Version classiqueVersion mobile

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 4. Restauration des sols par des techniques complexes

Restauration des sols par des techniques complexes

Structures antiérosives combinées à des apports de matières organiques et minérales

Texte intégral

< © IRD/É. Roose – Paysage des Monts Mandara (Ouest-Cameroun). Terroir agroforestier en terrasse sur les Monts Mandara, Nord-Ouest du Cameroun. Création de sols agricoles en montagne granitique : extraction des pierres pour monter des murets qui retiennent les terres et les eaux de pluie, sélection et gestion des arbres pour éclater les roches, fournir du fourrage et du bois et apporter des matières organiques et minérales pour fertiliser les sols cultivés. Dessin de Ch. Seignobos

1Dès la première partie de cet ouvrage, il est apparu clairement que la dégradation de la productivité des sols se manifeste progressivement par le changement de plusieurs propriétés du sol en fonction de divers processus complexes tels que la minéralisation du stock de MO du sol par les microbes, l’acidification par la lixiviation des bases par les eaux de drainage et de ruissellement, l’exportation des nutriments par les récoltes, le décapage des horizons humifères, l’érosion sélective des particules légères et la dégradation de la structure des horizons soumis au travail du sol.

2Après avoir analysé dans les parties 2 et 3 l’influence de deux facteurs particulièrement importants (la biomasse et le travail du sol), nous abordons des exemples de techniques complexes permettant la restauration rapide et durable de la capacité de production végétale de sols tropicaux ou méditerranéens. D’après Zougmore et al. (2008), les techniques de fertilisation organiques et minérales sont plus économiques, à court terme, que les structures physiques de conservation de l’eau et des sols. Mais leurs interactions aboutissent à l’optimisation et à la durabilité de la productivité des sols restaurés. Par exemple, le ralentissement des eaux de ruissellement par les cordons pierreux ou les haies vives coûte cher en terme de travail, mais ces techniques valorisent le peu de fumure dont disposent les paysans : en l’absence de maîtrise des eaux de ruissellement, les matières organiques et les engrais quittent les champs pour se déposer plus bas dans le paysage (sols colluviaux et alluviaux) ou pour s’échapper dans les fleuves.

3Dans les quatre premiers cas présentés, il s’agit de créer des champs cultivés à partir d’un substrat minéral sur granite du plateau Mandara (Nord-Cameroun), sur les grès du plateau Dogon (Nord-Mali), sur les galets calcaires des oueds du Haut Atlas (Maroc) et sur des cendres volcaniques indurées au Mexique.

4Dans ces milieux minéraux, il faut créer les conditions principales régnant dans tout sol :

  • accumuler un volume suffisant de matières organiques et de particules minérales fines pour stocker l’eau et les nutriments indispensables à toute vie végétale ;
  • organiser sa dynamique hydrique, microbienne et structurale.

5Dans les dix cas suivants, sont présentées des tentatives pour restaurer la capacité de production de sols profondément dégradés ou de récupérer des champs désertifiés en milieux semi-arides soudano-sahéliens.

6Les interventions complexes concernent la gestion de l’eau, de la biomasse et des nutriments par :

  • la lutte antiérosive physique : réduire la pente, augmenter la rugosité du versant ;
  • la gestion du ruissellement et des sédiments érodés (capture, infiltration totale, diversion ou dissipation de l’énergie du ruissellement) ;
  • la gestion de la biomasse : agroforesterie, jachères forestières courtes, cultures associées avec des légumineuses, plantes de couverture, parcs et bocages ; la nutrition des plantes : amendements organiques et fumures minérales complémentaires pour intensifier la production de biomasse et sa diversité.

7À partir de la restauration des zones désertifiées du Burkina Faso (zipelle) par la technique traditionnelle complexe du zaï, nous tenterons de généraliser les règles principales permettant la restauration rapide de la capacité des sols à produire des cultures adaptées au milieu tropical semi-aride.

Bibliographie

Bibliographie

Zougmore R., Mando O., Stroosnijder L, Ouedraogo E., 2008 – « Rentabilité économique des mesures de conservation des eaux et des sols avec la gestion des nutriments en zone semi-aride du Burkina Faso ». In Roose É., Albergel J., De Noni G., Laouina A., Sabir M. (eds) : Efficacité de la GCES en milieux semi-arides, Éditions AUF-EAC-IRD-Enfi : 126-132.

Table des illustrations

Légende < © IRD/É. Roose – Paysage des Monts Mandara (Ouest-Cameroun). Terroir agroforestier en terrasse sur les Monts Mandara, Nord-Ouest du Cameroun. Création de sols agricoles en montagne granitique : extraction des pierres pour monter des murets qui retiennent les terres et les eaux de pluie, sélection et gestion des arbres pour éclater les roches, fournir du fourrage et du bois et apporter des matières organiques et minérales pour fertiliser les sols cultivés. Dessin de Ch. Seignobos
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 637k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search