Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 3. Restauration des sols par les techniques culturales dans les agrosystèmes tropicaux

Restauration des sols par les techniques culturales dans les agrosystèmes tropicaux

Influences des techniques culturales

Texte intégral

< © IRD/É. Roose – Travail du sol à l’araire dans le Haut Atlas, Maroc. Labour, épierrage et construction progressive de terrasses dans les zones irrigables.

Introduction

1Dans la deuxième partie, une vingtaine d’auteurs ont passé en revue les avantages et inconvénients des divers modes de gestion de la biomasse disponible pour entretenir ou restaurer le niveau de MO des sols au-dessus des seuils nécessaires pour assurer les propriétés chimiques, physiques et biologiques des sols. Si personne ne discute de l’intérêt de restituer au sol des MO sous forme de fumier, compost, paillis, litière, jachère, légumineuses ou même de cendres, il reste à montrer l’intérêt du labour, du paillage ou du semis direct sous litière pour assurer la durabilité des systèmes intensifs agro écologiques.

2Dans cette troisième partie sont comparés les modes de travail du sol et de gestion des MO qui y sont rattachés : les enfouir (labours et sarclages) ou les maintenir en surface sans dénuder le sol. Lors de la Révolution verte il y a trente ans, on a conseillé d’utiliser au maximum les intrants (travail du sol, fertilisants minéraux, graines sélectionnées, pesticides) en vue d’augmenter rapidement la production vivrière. Après des résultats globalement spectaculaires, on s’est aperçu que les paysans pauvres ne pouvaient résister à une année de sécheresse ou une invasion de prédateurs ou de maladies : ils perdaient leur lopin de terre et allaient rejoindre les faubourgs des villes surpeuplées à la recherche d’un travail leur permettant de survivre. Dans l’approche agroécologique par contre, il est prévu de réduire le travail du sol, de gérer à la surface du sol les résidus de culture et de développer des rotations ou des cultures associées de légumineuses pour abaisser les frais de production (mécanisation, pétrole, fertilisation minérale, sélection locale des semences, stockage des eaux de pluie dans le sol par réduction du ruissellement) et diminuer la dépendance des producteurs vis-à-vis des intrants importés : c’est la révolution doublement verte.

3En général, le labour permet de gérer les adventices, d’enfouir le fumier et les résidus de culture, d’améliorer temporairement la porosité de l’horizon superficiel et la profondeur d’enracinement (Charreau et Poulain, 1970). Malheureusement, en aérant le sol on accélère la minéralisation des MO du sol et on expose une surface nue à l’agressivité des pluies et du ruissellement, on accélère la dégradation de la structure de la surface, on favorise le développement d’une croûte superficielle et la dégradation des sols cultivés (Lal, 1986 ; Roose, 1994).

4C’est pourquoi depuis les années 1960, on a tenté de réduire les travaux culturaux : chisel, diverses dents aérant le sol en profondeur, tout en maintenant en surface une partie des résidus de culture, semis direct sous litière vivante ou morte (SCV). De ces expériences menées à l’échelle de grands champs en Amérique du Nord et du Sud (Brésil, Argentine, etc.) s’est développée « l’Agriculture de conservation » qui ne recouvre que l’amélioration des techniques agricoles permettant le semis direct sous litière, sans labour, tandis que la GCES (gestion durable de l’eau et de la fertilité des sols) ou en anglais Better Land Husbandry (Shaxson et al., 1978 ; Roose, 1987) restructure tout le paysage agricole.

5Cependant en Afrique, il a fallu attendre les résultats de Lal au Nigeria (1970) pour remettre en cause le bilan des avantages et inconvénients du labour et réaliser des études sérieuses des effets du semis direct à long terme.

6Mrabet montre sur les Vertisols du Maroc que malgré la concurrence entre l’élevage et le semis direct sous litière de résidus de céréales, il est techniquement possible de développer le semis direct sous litière, même en région céréalière à sols argileux et climat semi-aride.

7Boli, Diallo et Roose ont démontré que le SCV est possible en région soudanienne sur des sols ferrugineux sableux et des sols bruns tropicaux argileux du Mali et du Cameroun, qu’il réduit considérablement le ruissellement et l’érosion, mais en année humide provoque du lessivage de l’azote et qu’en définitive, le maïs donne - 10 à - 40 % de grains de moins et le coton de - 10 à + 10 % de coton graine que sous labour.

8Norosoa et une équipe du Cirad ont comparé sur les hautes terres de Madagascar, ferralsol argileux acides, troiscultures soumisesau labour ouau semis direct sous litière morte (résidus de culture) ou vivante (Brachiaria ruziziensis). Le SCV protège mieux le sol contre le ruissellement et l’érosion ; il améliore le taux de MO de l’horizon superficiel du sol, mais son influence sur les rendements varient en fonction des cultures. Les cultures de haricots sous SCV améliorent nettement la production de grains. La production de riz est inférieure sous SCV que sous labour, mais augmente avec le temps. Par contre la production de maïs grain est inférieure sous SCV que sous labouret l’écart se maintient au cours de 4 années d’expérimentation.

9Enfin une autre approche a montré en Afrique de bons résultats : l’introduction d’une jachère courte de légumineuses sous une culture intensive (Barthes et al. au Bénin), une fertilisation raisonnée et l’enrichissement du parcours ou des champs avec des légumineuses fourragères en Algérie (équipe INRF et IRD).

Table des illustrations

Légende < © IRD/É. Roose – Travail du sol à l’araire dans le Haut Atlas, Maroc. Labour, épierrage et construction progressive de terrasses dans les zones irrigables.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540