Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

The Mediterranean Region under Climate Change. A Scientific Update: Abridged English/French Version

 | 
Stéphanie Thiébault
, 
Jean-Paul Moatti

Préface

Hakima El Haité

Note de l’éditeur

Ce document est la version abrégée de l’ouvrage The Mediterraean Region under Climate Change – A Scientific Update.

Texte intégral

1Les crises successives et multidimensionnelles que nous vivons depuis plusieurs années, au Nord comme au Sud, nous rappellent les risques qu’il y aurait à sous-évaluer la crise climatique. Protéger l’environnement n’est pas un luxe. A cet égard, le message de la communauté scientifique est sans appel : la vie des générations futures sera définitivement menacée si l’humanité ne change pas rapidement son modèle de développement. Au Nord comme au Sud. Et en particulier dans la région méditerranéenne.

2Car cet ouvrage, élaboré par certains des meilleurs spécialistes de ces questions sur les deux rives de la Méditerranée, nous le rappelle à chaque page : derrière le bleu de la mer et la beauté des plages, la Méditerranée souffre. C’est même l’une des régions du monde les plus impactées par le changement climatique.

3D’où l’utilité de rassembler pour la première fois l’état des connaissances les plus récentes sur le changement climatique dans les régions méditerranéennes. Ce livre – outil de travail – permettra à celles et ceux qui exercent, à des degrés divers, des responsabilités en matière de politiques environnementales dans l’espace méditerranéen et au-delà de mieux appréhender l’écosystème commun dans lequel ils évoluent. Cette approche innovante transversale de la fragilité et des défis auxquels font face les populations méditerranéennes implique en retour de les gérer à partir d’une stratégie globale et intégrée.

4Ce qui est vrai à l’échelle régionale l’est aussi à l’échelle de la planète.

5Signé le 12 décembre 2015, l’Accord de Paris a constitué une réponse forte de la communauté internationale à cette exigence. Et une avancée sans précédent dans l’histoire de la lutte contre le changement climatique : pour la première fois, 195 pays, du Nord comme du Sud, ont affirmé d’une même voix la nécessité d’engager l’humanité dans une transformation énergétique globale. Une promesse qu’il faut désormais transformer en actes. Un changement de paradigme à construire. Collectivement.

6En accueillant du 7 au 18 novembre 2016, la 22e Conférence des Parties à Marrakech et en annonçant au monde que la COP 22 serait la « COP de l’action », le royaume du Maroc s’est engagé au service de la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

7Le chantier de la COP 22, nous le savons, est immense, puisqu’il s’agit d’adopter les procédures et mécanismes d’opérationnalisation de l’Accord, de définir un plan d’action pour la période pré-2020 en termes d’atténuation, d’adaptation, de financement, de renforcement des capacités, de transfert de technologie et de transparence, en particulier en faveur des pays les plus vulnérables, notamment les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés.

8Pour y parvenir, notre pays mobilisera son expérience et son savoir-faire acquis en la matière. Depuis 2009, en effet, sa Majesté le Roi Mohammed VI a engagé notre pays dans la voie d’un développement économique durable et d’une transformation énergétique globale qui lui vaut une reconnaissance de son leadership en la matière sur le continent africain et au-delà. L’Afrique tout entière, riche par sa jeunesse et ses ressources, concentre justement d’immenses potentialités. Il faut lui donner les moyens d’être un exemple pour tous en matière de développement durable.

9Notre pays entend montrer au monde entier que, même dans une région aussi vulnérable au réchauffement climatique qu’est la Méditerranée, il est possible de s’adapter à son environnement, notamment par la mise en place d’un important programme de développement des énergies renouvelables. Cette expérience considérable nous a déjà apporté certaines convictions au regard de notre mission collective : la dynamique enclenchée par les contributions nationales des pays à la lutte contre le réchauffement climatique passe au sein de chaque pays par la mobilisation de tous les acteurs en particulier les acteurs non étatiques : société civile, secteur privé, collectivités publiques, médias...

10C’est par l’engagement ferme de chacun à s’inscrire dans une trajectoire de diminution des émissions de gaz à effet de serre à 2 °C tendant vers les 1,5 °C que nous réussirons à inverser le cours de l’Histoire. C’est aussi avec tous ces acteurs que la COP 22 de Marrakech pourra montrer la réalité des actions entreprises au Nord comme au Sud, en matière d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique.

11Mais il ne peut y avoir de solutions et d’innovations pertinentes sans recherche fiable en amont. Et il ne peut y avoir de recherche fiable sans données fiables. En donnant le paysage global de l’état de la recherche sur la Méditerranée, ce livre donne aux décideurs de la région les éléments indispensables à la mise en œuvre de l’action politique et la possibilité de définir les domaines où les recherches doivent être poursuivies de façon prioritaire. Il ne peut y avoir de solution sans diagnostic sûr et objectif.

12C’est par la convergence des efforts de tous, chercheurs et ingénieurs, industriels et paysans, élus et chefs d’entreprise que nous donnerons vie à Marrakech au changement de paradigme de l’accord de Paris, afin que naisse, au Nord comme au Sud, un nouveau modèle de développement durable capable d’assurer le bien-être économique et social de tous.

Auteur

Ministre déléguée auprès du Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement. Championne de haut niveau du Maroc pour le climat

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access