'une augmentation très sensible, en été, de la pollution des eaux marines ?

23Le nombre d'habitants sur les rives et le surcroît estival de population augmentent le phénomène de pollution d'origine terrestre avec, pour certains pays – comme par exemple ceux du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord – un manque d'eau potable, laquelle est souvent affectée par le rejet de déchets ou d’eaux usées.

24Sur la bordure littorale, l'accroissement des besoins dépasse souvent le développement des infrastructures, notamment des systèmes d'épuration.

25Ainsi assiste-t-on à des pressions sur les ressources en eau, engendrées par des demandes croissantes. Et ces tendances sont exacerbées par les impacts du changement climatique.

26Une autre source de pollution provient de l'aquaculture. Avec 110 kg d'azote, 12 kg de phosphore et 450 kg de carbone émis par tonne produite dans les fermes aquacoles, elle n’est pas à négliger au titre des défis à analyser alors que nous cherchons des solutions de sécurité alimentaire.

27Dans tous les cas, les eaux usées qu’elles soient urbaines, agricoles ou pluviales charrient et drainent des déchets solides ou chimiques tous peu biodégradables. Ces déchets se répandent au gré des courants et des vents ; et constituent une menace pour la faune et la flore marines.

28Or, c’est justement sur le littoral maritime que la biodiversité marine se régénère.

29Les constats que je viens d’énoncer, vous en conviendrez, sont peu réjouissants, je vous le conçois, c’est vrai. Mais nous ne pouvons plus les sous-estimer.

30Nous sommes entrés dans une ère où les principales modifications de l’environnement sont provoquées par l’homme, l’humanité étant devenue une force de modification à l'échelle de la planète.

31Comme l’annonçait le nobélisé néerlandais Paul Crutzen, dans son néologisme, nous assistons à l’« anthropocène », ce qui signifie qu’en quelques générations, l'influence des activités anthropiques sur le système terrestre est désormais prépondérante.

32Aujourd’hui, des études scientifiques ont été menées, dont les résultats ne sont pas remis en cause ; nous devons prendre la mesure de nos responsabilités.

33La préservation de la Planète, qui passait jusqu’au sommet de Rio de 1992 pour un sujet mineur, porté seulement par quelques esprits audacieux, est devenue l’un des enjeux majeurs de ce siècle. La question climatique en est l’un des puissants symboles, symbole des risques globaux qu’il nous faut aujourd’hui gérer et limiter.

34Au-delà même du climat, d’autres sujets essentiels commencent à recueillir l’attention qu’ils méritent, en particulier les questions de biodiversité, de pollution, ou de préservation des ressources en eau. Peu à peu, l’humanité comprend qu’il s’agit-là de problématiques vitales pour elle.

35Elles touchent en effet à notre cadre de vie et à notre alimentation, mais aussi à notre santé, à notre sécurité et, plus globalement, à tous les équilibres économiques ou stratégiques de ce monde et plus particulièrement des rives de la Méditerranée.

36Quelques degrés en plus, quelques espèces en moins, quelques kilomètres carrés de désert supplémentaires, ce sont pour beaucoup des drames irréversibles, entraînant leur lot de tragédies, d’exils, de misères, de violences.

37Au cœur de ces enjeux climatiques et environnementaux, nous comprenons enfin le rôle central des mers et des océans. Ces vastes étendues qui, longtemps, ont semblé à l'homme intangibles, hostiles et dénuées d’intérêt autre que la pêche, révèlent, grâce aux travaux de la science, leur complexité, leur fragilité et leur importance.

38L’actualité internationale témoigne également de cette nouvelle conscience. De grands rendez-vous internationaux s’y consacrent, comme bien sûr les négociations actuellement en cours à l’ONU sur la haute mer. Il s’agit, vous le savez, de rédiger un « instrument international juridiquement contraignant sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique » en haute mer.

39Ces négociations s’inscrivent dans une dynamique positive. Elle a été marquée au cours des derniers mois par plusieurs étapes importantes : l’adoption, en septembre dernier, d’un objectif de développement durable spécifique aux océans ; la décision du GIEC de consacrer un prochain rapport au rôle des océans pour le climat ; ou encore la tenue d’une session dédiée aux océans au cours de la COP21 – initiative qui sera reconduite, lors de la COP 22 à Marrakech.

40Tous ces chantiers sont au cœur de mon engagement. Je m’y implique sans relâche, avec mon Gouvernement et ma Fondation.

41Au niveau national, j’ai mis en place à Monaco une politique résolue de transition énergétique, avec l’ambition de parvenir à la neutralité carbone dès 2050. Nous avons engagé de nombreuses missions de coopération internationale centrées autour de l’environnement et du changement climatique. Depuis longtemps, nous avons conçu des politiques originales de préservation des mers, comme l’accord RAMOGE signé avec la France et l’Italie pour la prévention et la gestion des pollutions marines, dont nous venons de célébrer les quarante ans.

42Cette action est complétée par celle de ma Fondation, qui agit depuis dix ans contre le changement climatique et ses effets, pour la préservation de la biodiversité et pour la gestion de l’eau et la lutte contre la désertification.

43Toutes ces initiatives, toutes ces actions, tout ce que nous accomplissons pour l’environnement, nous le faisons grâce à la science.

44L’une des missions confiées à l’Académie est de veiller à la qualité de l'enseignement et d’œuvrer pour que les acquis du développement scientifique soient intégrés dans la culture des hommes de notre temps. Je ne peux que souscrire à cette orientation et je la plébiscite.

45La prise de décisions des leaders, aujourd’hui, doit largement se fonder sur la prise en compte de la science.

46Face aux réalités complexes et difficilement perceptibles du climat, la science nous a donné la conscience et la puissance.

47C’est par la science que nous avons été convaincus de l’urgence d’agir, c’est en son nom que nous parlons pour convaincre nos contemporains, et c’est aussi par elle que nous avons les moyens de construire un autre modèle de développement. Un modèle fondé sur des techniques innovantes et plus respectueuses de l’environnement.

48Nous devons aux scientifiques une gratitude collective. Sans la science, aucune des avancées de ces dernières années n’aurait été possible.

49C’est la raison pour laquelle Monaco a depuis longtemps fait du soutien à la recherche un axe important de sa politique avec, notamment, le développement de son centre scientifique, l'accueil du laboratoire d'environnement marin de l’AIEA, mais aussi l'engagement de ma Fondation sur des programmes et expéditions. C'est dans le même esprit que nous avons conduit un travail important de persuasion en faveur de l'établissement par le GIEC d'un rapport consacré aux océans et à la cryosphère.

50Notre dette envers la science ne s’arrête pas là. Si nous sommes redevables aux chercheurs de leurs découvertes, de leurs inventions et des perspectives qu’elles ouvrent, nous devons aussi, je crois, nous inspirer de leur démarche.

51Car la découverte, comme l’invention, naissent de ce qui fait la grandeur de la science : le doute. C’est le doute qui pousse vers d’autres chemins, suscite des tentatives, ouvre de nouveaux horizons.

52Je suis aujourd’hui convaincu que les dirigeants politiques ou économiques, comme tous les acteurs environnementaux, doivent s’inspirer de cette posture d’esprit essentielle. A tous les niveaux, nous devons remettre en question nos habitudes, nos paresses, nos conforts.

53C’est ce que je tâche de faire avec ma Fondation qui agit en complément de l’action que j’assigne à mon Gouvernement.

54C’est aussi ce que je tâche de faire en associant, dans le cadre de ses actions, des acteurs économiques et scientifiques, politiques et environnementaux.

55C’est enfin ce que je tâche de faire en cherchant de nouvelles solutions concrètes pour préserver nos mers, nos océans et notre climat. J’ai évoqué les négociations onusiennes en cours, qui doivent explorer de nouvelles approches des enjeux océaniques. Mais je pourrais aussi citer d’autres initiatives, comme les aires marines protégées, pour lesquelles je milite depuis de nombreuses années. Ces structures offrent un cadre approprié de gestion des mers, seul à même de permettre à la fois le développement économique des populations côtières et la préservation des écosystèmes.

56C’est pourquoi nous avons créé avec le Gouvernement français un Fonds fiduciaire dédié à la création et au renforcement d’aires marines protégées en Méditerranée. C’est pourquoi aussi nous travaillons actuellement à la réforme du sanctuaire Pélagos pour la protection des mammifères marins au large des côtes françaises, italiennes et monégasques.

57Là encore, il s’agit d’innover, de remettre en cause les anciennes recettes et d’en inventer de nouvelles, qui nous permettront de sauver nos mers et notre climat.

58Je vais maintenant laisser la place à vos échanges afin d’envisager l’avenir du bassin méditerranéen au regard de son histoire et de son passé, de ses contraintes mais aussi de ses opportunités.

59Je tiens à remercier encore l’Académie pour son initiative, mais aussi remercier ses partenaires, le Groupe inter académique pour le développement (GID) et l’Institut de recherche pour le développement (IRD) ainsi que l’Union pour la Méditerranée de cette rencontre, dans ce lieu du MuCEM qui se prête aux réflexions sur la mer méditerranée, son importance et sa protection.

60J’espère donc que la Méditerranée saura nous inspirer, comme elle a inspiré tant de grands esprits à travers l’histoire, afin de valoriser les solutions et les pratiques durables qui permettront de mieux concilier le développement humain et la préservation de cette MARE NOSTRUM qui nous est si chère.

61Je vous remercie.

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search