Version classiqueVersion mobile

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 2. La restauration des sols par la gestion des matières organiques et minérales des agrosystèmes

Chapitre 24. Valorisation agro-énergétique des déchets d’abattoir par méthanisation

Jean-Louis Farinet

Résumé

En zone soudano-sahélienne les abattages contôlés des viandes engendrent la production d’une grande quantité de déchets essentiellement organiques facilement mobilisables par méthanisation. Les déchets sont transformés par voie anaérobie dans un réacteur fermé. Le résidu de digestion apres maturation donne un compost utilisable par les agriculteurs. En Afrique les déchets des carcasses sont généralement bien valorisés sauf le sang et le contenu des panses et intestins, qui vont constituer 80 % de la charge des eaux usées d’un abattoir. Avec les fumiers récupérés sur les parcs d’attente des animaux, ces déchets représentent 280 kg/tonne de carcasse avec 15 % de matières sèches soit 18 300 Tc/an pour l’ensemble du Sénégal. En les laissant sécher en tas à l’air, ces déchets donnent un compost riche en MO (52 %), en azote (2 %), phosphore (2,4 %) et en bases (5,2 %).

Texte intégral

Condensé

1En zone soudano-sahélienne, les abattages contrôlés de toute viande engendrent la production d’une grande quantité de déchets de nature essentiellement organique. C’est une source de biomasse de qualité, disponible et facilement mobilisable, en vue d’une valorisation par méthanisation. Les déchets organiques sont transformés par voie anaérobie dans un réacteur fermé. Cette transformation engendre la production de biogaz qui est utilisable comme combustible par les ménages ou comme carburant dans les moteurs à combustion. Les résidus de digestion font l’objet d’une maturation pour obtenir un compost facilement transportable et utilisable sur les champs.

2Le Cirad a participé à deux projets en Afrique visant à démontrer la faisabilité technique et économique de la méthanisation des déchets d’abattoir. Le premier au début des années 1990 au Sénégal, en collaboration avec la Sogas (http://uved-matorg.cirad.fr) et le second en 2001 en Égypte, en collaboration avec le GOVS (Farinet et Forest, 2003).

Les déchets d’abattoir

3La capacité de production d’un abattoir s’exprime en tonnes de carcasses (Tc) et la quantité de déchets méthanisables est généralement exprimée par rapport à la tonne de carcasse produite (kg/Tc). Au Sahel, un bovin abattu correspond à 0,135 Tc et un ovin ou caprin à 0,012 Tc. Une bonne partie des sous-produits du cinquième quartier est généralement bien valorisée en Afrique (abats, peau, tête et pattes). Les cornes et onglons sont prisés par l’artisanat et les fabricants d’engrais. Certains déchets ne trouvent cependant pas de débouché et constituent un risque pour l’environnement, car ils sont évacués avec les eaux usées. Il s’agit d’abord du sang qui n’est pas récupéré dans des conditions sanitaires suffisantes pour être valorisé. Il y a ensuite les matières stercoraires (contenu des panses et intestins) produites au niveau de la triperie. Ces matières sont très humides, mais de consistance solide. La simple collecte séparée de ces matières permet à elle seule de réduire de 80 % la charge organique des eaux usées d’un abattoir. Enfin, du fumier peut être récupéré sur les parcs d’attente des animaux avant l’abattage. L’ensemble de ces déchets représente en moyenne 280 kg/Tc par an avec un taux de matières sèches de l’ordre de 15 %. Ainsi, la quantité de déchets mobilisables pour l’ensemble des abattoirs du Sénégal atteint 5 100 tonnes/an pour une capacité d’abattage estimée en 2005 à 18 300 Tc/an.

Une technique de méthanisation adaptée

4La méthanisation en continu des déchets solides nécessite l’emploi d’un réacteur à flux piston, tel que le procédé industriel Valorga ou le procédé rustique Transpaille développé par le Cirad (Elmaleh et al., 1992). Le temps de séjour des déchets dans ces réacteurs est de 20 à 30 jours : il s’adapte bien aux variations de charge. La quantité de biogaz produite est équivalente à 7 m3/Tc avec 65 % de méthane. Il est valorisé au sein même de l’abattoir pour la production d’eau chaude (Égypte) ou pour la cogénération de chaleur et d’électricité (Sénégal).

Un compost de qualité

5Étant donné la richesse des déchets digérés en MO, azote et phosphore, ceux-ci sont transformés en compost en les laissant mûrir et sécher en tas à l’air libre pendant au minimum deux mois. La production de compost stabilisé représente alors 18 % de la quantité initiale de déchets. Sa valeur fertilisante est détaillée dans le tableau qui suit :

6Une maturation plus poussée de ce produit permet, après mélange avec du sable, de l’utiliser comme support de culture pour les pépinières. Au Sénégal, la commercialisation de ce produit permet une forte valeur ajoutée sur le marché local. (Farinet, 1994) et la durée d’amortissement du coût des installations est alors de 6 à 7 ans.

Tableau 1. Valeur fertilisante des déchets.

Tableau 1. Valeur fertilisante des déchets.

Au Sénégal (t/an)

Bibliographie

Bibliographie

Elmaleh S., Elyaman F., Farinet J.-L., Forest F., 1992 – Hydrodynamique et cinétique de méthanisation en réacteur séquentiel. Entropie, 168 : 21-25.

Farinet J.-L., 1994 – La commercialisation du compost sous forme de plants en mottes. Agriculture et développement, 1 : 49-51.

Farinet J.-L., Forest F., 2003 – «Agro-energetic valorisation of slaughterhouse waste in Africa». Int. Seminar on aerobic digestion of slaughterhouse wastes, Inra, Narbonne, France.

Auteur

Chercheur, élevage, Cirad, UR Recyclage et risque, Montpellier, France. jean-luc.farinet@cirad.fr

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search