Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 4. Restauration des sols par des techniques complexes

Chapitre 36. Création de champs cultivés et gestion de l’eau et de la fertilité des sols sur le plateau Dogon (Mali)

Drissa Diallo

Résumé

Pour protéger leurs cultures, les Dogons ont migré au XIVe siècle sur le plateau de Bandiagara qui était alors un excellent refuge contre les multiples agressions découlant de la constitution des grands empires. Ils ont développé dans cette zone hostile et aride des techniques de gestion des matières organiques, de l’eau (zaï, billonnage, terrasses et cordons de pierres, création de surfaces irriguées sur des dalles de grès dans des niches en nid d’abeilles) pour produire des céréales (mil en particulier) et des légumes (surtout échalote).

In order to protect their way of living, Dogon people migrated from. the “Mandé” region, south-west Mali to the Bandiagara Plateau which was considered as an excellent refuge against Peulh extending their empire in the XIVth century. In this hostile and arid area, the Dogon developed progressively numerous systems to manage soil organic matter, soil fertility and water availability (zaï, ridging, stone bunds and terraces, irrigated areas on sandstone rocks, ground barrages in gullies, etc.) in order to produce cereals, onions and greens.

Texte intégral

Introduction

1Le plateau de Bandiagara-Hombori (Pirt, 1983), plus connu sous le nom de « Pays dogon » est une région agricole aride aux conditions morpho-pédologiques et climatiques difficiles. Malgré les traits physiques hostiles (falaises et affleurements rocheux), le plateau est habité depuis longtemps par les Dogons qui y ont développé, au long des siècles, un système agricole reposant sur la céréaliculture pluviale, le maraîchage de contre-saison et l’élevage. On note aujourd’hui que les pratiques agricoles sont ouvertes aux évolutions techniques et aux exigences du marché.

2Le présent article, s’appuyant sur la littérature existante et des observations de terrain, vise la description des perceptions locales de l’érosion des sols, des stratégies et techniques agricoles et de gestion des eaux et de la fertilité sols.

Le milieu

3Le plateau de Bandiagara (14° 34’ N), situé dans la région de Mopti, est localisé entre le delta central du Niger à l’ouest et la plaine du Seno au sud-est. Le climat est de type sahélien avec une pluviosité annuelle très variable (300 à 700 mm), principalement concentrée sur les mois de juillet et août. Le reste de l’année est sec avec une période fraîche (novembre à janvier) où la température moyenne est de 25° C et une période chaude présentant des pics de température souvent supérieurs à 45 °C, avec des vents violents (harmattan). La géologie du plateau de Bandiagara est marquée par un important dépôt gréseux datant du Primaire (grès de Bandiagara). Au Quaternaire, l’érosion attaque les reliefs et le grès est décapé partiellement. La falaise se forme à cette époque. Le plateau est relativement accidenté en fonction de la variété des faciès gréseux, des fractures et plissotements laissés par l’évolution géodynamique. On peut observer de profonds ravins, de nombreuses buttes aux flancs escarpés, dominant de vastes surfaces subhorizontales couvertes de sable et d’affleurements de cuirasse. Au sud-est du plateau et de sa falaise, la plaine du Seno s’étend sur une centaine de kilomètres. Sa surface est faiblement ondulée, mais il existe des dunes (pouvant atteindre 30 m de haut) fixées par la végétation (photo).

Vue du pied de l’escarpement de Bandiagara, Mali.
Source : Wikipedia.

4Sur le plateau de Bandiagara, les affleurements rocheux constituant une nette discontinuité de la couverture pédologique occupent une surface estimée à 20 % (Pirt, 1980). Les sols observés sont issus de l’évolution pédologique de colluvions sableuses déposées sur grès et quartzite.

5Parmi les unités sol-végétation décrites dans l’Atlas des ressources terrestres du Mali (Pirt, 1980), celles distinguées sur le plateau de Bandiagara sont :

  • TR2 (30 %) où les sols dominants sont sableux, peu évolués, d’apport colluvial sur grès et quartzite, d’épaisseur voisine de 50 cm, présentant une charge graveleuse ;
  • PS3 (30 %), sols ferrugineux lessivés, assez épais, de texture sablo-limoneuse ;
  • PL9 (20 %), sols ferrugineux lessivés à pseudogley, de texture limoneuse.

a : paysage de plaine sableuse au pied de la falaise de Bandiagara.
© IRD/É. Roose
b : village dogon au pied d’une colline volcanique birrimienne du Mali.
© IRD/É. Roose

6Le peuplement du plateau de Bandiagara au XIVe siècle s’est réalisé par les Dogons, venus du Mandé (région sud-ouest du Mali), avec le souci de trouver un site refuge (Thibaud, 2005). Le long confinement des Dogons sur le plateau est expliqué par l’insécurité qui régnait dans les plaines, en raison des guerres multiples nées de la constitution de grands empires ou de leur destruction (Gallais, 1994). Plus récemment, la géographie du plateau semble avoir favorisé la protection de la culture dogon à la frontière de l’empire théocratique peul du Macina fondé en 1818.

7Les paysans cultivent principalement le mil (90 % de la SAU), un peu de sorgho, d’arachide, de fonio, en association avec le niébé. Les techniques culturales sont manuelles : le recours à la traction animale est réservé au transport du fumier, des récoltes et de la famille. Les paysans du plateau de Bandiagara et des régions voisines sont conscients de la fragilité de leurs sols et cela a été un obstacle majeur à la généralisation de la culture attelée qui avait été fixée dans les objectifs de l’opération Mil Mopti au cours des années 1970. Les rendements de l’agriculture pluviale restent faibles : pour le mil, ils varient de 350 à 950 kg/ha, une forte variabilité principalement expliquée par l’irrégularité des pluies. Les populations pratiquent le maraîchage de contre-saison qui concerne plusieurs cultures (échalote, tomate, gombo, etc.), mais l’échalote reste la plus importante par les superficies occupées et le poids économique.

8Les apports de fumier de ferme (parcage du troupeau sur les champs ou transporté depuis un parc) et de compost sont ancrés dans les traditions. Concernant les engrais chimiques, les apports semblent rester rares et timides. Du fait de la saturation des terroirs, les jachères sont en recul.

9Contrairement à la région deltaïque voisine, les potentialités pastorales du plateau de Bandiagara sont faibles, mais les agriculteurs tiennent à garder un cheptel minimum (de bovins, ovins et caprins) pouvant fournir de la nourriture et du fumier.

Érosion des sols : perception locale et ampleur mesurée

10D’après des enquêtes réalisées à Dandoli (à 8 km de Bandiagara), 81 % des chefs d’exploitation agricole pensent que l’érosion observée est provoquée par le relief, alors que 19 % pensent que c’est une conséquence de la sécheresse et de la coupe des arbres (Coulibaly, 2007). Au cours de la même enquête, 85 % des femmes interrogées attribuent l’érosion à la sécheresse et 15 % pensent que c’est une punition divine. Toutes les personnes enquêtées signalent la diminution des surfaces cultivables, l’ensablement des rivières et la transformation des pistes en ravines. Elles signalent par ailleurs, la faible productivité agricole, l’éclatement des familles et l’exode des jeunes.

11Au cours de la saison pluvieuse de 2007 à Dandoli où il a été enregistré 645 mm et 30 événements pluvieux, 62,5 ha de cultures ont été décapés : 59 % des champs de sorgho, 33 % des parcelles de cultures maraîchères, 23 % des rizières et 14 % des champs de mil ont subi des dégâts d’érosion. Les zones de bas-fonds ont été particulièrement touchées par les crues des rivières. Le dépôt de sédiment est une dynamique affectant les bas-fonds où les semis sont souvent enterrés.

Techniques de gestion des eaux et des sols

12Les techniques de gestion de l’eau et de la fertilité des sols sont largement pratiquées sur le plateau de Bandiagara depuis les temps reculés. Parmi elles, il faut citer les cordons pierreux, le zaï et les billons cloisonnés qui sont des techniques connues dans de nombreuses situations en zone soudano-sahélienne d’Afrique de l’Ouest. Elles sont largement documentées (Roose, 1994 ; Diallo et Roose, 2008).

13Au-delà, les paysans du plateau de Bandiagara partagent avec les paysans du Séno voisin, la pratique des « buttes organiques ». Les Dogons sont célèbres pour la création de sols sur des replats de grès.

Confection de buttes organiques en céréaliculture

14Dans les champs de mil, des buttes sont formées à l’occasion du premier sarclage (21 jours après la levée). Il s’agit de buttes coniques recouvrant la biomasse des adventices arrachées. Elles sont disposées en quinconce entre les pieds de céréale, lesquels sont localisés sur les buttes antérieures. Au cours d’un deuxième sarclage, les adventices sont déposées sur les buttes. Cette pratique de butte permet de stocker des matières organiques dans les champs.

Apport et stabilisation de terre sur dalle gréseuse

15La terre est transportée à partir des dépôts colluviaux importants, étalée sur la dalle gréseuse et maintenue entre des cordons pierreux soigneusement arrangés en nids d’abeille.

a : technique du zaï sur les piedsmonts du pays dogon : cuvettes, fumier et collecte du ruissellement sur une zone encroûtée. Pays dogon, Mali.
© IRD/É. Roose
b : création d’une mare collectant le ruissellement sur une dalle gréseuse pour l’irrigation des oignons.
© IRD/É. Roose
c et d : création d’un sol sur une dalle gréseuse et de microparcelles pour le maraichage irrigué : plateau de Bandiagara, Mali.
© D. Diallo

16Il s’agit de création de sol, très généralement faite sur les sites offrant les meilleures ressources hydriques. Cet environnement créé est utilisé pour le maraîchage, mais aussi pour la céréaliculture.

17En maraîchage, des planches sont formées en donnant des tailles qui varient selon le contexte : 30 cm x 30 cm à 2 m x 2 m. L’eau est apportée aux cultures avec une calebasse ou une gourde, à partir des eaux de rivières ou de puisards. L’utilisation de motopompe est notée ces dernières années, mais reste une pratique exceptionnelle.

Conclusions

18Dans un contexte historique caractérisé par des conflits entre tribus, les Dogons se sont retirés dans les plateaux peu accessibles de Bandiagara. Ils ont développé sur les replats, présentant un recouvrement colluvial plus ou moins épais, des cultures de céréales associées à des légumineuses, la gestion de la biomasse disponible (adventices, fumier, feuilles d’arbres) et la création de zones maraîchères intensives, fumées et cloisonnées par des billons ou des petites planches hexagonales entourées de cailloux et des cordons de pierres. Pour irriguer ces petites surfaces, ils ont bloqué l’eau des ravines et des oueds par des diguettes de terre et transportent l’eau dans des calebasses stockant le volume d’eau nécessaire pour l’irrigation journalière d’un petit casier de 1 m². Il s’agit souvent de créer des sols agricoles et de les entretenir soigneusement par des techniques traditionnelles de GCES. Tant que la production est destinée à une faible population, ces techniques suffisent, mais elles doivent être complétées par des engrais minéraux et des moyens modernes, dès lors que les populations croissent exponentiellement dans les terroirs villageois.

Bibliographie

Bibliographie

Coulibaly A., 2007 Amélioration du potentiel productif des sols à Dandoli (Bandiagara) par des techniques de DRS/CES. Mémoire de maîtrise en vulgarisation agricole de l’IPR/Ifra de Katibougou, 51 p.

Diallo D, Roose É., 2008 – « Gestion de l’eau et des sols sur toposéquences cuirassées en Afrique occidentale : limites des méthodes traditionnelles et perspectives ». In Roose É., Albergel J., De Noni G., Sabir M., Laouina A. (éd.) : Efficacité de la GCES en milieu aride, Paris, AUF, EAC, IRD éditeurs : 92-96.

Gallais J., 1994 Les tropiques. Terres de risques et de violences. Paris, A. Colin, 271 p.

Kassogué A., Dolo J., Ponsioen T., 1990 Les techniques traditionnelles de conservation des eaux et des sols sur le plateau Dogon. IIED, Dossier No 23, 10 p.

Pirt, 1983 Les ressources terrestres du Mali (Atlas, rapport technique, annexes). New York, Kenner Printing Company.

Roose É., 1994 – Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin Pédologique de la FAO, 70, 420 p.

Roose É., Sabir M., Laouina A., 2011 Gestion durable des eaux et des terres au Maroc : valorisation des techniques traditionnelles méditerranéennes. Marseille, IRD Éditions, 343 p.

Thibaud B., 2005 – Le pays dogon au Mali : de l’enclavement à l’ouverture. Espace Population Sociétés, 1 : 45-56.

Table des illustrations

Légende Vue du pied de l’escarpement de Bandiagara, Mali.Source : Wikipedia.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende a : paysage de plaine sableuse au pied de la falaise de Bandiagara.© IRD/É. Rooseb : village dogon au pied d’une colline volcanique birrimienne du Mali.© IRD/É. Roose
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende a : technique du zaï sur les piedsmonts du pays dogon : cuvettes, fumier et collecte du ruissellement sur une zone encroûtée. Pays dogon, Mali.© IRD/É. Rooseb : création d’une mare collectant le ruissellement sur une dalle gréseuse pour l’irrigation des oignons.© IRD/É. Roosec et d : création d’un sol sur une dalle gréseuse et de microparcelles pour le maraichage irrigué : plateau de Bandiagara, Mali.© D. Diallo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

Auteur

Pédologue, enseignant-chercheur, institut polytechnique rural (IPR) de Katibougou, Koulikoro, Mali. drdiallo@ird.fr

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540