Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books IRD Éditions Didactiques Le trachome 8. Déficit vitaminique A et trachome

Le trachome

 | 
Jean-François Schémann

8. Déficit vitaminique A et trachome

Texte intégral

1Le trachome et l’avitaminose A sont deux causes importantes d’affections oculaires que l’on peut prévenir. Dans un certain nombre de pays, comme le Mali, ces deux affections sont endémiques. Si aucune relation entre malnutrition et trachome n’a été mise en évidence (Fine et West, 1997), l’association d’une fragilité de l’épithélium conjonctival et du trachome (Resnikoff et al., 1991 ; Lietman et al., 1998) soulève le problème du rôle possible du déficit en vitamine A dans la survenue du trachome.

2Le trachome et le déficit vitaminique A sont tous deux associés à des conditions socio-économiques défavorables et leur prévalence maximale se manifeste entre 3 et 6 ans (Katz et al., 1996). Nous avons voulu tester l’hypothèse selon laquelle le déficit vitaminique A était un facteur de risque pour le trachome.

UNE ENQUÊTE SUR LES RELATIONS XÉROPHTALMIE-TRACHOME AU MALI

3Les résultats de l’enquête nationale sur le trachome réalisée au Mali ont permis de vérifier l’hypothèse selon laquelle un déficit vitaminique A sévère peut être un facteur de risque pour le trachome (Schémann et al., 2001). Nous avons examiné les données de cinq régions du Mali où ont été conduites de façon concomitante une étude sur la prévalence du trachome et une étude sur la prévalence de la xérophtalmie. Dans ces cinq régions, trente grappes ont été tirées au sort et tous les enfants de moins de 10 ans ont été examinés pour rechercher des signes de trachome et de xérophtalmie. Les mères ou à défaut les femmes en charge de l’enfant étaient interrogées pour déceler l’existence d’une héméralopie éventuelle chez leur enfant. Plusieurs déterminants socio-économiques ont été recueillis, i.e. le degré d’éducation des parents, une émigration temporaire du père, la présence d’une école, d’une association de femmes, la distance au centre médical le plus proche, la production de mil, la possession de vaches, l’existence d’un toit métallique… Un indicateur de richesse a été créé par l’addition de la valeur des biens possédés dans la concession. Un modèle de régression logistique a été choisi afin de prendre en compte les facteurs de confusion possibles, et en particulier le statut socio-économique.

4Dans les cinq régions, la prévalence moyenne du trachome était égale à 39,3 %, variant de 31,7 % à 46,2 % selon la région. 1,69 % des enfants présentaient une cécité nocturne et 0,73 % des taches de Bitot. La xérophtalmie clinique définie par l’existence de l’un de ces signes concernait 1,89 % des enfants, la prévalence variant de 0,33 % dans la région de Kayes à 4,64 % dans celle de Tombouctou. Les garçons étaient plus fréquemment atteints que les filles. Pour l’ensemble de l’échantillon, l’héméralopie et les taches de Bitot apparaissaient fortement liées au trachome actif (OR = 1,82 [IC 95 % : 1,32-2,51] et OR = 2,66 [IC 95 % : 1,62-4,38] respectivement). Le diagnostic de xérophtalmie qui repose sur ces deux signes est apparu comme un facteur explicatif pour le trachome actif (OR = 2,04 [IC 95 % : 1,52-2,74]).

5D’autres facteurs explicatifs reconnus du trachome, en particulier une condition socio-économique très défavorisée, qui auraient pu être liés aux deux affections et représenter un facteur de confusion ont été analysés et pris en compte dans le modèle multivarié. Malgré cela, le lien entre diagnostic de xérophtalmie et trachome actif demeure consistant et fort.

6La xérophtalmie apparaît comme un facteur indépendant et robuste fortement associé au trachome. On relève à sa suite le degré de richesse, l’importance de la couverture sanitaire et d’autres variables qui reflètent le niveau global de développement des familles et de la communauté. On peut émettre l’hypothèse que le déficit vitaminique A augmente le risque de trachome en diminuant localement l’intégrité structurale de l’épithélium muqueux et/ou en agissant au niveau du système immunitaire général.

XÉROPHTALMIE ET TRACHOME AU BURKINA FASO

7Les signes de xérophtalmie étaient moins fréquents au Burkina Faso et la prévalence du trachome actif s’est révélée plus faible.

8Néanmoins, la relation a été retrouvée très significative pour héméralopie et xérophtalmie globale (tabl. XXIV).

Tableau XXIV. Xérophtalmie et trachome au Burkina Faso en 1997.

Tableau XXIV. Xérophtalmie et trachome au Burkina Faso en 1997.

9Après avoir démontré l’existence d’une liaison entre les déficits en vitamine A et le trachome, il est légitime de s’interroger sur l’intérêt de la prévention ou de la correction de ces déficits vitaminiques pour diminuer la prévalence du trachome. Le problème est complexe, puisque le principe d’une distribution annuelle de vitamine A lors des journées nationales de vaccination a été adopté dans de nombreux pays d’Afrique sahélienne.

10Cette distribution annuelle se révèle cependant insuffisante pour assurer un niveau de rétinol sanguin satisfaisant au cours de l’année et il serait nécessaire dans la plupart des cas de procéder à une distribution de vitamine A deux fois par an. On pourrait en attendre un bénéfice rapide et une amélioration de l’état général des enfants du fait de l’augmentation des réponses immunologiques et du renforcement des barrières épithéliales. Cela pourrait concerner en même temps que le trachome la plupart des infections de l’enfance. Avant de proposer ce type d’intervention, il apparaît néanmoins nécessaire d’en démontrer l’intérêt par un essai clinique rigoureux et contrôlé.

Distribution de vitamine A.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search