Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 4. Restauration des sols par des techniques complexes

Chapitre 43. Amélioration de la productivité des sols cultivés des collines du bassin versant de Maniandro (Madagascar)

Edmond Andriambelomanga, Simone Ratsivalaka, Nicolas Andriamampianina, Jean-Chrysostôme Randriamboavonjy et Mparany Andriamihamina

Résumé

Ce travail présente les résultats d’une étude de l’amélioration de la fertilité des terres des flancs cultivés des collines dans le bassin versant de Maniandro, situé à 25 km au nord d’Antananarivo, sur les Hautes Terres centrales de Madagascar. Les observations, les mesures d’érosion sur parcelles et les essais de fertilisation organo-minérale permettent de souligner l’importance des problèmes d’érosion hydrique et de la pauvreté physico-chimique des sols. Cette situation est aggravée par des contraintes socio-économiques. La stratégie traditionnelle de gestion extractive de la fertilité des sols ne permet que la survie des paysans. Elle renforce la dégradation du milieu écologique et la précarité de la vie de la population. La technique culturale sous couverture végétale morte ou vivante et l’utilisation des engrais à base de fumier de parc, de dolomie, de guano et de troncs de bananiers hachés sont des solutions proposées. Mais l’initiative des chercheurs a ses limites économiques et spatiales : elle nécessite l’intervention de l’État et des autres acteurs de développement rural.

This paper reports the studies about improvement of soil fertility of tanety in the watershed of Maniandro, located at 25 km North of Antananarivo in the Central Region of Madagascar Highland. The observations on runoff and measurements of soil erosion underline the importance of soil degradation problems, the physicochemical soil poverty and the socio-economic constraints of poor farmers. The traditional strategy of management of soil fertility only allows farmers to survive. It reinforces population’s poverty and ecological degradation. The recommended solutions are the farming technique under vegetation cover and the organic manures used: manure collected on parks, dolomite, and guano and trunks of banana trees. But the researchers initiative has economic and space limits and requires the intervention of State and other rural stakeholders.

Texte intégral

Introduction

  • 11 Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet « Restauration et gestion de la fertilité des sols su (...)

1Cette étude a été réalisée dans le sous-bassin d’Ambohitsimeloka du bassin versant de Maniandro11, situé à 25 km au nord-ouest d’Antananarivo, sur les Hautes Terres centrales malgaches (fig. 1). C’est un espace humanisé dans lequel la problématique de la dégradation des sols causée par un aménagement extensif des flancs cultivés des collines (les tanety) est très importante. Le problème est de chercher les améliorations à apporter dans la gestion paysanne de la fertilité des sols ferrallitiques acides de tanety du bassin versant de Maniandro qui s’étend de 18° 45’ lat. S à 18° 47’ lat. S et 48° 25’ long. E à 48° 27’ long. E avec une altitude comprise entre 1 250 m et 1 450 m. L’objectif de cette recherche est de contribuer à une meilleure compréhension des stratégies traditionnelles de gestion de la fertilité des sols et d’identifier les différentes contraintes liées à cette gestion paysanne afin d’apporter des solutions pour contrôler l’érosion et améliorer la fertilité des sols en vue de pérenniser les activités agricoles.

Méthodologie

2Cette étude comprend, outre la documentation, des observations du paysage agricole, des enquêtes sur les ménages, des mesures sur parcelles d’érosion et des tests de fertilisation organique et minérale de la culture de l’haricot. L’observation sur transect fait ressortir tous les problèmes d’érosion et de fertilité à l’échelle du paysage et des parcelles cultivées, ainsi que tous les modes d’aménagement agricole existants. L’enquête sur le terrain a porté sur l’interview au hasard des exploitants agricoles à partir d’un questionnaire semi-structuré. L’échantillonnage correspond à une fraction de sondage de 1/5, soit 45 ménages sur 220 recensés en 2006 dans le village d’Ambohitsimeloka alors peuplé de 1 200 habitants.

3Trois parcelles d’érosion de 10 x 10 m, délimitées par des tôles enfoncées dans la terre, ont été mises en place pour mesurer le ruissellement et l’érosion. Le dispositif de collecte des eaux de ruissellement comprend deux fûts de 200 litres reliés entre eux par un partiteur à 11 fentes. La mesure d’érosion porte sur l’évaluation des impacts des dispositifs antiérosifs sur l’érosion et l’état de la fertilité des sols sous manioc : 1) paillage constitué de graminées collectées sur place, 2) parcelle témoin sans dispositif antiérosif, 3) culture sous couverture végétale vivante de Stylosanthes gracilis.

4Les analyses chimiques du sol ont concerné des prélèvements de sol faits dans l’horizon A1 (0-15 cm) avec un échantillon issu de quatre répétitions de prélèvements d’échantillons dans chaque placeau de 2 m x 5 m. Elles concernent le pH eau, les cations échangeables : Ca, Mg, K (méthode d’extraction à l’acétate d’ammonium – lecture au spectrophotomètre d’absorption atomique), le P assimilable (méthode de Bray II), l’azote et l’aluminium (méthode de Kjeldhal) et la matière organique (méthode de Walkley Black).

5L’expérimentation agronomique consiste en deux essais de fertilisation : 1/fertilisation minérale et organique du sol par des engrais chimiques (dolomie, K, P2O5) et du fumier de parc ; 2/fertilisation organique du sol sur haricot avec du fumier, un amendement dolomitique, un engrais organique phosphaté (guano) et des morceaux de tronc de bananier haché. L’expérimentation étudie l’effet de doses de ces fumures sur le haricot. La production a été évaluée en poids de graines sèches en t/ha/an.

Résultats

Faible fertilité physico-chimique des sols ferrallitiques acides des tanety

6Ce sont des sols ferrallitiques rajeunis avec une faible épaisseur de l’horizon humifère (10 cm). Le ruissellement a partiellement décapé la couche superficielle. La faiblesse de l’horizon AH et la fragilité de la structure de l’horizon AB ne permettent pas l’infiltration suffisante de l’eau en profondeur ; en conséquence, la nutrition minérale des plantes ne peut pas se faire normalement.

7Dans les sols de tanety, la somme en bases échangeables en K, Ca et Mg est très déficiente : inférieure à 4 méq/100 g de sol (tabl. 1). La teneur en P assimilable est faible et tourne autour de 5 ppm. Le pH du sol, inférieur à 6 est acide. La teneur faible en M.O (< 1,5 %) et le taux élevé de minéralisation ne permettent pas la formation de complexe organo-minéraux stables pour le stockage des nutriments assimilables (Terre-Tany, 1995). Dans ce cas, les sols ont une carence en nutriments et la croissance des plantes est ralentie. Les sols de terrasses colluviales sont plus riches en bases échangeables en Ca, Mg et K (somme des cations de plus de 4 méq/100 g), en M.O (supérieure à 4 %) et en P assimilable (équivalent de 17 ppm/100 g). Le pH est presque neutre.

Tableau 1. Caractéristiques chimiques des sols de Maniandro.

Tableau 1. Caractéristiques chimiques des sols de Maniandro.

Source :Ratsivalaka et al., 2007.

Gestion traditionnelle de la fertilité des sols

8Les paysans gèrent la fertilité de leurs terres par trois méthodes complémentaires.

La gestion « horizontale »

9Elle consiste en transferts d’éléments fertilisants prélevés sur d’autres parties du terroir (Rollin, 1994). Le parc à bœufs constitue le centre de production de fumier. Selon Rakoto-ramiarantsoa (1995), le prélèvement d’une biomasse végétale est nécessaire pour la production de fumier. Les paysans de Maniandro prélèvent 500 kg/semaine de litière sur les versants. La litière doit être asséchée avant d’être étalée dans le parc à bœufs. Le piétinement par les bœufs lors de leur séjour nocturne dans le parc permet de mélanger la litière avec leurs déjections. La production de fumier est fonction de l’alimentation animale : pâturage pendant la journée, puis la nuit, fourrages prélevés par les enfants (30 à 50 kg/jour) et alimentation complémentaire composée de résidus de cultures (pailles, tiges de maïs, feuilles de haricots, fanes d’arachides). Ces techniques produisent 300 à 500 kg/semaine de fumier (humide). Le fumier est évacué et entassé à l’extérieur du parc. Il doit être recouvert par des matières végétales sèches pendant une semaine pour la rétention de l’azote. On parle de « mûrissage de fumier » : 7 à 10 t/ha de ce fumier sont apportées chaque année dans les champs cultivés de tanety : 20 à 30 t/ha de fumier sont réservées aux terrasses et rizières.

10L’utilisation des engrais par les paysans montre une diversification des éléments fertilisants : fumier, déjection avicole, compost, NPK et urée. Mais le fumier de parc reste le plus utilisé : 57 % des paysans de Maniandro fertilisent leur terre avec du fumier, 20 % avec des déchets avicoles, 10 % avec du compost et des engrais minéraux.

Apport de fumier de parc sur une parcelle de culture de haricot.
© E. Andriambelomanga

La gestion « verticale » de la fertilité

11C’est la régénération de la fertilité des sols qui provient du milieu lui-même au niveau de la parcelle (Rollin, 1994). Ici, trois types de gestion verticale sont adoptés par les paysans. 1/ Le labour et l’aménagement des trous de plantation sont les principales techniques d’aménagement du sol des tanety pour régénérer leur fertilité. 2/ La jachère pendant 1 à 4 ans suivant la vitesse de colonisation par les herbes après une mise en culture de 2 à 4 ans. La diversité des herbes signifie un certain niveau de régénération de la fertilité. La jachère réduit l’érosion et accroît l’humidité du sol. Mais la pression foncière réduit la durée de la jachère. 3/ La rotation et l’association culturale avec des légumineuses. Dans le bassin versant de Maniandro, les associations culturales les plus pratiquées sont : maïs-haricot (année 1), manioc-haricot (année 2), manioc-arachide (année 3). Les légumineuses comme le haricot et l’arachide sont connues pour leur capacité à fixer l’azote de l’air. Cet azote est disponible pour les cultures associées à ces légumineuses et les cultures suivantes.

La « gestion intégrée » des eaux, des sols et de la biomasse

12Elle consiste à cultiver des plantes pour freiner l’érosion et à aménager des trous collecteurs des eaux de pluie afin d’améliorer la productivité des sols. Elle s’est traduite aussi par la production des plantes sur la parcelle pour nourrir le bétail afin de produire du fumier, principal fertilisant des sols. Les zones de culture produisent aussi de la biomasse en faible quantité : les résidus de cultures sont exportés vers le parc des animaux pour y être recyclés. En se nourrissant, les animaux prélèvent de la matière végétale, la transforment en matière organique décomposée pouvant facilement minéraliser. Dans les espaces cultivés, on apporte de la biomasse transformée en matière organique sous forme de déjection, fumier, compost L’apport de biomasse correspond à un enrichissement en nutriments des sols, d’où le rôle important joué par la biomasse dans la gestion de la fertilité.

13Cette notion d’intégration implique une gestion intégrée des espaces agricoles. Elle montre une complémentarité spatiale de l’utilisation des sols. Les apports massifs d’engrais sur les parcelles de riz et les cultures maraîchères de saison et de contresaison traduisent l’intensification agricole dans les terrasses et rizières. Les productions agricoles dans ces unités (paddy, tomates, haricots, choux, pommes de terre, courgettes) sont faibles et n’arrivent pas à combler les besoins alimentaires et financiers des exploitants. D’où l’aménagement extensif des tanety pour la monoculture de manioc, patates douces, arachides et pois de terre, cultures moins exigeantes. Elles produisent un complément alimentaire en période de soudure du riz. Mais l’aménagement extensif des tanety pose des problèmes de ruissellement et d’érosion.

Contraintes perceptibles sur les milieux écologiques, sociaux et économiques

14Sur le milieu naturel, les méfaits de la gestion paysanne de la fertilité des sols se traduisent par la dégradation alarmante des ressources naturelles, qui entraîne à son tour l’importance de l’érosion des sols. L’érosion aboutit à la perte de fertilité chimique des sols cultivés (tabl. 2).

Tableau 2. Érosion chimique des sols sur une parcelle cultivée.

Tableau 2. Érosion chimique des sols sur une parcelle cultivée.

Source : Ratsivalaka et al., 2007.

15L’érosion en nappe sélective du sol entraîne une perte d’éléments fertiles (voir sol érodé du tableau 2) du sol. Éléments fins et fumier sont emportés par le ruissellement. L’érosion aboutit à un appauvrissement des sols en place et à l’exportation des éléments nutritifs avec les sédiments (Andriambelomanga, 2007a). D’après ce tableau, on constate une acidification des sols, une perte en bases échangeables de 0,713 méq pour 100 g de sol (Ratsivalaka et al., 2007). Si l’érosion décapante se poursuit, apparaît un horizon plus riche en Ca, Mg et K.

16Cette perte d’éléments fertiles du sol entraîne la diminution de la production agricole et le déclin des revenus. La pauvreté s’accentue et les paysans pauvres ne peuvent plus améliorer les terres pauvres : ils sont pris dans un cycle pervers de dégradation du milieu. Il faut trouver des solutions à leur portée.

Culture de manioc sous couverture végétale morte, Madagascar.
© S. Ratsivalaka

Les techniques d’amélioration de la fertilité des sols

17 L’augmentation de la couverture des sols cultivés Deux méthodes testées localement par Ratsivalaka et al. (2007) peuvent être appliquées dans le bassin versant de Maniandro : d’une part, la couverture vivante des sols par la culture dérobée de Stylosanthes gracillis intercalée avec les cultures et d’autre part, la couverture morte des sols par le paillage à base de matières végétales mortes ou bozaka. Cette technique permet la réduction de l’érosion des sols, l’augmentation de l’infiltration des eaux de pluie, la réduction de la perte d’humidité par évaporation et l’augmentation de l’eau disponible, l’augmentation de la teneur en matière organique de la couche superficielle améliorant la résistance des agrégats à l’érosion (Terre-Tany, 1995). Les techniques de culture sous couverture végétale permettent de lutter efficacement contre l’érosion des sols cultivés (tabl. 3).

Tableau 3. Rôles importants de la végétation dans la lutte antiérosive.

Tableau 3. Rôles importants de la végétation dans la lutte antiérosive.

Source : Ratsivalaka et al., 2007.

L’amélioration de la fertilité chimique et la productivité des sols

18Les mécanismes pour augmenter la fertilité chimique et la productivité des sols sont : accroître le niveau de matière organique dans les sols ferrallitiques à faible fertilité, au moyen d’application massive d’engrais organique surtout du fumier de parc. Ce dernier apporte de l’azote (N) et des fertilisants majeurs : K, Ca, P, Mg, donc il permet une bonne production. Mais il ne corrige pas totalement l’acidité du sol. Par conséquent, il faut apporter aux sols des amendements à base de dolomie qui agit de façon spectaculaire dans l’augmentation du pH des sols ferrallitiques acides (tabl. 4) (Ratsivalaka et al., 2007). On ne peut pas espérer un bon rendement sans l’apport de la dolomie, source de Ca et Mg, dans les sols très acides à toxicité aluminique.

Tableau 4. Rendement de haricot en grains obtenu à partir de l’essai de fertilisation organique et minérale avec de la dolomie, du fumier et des engrais minéraux.

Traitement

Rendement (t/ha/an)

T1 Témoin

0,100

T2 Dolomie (1,5 t/ha)

0,275

T3 Dolomie (1,5 t/ha) + Potasse (80 kg/ha)

0,350

T4 Dolomie (1,5 t/ha) + Potasse (80 kg/ha) + Triple Superphosphate (80 kg/ha)

0,400

T5 Dolomie (1,5 t/ha) + Potasse (80 kg/ha) + Fumier (15 t MS/ha)

0,600

T6 Dolomie (1,5 t/ha) + Fumier (15 t/ha)

0,925

Source : Ratsivalaka et al., 2007.

19Dans ce sol bien pourvu en potasse, les résultats obtenus ont fait ressortir que l’apport de potasse a peu d’effet, mais que l’association Dolomie + Fumier à forte dose (T6) donne le meilleur rendement.

20Les phosphates naturels, les bananiers, le guano et la dolomie apportent des éléments fertilisants naturels. L’usage de la dolomie et du fumier permet de doubler le rendement. Par contre, le traitement Dolomie + Guano + Bananier (T5) ne présente qu’un rendement moyen (tabl. 5).

21La comparaison des rendements obtenus sur les parcelles témoins (T1) et sur les systèmes appliqués permet de dégager une amélioration de la productivité des sols cultivés avec le fumier et la dolomie ; le guano et le bananier haché n’ont pas amélioré la production dans cet essai. Ces systèmes présentent aussi des avantages en termes de coût. Ces éléments fertilisants sont disponibles localement et ils sont à la portée de tous les paysans. Seul l’achat de dolomie et de guano constitue une dépense pécuniaire aux paysans (4 € le sac de 50 kg de dolomie, plus 12 € le sac de 50 kg de guano contre 25 à 30 € le prix des engrais chimiques). Mais l’apport massif de fumier organique reste indispensable. Cet apport massif n’est pas possible dans le contexte écologique et économique actuel : la litière pour produire du fumier se raréfie et peu nombreux sont ceux qui possèdent des bovins. Reste encore à tester la production de compost avec tous les résidus de culture et les déchets des ménages. Le prix des engrais minéraux n’est pas à la portée des paysans pauvres. Il serait donc judicieux de subsidier les engrais pour améliorer les conditions de vie des ménages ruraux.

Tableau 5. Rendement de haricot en grains en t/ha obtenu avec du fumier, de la dolomie, du guano et des bananiers hachés.

Traitement

Rendement moyen (t/ha)

Rendement minimum (t/ha)

Rendement maximum (t/ha)

T1 Témoin

0

0

0

T2 Fumier (15 t/ha)

0,825

0,500

1,350

T3 Dolomie (1,5 t/ha) + Fumier (15 t/ha)

1,425

0,750

2,525

T4 Dolomie (1,5 t/ha) + Fumier (15 t/ha) + Guano (500 kg/ha)

1,300

0,875

2,150

T5 Dolomie (1,5 t/ha) + Bananier (10 t/ha) + Guano (500 kg/ha)

0,680

0,500

1,050

Source : RATSIVALAKA et al., 2007.

Les améliorations socio-organisationnelles

22L’amélioration de la gestion de la fertilité des sols doit tenir compte des conditions socio-économiques et organisationnelles locales. Pour cela, il faut coordonner et réunir les efforts pour une action concertée qui vise l’encadrement des paysans par :

  • le renforcement des capacités des paysans et la vulgarisation agricole, notamment en matière de gestion durable des sols et des techniques culturales intensives sur tanety : semi-direct, production de compost, utilisation des légumineuses ;
  • la mise en place des institutions de micro-finance (IMF) et des lignes de crédits matériels et des banques de semences et d’intrants agricoles ;
  • l’amélioration des infrastructures rurales : pistes, ouvrages hydro-agricoles, centre de formation et d’appui des paysans.

Discussion

23Les pratiques traditionnelles de gestion de la fertilité des sols n’assurent plus les besoins quotidiens des paysans. Elles ne répondent ni aux exigences de la pression démographique, ni à la pérennisation des activités culturales, ni à la gestion durable et rationnelle des sols. La préoccupation majeure des paysans reste l’assurance de leurs besoins alimentaires journaliers sans tenir compte de leurs besoins futurs. L’amélioration de la fertilité des sols constitue la seule garantie de la sécurité alimentaire de la population rurale à Madagascar. Les pratiques paysannes prometteuses sont liées à cette gestion de la fertilité. Il s’agit pour le cas de Maniandro de l’intégration de la gestion de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols. C’est là que les développeurs doivent intervenir en apportant des améliorations. La mise en œuvre des actions de gestion des sols doit tenir compte de ces stratégies paysannes rationnelles. Pour notre projet, les actions mises en œuvre sont :

  • étudier les stratégies paysannes existantes, leurs contraintes et leurs atouts ;
  • mener des essais agronomiques avec la participation des paysans en vue de dégager des solutions d’amélioration et pérenniser les essais ;
  • apprendre aux paysans à utiliser les engrais organiques naturels disponibles localement à travers l’expérimentation réalisée en parcelles expérimentales, et en même temps initier les paysans aux techniques culturales modernes, à moindre coût et à la portée de tous. Cela facilite l’appropriation paysanne des techniques proposées.

24Les expérimentations effectuées permettent d’identifier les meilleures solutions de LAE, entre autres : 1/ l’augmentation de la couverture végétale des sols : paille, jachère de Stylosanthes gracilis qui permettent de lutter contre l’érosion des parcelles cultivées, 2/ l’amélioration de la fertilité chimique et de la productivité des sols par des traitements organiques à base de fumier, de paillis, de dolomie et d’engrais naturels tels que guano et bananiers hachés. Cela donne de meilleurs rendements pour le cas du haricot.

25Pourtant, dans le contexte socio-économique rural de Madagascar où la pauvreté règne, il est nécessaire de mettre à la disposition des paysans les moyens leur permettant d’adopter les différentes techniques proposées : crédit agricole, matériels agricoles, banques de semence et d’engrais... Mais les projets de recherche n’ont pas ces moyens. L’appui étatique par l’intermédiaire du ministère de l’Agriculture est crucial, ce qui n’est pas encore le cas pour le bassin versant de Maniandro. Par ailleurs, les actions mises en œuvre par les projets de recherche restent souvent limitées dans un site expérimental. Or, les zones touchées par la dégradation des sols à Madagascar occupent de vastes étendues, notamment sur les Hautes Terres.

Conclusions

26Les terres des versants sont érodées et appauvries malgré les techniques traditionnelles d’exploitation du milieu pour assurer la subsistance quotidienne. Pour vaincre la pauvreté paysanne et conserver parallèlement le potentiel de production dans ces zones, un certain nombre d’actions sont nécessaires : couvrir mieux le sol, équilibrer le bilan minéral et entretenir le taux de MO du sol grâce à une politique de production de biomasse. Vu la pauvreté des paysans, l’intervention extérieure est nécessaire. La réussite de la mutation de la gestion traditionnelle vers la gestion moderne des sols dans ces zones dégradées requiert en effet la participation active de tous les acteurs du développement dans le cadre du partenariat public et privé. Les stratégies d’action à mettre en œuvre devraient se concevoir dans le cadre d’une concertation entre tous les acteurs : État, ONG, associations, centres de recherche, bailleurs de fonds et paysans.

Bibliographie

Bibliographie

Acct, Cirad, Fofifa, Orstom , 1991 – « Bas-fonds et riziculture ». Actes du séminaire d’Antananarivo Madagascar, 9-14 décembre 1991, Montpellier, France, Éd. Cirad, 502 p.

Andriambelomanga E., 2007A La gestion paysanne de la fertilité des sols dans le bassin versant de Maniandro : l’exemple d’Ambohitsimeloka (Hautes Terres centrales de Madagascar). Mémoire de maîtrise de géographie, faculté des lettres et sciences humaines, université d’Antananarivo, 131 p.

Andriambelomanga E., 2007B La gestion de l’eau et de la fertilité des sols dans le terroir d’Ambohitsimeloka (sous-bassin de Torotosy, bassin versant de Maniandro/Mahitsy). Rapport de mission, département de géographie, faculté des lettres et sciences humaines, université d’Antananarivo, 100 p

Rakoto Raamiarantsoa H., 1995 Chair de la terre, œil de l’eau : paysanneries et recompositions de campagnes en Imerina (Madagascar). Paris, Orstom, coll. À travers champs, 370 p.

Ratsivalaka S., Serpantié G., De Noni G., Roose É., 2006 – « Érosion et gestion conservatoire de l’eau et de la fertilité des sols ». Actes des Journées scientifiques du réseau « Érosion et GCES », Paris, Éditions AUF et GB, 310 p.

Ratsivalaka S., Andriamampianina N., Mietton M., Puech C., Andriamihamina M., Randriamboavonjy J. C., 2007 Restauration et gestion de la fertilité des sols sur les Hautes Terres centrales de Madagascar : cas du bassin versant de Maniandro, nord-ouest d’Antananarivo, Madagascar. Réseau des chercheurs EGCES de l’AUF. Rapport scientifique de mi-parcours, 49 p. Rapport final, 41 p.

Rollin D., 1994 Des rizières aux paysages : éléments pour une gestion de la fertilité dans les exploitations agricoles du Vakinankaratra et du Betsileo Nord (Madagascar). Thèse nouveau régime de géographie, département de géographie, université de Paris X Nanterre, 323 p.

Terre-Tany, 1995 – Terroirs et Ressources, spécial Hautes Terres centrales, 2, GDE, Fofifa, 74 p.

Notes

11 Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet « Restauration et gestion de la fertilité des sols sur les Hautes Terres centrales de Madagascar, le cas du bassin versant de Maniandro, nord-ouest d’Antananarivo » financé par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Les organismes associés dans ce projet sont, du côté malgache : le département de géographie de l’université d’Antananarivo et le département forêts de l’École supérieure des sciences agronomiques (Essa), le département de recherche forestière et piscicole (DRFP) du Centre national de recherche pour le développement rural (Fofifa), et du côté français : le département de géographie de l’université J. Moulin Lyon 3 et la maison de la télédétection de Montpellier.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques chimiques des sols de Maniandro.
Légende Source :Ratsivalaka et al., 2007.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Apport de fumier de parc sur une parcelle de culture de haricot. © E. Andriambelomanga
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Tableau 2. Érosion chimique des sols sur une parcelle cultivée.
Légende Source : Ratsivalaka et al., 2007.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24486/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Culture de manioc sous couverture végétale morte, Madagascar. © S. Ratsivalaka
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Tableau 3. Rôles importants de la végétation dans la lutte antiérosive.
Légende Source : Ratsivalaka et al., 2007.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteurs

Géographe, enseignant chercheur, faculté des lettres et sciences humaines, département de géographie, université d’Antananarivo, Madagascar. eandriambelo@gmail.com

Géographe, enseignante-chercheure, faculté des lettres et sciences humaines, département de géographie, Ankatso, université d’Antananarivo, Madagascar. baratsiv@wanadoo.mg

Forestier, chercheur, centre national de recherche pour le développement rural (Fofifa), département de recherche forestière et piscicole, université d’Antananarivo, Madagascar.

Agronome, enseignant-chercheur, École supérieure des sciences agronomiques, département forêt, université d’Antananarivo, Madagascar.

Géographe, enseignant chercheur, faculté des lettres et sciences humaines, département de géographie, université d’Antananarivo, Madagascar.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540