Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 4. Restauration des sols par des techniques complexes

Chapitre 42. Aménagements hydro-agricoles : capture des eaux et restauration de la productivité des sols

Cas du bassin de Gros Morne en Haïti

Michel Brochet, Saintil Clossy, Charles Lilin et Éric Roose

Résumé

Haïti étant soumise à une forte orogenèse a connu depuis longtemps des problèmes d’érosion qui ont été exacerbés par les pentes, les cyclones, la pauvreté des paysans, la pression démographique, le surpâturage et le défrichement. Aussi de très nombreux projets de développement rural ou de protection environnementale se sont succédé pour tenter de stabiliser les versants, de réduire les inondations et de lutter contre la pauvreté.
Dans ce chapitre, nous décrivons un projet original de développement agricole durable de Gros Morne (Haïti) : la priorité est donnée simultanément à la gestion de l’eau, à l’amélioration de la production agricole et à la stabilisation du milieu (GCES). Dans une première phase, ce projet a privilégié la construction de solides seuils en maçonnerie dans les ravines moyennes, en vue de diminuer la contrainte constituée par la pénurie en eau et de développer une agriculture intensive et rémunératrice dans les vallons frais où s’accumulent le ruissellement et les sédiments riches en matières organiques. Le surgreffage des manguiers, l’irrigation, les cultures associées, le maraîchage et la plantation d’arbres fruitiers sont des volets complémentaires. Une deuxième phase du projet donne une place plus importante à l’utilisation de techniques biologiques (haies vives fourragères, bocage d’arbres fruitiers, canne à sucre, pâturages enrichis en légumineuses, taillis de bois de chauffe sur les plus mauvaises terres) pour traiter les versants. L’originalité de ce projet réside autant dans les objectifs et les principes affichés que dans les modalités de sa mise en œuvre, dans une adaptation permanente des aménagements sur le terrain et dans des actions de formation continue des Haïtiens développant les compétences pratiques nécessaires.

Haiti having an intense orogenesis, has to battle against erosion exacerbated by cyclonic rainstorms, steep slopes, demographic pressure, poverty, overgrazing and deforestation. Thus numerous projects are concerned by erosion & environmental protection. The objectives of this project related to sustainable agricultural development of Gros Morne (Haiti) are to improve the agricultural production and, at the same time, to reduce hydric erosion (= land husbandry). In its first stage, emphasis has been given to the construction of small masonry dams in the gullies, in order to improve water supply for agricultural production during the dry season. Other aspects of the project are the grafting of existing mango trees, intercropping and the plantation of fruit trees. In the stage starting now, more emphasis is given to the construction of biological structures on the slopes and in the gullies: living hedges, sugar cane, agroforestry, intercropping & irrigation.
According to authors, the way the project has been implemented is as important as the adopted objectives and principles. The handcrafted technical decisions have always been finely fitted to the characteristics of the landscapes and to farmers’situation. Training of practitioners and the implementation of a national resource center will also be necessary.

Texte intégral

Introduction

1Haïti, soumise à une forte orogenèse, a connu depuis longtemps divers problèmes d’érosion qui ont été exacerbés par les cyclones, les tremblements de terre, les pentes fortes des collines, la pauvreté des paysans, la pression démographique, le surpâturage et le défrichement. Aussi de nombreux projets de développement rural ou de protection environnementale se sont succédé pour tenter de stabiliser les versants, de réduire les inondations, tout en injectant des revenus en milieu rural. L’érosion des terres étant considérée comme un sous-produit de la pauvreté et de l’absence de développement dans les collines, la volonté de la traiter se traduit dans les projets par la priorité donnée à des aménagements qui doivent à la fois maîtriser l’érosion et améliorer la production agricole. Elle conduit aussi à associer des actions d’accompagnement visant à faciliter le développement agricole (pistes, citernes, marchés, produits d’exportation). Malgré ces intentions louables, la réalité des projets de conservation des eaux et des sols est souvent décevante pour qui ne se contente pas de leurs évaluations officielles, mais fait le point sur le terrain quelque temps après qu’ils soient terminés. Les projets de lutte antiérosive sont considérés avant tout par les paysans comme une ressource immédiate de salaires plutôt qu’un investissement à long terme, d’où leur manque d’entretien (Bellande, 2007).

a : cuves de stockage des eaux de ruissellement des toits et des pistes : utilisations ménagères et irrigation de petits champs en aval.
© M. Brochet
b : haie vive et seuils en béton en amont d’un ravineau : piégeage des sédiments et du ruissellement.
© M. Brochet

2Ce chapitre décrit le projet de développement agricole durable de Gros Morne qui relève de la gestion conservatoire des eaux et de la fertilité des sols (GCES) (Smolikowsky, 1993 ; Roose, 1994 ; Brochet, 2012). Il privilégie l’amélioration durable de la disponibilité en eau et de la production agricole des vallons frais. Dans une première phase, au lieu de tenter de supprimer la source du ruissellement en stabilisant les versants, ce projet a choisi de gérer l’eau et la fertilité des sols dans les « fonds frais » (vallons) et de capter les sédiments et une partie du ruissellement derrière de solides seuils en moellons cimentés imperméables en vue d’y développer une agriculture intensive (cultures associées et irrigation) et durable sous un canevas d’arbres fruitiers, de canne à sucre, de bananiers et de haies vives qui rappelle en quelque sorte « un oasis linéaire » (Roose, 1994). Dans une deuxième phase, ce projet donne une place importante à la stabilisation des versants des ravines : des haies vives pour maîtriser le bétail, des cultures pérennes comme la canne à sucre, des bananiers et des arbres fruitiers sur les bas de versants colluviaux, des arbres, des citrus, des taillis et des cultures fourragères sur les versants plus secs (Brochet, 2012). Nous évoquerons les conditions de la mise en œuvre de ces aménagements, ainsi que quelques-uns des problèmes techniques rencontrés.

Les aspects techniques du projet de Gros Morne

3Le projet de développement agricole durable de Gros Morne a trois axes d’intervention principaux :

  • la construction de seuils maçonnés et de leurs annexes (puits, bassins, citernes) dans des ravines moyennes à fond plat (appelés fonds frais) ;
  • l’arboriculture fruitière : surgreffage du manguier, plantation d’arbres fruitiers sur les bonnes terres et de taillis sur les pentes les plus fortes et les sols pauvres ;
  • la mise en œuvre de techniques biologiques dans les ravines (haies vives) et sur les versants (embocagement).

4Ces interventions sont complétées par des actions d’accompagnement :

  • la mise en place de pépinières ;
  • le développement de cultures associées rentables à court terme ;
  • la formation de greffeurs, d’agriculteurs et de techniciens ;
  • les activités d’éveil à l’environnement pour les enfants des écoles et le planning familial.

Les seuils en maçonnerie et en gabions

  • 10 Ce projet bénéficie de financements de l’Union européenne, du ministère français des Affaires étra (...)

5À Gros Morne, le projet de SOS ESF10 a aménagé des ravines moyennes pour créer des oasis linéaires d’humidité et de fertilité (fonds frais) et pour constituer des réserves d’eau de ruissellement en vue d’arroser les cultures maraîchères et d’abreuver le bétail.

Une priorité : améliorer la disponibilité de la ressource en eau

6Sur un bassin de 49 hectares, onze seuils imperméables en gabions ou en maçonnerie de gros blocs avec mortier au ciment ont été construits dans des ravines là où les ressources en eau étaient critiques pour les exploitants en fin de saison sèche. L’eau est le facteur principal qui limite l’intensification agricole et le développement du vivrier maraîcher (bananier, patate douce, malanga, gombo, légumes feuilles) comme de l’élevage.

7Certes, ces seuils retiennent aussi des sédiments et participent à la maîtrise du ravinement, mais il s’agit d’effets d’une importance assez modeste en face des sapements de berges. L’effort du projet porte surtout sur l’amélioration du niveau de la production agricole. Il crée les conditions pour une diminution de la pression agricole sur les versants et pour la mise en place d’autres aménagements, en élargissant la panoplie des choix techniques.

8En Haïti, ces techniques s’inspirent de réalisations paysannes comme les seuils en terre construits pour créer des « lagons », zones aplanies créées en fond de talweg utilisées pour la culture du riz. La construction de tels ouvrages est rapide et utilise des moyens modestes en outillage ; mais leur fragilité nécessite de fréquentes interventions pour réparer les dégâts provoqués par des crues. Les seuils en maçonnerie construits par le projet de développement de Gros Morne s’inspirent également des petites infrastructures d’hydraulique de montagne réalisées par les agriculteurs dans les Cévennes (France méridionale) et au Cap-Vert.

9Les seuils en maçonnerie ont deux objectifs principaux.

  • Ils accumulent des sédiments riches en matières organiques dans le fond de la ravine traitée et infiltrent une partie des eaux de ruissellement. Ils restaurent ainsi la fertilité des fonds frais pour y reconstituer des micro-milieux humides, propices à la plantation d’espèces à forte valeur ajoutée telles que le bananier, le malanga, l’igname ou des arbres fruitiers. Il s’agit d’un investissement productif dont les bénéfices pour l’agriculteur apparaissent rapidement et persistent dans la durée.
  • Ils mettent à la disposition des agriculteurs une réserve en eau pour l’arrosage et l’abreuvement du bétail : quelques dizaines de mètres cubes dans les bassins et quelques centaines de mètres cubes entre les sédiments accumulés en amont des seuils. Pour faciliter l’utilisation de l’eau retenue, les seuils ont parfois été complétés par des bassins de dissipation situés en aval ou par des puits creusés dans les alluvions retenues par le seuil aval.

a et b : les seuils en béton retiennent en amont des sables, des matières organiques et de l’eau permettant des cultures associées intensives, et en aval, de l’eau stockée dans des cuves qui servent à l’abreuvement du bétail et à l’irrigation complémentaire, Haïti.
© M. Brochet

10Les seuils sont construits là où les conditions sont favorables (accès, proximité d’une aire résidentielle, négociations fructueuses avec les agriculteurs concernés, tenure foncière peu conflictuelle). Des ravines moyennement pentues (<30 %) ont été privilégiées, car le volume d’eau stocké y est plus important et le risque de destruction par affouillement est moindre. Des critères économiques ont été pris en compte afin de retenir des sites où les seuils pourront efficacement supprimer un frein à l’augmentation de la production agricole.

Des seuils destinés à durer

11Le soin apporté à la conception et à la construction des ouvrages mis en place à Gros Morne doit leur assurer une durée de vie de plusieurs dizaines d’années. Ils sont prévus pour résister aux crues exceptionnelles : leur bonne résistance aux crues centennales liées aux cyclones de septembre 2008 donne des garanties en ce qui concerne leur longévité.

12La solidité des ouvrages résulte aussi de l’attention apportée au choix des sites : recherche d’une section rétrécie de la ravine, la roche-mère étant si possible située à faible profondeur, afin de bien ancrer le seuil en maçonnerie. La maçonnerie a été remplacée par du gabion lorsque ces conditions n’étaient pas réunies (lit entre 30 et 50 m et/ou roche-mère à grande profondeur). L’identification de sites propices pour la construction des seuils demande beaucoup de temps, de dialogue avec les riverains et ne peut se faire qu’en saison sèche, quand la végétation est peu développée. Pour ces aménagements, les débats techniques, au sein de l’équipe du projet ou avec des experts extérieurs, ont été permanents. Ils portent sur des aspects conditionnant la solidité de l’ouvrage (dimensionnement, importance des fondations et des ancrages, prise en compte des risques de contournement, de renardage, d’affouillement, etc.). Ils portent aussi sur les techniques destinées à améliorer la valorisation agricole du seuil : utilisation d’une chape de mortier pour créer une surface de séchage sur les gabions, escalier facilitant le franchissement de l’ouvrage, construction d’un puits dans les alluvions retenues et d’un bassin de dissipation en aval, ce dernier permettant aussi de stocker de l’eau.

Les avantages comparatifs des seuils en maçonnerie

13Les seuils en maçonnerie construits à Gros Morne peuvent être comparés aux seuils en pierres sèches ou en gabions construits dans les ravines par d’autres projets ayant comme objectif principal la maîtrise de l’érosion.

14Ils se distinguent d’abord de ces derniers par leur finalité, qui est d’améliorer directement et rapidement la production agricole grâce à l’eau retenue derrière le seuil imperméable, dans les bassins de dissipation ou dans les alluvions accumulées. Ils se distinguent aussi des seuils construits habituellement dans les ravines par leur solidité, car ils sont prévus pour résister aux crues, même en l’absence d’entretien. En Haïti, les seuils en pierres sèches, ayant pour objectif de maîtriser l’érosion, ont en règle générale une durée de survie courte là où le ravinement est actif. La maçonnerie en pierres sèches ne permet à l’ouvrage de résister ni au piétinement du bétail ni à des crues importantes, surtout lorsque les pierres utilisées ont de faibles dimensions. La réalisation des seuils en gabions est souvent déficiente ; les problèmes sont fréquents en ce qui concerne la qualité des gabions, l’ancrage du seuil, la prise en compte du risque de contournement ou du renversement. Ainsi, la plupart de ces seuils n’ont d’effets importants et durables ni sur la production agricole ni sur le ravinement.

15Les seuils en maçonnerie construits à Gros Morne peuvent aussi être comparés avec les retenues collinaires dont l’objectif principal est de créer des réserves d’eau pour l’irrigation des plaines en aval et pour l’abreuvement du bétail. Les premières évaluations disponibles sur de tels aménagements construits sur le plateau central montrent un retour sur investissement faible (Maïga et Dieng, 2003). Une surface agricole importante (souvent les meilleures terres) est noyée par la retenue et surtout, les difficultés rencontrées pour mettre en place une gestion collective de l’eau d’irrigation qui soit efficace, réduisent considérablement l’intérêt des retenues collinaires. Celles-ci ne devraient être envisagées que lorsque les conditions sociales permettent la mise en place d’institutions locales performantes.

16Les effets positifs des économies d’échelle permises par les retenues collinaires sont en partie gommés par la sous-utilisation de l’eau stockée. Les surfaces irrigables situées en aval de la retenue sont souvent insuffisantes et mal organisées. Des motopompes permettent d’irriguer des zones situées plus en amont, mais elles sont coûteuses à l’achat comme en frais de fonctionnement. Par ailleurs, leur entretien est aléatoire, ce qui constitue un facteur de risque pour les cultures irriguées (Maïga et Dieng, 2003). L’aménagement de la ravine de Bois scié à Gros Morne (11 seuils et 3 puits) a coûté 35 700 euros en 5 ans pour une capture de 5 épisodes pluvieux, soit 194 m3 d’eau dans les citernes et 3 150 m3 dans la nappe comprise dans les sédiments en amont. Plus de 50 % de cet investissement ont été versés aux paysans coopérant au projet. Un petit barrage collinaire revient bien plus cher (de 0,5 à > 1 million d’euros) : il est généralement réalisé par des entreprises étrangères et il faut ajouter les coûts sociaux dûs à l’inondation des meilleures terres des vallées et au déménagement des familles qui en vivaient (Brochet, 2012). Enfin, l’eau stockée en amont d’un barrage est soumise à une évaporation potentielle de l’ordre de 1 500 mm/an perdus pour la production des plantes, tandis que l’eau stockée dans le sol en amont des seuils est évapotranspirée par les cultures à un débit plus réduit que l’eau libre (ETR < ETP) et les nutriments emportés sur les versants par le ruissellement sont récupérés par les cultures en aval.

Arboriculture fruitière

Le surgreffage des manguiers

17Les aménagements dans les ravines sont associés à d’autres actions visant à améliorer la production agricole, en particulier le surgreffage des manguiers de la variété « Mango fil » dispersés sur les versants. Ceux-ci sont bien adaptés aux sols rencontrés, souvent superficiels, mais leurs fruits ne sont pas appréciés sur le marché international. Leur surgreffage avec la variété « Francique » permet de tirer profit de leur rusticité et d’obtenir dans un bref délai (3 ans) des fruits faciles à commercialiser aux USA ou la variété « Jean-Marie » en République Dominicaine ou des variétés plus précoces bien appréciées sur les marchés d’Haïti.

18Le projet de développement de Gros Morne a surgreffé plus de 10 000 manguiers. Il a aussi détaillé les opérations nécessaires (prélèvement et préparation des greffons, réalisation de la greffe en fente, conduite des arbres après la greffe, etc.) et des actions de formation-action ont transféré les compétences pratiques à des greffeurs locaux. Le volet « surgreffage » du projet a permis de toucher directement 2 500 agriculteurs et d’ouvrir un dialogue portant sur leur propre perception des problèmes.

La plantation d’autres arbres, fruitiers ou forestiers

19Le projet de Gros Morne a incité les agriculteurs bénéficiant d’un seuil à planter des arbres fruitiers, en fonction de leurs besoins en eau et de la protection assurée par les haies vives entourant certaines parcelles afin d’empêcher l’intrusion du bétail. Dans les fonds frais ont été plantés des arbres à pain, manguiers, cocotiers, bananiers plantains ; des avocatiers en bas de versant, dans les colluvions les plus fertiles et bien drainées, (à protéger contre la dent des chèvres). Des manguiers ont été plantés dans la partie moyenne des versants, ainsi que des citronniers plus haut, là où les sols plus superficiels sont moins bien alimentés en eau.

20Quant aux pentes les plus raides, aux sols pauvres ou caillouteux, il est proposé d’améliorer les pâturages pour le bétail (Panicum maximum, Pennisetum purpureum, etc.) ou de planter des taillis de bois campêche (Haematoxylon campechanum), Cassia siamea, fresne (Simamba glauca), Casuarina equisetifolia, Prosopis juliflora en vue de produire des perches, des poutres et du charbon de bois tous les cinq ans (très rentable).

L’amélioration de la production de la culture de la canne à sucre

21Le projet a prévu d’améliorer la production de la culture de cannes à sucre en levant la contrainte constituée par la vétusté des moulins. Cette culture est non seulement intéressante sur le plan économique (payer l’école), mais également du point de vue de la maîtrise de l’érosion. En effet, une plantation de cannes dure plusieurs années et elle protège très bien le sol. En fond de ravine, elle freine les écoulements et s’oppose au creusement lors des crues.

22La trame des seuils, des haies vives, des arbres et des cultures pérennes produisant à l’abri des arbres fruitiers, constitue une oasis linéaire stabilisant les axes de drainage du paysage de collines, réduisant les crues et les transports solides qui envasent les retenues et les villes en aval.

Les aménagements biologiques

23Afin de tirer profit des nouveaux fonds frais, les agriculteurs font des efforts pour clôturer avec des haies vives les espaces aménagés. Ainsi, l’investissement réalisé a déclenché des travaux d’embocagement (enclosure) et le projet a accompagné cette dynamique.

Une enquête sur les savoirs paysans

24Le projet a conduit une enquête portant sur les techniques paysannes de création et de gestion des haies vives entourant souvent les parcelles cultivées. Elles sont surtout à base de candélabres (Euphorbia lactea et E. tiriculati) et ont pour fonction de protéger les cultures contre l’intrusion du bétail. Là où une telle haie de clôture traverse une ravine, elle constitue de fait un seuil biologique sommaire, même si, en l’absence de filtre, ce dernier accumule peu de dépôts de sédiments en amont. Ces haies sont régulièrement taillées pour limiter leur développement et la décomposition des résidus libère des éléments minéraux, notamment de la potasse. Les haies améliorent ainsi la fertilité du fond frais. Ces sortes de « seuils perméables » ont assez bien résisté aux crues provoquées par les quatre cyclones de septembre 2008 et les agriculteurs ont spontanément colmaté les brèches ouvertes en y plantant du candélabre (Euphorbia lactea) et des macroboutures de gommier (Bursera simaruba).

La construction expérimentale de seuils biologiques

25En s’appuyant sur l’observation de telles réalisations paysannes, le projet a entrepris de compléter la construction de seuils maçonnés par des seuils biologiques situés en amont des premiers, en prévoyant la mise en place d’un filtre pour créer des terrasses planes plus faciles à irriguer. Il a utilisé des espèces diversifiées présentant divers intérêts : alimentaire, fourrager, mellifère et pour la production de bois. L’appropriation de tels ouvrages par les agriculteurs impliqués constitue un pari que le projet devrait pouvoir gagner. En l’absence d’une gestion effective des seuils biologiques par les agriculteurs, en particulier pour colmater les brèches et entretenir le filtre, leur survie est en effet problématique, alors que les seuils en maçonnerie sont dimensionnés pour pouvoir supporter une absence d’entretien.

26Là où, du fait du creusement de son lit, la ravine coule sur la roche-mère, la création de tels seuils biologiques devra s’étaler dans le temps. Dans une première phase, un seuil en pierres sèches temporaire ou un seuil s’appuyant sur des boutures implantées sur les deux rives permettra d’accumuler des alluvions. Une fois un premier dépôt constitué, il sera possible d’y planter les macroboutures destinées à constituer le seuil biologique définitif (Lilin et Koohafkan, 1987).

27Par contre, les seuils biologiques constituent un obstacle à la circulation à l’intérieur de la parcelle cultivée, le long de la ravine. Le projet devra aider les agriculteurs à créer des itinéraires de contournement des seuils biologiques.

Créer des haies par consolidation des rampes de pailles

28Sur des versants cultivés, les agriculteurs construisent souvent des « rampes paille » utilisant les résidus de récolte provenant du nettoyage de la parcelle. Ces rampes sont provisoires et ont un effet négligeable sur l’érosion. À Gros Morne, le projet a financé leur renforcement par la plantation de boutures de Gliricidia sepium (lilas étranger) et par le semis de benzolive (Moringa oleifera). Ce renforcement rendra les rampes pérennes ; les haies vives ainsi constituées améliorent la production agricole et diminuent l’érosion. Le fait de partir d’une technique traditionnelle pour la faire évoluer devrait ici aussi augmenter les chances de voir cette technique innovante appropriée par les agriculteurs (Koohafkanet Lilin, 1989).

Les difficultés rencontrées

29L’utilisation de techniques biologiques (seuils dans les ravines, vergers et haies vives sur les versants) s’est heurtée à l’absence de références, mais l’observation des pratiques paysannes a fourni des informations précieuses, par exemple en ce qui concerne l’utilisation du candélabre ou de divers « bois-repousse ».

30La disponibilité de certaines macroboutures est limitée, surtout pour les espèces les plus intéressantes. De ce fait, la montée en puissance de l’utilisation des techniques biologiques doit être progressive et le projet doit organiser en pépinière la multiplication végétative des espèces peu répandues.

31Un problème rencontré est lié à la « mémoire » des projets de CES antérieurs. Les projets finissent par être considérés par l’ensemble des bénéficiaires comme des sortes de vaches à lait, le principal intérêt des aménagements mis en place venant des salaires ou de la distribution de vivres qui sont associés à leur construction. Dans ce contexte, l’appropriation des ouvrages par les bénéficiaires constitue un vœu pieux. Or, les aménagements biologiques ne peuvent pas faire l’économie d’une gestion par l’agriculteur.

32Une autre difficulté vient de ce que les aménagements à base de techniques biologiques sont dispersés dans le bassin versant. La gestion des chantiers doit donc être décentralisée, ce qui implique la formation de relais locaux (Koohafkan et Lilin, 1989).

33Enfin, ces aménagements biologiques, s’ils sont assez peu coûteux tout en améliorant la fertilité du fond frais et en stabilisant la ravine, ont l’inconvénient d’être peu photogéniques, contrairement aux seuils en dur dans les ravines.

Les perspectives d’avenir

34S’inspirant de techniques paysannes validées en Haïti et valorisant un matériel végétal d’une diversité exceptionnelle, les techniques biologiques présentent probablement un potentiel important pour créer des fonds frais fertiles en améliorant leur production agricole, pour restaurer une certaine diversité biologique, pour traiter le ravinement et pour cloisonner les versants (embocagement). Pour gagner le pari que constitue leur diffusion, le projet a privilégié une introduction prudente et progressive, en complément de techniques pour lesquelles la demande paysanne est plus évidente, comme les seuils en maçonnerie, les bassins et les puits. En effet, l’eau stockée par ces derniers réduit le ravinement et les risques liés aux irrégularités climatiques pour les cultures en pluvial, ce qui est très apprécié. La contrainte forte que constitue la pénurie d’eau pour l’arrosage et pour l’abreuvement du bétail est clairement perçue par les agriculteurs.

35Maintenant que les paris relatifs à la durabilité de ces seuils en maçonnerie sont en bonne voie d’être gagnés, le projet entre dans une phase où la diversification des techniques utilisées passe au premier plan et où il faut répondre à de nouveaux défis. En particulier valoriser l’eau disponible pour l’irrigation en apportant des compléments d’engrais minéraux en particulier N et P.

Les aspects non techniques du projet de Gros Morne

36Si nous voulons que les projets de GCES formulés en Haïti tirent profit de l’expérience du projet de Gros Morne, il faut analyser quelques innovations moins évidentes mises en œuvre par ce dernier.

37L’intérêt du projet de gros Morne ne réside pas seulement dans les choix techniques effectués, même s’ils constituent la partie la plus visible des innovations proposées. D’autres changements sont plus discrets.

Un travail artisanal, des aménagements « sur mesure »

38Un intérêt majeur de ce projet est lié à la mise en œuvre d’une démarche que l’on peut qualifier d’artisanale et qui a permis de définir des aménagements « sur mesure », finement ajustés aux sites et bénéficiant d’un retour d’expérience en temps réel. À l’inverse, la recherche d’économies d’échelle conduit la majorité des projets de CES à adopter une démarche que l’on peut qualifier d’industrielle, au détriment d’un ajustement fin de chaque aménagement aux conditions d’un site et d’une valorisation réelle du retour d’expérience (Lilin Charles « Aménagements hydro-agricoles et CES : Comment tirer profit de l’expérience acquise dans un projet ? », 2009).

Une disponibilité importante

39La familiarisation avec les paysages, la recherche de sites possibles, puis les négociations avec les agriculteurs et le suivi des chantiers ont demandé une disponibilité importante au « maître artisan ». Les techniciens qui ont suivi le projet en étant sur place de façon permanente ont peu à peu pris sa relève, au fur et à mesure que leur formation par compagnonnage a progressé. Les esprits pessimistes pourraient en déduire qu’un tel projet ne serait pas réplicable ailleurs en Haïti, vu la rareté d’agronomes et d’ingénieurs civils possédant de telles qualifications et une telle disponibilité.

La qualité du leadership et du suivi

40Le projet de Gros Morne a bénéficié d’un leadership efficace. Son pilotage a été facilité par sa taille modeste, mais aussi par le sens du terrain, le charisme et la disponibilité de l’agronome responsable de sa formulation et de son suivi et des compétences complémentaires du réseau mobilisé. Grâce à ce leadership, le suivi des réalisations a été bien assuré et la circulation de l’information fut bonne. L’utilisation intensive de la photo numérique et de l’orthophotoplan a facilité un retour d’expérience efficace et a permis d’impliquer un comité de pilotage dans les débats techniques.

Une intervention évoluant par itérations successives

41Comme déjà évoqué, les attentes paysannes concernant un nouveau projet sont formatées par les projets de conservation des sols antérieurs ; la « mémoire des projets » ainsi construite conduit à une « langue de bois » paysanne. La « demande paysanne » est en grande partie déterminée par les spéculations sur les bénéfices immédiats (en particulier sous la forme de salaires) procurés par la réalisation de divers aménagements.

42Le déroulement dans le temps du projet de Gros Morne a été pensé comme une succession de paris. Une conscience aiguë des risques de dérive liés à des paris irréalistes ou prématurés a stimulé un intérêt quasi obsessionnel pour le suivi des aménagements et le retour d’expérience.

43Ainsi, le caractère artisanal du projet se traduit par une prise en compte fine des attentes et des contraintes, mais aussi de leur évolution au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Le succès du projet résulte d’une succession de paris raisonnables portant sur ce qu’il est possible de faire à un moment et sur un site donnés et sur ce qui relève encore de l’utopie (Atelier CIAT, Port au Prince 2012).

La restauration de la productivité des sols

44On peut regretter que le projet de développement durable de Gros Morne n’ait pas disposé de moyens de recherche, ni d’analyses systématiques des sols dégradés du départ et des sols restaurés après la fin du projet. Par contre, les observations de terrain et les rapports annuels de suivi montrent bien à quel point, les surfaces dégradées du petit bassin versant (1 km²) profitent des apports de ruissellement des sédiments riches en MO (> 1 m devant les seuils, en trois ans), et des apports de fumier et des résidus de cultures intensives associées aux arbres. Une fois les fonds de ravines stabilisés, on peut protéger les versants par la formation d’un bocage forestier sur les terres les plus pauvres, par des prairies pérennes sur les fortes pentes et un système agroforestier fruitier sur les bas de versant.

45Les sols étant améliorés et l’alimentation hydrique assurée, on peut compter sur de nouvelles cultures apportant des revenus à différentes échelles de temps : maraîchage produisant en 4 mois, patates douces à 6 mois, banane plantain à 8-10 mois, canne à sucre à 12-24 mois, manguiers greffés à 3 ans, autres fruitiers à 4-10 ans, bois de feu et charbon de bois à 5 ans. Mangues, canne à sucre et charbon de bois servent à payer les principales factures d’inscription des enfants à l’école. Globalement, la production a été multipliée par trois (Brochet, 2012).

46Par ailleurs, l’aménagement des fonds de ravines ralentit les crues lors des averses cycloniques et protège les plaines et villes des inondations brutales et de l’envasement des barrages. La capture des eaux de ruissellement dans les bassins (3 151 m3 + 200 m3 dans les bassins x 5 épisodes de grosses averses) correspond à environ 16 500 m3 utilisables pour l’irrigation et l’abreuvement du bétail : c’est un volume modeste, mais le principal effet de cet aménagement est d’étaler les crues et de réduire sa force de cisaillement et de transport des sédiments provenant de la dégradation des berges.

47Le coût de ces aménagements est relativement modeste (11 seuils + 3 bassins dans le bassin versant de Ti Acrête = 35 700 €/49 ha en cinq ans dont 50 % reviennent aux paysans [salaires et fournitures]) : contrairement aux barrages collinaires, il n’y a pas de coûts sociaux, mais la formation progressive à de nombreux métiers artisanaux indispensables pour l’extension de tels projets.

Évolution des rendements dans les fonds frais aménagés

Amélioration du rendement des cultures

48Les récoltes de maïs, sorgho, pois d’angole, patates douces et manioc sont multipliées par 3 sur les surfaces qui ont accumulé 20 à 30 cm de limon et des débris organiques : pailles, feuilles et déjections animales. Par exemple, le rendement en maïs passe de 6 à 18 quintaux/ha.

Introduction de nouvelles cultures à plus forte valeur ajoutée

49Au-delà de l’augmentation des rendements, les résultats les plus significatifs proviennent de l’introduction de nouvelles cultures ayant une valeur ajoutée brute (VAB) par unité de surface plus importante que les associations de cultures précédemment pratiquées.

  • Dès que les agriculteurs disposent de plants, ils installent dans le fond frais des bananes plantains, dont la culture produit la plus haute VAB.
  • Ils introduisent également des cultures maraîchères : gombo, amarante, piment, papaye.
  • Enfin, quand la ressource en eau est suffisante grâce à un puits creusé dans les terrasses alluviales, ils font une culture de haricot (Phasoleus vulgaris), de décembre à mars, produisant ainsi une ressource de protéine appréciable.

Amélioration des capacités à implanter des « cultures de primeur » après des accidents climatiques

50Au passage des pluies cycloniques, il peut y avoir submersion du fond frais pendant quelques jours et destruction de la culture en place. Cependant, les sols ne sont pas emportés et dès qu’ils sont ressuyés, les agriculteurs peuvent les mettre rapidement en culture et espérer des récoltes, dans des délais de 2 mois pour les cultures de « légume feuille », comme l’amarante et lalo (Corchorus olitorius L) et dans un délai de 3 ou 4 mois pour les patates douces.

51Les « cultures de primeur » des oasis linéaires ou fonds frais complètent efficacement les premiers secours d’aide alimentaire. Ainsi, l’aménagement des fonds frais avec des structures durables est un élément de réponse aux contextes d’insécurité alimentaire chronique et conjoncturelle.

Conclusions

52Le contexte actuel en Haïti est caractérisé par une forte dégradation des ressources et une importante pauvreté. Mais un autre aspect est tout aussi important. Depuis plus d’un demi-siècle, les projets de conservation des sols se succèdent dans ce pays, accompagnés de débats méthodologiques et de propositions souvent intéressantes et généreuses.

53Au lieu de s’attaquer aux « terres finies » sur les collines, ce projet de développement durable a d’abord concentré ses efforts sur la stabilisation des fonds de ravines moyennes pour y capter le ruissellement et les sédiments, y développer derrière des seuils solides des sols fertiles et bien irrigués, un réseau biologique, des systèmes de cultures intensives et rentables à courte échéance et des cultures pérennes (arboriculture fruitière et cannes à sucre).

54Ce système a fait ses preuves en résistant aux cyclones, tout en introduisant plusieurs cultures rentables à diverses échéances. Il a probablement réduit aussi les crues et les inondations dans les plaines cultivées en aval. Aujourd’hui, ce fond frais restauré a une forte production de biomasse et ressemble à « une oasis linéaire » où les paysans, les techniciens agricoles et les experts ont développé une méthodologie appliquée à des petits bassins, des communautés humaines limitées qui, grâce aux concertations, ont réussi à tirer les conclusions de chaque événement et à adapter les aménagements en fonction des conditions locales.

55Les perspectives de développement rural durable sont encourageantes, mais la route est encore longue pour réduire la pauvreté, maintenir la fertilité continue des parcelles, développer la production fourragère en vue d’un élevage intensif producteur de fumier, améliorer le réseau routier, organiser la valorisation des produits sur le marché national et international et former des équipes de techniciens capables d’étendre cette approche sur l’ensemble des terres dégradées des montagnes d’Haïti.

Bibliographie

Bibliographie

Brochet M., 1993 – Les stratégies de lutte contre l’érosion et l’aménagement des bassins versants en Haïti. Revue Tiers Monde, 34 (134) : 423-436.

Brochet M., 2012 Atelier aménagement des bassins versants. Gros Morne juin 2012, 101 p.

Bellande A., 2007 Impact socioéconomique de la dégradation des terres en Haïti et interventions pour la réhabilitation du milieu cultivé. UNDP-ministère de l’Environnement, octobre 2007.

Bellande A., 2008 – Déboisement et reboisement en Haïti : quelques éléments pour comprendre et agir. Revue Conjonction, Institut Français Port-au-Prince, Haïti : 221-222.

Degras L., 2005 Le jardin créole. Repères culturels, scientifiques et Techniques. Éd. Jasor. Archipel des Sciences, 232 p.

Guito R., 1999 Manuel pratique de CES d’Haïti. Centre de formation en aménagement intégré des Mornes, Limbé, MARNDR et Coop. Française, Haïti, 133 p.

Koohafkan A., Lilin CH., 1989 Arbres et arbustes de Haïti. Utilisation des espèces ligneuses en conservation des sols et en aménagement des bassins versants. FAO-MARNDR, 133 p.

Lilin CH., 2009 – Du nord au sud : prudence dans la gestion des projets. Revue Gérer et Comprendre (Annales des Mines), 95.

Lilin CH., Koohafkan A., 1987 Techniques biologiques de conservation des sols en Haïti. MARNDR et FAO, 36 p.

Maiga Y., Dieng A. 2003 Diagnostics des systèmes de cultures et d’élevage dans la zone de Papaye : premiers résultats des retenues collinaires de Bassin Bœuf et Lorobe. CNEARC, mémoire ing. ESAT Montpellier, 65 p.

Murray G. F., 1979 Terraces, trees and the Haitian peasant: an assessment of 25 years of erosion control in rural Haiti. Usaid, 265 p.

Ostrom E., 1992 Pour des systèmes irrigués autogérés et durables : façonner les institutions. Traduit et résumé par Philippe Lavigne-Delville (GRET). Titre original : Crafting institutions for self-governing irrigation systems, ICS Press.

Roose É., 1994 – Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin pédologique de la FAO, Rome, 70, 420 p.

Roose É., Chebbani R., Bourougaa L., 2000 – Ravinement en Algérie : typologie, facteurs de contrôle, quantification et réhabilitation. Sécheresse, 11 (4) : 317-326.

Sacad et Famv, 1994 Paysans et paysages en Haïti. Travaux sur l’agraire haïtien. Tome III : Dynamique de l’exploitation paysanne. Éditeur Sacad et FAMV Pointe-à-Pitre Port-au-Prince, 476 p.

Séverin F., 2002 Plant ak pyebwa te dayiti. Port-au-Prince, Éd. Quital., 143 p.

Smolikowski B., 1993 – La GCES, une nouvelle stratégie de lutte antiérosive en Haïti. Cas du transect Petite Rivière de Nippes-Salagnac-Aquin dans le sud de Haïti. Cah. Orstom, sér. Pédol., 28 (2) : 229-252.

USAID, 2007 Environmental vulnerability in Haiti.

Notes

10 Ce projet bénéficie de financements de l’Union européenne, du ministère français des Affaires étrangères et de dons privés.

Table des illustrations

Légende a : cuves de stockage des eaux de ruissellement des toits et des pistes : utilisations ménagères et irrigation de petits champs en aval. © M. Brochet b : haie vive et seuils en béton en amont d’un ravineau : piégeage des sédiments et du ruissellement. © M. Brochet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Légende a et b : les seuils en béton retiennent en amont des sables, des matières organiques et de l’eau permettant des cultures associées intensives, et en aval, de l’eau stockée dans des cuves qui servent à l’abreuvement du bétail et à l’irrigation complémentaire, Haïti. © M. Brochet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 785k

Auteurs

Ingénieur général Gref honoraire, conseiller projet Gros Morne, Castelnau-le-Lez, France. mibrochet@wanadoo.fr

Ingénieur génie civil, responsable des chantiers de Gros Morne, Port-au-Prince, Haïti. clossying@yahoo.fr

Ingénieur gén. Gref honoraire, Montpellier, France. charles. lilin@free.fr

Agro-pédologue, chercheur, DR. émérite, IRD, UMR Eco&Sol, Montpellier, France. Eric.Roose@ird.fr

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540