Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 4. Restauration des sols par des techniques complexes

Chapitre 46. Potentialité de l’agroforesterie pour la restauration de la productivité des sols ferrallitiques acides du Rwanda

Dieter König

Résumé

Depuis 1985, différents systèmes agroforestiers ont été testés en vue de l’amélioration de la productivité des sols sur le plateau central rwandais. Les études ont été menées sur un sol ferrallitique fortement dégradé, très acide (pH < 4) et pauvre en éléments nutritifs. La station est située sur un versant à une altitude de 1 700 m qui reçoit en moyenne 1 280 mm de pluies en deux saisons ; la température annuelle moyenne atteint 20 °C. Huit parcelles d’érosion ont été cultivées selon les méthodes de l’agriculture écologique agroforestière : intégration des arbres et des haies vives dans les parcelles, cultures associées, substitution de la jachère par l’emploi de légumineuses comme engrais verts, intégration de l’élevage dans le système de culture, recyclage de la biomasse et intégration des mesures de conservation de l’eau et des sols. Malgré une érosivité des pluies relativement faible (facteur R d’après Wischmeier et Smith autour de 350), on a constaté sur une pente de 28 % une érosion énorme sur les parcelles non protégées : E = 440 t/ha/an sur sol nu, avec un ruissellement de 15 % et 226 t/ha/an sous manioc avec un ruissellement de 9 %. Sous ces conditions, l’intégration des arbres et surtout des haies isohypses de Calliandra calothyrsus permet une réduction du ruissellement, de l’érosion et des pertes en matière organique et en éléments nutritifs, à un niveau tolérable (1-3 % des valeurs initiales). L’agroforesterie permet en outre une haute production de biomasse même sur des sites dégradés et une remontée importante de nutriments dans la litière. Des relevés dendrométriques sur 32 espèces d’arbres plantées en novembre 1985 montrent que les meilleurs résultats ont été obtenus avec les arbres autochtones Maesopsis eminii et Polyscias fulva. Si les arbres exotiques (ex. Grevillea robusta, Cedrela serrata) montrent une bonne croissance initiale, les espèces autochtones sont, à la longue, plus productives et concurrencent moins les cultures vivrières. L’agriculture agroforestière contribue non seulement à la conservation des sols, mais aussi à la séquestration du carbone (stockage de 10 à 20 tonnes de carbone par hectare dans la biomasse superficielle) et à son approvisionnement en matières organiques et en nutriments (N105 + P4 + K21). Néanmoins, les méthodes biologiques seules ne sont pas capables d’améliorer suffisamment la fertilité du sol sur des sites déjà fortement dégradés. Pour rétablir la fertilité de ces sols, un apport complémentaire en éléments nutritifs (surtout P et cations) est inévitable pour remplacer ceux qui ont été emportés par l’érosion, par lessivage et par exportation des produits agricoles pendant des décennies. L’article présente les effets positifs d’une application des cendres volcaniques et du travertin sur le rendement des cultures vivrières dans des systèmes agroforestiers.

In densely populated areas in Rwanda, soil erosion and degradation are severe threats to agriculture. In this situation, agroforestry can help to achieve a sustainable agricultural production (“ecofarming”). Based on measurements of runoff and soil loss, of biomass production and nutrient fluxes, the author summarises more than twenty years of research experience from Projet agricole et social interuniversitaire (Pasi) at Butare, Rwanda (1,700 m a.s.l., mean annual rainfall: 1,280 mm, mean temperature: 20 C) on a severely degraded ferralitic soil (pH 4). With a relatively low rainfall erosivity (R after Wischmeier and Smith around 350), 440 t/ha/year were eroded from a standard plot without any soil cover and 226 t/ha/year were eroded from a cassava plot (on a 28 % slope) and with runoff rates contour strips of Calliandra calothyrsus can reduce runoff, soil erosion and loss of organic matter and nutrients to tolerable levels (1-3 % of the levels recorded under cassava). Agroforestry allows a high biomass production even on degraded sites and a significant nutrient recycling. Dendrometric measurements of 32 tree species planted in November 1985 revealed that the best results were obtained with native trees like Maesopsis eminii or Polyscias fulva. Exotic tree species (e.g. Grevillea robusta, Cedrela serrata) showed strong initial growth but, in the long run, native trees were more productive and less competitive with food crops. Agroforestry does not only contribute to soil conservation, but may also play an important role in climate change mitigation by storing important quantities of carbon (10-20 t C/ha, which is equivalent to 35 to 70 t CO 2/ha) in the standing biomass. Agroforestry is also able to provide an important part of the nutrient supply of the production system. However, biological methods alone are not able to improve soil fertility on sites already severely degraded. To restore the fertility of these soils, a supplementation of mineral nutrients (especially P and cations) is unavoidable to compensate for losses through erosion, leaching and export of agricultural products which took place during the last decades. Therefore, the paper also presents the positive effects of an application of volcanic ashes and travertine on crop yields in agroforestry systems.

Texte intégral

Introduction

1Au Rwanda, pays tropical montagneux au cœur de l’Afrique avec une population de 12 millions d’habitants sur 26 338 km2, la densité de la population dépasse 1 000 hab./km2 dans des régions agroécologiques favorisées. Dans ces régions, la superficie médiane des exploitations agricoles est inférieure à 0,5 ha. Il en résulte une surexploitation et une dégradation rapide des sols, qui sont menacés par une érosion accélérée sur des pentes raides de ce « pays aux mille collines ».

2Dans ce contexte, des méthodes biologiques pour la conservation des sols qui ont été examinées depuis 1985 sont une alternative prometteuse aux systèmes mécaniques proposées par le gouvernement rwandais pendant les dernières décennies (fossés antiérosifs, terrasses radicales). L’agriculture écologique agroforestière (comme la GCES) essaie de lutter par une approche intégrale du problème, contre l’érosion des sols et contre la dégradation de sa fertilité. Elle a pour but la régénération et la stabilisation de la fertilité du sol dans un système de production bien adapté aux conditions écologiques et humaines de la région. Ses méthodes se ramènent à des expériences paysannes autochtones dans des régions d’Afrique densément peuplées, ses éléments principaux sont (König, 1992) :

  • l’intégration des arbres et des haies dans les parcelles de cultures (agroforesterie) ;
  • la mise en place de cultures associées multi-étagères (p. ex. : maïs, haricots, manioc et patates douces cultivés simultanément dans la même saison) ;
  • la substitution de la jachère par l’emploi d’engrais verts ;
  • l’intégration de l’élevage dans le système de culture (stabulation permanente) ;
  • le recyclage de la biomasse dans un cycle aussi fermé que possible ;
  • l’intégration de la conservation des sols par une bonne couverture du sol (haies vives isohypses, paillage, cultures associées multi-étagères, etc.).

Paysage de collines cultivées aménagées en terrasses progressives : talus protégés par des herbes fourragères ou des buissons de légumineuses. L’habitat (rugo) est dispersé sur des pentes fixées par des arbres. Les bas-fonds sont aménagés en rizière ou en planches drainées
© D. König

Site et méthodes

3Les expériences ont été faites près de Butare au sud du plateau central rwandais sur un sol ferrallitique fortement dégradé, très acide (pH = 4) et pauvre en éléments nutritifs. Le milieu tropical de montagne peut être caractérisé par une altitude de 1 700 m, des précipitations annuelles moyennes bimodales de 1 280 mm en dix mois et une température annuelle moyenne de 20 °C.

4Sur une pente de 28 %, huit parcelles d’érosion de 100 m2 ont été cultivées selon les méthodes de l’agriculture écologique agroforestière décrites ci-dessus qui essaient de lutter contre l’érosion des sols et la dégradation de sa fertilité par une approche globale. Elle a pour but la régénération et la stabilisation de la fertilité du sol dans un système de production bien adapté aux conditions écologiques et humaines de la région.

Talu de moins de deux mètres stabilisé par une haie de légumineuses arbustives (Calliandra ou Leucaena) et par des légumineuses rampantes ou diverses adventices. Station de Butare, Rwanda.
© D. König

Résultats et discussion

Érosion et conservation des sols

5Malgré une érosivité des pluies (un facteur R moyen de 350 d’après Wischmeier et Smith, 1978) et un ruissellement relativement faibles (2 à 15 %), on a constaté une érosion énorme sur les parcelles non protégées : 440 t/ha/an sur sol nu et 226 t/ha/an sous manioc sur une pente de 28 %. Dans ces conditions, l’intégration des arbres et surtout des haies de Calliandra calothyrsus permet une réduction de l’érosion et des pertes en matières organiques et en éléments nutritifs, à un niveau d’érosion « tolérable » (1 à 3 % des valeurs initiales, voir fig. 1, qui présente les résultats des trois dernières années de mesure.). Des résultats comparables (120 à 250 t/ha/an sous cultures non protégées, 1 à 2 t/ha/an sur parcelles protégées par des haies vives) ont été obtenus à Rubona, à une distance de 15 km de Butare (ROOSE et al., 1993 ; ROOSE et Ndayizigiye, 1996). La seule introduction des arbres et des cultures associées (maïs ou sorgho, haricots ou soja, manioc, patates douces) ne suffit pas à réduire les pertes de terre à un niveau acceptable (E = 57 t/ha/an sous Grevillea). Seule l’intégration des haies d’arbustes légumineuses fait de l’agroforesterie un système de production valable en vue de la conservation du sol. Grâce au développement rapide des haies de Calliandra calothyrsus, l’érosion a été réduite à moins de 12 t/ha/an depuis la deuxième saison après leur plantation et à moins de 3 t/ha/an depuis la cinquième année après la plantation, c’est-à-dire à moins de 1,5 % des pertes sur la parcelle témoin cultivée de façon traditionnelle.

Figure 1. Érosion moyenne annuelle mesurée sur parcelles d’érosion de 100 m2 de la 6e à la 8e année après l’installation des parcelles et du système agroforestier (Pasi, Butare 1991-1992 à 1993-1994).

6Les résultats les plus encourageants (une réduction durable de l’érosion à 0,3 % des pertes mesurées sur la parcelle cultivée avec du manioc) ont été obtenus par la méthode de culture en couloir entre deux haies de Calliandra calothyrsus plantées sur des micro-terrasses d’une largeur de 0,5 m, à un écartement de 5 m. Les lignes d’herbes, qui sont les plus efficaces pendant les deux premières années, perdent leur efficacité et disparaissent après quelques années. Par contre, les haies de Calliandra pur, une fois installées (2 ans), sont toujours très efficaces, même 20 ans après leur plantation.

Production de biomasse et séquestration du carbone

7Par l’intégration des arbres et des arbustes dans le système de production agricole, l’agroforesterie permet une forte production de biomasse, même sur des sites dégradés. Puisqu’il existe très peu d’expériences sur l’intégration d’autres arbres que Grevillea robusta dans des systèmes agroforestiers, 32 espèces d’arbres ont été plantées en novembre 1985. À Butare, des relevés dendrométriques qui ont été faits à maintes reprises montrent que les meilleurs résultats ont été obtenus avec les arbres autochtones Maesopsis eminii et Polyscias fulva (fig. 2). Alors que les arbres exotiques (p. ex. Grevillea robusta, Cedrela serrata) ont une bonne croissance initiale, les espèces autochtones sont – à la longue – plus productives et concurrencent moins les cultures vivrières. Après 25 ans, les espèces autochtones les plus adaptées au site, Maesopsis et Polyscias, ont une hauteur moyenne de 23 et 20 m et un diamètre moyen de 34,5 et 34 cm respectivement pendant que les arbres exotiques les plus prometteurs, Grevillea et Cedrela, montrent une hauteur de 22 et 21 mètres et un diamètre de 26,5 et de 28 centimètres respectivement.

Figure 2. Diamètre moyen et hauteur moyenne des arbres de 10 ans sur le terrain d’expérimentation du Pasi ; le choix se limite aux espèces à forte présence au Rwanda.

8La production élevée des arbres garantit une séquestration du carbone importante surtout dans le bois. La transformation d’une parcelle agricole en système agroforestier permet une séquestration durable de l’ordre de 10 à 20 tonnes de carbone par hectare dans la biomasse superficielle (chiffres approximatifs pour les meilleures espèces d’arbres Maesopsis eminii et Polyscias fulva), ce qui correspond à 35-70 t de CO2/ha. Dans cette estimation l’auteur ne considère pas les changements probables des teneurs en matière organique dans le sol, ni l’effet sur le bilan du carbone causé par la production du bois de chauffage sur place (qui s’élevait à environ 2-4 t de carbone par hectare et par an pour les meilleures espèces), ce qui contribue significativement à une réduction de la dégradation des forêts avoisinantes. Les premiers résultats montrent qu’il n’y a pas de changements significatifs du C dans le sol ; au lieu d’une augmentation des MO nous observons même une tendance à sa dégradation probablement liée aux termites qui sont très abondants sur notre terrain d’expérimentation et qui mangent la MO.

Parcelle agroforestière de plus de 20 ans, comprenant une culture de haricots, une haie de Calliandra, une plantation de Polycias taillée en tétard.
© D. König

Parcelle d’Eucalyptus plantés très serrés dont le sol a perdu 20 cm de terre, laissant les racines superficielles à l’air. Station de Butare, Rwanda.
© D. König

9En ce qui concerne l’intégration des arbustes, les meilleurs résultats ont été obtenus avec des haies doubles de Calliandra calothyrsus plantées sur des terrassettes de 50 cm de large, à un écartement de 5 m. Cela permet de produire jusqu’à 24 tonnes de biomasse par hectare et par an, dont 15 tonnes de feuilles, qui donnent un fourrage excellent. Les feuilles produites dans une haie de Calliandra (longueur = 2 000 m par hectare) coupée trois fois par an contiennent jusqu’à 105 kg de N, 4 kg de P et 21 kg de K, 30 kg de Ca et 20 kg de Mg.

10La production de Leucaena leucocephala est inférieure à celle de Calliandra, qui est mieux adaptée aux sols acides et aux hautes altitudes. Ces remontées biologiques de nutriments sont du même ordre de grandeur que celles observées à Rubona (Roose et Ndayizigiye, 1996).

11Malgré leur forte croissance initiale, les herbes produisent beaucoup moins de biomasse que les arbustes. Cinq ans après leur plantation, les lignes d’herbes antiérosives (avec Pennisetum purpureum ou Setaria splendida) sont fortement dégradées, tandis que les haies arbustives restent très productives pendant plus de vingt ans.

12L’association « arbres + herbes » dans des « lignes antiérosives » est à déconseiller. En effet, la concurrence entre les herbes, les cultures vivrières et les arbres est importante, surtout quand ces lignes d’herbes sont composées des espèces à croissance rapide comme Pennisetum purpureum ou Tripsacum fasciculatum. Il en résulte une croissance tardive des arbres et une forte diminution de leur production de biomasse. Même après la baisse de productivité des lignes d’herbes et la disparition de la majeure partie des rhizomes d’herbacées, la croissance des arbres continue à souffrir du manque d’éléments nutritifs. Ce résultat souligne l’importance d’études à long terme. L’intégration de lignes d’herbes dans les systèmes agroforestiers est souvent conseillée et justifiée en raison de son effet antiérosif et de la production de biomasse supérieure les premières années. La baisse de la productivité et de l’effet conservatoire reste souvent méconnue, car la période d’observation des travaux de recherche est souvent limitée à moins de trois ans.

Fertilité des sols et rendements des cultures

13L’agriculture écologique agroforestière permet une production durable ; elle garantit la sauvegarde de la fertilité du sol à long terme. Les arbres et les haies de légumineuses contribuent au recyclage des éléments nutritifs et à l’approvisionnement du système en carbone, azote, cations et phosphore. Par le compostage, la haute production en biomasse du système agroforestier peut être valorisée pour améliorer la production végétale. Le coût en heures de travail est énorme, mais n’a pas été quantifié (transport, hachage et humectation des tas de biomasse). L’application du compost est la seule mesure qui permet d’avoir une récolte significative sur notre terrain très fortement dégradé.

14Cependant, les méthodes « biologiques » seules ne peuvent pas rétablir la fertilité d’un site déjà dégradé : un apport minéral supplémentaire (P et souvent Ca, Mg et oligoéléments) semble nécessaire au démarrage des légumineuses. Ce résultat a été confirmé par les expériences de Ndayizigiye à Rubona (Roose et al., 1993). La valorisation de la biomasse produite dans des systèmes agroforestiers est difficile. Selon nos expériences, la technique de l’engrais vert (Tephrosia vogelii, Sesbania sesban et Sesbania macrantha, diverses espèces de Crotalaria) n’a pas la capacité de régénérer des sols dégradés. Malgré une production de biomasse de 18 à 25 tonnes par hectare, un engrais vert installé sans fumure améliorante (N et surtout phosphore, chaux) reste souvent sans influence significative sur la croissance des cultures qui suivent. La fixation d’azote des légumineuses est entravée par les carences en éléments nutritifs (en particulier, le phosphore) rencontrées dans ces sols très acides ; la reprise trop lente des engrais verts traditionnels a eu pour conséquence de fortes pertes de sol

15Une alternative beaucoup plus prometteuse aux engrais verts est le système de culture en couloir (alley-cropping) qui est un système de jachère simultanée. Une haie isohypse de Calliandra ou de Leucaena − une fois installée sur 10 à 20 % de la superficie totale de la parcelle − peut produire presque autant de biomasse par hectare et par an que des engrais verts qui occupent toute la parcelle. Une haie arbustive de légumineuses n’est pas seulement plus facile à entretenir, mais aussi beaucoup plus efficace en ce qui concerne la fixation d’azote et le recyclage des éléments nutritifs.

16Contrairement à ce que laisse supposer la plupart des définitions de l’agroforesterie, l’intégration d’arbres et des arbustes dans les parcelles cultivées n’a pas uniquement des effets synergiques positifs. Selon l’espèce d’arbre, la densité de la plantation, la nature et la fréquence des mesures d’entretien (coupe des racines, élagage), l’âge et la largeur, l’écart, la fréquence et la date des coupes des haies, apparaissent des effets de concurrence qui influencent la croissance des cultures en sous-étage. Cette énumération montre que les effets dépendent d’une multitude de facteurs et que vouloir saisir l’ensemble de leurs influences est pratiquement impossible. Les différences liées à l’espèce peuvent être compensées par des mesures d’entretien adéquates ; négliger de telles mesures peut entraîner des pertes totales de récoltes dans les cultures en sous-étage.

17Les résultats des études concernant l’influence des différentes espèces d’arbres sur le rendement des cultures en sous-étage montrent des effets de concurrence qui sont remarquables jusqu’à une grande distance du tronc et qui varient beaucoup entre différentes espèces. Les arbres autochtones Polyscias et Maesopsis montrent, déjà à une distance de 60 cm de la rangée d’arbres, un niveau du rendement supérieur à celui de la parcelle témoin. Par contre, pour les deux espèces exotiques Cedrela et Grevillea, les effets négatifs sur les récoltes sont remarquables jusqu’à une distance de 1,5 et de 2,5 mètres du tronc respectivement. Pour Croton megalocarpus, arbre autochtone des savanes de l’est du Rwanda, les effets de concurrence racinaire sont encore plus accentués, pendant qu’ils sont négligeables sous Entandophragma excelsum, espèce de la forêt de Nyungwe à croissance lente fournissant un bois de haute qualité. Néanmoins, les effets synergiques sont capables de compenser les effets de concurrence : à l’exception du Grevillea (même rendement) et de Polyscias (augmentation du rendement de 55 %), le rendement des cultures sur des parcelles agroforestières a été légèrement supérieur à celui enregistré sur les parcelles témoins.

18Après dix ans d’agroforesterie et d’agriculture écologique (culture associée, application du compost et des engrais verts), nous avons constaté une augmentation du pH (de 4,1 à 4,35) et des éléments nutritifs P (+ 54 %), K (+ 18 %), Ca (+ 219 %) et Mg (+ 24 %) dans le sol superficiel (0-30 cm), pendant que les teneurs en matière organique et en azote ont été réduites de 18 % et de 20 % respectivement – avec des différences significatives entre les différentes espèces d’arbres. La matière organique apportée dans le système par la chute de feuilles d’arbres et par le compostage est donc complètement reminéralisée suite à la forte activité des termites. Les méthodes de l’agriculture écologique agroforestière seules peuvent contribuer à ralentir la vitesse de dégradation. Pour arriver à une intensification de la productivité des sols déjà fortement appauvris en éléments nutritifs, un complément d’engrais minéraux semble indispensable.

Apport de travertin et de cendres volcaniques

19Pour compenser les pertes en éléments nutritifs dues à une longue histoire de dégradation du site d’expérimentation, des roches volcaniques en poudre, du travertin et de la chaux brulée ont étés appliqués sur des parcelles agroforestières en 1989. La figure 3 donne des renseignements sur le développement des rendements des cultures saisonnières pendant huit saisons après l’application de 2,5 tonnes de roches en poudre par hectare.

Figure 3. Développement des rendements relatifs sur des parcelles traitées par l’apport de 15 tonnes de compost (le témoin produisant 100 %) et différentes roches en poudre (application unique de 2,5 t/ha de travertin, des cendres volcaniques en poudre ou de chaux en 1989) pendant les 8 saisons de culture suivant l’application (Hartmann, 1993).

20La figure 3 montre qu’une application du travertin est une mesure efficace pour améliorer la fertilité du sol et que son effet est de loin supérieur à celui de la chaux. Malgré sa production qui consomme beaucoup d’énergie et malgré ses effets négatifs sur le sol, qui ont mené à une légère baisse du rendement dans la première saison, le chaulage est très souvent utilisé dans l’agriculture. À la suite des expériences faites à Butare, l’auteur propose de remplacer le chaulage par une application de cendres volcaniques, une ressource locale aussi efficace que la chaux. Si disponible, une application supplémentaire du travertin pourrait contribuer à une amélioration ultérieure du rendement des cultures. Finalement, il faut constater que ces résultats ont étés obtenus sur des parcelles bien protégées contre l’érosion, condition essentielle sans laquelle la plupart des efforts pour une amélioration de la productivité sont vains.

Conclusions

21L’agriculture écologique agroforestière représente une stratégie efficace pour la gestion durable de l’eau et de la fertilité des sols (GCES). L’intégration des arbres (spécialement des espèces autochtones) et surtout l’intégration des haies de légumineuses arbustives dans des systèmes de production vivrière permettent à la fois de sauvegarder la fertilité du sol, de nourrir et de couvrir le besoin en bois d’une population croissante de la superficie agricole. En plus, elle contribue à une réduction de la dégradation des sols hors de la surface cultivée et à une séquestration du carbone importante surtout au-dessus du sol.

22Néanmoins, une amélioration des sols déjà fortement dégradés et appauvris en éléments nutritifs ne peut pas être atteinte sans fumure minérale complémentaire (en particulier, du phosphore et des bases). Compte tenu des ressources très limitées du pays en engrais minéraux, la conservation des sols une fois améliorés et surtout la sauvegarde de la fertilité des sols toujours productifs par des méthodes biologiques et le recours à des ressources minérales locales (cendres volcaniques et travertin pulvérisés) sont indispensables.

Bibliographie

Bibliographie

Hartmann M., 1993 Möglichkeiten und Grenzen der Bodenverbesserung auf degradierten Standorten in den Feuchttropen durch Kalkung und Anwendung vulkanischer Aschen - dargestellt am Beispiel Rwanda. Thèse de diplôme en géographie, Mayence.

König D., 1992 – L’agriculture écologique agroforestière - une stratégie intégrée de conservation des sols au Rwanda. Bull. Réseau Érosion, IRD, Montpellier, 12 : 130-139.

Ndayizigiye F., 1993 La GCES au Rwanda. Analyse des techniques antiérosives et de leurs effets sur la productivité des terres. Thèse doct. géographie physique, univ. Strasbourg, 235 p.

Roose É., Ndayizigiye F., Sekanyange L., 1993 – L’agroforesterie et la GCES au Rwanda. Comment restaurer la productivité des terres acides dans une région tropicale de montagne à forte densité de population ? Cah. Orstom, sér. Pédol., 28 (2) : 327-349.

Roose É., Ndayizigiye F., 1996 – Agroforestry and GCES in Rwanda. Soil Technology, 11 (1): 109-119.

Wischmeier W., Smith D., 1978 Predicting rainfall erosion losses. A guide to conservation planning. Washington USDA, Agricultural Handbook, 537, 58 p.

Table des illustrations

Légende Paysage de collines cultivées aménagées en terrasses progressives : talus protégés par des herbes fourragères ou des buissons de légumineuses. L’habitat (rugo) est dispersé sur des pentes fixées par des arbres. Les bas-fonds sont aménagés en rizière ou en planches drainées© D. König
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Talu de moins de deux mètres stabilisé par une haie de légumineuses arbustives (Calliandra ou Leucaena) et par des légumineuses rampantes ou diverses adventices. Station de Butare, Rwanda.© D. König
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Figure 1. Érosion moyenne annuelle mesurée sur parcelles d’érosion de 100 m2 de la 6e à la 8e année après l’installation des parcelles et du système agroforestier (Pasi, Butare 1991-1992 à 1993-1994).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Figure 2. Diamètre moyen et hauteur moyenne des arbres de 10 ans sur le terrain d’expérimentation du Pasi ; le choix se limite aux espèces à forte présence au Rwanda.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Parcelle agroforestière de plus de 20 ans, comprenant une culture de haricots, une haie de Calliandra, une plantation de Polycias taillée en tétard.© D. König
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Légende Parcelle d’Eucalyptus plantés très serrés dont le sol a perdu 20 cm de terre, laissant les racines superficielles à l’air. Station de Butare, Rwanda.© D. König
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Légende Figure 3. Développement des rendements relatifs sur des parcelles traitées par l’apport de 15 tonnes de compost (le témoin produisant 100 %) et différentes roches en poudre (application unique de 2,5 t/ha de travertin, des cendres volcaniques en poudre ou de chaux en 1989) pendant les 8 saisons de culture suivant l’application (Hartmann, 1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24501/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteur

Géographe, professeur-chercheur, département de géographie, université de Koblenz, Koblenz, R. F. A. dkoenig@uni-koblenz.de

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540