Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 3. Restauration des sols par les techniques culturales dans les agrosystèmes tropicaux

Chapitre 32. Restauration des terres de parcours dans les monts de Beni Chougrane (NO Algérie) par la mise en défens et l’enrichissement en légumineuses

Boutkhil Morsli et Abdelkrim Hamoudi

Résumé

La restauration des terrains de parcours pose un problème d’actualité préoccupant en Algérie. L’appauvrissement des sols, la diminution de la phytomasse et l’amplification de l’érosion constituent des indices caractéristiques de la dégradation des parcours. La dégradation des couvertures pédologiques et végétales sur ces zones de parcours est attribuée aux conditions climatiques, mais surtout aux activités humaines et animales.
Les résultats obtenus par les expérimentations effectuées sur ces zones ont montré les grandes possibilités de restauration des couvertures végétales et pédologiques. Une technique, comme la mise en défens, a donné des résultats positifs sur la régénération et la production de biomasse. Elle a permis d’une manière significative d’améliorer la fertilité du sol (augmentation de 5 à 20 % des MOS), les caractéristiques biophysiques du sol, la biodiversité (le nombre d’espèces est multiplié par 2,5), l’infiltration et de renforcer la résistance à l’érosion (réduction de l’érosion de 2 à 14 fois). L’ensemencement et les plantations fourragères aussi ont permis une augmentation du taux de couverture et de la biomasse qui ont un effet positif sur l’amélioration de la productivité des sols (augmentation de plus de 5 fois). Ces interventions n’auront des résultats concrets que si elles sont réalisées dans un cadre global de développement agropastoral et avec l’adoption d’une approche participative.

Rangelands restoration is a topical preoccupation in Algeria. Soil depletion, biomass plant reduction and erosion amplification are typical of rangeland degradation. Degradation of soil and plant cover on these rangelands is partially attributed to climatic conditions but mainly to human activities.
In these areas, the experimental results on runoff plots have shown great potential for soil and plant cover restoration. The protected grazing areas gave positive results on the regeneration and biomass production and significantly helped to maintain soil fertility (increasing 15 to 20 % of SOC), enhance biodiversity (the number of species is multiplied by 2.5), improve infiltration and soil resistance to erosion (erosion reduction from 1/2 to 1/14). Enrichment and fodder plantations have also increased the coverage and biomass and have a positive effect on improving soil productivity (increase of more than 5). These interventions will have concrete results only if they are conducted in a comprehensive framework for agropastoral development and adoption of a participatory approach.

Texte intégral

Problématique

1Les terres de parcours (versants pentus, terres issues de forêts dégradées, terrains jadis cultivés mais appauvris, jachères qui constituent 40 % de la SAU) occupent des surfaces importantes dans les zones de montagne de l’Atlas tellien, lequel couvre plus de 7,5 millions d’hectares. La densité de population (100 à 300 hab./km2) y est relativement élevée à certains endroits, tandis que le niveau de développement rural est resté faible (Morsli et al., 1988). L’agriculture et l’élevage, principales activités de ces zones, exercent une pression très forte sur les ressources naturelles. Les conséquences de cette pression sont la dégradation du couvert végétal, l’épuisement de l’humus, puis le tassement du sol et l’accélération du ruissellement et de l’érosion du sol (Bneder, 1982).

2Ces parcours dégradés sont caractérisés par une végétation très clairsemée et un envahissement de plantes épineuses, peu appréciées ou non consommées par les animaux. L’élevage extensif, composante essentielle des activités agricoles, s’appuie sur les ressources fourragères de ces parcours, souvent dégradés et incapables de satisfaire les besoins des animaux, en particulier pendant les périodes de sécheresse (Arbouche, 1995). La dégradation des sols et la disparition progressive du couvert végétal sur ces parcours sont attribuées aux conditions climatiques (récurrence de sécheresses) et surtout au défrichement, au surpâturage et au piétinement des bêtes. De nombreux travaux ont été réalisés sur les parcours des steppes algériennes, mais très peu sur les parcours de l’Atlas tellien (Nedjraoui, 2003).

3La restauration des terrains de parcours pose un problème d’actualité préoccupant aussi bien pour l’État que pour les aménagistes et les chercheurs. Le contrôle de cette dégradation requiert des aménagements qui favorisent la restauration des couvertures pédologiques et végétales. Les principaux aménagements des parcours utilisés dans les pays du Maghreb sont la mise en défens, le réensemencement, la plantation d’espèces enrichissantes, l’amendement des sols, les travaux mécaniques, les prairies permanentes et le contrôle de l’état des parcours. Ce travail a pour objectif de tester l’effet de la mise en défens, du réensemencement et des plantations fourragères sur la restauration des couvertures végétales et pédologiques de parcours de l’Atlas tellien.

Méthodologie

4Les monts de Beni-Chougrane se situent dans le Nord-Ouest algérien. Ils sont l’un des principaux chaînons du tell occidental, avec une superficie de 2 860 km2 (Bneder, 1982). Ces montagnes à vocation agropastorale disposent de ressources en parcours importantes. L’élevage extensif, composante essentielle de l’activité agricole, constitue une soupape de sécurité pour équilibrer le budget familial. Il s’appuie sur différentes ressources fourragères : les parcours des espaces de collines, les jachères et la forêt. Cette activité très ancienne, qui occupe une bonne place dans la vie économique de la population, semble un élément déterminant de la dégradation de la couverture végétale. Situés dans un milieu fragile (relief accidenté, climat méditerranéen, lithologie tendre et modes d’utilisation des terres inadéquats) profondément perturbé par des utilisations multiples, les parcours se trouvent confrontés à de mauvaises conditions pédoclimatiques (sécheresses prolongées entraînant la dégradation des couvertures végétales et pédologiques) et surtout à la forte pression anthropique (Morsli, 1996).

5Le surpâturage entraîne la réduction du couvert végétal, le tassement de la surface du sol et par conséquent, le ruissellement et l’érosion. La diminution du taux de couverture végétale et des espèces fourragères laisse la place à des espèces non appétées telles que les espèces épineuses ou toxiques. L’appauvrissement des sols et l’amplification de l’érosion constituent des indices caractéristiques de la dégradation de ces zones de parcours. Dans les parcours dégradés, l’horizon organique supérieur du sol est appauvri ou décapé ; on assiste à un assèchement du milieu et à une grande vulnérabilité des sols à l’érosion. Ces situations nécessitent une intervention pour la restauration simultanée des couvertures végétales et pédologiques.

6Dans la zone de montagne de Beni-Chougrane nous avons mené trois types d’expérimentation dans des parcours dégradés.

La mise en défens

7Deux parcelles de parcours ont été mises en défens, protégées et clôturées, sans autre intervention. À côté de chaque parcelle mise en défens, nous avons installé une parcelle sans clôture ; libre au pâturage (parcelle pâturée). Le dispositif expérimental est constitué de parcelles d’érosion de 100 m2 (20 x 5 m). Ces parcelles de 100 m2 ont été suivies pendant 3 à 6 ans. Les paramètres qui ont été notés sont le taux de couverture, la biomasse, la biodiversité, la litière, le carbone organique du sol, les éléments nutritifs, l’infiltration, le ruissellement et l’érosion.

8Le ruissellement et les pertes en terre ont été mesurés après chaque pluie, à l’aide de cuves installées en aval de chaque parcelle. Les pertes en terre englobent les matières en suspension (MES) et les sédiments lourds. La précision des mesures est de l’ordre de 10 % pour la détermination de l’érosion. Pour étudier la dynamique de la fertilité des sols, les stocks de carbone organique ont été calculés sur la base de densités apparentes (prélèvement au cylindre avec trois répétitions) et des analyses d’échantillons de sol prélevés (huit échantillons ont été prélevés pour chaque parcelle pour les 10, 30 et 45 premiers centimètres du sol). Les prélèvements ont été effectués en fin d’été (septembre). Pour connaître les pertes de carbone organique par érosion, des prélèvements sur les terres fines érodées et sur les matières en suspension (MES) ont été effectués. Le carbone organique des terres érodées analysé regroupe celui des éléments fins de la fosse à sédiments et des suspensions (MES) dans les cuves. La détermination du carbone organique est faite par la méthode de Anne.

9Pour comparer les résultats obtenus sur ces parcelles et pour analyser les facteurs conditionnels du ruissellement et de l’érosion, plusieurs campagnes de simulation de pluies ont été effectuées sur différents états de surface et à différentes époques. Toutes les mesures ont été effectuées sur des micro-parcelles de 1 m2 dont le gradient de pente est identique et sous une même intensité (30 mm/h) de pluies.

10Les méthodes utilisées pour la détermination de l’azote total (N) et du phosphore assimilable (P) sont respectivement la méthode de Kjeldal et la méthode Olsen.

L’ensemencement

11Des essais sur treize espèces fourragères ont été menés dans les zones de parcours. Le dispositif expérimental est composé de planches et de parcelles de 100 m2. Deux zones ont été choisies pour l’expérimentation : la zone de Bou Hanifia et d’Ain Farés qui se situent dans les monts de Beni-Chougrane.

12Le système de planches est un bloc aléatoire complet à 3 répétitions. Au niveau de chaque bloc, deux à trois planches sont réservées à chaque espèce expérimentée (planche de 8 mètres de long et de 4 m de large). Dans certaines planches, des mélanges de graminées et de légumineuses (Medicago borung/Lolium victoria) ont été expérimentés (un mélange de graminées et de légumineuses est indispensable pour assurer une alimentation équilibrée du bétail). Le semis a été effectué à la volée et à des densités différentes dans le but d’adopter pour chaque espèce, une densité qui lui permettra d’obtenir une biomasse importante. Les paramètres notés sont la date de levée, la hauteur de végétation, la date de floraison, le taux de couverture et la biomasse.

13Des ensemencements de Medicago snail (plante annuelle) et Hedysarum pallidum (légumineuse pluriannuelle) ont été réalisés aussi sur des parcelles de 100 m2 pour évaluer l’effet de ces aménagements sur le risque d’érosion.

La plantation de légumineuses fourragères

14L’espèce pérenne testée est la luzerne arborescente (Medicago arborea). Cette espèce semble intéressante sur l’amélioration de la productivité et la restauration du sol. Les paramètres notés sont la hauteur de végétation, la date de floraison, le taux de couverture et la biomasse produite. Les dispositifs expérimentaux pour ces plantations sont constitués de parcelles d’érosion de 100 m2.

15Toutes les expérimentations ont été effectuées sur deux types de sol les plus représentatifs des monts de l’Ouest algérien, un sol calcimagnésique carbonaté brun calcaire vertique sur marne et un sol calcimagnésique carbonaté brun calcaire à encroûtement calcaire de texture limoneuse.

Résultats et discussion

Effets de la mise en défens des parcours (végétation naturelle)

Restauration des sols et réduction de l’érosion

16Les terrains de pâture en végétation naturelle présentent un coefficient de ruissellement annuel moyen faible (Kram de 2 à 7 % des pluies). Cependant, le ruissellement maximal lors des grosses averses (Kr max) a dépassé 25 % et peut atteindre 60 % sur les sols fermés et/ou tassés. Ces terrains de parcours dégradés peuvent être la source de beaucoup de ruissellement et à l’origine de ravines dans les terres cultivées situées en aval. Le suivi des parcelles expérimentales et les essais de simulations de pluies effectuées au cours de différentes campagnes (automne, hiver et printemps) ont montré une différenciation de comportement à l’échelle de l’année (fig. 1). Cette différenciation dépend de la dynamique de la couverture du sol et des états de surfaces (Morsli et al., 2012).

Figure 1. Seuils de déclenchement du ruissellement (Pi = pluie d’imbibition en mm) sur les parcours pâturés ou mis en défens à l’échelle de l’année.

17En été et au début de l’automne, les terrains de parcours pâturés, peu pourvus de couvert végétal, durcissent et se compactent. Sur les terrains marneux, les fentes de dessiccation favorisent l’infiltration en début de pluie, mais suite à l’imbibition et à la dégradation de la surface du sol par les pluies d’automne souvent agressives, le sol se colmate facilitant ainsi le déclenchement du ruissellement. Sur les parcours pâturés (sols limoneux), les pluies d’imbibition (Pi), déjà très basses, sont passées de 7 (sur sol sec) à 2 mm seulement sur sol humide. Par contre, les parcours mis en défens présentent une infiltration relativement élevée de telle sorte que les pluies d’imbibition sont toujours plus élevées sur les parcelles améliorées. Les pluies d’automne, souvent agressives, permettent d’engendrer des coefficients de ruissellement très élevés et des ravinements sur les terrains marneux (Roose et al., 1993). Ces ravines évoluent avec le temps et peuvent engendrer des taux de perte en terre (90 à 300 t/ha/an) plus élevés que l’érosion en nappe mesurée sur les parcelles (0,1 à 20 t/ha/an) (Roose et al., 2000 ; Morsli et al., 2006).

18En hiver où le sol est plus ou moins couvert, mais très humide et totalement fermé, les pluies d’imbibition (Pi) ont atteint les valeurs les plus basses rendant le sol encore plus vulnérable au ruissellement et à l’érosion. Par contre au printemps, les Pi ont relativement augmenté suite à l’augmentation de la couverture du sol par le développement du couvert végétal.

19Le risque de ruissellement et d’érosion reste toujours élevé sur les parcours pâturés, quel que soit la période ou le type de sol. Sur les parcours mis en défens et/ou améliorés, la porosité de la surface du sol reste relativement ouverte grâce à la présence d’une couverture végétale et d’une litière plus ou moins permanente et couvrante : l’infiltration est relativement élevée. Les résultats obtenus pendant 5 ans sur les parcelles de 100 m2 montrent une réduction de 3 à 9 fois de l’érosion sur les parcelles améliorées par la mise en défens (tabl. 1 et fig. 2).

Tableau 1. Érosion (t/ha/an) sur parcours (parcelle pâturée et parcelle en défens).

Tableau 1. Érosion (t/ha/an) sur parcours (parcelle pâturée et parcelle en défens).

Figure 2. Évolution de l’érosion sur les parcours « améliorés en défens » par rapport aux parcours pâturés.

20L’analyse des facteurs explicatifs de la différentiation de comportement des parcours vis-à-vis du déclenchement du ruissellement et de l’érosion a mis en relief l’aspect prépondérant des états de surface : surfaces fermées (Sf = encroûtée, tassée ou cailloux) et surfaces couvrantes (Sc = litière + canopée + cailloux). La relation est forte entre la pluie d’imbibition (Pi) et les surfaces fermées et couvrantes. L’infiltration finale (Fn) est aussi liée à ces deux états de surface, mais moins étroitement. Les expressions expliquant cette relation sont données ci-dessous.

21– Sol brun calcaire limoneux

Pi = 14,8 - 0,190 Sf + 0,091 Sc

R2 = 77,1 %

Fn = 8,31 - 0,101 Sf + 0,099 Sc

R2 = 50,8 %

22– Sol brun calcaire argileux sur marne

Pi = 23,5 - 0,268 Sf + 0,075 Sc

R2 = 95,3 %

Fn = 9,79 - 0,106 Sf + 0,104 Sc

R2 = 75,7 %

23La bonne relation entre ces états de surface (Sf et Sc) et la pluie d’imbibition montre l’importance du rôle des états de surface dans la régulation des flux d’eau et dans la détermination du comportement des sols vis-à-vis de l’érosion. L’amélioration des parcours (mise en défens et introduction d’espèces fourragères) a contribué à l’augmentation des surfaces couvertes (Sc) et à la diminution des surfaces fermées (Sf) et par conséquent, à l’amélioration de l’infiltration et à la réduction de l’érosion.

24Pour les sols argileux vertiques, en période sèche, le comportement hydrodynamique est plus influencé par les surfaces ouvertes (fissuration) que par la couverture végétale. La relation entre Pi et les surfaces ouvertes est très forte (R > 90 %), alors que la relation entre Pi et la surface couverte est relativement faible (R < 40 %). Le comportement les terrains de parcours vis-à-vis de l’érosion reste aussi contrôlé par la pente et les aspects géomorphologiques des versants.

Érosion des sols et amélioration des stocks du carbone sur les parcours

25Les teneurs en carbone organique des dix premiers centimètres des sols des parcours sont globalement faibles et ne dépassent pas 1,3 % (Morsli, 1996). Ces faibles taux s’expliquent en partie par l’exploitation continue des sols et par l’érosion.

26Le suivi de l’évolution du carbone organique du sol au niveau de zones de parcours, pendant 5 à 6 ans, montre que le stock du carbone du sol dans la couche 0-10 cm change en fonction du système de gestion. Les stocks ont diminué de 8 à 10 % sur le système traditionnel (parcours pâturés). Par contre, sur les systèmes améliorés ou mis en défens, les stocks de C ont augmenté, de 15 à 20 % (fig. 3). L’influence de la mise en défens s’est fait sentir dès la 3e année, elle a permis une amélioration significative du stock du carbone du sol.

Figure 3. Effet de la mise en défens sur la restauration des stocks du CO du sol (0-10 cm).

27Parfois il est possible de restaurer les sols au moindre coût en laissant faire la nature, tout en la contrôlant (un contrôle continu de la charge pastorale et des rotations sans quoi aucune restauration ni amélioration ne peut être obtenue). Une technique, comme la mise en défens, a donné des résultats positifs sur la régénération de la couverture végétale qui a favorisé la restauration et l’accroissement de la fertilité du sol. La mise en défens et/ou la jachère plus ou moins longue sont très efficaces pour restaurer les propriétés chimiques, physiques et biologiques de la couche humifère du sol (Floret et Serpantié, 1991 ; Naggar, 2000 ; Morsli et al., 2008 ; Sabir et Roose, 2010 ; Benaradj et al., 2011).

28L’effet de l’érosion sur les pertes en carbone organique n’est pas négligeable (19 à 41 kg/ha/an). Ces pertes en carbone sont lié s à la quantité des terres érodées (fig. 4), aux averses exceptionnelles et à la richesse de la surface du sol. Plus la surface du sol est couverte (jachère améliorée et mise en défens), plus les sédiments sont riches en carbone et l’indice de sélectivité est élevé (2,3 à 3,9). La matière organique est l’élément le plus léger et par conséquent, la première à être transportée en grande quantité par le ruissellement (Roose et Barthès, 2006).

Figure 4. Relation entre l’érosion et la masse du carbone des terres érodées.

29Amélioration des caractéristiques du sol Les caractéristiques du sol ont été améliorées par ces techniques biologiques qui font partie de la panoplie des moyens de restauration des sols. Pour ce qui concerne les propriétés biochimiques, les résultats montrent que les teneurs en MO, N et P sont significativement plus élevées (de 2 à 4 fois) dans les parcelles améliorées (tabl. 2). Ces variations de teneurs correspondent à une amélioration de la fertilité du sol. L’accroissement de la fertilité du sol est dû à l’accroissement de la biomasse et de sa décomposition (C/N < 12), ainsi qu’au turnover des racines. Sur les zones pâturées, le pacage a aussi un rôle dans l’entretien de la fertilité du sol par les fèces et les urines des animaux, mais l’apport en nutriments par les animaux sur le parcours est moins important que les pertes de nutriment par le broutage : les animaux passent plus de 12 heures en stabulation, ainsi une grande proportion des nutriments broutés sur les parcours a été transférée sur le fumier qui est utilisé dans certaines zones cultivées (arboriculture et maraîchage). Le fumier n’est pas bien géré (exposé en plein soleil et aux pluies) et nécessite l’amélioration de sa qualité (apport de litière pour mieux fixer l’azote excrété) : le mode de préparation et d’apport actuel du fumier entraîne la diminution de sa valeur fertilisante. Sur les parcours mis en défens (MD), les propriétés physiques du sol (la stabilité structurale et l’infiltration du sol) ont été améliorées (tabl. 3).

Tableau 2. Amélioration des caractéristiques biochimiques du sol par la mise en défens des parcours.

Tableau 2. Amélioration des caractéristiques biochimiques du sol par la mise en défens des parcours.

MO : matière organique de la couche 0-10 cm du sol ; P2O5 : phosphore assimilable du sol en ppm ; N : azote total dans le sol en %, SD : écart-type.

Tableau 3. Amélioration des caractéristiques physiques du sol par la mise en défens des parcours.

Tableau 3. Amélioration des caractéristiques physiques du sol par la mise en défens des parcours.

Da : densité apparente de la couche 0-10 cm du sol ; Is : indice de stabilité ; Pi : pluie d’imbibition en mm sur sol sec ; IF : infiltration finale en mm/h pour une pluie simulée de 30 mm/h.

30Les matières organiques arrachées des versants sont entraînées et redistribuées en aval. L’étude de la distribution des sols (Morsli, 1996) a montré qu’une partie des matériaux érodés reste piégée sur le versant : des dépôts importants de carbone (MOS ≥ 3 %) ont été observés dans les zones de ralentissement (replat, concavité, vallée). En 2001, lors d’une série de pluies saturant s de plus de 100 mm, des sédiments de 30 cm d’épaisseur, de 10 à 30 % de matières organiques ont couvert de grandes superficies en aval d’un micro-bassin versant dans les monts de Beni-Chougrane. Plus les zones de parcours d’amont sont couvertes et riches en carbone, plus les zones d’aval sont enrichies par les apports de colluvions. Une amélioration d’une parcelle de parcours a aussi un effet sur la restauration des parcelles colluviales en aval. La redistribution crée une hétérogénéité de la fertilité des sols.

Amélioration de la productivité, de la biomasse et de la biodiversité

Amélioration de la végétation naturelle par la mise en défens

31Les parcours de cette zone de montagne sont caractérisés par une dégradation biologique (diminution du couvert végétal, de la phytomasse et de la richesse floristique), une dégradation de la qualité (réduction de la densité des espèces appétantes qui sont remplacées par des épineuses, des légumineuses à odeur répulsive, etc.) et une dégradation physique et hydrique (augmentation des états de surface fermés, réduction de l’infiltration, érosion). Ces indices caractéristiques de la dégradation de ces zones de parcours montrent une régression du couvert végétal et une diminution sérieuse de production et de fertilité du sol. La production fourragère des parcours des monts de Beni-Chougrane est de 50 à 100 UF/ha et peut atteindre 250 UF/ha sur les jachères protégées (FAO/Fida, 1993).

32La mise en défens, technique peu coûteuse (ne nécessitant qu’un gardiennage ou des barrières), reste un instrument efficace pour la régénération et la réhabilitation des parcours. Après 3 à 6 ans de mise en défens en zones de montagnes semi-arides, nous avons remarqué un accroissement du taux de recouvrement et du poids de la biomasse, ainsi qu’une amélioration des propriétés biophysiques du sol : la formation d’une litière a favorisé l’infiltration et le développement des activités biologiques.

33Les mesures effectuées sur les parcelles en défens montrent que la production de biomasse qui était de 400 à 600 kg/ha de matière sèche sur les parcours pâturés est passée à plus de 2 000 kg/ha de matière sèche après trois ans de mise en défens et à 2 500 kg/ha après 4 ans. Depuis, la production n’a plus beaucoup changé. Plusieurs auteurs ont montré l’efficacité de la mise en défens dans la restauration des parcours (Floret, 1981 ; Le Floc’h et al., 1999 ; Bourbouze, 1997).

Amélioration des parcours par ensemensement

34L’enrichissement des parcours par l’ensemencement de plusieurs espèces (Médicago truncatulla, M. polymorpha, M. littoralis, M. snail, M. parapento, M. parageseo, M. borung, M. jemalon, Trifolium subterraneum, Lolium victoria et Fetuque) ont donné des résultats encourageants. Parmi ces espèces que nous avons mises en essai, le Médicago snail a donné les résultats les plus performants que ce soit en hauteur de végétation, largeur de végétation, rendement ou en production de gousses.

35L’amélioration du parcours par l’introduction des plantations pluriannuelles et pérennes ont donné les meilleurs résultats. La luzerne arborescente (Médicago arborea) a donné des rendements de l’ordre de 6 000 kg de matière sèche/ha et un taux de recouvrement de plus de 80 %. Les mêmes résultats ont été obtenus par l’Hedysarum pallidum (sulla), des rendements de 5 000 à 6 000 kg/ha de matière sèche avec un taux de recouvrement de 100 %. L’exploitation peut se faire par le pâturage direct ou par le fauchage.

36Ces techniques biologiques d’amélioration des terrains de parcours n’ont pas seulement pour objectif de produire du fourrage. Elles ont permis aussi la restauration de la productivité du sol et l’amélioration des revenus : restauration et accroissement de la fertilité, lutte contre l’érosion par l’augmentation de la couverture du sol, initiation d’une remontée biologique (fixation d’azote) et revégétalisation progressive de zones dénudées.

37La restauration et l’amélioration de la biomasse et de la fertilité du sol se sont accompagnées aussi d’un accroissement de la diversité de la flore et de la faune. Après quatre ans de mise en défens, le nombre d’espèces est multiplié par 2,5 avec une dominance des Poacées, des Fabacées, des Astéracées et des Liliacées. Les parcours pâturés étaient auparavant dominés par les Astéracées.

38La biomasse produite sur les parcelles améliorées, surtout celles qui ont été mises en défens, a permis d’améliorer la qualité de l’environnement et l’habitat de la méso-faune (vers de terre) et le petit gibier (abris et sites de reproduction de la perdrix). Les parcours améliorés, en plus de la restauration des couvertures végétales et pédologiques, offrent une vaste gamme de produits qui contribuent à renforcer les moyens de subsistance et génèrent des revenus supplémentaires (fourrages, plantes mellifères, plantes médicinales, gibier, etc.). Dans les zones steppiques algériennes, les parcours améliorés par la mise en défens sont devenus plus attractifs pour les éleveurs, car ils génèrent des revenus importants (avec un prix de vente de 1 200 DA (10 euros) le kilo de viande, l’activité est économiquement intéressante) et pour les structures locales, car ils génèrent des revenus additionnels qui permettent de rentabiliser les investissements (gardiennage ou clôture). Ce type de restauration a plus de chance de succès, car il génère des revenus complémentaires.

Conclusions

39La dégradation des zones de parcours de montagne entraîne une réduction des surfaces productives et un appauvrissement des couvertures pédologiques. La dégradation du couvert végétal favorise l’entraînement des matières organiques et des fertilisants des sols par les eaux de ruissellement. Le stock de carbone du sol a diminué. La productivité des sols est ainsi très affectée par la détérioration de la fertilité et l’amplification de l’érosion des sols. La couverture végétale restaurée par les techniques utilisées a permis d’améliorer la couverture pédologique, les MO ont augmenté de 20 %.

40Les résultats ont montré les grandes possibilités de restauration des couvertures végétales et pédologiques. Une technique, comme la mise en défens, a donné des résultats positifs sur la régénération et la production de biomasse qui a permis d’une manière significative d’entretenir la fertilité du sol, d’améliorer les caractéristiques physiques et biochimiques du sol et de renforcer la résistance à l’érosion. La diminution du ruissellement et de l’érosion va de pair avec l’augmentation de l’infiltration et des réserves hydriques du sol à disposition des racines.

41L’enrichissement et les plantations fourragères ont permis aussi une augmentation du taux de couverture et de la biomasse qui ont un effet positif sur l’amélioration de la productivité des sols.

42La restauration des sols et leur productivité peuvent être encore stimulées par un apport d’engrais azotés et phosphatés (les sols sont carencés en N et P) et par l’utilisation des mélanges d’espèces plus productives. Malgré leurs effets positifs sur la restauration et l’amélioration des couvertures végétales et pédologiques des parcours, ces techniques n’auront des résultats concrets que si elles sont réalisées dans un cadre global de développement agropastoral et avec l’adoption d’une approche participative.

Bibliographie

Bibliographie

Arbouche F., 1995 Contribution à l’étude d’un facteur limitant le fonctionnement de la phytocénose : cas du pâturage dans la cédraie du Belzma (Aurès). Thèse Magister, INA, 132 p.

Benaradj A., Mederbal K., Benabdeli K., 2011 – « Amélioration pastorale par la technique de mise en défens de la steppe à Stipa tenacissima dans les parcours steppiques sudoranais de Naâma (Algérie) ». Séminaire international d’étude Agriculture biologique et Développement durable 13-14/02, Oran-Algérie, ONU/U, Oran.

Bneder, 1982 Étude de développement intégré des monts de Beni-Chougrane, Algérie. Rapport. T I, 64 p.

Bourbouze A., 1997 – Protection des ressources et développement rural dans le parc naturel du Haut Atlas oriental (Maroc). Courrier de l’environnement, 30 (doc électronique).

FAO-FIDA, 1993 Projet de développement des monts de Beni-Chougrane : étude de diagnostic des systèmes de production. FAO, 96 p.

Floret C., 1981 – The effects of protection on steppic vegetation in the Mediterranean arid zone of southern Tunisia. Vegetatio, 46: 117-129.

Floret C., Serpantié G., 1991 La jachère en Afrique de l’Ouest. Actes de l’Atelier des 3-5 décembre 1991, Montpellier, Éditions Orstom, coll. Colloques et Séminaires, 494 p.

Le Floc’h E., Neffati M., Chaieb M., Floret C., Pontanier R., 1999 – Rehabilitation Experiment at Menzel Habib, southern Tunisia. Arid Soil Rehabilition, 13 : 357-68.

Morsli B., 1996 Caractérisation, distribution et susceptibilité à l’érosion des sols de montagne – Cas des monts de Beni-Chougrane. Thèse de Magister INA, Alger, 160 p.

Morsli B., Benelouati A., Roose É., 1988 Érosion et aménagement conservatoire dans les monts de Beni-Chougrane. Rapport, INRF-Orstom, 85 p.

Morsli B., Mazour M., Medejel N., Arabi M., Roose É., 2006 – «Influences of land uses, soils and cultural practices on carbon eroded and carbon stocks in soils of Mediterranean mountains of northern Algeria. Chapter 8». In Roose É, Lal R., Feller C., Barthès B., Stewart B. A. (eds): Soil erosion and carbon dynamics, Advances in Soil Sciences, CRC publisher, Boca Raton, Floride, USA: 103-124.

Morsli B., Halitim A., Mazour M., 2008 – « Érosion et effet des techniques culturales sur les versants semi-arides de l’Algérie (Beni-Chougrane) ». In : Efficacité de la GCES en milieux semi-arides, Paris, Édit. AUF-IRD-Enfi : 199-203.

Morsli B., Habi M., Mazour M., Hamoudi A., Halitim A., 2012 – Érosion et ruissellement en montagnes méditerranéennes d’Algérie du Nord : analyse des facteurs conditionnels sous pluies naturelles et artificielles. Rev. Maroc. Sci. Agron. Vét., 1 : 33-40. Naggar M., 2000 – Éléments de base d’une stratégie de sylvo-pastoralisme en Afrique du Nord. CIHEAM - Options Méditerranéennes, sér. A/39 : 191-202.

Nedjraoui D., 2003 Profil fourrager, Algérie. FAO, 30 p.

Roose É., Arabi M., Brahamia K., Chebbani R., Mazour M., Morsli B., 1993 – Érosion en nappe et ruissellement en montagne méditerranéenne algérienne. Réduction des risques érosifs et intensification de la production agricole par la GCES. Cah. Orstom, sér. Pédol., 28 (2) : 289-309.

Roose É., Chebbani R., Bourougaa L., 2000 – Ravinement en Algérie : typologie, facteurs de contrôle, quantification et réhabilitation. Sécheresse, 11 (4) : 317-326.

Roose É., Barthès B., 2006 – «Soil carbon erosion and its selectivity at the plot scale in tropical and Mediterranean regions». In Roose É., Lal R., Feller C., Barthès B., Stewart B. A. (eds): Soil erosion and carbon dynamics, CRC Press, Taylor & Francis, Boca Raton, Floride, USA: 55-72.

Sabir M., Roose É., 2010 – « Agroforesterie : l’arbre et la GCES ». In Roose É, Sabir M., Laouina A. (eds) : Gestion durable des eaux et des sols au Maroc : valorisation des techniques traditionnelles méditerranéennes, Marseille, Éditions IRD : 277-290.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Seuils de déclenchement du ruissellement (Pi = pluie d’imbibition en mm) sur les parcours pâturés ou mis en défens à l’échelle de l’année.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 1. Érosion (t/ha/an) sur parcours (parcelle pâturée et parcelle en défens).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 2. Évolution de l’érosion sur les parcours « améliorés en défens » par rapport aux parcours pâturés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 3. Effet de la mise en défens sur la restauration des stocks du CO du sol (0-10 cm).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24390/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 4. Relation entre l’érosion et la masse du carbone des terres érodées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24390/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 2. Amélioration des caractéristiques biochimiques du sol par la mise en défens des parcours.
Légende MO : matière organique de la couche 0-10 cm du sol ; P2O5 : phosphore assimilable du sol en ppm ; N : azote total dans le sol en %, SD : écart-type.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24390/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Tableau 3. Amélioration des caractéristiques physiques du sol par la mise en défens des parcours.
Légende Da : densité apparente de la couche 0-10 cm du sol ; Is : indice de stabilité ; Pi : pluie d’imbibition en mm sur sol sec ; IF : infiltration finale en mm/h pour une pluie simulée de 30 mm/h.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24390/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteurs

Agropédologue, chercheur en CES (conservation de l’eau et des sols), INRF, Mansourah Tlemcen, Algérie. morsli_boutkhil@yahoo.r

Forestier, chercheur, INRF, Cheraga, Alger. morbinrf@yahoo.fr

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540