Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

The Mediterranean Region under Climate Change. A Scientific Update: Abridged English/French Version

 | 
Stéphanie Thiébault
, 
Jean-Paul Moatti

Part 2. Vulnerability and impacts

Chapter 3. Impacts on water and soils

Gilles Boulet

Résumé

This chapter presents research outputs concerning the expected relative impacts of anthropogenic and climate changes on water and soil resources in the Mediterranean region, and their associated vulnerabilities. First, in subchapter 2.3.1., the current methods and their limits are outlined. The main projected changes due to the rise in temperature concern evapotranspiration (increased climatic demand, more water limiting cases) and snowfall (less snow, melting occurs sooner), as well as the possible increased intensity and frequency of extreme events (droughts and floods, subchapter 2.3.2). Rainfed agriculture is particularly threatened. The expected impacts of changes in precipitation patterns and land use on soil erosion are assessed in subchapter 2.3.3. The challenge of foreseeing the impacts of extreme rainfall events on floods is documented in subchapter 2.3.4. The difficulty involved in maintaining long term monitoring of those resources, with little funding available to support a dense gauging network, encourages us to develop alternative observation systems based on distributed data acquired through remote sensing (2.3.2) or post-event inquiries (2.3.4), for example. Current human activities may occasionally reduce certain vulnerabilities (for example through soil and water conservation systems) but more often exacerbate the negative impacts of climate change on soil and water resources; for example, unregulated groundwater extraction (subchapter 2.3.5), intensification of agriculture (2.3.2) usually amplify rather than mitigate the factors responsible for overexploitation of available blue and green, renewable and fossil water, or increased soil loss (2.3.3). Overall, the uncertainties on the various subparts of the coupled man-earth system make it difficult to build, if not reliable, then at least realistic scenarios for the evolution of water and soil resources even for the coming decades. Like for GHG emissions, several ongoing projects under the AllEnvi umbrella try to identify a range of individual evolution scenarios based on actual mechanisms and hydrological models that are calibrated and evaluated using hydrological extremes extracted from recent history (2.3.1).

Ce chapitre présente les résultats de recherche concernant l’impact relatif attendu des changements anthropiques et climatiques sur les ressources en eau et en sols dans la région méditerranéenne, et leurs vulnérabilités associées. Les méthodes actuelles et leurs limites sont d’abord décrites dans le sous-chapitre 2.3.1. A travers l’élévation de température, les plus grand changements concernent l’évapotranspiration (plus grande demande climatique, stress hydrique plus fréquent) et les chutes de neige (moins de neige, la fonte se produit plus tôt), ainsi que la probable augmentation en nombre et en intensité des événements extrêmes (sécheresse, inondation, sous-chapitre 2.3. 2). Une menace particulière existe pour l’agriculture pluviale. L’impact sur l’érosion des sols des changements attendus dans la distribution des précipitations et les usages des terres est évalué dans le sous-chapitre 2.3.3. Le défi que constitue le besoin d’anticiper les impacts des événements précipitants extrêmes sur le risque d’inondation est documenté dans le sous-chapitre 2.3.4. La difficulté à maintenir une surveillance à long terme de ces ressources, avec peu de financements disponibles pour garantir un réseau de jaugeage suffisamment dense, nous encourage à développer des systèmes d’observation alternatifs, sur la base des données distribuées acquises par exemple par télédétection (2.3.2) ou à travers des enquêtes post-événement (2.3.4). Les activités humaines réduisent parfois certaines vulnérabilités (par exemple grâce à des ouvrages de conservation), mais amplifient le plus souvent les impacts négatifs du changement climatique sur les ressources en sols et en eaux: l’extraction non réglementée des eaux souterraines (sous-chapitre 2.3.5), l’intensification de l’agriculture (2.3.2) sont en général des facteurs aggravants plutôt que des facteurs d’atténuation pour la surexploitation de l’eau disponible bleue et verte, renouvelable et fossile, et participent de l’accroissement de la perte de sol. Dans l’ensemble, compte tenu des incertitudes sur les différents sous-ensembles du système couplé Homme-Milieu, il est difficile de construire des scénarios fiables ou même réalistes pour l’évolution des ressources en eaux et en sols, même pour les prochaines décennies. Plusieurs projets en cours sous l’égide d’Allenvi proposent, de manière similaire à ce qui est fait pour les émissions de GES, des trajectoires limites basées sur les mécanismes à l’œuvre actuellement et des modèles hydrologiques calés et évalués sur les différents extrêmes climatiques identifiés pour des périodes récentes (2.3.1).

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access