Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 4. Restauration des sols par des techniques complexes

Chapitre 48. Gestion du ruissellement et restauration de la productivité des terres de montagne au Nord-Ouest algérien (Beni Snouss)

Mohamed Mazour, Mohamed Zobiri et Malika Benmansour

Résumé

Les auteurs ont évalué la capacité de certaines techniques traditionnelles de conservation de l’eau et des sols dans les montagnes du Nord-Ouest algérien où les risques de dégradation sont élevés. Les analyses et les observations effectuées sur le terrain montrent que les aménagements traditionnels utilisés aujourd’hui qui donnent le plus de satisfaction sont surtout les terrasses et terrassettes avec des murets en pierres agencées qui permettent une accumulation progressive de sédiments et une bonne protection des dispositifs d’irrigation. Les agriculteurs ont développé plusieurs techniques pour gérer l’eau (bassin d’accumulation, canaux traditionnels, ouvrages de dérivation), le sol et la biomasse y compris, les cultures favorisant une meilleure diversité écologique. La dynamique de l’érosion a été ralentie et la production agricole nettement améliorée. Cette étude a permis de mieux comprendre l’environnement agroécologique de la région et de développer un bon dialogue avec les agriculteurs en vue de la préservation de leur environnement.

Authors have estimated the efficiency of some traditional techniques of soil restoration developed in very degraded areas of north-western Algeria. Field observations showed that traditional terraces with stony embankments allow a progressive accumulation of ground and a good protection of irrigation systems. Farmers have developed numerous irrigation systems (earth channels, basins, divisor systems) and numerous cropping systems maintaining a good biodiversity. This inquiry showed that erosion has been reduced, the production improved and the rural environment better understood during the discussions with farmers.

Texte intégral

Introduction

1Les régions montagneuses de l’extrême nord-ouest de l’Algérie sont soumises à de fortes pressions en homme et en bétail qui ont contribué à une sévère dégradation des sols et de la couverture végétale. Le défrichement, la mise en culture des terres en forte pente, le surpâturage et les pratiques agricoles souvent inadaptées sont autant de facteurs liés à l’homme qui ont accentué les phénomènes de dégradation.

2Les montagnes s’étendent sur une superficie de 75 000 kilomètres carrés dont les deux tiers sont situés à plus de 800 mètres d’altitude : le quart présente des pentes supérieures à 25 %. La lithologie y est souvent constituée de roches dures alternant avec des couches tendres (schistes et argilites) sensibles à l’érosion. Le climat est très irrégulier : les années sèches alternent avec des années humides, avec des pluies souvent intenses et dévastatrices (Mazour, 2004).

3La lutte contre les érosions sous toutes leurs formes et spécialement contre les érosions pluviales constitue l’objectif essentiel des travaux de défense et restauration des sols. Plus récemment, on s’est préoccupé de l’amélioration de la productivité agricole dans ces zones. Cette défense revêt un caractère d’impérieuse nécessité, car les désastres consécutifs au progrès des érosions se précisent et s’aggravent à une cadence croissante pour prendre un caractère catastrophique chaque fois que des pluies torrentielles sont enregistrées dans une région donnée. Les populations de ces montagnes connaissent fort bien le phénomène de l’érosion hydrique et se sont entraînées à en réduire les effets néfastes depuis longtemps.

4Les conditions naturelles de ces régions (climat, relief, sol et couverture végétale) associées à une société rurale bien particulière, qui a toujours su mettre en œuvre des formes de gestion communautaire, ont contribué au perfectionnement de techniques de gestion de l’eau et de conservation des terres qui ont servi de support à la survie d’une population souvent trop nombreuse par rapport aux ressources disponibles.

5Bon nombre de ces techniques furent cependant abandonnées avec le temps, suite à des événements historiques (invasions, colonisation, décolonisation, exodes,…) et des phénomènes de changement d’usage des terres qui sévirent dans les zones montagneuses du nord de l’Algérie.

6Les paysages ruraux que nous rencontrons aujourd’hui sont le fruit d’aménagements lentement élaborés par les agriculteurs. Parmi les innombrables exemples d’aménagement de surface de production, les terrasses et terrassettes à l’amont de murets ou talus sont largement répandues dans les montagnes telliennes comme sur le pourtour méditerranéen. Dans un milieu où la maîtrise des eaux est essentielle à la production agricole, où le sol est fragile et constamment soumis à l’érosion, ce type d’aménagement pourrait répondre à un double objectif : la conservation de l’eau et du sol et l’augmentation de la productivité des terres. Il est cependant assez rare de rencontrer seul ce même type d’aménagement, il est souvent associé à d’autres techniques complémentaires dans une répartition spatiale qui est loin d’être uniforme. Un des aspects intéressants des techniques traditionnelles est justement leur diversité et la complexité dans leur fonctionnement combiné.

7Dans ce travail, nous avons voulu évaluer l’impact de quelques techniques et aménagements antiérosifs dans les sites de Beni Snous, Honaine et Zouanif sur la conservation de l’eau et du sol et l’amélioration de la productivité agricole.

8La restauration des terres de montagne fortement dégradées et les aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol peuvent-ils jouer un rôle dans l’amorce d’un développement local intégré et d’un équilibre écologique durable ? Quelles sont les retombées matérielles et financières ?

Matériel et méthodes

9Ce travail concerne des sites bien particuliers qui se distinguent par un milieu naturel où les risques d’érosion sont omniprésents, mais avec un potentiel de production de biomasse intéressant et une population locale ingénieuse qui a su mettre au point des techniques et des aménagements de conservation de l’eau et du sol d’une grande efficacité. Ce sont les sites de Beni Snous, Honaine et Zouanif. Un premier travail (Mazour et Morsli, 2006) a été réalisé en 2004 dans la même zone et avait pour objectif de tester le comportement et l’évaluation de l’efficacité des aménagements traditionnels, leur comportement, leur stabilité et le rapport coût/efficacité.

10L’approche méthodologique demeure assez simple. L’enquête repose sur l’évaluation et la caractérisation du comportement des aménagements de conservation de l’eau et du sol et leur impact sur l’amélioration de la fertilité des sols et par conséquent, l’amélioration de la productivité des parcelles agricoles ayant été restaurées. Des observations directes ont été effectuées sur les sites avec des repérages et un suivi rigoureux des paramètres à analyser. Une analyse du comportement des aménagements traditionnels utilisés a été menée particulièrement face aux événements pluviométriques extrêmes enregistrés ces trois dernières années (2010, 2011 et 2012).

11Nous avons ensuite mesuré l’intérêt de l’amélioration de certaines techniques par des moyens modernes et des matériaux nouveaux pour les rendre plus attractives économiquement (choix des cultures, fertilisation raisonnée, système d’irrigation performant et adapté, gabion, béton, etc.).

12Un certain nombre de facteurs sont appréciés directement, puis évalués et analysés à la lumière de plus de 15 années d’observations, de mesures, d’expérimentation et d’évaluation afin de comprendre les raisons de la pérennité et de la reproductibilité de certaines techniques qui ont exigé des efforts considérables au cours des siècles.

13Quelques aspects socio-économiques particuliers de ces zones ont été pris en considération, notamment l’organisation du travail collectif et l’implication de la femme rurale dans l’entretien des différents aménagements ruraux, ainsi que la pratique agricole dans le but de restaurer la productivité et d’inverser la dynamique régressive de la dégradation vers une dynamique progressive de conservation de l’eau et du sol et l’amélioration de la production agricole locale.

Le milieu naturel

14Les trois sites expérimentaux sont situés dans le Nord-Ouest algérien dans la wilaya de Tlemcen. Les Beni Snous se trouvent à quelque 30 kilomètres au sud-ouest de la ville de Tlemcen, dans une zone enclavée où les conditions de vie sont assez dures : c’est en quelque sorte une oasis où les ressources naturelles sont gérées d’une manière rigoureuse (fig. 1).

Figure 1. Carte de situation des monts du Tell occidental de l’Algérie.

15Le relief très escarpé est fortement disséqué avec de fortes pentes et un réseau de drainage assez dense : le cours d’eau principal porte le même nom que la localité Beni Snous coule dans des gorges profondes et contribue d’une manière importante à l’alimentation des nappes alluviales et du barrage de Beni Bahdel situé à 8 km.

16Le climat est de type continental semi-aride avec de fortes amplitudes thermiques ; les pluies moyennes annuelles varient de 300 à 550 mm. Ces pluies sont caractérisées par une irrégularité spatio-temporelle et par un régime de courte durée et à forte intensité : l’intensité maximale peut atteindre 80 mm/heure.

17La lithologie est constituée de roches calcaires et dolomitiques altérées, ce qui confère à ces zones une bonne résistance aux différents processus d’érosion.

18Les formations végétales naturelles (matorral) sont pauvres et très dégradées, caractérisées par de faibles densités de recouvrement et de mauvaises conditions de régénération. L’agriculture est constituée essentiellement d’arboriculture fruitière rustique (oliviers), de cultures maraîchères sur terrasses traditionnelles bien connues et d’élevage de caprins et d’ovins.

19À 80 kilomètres plus au nord, se trouvent les deux autres sites de Zouanif et Honaine sur des versants côtiers montagneux avec une autre physionomie du paysage qui paraît moins escarpé, mais aussi moins travaillé.

20Pour les deux sites, le climat est de type méditerranéen semi-aride où les pluies moyennes annuelles oscillent entre 300 et 450 mm et sont irrégulièrement réparties durant l’année, l’amplitude thermique est moins accentuée. L’influence maritime adoucit et humidifie l’atmosphère et permet beaucoup de cultures sans irrigation.

21Les sols à Zouanif sont assez riches et évoluent sur des faciès volcaniques. À Honaine, les sols ont une texture complexe et ont parfois des influences volcaniques. Ils ont souvent un bon potentiel de production.

22Les techniques traditionnelles de conservation de l’eau et du sol ont toujours accompagné toutes les activités agricoles dans la région. Bon nombre de ces techniques furent cependant abandonnées avec le temps ou encore utilisées, mais sans véritablement jouer leur rôle : elles sont fortement dégradées et utilisées en l’état, vu les changements d’usage des terres.

Résultats

23Les aménagements antiérosifs traditionnels et particulièrement, les terrasses sont largement utilisés dans la région et ont montré une bonne efficacité contre le ruissellement et l’érosion (Mazour et Morsli, 2006). Mais elles ont été fortement endommagées ces dernières années suite à des événements pluviométriques intenses. Il en est de même pour la plupart des autres techniques traditionnelles comme les structures en pierres sèches, les seuils en terres compactées, les divers cordons et les ouvrages hydrauliques (Jboub, Madjen, Séguia, Sed, etc.).

24Il apparaît clairement que les aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol ont leur limite, mais ceci semble être bien connu des populations rurales qui prévoient de grands travaux de réfection des ouvrages et aménagements antiérosifs régulièrement et après chaque événement pluviométrique important (tabl. 1). La périodicité de ces travaux d’entretien semble curieusement correspondre aux fréquences d’apparition de ces événements pluviométriques dangereux.

25Nous présentons au tableau 1 les comportements des différents aménagements traditionnels pour la période 1991-2005, période caractérisée globalement par un déficit hydrique récurent. Le tableau 2 présente les valeurs du ruissellement et de l’érosion mesurées dans la région, où les conditions climatiques et agroécologiques sont proches, et ce en fonction des systèmes d’utilisation des terres pratiqués par les populations rurales.

26Par ailleurs, nous avons examiné régulièrement, au niveau des trois sites expérimentaux, l’évolution de quelques parcelles aménagées en terrasse et irriguées traditionnellement par des séguias (canaux) et sed (ouvrages de stockage d’eau). Nous avons ensuite évalué les gains enregistrés après aménagement des terrasses et restauration des parcelles. Les résultats sont reportés sur le tableau 3 ci-dessous.

27Seuls les aménagements en terrasse sont pris en considération avec irrigation ou sans irrigation.

28Parfois, d’autres aménagements sont associés, mais leur impact n’est pas très important par rapport aux terrasses.

Tableau 1. Comportement de quelques aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le Nord-Ouest algérien (2010-2011-2012).

Tableau 1. Comportement de quelques aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le Nord-Ouest algérien (2010-2011-2012).

bs = Beni Snous : 15 aménagements ; z = Zoualef : 15 ; h = Honaine : 15.
** Sed : ouvrage de stockage d’eau à l’amont d’une diguette réalisé généralement en terre transversalement à un cours d’eau temporaire avec une espèce de déversoir latéral. D’une capacité de quelques milliers de mètres cubes, il est généralement réparé ou entièrement refait après chaque crue importante par la Touiza (chantier de volontaires).
Séguia : canal de dérivation et de collecte des eaux réalisé en terre ou en pierres agencées.
Madjen : ouvrages de stockage d’eau utilisant des dépressions naturelles ou creusées. L’eau sert à certaines activités domestiques, telles que le lavage, l’arrosage des jardins et potagers et l’abreuvage des animaux d’élevage.
Jboub : ouvrages de stockage d’eau de petite capacité réalisés au niveau de certaines ravines. Ils servent surtout à l’abreuvage du cheptel.

Tableau 2. Ruissellement (Kram et Krmax %) et érosion (t/ha/an) sur parcelles expérimentales à Tlemcen (1991-2005).

Tableau 2. Ruissellement (Kram et Krmax %) et érosion (t/ha/an) sur parcelles expérimentales à Tlemcen (1991-2005).

Kram : coefficient de ruissellement annuel moyen.
Krmax : coefficient de ruissellement maximum.

Tableau 3. Amélioration des productions après restauration et aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol en zones montagneuses dégradées (2010-2011-2012).

Sites

Types d’aménagement

Cultures

Production avant restauration X103 DA/ha/an

Production actuelle X103 DA/ha/an

Beni Snous1

Terrasse irriguée

Maraîchage + olivier

45 000

80 000

Beni Snous2

Terrasse non irriguée

Arboriculture

20 000

25 000

Zouanif1

Terrasse irriguée

Maraîchage + vigne de table

38 000

60 000

Zouanif2

Terrasse non irriguée

Légumineuses + amandier

15 000

30 000

Honaine1

Terrasse irriguée

Maraîchage + grenadier

38 000

60 000

Honaine2

Terrasse non irriguée

Arboriculture rustique

15 000

25 000

Discussion

29Certaines formes de communauté  rurales en zones montagneuses du Nord-Ouest algérien ont contribué d’une manière intéressante au développement et au perfectionnement de certaines techniques traditionnelles de gestion et de conservation de l’eau et des terres qui ont servi de support à leur survie. Les ressources naturelles disponibles sont souvent insuffisantes par rapport à une population trop nombreuse et toute l’ingéniosité de ces populations a été mise à l’épreuve pour garantir autant que possible une autosuffisance alimentaire. Dans cette démarche, les aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol ont toujours joué un rôle essentiel (Mazour et Morsli, 2006). Ces aménagements ont aussi connu de temps en temps des dégradations importantes et même des destructions à la suite d’événements pluviométriques extrêmes, mais les populations rurales dans ces zones ont toujours su réparer, reconstruire ou reproduire ces aménagements grâce à un savoir-faire acquis depuis des siècles et dans le cadre d’une organisation sociale performante.

Comportement des ouvrages et structures traditionnelles

30Le village de Beni Snous dans les monts de Tlemcen, accroché à plus de 1 000 mètres d’altitude, aux flancs de montagne, est caractérisé par une sociologie particulière, étant donné son enclavement depuis des siècles et des conditions du milieu naturel très difficiles. Ses populations sont passées maîtres en aménagement et techniques de conservation de l’eau et des sols comme les fameuses terrasses méditerranéennes omniprésentes, les cuvettes aux pieds des oliviers en pierres soigneusement agencées. Beni Snous est surtout connu pour ses olivettes, ses vergers et ses terrasses cultivées. Ces terrasses verdoyantes atténuent les fortes pentes qui dépassent les 60 %, les sols peu profonds sur un substrat calcaire entretenant une végétation naturelle assez dense sous forme de maquis de chêne et de résineux et les pluies relativement abondantes et agressives en hiver et au printemps font que les risques d’érosion et de ravinement sont très élevés dans cette région. Les agriculteurs ont su développer depuis très longtemps des techniques simples, mais efficaces leur permettant de contrôler les eaux de ruissellement, les stocker et les utiliser pour l’irrigation des terrasses aménagées, des oliviers et autres arbres fruitiers (grenadier, pommier, pêcher, prunier, poirier, etc.). Au pied des arbres sont souvent confectionnées des cuvettes d’infiltration circulaires ou en demi-lune avec l’utilisation du paillage, mais parfois en pierres. Nous avons analysé 15 aménagements dans cette zone par rapport à six facteurs (tabl. 1.) : 2 terrassettes, 1 cordon en arbustes et fourragers, 2 séguias, 1 sed, 1 madjen, 1 daya, 1 culture sur billons, 1 utilisation de fumier, 2 cuvettes d’infiltration circulaires et 3 en demi-lune. Il en ressort tout d’abord le bon rapport coût/efficacité pour toutes les structures, sauf les ouvrages de stockages d’eau madjen et jboub. Mais ce sont les terrasses et terrassettes qui caractérisent la région de Beni Snous depuis très longtemps, comme en témoignent l’indice de reproductibilité et aussi l’indice de productivité des terres aménagées et restaurées. Ils permettent une excellente conservation des eaux.

31Fonctionnant en association avec les séguia, sed, madjen, jboub et cordons en végétaux, leur efficacité est multipliée : les écoulements superficiels collectés, les ruissellements atténués par les cordons et le travail du sol et canalisés par les séguia, l’infiltration améliorée au niveau des terrasses. Les pertes de terre ont diminué en conséquence (tabl. 2) sur tous les versants aménagés. La production agricole et les revenus ont sensiblement augmenté (tabl. 3). Le stock du carbone au niveau des parcelles de terrasses restaurées a gagné plus de 1,5 %. Ceci s’explique par l’utilisation régulière du fumier et le recyclage des débris végétaux. Les techniques traditionnelles ont non seulement des liens étroits avec les conditions agroécologiques de la zone, mais aussi avec ses caractéristiques socio-économiques ; c’est ainsi que plus au nord, sur les versants côtiers de la région, à Zouanif à l’est et à Honaine l’ouest, les terrasses, même si elles sont toujours présentes, leurs densités sont plus faibles et leurs répartitions assez irrégulières. Ceci donne non seulement une autre physionomie au paysage qui paraît moins travaillé, mais aussi une plus faible complémentarité avec les autres techniques de conservation de l’eau et du sol. Les cordons en pierres, en végétaux et mixtes sont assez nombreux et semblent jouer leur rôle d’une manière assez isolée. Il y a peu d’ouvrages de contrôle des écoulements superficiels à cause en partie du régime pluviométrique caractérisé par des averses peu agressives, une influence marine qui atténue le déficit hydrique, des ressources générées par la pêche qui font que la pression sur les terres agricoles n’est pas aussi importante et un système agricole moins contraignant.

Techniques culturales de CES et restauration des terres

32Le système de culture qui peut être défini comme un ensemble constitué par la succession des cultures sur une parcelle et les techniques culturales qui leur sont appliquées est le facteur important où l’homme peut intervenir pour protéger et améliorer la productivité des ressources et en même temps lutter contre les facteurs de dégradation de l’eau et du sol.

33La répartition spatiale et temporelle des terres cultivées en zone montagneuse nous permet souvent d’observer des systèmes de gestion traditionnels caractérisés par :

  • une diversification de cultures : céréaliculture, arboriculture fruitière, culture fourragère, et culture maraîchère ;
  • un travail du sol traditionnel (araire, manuel) ;
  • une utilisation de fumier et des haies vives.

34En outre, ce milieu montagnard aux fortes pentes reste très vulnérable aux ruissellements dévastateurs à la faveur des conditions topographiques, pluviométriques et de l’usage de la terre.

35L’analyse des pratiques de restauration des terres en conjuguant les techniques traditionnelles de CES (terrasses, gestion des ruissellements, fertilisation) et le choix d’itinéraire agricole approprié (arboriculture associée aux cultures maraîchères à haut potentiel de production et forte plus value) a permis une restauration des terres en montagne très avantageuse et qui souvent a multiplié les revenus (tabl. 3).

Conclusions

36Les zones montagneuses de la région de Tlemcen au nord-ouest algérien sont parsemées d’une multitude d’aménagements traditionnels de CES.

37Ce travail concerne particulièrement le comportement des aménagements traditionnels de CES et la restauration de la productivité des terres.

38À travers l’analyse d’une quarantaine d’aménagements traditionnels de CES, ce travail a dans un premier temps abordé le comportement de ces aménagements dans la période 1991-2005 (Mazour et Morsli, 2006), puis dans la période 2010-2012, à averses très agressives. Ensuite, nous nous sommes intéressés à quelques parcelles en terrasses restaurées. Ceci nous a amené à faire leur inventaire, leur diagnostic et leur analyse du point de vue de l’efficacité, de la productivité, du coût et des avantages de la restauration.

39L’impact est généralement positif sur la CES et sur l’amélioration de la productivité des terres aménagées. Ce sont les techniques simples, peu coûteuses et à la portée de l’exploitant agricole qui ont montré le plus d’efficacité. Ce sont les terrasses et terrassettes qui sont les plus largement utilisées. Il s’est avéré que l’association des techniques de CES traditionnelles (mécanique, biologique, techniques culturales) combinées avec des compléments de fertilisation a un impact très positif sur la production et la réduction du risque de dégradation.

40Mais ce sont des aménagements facilement reproductibles dans le cadre d’une organisation sociale du travail collectif (touiza) qui garantit la pérennité de ces aménagements en milieu rural.

41Il apparaît donc intéressant aujourd’hui de privilégier, dans le cadre des nouvelles stratégies de conservation de l’eau et du sol, toutes ces techniques ancestrales qui ont prouvé leur efficacité à travers le temps. Les parcelles restaurées au niveau des trois sites choisis peuvent constituer une voie de développement durable en zone de montagne de la région de Tlemcen, mais les ressources en eau limitées demeurent le facteur déterminant de tout développement et sa gestion est un défi constant à relever.

Bibliographie

Bibliographie

Laouina A., Nafaa R., Coelho C., Chaker M., Carvalho T., Boulet A. N., Ferreira A., 2000 – Gestion des eaux et des terres et phénomènes de dégradation dans les collines de Ksar El Kebir, Maroc. Bull Réseau Érosion, 20 : 256-274.

Mazour M., 2004 Étude des facteurs de risque du ruissellement et de l’érosion en nappe et conservation de l’eau et du sol dans le bassin versant de l’Isser – Tlemcen. Thèse doct. d’État, université de Tlemcen, 184, 131 p.

Mazour M., Benmansour M., 2002 – Effet de l’exposition des versants sur la production de biomasse et l’efficacité antiérosive dans le Nord-Ouest algérien. Bull. Réseau Érosion, 22 : 320-368.

Mazour M., Morsli B., 2006 – « Analyse de l’efficacité de quelques techniques traditionnelles dans le Nord-Ouest algérien ». In : Efficacité de la gestion de l’eau et de la fertilité des sols en milieu semi-arides, Éditions AUF-Actualités Scientifiques-IRD Paris : 193-198.

Morsli B., Mazour M., Arabi M., Roose É., 2005 – «Influences of land uses, soils and cultural practices on carbon eroded and carbon stocks in soils of Mediterranean mountains of northern Algeria». In Roose É., Lal R., Feller C., Barthès B., Stewart B. A. (eds): Soil erosion and carbon dynamics, Advances in Soil Sciences, CRC publisher, Boca Raton: 103-123.

Roose É., Arabi M., Brahmia K., Chebani R., Mazour M., Morsli B., 1997 – Recherche sur la réduction des risques d’érosion par la GCES en moyenne montagne méditerranéenne algérienne. Cah. Orstom, sér. Pédol, 28 (2) : 289-307.

Roose É., Sabir M., 2002 – Stratégies traditionnelles de conservation de l’eau et des sols dans le bassin méditerranéen : classification en vue d’un usage renouvelé. Bull Réseau Érosion, 21 : 33-44.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de situation des monts du Tell occidental de l’Algérie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 1. Comportement de quelques aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le Nord-Ouest algérien (2010-2011-2012).
Légende bs = Beni Snous : 15 aménagements ; z = Zoualef : 15 ; h = Honaine : 15.** Sed : ouvrage de stockage d’eau à l’amont d’une diguette réalisé généralement en terre transversalement à un cours d’eau temporaire avec une espèce de déversoir latéral. D’une capacité de quelques milliers de mètres cubes, il est généralement réparé ou entièrement refait après chaque crue importante par la Touiza (chantier de volontaires).Séguia : canal de dérivation et de collecte des eaux réalisé en terre ou en pierres agencées.Madjen : ouvrages de stockage d’eau utilisant des dépressions naturelles ou creusées. L’eau sert à certaines activités domestiques, telles que le lavage, l’arrosage des jardins et potagers et l’abreuvage des animaux d’élevage.Jboub : ouvrages de stockage d’eau de petite capacité réalisés au niveau de certaines ravines. Ils servent surtout à l’abreuvage du cheptel.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tableau 2. Ruissellement (Kram et Krmax %) et érosion (t/ha/an) sur parcelles expérimentales à Tlemcen (1991-2005).
Légende Kram : coefficient de ruissellement annuel moyen.Krmax : coefficient de ruissellement maximum.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter