Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 2. La restauration des sols par la gestion des matières organiques et minérales des agrosystèmes

Conclusions de la deuxième partie

Effets de la gestion de la biomasse

Éric Roose

Texte intégral

1Dans la première partie de cet ouvrage, les auteurs ont montré que la dégradation des sols en question dépend essentiellement de la perte de nutriments et de carbone par minéralisation microbienne et par érosion.

2Dans cette deuxième partie, nous tirons les conclusions des divers auteurs sur les effets des jachères courtes composées de légumineuses arbustives, des bananeraies, des arbres à croissance rapide, sur l’efficacité du brûlis de la biomasse et des charbons de bois, des fumiers et du paillage sur la fertilité organique des sols et la production des cultures.

Les systèmes de jachère et de brûlis de la biomasse

3Dans leur ouvrage de synthèse du projet « Jachère en Afrique occidentale », Floret, Le Floch’, Pontanier, Serpantié et al. (2000) ont analysé l’impact des jachères longues et naturelles sur la biodiversité, le rendement des cultures suivantes, l’agressivité des adventices et l’amélioration des propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols au bout d’une mise en défens d’autant plus longue que le bioclimat est sec et pauvres en nutriments.

4Ikpe et al. ont montré sur deux essais dans le sud du Nigeria sur sol ferrallitique acide que des jachères courtes de légumineuses (Tephrosia ou Lablab) de deux ans, pâturées ou non, ont réduit considérablement les risques de ruissellement et d’érosion : par conséquent, les sols de ces jachères arbustives à légumineuses présentent un meilleur taux de C, N, P, K, Ca, Mg., que la jachère naturelle, mais pas forcément un meilleur pH. Le broutage par les moutons rapporte 9 % de rendement en manioc et maïs en plus, grâce à la récupération des urines. Les urines apportent 1/3 de l’azote et 1/10 de K, Ca, Mg, P de l’apport du fumier. L’adoption de cette technique ne sera durable que si les paysans estiment que le bilan économique est positif malgré le supplément de travail.

5Razafindrakoto a étudié l’influence de jachères de 5 à 10 ans de légumineuses arbustives. Par rapport à la jachère naturelle à Aristida multicaulis, les jachères de Flemingia congesta, Calliandra calothyrsus et surtout Tephrosia vogelii ont amélioré fortement la fertilité du sol dégradé acide (Ultisol), l’infiltration, la MO et la stabilité structurale et réduit le ruissellement, l’érosion et les pertes en nutriments. L’abondance en litière, MO et azote sont à l’origine de cette restauration de la productivité en haricots. Mais on peut se demander s’il est nécessaire de prolonger sur 5 à 10 ans la jachère ou si seulement 3 ans suffisent, car les paysans manquent de terre. Enfin, l’enfouissement de toute cette biomasse demande beaucoup d’énergie : ne pourrait-on pas tenter de semer directement les cultures sous la litière ? Les vers de terre et autres fouisseurs se chargeront comme sous forêt d’enfouir les résidus organiques.

6Duchaufour et al. ont constaté dans les collines du Burundi qu’après dix années de culture intensive, les sols de bananeraie sont en meilleur état que les parcelles en friche : épais horizon humifère toujours frais, forte fixation de carbone et enracinement plus profond des cultures. Cela proviendrait d’une production abondante de biomasse au cours de la culture des bananiers, laquelle, rangée perpendiculairement à la pente, réduirait de 60 % le ruissellement et l’érosion en nappe. Avec un apport minéral complémentaire, « ces jachères à bananeraie » apportent une forte valeur ajoutée par actif (ce qui permet une densité de 1 000 habitants/km2) plus forte que dans le système caféier paillé, pourtant très prisé localement.

7Harmand et al, ont comparé la restauration de la productivité des sols après cinq années de jachère herbacée (Andropogon) ou forestière à Acacia polyacanta, à Senna siamea ou à Eucalyptus camaldulensis au sud de Garoua (nord du Cameroun), sur sol ferrugineux tropical, sableux, pauvre en MO et en nutriments. La pluie annuelle moyenne est de l’ordre de 1 050 mm concentrés en six mois. La jachère arborée a augmenté la production de biomasse et l’ETR, réduit le drainage et la lixiviation des nutriments par rapport aux jachères herbacées. Malgré l’exportation du bois, la jachère forestière, soumise au feu, transfert mieux les minéraux des horizons de plus de 40 cm de profondeur vers la litière et l’horizon humifère que la savane herbacée. Les Acacia polyacanta fixent l’azote de l’air, le stockent efficacement dans le réseau racinaire et recyclent rapidement les nutriments de la litière de telle sorte que le rendement des cultures après 5 ans de jachère est le meilleur. Les eucalyptus prélèvent beaucoup de nutriments du sol et les stockent dans leur biomasse (peu de racines, mais beaucoup de litière minéralisant lentement), mais restituent peu de nutriments : ils acidifient le sol et réduisent sa capacité d’échange de cations. Le Senna siamea démarre rapidement, mais ralentit brutalement le cycle de l’azote : la production des cultures après jachère est proche de celle après graminées. Au bout de 5 ans, le sol sous jeune plantation forestière est moins riche que sous savane, mais après un certain temps de latence, variable selon les espèces, le sol forestier accumule plus de MO et de nutriments que les savanes herbeuses. L’eucalyptus semble ici peu adapté à un système agroforestier (trop gourmand en eau et nutriments) ; cependant, le brûlis de sa litière et des résidus d’exploitation corrige amplement l’effet dépressif de l’arbre sur le pH, la CEC et le taux de calcium et phosphore assimilable. L’acacia polyacanta pourrait être conservé dans les champs sur certaines lignes pour constituer un parc fournissant du petit bois d’énergie et des feuilles (fourrage ou paillage) et continuant à apporter du C et N aux cultures.

8Peltier et al. décrivent les résultats d’un projet de développement de la production vivrière et énergétique (charbon de bois) sur les sols sableux très pauvres du plateau Bateke à proximité de Kinshasa, la capitale du Congo RDC. En 2004, le projet Mampu pouvait être satisfait d’avoir augmenté la production vivrière (maïs et manioc), la production de charbon de bois à partir des plantations d’Acacia auriculiformis, les revenus des coopérateurs et la création d’emplois ruraux sur 8 000 ha de sols pauvres. L’alternance de cultures vivrières et la plantation forestière ont enrichi le sol en MO, amélioré la CEC, mais réduit le pH. Seul le brûlis des branchages et de la litière après récolte et carbonisation du bois permet de remonter le pH pendant les deux années de culture. Cependant au cycle suivant (après 24 ans de production intensive sans apport minéral), le sol commence à montrer des signes de fatigue due à l’exportation de minéraux par les cultures intensives vivrières et forestières : il faudra envisager l’apport de phosphate de chaux broyé avant la culture de maïs. D’autres modèles agroforestiers basés sur la valorisation des espèces locales à usages multiples devraient être testés sur des sols moins pauvres.

9Rumpel a montré que l’enfouissement de grandes quantités de charbon de bois pyrolisé (biochar), peu sensible à la dégradation microbienne en régions chaudes, pourrait amender durablement les sols sableux tropicaux pauvres en nutriments, en capacité de stockage des nutriments, du carbone et de l’eau. Combiné à des apports raisonnés de nutriments minéraux ou à du compost, le biochar (20 t/ha) améliore le rendement des cultures en Bolivie de 30 à 140 %, retient mieux le N + P + C, allège les sols tassés et améliore l’infiltration et la résistance à l’érosion hydrique.

10Nzila a étudié une technique traditionnelle africaine d’écobuage consistant à grouper dans des billons et brûler à l’étouffée les hautes herbes de la savane de la vallée de Niari au Congo Brazzaville. Cette technique très ancienne et connue en Amazonie a permis d’augmenter la production de manioc et de prolonger la période de culture entre deux jachères. Le brûlis à l’étouffée sous une fine couche de terre a certes réduit le carbone de 30 % et l’azote total de 20 %, mais augmenté l’azote ammoniacal (facilement assimilable), le phosphore assimilable, les bases échangeables et le pH, ce qui a permis de réduire la toxicité du manganèse et de l’aluminium.

11Roose a montré l’influence très positive du paillage sur la réduction du ruissellement et de l’érosion, si bien qu’après paillage complet sous bananeraie, la restauration de la production est beaucoup plus efficace. Au Burkina Faso, l’apport de biomasse sous forme de paillage ou enfoui par labour de résidus de céréales (riches en cellulose) ou de branchettes (plus riches en lignine) n’a guère donné d’amélioration significative d’un sol sableux. Le rendement en grain de sorgho a augmenté de 10 à 40 % pour une dose de 1,6 t MS/ha/an (mais non significatif statistiquement) et de 160 à 210 % pour un apport de 6 t de MS/ha/an. Cependant, la disponibilité de cette ressource en branchettes n’est pas courante en zone sahélienne et dispersée en zone soudanienne : il faudrait donc augmenter la densité des parcs et des haies vives sur les zones cultivées. Mais de toute façon, il restera une vive concurrence entre l’alimentation du bétail, le besoin en énergie et la couverture des sols dégradés.

Les fumiers, le compost ou le paillage

12Personne ne conteste l’intérêt du fumier (et à défaut, du compost) pour amender et fertiliser les sols cultivés tropicaux, mais on dispose à peine du tiers de la biomasse souhaitable pour en produire assez pour les terres cultivées (6 t de fumier tous les 2 ans) : il y a donc forte compétition entre les divers usages de la biomasse (fourrage, bois de service/énergie/construction, paillage). En outre, il s’agit d’un transfert de nutriments aux dépens des parcours. Ces parcours étant appauvris donnent des fourrages carencés, des animaux et des fumiers carencés, si bien qu’il faut intervenir pour combler les exportations par les cultures et par l’élevage, en particulier par du phosphate de chaux pulvérisé intégré dans l’amendement organique. Le compost est l’alternative au fumier dans les zones sans bétail. Son efficience est la même que celle du fumier, mais il est limité par le travail, l’eau et la quantité de biomasse nécessaire pour déclencher la fermentation. Le compost exige beaucoup d’eau et de travail, mais n’apporte ni nourriture, ni revenu comme l’élevage (lait et viande) ! Fumiers et compost produisent beaucoup de gaz à effet de serre : près de 40 % du carbone sont ainsi perdus pour le sol.

13Guerin a analysé les transformations et réduction des fourrages (2 t de MS/UBT/an) par la digestion des fibres, des hémicelluloses et produits azotés (capture par la carcasse et pertes gazeuses énergétiques de 50 % du carbone et 20 % des minéraux) avant la production de 660 kg/UBT/an de poudrettes dans le parc, plus les urines et autant sur le parcours où le bétail reste une dizaine d’heures par jour. Il y a transfert de fertilité du parcours vers les champs cultivés qui représente en système extensif 350 kg de carbone, 10 kg d’azote, 0,7 kg de P, 2 kg de K et 2 à 4 kg de Ca et Mg par UBT. À cet apport solide par les fèces il faut joindre l’apport par les urines de l’ordre de 15 kg d’azote (très volatil) et 20 kg de potasse.

14Ganry et Thuriès ont cherché à améliorer la quantité et la qualité des fumiers (C/N et rapport taux de fibres/taux de contenu cellulaire) produits généralement dans les fermes de la zone semi-aride d’Afrique occidentale. Ils ont montré qu’on pouvait distinguer trois types de « fumier » de qualité croissante. Les poudrettes, mélange de fèces séchés et pulvérisés mêlés à la terre du parc, appauvri à la fois par le soleil et par les eaux de pluies, n’ont pas fermenté et gardent donc quantité de graines d’adventices et de germes de maladies. Le deuxième type est obtenu en apportant régulièrement de la paille sous les animaux constituant ainsi une litière riche en carbone susceptible de fixer l’azote des urines, de doubler la masse du fumier (1,200 kg de fumier-MS.UBT/an) et d’augmenter l’apport en cations (indispensables pour maintenir le pH). Enfin, le troisième type − rarement rencontré − est le vrai fumier humecté par les urines des animaux élevés à l’étable sur une litière et accumulé en tas ou en fosse, bien abrités du soleil et de la pluie, pour évoluer en compost débarrassé des germes de maladies et des adventices (fermentation poussée à plus de 70 °C). Les améliorations proposées portent sur l’augmentation de la biomasse fourragère (cultures fourragères, agroforesterie, haies vives et parcs de légumineuses), l’apport de phosphate de chaux dans le fumier en cours de compostage et l’optimisation du mode d’apport du fumier à la culture. Il est bien connu que l’apport de fumier améliore le taux de MO du sol et les propriétés qui y sont attachées. Il semble en outre que le fumier améliore la profondeur de l’enracinement, la résistance à la sécheresse et aux maladies, le stockage d’eau et de nutriments, la fixation d’azote par les légumineuses et la qualité nutritionnelle des céréales. Le compostage de fumier et des pailles réduit la phytotoxicité induite par les phénols libérés lors de la décomposition des pailles (allélopathie). La durabilité de ces qualités est dépendante du rapport C/N et du taux de fibres/contenu cellulaire : si la biomasse est riche en azote, l’effet fumier ne dure guère au-delà de deux ans.

15La dose recommandée de 6 t MS/ha tous les deux ans correspond en moyenne à 30 N + 10 P2O5 + 35 K2O, au regard de la dose annuelle minimale d’engrais minéraux pour le mil de 21 N + 10 P2O5 + 10 K2O et de l’exportation d’une tonne de mil = 30 N + 10 P2O5 + 56 K2O. Pour un objectif de rendement de 1 t/ha/an de mil, l’apport minéral du fumier serait donc suffisant, compte tenu des apports en potassium par le sol, mais au-delà de ce rendement, un apport d’engrais supplémentaire est nécessaire.

16Sabir et Roose ont observé dans les zones de parcours semi-arides du Maroc, l’importance de l’élevage d’ovins et caprins pour la survie des petits fermiers des montagnes. Sans nier l’intérêt de la production de fumier pour maintenir la capacité de production des sols cultivés, ils ont observé que le surpâturage (à partir de 2 ovins/ha) entraîne aussi la dégradation de la végétation (diversité et couvert végétal), le tassement, l’encroûtement et la dénudation des sols, l’augmentation du ruissellement, l’érosion en rigole et le ravinement et finalement la baisse de production fourragère et de fumier. Si l’élevage intensif peut entretenir la fertilité des sols cultivés, dès qu’il dépasse la charge potentielle, il dégrade les sols des parcours, d’autant plus que le climat est aride.

17Rishirumuhirwa et al. ont montré sur maïs, l’effet dégradant de trois années d’érosion cumulant 0,1 à 58 t/ha/3 ans sous bananeraie en fonction de la densité décroissante des bananiers et de la surface paillée et 154 t/ha/3 ans sur sol nu. Suite à ces essais, ils ont comparé trois modes de restauration des sols : i/ apport de 9 t/ha de MS de fumier de ferme, ii/le même plus NPK et iii/ le même plus 500 kg de chaux broyée. Plus le sol est dégradé par l’érosion et plus il est difficile de le restaurer pour des productions intensives de maïs. Par ailleurs, l’apport de 9 t de fumier MS/ha permet de produire 30 quintaux de maïs-grains (soit assez pour nourrir 1 200 personnes/km2) et un complément raisonné de NPK peut fournir jusqu’à 40 quintaux/ha, ce qui est remarquable pour ces sols ferrallitiques très pauvres. Le rôle de l’apport de fumier est donc essentiel et le plus rentable, mais pour restaurer une production intensive, il faut compléter par un apport raisonnable d’engrais minéraux (carence importante en phosphore). Contrairement à d’autres essais au Burundi, le chaulage n’a pas été rentable et a même réduit le rendement en maïs.

Apport de biomasse urbaine, industrielle ou de paillage et d’engrais minéral

18On vient de constater le manque de biomasse disponible pour produire assez de fumier, de compost ou de paillage pour entretenir la fertilité de toutes les terres cultivées des terroirs villageois dans diverses régions tropicales. Or les villes reçoivent des campagnes une grande quantité de nourriture, de bois et de fourrages qui laissent toutes sortes de « déchets organiques urbains » que les services de voirie ont bien du mal à maîtriser et évacuer. Et ces déchets familiaux ou industriels (élevage industriel de poulets, production de sucre, de bière, de coton, les abattoirs, etc.) contiennent du carbone et des nutriments en proportions variables. D’où l’idée de ne plus les détruire par incinération, mais de les valoriser en les compostant et les distribuant en périphérie des villes où la production agricole est particulièrement intense.

19Masse et al. ont étudié la richesse en nutriments des déchets urbains accumulés depuis plusieurs années dans les décharges municipales en tant que réservoirs d’amendement des villes de Dakar (Sénégal), de Ouagadougou (Burkina) et Antananarivo (Madagascar). Ces déchets domestiques ou industriels (agroalimentaire), relativement riches en éléments fertilisants pour les sols sont une opportunité pour améliorer durablement la production agricole et les qualités des sols cultivés, aux abords des villes. Les essais avec le sorgho ou la tomate comme indicateurs ont montré que les effets de divers criblés organiques issus des décharges de ces grandes villes ont eu des effets très variables (de - 10 à + 500 %) sur le rendement des cultures en fonction de leur composition et des situations. Il faut donc évaluer les qualités des criblés de chaque décharge et les comparer aux besoins des sols et des productions locales. Cependant, ces MO peuvent servir d’amendement carboné et doivent être complétés par des apports raisonnés de nutriments minéraux (en particulier P et N).

20Seh et al. ont testé sur la culture de salade dans un bas-fond de la périphérie de Yaoundé (Cameroun) l’intérêt environnemental, agronomique, économique et sanitaire de l’usage de compost urbain, de fumier d’élevage de poulet, des engrais minéraux et leurs combinaisons avec les amendements organiques. L’effet sur le rendement en salade est manifeste et le meilleur est l’apport de fumier combiné à NPK complémentaire (+ 200 %). L’impact sur le sol du fumier est significatif pour la MO, l’azote, les bases et la CEC, mais les phosphates continuent à baisser sans apports complémentaires minéraux. La rentabilité économique des engrais NPK est meilleure que celle des amendements organiques (chers localement), mais le compostage des déchets rend de grands services aux administrations urbaines chargées de la propreté de la ville. Le compost de déchets urbains s’est avéré plus riche en minéraux que le fumier ordinaire. Enfin, on n’a pas trouvé de trace de microbes inquiétants dans les produits compostés : en éliminant les déchets des villes, on a donc amélioré l’état de santé des populations.

21Roose, Vernumière et Khamsouk ont utilisé 10 à 70 t/ha de bagasse de canne à sucre d’une sucrerie à moins de 10 km d’un versant raide de la baie du Trésor du parc naturel de la Caravelle (Martinique) pour stabiliser et restaurer un versant totalement décapé jusqu’à la roche (lave volcanique acide). Dès que la bagasse a été répandue en paillage à la surface de ces fortes pentes (40 %), le ruissellement a été réduit de 50 % et l’érosion de 98 %. Après trois années, la majorité des bagasses étant décomposées et la végétation n’ayant réussi à couvrir que 20 % de la surface, l’érosion a repris progressivement. Seules les plantations d’arbustes dans les cuvettes enrichies en compost et complément minéral ont réussi à s’implanter et à survivre dans les fissures de la lave pourrie.

Manipulations biologiques

22Blanchart et Jouquet ont étudié les effets des vers de terre et des termites qui jouent un rôle clé dans la dynamique des sols. En décomposant la litière et en l’incorporant au sol, ils construisent la structure du sol, modifient son agrégation, creusent des galeries stables, (en particulier dans les croûtes superficielles) qui favorisent l’infiltration des pluies : ils contrôlent en partie les activités microbiennes et protègent les plantes des maladies. Ils participent au recyclage des nutriments, au stockage du carbone et de l’eau dans les sols : ils sont à la base des services écosystémiques. Pourtant, leurs effets sur la restauration de la productivité des sols dégradés sont encore mal connus des gestionnaires des sols : il est d’ailleurs probable qu’il faille préférer certaines espèces plutôt que d’autres dont les effets ne sont pas toujours positifs. Il devrait être possible d’attirer certaines espèces en appliquant des molécules chimiques ou en cultivant certaines plantes. L’épandage sur la surface du sol des ramilles (cf. le BRF) ou de la paille, attire les termites et vers de terre lesquels perforent la croûte superficielle du sol et réduisent le ruissellement.

23Franche et Duponnois ont constaté que l’une des composantes de la dégradation des sols par l’érosion est une diminution de la diversité des micro-organismes symbiotiques (Rhizobia, Frankia et mycorhizes) qui sont des composantes clés dans le fonctionnement des principaux cycles biogéochimiques du sol : C, N, P. De nombreux travaux ont montré l’importance de la gestion de ces microorganismes dans les pratiques culturales visant l’amélioration de la productivité des agrosystèmes. Il s’agit soit de valoriser la biodiversité végétale locale, soit d’infecter les racines des plants avec des mycorhizes contrôlés, soit d’introduire des arbres à croissance rapide dont le système racinaire s’associe avec des champignons ectomycorhyziens, des champignons mycorhyziens à arbuscules ou avec des micro-organismes fixateurs d’azote du genre Frankia (sur Casuarina). Il est recommandé de valoriser les ressources naturelles mycorhiziennes résilientes dans un environnement donné plutôt que d’y introduire d’autres variétés qui risquent de faire disparaître les variétés adaptées localement.

24Valet a montré expérimentalement et par enquête comment des cultures associées peuvent assurer une production soutenue supérieure de 10 à 200 % aux monocultures intensifiées, tout en réduisant l’utilisation des engrais minéraux dans les montagnes du sud-ouest du Cameroun. L’agriculture agroforestière prend la forêt comme modèle : les arbres recyclent les nutriments prélevés en profondeur et protègent la surface du sol de l’agressivité des pluies. Elle renforce les systèmes de cultures associées traditionnelles qui combinent 3 à 47 espèces cultivées qui exploitent les ressources en eau, nutriments et lumière à diverses altitudes dans et sur le sol et produisent plus de biomasse, laquelle protège mieux la surface du sol contre les pluies et la canopée contre les attaques des insectes, des maladies et des adventices.

25Khamsouk et Roose ont montré en parcelles d’érosion (200 m2) sur des sols volcaniques que la gestion en courbe de niveau des résidus de plantes industrielles telles que bananiers, cannes à sucre et ananas en Martinique suffit pour ralentir le ruissellement et réduire à des niveaux négligeables l’érosion en nappe et les pertes afférentes en nutriments et polluants sur des versants de 10 à 40 % de pente. Les haies d’arbustes légumineuses installées en coupe-vent produisent un paillage riche en nutriments qui complète l’aménagement.

26Hinsinger et al. ont analysé les enjeux liés au cycle du phosphore, leur biodisponibilité pour les cultures dans les sols tropicaux à fort pouvoir fixateur du P., suite à la présence d’oxydes d’alumine, de fer ou de calcaire libres. Les ressources en phosphates naturels (apatites et phosphates de chaux) utilisées pour fabriquer des engrais étant finies (70 % des réserves au Maroc et Mauritanie) et leur consommation excessive dans les zones à agriculture intensive, et trop faible dans la plupart des pays en développement, leur prix de revient risque d’augmenter encore. Il est fort dépendant du prix de l’énergie et du transport. Pour les petits paysans des pays du Sud disposant de peu de trésorerie, il est donc nécessaire de réduire les pertes en P par érosion ou exportation (consommation locale), de valoriser au mieux l’ensemble des ressources locales (roches broyées, déchets de cultures, déchets urbains et industriels, déjections animales, agroforesterie), de sélectionner des variétés végétales capables de valoriser divers pools de P.(enracinement fin et profond, inoculant microbien), et de mélanger les cultures puisant le P à diverses époques et lieux du sol (rotations, cultures associées, agroforesterie), par une gestion locale durable de l’eau, de la biomasse et des nutriments des sols.

27Aucune des présentations de la biomasse disponible ne peut résoudre à elle seule les problèmes posés par la dégradation des sols et la nécessité d’augmenter la production pour répondre à la croissance démographique. Par contre, chacune est adaptée à certaines conditions écologiques ou socio-économiques particulières. Il paraît évident que l’apport de biomasse au sol, sous les diverses formes présentées dans ce chapitre, améliore la stabilité du milieu agroécologique, mais leur transport ou leur achat peut être trop coûteux, leur disponibilité insuffisante, leur richesse en nutriments trop faible, de telle sorte que les améliorations au sol et à la production végétale sont nettement inférieures au potentiel désiré. Leur efficacité pourrait être augmentée en densifiant le couvert arboré (haies et parcs), en intensifiant la culture fourragère de légumineuses et en apportant un complément minéral raisonné en fonction du milieu et des objectifs économiques. Les meilleures productions sont obtenues par la combinaison raisonnée de fumure organique (fumier bien décomposé) et minérale (surtout phosphore assimilable, azote et bases échangeables), localisées sur la ligne de plantation et fractionnées en fonction des besoins des plantes cultivées et des risques de lixiviation.

28Encore faut-il combiner les apports de fumure avec les techniques de préparation du sol : c’est ce que nous aborderons dans la troisième partie.

Auteur

Agro-pédologue, chercheur, DR. émérite, IRD, UMR Eco& Sol, Montpellier, France. Eric.Roose@ird.fr

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540