Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

The Mediterranean Region under Climate Change. A Scientific Update: Abridged English/French Version

 | 
Stéphanie Thiébault
, 
Jean-Paul Moatti

Introduction. Le changement climatique en Méditerranée

Stéphanie Thiébault et Jean-Paul Moatti

Texte intégral

1Le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont les travaux ont joué un rôle-clé dans l’accord « historique » obtenu à Paris, en décembre 2015, lors la 21e Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21), a démontré que le bassin méditerranéen est une des zones de notre planète les plus exposées au changement climatique. En amont de la COP 22, qui se tient du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, le Maroc a bien voulu accueillir, les 18 et 19 juillet à Tanger, la MEDCOP CLIMAT, le forum méditerranéen pour le climat de tous les acteurs gouvernementaux et non étatiques, qui s’est inscrit dans la continuité de travaux initiés l’année précédente lors de la MEDCOP 21 de Marseille. Dans son message d’introduction à cette MEDCOP 22, Son Altesse Royale Mohamed VI, roi du Maroc, a notamment insisté sur le devoir d’exemplarité de la Méditerranée, dans la construction d’un nouveau mode de consommation et de production et dans l’innovation en matière de lutte contre le changement climatique.

2Répondant à une sollicitation des autorités marocaines, notamment de madame Hakima El Haité, ministre chargée de l’Environnement, les 28 organismes membres de l’Alliance pour l’environnement (ALLENVI) publient, à l’occasion de la COP 22, un ouvrage de synthèse exceptionnel. Ce livre s’efforce en effet de présenter un état des lieux de la recherche scientifique de haut niveau sur l’évolution du climat, les conséquences de son dérèglement et les solutions d’atténuation et d’adaptation dans le contexte particulier de la Méditerranée. Il témoigne de la remarquable mobilisation des scientifiques, chercheurs et universitaires, des deux rives de la Méditerranée, pour comprendre les mécanismes du changement climatique sur l’actuel comme sur la longue durée ; les impacts du dérèglement climatique sur l’environnement, l’économie, la santé, les sociétés ; mais aussi pour suggérer et recommander des réponses, fondées sur l’« évidence scientifique » avec les adaptations, les résiliences, la conservation des ressources ou la prévention des risques. Cet ouvrage rassemble une large communauté scientifique, qui s’est mobilisée depuis plusieurs années afin de rendre compte de toute la complexité de l’objet Méditerranée, de créer les conditions d’une meilleure connaissance réciproque au croisement de questionnements scientifiques à définir étape par étape, dans une perspective de décloisonnement disciplinaire.

3Riche par la diversité et la qualité des contributions, cet ouvrage ne prétend pas à l’exhaustivité. Certaines thématiques clés comme, par exemple, la place de la réduction des émissions de gaz à effet de serre ou des innovations énergétiques dans les processus d’atténuation, ne sont qu’effleurées. Par ailleurs, certains chapitres mettent en exergue les limites des résultats acquis (à titre d’exemple, la limitation des observations et des simulations climatiques dans l’étude des événements hydrologiques extrêmes, ou encore le manque de données sur le long terme sur les impacts du changement climatique sur la santé humaine), révélant des pans de recherche en devenir ou encore à construire.

4Le lecteur pourra se faire sa propre idée de la portée des différentes contributions contenues dans cet ouvrage, mais il nous semble, qu’à travers ce livre, la communauté scientifique envoie un triple et fort message aux décideurs publics, aux institutions européennes et internationales, aux acteurs économiques et de la société civile, et plus largement aux opinions publiques et à l’ensemble des citoyens.

5Le premier message est que la science a établi, sans contestation possible, la réalité du changement climatique et le fait que les écosystèmes et les sociétés méditerranéennes sont parmi les plus menacées de la planète par cette évolution annoncée du climat.

6De par son passé géologique, de par son environnement semi-aride dont le climat se distingue intrinsèquement des zones tempérées par ses fortes variations inter-saisonnières, comme de par son rôle dans l’histoire tourmentée des sociétés humaines, la Méditerranée constitue un laboratoire « en miniature ». Quoiqu’elle ne représente que 1,5 % de la surface terrestre, la Méditerranée constitue une « zone test » qui concentre la quasi-totalité des enjeux potentiellement catastrophiques pour la planète entière et qui tend à les exacerber : risques naturels, réchauffement climatique, modification du cycle de l’eau, changements des fonctions des sols et des couvertures végétales, modifications de la diversité biologique et atteintes à la biodiversité, répartition inégale des ressources, contraction des rapports politiques, économiques et sociaux Nord-Sud débouchant sur des conflits, flux migratoires massifs, occupation des territoires, urbanisation et littoralisation rapides. De plus, centrale ou périphérique, on ne saurait oublier l’impact de la zone méditerranéenne sur les régions avoisinantes : rôle des extrêmes climatiques méditerranéens sur les diverses composantes du système Terre, rôle des échanges hydrologiques avec la Mer Noire et avec l’Atlantique, les eaux méditerranéennes transitant par le détroit de Gibraltar influençant le climat européen.

7La Méditerranée est, dès lors, un champ d’investigation consolidé pour de nombreux chercheurs dans tous les domaines scientifiques. Les modalités, l’importance de l’anthropisation et sa capacité à faire apparaître des contextes totalement originaux constituent des éléments centraux de la réflexion scientifique. De nouvelles approches de recherche, dont cet ouvrage rend compte de l’état actuel d’avancement, sont nécessaires pour en comprendre les modalités de fonctionnement et d’évolution, qu’il s’agisse des approches de modélisation, d’intégration ou d’investigations systémiques.

8Aujourd’hui où une augmentation de la température mondiale de 1,4 à 5,8 °C est, en l’absence de contre-mesures radicales, attendue (3 à 7 °C pour la région méditerranéenne à la fin du xxie siècle), ce sont les eaux profondes de la Méditerranée qui, en premier, ont enregistré l’effet de serre ; les observations notent des modifications de la circulation thermohaline ; les scenarii prévoient la poursuite de ces changements et une forte atténuation des phénomènes de convection à l’origine de l’oxygénation du bassin, ce qui n’est pas sans conséquence sur les cycles bio-géo-chimiques, l’écosystème et ses ressources. Particulièrement dans cette région, les changements planétaires semblent affecter la fréquence d’occurrence des événements extrêmes : cyclogenèses, phénomènes hydrométéorologiques ou éoliens, sécheresses et dégradation des sols.

9L’avancée des connaissances, alimentée par la recherche, est indispensable afin : i) de connaître les changements climatiques, leur dynamique et leurs mécanismes. Cela se fait au travers de la connaissance des cycles climatiques passés et les réponses des sociétés humaines, les derniers résultats évoqués dans cet ouvrage concernant le cycle de l’eau, l’origine et la fréquence des événements extrêmes, la dynamique des eaux (continentales, côtières et profondes) et sa variabilité saisonnière et à long terme ; ii) de quantifier les flux d’échanges entre les compartiments et leur impact sur le système, d’évaluer la qualité de l’air et les polluants actifs et de comprendre leur impact sur la santé des populations ; iii) de caractériser la dispersion et l’intensité des principaux usages impactant les écosystèmes marins et continentaux. Il s’agit d’établir le bilan des impacts et des vulnérabilités sur les ressources marines et les écosystèmes marins, une attention particulière devant être apportée à la zone côtière. Les impacts sur les écosystèmes continentaux concernent quant à eux plus particulièrement la biodiversité terrestre, et notamment les forêts. iv) de réaliser le bilan sanitaire du bassin, avec l’impact direct du réchauffement climatique sur la santé ; v) enfin, l’évaluation et la gestion des risques au travers de l’adaptation, la résilience, la conservation des ressources et la prévention.

10Si les observations et modèles fondés sur des approches physiques, chimiques et biologiques permettent d’appréhender et de quantifier les processus évoqués ci-dessus, un des éléments centraux de la réflexion doit porter sur la façon dont ils sont modifiés par l’impact des activités humaines et les conséquences qui en découlent pour l’évolution des écosystèmes. En modifiant le climat et le régime des fleuves, en modifiant la chimie de l’atmosphère, des terres et de l’eau, en tirant profit des ressources naturelles, c’est le fonctionnement même et la valeur de l’écosystème qui sont modifiés.

11Seule une approche systémique peut permettre de documenter au mieux la « crise » actuelle qui résulte de l’anthropisation, particulièrement sensible en Méditerranée, et de répondre aux questions sur les risques, considérés en rapport avec les usages, les pratiques et les représentations sociales : i) risques liés au contexte géodynamique (sismiques, volcaniques, gravitaires) ; ii) risques liés au contexte climatique (sécheresses, feux, érosion du littoral, modifications de la dynamique marine et des cycles biogéochimiques) ; iii) risques liés à l’industrialisation, à l’urbanisation et aux transports (pollution de l’air, de l’eau, des sols et des ressources vivantes) ; iv) risques liés aux usages et pratiques sur la quantité et la qualité des ressources minérales et vivantes, sur la biodiversité (terrestre, aquatique et marine), ses fonctions et ses services.

12Cette approche du fonctionnement et des fonctions du système couplé exige des infrastructures et des moyens d’observation et d’analyse des milieux et des populations, des stratégies de terrain adaptées au long terme, au court terme et à la saisonnalité particulièrement marquée en Méditerranée. Modèles et scenarii existent mais doivent être améliorés, régionalisés, et d’autres outils numériques fédérateurs doivent être développés. Cet ouvrage constitue d’ailleurs une contribution, certes modeste, à l’action courageusement initiée par ailleurs par nos collègues marocains pour faire de la COP 22 une occasion de mettre le soutien à la recherche et au renforcement des capacités technologique et scientifique au cœur de la négociation climatique. L’une des retombées de ces efforts, que la communauté scientifique appelle de ses vœux, pourrait être de constituer un groupe de travail opérationnel, inter-pays, inter-ministériel et intercollectivités territoriales, pour s’atteler au chantier décisif, tant pour la connaissance que pour l’action, de construction d’un dispositif coordonné d’observation et de surveillance des anthropo-écosystèmes méditerranéens.

13Les contributions incluses dans ce livre ne manquent d’ailleurs pas de souligner, avec rigueur et honnêteté, les fortes incertitudes qui persistent quant à la dynamique réelle de l’impact du changement climatique, en général et aux différentes échelles spatiales du bassin méditerranéen.

14Cependant, le deuxième message de cet ouvrage est que ces incertitudes ne doivent pas servir de prétexte à l’inaction. Au contraire, elles doivent nous inciter à mieux comprendre les chaînes causales complexes qui relient le climat et les autres paramètres environnementaux et anthropiques, et à agir sans tarder afin de minimiser celles des conséquences du changement global qui menacent l’environnement, la santé et le bien-être des populations. Plusieurs des contributions démontrent que la recherche fournit directement des bases scientifiques pour une meilleure gestion des milieux, des ressources et des patrimoines, pour préserver et renforcer les services de la biodiversité et des écosystèmes, et pour diffuser les concepts et les connaissances appropriées dans la société, chez les décideurs comme chez les acteurs concernés. Ce faisant, la science ne se contente pas de faire le constat des risques qui nous menacent mais propose des solutions innovantes qui peuvent permettre de dépasser les blocages qui freinent actuellement l’atténuation du changement climatique et qui facilitent l’adaptation en tenant compte des spécificités du contexte environnemental et sociétal d’une région comme la Méditerranée.

15Le troisième message est justement que la science est l’outil le mieux à même de lier la lutte contre le changement climatique, les objectifs du développement durable et le financement du développement, conformément au souhait exprimé par Christiana Figueres, la précédente secrétaire exécutive de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (CNUCCC), que « les solutions au changement climatique procurent un éventail de politiques et de mesures sécurisées qui sont essentielles pour atteindre un développement durable ».

16La redéfinition de l’agenda international qui est intervenue au cours de l’année 2015 nous en fait d’ailleurs une obligation puisqu’avant la COP 21 de décembre 2015, s’étaient successivement tenues, en juillet à Addis-Abeba, la 3e Conférence internationale sur le financement du développement et, en septembre à New-York, le sommet des Nations unies qui a vu l’adoption des 17 nouveaux Objectifs du développement durable (ODD), objectifs universels censés, selon le rapport de synthèse du secrétaire général Ban Ki Moon tracer la route vers « la dignité pour tous d’ici à 2030 » en « éliminant la pauvreté, en transformant nos vies et en protégeant la planète ». Comme tout consensus international, tant les ODD que le contenu de l’accord de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique, dont la COP 22 s’efforcera de concrétiser les premières traductions opérationnelles, ont représenté des avancées dont on peut se féliciter mais ont inévitablement été le fruit d’un compromis entre intérêts différents, voire contradictoires, et entre des gouvernements dont les contraintes et visions géostratégiques sont multiples, voire franchement divergentes.

17Les ODD dans leur lettre même ne sont pas exempts d’incohérences que leur mise en œuvre effective peut, si l’on n’y prend pas garde, exacerber : une vision à court terme des nécessités de la lutte contre la pauvreté ou pour la sécurité alimentaire (ODD 1et 2) peut, par exemple, favoriser des choix technologiques et économiques qui hypothèquent à moyen terme la réalisation des ODD 15, 14 et 13 qui concernent respectivement la préservation de l’environnement terrestre, des océans et contre les effets du réchauffement climatique. De même, la satisfaction à court terme des besoins énergétiques des pays en développement de la rive sud de la Méditerranée comme du continent africain peut se heurter à la nécessaire décarbonation des économies qu’impose la lutte contre le réchauffement planétaire. Et, on pourrait multiplier les exemples analogues. Ce sont des avancées de la science que l’on peut raisonnablement attendre des solutions qui permettent de concilier les objectifs de développement durable, de construire les coalitions innovantes d’acteurs qui permettront de les imposer en pratique, et de fournir en quantité suffisante les biens publics globaux dont la planète a besoin et dont la sécurité climatique est l’une des illustrations les plus caractéristiques.

18Il est avéré que l’humanité éprouve de graves difficultés à se doter de tels biens publics pour faire face à des enjeux globaux qui, par essence, dépassent les frontières nationales car elle se heurte à ce que les chercheurs en science politique qualifient de « paradoxe westphalien », du nom du traité européen de 1648 qui instaura, pour la première fois, un ordre international fondé sur le strict respect de la souveraineté des Etats. L’histoire millénaire, comme l’actualité récente, de la Méditerranée ont maintes fois illustré ce paradoxe. Espérons que la mobilisation contre le réchauffement climatique, dont le Maroc et la France se veulent l’un des fers de lance, contribuera à faire de la Méditerranée l’exemple de son dépassement et de la solidarité entre les acteurs, les gouvernements et les populations face aux périls communs et pour un développement au service de l’Homme.

Auteurs

Directrice de l’Institut écologie et environnement (INEE) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), vice-présidente « animation de la programmation et de la prospective scientifiques » de l’Alliance nationale de recherche pour l’environnement (ALLENVI)
stephanie.thiebault@cnrs-dir.fr

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access